Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8ArticlesLe regard d’un catholique lettré ...

Articles

Le regard d’un catholique lettré sur la littérature française

Frédéric Godefroy (1826-1897)
Daniel Moulinet
p. 100-134

Texte intégral

  • 1 Lorsqu’il entame la publication du Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses diale (...)
  • 2 En 1872, les Assomptionnistes modifient leurs plans d'étude pour adopter les ouvrages de Fr. Godefr (...)

1Pour apprécier le regard que les catholiques de la deuxième moitié du XIXe siècle portent sur la littérature française, il peut paraître opportun d’évoquer la figure de Frédéric Godefroy (1826-1897). Voici en effet un homme qui, tout en ne faisant pas mystère de ses opinions catholiques engagées, mène une brillante carrière de philologue, qui lui vaut les compliments de Littré et de Larousse1, et qui, par les ouvrages scolaires qu’il compose, est l’un des auteurs les plus répandus dans les collèges catholiques de l’époque2. Cet homme, ami de Louis Veuillot, mais aussi de Mérimée et de Sainte-Beuve, partage-t-il les opinions intransigeantes du rédacteur en chef de L’Univers, maître à penser d’une part du clergé français de l’époque ? Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, au moment où s’accentue la séparation entre la culture laïque et le magistère catholique, ne va-t-il pas, au contraire, tenter de jeter un pont entre les deux ?

Fr. Godefroy et son temps

2Au sortir de ses premières études chez les Frères des Écoles chrétiennes, Fr. Godefroy entre au petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris et reçoit l’empreinte de son directeur, l’abbé Dupanloup, futur évêque d’Orléans. Ces deux formations successives orientent sa vie, à la fois vers les études classiques, fort à l’honneur au petit séminaire de Paris, et vers le souci pédagogique, qu’il a pu admirer chez ses premiers maîtres.

  • 3 La vie de F. Godefroy est assez peu connue. Nous n’avons pu trouver aucun article nécrologique d’im (...)
  • 4 Après sa mort sera édité son Lexique de l’ancien français (1901, 10 éd. jusqu’en 2000).
  • 5 Première édition : Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Ét (...)
  • 6 Tome 1, Cours préparatoire 1er âge, 1873, VII-148 p. ; 5e éd., 1887 ; tome 2, Premier cours, 1872, (...)
  • 7 Théâtre classique à l’usage des pensionnats et des collèges. Études générales et analyses des pièce (...)

3Devenu lui-même professeur dans l’enseignement libre, il va développer là son goût pour la philologie3. Avant d’élaborer le Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècles qui le rendra célèbre, il réalise une première œuvre qui le fait remarquer par le monde des savants : Lexique comparé de la langue de Corneille et de la langue du XVIIe siècle en général (1862, 2 vol. )4. Mais beaucoup d’autres de ses livres sont destinés aux enseignants et aux étudiants, et d’abord l’Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours (1859-1863)5, dont le sous-titre : Études et modèles de style, révèle le souci pédagogique. De cet ouvrage largement augmenté lors de la seconde édition, il tire des éditions résumées à l’usage des lycéens : Morceaux choisis des prosateurs et poètes français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles (1872, 6e éd., 1882) et des Morceaux choisis des prosateurs et poètes français du 9e au 16e siècle, gradués en cinq cours6. Il fournit également des éditions des pièces de théâtre et des auteurs d’époque moderne qui figurent dans les programmes scolaires7.

4Sa réputation lui fait octroyer par le gouvernement des missions de recherche dans les bibliothèques de France, d’Italie (1870, 1888) ainsi que dans les principaux pays européens.

  • 8 Il publie des articles dans La Patrie, le Constitutionnel, L’Union, L’Univers, Le Correspondant, Le (...)

5Toutefois, son engagement indissociablement catholique et patriotique se marque dans de nombreux articles de journaux8, des discours de distribution des prix (Sorrèze, 1873, La Chapelle Saint-Mesmin (petit séminaire d’Orléans) et Saint-Chéron (petit-séminaire de Chartres), 1874), et dans des ouvrages comme Le Livre d’or français. La mission de Jeanne d’Arc (1878) et comme l’ Étude sur les principaux collèges chrétiens (1879) où il voit l’instrument du relèvement moral de la France après la défaite de 1870.

6Ce double enracinement, à la fois dans le monde catholique et dans le monde érudit, lui permet, face aux querelles sur la place du catholicisme dans la société française, de se situer quelque peu au-dessus de la mêlée. Louis Veuillot lui-même n’évoque pas avec lui les questions d’actualité, mais se contente d’admirer ses connaissances littéraires étendues, qui le poussent à le recommander chaudement à la librairie Gaume, où travaille son beau-frère, Arthur Murcier. Il écrit à son propos à Dom Guéranger, l’abbé de Solesmes, en 1864 :

  • 9 Lettre de Louis Veuillot à Dom Guéranger, (5 avril 1864), publiée dans : Louis VEUILLOT, Correspond (...)

« Son affaire est ce qu’ils appellent la lexicographie, où il a une érudition incomparable. Mais il s’élève bien au-dessus du fin et du beau de ce métier par un sens très délicat de la beauté littéraire et par une grande et vaste culture de la pensée. »9

  • 10 Le journal est alors suspendu par le gouvernement impérial.
  • 11 Il est clair que L. Veuillot apprécie particulièrement le jugement moral qui est porté sur les aute (...)
  • 12 On peut penser, comme l’éditeur de la correspondance de L. Veuillot, que la lettre du journaliste a (...)
  • 13 Le 10 juin 1863, Frédéric Godefroy publia, dans la Revue du monde catholique un article sur les Sat (...)

7Leurs relations ont débuté quatre ans auparavant, après que Veuillot a entamé la lecture de l’Histoire de la littérature française que Fr. Godefroy a commencé à faire paraître en 1859. Le rédacteur de L’Univers10 adresse à l’auteur une lettre enthousiaste le 13 novembre 186011 et, quand l’éditeur Gaume opère une réimpression du volume, il publie la lettre en postface12. Désormais, Fr. Godefroy va servir de référence littéraire à L. Veuillot et, quand le journaliste s’essaiera à la poésie en publiant, en 1863, des Satires, il sollicitera son avis, et le savant donnera du livre une recension très favorable dans la Revue du monde catholique et dans L’Ami des livres, bulletin mensuel dirigé par René Muffat et auquel collaborent les deux hommes13.

La visée de l’Histoire de la littérature française

8Au moment où il entame la publication de son Histoire de la littérature française, en 1859, Fr. Godefroy a le sentiment que l’enseignement de la langue française peut et doit être abordé pour lui-même. Il estime qu’il faut rompre avec une éducation basée uniquement sur les classiques de l’Antiquité gréco-latine et ne faisant advenir le français que lors des exercices de version :

  • 14 Frédéric GODEFROY, Histoire de la littérature française depuis le seizième siècle jusqu’à nos jours(...)

« N’apprendre le français qu’au moyen de la traduction des auteurs anciens est un système qui commence à être justement discrédité. Cependant il se passera probablement longtemps encore avant que l’étude de notre langue soit dans les maisons d’éducation ce qu’elle devrait être. Nous voudrions, par nos travaux, hâter ce moment, avec l’aide de ce noyau intelligent de professeurs qui, sans rêver une organisation des études tout battant neuve, sont persuadés plus que spéculativement de la nécessité d’introduire de grandes réformes dans l’enseignement classique. Et certes, une des plus urgentes est d’y établir sérieusement l’étude de notre belle littérature, à la place de tant de choses d’une utilité bien secondaire, et quelquefois bien douteuse, qui emportent trop souvent le plus clair du temps. »14

9F. Godefroy a conscience que les établissements d’enseignement doivent adapter leurs programmes à un état des choses qui est depuis longtemps celui de la société cultivée :

  • 15 Fr. GODEFROY, op. cit., p. II.

« Tout le monde, pour faire preuve et montre de belle éducation, veut parler de nos grands écrivains. L’histoire littéraire est un des sujets de conversation le plus volontiers mis en avant, et en même temps un de ceux que le plus grand nombre est le moins capable de traiter. C’est que dans tout le long cours des humanités on n’a su trouver aucune place pour cette étude si importante. »15

  • 16 Il faudra attendre 1895 pour que la liste se complète de « Récits extraits des prosateurs et poètes (...)
  • 17 Plus précisément : les deux premières Provinciales de Pascal, les Oraisons funèbres d’Henriette d’A (...)

10La place qui est faite aux auteurs français dans les programmes est effectivement assez réduite. Dans le programme de la classe de sixième, des Morceaux choisis de Fénelon ont fait leur entrée dès 1836, à quoi se sont ajoutées des Fables de La Fontaine cinq ans plus tard. En 1852, s’y ajouteront des morceaux choisis de prose et de vers des classiques français et l’ouvrage de Fleury, Mœurs des Israélites16. Le programme du baccalauréat est néanmoins plus fourni : dès 1840, il intègre les noms de Pascal, Bossuet, La Bruyère, Fénelon, Massillon, Montesquieu, Voltaire, Buffon, Corneille, Molière, Racine, La Fontaine et Boileau17. Mais dans quelle mesure le programme est-il vraiment réalisé dans les classes ?

  • 18 « Une des nouveautés qui devront le plus frapper dans nos extraits, c’est le nombre, l’étendue et l (...)
  • 19 « Nous ne nous contenterons pas d’interpréter ; souvent nous étudions les locutions au point de vue (...)

11C’est pour servir ce dessein, esquissé dans les dispositions officielles, qu’il entreprend la publication de son livre. Il estime que, pour être capable de bien disserter sur les auteurs qui ont illustré la littérature française dans les trois siècles précédents, il faut connaître leur langue de manière précise. C’est ce qu’il se propose d’enseigner par son ouvrage, en donnant des extraits accompagnés d’une large introduction historique et de notes philologiques18. Il va même plus loin que de souhaiter une meilleure connaissance des auteurs du passé, il voudrait pouvoir améliorer la langue que parlent ses contemporains en y réintroduisant des locutions tombées en désuétude19. Il laisse entendre en effet, de manière assez nette, que la langue française du XVIIe siècle aurait atteint une forme de perfection, par rapport à laquelle les deux siècles suivants auraient connu une certaine dégradation. Aussi ce sont des critères philologiques qu’il met en avant pour expliquer ses choix : les auteurs auxquels il va consacrer une importante étude seront ceux qui ont parlé la meilleure langue :

  • 20 Fr. GODEFROY, op. cit., p. VIII.

« Notre principe est d’exclure sans exception tous les écrivains subalternes, et de prendre nos extraits dans les plus éminents auteurs du règne de la perfection du goût, et dans un petit nombre seulement de ceux du dix-huitième et du dix-neuvième siècle. Ce n’est pas que nous ne pensions que pour les classes supérieures on ne puisse et même on ne doive puiser abondamment chez des écrivains qui ne sont pas constamment fidèles au goût. Il nous a paru principalement utile de le faire pour les auteurs qui parurent avant qu’on eût fixé l’usage de la langue moderne. Il faut étudier, pour les imiter, les modèles parfaits dont la langue n’a pas ou a peu changé ; il faut étudier pour l’intelligence de la langue et pour leur importance historique les écrivains originaux et utiles qui leur sont antérieurs »20.

  • 21 « Sous Louis XIII, la langue fit de signalés progrès et la composition sut s’élever à une régularit (...)
  • 22 « Un corps qui a grandement contribué à l’illustration de notre littérature, […] l’Académie françai (...)
  • 23 Il cite Chateaubriand, V. Hugo, Lamartine et Sainte-Beuve, Ibid.

12C’est dans le chapitre introductif aux écrits des auteurs du XVIIe siècle qu’il décrit le perfectionnement que la langue subit au cours de la première moitié du siècle21. Il met en valeur le rôle de Vaugelas et celui de l’Académie française22. Il estime d’un grand profit l’étude des écrivains du XVIe siècle et rend hommage aux écrivains romantiques de son temps qui se sont intéressés avant lui à l’ancien français et en ont enrichi leurs œuvres23.

13Arrivé à ce point, une question va lui être posée. Faut-il postuler l’existence d’un lien intrinsèque entre le fond et la forme, entre la qualité morale et la beauté linguistique ?

14Le frère de son éditeur, l’abbé Gaume, s’élevant contre la rupture instaurée par la Renaissance – restauratrice de la langue classique – par rapport au Moyen Âge chrétien, est très net :

  • 24 Daniel MOULINET, Les Classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Gaume, Pari (...)

« Dans Le Ver rongeur, J. Gaume lie de manière étroite le fond et la forme, les idées et le langage. Il refuse que la Renaissance puisse être considérée seulement comme « une forme nouvelle donnée à la pensée ». Il répond : « Je soutiens que, si ce n’est là qu’une simple forme, la forme emporte le fond. » Chez les auteurs classiques, on ne peut pas, estime-t-il, dissocier la forme du fond païen. leur élégance n’est donc que factice. À l’inverse, dans les écrits des Pères, le fond, du fait qu’il est chrétien, conditionne l’existence d’une nouvelle forme littéraire, d’une nouvelle langue. le sentiment du beau ne peut être que conjoint à celui du vrai : « Le goût du beau naît de la connaissance du vrai. »
Pour lui, la langue païenne est inférieure à la langue chrétienne parce qu’elle est l’expression d’une société matérialiste, alors que l’autre est le reflet d’une société spiritualisée »24.

15Fr. Godefroy ne va pas aussi loin. De toute manière, il est certainement conscient que la position de Mgr Gaume est maximaliste et, qu’appliquée au pied de la lettre, elle conduirait à couper les collèges catholiques du reste de la société. Lui, pour sa part, affirme sa confiance dans le talent du professeur chrétien pour expurger les auteurs et donner des passages dangereux des explications appropriées :

  • 25 Fr. GODEFROY, op. cit., p. IV-V.

« [Ces extraits] sont empruntés à des auteurs bien variés et bien différents de pensées, de caractère et de mérite. Un recueil de littérature doit être nécessairement une macédoine de prose et de vers pris de tous côtés.
Que le premier rang soit donné aux auteurs dont les doctrines sont le plus saines, comme le style constamment le plus parfait, et de ce genre dont les beautés appartiennent à tous les temps, et sont faites pour réunir tous les goûts. Cette préférence est obligatoire.
Mais une place doit être accordée aussi à tous ceux qui se sont fait un très grand nom dans la littérature, quoique leurs idées, et même leur morale soient souvent pernicieuses. Le tout est de bien choisir et de savoir couper les citations à temps.
Mais, dira-t-on, les jeunes gens se contenteront-ils de la part que vous aurez taillée pour eux dans des auteurs où presque toujours le bon côtoie le mauvais ? Objection plus spécieuse que solide. Il y a des noms, il y a des ouvrages qu’il est désormais impossible de taire. Faites-en un mystère absolu, vous ne ferez que piquer davantage une curiosité que vous n’étoufferez jamais, mais que vous devez discipliner.
Maîtres chrétiens, initiez vous-mêmes vos élèves à tout ce qui doit être nécessairement connu, un peu plus tôt, un peu plus tard. Donnez le préservatif de fermes principes, et ne craignez rien. Quand, par une très rare exception, nous avons été obligé d’admettre dans notre texte quelques erreurs, quelques opinions suspectes, quelques faux jugements, le correctif de notes fortes et claires ne manque jamais. »25

16Cette profession de foi dans le rôle de l’enseignant pour rendre inoffensifs les textes qui pourraient faire chuter moralement l’élève, il la proclamera de manière très nette, se démarquant explicitement des exagérations « gaumistes », quelques années plus tard, dans un texte faisant l’apologie de l’éducation donnée au collège de l’Assomption de Nîmes :

  • 26 Il ne faudrait pas déduire d’une telle assertion que Fr. Godefroy soit aussi méprisant pour la lang (...)
  • 27 Fr. GODEFROY, L’Instrument de la revanche, op. cit., p. 239-240.

« Sans prétendre donner d’une manière précise la pensée des RR. PP. de l’Assomption sur cette question, et sans renouveler ici la grande querelle qui, tant de fois et naguère encore, a divisé des esprits d’élite, nous dirons que l’enseignement, emprunté tout ensemble aux écrivains de l’antiquité païenne et aux Pères de l’Église, est le meilleur. Il n’est pas permis d’être exclusif. […] Il n’est pas permis d’exclure, parce qu’ils sont païens, des auteurs qui ont su revêtir leurs pensées d’une forme incomparable. C’est dans leurs ouvrages, où toutes les grâces de l’imagination s’allient avec une mesure exquise, qu’il faut chercher les règles du bon goût ; c’est là qu’on trouve toujours le pur langage d’Athènes et de Rome. […] Pour former à la belle latinité, pour enrichir l’imagination et habituer l’esprit à cette mesure toujours si difficile à acquérir, les classiques païens resteront nos maîtres26 ; et ils n’auront rien de dangereux pour le cœur, qui trouvera, dans les écrits des saint Pères, avec des beautés supérieures, les leçons d’une morale toujours pure et d’une doctrine toujours vraie. Le professeur sera là, du reste, pour veiller au choix des livres et des extraits que l’élève étudiera ; et alors, de cette double étude des docteurs de l’Église et des écrivains du paganisme naîtront toujours ces heureux résultats qui ont illustré la maison de l’Assomption »27.

Continuité et refus de toute exclusive

17Comme on vient de le voir, Fr. Godefroy juge suranné l’enseignement, hérité du XVIIIe siècle, qui était fondé sur l’étude exclusive des classiques de l’Antiquité gréco-romaine. Il veut que la place donnée à l’enseignement de la littérature française, dont il situe l’apogée au XVIIe siècle, soit plus grande. Mais est-ce à dire qu’il prônerait l’effacement, voire l’exclusion des époques antérieures ?

  • 28 La différence entre les deux siècles tient, selon lui, à la fixation de la grammaire. « La liberté (...)

18Ce n’est absolument pas le cas. S’il estime que le XVIIe siècle marque une sorte de perfection de la langue française, il ne considère ce succès que comme l’aboutissement des efforts du XVIe siècle28. Et, rompant avec l’idée d’une rupture opérée par la Renaissance avec ce qui l’a précédée, pour faire retour à l’Antiquité classique, il prône, au contraire, la continuité, invitant à se pencher sur la littérature médiévale, dont on découvre, à la même époque, la fécondité dans le domaine de l’art religieux. Il est intéressant de constater que, dans cette option, il peut s’appuyer sur l’autorité de Littré :

  • 29 La Poésie homérique et le vieux français.
  • 30 Ibid., p. XI.

« Pendant longtemps on fixa au milieu du dix-septième siècle l’origine de notre littérature. On datait de Pascal et de Corneille la constitution définitive du style moderne ; on les faisait relever directement des anciens, et on prétendait qu’avant eux il n’y avait rien en Rome d’une véritable valeur littéraire. On connaît les étranges jugements de Boileau sur nos anciens. Fénelon, dans son enthousiasme trop exclusif pour le génie grec, ne fut pas, on le sait, plus juste. Tout ce qui avait précédé l’époque du grand roi, était pour lui de la barbarie. […] Ce n’est pas le dix-huitième siècle qui pouvait faire réparation au moyen âge et aux commencements de l’ère moderne. Le dix-huitième siècle faisait fi de tous ces vieux livres où, selon lui, il n’y avait pas moins de gothisme dans les choses que dans les caractères. Suivant les écoliers de Voltaire, Marmontel et La Harpe, notre littérature doit tout son éclat au reflet de l’antiquité grecque et païenne. Ainsi, comme dit le savant M. Littré, « on met bout à bout, sans aucun intermédiaire, l’antiquité classique et la Rome moderne29. » Raisonner ainsi, c’était manquer à toute logique ; c’est une vérité maintenant banale que la loi de continuité est toujours exactement observée, et qu’il n’y a point de saut dans la nature »30.

  • 31 Daniel MOULINET, « Les Lettres chrétiennes, une revue au service de l’enseignement chrétien à la fi (...)

19Cette position de Fr. Godefroy, d’enseigner l’ensemble de la littérature sans exclusive, se retrouvera dans la défense qu’il donnera de la présence des Pères de l’Église au sein des programmes scolaires. S’il est loin de souscrire aux positions de J. Gaume visant à leur donner la prééminence, voire la quasi-exclusivité, il refuse leur exclusion. Dans la revue Les Lettres chrétiennes (1880-1882) à laquelle il apporte une collaboration régulière31, il prend leur défense au nom de l’histoire de la langue. Face à leur exclusion des programmes, il vient plaider leur cause auprès des enseignants chrétiens :

  • 32 Fr. GODEFROY, « Les réformes de l’enseignement secondaire », dans Les Lettres chrétiennes, tome 2, (...)

« J’engage vivement les maîtres chrétiens à ne pas se rendre complices d’une exclusion dont des hommes même comme MM. Littré ou Gaston Paris pourraient se plaindre au nom de la philologie largement comprise »32.

20Toutefois, il ne leur demande pas de marquer une opposition nette aux nouveaux programmes, mais seulement d’introduire quelques écrits patristiques dans leur cours.

Une opinion modérée sur la Renaissance

  • 33 C’est ce que développe Mgr Gaume dans son livre : La Révolution. Recherches historiques sur l’origi (...)
  • 34 « La charité devient une des vertus premières que Veuillot attribue à la civilisation médiévale, à (...)
  • 35 Montalembert, qui pense évidemment à l’appui que cherche Veuillot auprès du gouvernement impérial q (...)
  • 36 Cl. Foucart explique comment la préface de Veuillot et l’avant-propos de L. Gautier rejoignent les (...)

21Cette présentation de l’histoire de la littérature sous le signe de la continuité conduit Fr. Godefroy à prendre quelque distance avec l’idée de la rupture opérée par la Renaissance, idée partagée par J. Gaume et L. Veuillot, et qui les amène à exalter le Moyen Age au détriment de la Renaissance, particulièrement accusée d’avoir introduit la liberté de penser à l’égard du catholicisme et d’avoir mené à la Révolution, celle-ci ayant peut-être atteint son acmé lors de la Révolution française mais n’en continuant pas moins à instiller dans les âmes l’esprit de révolte contre l’Église33. L. Veuillot ne cesse de faire l’éloge du Moyen Âge, le considérant comme l’époque où le règne de la charité est le plus grand34, mais aussi comme celle où l’autorité du pouvoir royal chrétien était le plus fort, ce que conteste Montalembert35. L’édition de la Chanson de Roland réalisée par le chartiste catholique Léon Gautier, qui sera plus tard, lui aussi, l’un des collaborateurs des Lettres chrétiennes, donne à L. Veuillot l’occasion, dans la préface, d’exalter ce poème, « épopée religieuse et nationale », présentant Charlemagne comme l’empereur chrétien par excellence36.

22Rompant implicitement avec ces positions intransigeantes, l’option de Fr. Godefroy se révèle plus modérée, allant même jusqu’à reconnaître un certain nombre de mérites à la Renaissance :

  • 37 Fr. GODEFROY, Histoire de la littérature, tome 1, p. XV-XVI.

« Un des traits les plus frappants du seizième siècle est l’incomparable ardeur pour l’étude qui dévorait toutes les intelligences où la Renaissance avait excité une insatiable faim de savoir. […] L’érudition et la philologie ne furent jamais tant cultivées qu’au seizième siècle. »37 

23Il prend la défense des principaux Renaissants, en premier lieu Guillaume Budé.

  • 38 Ibid., p. XVI.

« Guillaume Budé […] s’attacha à démontrer qu’on peut être helléniste sans être païen et hérétique, qu’au contraire, la science bien comprise n’est qu’un acheminement à la foi et la philosophie antique une préparation à l’Évangile. »38

24Fr. Godefroy va même jusqu’à marquer une certaine approbation devant la liberté reconquise alors par la philosophie à l’égard de l’aristotélisme, voire même de la scolastique, héritée du Moyen Âge, qui, à son sens, s’était quelque peu sclérosée :

  • 39 Fr. GODEFROY, op. cit., p. XX-XXII.

« L’affranchissement des intelligences devenues idolâtres de ce qui ne devait être qu’un objet d’étude et d’émulation fut préparé par le grand mouvement philosophique commencé au quinzième siècle et poursuivi sans relâche pendant tout le seizième. La philosophie au seizième siècle n’est guère qu’une révolte contre l’autorité du fondateur du Lycée si dominante dans les écoles surtout depuis saint Thomas d’Aquin. Ce n’est certes pas nous qui voudrions déprécier Aristote, […] mais enfin au seizième siècle son autorité, devant laquelle on se courbait servilement, était un obstacle au progrès. C’est pourquoi on doit honneur et reconnaissance à ceux qui les premiers osèrent la secouer. Et, qu’on le remarque, c’était moins le véritable Aristote, l’Aristote d’Athènes, qu’ils attaquaient, qu’un Aristote formé de l’amalgame de mille commentaires contradictoires, des commentaires arabes en particulier. […] Tel est donc le caractère de la philosophie au seizième siècle ; elle s’affranchit à la fois de l’autorité de la théologie scolastique et de celle de l’Aristote averroïste ou autrement déguisé et falsifié. Elle retourne à sa source et, avant d’essayer d’établir de nouvelles doctrines, elle reprend tous les anciens systèmes de la philosophie hellénique que les Grecs, chassés de Constantinople, avaient ressuscités en Europe. On voit paraître des platoniciens comme Marsilius Ficinus ; des péripatéticiens comme Pomponatius ; des stoïciens comme Juste Lipse, et bientôt des épicuriens comme Gassendi. Viendra Descartes qui continuera ce mouvement en le redressant et en lui donnant une direction plus haute et plus uniforme. »39

  • 40 Par exemple, on le voit prendre la défense de Pierre Charron (1541-1603), qui atteint une certaine (...)
  • 41 « Théodore de Bèze (1519-1605), odieux pour son admiration fanatique de Calvin, pour avoir, sinon p (...)

25Dans sa présentation du XVIe siècle, Fr. Godefroy marque donc une certaine indulgence à l’égard des Renaissants40, même si, tout en lui reconnaissant des qualités littéraires, il a du mal à pardonner à Théodore de Bèze son manque d’irénisme41.

Auteurs profanes des XVIe et XVIIe siècles

  • 42 Les textes cités d’Henri IV sont extraits de sa correspondance, à quoi s’ajoute une allocution à se (...)
  • 43 L’ouvrage cite, de Marguerite d’Angoulême, l’Heptaméron, des souvenirs sur François Ier ; de Margue (...)
  • 44 Le chapitre consacré à Marguerite d’Angoulême s’ouvre par une citation d’Auguste Nisard (Histoire d (...)
  • 45 « La reine Marguerite, sœur de François Ier, protégeait tous les gens de lettres suspects d’hérésie (...)

26Les deux premiers tomes de l’ouvrage de Fr. Godefroy, consacrés aux XVIe et XVIIe siècle, offrent des extraits de 52 prosateurs (20 pour le XVIe et 32 pour le XVIIe). On y rencontre des clercs aussi bien que des laïcs et, parmi ces derniers, deux rois (Henri IV et Louis XIV42) et six femmes : Marguerite d’Angoulême, Marguerite de Valois, Mlle de Montpensier, la comtesse de Lafayette, la marquise de Sévigné et la marquise de Maintenon43. Les reproductions d’extraits sont précédées, chaque fois, d’une large étude qui analyse la vie des auteurs tout autant que leurs écrits. Fr. Godefroy s’appuie sur les critiques littéraires de son temps44 et sur l’historien ultramontain Rohrbacher. Il reprend à son compte un long passage de l’Histoire universelle de l’Église catholique qui blâme ouvertement Marguerite d’Angoulême d’avoir protégé les protestants45.

  • 46 Louis VEUILLOT, « Du travail littéraire. Aux jeunes écrivains catholiques », Revue littéraire et cr (...)
  • 47 « Les flots gaulois semblaient d’abord sourdre du sein même de la nation, dont c’était, à propremen (...)
  • 48 « Dans tout cela, aucune œuvre vraiment grande. Théodore de Bèze avait tâché d’exciter Rabelais à e (...)

27Rabelais est un auteur du XVIe siècle qui s’avère incontournable. Mais les auteurs catholiques ne vont pas se montrer élogieux à son endroit. L. Veuillot, qui, dès 184246, classe les écrivains français en deux groupes, « le cours gaulois et païen » et « le cours français et catholique », range évidemment Rabelais dans la première catégorie, réprouvée47. Fr. Godefroy est encore moins indulgent. Il n’a de cesse de rabaisser le talent littéraire de l’écrivain48 et de dénoncer le doute universel qu’il sème dans les esprits, citant à ce propos François de Sales qui invite à se garder de « cet infâme Rabelais, et certains autres de notre âge, qui font profession de révoquer tout en doute, de mépriser tout, et se moquer de toutes les maximes de l’antiquité », pour, enfin, reconnaître que l’influence qu’a eue Gargantua dès l’époque de sa parution a fait de son auteur un des pères de la langue nationale :

  • 49 Ibid., p. 28.

« Malgré tant de reproches qui peuvent si justement et qui doivent être adressés à l’auteur de Gargantua et de Pantagruel, on ne peut lui refuser une place importante dans l’histoire de la littérature française. Rabelais, – c’est maintenant un fait incontesté, – est le premier qui ait observé dans la prose des règles invariables et qui en ait arrêté la syntaxe, tout en lui laissant ses idiotismes. Peu d’écrivains ont importé dans notre langue tant de richesses durables. Il sait merveilleusement prendre tous les tons, et dans tous les genres, il est toujours original. […] À ces titres, Rabelais mérite d’être rangé, comme l’a fait Pasquier, parmi les pères de notre idiome, et son principal ouvrage rempli de tant de fatras et d’ordures, qui faisaient souhaiter à Voltaire même qu’il fût réduit tout au plus à un demi-quart, restera comme un des monuments de la langue française. »49

  • 50 Ibid., p. 49-55.
  • 51 « L’opinion dominante aujourd’hui est que Montaigne, non seulement a eu des opinions trop hardies s (...)

28C’est également pour la seule raison de ses mérites littéraires que Fr. Godefroy inclut Jean Calvin dans sa sélection. Il porte en effet des jugements extrêmement sévères sur sa doctrine et sur son comportement, lui reprochant particulièrement son manque total de charité dans ses propos à l’encontre de ses adversaires, la mort de Michel Servet et le mal qu’il a fait à l’Église catholique50. Sans indulgence envers Calvin, Fr. Godefroy est beaucoup plus modéré à l’égard de Montaigne, défendant particulièrement son appartenance à l’Église catholique51.

  • 52 Il consacre, dans le tome 2, d’importantes notices à Bossuet, Bourdaloue et Massillon.

29Abordant le XVIIe siècle, F. Godefroy souligne l’importance de la prédication52. Ainsi, pour cette période qui lui paraît être la première quant à la qualité de la littérature, c’est l’art de la chaire qu’il place au premier rang. Il n’est tout de même pas aveugle sur ce point et n’accorde pas indistinctement à tous les prédicateurs les mêmes qualités :

  • 53 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 350-352. Il ajoute néanmoins : « Resterait, pour ne rien oublier, à ment (...)

« Nombre de prédicateurs entassaient encore dans leurs sermons ces indigestes citations et toutes ces éruditions déplacées, qui, rassemblées dans une composition bizarre, faisaient douter si c’était un sermon ou un recueil de dissertations qu’ils prononçaient, si la pièce était latine ou française. D’autres, imitant la manière espagnole ou italienne, épuisaient leur esprit en pointes frivoles, en ornements superflus, en faux brillants. […] Jusque dans la seconde moitié du dix-septième siècle, beaucoup de prédicateurs, même réguliers, avaient encore gardé l’excès du genre scolastique. […] Un autre défaut était l’imitation mal entendue des anciens. Ainsi, pendant le règne de Henri IV, Du Besse et Valladier firent entendre des homélies philosophiques sous le nom de sermons. […] Le Père Jean-François Senault, mort général de l’Oratoire, fut peut-être celui qui contribua le plus à purger la chaire chrétienne de tant de défauts qui la déshonoraient. Il remit en honneur la méthode, la pure doctrine de l’Évangile expliquée par les Pères, et la gravité que demande l’auguste ministère de la prédication »53.

30Il n’omet pas de citer les autres genres littéraires : l’éloquence du barreau, les mémorialistes et les romanciers avec, au premier rang d’entre eux : Honoré d’Urfé (1567-1625). C’est avec de grands éloges qu’il évoque la correspondance de Mme de Sévigné :

  • 54 Ibid, tome 2, p. 191.

« On a débattu longtemps à outrance qui furent les plus grands écrivains des anciens ou des modernes. la question était mal posée ; c’est pourquoi on y fit tant de réponses contraires, et presque toujours plus ou moins fausses dans leur exagération. Les anciens furent, à plusieurs égards, incontestablement supérieurs aux modernes, mais les modernes à leur tour les ont surpassés dans plus d’un genre littéraire. Ainsi, pour nous en tenir à notre sujet, assurément l’antiquité n’a rien de comparable à madame de Sévigné. les lettres même de Cicéron, Ad familiares et à Atticus, pâlissent auprès de la correspondance, beaucoup moins travaillée, de la célèbre marquise. […] Madame de Sévigné sut merveilleusement réunir le beau et le joli, en cela comparable à un de ses auteurs de prédilection qui, lui non plus, n’eut pas d’égal chez les anciens, à La Fontaine »54.

31Le tableau qu’il brosse du XVIIe siècle est très élogieux, non pas seulement pour le style, mais aussi pour le fond :

  • 55 Fr. Godefroy professe une admiration nette pour Descartes et ne partage donc pas les positions des (...)
  • 56 Ibid, p. 374.

« Grandeur morale et religieuse aussi bien que grandeur littéraire et artistique, voilà ce que représente à l’esprit le dix-septième siècle. En effet, l’idée de la grandeur morale de l’homme respire dans tous les chefs d’œuvre de cette forte époque. Ce siècle religieux est aussi un siècle éminemment philosophique ; la philosophie a, dans les écrits de Descartes55, de Malebranche, un caractère spéculatif et désintéressé qu’elle n’aura plus au dix-huitième siècle où elle sera surtout analytique et critique. »56

  • 57 « A côté de cette philosophie religieuse, il s’en élevait insensiblement une autre qui enfanta le l (...)

32Néanmoins, citant plusieurs prédicateurs, tels Bourdaloue, Fénelon et Nicole, il laisse entendre comment l’incrédulité qui se donnera libre cours au siècle suivant commence déjà à sourdre dès cette époque57.

Auteurs religieux du XVIIe siècle

33C’est à dessein que Fr. Godefroy donne à saint François de Sales la première place dans son livre :

  • 58 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 39.

« On n’avait point encore sérieusement envisagé ce grand homme dans l’ensemble de ses œuvres. Nous avons voulu réparer, autant que nous le pouvions ici, cet oubli et cette négligence trop prolongés. »58

  • 59 « Au lieu de démonstrations, saint François de Sales emploie souvent des comparaisons qui ne sont p (...)

34Bien qu’avouant quelques imperfections dans son style, voire même dans le contenu59, il ne tarit pas d’éloges sur ses qualités, avant tout littéraires :

  • 60 Ibid, p. 397. Il cite Joseph de Maistre (Du Pape, livre I, chapitre X) parmi ceux qui ont « justeme (...)

« On ne peut pas proprement donner saint François de Sales comme un écrivain classique. Son goût n’est pas toujours parfaitement pur, et l’accablement de ses occupations précipite par trop sa plume, pour qu’il puisse être constamment correct. Ses lettres sont remplies des témoignages de la hâte extrême avec laquelle il était obligé d’écrire sa correspondance. […] Mais que de qualités chez saint François de Sales pour se faire pardonner les négligences de la précipitation ! Saint François de Sales doit être placé tout au premier rang parmi ceux qui dénouèrent notre langue. […] François de Sales est tout chaleur et vie. François de Sales ravit et pénètre continuellement par des beautés de style soudaines et naïves, par le charme tendre de son éloquence, par cette douceur infuse dans son élocution, par cette imagination toujours renaissante, dont l’expression et l’abondance ne peut déplaire qu’à certains esprits sérieux doués d’une solidité pesante. […] Saint François de Sales n’est pas seulement un homme d’imagination et de sensibilité : c’est un esprit qui pense fortement et à fond. »60

  • 61 « Bien que plusieurs écrivains antérieurs aient pu servir de quelque modèle à la force et à la pure (...)
  • 62 L’abbé Ulysse Maynard (1814-1893), professeur de rhétorique au petit séminaire de Montmorillon, pui (...)

35Parmi les autres clercs qui figurent dans son anthologie, Bossuet et Fénelon occupent eux aussi une place éminente. Il consacre à chacun d’eux une présentation de cinquante-cinq à soixante pages. Quant à Pascal, s’il ouvre sa présentation par de grandes louanges sur son style61, s’il fait un éloge des Pensées sans restriction, il adopte les conclusions de l’abbé Maynard sur les Provinciales qui vont dans le sens d’une réhabilitation des Jésuites62 et il n’hésite pas à conclure sur la mauvaise foi de l’auteur janséniste :

  • 63 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 489.

« Après ces recherches consciencieuses, après les témoignages nombreux et autorisés qui les confirment, l’opinion devrait se fixer, sur le fond des Provinciales, dans un sens différent de ce qu’elle a été généralement jusqu’aujourd’hui, et tout le monde désormais, à quelque parti qu’il appartienne, devrait oser dire à pleine bouche : Pascal a entassé les calomnies. »63

  • 64 « La réputation de Port-Royal se maintint très grande encore au dix-huitième siècle, le siècle du j (...)

36Avant de présenter deux des plus célèbres écrivains jansénistes, Antoine Arnauld et Nicole, Fr. Godefroy estime indispensable de se démarquer nettement des louanges prodiguées à Port-Royal par les auteurs du XVIIIe siècle64 et s’avère très proche des écrivains catholiques contre-révolutionnaires dans l’appréciation qu’il donne du jansénisme :

  • 65 Ibid, p. 529.

« Le jansénisme, cette hérésie religieuse qui était en même temps une école politique, qui attaquait à la fois les deux puissances spirituelle et temporelle, qui luttait contre le pape et contre le roi, et qui par son origine touche au protestantisme et par sa fin à la révolution. »65

Auteurs profanes du XVIIIe siècle

37Dès la préface du troisième volume consacré aux prosateurs, celui qui aborde le XVIIIe siècle, le ton de Fr. Godefroy change. Le siècle des Lumières ne trouve aucune grâce à ses yeux. Dès la préface, il reconnaît que ses choix sont dictés par ses options politiques et religieuses et qu’il ne va pas se contenter de les analyser comme philologue, mais qu’il portera sa propre appréciation sur leurs idées :

  • 66 Victor HUGO, Les Misérables, tome VII, p. 412.
  • 67 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. VI-VII. Cette protestation d’impartialité sera reprise à la fin (...)

« Dans une histoire de la littérature, nous devions nous occuper avant tout de la valeur littéraire des hommes, mais nous ne pouvions pas nous en occuper uniquement. La conscience du chrétien et du citoyen se refuse à ne regarder que par le côté de l’art les ouvrages des écrivains du dix-huitième siècle. Ils sont aujourd’hui appréciés avec moins de prévention qu’ils ne l’ont été autrefois, et la mémoire de ceux qui excitaient naguère le plus d’enthousiasme est déjà bien dépopularisée. Cependant ils ont toujours des partisans excessifs ; et des hommes qui se piquent de profondeur et de moralité déclarent encore que « l’œuvre du dix-huitième siècle est saine et bonne »66. C’est donc un devoir pour l’historien de la littérature, comme pour l’historien politique et pour l’historien religieux, de dire ce que fut au vrai cette œuvre, et de montrer de combien de mal le bien fut mêlé.
Si quelques-unes de mes appréciations sont contestées, j’espère que les lecteurs intelligents et de bonne foi, et les juges à l’opinion desquels j’attache le plus de prix, sentiront que toutes ont été dictées par ma conscience.
Dévouement désintéressé à la vérité littéraire, comme à la vérité morale, à la vérité religieuse, à la vérité sociale ; invariable impartialité en tout et à l’égard de tous : telle est la devise que j’ai adoptée pour toute ma vie, – bien que je sache que, dans la lutte continuelle des opinions et des partis, vouloir être strictement impartial est un rôle assez chanceux. Mais l’impartialité, comme je l’entends, est fort éloignée de l’indifférence et du scepticisme. Elle n’exclut pas la chaleur des convictions et la passion pour ce qu’on croit le vrai et le bien. »67

  • 68 « Le grand courant de l’opinion n’appartient plus au dix-huitième siècle ; On a trop goûté les frui (...)

38Les premières lignes de « l’aperçu général » qu’il donne de l’œuvre du siècle au début de son livre reprennent, en les aggravant, les mêmes appréciations. Il se félicite de voir un certain nombre de ses contemporains se déprendre d’une admiration aveugle pour les auteurs du précédent siècle68, tout en regrettant que Lacordaire et V. Hugo n’aient pas modifié leur opinion sur ce point.

  • 69 Ibid., tome 3, p. 1-2.

« Si les écrivains du dix-huitième siècle eurent du génie, ce ne fut guère que celui de la contradiction et de la destruction. Ils mirent en question tout ce qui avait été utilement mis en fait depuis un temps immémorial. Ils eurent autant de passion à s’éloigner du gros de l’arbre qu’on en avait auparavant à s’y tenir attaché. Pour détruire certains abus, ils sapèrent par la base les plus respectables institutions, au risque d’être écrasés sous leurs ruines. Ils n’abordèrent aucune branche de la connaissance humaine qu’avec un esprit de négation et de renversement. […] Lorsqu’on ne s’arrête pas aux surfaces, on voit que ce siècle qui essaya tant de choses en produisit peu de neuves, et que s’il a beaucoup détruit, il n’a presque rien construit. La faiblesse relative apparaît surtout frappante sous le rapport littéraire. »69

39Ce déclin du XVIIIe siècle par rapport à celui qui l’a précédé, Fr. Godefroy croit pouvoir en discerner des signes dans l’évolution même de la langue, évolution qui lui semble découler de celle des esprits :

  • 70 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 3-4, 8.

« Le style perdit l’aisance, la grâce, la naïveté qui n’étaient jamais absentes des écrits même des auteurs les plus solennels ou les plus didactiques du dix-septième siècle. La roideur et l’emphase philosophiques dénaturèrent la langue. Vers le milieu du siècle, l’abus et l’accumulation des termes généraux et abstraits devinrent une mode universelle ; la langue s’alourdit d’une foule d’expressions scientifiques et techniques. En même temps, elle cesse d’être franche, parce que les idées ne le sont pas : la phrase des écrivains du parti philosophique est enveloppée à dessein, pleine de sous-entendus et de mots à double sens. […] Outre les défauts qui viennent d’être indiqués, un caractère commun à toute l’époque, c’est le manque d’âme et de chaleur véritable. À l’exception de Jean-Jacques Rousseau et de Bernardin de Saint-Pierre, tous les prosateurs du siècle de la philosophie sont froids et secs. Ils raisonnent, ils dissertent, ils ne sentent point. Le dix-huitième siècle, on l’a dit bien des fois, c’est la guerre des idées contre le sentiment, c’est une sorte d’émulation pour ôter à l’âme ses plus belles cordes, ses ressorts les plus puissants. »70

40Après cette présentation générale, il analyse ensuite, dans son livre, les divers genres littéraires de l’époque. Il reconnaît volontiers que la prédication du XVIIIe siècle n’atteint pas le niveau de celle du précédent. L’histoire, à son sens, est aussi inférieure, car l’érudition est abandonnée au profit de la polémique. Le seul domaine où il reconnaît une supériorité au siècle des Lumières, c’est celui des sciences naturelles et mathématiques. Il présente la philosophie comme se donnant pour unique but de remplacer la religion et déplore la mollesse des autorités pour lutter contre elle. Il stigmatise l’avilissement de la haute société au fil du siècle, qui se révèle dans l’attitude des représentants des deux premiers ordres au début de la Révolution. La présentation générale de la période qu’il donne dans l’introduction se termine par l’évocation des facteurs de renouveau de la littérature française au début du XIXe siècle :

  • 71 Ibid., tome 3, p. 23.

« La sanglante période ouverte au 10 août 1792 sera nulle à peu près pour la littérature et médiocre même pour l’éloquence oratoire. Il n’y eut pas un Démosthène ni un Cicéron parmi tous ces hurleurs de patriotisme. Cependant, vers la fin du siècle, de vigoureux talents, tel que le comte Joseph de Maistre, s’annonceront avec éclat. Déjà ont paru et ont commencé de se faire connaître des esprits puissants et novateurs, Madame de Staël, Chateaubriand, sans parler du poète André Chénier. Notre langue va produire de nouveaux chefs d’œuvre, et la France est assurée de garder la suprématie séculaire de sa littérature. »71

  • 72 Il reproduit les critiques de Voltaire à cet endroit : « Laissera-t-on subsister dans l’Encyclopédi (...)

41L’opinion de Fr. Godefroy, foncièrement hostile au XVIIIe siècle, se retrouve naturellement dans le corps du texte. L’Encyclopédie de D’Alembert et de Diderot ne trouve pas grâce à ses yeux. Il lui dénie son caractère original, il critique le style dans lequel sont écrits certains articles72, même ceux de Diderot. Sur le contenu, tout en concédant qu’il est bien difficile d’atteindre la perfection dans une œuvre d’un nouveau genre, il reproduit le jugement sévère de Diderot lui-même sur la piètre qualité du fond de certains articles.

  • 73 « Les continuateurs de la tradition du XVIIe siècle ; La nouvelle école littéraire ; Développement (...)

42Ce tome 3 de l’Histoire de la littérature française est différent des deux premiers, d’une part parce qu’il ne reproduit plus de longs extraits des auteurs étudiés, et d’autre part, à cause de son plan. L’ouvrage, en effet, est divisé en deux parties, l’une qui rassemble les différents écrits du siècle par genres littéraires73 et la seconde qui est consacré à quelques grands écrivains : Fontenelle, Lesage, Montesquieu, Buffon, Voltaire, Rousseau, Diderot, pour lesquels il donne des extraits.

43Vingt pages sont consacrées au « déchaînement anticatholique et antireligieux » ( p. 420-439). D’emblée, il en fait reposer la responsabilité sur Voltaire et situe vers 1760 le tournant des idées :

  • 74 GRIMM, Correspondance littéraire, janvier 1768.
  • 75 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 421-422. Fr. Godefroy analyse les œuvres de Fréret, Boulanger (1 (...)

« Vers 1760, la révolution anticatholique que Voltaire pressait par tant d’efforts et de machinations, était déjà presque accomplie. Les antiques croyances étaient devenues comme un poids insupportable. Une « lassitude générale du christianisme se manifestait de toutes parts74. » Les arguments des coryphées de l’irréligion étaient répétés par une multitude d’incrédules subalternes, de sansonnets philosophiques. La presse vomissait chaque jour des centaines d’ouvrages effrontément impies. […] Parmi les livres dirigés contre les bases du christianisme, les uns étaient écrits avec fureur, et les autres, peut-être plus dangereux, avec le sang-froid des rationalistes anglais. Les prédicateurs d’impiété ne se contentaient pas de s’adresser aux classes éclairées ; ils mettaient l’athéisme à portée des ouvriers et des femmes du peuple les plus ignorantes. Enfin l’on trouvait moyen de glisser partout l’incrédulité et l’impiété »75.

Auteurs religieux du XVIIIe siècle

  • 76 Fr. GODEFROY, Ibid., tome 3, p. 429.
  • 77 Ibid., tome 3, p. 430.
  • 78 « Ceux qui étaient les plus remarquables par la solidité et l’étendue de leurs connaissances demeur (...)

44Se tournant vers la hiérarchie catholique, Fr. Godefroy estime qu’elle avait besoin d’une sérieuse réforme, et cela à cause de la contamination de la philosophie des Lumières76. Il énumère plusieurs noms du clergé parmi les nombreux « apostats déclarés »77 : l’abbé de Prades (1720-1782), Le Courrayer (1681-1776), l’abbé Morellet (1727-1819), qui croyait pouvoir fonder dans l’Évangile la notion de tolérance adoptée par les philosophes et qui collabora à l’Encyclopédie. Il n’oublie pas cependant d’évoquer les apologistes catholiques, mais regrette que la qualité de leurs écrits n’était pas à la hauteur des intentions78. Il s’intéresse particulièrement à l’archevêque de Paris Christophe de Beaumont (1703-1781), Nicolas Bergier (1718-1790) et l’abbé Guénée (1717-1803).

  • 79 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 436.

« L’Apologie de la religion chrétienne, contre l’auteur du Christianisme dévoilé, peut être regardée comme le chef d’œuvre du théologien de Besançon. Rien de plus clair, de plus solide, de plus lumineux que cette réfutation. En général, l’abbé Bergier, dans ses ouvrages apologétiques, se montre habile logicien. Il raisonne partout avec force ; ses pensées, rigoureusement déduites les unes des autres, ne forment toutes ensemble qu’un tissu de préceptes solides et de conséquences incontestables. Il n’écrit pas toujours avec assez de correction et d’agrément. Ce n’en est pas moins un des plus vigoureux lutteurs du catholicisme »79.

45Si Fr. Godefroy émet quelques réserves sur le style de Bergier, il est plus louangeur envers celui de Guénée :

  • 80 Ibid., tome 3, p. 437.

« Les Lettres de quelques Juifs sont écrites d’un style pur, facile et agréable. « Ce n’est pas le tout d’écrire d’une manière agréable et légère, il faut encore raisonner juste », dit l’auteur. Il réunit admirablement les deux qualités. Son apologie se fait lire avec un plaisir continu ; et en même temps, elle est instructive, solide, lumineuse. »80

46Toutefois, son jugement d’ensemble sur l’apologétique catholique du XVIIIe siècle est négatif :

  • 81 Ibid., tome 3, p. 438. Il vient de citer un peu plus haut : TERTULLIEN, Apologétique.

« Déployer si peu de talent, si peu d’énergie, c’était donner gagné à la philosophie, dont tant d’apostasies sacerdotales venaient augmenter le triomphe. Tous ces prêtres et ces moines oublieux de leur caractère, et infidèles à leur mission, contribuèrent tristement à la révolution qui devait labourer la vieille France. Heureusement la persécution viendra réveiller l’esprit sacerdotal. L’univers admirera la foi magnanime de nos prêtres. Le clergé français, pendant la Révolution, rappellera ces chrétiens des premiers siècles dont un Père a dit : « Ce sont de certains hommes toujours prêts et disposés à mourir. »81

F. Godefroy et les auteurs contemporains82

  • 82 Nous n’avons eu à notre disposition que la première édition, en un volume (1880) de l’ouvrage qu’il (...)
  • 83 En ce qui concerne J. de Maistre, on voit même Fr. Godefroy reprendre ( p. 129-135) littéralement c (...)

47Il faut attendre 1880 pour que Fr. Godefroy publie le volume concernant les écrivains de son temps. Là encore, on est frappé par son érudition : le livre ne comporte pas moins de 184 notices nominatives, sans compter les auteurs évoqués dans les « aperçus généraux » qui émaillent le texte. L’édition primitive rassemble en un seul volume les prosateurs et les poètes et ce sont même ces derniers qui occupent la plus grande place (300 pages sur 550). L’ouvrage comporte d’ailleurs certaines redites, ce qui témoigne peut-être d’une écriture trop rapide, procédant d’une juxtaposition de fiches pas assez dominée83.

  • 84 Mgr Etienne Antoine de Boulogne, Denis Antoine Luc de Frayssinous, Nicolas de Mac-Carthy, Jean-Bapt (...)
  • 85 Royer-Collard, le vicomte Lainé, le général Foy, le comte de Serre, le vicomte de Martignac, Casimi (...)
  • 86 Il cite là : Napoléon Ier, Joseph de Maistre, Lamennais, Benjamin Constant, Paul Louis Courrier, Ar (...)
  • 87 Notices sur : Villemain, Sainte-Beuve, Désiré Nisard et Saint-Marc Girardin.

48Traitant néanmoins d’abord des prosateurs, il commence par rendre hommage aux « initiateurs du mouvement littéraire au XIXe siècle » : Chateaubriand et Mme de Staël, avant d’aborder les différents genres littéraires. Il traite d’abord de la philosophie, de manière assez succincte, en esquissant les différentes écoles : théocratique, sensualiste et positiviste. Puis il ouvre un large chapitre sur l’éloquence, la répartissant, de manière relativement discutable, entre l’éloquence de la chaire84, celle de la tribune et du barreau85 et celle qui s’exprime dans les écrits86. Quoique écrivant au moment de l’émergence de « l’école méthodique », il accorde une certaine place au développement de la science historique au XIXe siècle, consacrant plusieurs notices à quelques grands noms : Augustin Thierry, François Guizot, Michelet, Louis Adolphe Thiers, Barante et Montalembert. On est frappé, en revanche, par la portion extrêmement réduite du livre qui est dédiée au roman et au théâtre, alors qu’un chapitre porte sur « la critique, l’esthétique et l’histoire littéraire »87.

49La poésie, qui occupe plus de la moitié de l’ouvrage est répartie en plusieurs catégories : la poésie narrative, le conte, la fable, la poésie dramatique, la comédie, la poésie d’opéra, la poésie lyrique, la chanson, la romance, le sonnet, la poésie descriptive, la poésie satirique, la poésie légère et la poésie didactique. Parmi les nombreux auteurs qui sont cités, un grand nombre, il faut l’avouer, sont aujourd’hui, tombés dans l’oubli.

50Donnant à Chateaubriand la première place dans son livre, on pourrait s’attendre à ce que Fr. Godefroy ne tarisse pas de louanges à l’égard de l’auteur du Génie du christianisme. Ce n’est pourtant pas le cas car il s’appuie visiblement sur l’opinion, de nature théologique, quelque peu méprisante de son ami Dom Guéranger :

  • 88 Fr. GODEFROY, Histoire de la littérature française au XIXe siècle, Paris, Gaume, 1880, p. 3-4. Il c (...)

« La doctrine et la vérité furent un peu trop sacrifiées à la beauté et à l’agrément ; la fantaisie poétique envahit trop le domaine du dogme et de la tradition. Aussi « un tel livre ne pouvait, à lui seul, raviver l’antique foi. Il recommandait le christianisme à la considération des hommes de cette époque : mais son résultat n’était pas de les amener à croire au surnaturel. La religiosité vint prendre la place de la religion, et fit illusion à la surface » (Dom Guéranger). L’auteur se montrait faible en philosophie et en histoire comme en théologie ; enfin, de son propre aveu, ce qu’il a dit des arts est étriqué et souvent faux, parce qu’à cette époque il n’avait vu ni l’Italie, ni la Grèce, ni l’Égypte. Cependant il avait droit de se flatter que le Génie du christianisme resterait son grand ouvrage, parce qu’il a produit ou déterminé une révolution et commencé la nouvelle ère du siècle littéraire. »88

  • 89 « La longue carrière littéraire de Chateaubriand fut close, en 1844, par la Vie de Rancé, dédiée à (...)
  • 90 « Sa langue déborde d’archaïsmes et de néologismes. Certes, il faut louer Chateaubriand d’avoir rel (...)

51Fr. Godefroy est plus louangeur à l’égard des Martyrs, mais à propos du Voyage en Italie (1834) il critique le manque de foi de l’auteur et ses réserves devant la Rome pontificale. Il est très sévère également sur la Vie de Rancé qu’il a publiée89, mais témoigne d’une certaine admiration pour les Mémoires d’outre-tombe, tout en blâmant, en ce qui concerne le style, son goût pour l’emphase90. Tout en reconnaissant l’influence qu’a eue le livre De l’Allemagne, il estime que la réputation de Mme de Staël, tant au niveau du fond que de la forme, a été très surfaite et qu’elle ne perdurera guère.

  • 91 « L’école traditionaliste a trop abaissé la raison individuelle dont elle a méconnu les droits. », (...)
  • 92 « Quoique l’auteur du livre Du Pape soit tombé dans quelques exagérations ou erreurs, la vérité est (...)

52Son opinion envers les philosophes catholiques traditionalistes du début du siècle n’est pas sans nuances, loin s’en faut91. S’il reconnaît à Joseph de Maistre le mérite d’avoir pris la défense de la papauté et d’avoir usé d’un style percutant92, il reproche à Louis de Bonald d’identifier la cause de l’Église catholique avec celle de la monarchie absolue. Fr. Godefroy fera d’ailleurs l’aveu de son inclination vers le catholicisme libéral au détour d’une page consacrée à Lacordaire :

  • 93 CHOCARNÉ, Vie du P. Lacordaire, tome II, p. 241, Ibid., p. 73.

« Il céda comme bien d’autres à des illusions et à des entraînements ; lui-même en convient. Il parut dans les clubs et goûta quelque satisfaction à s’y faire applaudir. Mais son libéralisme ne fut jamais que l’amour d’une sage et chrétienne liberté. « Il croyait sincèrement à la réconciliation et à l’alliance future de la religion avec la société par un respect réciproque de leurs droits. Tout son libéralisme était là », dit un de ses biographes. « Il croyait à la liberté, parce qu’il l’estimait aussi nécessaire à l’Église qu’à l’État, selon cette formule : la religion a besoin de liberté ; la liberté a besoin de la religion. »93

53Mais surtout, le lecteur est impressionné par la sévérité de l’appréciation qu’il porte sur Lamennais :

  • 94 Fr. GODEFROY, Ibid.., p. 24-25.

« Le second volume [de l’Essai sur l’indifférence], publié en 1820, révéla dans Lamennais un chef d’école hautain plutôt qu’un apologiste chrétien. Il prétendait établir que tous les dogmes du christianisme ont été crus universellement par le genre humain. Mais en cherchant dans les traditions plus ou moins confuses des peuples la raison générale de l’humanité, en faisant de cette raison la religion vraie, il réduisait le christianisme à une simple épuration de croyances universelles. Sous prétexte de donner un nouveau principe de certitude, il sapait par la base tout l’édifice de la connaissance »94.

54Ces critiques, qui trouvent place dans le chapitre consacré à la philosophie, il les reprend, avec une sévérité accrue, dans celui qui porte sur « éloquence dans les écrits » :

  • 95 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 138-139.

« Prétendre prouver l’autorité de l’Église par l’autorité de la raison générale du genre humain en plaçant la certitude dans cette même raison générale, c’était faire du protestantisme sur une plus vaste échelle, car, dans ce système, toute croyance quelconque dépendra, originairement, de la raison générale, qui en est la première base, ce qui semble contradictoire avec l’existence d’une autorité en dehors de cette même raison générale et supérieure à elle. Ajoutons que le troisième volume de l’Essai affirmait positivement l’identité de Dieu et du genre humain. On le voit, le panthéisme était en germe dans l’Essai sur l’indifférence en matière de religion. [...] Le sincère mais orgueilleux abbé persista obstinément dans ses défis au passé, dans sa folle prétention de reconstruire à lui seul l’édifice entier de la théologie. Il était facile de prévoir à quels abîmes cette présomption le conduirait »95.

55Le critère de l’orthodoxie religieuse demeure important dans l’appréciation que porte notre auteur, mais ne conditionne pas la totalité de son jugement. On devine qu’il porte un certain intérêt à la pensée de Ballanche et même un réel attachement à la pensée de penseurs socialistes proches du christianisme :

  • 96 Ibid., p. 31.

« Deux hommes qui se mêlèrent activement au mouvement des idées socialistes, Pierre Leroux et Jean Reynaud, se vouèrent sincèrement à la recherche de la vérité philosophique. [...] L’Église catholique a condamné ces théories qui, sous prétexte d’étendre le ciel à la terre, altéraient l’idée de l’immortalité telle qu’elle découle du dogme chrétien. On ne saurait cependant méconnaître la générosité des sentiments qui inspiraient Jean Reynaud et la hauteur de l’idée d’après laquelle toute âme, selon lui, est en marche vers Dieu. »96

  • 97 En ce qui concerne les premiers, il cite : Émile Saisset, Jules Simon et É. Caro. Parmi les seconds (...)
  • 98 « Ce livre présente un résumé complet et raisonné de tout ce que la philosophie chrétienne, inspiré (...)

56C’est, en revanche, d’un ton neutre qu’il présente, de manière honnête, les philosophes de l’école positiviste et, de même, la pensée d’Ernest Renan. Mais il tient à ajouter ensuite que leur influence a été contrebalancée par celle des philosophes spiritualistes et chrétiens97. Parmi ces derniers, il attache une importance particulière au P. Lescœur, auteur d’une Théodicée chrétienne tirée des Pères de l’Église, qui présente dans cet ouvrage la pensée des Pères de l’Église comme un critère de tous les systèmes philosophiques98.

57L’admiration pour les Pères de l’Église se conjoint chez Fr. Godefroy à celle qu’il conserve envers l’Ancienne Rome et ses vertus qu’il croit voir se réincarner en François Arago :

  • 99 Ibid., p. 95.

« Arago fut une des figures politiques les plus pures de notre histoire parlementaire. Républicain sévère et convaincu, méprisant la fortune et les honneurs, portant le désintéressement jusqu’à la plus généreuse abnégation, il montra dans les hautes dignités du pouvoir l’austérité des mœurs antiques. Les désordres révolutionnaires brisèrent ce noble cœur. Une immense tristesse patriotique avança l’heure de sa mort. »99

  • 100 « Lamartine se croyait plus grand politique que grand poète ; cette étrange illusion fut la source (...)
  • 101 Ibid.., p. 370.

58Certains auteurs, on l’a vu, interviennent dans plusieurs rubriques : Lamartine, comme orateur de tribune, comme poète narrateur, poète lyrique ; Hugo, lui aussi, à cause de ses discours politiques, de ses poésies narratives, dramatiques, lyriques. Fr. Godefroy reproche à l’écrivain de Milly sa superficialité dans l’art oratoire100 que dans la composition de ses poèmes et conclut les neuf pages qu’il lui consacre : « Ce poète, que la nature avait si bien doué, ne léguera donc à la postérité aucune œuvre d’ensemble digne de son génie. »101

  • 102 « Victor Hugo, dans les causes qu’il aborde, ne voit le plus souvent qu’un thème à développer, un s (...)
  • 103 « Victor Hugo, dans ses harangues politiques, vise continuellement à l’effet ; sa parole est véhéme (...)

59Abordant Victor Hugo, Fr. Godefroy a bien conscience de rédiger une appréciation sur le géant littéraire de son temps. Il aborde son œuvre sous des angles variés. À l’égard de ses discours politiques, il se montre assez sévère, lui reprochant sa versatilité dans ses opinions, subordonnées à sa recherche de la popularité, mais rendant un certain hommage à son style102, tout en estimant que ses discours révèlent une certaine vacuité du fond103. Il critique directement le discours que vient de prononcer l’écrivain pour le centenaire de Voltaire :

  • 104 Ibid., p. 115.

« Nous n’opposerons pas la vie et les opinions manifestes de Voltaire au résumé fantastique qu’en a fait l’orateur. Tous les esprits sérieux ont pu reconnaître que ce discours est plutôt une création idéale que l’exposé de la vérité. »104

  • 105 Ibid., p. 301-307.
  • 106 Ibid., p. 371-405.
  • 107 Ibid., p. 371.

60Il donne une analyse de plusieurs des pièces qu’il a composées : Cromwell, Hernani, Le Roi s’amuse, Lucrèce Borgia, Ruy Blas, Les Burgraves et blâme l’immoralité de certaines d’entre elles, comme Le Roi s’amuse et Ruy Blas105. Mais il décerne un éloge sans réserve à sa poésie lyrique à laquelle il consacre 35 pages106. Il n’hésite pas à déclarer : « Notre poésie lyrique date véritablement du dix-neuvième siècle ; le roi de la poésie lyrique est Victor Hugo107. » Il estime qu’il devance Vigny et Lamartine et donne des extraits d’un certain nombre de poèmes, dont Waterloo, Les Châtiments, et L’Etoile filante, tirée des Chansons des rues et des bois, recueil qu’il juge néanmoins inégal :

  • 108 Ibid., p. 387; 404-405.

« On le voit, dans ces déplorables chansons des rues et des bois, il est encore quelques perles. Nous voudrions pouvoir les égrener toutes, les garder à part, puis jeter le reste du livre au feu. [...]
Nous ne cherchons pas à le dissimuler, l’excès dans les idées et dans la forme, le parti pris de l’antithèse, la recherche constante et trop marquée des effets, le tour de force prosodique remplaçant trop fréquemment le mérite de la pensée, le secret calcul du poète qui avant tout veut étonner, principalement dans ses dernières œuvres, ces défauts divers propres aux époques de décadence viennent souvent compromettre la merveilleuse beauté de certaines pièces et de certains ouvrages de celui qui si jeune ambitionna la gloire d’un réformateur et d’un innovateur de génie ; mais, tout en faisant ces réserves, il faut déclarer que Victor Hugo est le premier poète lyrique non seulement de la France, mais de toutes les nations anciennes et modernes »108.

61En fait, on devine que Fr. Godefroy, tout en admirant globalement l’œuvre de V. Hugo, déplore sa négligence dans l’écriture de ses derniers poèmes. Analysant les deux derniers volumes de La Légende des siècles, que le poète vient de publier, âgé de plus de 75 ans, il juge que ce n’est plus qu’épisodiquement qu’apparaît le talent du poète :

  • 109 Ibid., p. 268.

« Nous nous sommes complu à mettre en relief tout ce qu’offrent de beau, de grand, de vraiment inspiré, les deux nouveaux volumes de la Légende des Siècles. Notre devoir de critique nous oblige à revenir sur les défauts qui déparent les qualités toujours brillantes du poète bientôt octogénaire. Jamais il ne s’est vu un pareil exemple d’abandon à toutes les fantaisies de l’imagination, à tous les excès contre le bon goût et contre le bon sens. Malgré tout ce qu’on peut encore rencontrer d’admirable, l’aggravation des défauts du poète cause une sensation de fatigue et de souffrance indicible. Pourquoi Victor Hugo n’a-t-il pas mieux su diriger son talent ? »109

  • 110 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 117-122, p. 228-230. En ce qui concerne ses discours politiques, il repr (...)

62Parmi les écrivains catholiques contemporains, Fr. Godefroy met en valeur le talent de Montalembert, en tant qu’orateur politique et qu’historien110, ceci en tant qu’auteur de Sainte Elisabeth de Hongrie et des Moines d’Occident. Il consacre quatre pages à évoquer la mémoire et l’œuvre de Mgr Dupanloup, évêque d’Orléans, parlementaire et académicien :

  • 111 Ibid., p. 177-180. Citation : p. 177. Toutefois, il ne lui accorde pas un talent exceptionnel en ta (...)

« La polémique extraordinairement active de l’évêque d’Orléans fut la première cause de sa grande réputation. Il y dépensa, jusqu’à son dernier souffle, toutes les forces d’une âme ardente dont les moindres impressions étaient aussi chaleureuses que spontanées. Mgr Dupanloup fut l’homme des grands jours et des grandes luttes. Il défendit la religion et l’Église avec une véhémence qui paraissait à tout moment se retremper dans ses efforts mêmes »111.

63C’est certainement le contexte politique dans lequel il écrit qui pousse Fr. Godefroy à prendre de la distance avec l’optimisme dont témoigne le futur évêque d’Orléans dans son livre sur La Pacification religieuse 1845 :

  • 112 Ibid., p. 177-178.

« Comme beaucoup d’esprits distingués et de cœurs généreux, Mgr Dupanloup caressait des illusions naïves sur la possibilité d’une entente avec la Révolution dans les grandes voies de la liberté »112.

64Fr. Godefroy n’oublie pas ce qu’il doit à son ancien maître et c’est certainement ce qui le pousse à prendre explicitement de la distance à l’égard de son ami, Louis Veuillot, auquel il ne pardonne pas les jugements sévères qu’il a portés sur l’évêque. Certes, il lui reconnaît le talent de polémiste, de critique littéraire, de critique d’art et de journaliste. Il évoque aussi avec faveur des livres comme Çà et là et Le Parfum de Rome. Il évoque son combat pour l’Église et la suppression de l’Univers prononcée sous le Second Empire, ainsi que ses attaques contre le catholicisme libéral dans L’Illusion libérale. Mais il blâme nettement les attaques dont il est coutumier, estimant que cela ne rend pas un bon témoignage à la foi chrétienne dont il se fait le chantre et qu’on peut même y voir l’une des raisons de l’opposition à l’Église qui se fait jour à son époque :

  • 113 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 186-187.

« Dans son livre des Odeurs de Paris, [...] continuant son œuvre de journaliste, Louis Veuillot a dépensé tout ce que son ardent esprit pouvait contenir de violentes colères et d’indignation. Ces dispositions des Odeurs de Paris ne sont pas entièrement selon la charité chrétienne. [...] Critique, nous devons seulement blâmer des violences et des excès de langage dont l’esprit de parti ne s’est que trop servi pour rendre odieux et le nom de M. L. Veuillot et la cause qu’il défendait. [...] On passerait [...] donc à ce bouillant improvisateur ses boutades de malice et d’esprit, ses trivialités qui rappellent que cet « enfant du petit peuple », comme il aime à se nommer, « a eu pour premier maître d’école le gamin de Paris », on lui pardonnerait ses crudités de style, ses nudités d’images, et cette brutale franchise de pensée et d’expression qui est l’originalité de sa polémique : mais il abuse, à l’adresse de certaines personnes qui l’ont provoqué, des tours méprisants, des railleries insultantes, des bouffonneries cruelles ; trop souvent il a oublié que les hommes de bords opposés doivent, même au milieu de la lutte, observer entre eux des égards et des ménagements ; égards dus surtout à des frères que des questions de détail peuvent diviser, mais qui restent d’accord sur le fond des principes essentiels ; enfin il a eu ce tort, le plus grave de tous, de ne pas savoir imposer silence à ses ressentiments, en face des tombes les plus vénérées. »113

65Que pouvons-nous retenir de ce parcours à travers l’Histoire de la littérature française à laquelle Fr. Godefroy met la dernière main, en ces années 1880, ces années des lois laïques, où la République opportuniste, perçue par les catholiques comme fille de la Révolution, mène la lutte contre l’Église ? Quelle image de la culture littéraire française donne-t-il aux élèves des établissements catholiques auxquels il s’adresse ?

66Dans ce livre qui fait la preuve de sa vaste culture, il invite ses lecteurs à être de leur temps et à aimer fondamentalement la culture qui les a vu naître, tout en faisant preuve d’un certain discernement en fonction de leur foi. Deux critères guident effectivement son jugement : l’appréciation du style littéraire – voire les critères philologiques pour les auteurs du XVIe siècle – et l’orthodoxie religieuse de la pensée. Son livre, qui vise certainement à former le jugement des enseignants chrétiens, doit les conduire à présenter à leurs élèves les auteurs qui ont illustré la langue française, tout en effectuant un choix dans leurs œuvres en fonction du contenu moral et en assortissant leur présentation des commentaires appropriés pour en supprimer les effets fâcheux. Malgré les liens d’amitié qui le lient à L. Veuillot et à Dom Guéranger, Fr. Godefroy est plus proche du tempérament des catholiques libéraux. Rompant avec l’opposition marquée par les intransigeants entre le Moyen Âge et la Renaissance qui les conduit à dénigrer celle-ci, il se veut l’apôtre de la continuité dans le développement littéraire et il n’hésite pas à louer chez les Renaissants la conquête de la liberté à l’égard d’une scolastique en voie de sclérose. Pour lui, le progrès ne peut se gagner que dans une atmosphère de liberté.

  • 114 On constate pourtant, si l’on admet que, selon Cl. Savart, le livre religieux représente environ 10 (...)

67Toutefois, cette ouverture à l’ensemble de la culture ne masque pas, chez lui, l’importance qu’il accorde aux critères moraux et religieux. Ce sont eux qui l’amènent, par exemple, à blâmer sévèrement Rabelais et Calvin, tout en leur reconnaissant des mérites littéraires et à accorder une place importante aux orateurs sacrés dans le panorama qu’il brosse114. Ces critères ne sont pas sans influence sur son jugement, positif envers le XVIIe siècle, très défavorable à l’égard du Siècle des Lumières. Pourtant, c’est avec sympathie qu’il se tourne vers la littérature de son temps. Il donne ainsi aux enseignants des établissements catholiques qui lisent son ouvrage une bonne connaissance de la culture de leur temps et les pousse à l’aimer.

Haut de page

Notes

1 Lorsqu’il entame la publication du Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle (1881-1902, 10 vol. ; rééd., 1937-1938), qui demeure son œuvre maîtresse, il reçoit les encouragements de Littré, et le prestigieux prix Gobert de l’Académie française est attribué à l’ouvrage. On se souvient que l’élection de Littré à l’Académie française est cause de la démission de Mgr Dupanloup, désespéré de n’avoir pu s’opposer efficacement à cette entrée. Pierre Larousse, qui a pourtant la dent dure envers les cléricaux, écrit dans son dictionnaire : « Frédéric Godefroy, littérateur né à Paris en 1826. Après avoir terminé ses études, il s’adonna à des recherches et à des travaux d’érudition littéraire. Depuis lors, il a attiré sur lui l’attention du public qui s’occupe des choses de l’esprit par la publication de deux ouvrages remarquables. Ils ont pour titre : Histoire de la littérature française (1851-1867) à laquelle l’Académie française a décerné en 1861 le prix Lambert et Lexique comparé (1862). Ces ouvrages attestent le goût et le savoir de l’auteur. », Pierre LAROUSSE, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome VIII, Paris, Larousse, s.d., [1875-1888], p. 1340.

2 En 1872, les Assomptionnistes modifient leurs plans d'étude pour adopter les ouvrages de Fr. Godefroy , cf. lettre du P. [Emmanuel Bailly] à la librairie Gaume, (12 décembre 1872), Fonds Gaume, Fuans (25), n° 758. Toutefois, l’abbé Jeannin, directeur du collège de Saint-Dizier, qui a introduit les Morceaux choisis de Godefroy, se heurte à des résistances et demande que l’auteur vienne lui-même plaider la cause de ses ouvrages , cf. lettres de l’abbé Jeannin à Mgr Gaume (12 octobre 1872 et 19 octobre 1873), Archives de la maison générale de l’Assomption, Rome, fonds Gaume, n° 753 & 768.

3 La vie de F. Godefroy est assez peu connue. Nous n’avons pu trouver aucun article nécrologique d’importance le concernant. Voir néanmoins : D. REUILLARD, « Godefroy (Frédéric) », dans Dictionnaire de biographie française, tome 16, Paris, Letouzey, 1982, col. 441.

4 Après sa mort sera édité son Lexique de l’ancien français (1901, 10 éd. jusqu’en 2000).

5 Première édition : Histoire de la littérature française depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Études et modèles de style, Prosateurs, tome 1, Paris, Gaume et Duprey, 1859, XLVIII-578 p. ; tome 2, 1860, 681 p. ; tome 3, 1863, VIII-727 p. ; Poètes, tome 1, 1867, XVI-696 p.

6 Tome 1, Cours préparatoire 1er âge, 1873, VII-148 p. ; 5e éd., 1887 ; tome 2, Premier cours, 1872, XII-377 p., 21e éd., 1901 ; tome 3, Deuxième cours, 1872, III-612 p., 3e éd., 1876 ; tome 4, Cours supérieur. Poètes, 1874, IV-428 p., 2e éd., 1882 ; tome 5, Cours supérieur. Prosateurs, 1874, VIII-796 p., 5e éd., 1902.

7 Théâtre classique à l’usage des pensionnats et des collèges. Études générales et analyses des pièces, Paris, Gaume, 1880. (Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Britannicus, Esther, Athalie, Mérope, Le Misanthrope).
Nicolas BOILEAU, Œuvres poétiques ; Corneille, Le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Pompée, le Menteur, Rodogune, don Sanche ; FÉNELON, De l’éducation des filles. Précédé d’une étude sur la pédagogie et les principaux éducateurs et suivi d’une analyse critique du livre II de l’Émile de Jean-Jacques Rousseau ; LA BRUYÈRE, Caractères ; LA FONTAINE, Fables choisies ; MASSILLON, Œuvres choisies ; MOLIÈRE, Les Femmes savantes, Le Bourgeois gentilhomme ; RACINE, Britannicus Athalie ; Mme de SEVIGNE, Choix de lettres ; VOLTAIRE, Charles XII ; Lettres choisies.

8 Il publie des articles dans La Patrie, le Constitutionnel, L’Union, L’Univers, Le Correspondant, Le Foyer, la Revue du monde catholique

9 Lettre de Louis Veuillot à Dom Guéranger, (5 avril 1864), publiée dans : Louis VEUILLOT, Correspondance, tome 12, (février 1875 – fin 1879). Supplément et tables, (Œuvres complètes, XXVI), Paris, Lethielleux, 1932, lettre XCIII, p. 343. Dans deux lettres à Dom Guéranger, du 1er et du 5 avril, L. Veuillot fait l’éloge de Fr. Godefroy qui vient de perdre sa mère et se propose de faire retraite à Solesmes.

10 Le journal est alors suspendu par le gouvernement impérial.

11 Il est clair que L. Veuillot apprécie particulièrement le jugement moral qui est porté sur les auteurs au nom du christianisme et la réévaluation que Fr. Godefroy opère du XVIe siècle au détriment du Siècle des Lumières :
« Le choix des morceaux pris de chaque auteur est parfait, et donne toujours une leçon de morale ou d’histoire en même temps qu’une leçon de littérature. […] Vous savez ce que je pense de votre érudition en matière de langue et de grammaire. Je ne la compare à nulle autre. Les notes abondantes qui accompagnent vos Notices et les Morceaux choisis la manifestent dans toute son étendue et dans toute sa solidité. Enfin, mon cher Monsieur, mon avis est que vous nous donnez un excellent Cours de littérature française très complet, et supérieur à tout ce que nous possédons. je n’ai pas besoin de dire combien je vous loue d’en avoir su faire un recueil de lectures irréprochables et que l’on peut mettre dans toutes les mains. […] Vous aborderez ensuite les poètes et là encore vous nous direz du nouveau sur une foule de sujets où, depuis longtemps, nous n’entendons plus que l’ignorance et le lieu commun. J’ai lu les premières feuilles de votre Lexique de la langue de Corneille. Cette œuvre est digne de vous, et, en disant cela, je veux beaucoup dire. Que de lecteurs seront étonnés des belles et vertes leçons de français que Corneille, grâce à vous, rend à Voltaire ! », Lettre de Louis Veuillot à Frédéric Godefroy, publiée dans : Louis VEUILLOT, Correspondance, tome VI, (février 1859 – mars 1861), (Œuvres complètes, XX), Paris, Lethielleux, 1931, lettre n° CCXLIII, p. 308-309.

12 On peut penser, comme l’éditeur de la correspondance de L. Veuillot, que la lettre du journaliste a quelque peu été sollicitée par les éditeurs – le beau-frère de L. Veuillot, Arthur Murcier, travaille à la maison Gaume , cf. Louis VEUILLOT, op. cit., p. 307 note 2.

13 Le 10 juin 1863, Frédéric Godefroy publia, dans la Revue du monde catholique un article sur les Satires (tome 6, avril-juillet 1863, p. 485-511) et, le 1er juillet 1863, un article sur Veuillot « prosateur et poète » dans L’Ami des livres qui avait été précédé par un article sur les Satires dans le numéro du 16 mai 1863 , cf. Claude FOUCART, L’Aspect méconnu d’un grand lutteur : Louis Veuillot devant les arts et les lettres, Lille, Atelier de reproduction des thèses de l’Université de Lille III – Paris, Honoré Champion, 1978, tome 2, p. 1217, note 14.

14 Frédéric GODEFROY, Histoire de la littérature française depuis le seizième siècle jusqu’à nos jours, tome 1, Paris, Gaume, 1859, Préface, p. III.

15 Fr. GODEFROY, op. cit., p. II.

16 Il faudra attendre 1895 pour que la liste se complète de « Récits extraits des prosateurs et poètes du moyen âge et mis en français moderne » et d’extraits descriptifs des œuvres de Buffon ainsi que du Télémaque de Fénelon, cf. André CHERVEL, Les Auteurs français, latins et grecs au programme de l’enseignement secondaire de 1800 à nos jours, Paris, INRP – Publications de la Sorbonne, 1986, p. 56-63.

17 Plus précisément : les deux premières Provinciales de Pascal, les Oraisons funèbres d’Henriette d’Angleterre et du prince de Condé de Bossuet ainsi que la troisième partie du discours sur l’histoire universelle, Des ouvrages de l’esprit de La Bruyère, les Dialogues sur l’éloquence et les livres IV et XIV du Télémaque de Fénelon, le Petit Carême et des sermons de Massillon, la Grandeur et décadence des Romains de Montesquieu, Le Siècle de Louis XIV de Voltaire, le Discours sur le style de Buffon, Le Cid et Polyeucte de Corneille, Le Misanthrope de Molière, Britannicus, Esther et Athalie de Racine, les Fables et Philémon et Baucis de La Fontaine, les Épîtres et l’Art poétique de Boileau. , cf. A. CHERVEL, op. cit., p. 235. Ce programme ne subira que quelques modifications mineures dans les décennies suivantes.

18 « Une des nouveautés qui devront le plus frapper dans nos extraits, c’est le nombre, l’étendue et la nature des notes philologiques dont ils sont accompagnés. […] Au moins un bon nombre de difficultés, et des plus graves, seront, dans cet ouvrage, étudiées à fond et avec une sûreté que peuvent seules donner des études approfondies de philologie et de lexicographie, comme celles que nous poursuivons silencieusement depuis plus de douze ans, et dont le résultat sera bientôt rendu public. On verra quelquefois, pour un même fait, une abondance de citations. On s’apercevra que nous n’avons pas voulu seulement entasser les éruditions, mais que notre objet a été d’appeler fortement l’attention sur des faits de langue peu connus, d’inculquer certains sens, certaines locutions généralement ignorées. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. V-VI.

19 « Nous ne nous contenterons pas d’interpréter ; souvent nous étudions les locutions au point de vue de l’usage, et nous indiquons celles qu’on doit regretter d’avoir laissé perdre, et qu’il faudrait essayer de reprendre. Nous ne disons rien à ce sujet qu’avec une extrême réserve. Certes nous ne voudrions pas nous vanter de pouvoir toujours démêler au juste et fixer précisément les locutions surannées et véritablement tombées, et les locutions restées dans l’usage ou pouvant encore être employées heureusement, quoique oubliées et négligées. Nous ne prononcerons ici que dans le cas de l’évidence. », Ibid., p. VII.

20 Fr. GODEFROY, op. cit., p. VIII.

21 « Sous Louis XIII, la langue fit de signalés progrès et la composition sut s’élever à une régularité puissante. Balzac dans la prose, Corneille au théâtre, Malherbe dans la poésie lyrique, en même temps que Poussin et Vouët dans la peinture, ouvrirent ce grand mouvement intellectuel qui devait atteindre son apogée sous Louis XIV. », Ibid.., p. 344-345.

22 « Un corps qui a grandement contribué à l’illustration de notre littérature, […] l’Académie française, en entreprenant prématurément d’épurer, d’ordonner, de fixer le système entier de la langue, en précipita pour sa part l’appauvrissement. […] Là où l’Académie exerça une influence très heureuse, ce fut quand elle sut remplir l’intention de Bossuet qui voulait que ce conseil « réglé et perpétuel » prît pour tâche « de réprimer les bizarreries de l’usage et de tempérer les dérèglements de cet empire trop populaire », Ibid., p. 345-346.

23 Il cite Chateaubriand, V. Hugo, Lamartine et Sainte-Beuve, Ibid.

24 Daniel MOULINET, Les Classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Mgr Gaume, Paris, Le Cerf, (Histoire religieuse de la France), 1995, p. 339.

25 Fr. GODEFROY, op. cit., p. IV-V.

26 Il ne faudrait pas déduire d’une telle assertion que Fr. Godefroy soit aussi méprisant pour la langue des Pères que l’étaient certains enseignants de son temps. Il écrit en effet :
« On reprend souvent, dans les écrits des saints Pères, bien des prétendues fautes qui n’en sont pas. On se figure qu’il n’y a de légitime et de bel usage que les termes employés par Cicéron et Tite-Live. mais ne sait-on pas que des grammairiens trouvent des fautes dans Cicéron lui-même ? En somme, les points qui séparent les meilleurs auteurs sacrés et profanes peuvent être ramenés à un petit nombre : quelques mots pris dans un sens différent ou formés par la suite des temps et par la nécessité ; quelques constructions moins usitées dans les siècles classiques ou qui ne l’éteint pas du tout, et que les Pères employèrent pour obéir à l’usage, qui est comme l’âme et la vie des mots et des tournures. », Fr. GODEFROY, L’Instrument de la revanche. 1e série. Étude sur les principaux collèges chrétiens, Paris, Le Clère, 1878-1879, p. 239, note 2. Dans la même page, il écrit : « De grands changements s’étaient opérés dans les idées et dans les mœurs ; et les saints docteurs furent souvent obligés de modifier le langage établi et de le rehausser pour ainsi dire jusqu’à eux. Pour exprimer la grandeur de leurs pensées et la sublimité de leur doctrine, ils créent des expressions nouvelles et profondes, des tours de phrase qui blesseront peut-être la pureté de la langue, mais qui, du moins, seront compris. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 239. Il n’est pas loin de considérer que le latin chrétien peut être considéré comme « une langue de groupe », ainsi que l’écriront plus tard J. Schrijnen et Christine Mohrmann. Voir : D. MOULINET, op. cit., p. 312-314.

27 Fr. GODEFROY, L’Instrument de la revanche, op. cit., p. 239-240.

28 La différence entre les deux siècles tient, selon lui, à la fixation de la grammaire. « La liberté heureuse qu’avaient encore les écrivains au seizième siècle était licence au dix-septième. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. XIII.

29 La Poésie homérique et le vieux français.

30 Ibid., p. XI.

31 Daniel MOULINET, « Les Lettres chrétiennes, une revue au service de l’enseignement chrétien à la fin du XIXe siècle » dans : Revue d’histoire de l’Église de France, tome LXXXI, (janvier-juin 1995), p. 169-182.

32 Fr. GODEFROY, « Les réformes de l’enseignement secondaire », dans Les Lettres chrétiennes, tome 2, p. 13-15.

33 C’est ce que développe Mgr Gaume dans son livre : La Révolution. Recherches historiques sur l’origine et la propagation du mal en Europe depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, Paris, Gaume, 1856-1859, 12 vol. 

34 « La charité devient une des vertus premières que Veuillot attribue à la civilisation médiévale, à celle des Croisades. En décembre 1842, il revient sur cette idée et cite trois personnages qui sont, à ses yeux, les incarnations de la charité : saint Vincent de Paul, saint Louis de France, sainte Élisabeth de Hongrie. », Cl. FOUCART, op. cit., p. 288.

35 Montalembert, qui pense évidemment à l’appui que cherche Veuillot auprès du gouvernement impérial que, pour sa part, il combat, écrit : « L’école littéraire qui a lancé un décret de proscription contre les chefs d’œuvre de l’antiquité classique est venue grossir les rangs de l’école politique qui s’est retournée avec une confiance éperdue vers la force comme vers la meilleure alliée de la foi, qui a placé sous cette garde humiliante la religion et la société, et qui se fait une joie perverse d’écraser sous d’étranges et insupportables prétentions la conscience et la dignité humaine, […] toutes deux se complaisent à chercher dans les souvenirs du Moyen Âge falsifiés par leur imagination des armes contre les droits de la raison et l’avenir de la liberté. », Charles de MONTALEMBERT, Les Moines d’Occident, Paris, 1860, p. CCXXXVII-CCXXXVIII.

36 Cl. Foucart explique comment la préface de Veuillot et l’avant-propos de L. Gautier rejoignent les idées de Gaume sur le paganisme. Cf. Cl. FOUCART, op. cit., p. 343-344.

37 Fr. GODEFROY, Histoire de la littérature, tome 1, p. XV-XVI.

38 Ibid., p. XVI.

39 Fr. GODEFROY, op. cit., p. XX-XXII.

40 Par exemple, on le voit prendre la défense de Pierre Charron (1541-1603), qui atteint une certaine célébrité par la publication d’un ouvrage d’apologétique catholique : Les trois vérités (1594), mais qui, dans un autre livre, Traité de la sagesse, annonce le doute philosophique cartésien, ce qui lui vaut les attaques des jésuites, Ibid., p. XXIII-XXIV.

41 « Théodore de Bèze (1519-1605), odieux pour son admiration fanatique de Calvin, pour avoir, sinon pour sa part provoqué, au moins approuvé et essayé de justifier et de faire regarder comme une action inspirée l’assassinat du duc de Guise ; odieux pour avoir, dans plusieurs occasions, excité les protestants de Rome à prendre les armes, et avoir été ainsi la trompette de nos guerres civiles, Théodore de Bèze fut un écrivain élégant et un littérateur très savant ; son Histoire ecclésiastique a des mérites de style et de composition, mais il n’y avait pas là, non plus que dans aucun écrit, ni aucune action de ce sectaire, de quoi l’appeler le phénix de son siècle. », Ibid. p. XXVIII-XXIX.

42 Les textes cités d’Henri IV sont extraits de sa correspondance, à quoi s’ajoute une allocution à ses soldats avant la bataille de Coutras (1587). Ceux concernant Louis XIV sont tirés de mémoires concernant son règne.

43 L’ouvrage cite, de Marguerite d’Angoulême, l’Heptaméron, des souvenirs sur François Ier ; de Marguerite de Valois, un récit de la Saint-Barthélémy, ainsi qu’une lettre ; de Mlle de Montpensier, des extraits de ses Mémoires ; de Mme de Lafayette, un extrait de La Princesse de Clèves, la préface de l’Histoire d’Henriette d’Angleterre et une lettre à Mme de Sévigné ; de celle-ci, quelques lettres ; de la marquise de Maintenon quelques extraits de sa correspondance et des Entretiens sur l’éducation.

44 Le chapitre consacré à Marguerite d’Angoulême s’ouvre par une citation d’Auguste Nisard (Histoire de la littérature française).

45 « La reine Marguerite, sœur de François Ier, protégeait tous les gens de lettres suspects d’hérésie. […] Cette princesse lisait assidûment la Bible ; elle composa même une espèce de drame presque tout tiré du Nouveau testament, et pour faire représenter cette pièce, elle fit venir de Rome une troupe de comédiens, gens accoutumés à passer les bornes de la discrétion. Comme ils virent qu’on aimait dans cette cour les railleries sur le compte des religieux et des prêtres, il y avait toujours dans leurs représentations quelque farce où ces personnages étaient reproduits avec toute la licence du théâtre comique. Le roi de Navarre […] prit part ensuite à des exercices plus dangereux pour lui : c’étaient des sermons clandestins qui se faisaient dans l’appartement de la reine, et où l’on ne manquait pas de déclamer contre le pape et contre le clergé. Ce prince facile fit encore un pas plus avant : il se laissa gagner au point d’assister à la cène que les nouveaux docteurs faisaient ensemble dans un réduit du château ; ils n’appelaient encore cette cérémonie que la manducation ; mais, au fond, elle ne différait pas de la cène calviniste qui fut établie quelques années après. », René François ROHRBACHER, Histoire universelle de l’Église catholique, tome XXIII, p. 431, cité dans Fr. GODEFROY, op. cit., tome 1, p. 6-7.

46 Louis VEUILLOT, « Du travail littéraire. Aux jeunes écrivains catholiques », Revue littéraire et critique, (février 1842), repris dans : Louis VEUILLOT, Mélanges, tome 1, (septembre 1831 – janvier 1844), (Œuvres complètes, XXVII), Paris, Lethielleux, 1933, p. 324-334.

47 « Les flots gaulois semblaient d’abord sourdre du sein même de la nation, dont c’était, à proprement parler, le vrai et original génie qui se manifestait dans les pages nettes, vives, élégantes, mais funestes et réprouvées, des fondateurs du langage, de Rabelais, de Bonaventure Desperriers, de Clément Marot et de leurs disciples, beaux diseurs de philosophie et d’érudition, railleurs, chansonniers, plaisants sournois et implacables, particulièrement habiles à réveiller les instincts mauvais du cœur, pour les pousser à la révolte contre l’ennemie de toutes les concupiscences, contre l’Église de Dieu, que l’on ne pouvait plus combattre par le fer et par les persécutions. », L. VEUILLOT, loc. cit., p. 329.

48 « Dans tout cela, aucune œuvre vraiment grande. Théodore de Bèze avait tâché d’exciter Rabelais à entreprendre des écrits sérieux. […] Mais il est probable que le talent de Rabelais ne se prêtait pas à plus ni à autre chose qu’il n’a fait. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 24-25.

49 Ibid., p. 28.

50 Ibid., p. 49-55.

51 « L’opinion dominante aujourd’hui est que Montaigne, non seulement a eu des opinions trop hardies sur le fait de la religion, mais a préludé au philosophisme. Cette opinion est juste au fond, et Montaigne a donné droit à bien des accusations contre lui en abandonnant, aussi souvent qu’il l’a fait, son génie à tout risquer, bon sens, religion, conscience, doctrine, pour faire valoir une pensée forte et une expression hardie. […] Mais, malgré tout, il ne fut pas aussi profondément sceptique qu’on l’a souvent jugé. […] On demeurera convaincu que, sauf certaines réserves, Montaigne fut au moins un philosophe très chrétien, et qu’on ne doit pas le compter parmi ceux qui s’appuient sur la raison pure, de telle manière qu’ils excluent la foi et tout secours surnaturel. », Ibid., p. 177-178.

52 Il consacre, dans le tome 2, d’importantes notices à Bossuet, Bourdaloue et Massillon.

53 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 350-352. Il ajoute néanmoins : « Resterait, pour ne rien oublier, à mentionner les prédicateurs protestants : les plus célèbres d’entre eux, les Jean Claude (1619-1687), les Jacques Saurin (1677-1730), avec des talents mâles et élevés, demeurent bien au-dessous des grands orateurs catholiques. », Fr. GODEFROY Ibid., p. 355-356.

54 Ibid, tome 2, p. 191.

55 Fr. Godefroy professe une admiration nette pour Descartes et ne partage donc pas les positions des philosophes catholiques de son temps, tels Bautain et Bonnetty qui voient dans la philosophie cartésienne le germe de la pensée des Lumières. « A toutes les époques on a rendu aussi hautement hommage à Descartes écrivain qu’à Descartes philosophe. Bossuet l’étudia pour la forme comme pour les idées. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 467. Il défend le caractère catholique de Descartes et s’appuie pour cela sur l’opinion de M. Emery. Il ajoute toutefois : « Malgré ces témoignages et ces faits, il ne faudrait pas croire que Descartes, dans ces grands ouvrages, se soit occupé de foi et de religion positive. Un philosophe catholique contemporain d’une très haute autorité a parfaitement dit : « Descartes ne s’occupe que de philosophie naturelle et non de théologie, met à part la foi et distingue « les deux ordres de l’intelligible divin » jusqu’à les isoler. » (GRATRY, Théodicée du dix-septième siècle) », Ibid., p. 471. L. Veuillot, qui s’appuie peut-être sur l’opinion de Fr. Godefroy, émet un jugement assez modéré sur Pascal, Descartes et Malebranche : « Pascal et Descartes représentent un danger réel pour la chrétienté dans la mesure où leur œuvre peut fournir des arguments aux libéraux modernes. Malebranche est, de l’avis de Veuillot, tout entier du côté des défenseurs de la foi. », Cl. FOUCART, op. cit., p. 640. Il se montre plus modéré que le P. Ventura qui s’en prend directement à Descartes et Malebranche. Cl. FOUCART, op. cit., p. 167.

56 Ibid, p. 374.

57 « A côté de cette philosophie religieuse, il s’en élevait insensiblement une autre qui enfanta le libertinage dans les mœurs comme dans les opinions. Contenue en France, elle se donna toute carrière à l’étranger, en Hollande principalement, ce pays si odieux à Louis XIV, et contre lequel il fit la guerre de 1672, surtout pour se venger de ses « faiseurs de gazettes et de médailles ». En France, le raffinement de tous les beaux-arts avait produit, quoique moins visiblement, des fruits non moins funestes ; religion et morale s’affaiblissaient également. […] Bourdaloue pouvait s’écrier en chaire : « La grande maladie du siècle n’est pas l’hérésie, c’est l’impiété » ; et Nicole même aller plus loin et dire : « La grande hérésie n’est pas le calvinisme, c’est l’athéisme ». […] C’est ainsi que, dès le vivant de Louis XIV, le dix-huitième siècle s’annonçait, existait et agissait sourdement ; c’est ainsi que le dix-septième siècle a légué au dix-huitième l’incrédulité bel-esprit et le goût des turpitudes aimables. », Ibid., p. 374-376.

58 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 39.

59 « Au lieu de démonstrations, saint François de Sales emploie souvent des comparaisons qui ne sont pas très saisissantes. […] On ne se contenterait pas aujourd’hui de démonstrations de cette sorte. », Ibid, op. cit., p. 390.

60 Ibid, p. 397. Il cite Joseph de Maistre (Du Pape, livre I, chapitre X) parmi ceux qui ont « justement vanté l’esprit lumineux qui distinguait le grand évêque de Genève ».

61 « Bien que plusieurs écrivains antérieurs aient pu servir de quelque modèle à la force et à la pureté du style de Pascal, on lui accorde unanimement la gloire d’avoir donné le premier ouvrage où la langue ait paru fixée, où elle ait pris tous les tons de l’éloquence, où elle ait été portée au plus haut point de perfection ; enfin d’avoir le premier eu l’instinct de toutes les formes de délicatesse, de dignité ou de grandeur. », Ibid, p. 483.

62 L’abbé Ulysse Maynard (1814-1893), professeur de rhétorique au petit séminaire de Montmorillon, puis supérieur de l'école libre Saint-Vincent-de-Paul à Poitiers, aumônier des Frères de la Doctrine chrétienne (14 mai 1858), avant de se retirer à Vincennes (1865) et de devenir chanoine titulaire de Poitiers en 1872, collaborateur bénévole de Veuillot à L’Univers, est l’auteur de divers ouvrages, parmi lesquels Pascal (1850), Saint Vincent de Paul (1860), Vie de Voltaire (1867), Histoire de la Sainte Vierge (1878).

63 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 489.

64 « La réputation de Port-Royal se maintint très grande encore au dix-huitième siècle, le siècle du jansénisme comme du philosophisme. […] De nos jours, la gloire littéraire des hommes de ce parti a été encore hautement relevée ; nous rappellerons particulièrement les jugements de M. Sainte-Beuve et de M. S. de Sacy, un des descendants du fameux Royaumont. L’impartialité historique veut que l’on déclare qu’il y a beaucoup à rabattre des éloges prodigués aux mérites littéraires des fameux Solitaires. L’école de Port-Royal est pauvre en noms éminents, et ce n’est pas par les hautes et puissantes qualités du génie que ses écrivains se recommandent à la postérité. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 521-522.

65 Ibid, p. 529.

66 Victor HUGO, Les Misérables, tome VII, p. 412.

67 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. VI-VII. Cette protestation d’impartialité sera reprise à la fin de l’introduction du volume : « Dans ce que nous dirons, nous éviterons les excès du blâme comme ceux de la louange, et nous fournirons aux lecteurs équitables quelques moyens de se former une opinion indépendante et sûre. », Ibid., tome 3, p. 22-23.

68 « Le grand courant de l’opinion n’appartient plus au dix-huitième siècle ; On a trop goûté les fruits de ce culte idolâtrique de la raison que la philosophie et la révolution avaient légué à notre époque pour toute doctrine. On a trop eu le temps d’apprécier tout ce qu’avaient d’utile, de bon, de nécessaire, tant d’institutions que la moquerie décrédita, que la violence renversa. On est revenu à un jugement plus sain sur le bien et le mal que renfermait l’ancienne société, sur les avantages et les désavantages qui sont résultés de sa destruction. », Ibid., tome 3, p. 1.

69 Ibid., tome 3, p. 1-2.

70 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 3-4, 8.

71 Ibid., tome 3, p. 23.

72 Il reproduit les critiques de Voltaire à cet endroit : « Laissera-t-on subsister dans l’Encyclopédie les exclamations, Ô mon cher ami Rousseau ? déshonorera-t-on un livre utile par de pareilles pauvretés ? laissera-t-on subsister cent articles qui ne sont que des déclamations insipides ? et n’êtes-vous pas honteux de voir tant de fange à côté de votre or pur ? […] Il me paraît qu’on vous a donné plusieurs articles remplis de ce défaut ; il me revient toujours qu’on s’en plaint beaucoup. Le lecteur ne veut qu’être instruit, et il ne l’est point du tout par ces dissertations vagues et puériles, qui, pour la plupart, renferment des paradoxes, des idées hasardées, dont le contraire est souvent vrai, des phrases ampoulées, des exclamations qu’on sifflerait dans une académie de province, qui sont bien indignes de figurer avec tant d’articles admirables. », Lettres de Voltaire à d’Alembert, 28 octobre 1769, 29 décembre 1757, Ibid., tome 3, p. 69.

73 « Les continuateurs de la tradition du XVIIe siècle ; La nouvelle école littéraire ; Développement de l’esprit philosophique et sceptique ; Les moralistes du XVIIIe siècle ; Les historiens et les auteurs de Mémoires ; Les romanciers ; La comédie et le drame en prose ; Le style épistolaire ; La critique et l’érudition littéraire ; Les journaux littéraires ; Les grammairiens et les philologues ; La philosophie et la métaphysique ; Déchaînement anticatholique et antireligieux ; Les sciences au XVIIIe siècle ; L’éloquence oratoire ; La littérature sous la république. »

74 GRIMM, Correspondance littéraire, janvier 1768.

75 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 421-422. Fr. Godefroy analyse les œuvres de Fréret, Boulanger (1722-1759), Dupuis (1742-1809), Volney (1757-1820), dont le livre, les Ruines de Palmyre, est « justement regardé comme un de ceux qui résument le mieux le double scepticisme du dix-huitième siècle finissant « et qui est, comme Saint-Lambert, l’auteur d’un catéchisme qui exalte l’homme en ne faisant plus aucune place à Dieu.

76 Fr. GODEFROY, Ibid., tome 3, p. 429.

77 Ibid., tome 3, p. 430.

78 « Ceux qui étaient les plus remarquables par la solidité et l’étendue de leurs connaissances demeuraient fort au-dessous des besoins de l’époque. Ils étaient loin d’avoir le talent des orthodoxes anglais, les Lardner, les Sherlock, les Warburton, qu’on voyait, dans le même temps, défendre puissamment la foi contre l’invasion du rationalisme, qui avait ravagé l’Angleterre avant de faire irruption en France. Une science glacée, une logique sans mouvement et sans vie ne suffisaient pas pour arrêter la propagande d’hommes armés de toutes les séductions du talent, de la passion et de la malice. », Fr. GODEFROY, Ibid., tome 3, p. 433. Il énumère l’abbé Houtteville (1688-1742), le P. Berruyer (1681-1758), le jésuite Guénard (1726-1806), l’oratorien de Lignac (1710-1762), le P. Gerdil (1718-1802), l’abbé Duvoisin, futur évêque de Nantes (1744-1813) et Le Franc de Pompignan, archevêque de Vienne (1715-1790).

79 Fr. GODEFROY, op. cit., tome 3, p. 436.

80 Ibid., tome 3, p. 437.

81 Ibid., tome 3, p. 438. Il vient de citer un peu plus haut : TERTULLIEN, Apologétique.

82 Nous n’avons eu à notre disposition que la première édition, en un volume (1880) de l’ouvrage qu’il consacre à la littérature de son temps : Frédéric GODEFROY, Histoire de la littérature française au XIXe siècle, Paris, Gaume, 1880, 551 p. Dès l’année suivante, le livre sera remanié et dans sa version définitive comptera trois volumes.

83 En ce qui concerne J. de Maistre, on voit même Fr. Godefroy reprendre ( p. 129-135) littéralement certaines expressions dont il déjà usé à son endroit ( p. 21-22).

84 Mgr Etienne Antoine de Boulogne, Denis Antoine Luc de Frayssinous, Nicolas de Mac-Carthy, Jean-Baptiste Henri Lacordaire et le R.P. de Ravignan.

85 Royer-Collard, le vicomte Lainé, le général Foy, le comte de Serre, le vicomte de Martignac, Casimir Périer, Arago, François Guizot, Berryer, Philippe Dupin, Odilon Barrot, Lamartine, Adolphe Thiers, Victor Hugo, le comte de Montalembert, Jules Simon.

86 Il cite là : Napoléon Ier, Joseph de Maistre, Lamennais, Benjamin Constant, Paul Louis Courrier, Armand Carrel, Cormenin, Ozanam, Gratry, Mgr Gerbet, Mgr Dupanloup et Louis Veuillot.

87 Notices sur : Villemain, Sainte-Beuve, Désiré Nisard et Saint-Marc Girardin.

88 Fr. GODEFROY, Histoire de la littérature française au XIXe siècle, Paris, Gaume, 1880, p. 3-4. Il continue ainsi : « Ce livre enchanteur, au moment où il parut, répondait à un vif besoin des esprits, chez lesquels il y avait une grande soif de religion, une avidité de consolations religieuses. Sans soumettre ni persuader les âmes, il excita la sensibilité, il entraîna ; il réveilla l’admiration publique sur les éternelles beautés du christianisme. Le pouvoir restaurateur entre les bras duquel la France s’était jetée y vit un secours précieux : Chateaubriand, disait le premier consul, achève et couronne mon œuvre avec le pape. »

89 « La longue carrière littéraire de Chateaubriand fut close, en 1844, par la Vie de Rancé, dédiée à l’abbé Séguier, le directeur de sa conscience. Elle est écrite d’un ton leste et profane qui a choqué les personnes les plus diverses d’opinions. C’est une assez mauvaise fin. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 10.

90 « Sa langue déborde d’archaïsmes et de néologismes. Certes, il faut louer Chateaubriand d’avoir relevé d’une désuétude injuste plusieurs termes excellents ; mais, reconnaissons-le, il s’est trop souvent éloigné de cette règle du bon sens de n’employer une expression inusitée que lorsqu’elle donne plus de force au discours ou qu’elle est nécessaire pour fixer une nuance délicate, qui sans elle échapperait. En prodiguant comme il l’a fait, surtout dans les Mémoires d’outre-tombe, des vocables, qui n’ont plus ou qui n’ont pas encore dans la langue française droit de bourgeoisie, en en prenant souvent, pêle-mêle, de toutes les époques et de tous les genres, Chateaubriand, dans bien des pages, a fait de son style une sorte de marqueterie. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 12-13.

91 « L’école traditionaliste a trop abaissé la raison individuelle dont elle a méconnu les droits. », Ibid., p. 50-51.

92 « Quoique l’auteur du livre Du Pape soit tombé dans quelques exagérations ou erreurs, la vérité est « qu’en défendant l’autorité du Saint-Siège, il a, comme le lui écrivait Lamennais, défendu celle de l’Église, et l’autorité même des souverains, et toute vérité et tout ordre. » [...] C’est la pensée qui règne dans les Soirées de Saint-Petersbourg, violente réplique à la philosophie du dix-huitième siècle, démonstration d’un genre unique, où l’auteur, pour vaincre et déconsidérer ses adversaires, emploie toutes les armes, la dialectique, la haute éloquence, le paradoxe, l’ironie, l’indignation, le sarcasme. » Ibid., p. 22.

93 CHOCARNÉ, Vie du P. Lacordaire, tome II, p. 241, Ibid., p. 73.

94 Fr. GODEFROY, Ibid.., p. 24-25.

95 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 138-139.

96 Ibid., p. 31.

97 En ce qui concerne les premiers, il cite : Émile Saisset, Jules Simon et É. Caro. Parmi les seconds, il cite d’abord Maret, Gratry, Achille de Valroger et le P. Lescœur. Il consacre ensuite une page et demie à l’abbé Méric, professeur en Sorbonne et auteur de La Morale et l’athéisme contemporain (1875). Il cite aussi l’abbé Empart, professeur de philosophie au petit séminaire d’Orléans, et auteur de : L’empirisme et le naturalisme contemporains et La Connaissance humaine et son collègue l’abbé Pasty, L’Origine de l’idée de Dieu et son rôle dans la morale ; l’abbé Th. Henri Martin, doyen de la faculté des lettres de Rennes, auteur de La Vie future, Les Sciences et la philosophie, La Philosophie spiritualiste de la nature, avant de mentionner un autre philosophe chrétien : Louis Moreau, auteur d’un livre intitulé : Du matérialisme phrénologique (1843).

98 « Ce livre présente un résumé complet et raisonné de tout ce que la philosophie chrétienne, inspirée à la fois de la révélation et des vérités éparses dans les philosophes de l’antiquité, enseigne sur l’existence et la nature de Dieu, ses attributs et sa Providence. Quoique extraits d’une vaste compilation théologique (les Dogmata theologica du P. Thomassin), les nombreux fragments des Pères qui forment la base de cet ouvrage portent exclusivement sur le côté philosophique de la science de Dieu. L’auteur a pris à tâche de démontrer que l’esprit humain, même sans sortir de la sphère purement rationnelle, a trouvé dans la révélation chrétienne un point d’appui solide, des preuves d’une fécondité merveilleuse, et surtout des garanties incomparables contre les erreurs séculaires et toujours renaissantes de la philosophie purement humaine. C’est cette philosophie des Pères, autrement appelée philosophie chrétienne, qui constitue le fond de la philosophie éternelle, philosophie perennis, comme l’a nommée Leibnitz, qui est le criterium de tous les systèmes, qui s’enrichit de ce qu’ils ont de vrai, mine et détruit promptement ce qu’ils ont de faux et leur survit à tous. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 45-46.

99 Ibid., p. 95.

100 « Lamartine se croyait plus grand politique que grand poète ; cette étrange illusion fut la source d’une partie de ses fautes comme homme public. [...] : Lamartine, dans ses chaleureuses improvisations, laissait voir le sentiment qu’il avait lui-même de sa haute supériorité. Les phrases retentissantes qui s’échappaient de ses lèvres résonnaient harmonieusement à son oreille ; son attitude, son geste, le ton de sa voix, tout appelait, tout provoquait l’applaudissement ; et son éloquence s’animant encore par le succès montrait combien étaient chères à l’orateur ces ovations de la tribune. [...] Son inspiration était presque toujours sincère et son lyrisme spontané. Cédant aux instincts de sa nature, il défendit de préférence les nobles et justes causes. Malgré ses défauts de logique et de raisonnement, par les sujets élevés qu’il développa, par la puissance de son imagination, par la richesse de ses images, l’abondance, la vivacité de ses mouvements oratoires, la merveilleuse harmonie de son langage, Lamartine exerça sur les assemblées l’empire de la grande éloquence. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 105.

101 Ibid.., p. 370.

102 « Victor Hugo, dans les causes qu’il aborde, ne voit le plus souvent qu’un thème à développer, un sujet à orner ; il y rassemble beaucoup de mots, peu d’arguments. Malgré le parti pris de l’antithèse, Victor Hugo, dans son style oratoire, apporte une incontestable richesse d’expressions, déploie une extrême habileté pour grouper les mots et les rendre sonores, pour accumuler les images saisissantes, les comparaisons vives, inattendues, et les énumérations puissantes. Ces qualités frappent plus à la lecture qu’à l’audition. Incapable d’improvisation et de réplique, Victor Hugo fatigue par son débit solennel et emphatique qui semble ignorer les applaudissements, et par son affectation d’un lyrisme qui n’a ni le naturel ni la spontanéité du lyrisme oratoire de Lamartine. », Ibid., p. 113-114.

103 « Victor Hugo, dans ses harangues politiques, vise continuellement à l’effet ; sa parole est véhémente, ses gestes tragiques ; il est plutôt déclamateur qu’orateur. il sème partout des proverbes, des axiomes qu’il assemble avec art et qu’il encadre dans des tirades souvent éloquentes. Ses discours sont traversés par des éclairs puissants qui frappent comme la foudre, mais dont l’impression est passagère. On est ému, on applaudit, mais on sent trop l’œuvre de l’imagination pour être entraîné. Il y a là trop de mots sonores, pas assez de faits et d’idées. Victor Hugo n’est véritablement orateur que dans ces événements solennels de la vie humaine, où la parole devient l’interprète des plus profondes émotions du cœur. Alors seulement nous pouvons reconnaître, comme dans l’admirable page que nous venons de lire, toute la richesse de style du grand écrivain, toute la tendresse d’imagination du poète. », Ibid., p. 116.

104 Ibid., p. 115.

105 Ibid., p. 301-307.

106 Ibid., p. 371-405.

107 Ibid., p. 371.

108 Ibid., p. 387; 404-405.

109 Ibid., p. 268.

110 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 117-122, p. 228-230. En ce qui concerne ses discours politiques, il reprend le compliment de L. Veuillot : « [Montalembert] n’était ni un avocat, ni un professeur, c’était un honnête homme convaincu, qui soutient son avis en soldat dévoué, combattant pour la bonne cause. », Louis VEUILLOT, Rome pendant le concile, 23 janvier 1870, cité dans : Fr. GODEFROY, op. cit., p. 122.

111 Ibid., p. 177-180. Citation : p. 177. Toutefois, il ne lui accorde pas un talent exceptionnel en tant que prédicateur : « Mgr Dupanloup, dans ses discours chrétiens, obéissait plutôt à l’ardeur de l’improvisation qu’à des règles fixes. Et cependant, il avait fait une longue étude des principes de l’éloquence sacrée, il en avait pénétré toutes les ressources et en avait même déterminé tous les moyens. Désireux de voir ses prêtres pieux et instruits, de leur faire comprendre la grave importance des leçons données du haut de la chaire, le vigilant évêque avait écrit pour eux l’entretien sur la prédication, véritable rhétorique sacrée où les préceptes sont formulés avec un art infini, avec une simplicité pleine d’élévation et d’autorité. », Fr. GODEFROY, op. cit., p. 179.

112 Ibid., p. 177-178.

113 Fr. GODEFROY, op. cit., p. 186-187.

114 On constate pourtant, si l’on admet que, selon Cl. Savart, le livre religieux représente environ 10 % de la production littéraire au XIXe siècle, que la place qu’il accorde aux auteurs catholiques dans l’ensemble de son œuvre n’est guère supérieure à cette proportion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Moulinet, « Le regard d’un catholique lettré sur la littérature française »Chrétiens et sociétés, 8 | 2001, 100-134.

Référence électronique

Daniel Moulinet, « Le regard d’un catholique lettré sur la littérature française »Chrétiens et sociétés [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6561

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search