Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8MélangesComptes rendus de soutenancesSoutenances d'habilitation à diri...Yves Krumenacker, Christianisme e...

Mélanges
Comptes rendus de soutenances
Soutenances d'habilitation à diriger des recherches

Yves Krumenacker, Christianisme et société : Protestants et catholiques français XVIIe-XVIIIe siècles

Soutenance d'Habilitation à diriger des recherches, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 26 octobre 2000
Bernard Hours
p. 195-196

Texte intégral

Jury : Mmes Françoise Bayard (Lyon 2) et Nicole Lemaître (Paris I), MM. Jean Delumeau (Président), Jean Pierre Gutton (rapporteur, Lyon 2), Jean Pierre Poussou (Paris IV) et Bernard Hours (Lyon III).

1Après avoir consacré la première partie de son exposé à un éloge académique d' Élisabeth Labrousse et de son œuvre, sous le signe de laquelle il se place volontiers, Y. Krumenacker esquisse les grands axes de son cheminement depuis la soutenance de son doctorat sur les Protestants du Poitou au XVIIIe siècle en 1993. Ses travaux s'ordonnent autour de deux axes principaux. En premier lieu, l'histoire du protestantisme du Désert prolongée après la thèse par une quarantaine d'articles, la publication du Journal de Jean Migault et une monographie de plus de 300 pages sur les Protestants à Lyon au XVIIe siècle. Ce corpus est traversé par des thèmes dominants : interruptions du culte moins fréquentes qu'on a pu l'écrire, rejet du catholicisme plus que des catholiques, reconstitution des Églises, mutation de l'identité protestante à la mémoire du nouveau martyre de la Révocation, coexistence et parfois solidarités à la base entre catholiques et protestants, spécificité d'une sensibilité protestante aux sons et aux paysages etc... Ensuite 1’histoire de la spiritualité catholique avec un gros livre sur L’ École française de spiritualité qui montre à la fois le caractère évolutif de la pensée de Bérulle et les infléchissements des grands thèmes bérulliens dans la postérité. Y. Krumenacker apporte un regard neuf en soulignant le processus par lequel le bérullisme s'est constitué en « lieu de mémoire ». Il annonce enfin ses projets de recherche : l’étude des rapports entre christianisme et Lumières, déjà commencée avec un travail en cours sur Marie Zuber ; une prosopographie des pasteurs du Désert ; une enquête sur l'Oratoire bérulien.

2Le débat est 1'occasion pour le jury de poser quelques questions. Admiratif devant le dossier présenté, M. Gutton suggère toutefois quelques compléments à apporter aux sources, quelques corrections à apporter notamment dans l'emploi de 1'expression « société d'ordres » ou « milieux dévots ». Mme Bayard s'interroge sur la perception des protestants à Lyon : étrangers, riches ou concurrents sur le marché du travail ? Elle souligne encore la fragilité de la coexistence entre catholiques et protestants qu'il convient de ne pas idéaliser. Le recteur Poussou s'interroge sur la pertinence d'une « problématique religieuse et sociale », rappelant que les deux domaines ont leur autonomie l'un par rapport à l'autre et que la prise en compte de l’un quand on étudie l'autre et vice versa n'est « en rien une nouveauté de l’an 2000 ». Mme Nicole Lemaître souligne combien ce travail « sur un sujet aussi lointain que l'Ancien Régime rencontre le terrain brûlant de nos interrogations contemporaines sur la mondialisation et la nécessité d'inventer un art de vivre en commun » : elle sait gré à Y. Krumenacker d'être resté prudent dans ses analyses sur la cohabitation interconfessionnelle et d'avoir su montré combien elle pouvait rester superficielle. Enfin le président du jury résume l'avis de tous en rappelant les qualités d'un dossier qui se présente déjà comme une « œuvre » véritable. Il indique son intérêt particulier pour la définition de deux types de critères permettant d'éclairer le comportement religieux d'une population : les « marqueurs d'identité » et les « champs indifférents ». Il s'interroge, à propos du livre sur l’ École française de spiritualité, sur le qualificatif « française » : dénote-t-il une réelle spécificité de la sensibilité catholique française par rapport à celle des autres grands pays catholiques ? Peut-on caractériser cette sensibilité par des critères opératoires ? Il achève son exposé en relevant 1’intérêt des recherches en cours sur le rapport entre christianisme et Lumières, notamment à travers le « cas » Marie Huber, mis en parallèle avec celui de l'abbé Bergier notamment.

3Après une courte délibération, le jury décerne à 1'unanimité l'habilitation à diriger des recherches et exprime oralement ses félicitations à Y. Krumenacker.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Yves Krumenacker, Christianisme et société : Protestants et catholiques français XVIIe-XVIIIe siècles »Chrétiens et sociétés, 8 | 2001, 195-196.

Référence électronique

Bernard Hours, « Yves Krumenacker, Christianisme et société : Protestants et catholiques français XVIIe-XVIIIe siècles »Chrétiens et sociétés [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6637

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search