Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8MélangesLes Centres d'Histoire religieuse...Comptes rendus des ouvrages récen...Centre André Latreille, (Universi...Les administrateurs d’hôpitaux da...

Mélanges
Les Centres d'Histoire religieuse à Lyon
Comptes rendus des ouvrages récents des membres des Centres d’histoire religieuse à Lyon
Centre André Latreille, (Université Lumière Lyon 2)

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

Textes réunis par Jean-Pierre Gutton, Lyon, P.U.L., 1999, 210 p.
Bernard Hours
p. 223-224
Référence(s) :

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime, textes réunis par Jean-Pierre Gutton, Lyon, P.U.L., 1999, 210 p.

Texte intégral

1Ce volume est composé des communications données lors des deux tables rondes organisées par Jean-Pierre Gutton à Lyon en décembre 1997 et mars 1998. Elles ont permis de dresser un état de la question à propos d’un aspect encore relativement mal connu de l’histoire de l’assistance publique à l’époque moderne : les administrateurs des hôpitaux comme groupe social.

2Dans un exposé liminaire, J. P. Gutton montre comment cette recherche s’inscrit dans le champ des enquêtes prosopographiques auxquelles se prête volontiers une société de corps, dans la mesure où les archives nous sont parvenues et où elles sont aisément accessibles. Passée sous le contrôle des municipalités avec la bienveillance de la monarchie, l’administration des hôpitaux ne s’est pas pour autant complètement émancipée de l’ Église : les évêques président souvent directement ou non le bureau qui gère l’institution, et celui-ci comprend souvent en son sein quelques ecclésiastiques. Ils sont toutefois très minoritaires, le gros des membres étant, nés ou cooptés, composé d’hommes de lois dont la part tend, au fil des ans, à décroître au profit des négociants, tandis que l’on voit apparaître les médecins. Qu’est-ce qui pousse ces notables à assumer une fonction bénévole souvent onéreuse, entachée d’une réputation parfois négative ? Pour le comprendre, il faut replacer l’institution hospitalière d’une part, les administrateurs d’autre part dans une perspective plus globale. L’hôpital est un rouage du gouvernement de la ville, il est donc un enjeu du pouvoir local. Les instances de ce pouvoir local sont aux mains de notables qui utilisent l’institution hospitalière comme un élément du dispositif qui leur permet de se maintenir et de se reproduire, de soutenir leur rang et leur prestige social. D’où les résistances aux initiatives de la monarchie (article de Daniel Hickey sur les mécanismes de la stratégie sociale) et les décalages entre sa politique et la gestion des administrateurs, perceptibles à plusieurs niveaux : retard dans la concentration du nombre des hôpitaux, inefficacité de la politique du renfermement, lenteur dans la médicalisation des hôpitaux qui n’apparaît franchement que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Sans doute faut il y voir aussi l’une des explications du conservatisme et de la prudence de la gestion financière de ces établissements. Par ailleurs, ces notables appartiennent également à d’autres structures de sociabilité : confrérie, académies, sociétés d’agriculture, loges maçonniques. Une part spécifique doit être faite à la compagnie du Saint Sacrement, sans la surestimer non plus : souvent décisif dans la genèse et la gestion des hôpitaux généraux à leurs débuts, son rôle s’estompe très rapidement comme le montre Jean-Pierre Gutton.

3Les communications précisent et nuancent l’ensemble de ces constats à partir d’approches variées. Tout d’abord quelques synthèses régionales avec l’étude des cas bourguignons (Christine Lamarre), franc comtois (Maurice Gresset), aquitain (Philippe Loupès), avignonnais (Madeleine Ferrières) et « belge » (Claude Bruneel). Un deuxième ensemble de textes précise quelques aspects de la gestion des hôpitaux par ces notables plus souvent contraints d’y contribuer de leur denier que réellement profiteurs : gestion financière (François Xavier Emmanuelli), gestion du patrimoine foncier (Philippe Maret), relations avec les religieuses hospitalières qui composent le gros du personnel (Marie Claude Dinet Lecomte), politique d’assistance à l’enfance (Jacqueline Roubert). Enfin, Olivier Christin montre à travers quatre exemples toute la valeur des portraits de régents, portraits de groupe caractéristiques de la peinture hollandaise du XVIIe siècle : véritable éloge des valeurs morales opposées à la pauvreté, défense et illustration de la politique d’assistance urbaine, exaltation du dévouement de ces notables et légitimation de leur pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime »Chrétiens et sociétés, 8 | 2001, 223-224.

Référence électronique

Bernard Hours, « Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime »Chrétiens et sociétés [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6676

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search