Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8MélangesLes Centres d'Histoire religieuse...Comptes rendus des ouvrages récen...Institut d’Histoire du Christiani...Sous la direction de Ion Bria, Ph...

Mélanges
Les Centres d'Histoire religieuse à Lyon
Comptes rendus des ouvrages récents des membres des Centres d’histoire religieuse à Lyon
Institut d’Histoire du Christianisme, (Université Jean Moulin-Lyon 3)

Sous la direction de Ion Bria, Philippe Chanson, Jacques Gadille, Marc Spindler, Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission

Cerf, Paris / Labor et Fides, Genève / CLE, Yaoundé, 2001
Jean Comby
p. 229-230
Référence(s) :

Sous la direction de Ion Bria, Philippe Chanson, Jacques Gadille, Marc Spindler, Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission, Cerf, Paris / Labor et Fides, Genève / CLE, Yaoundé, 2001

Texte intégral

1La missiologie ou science(s) de la mission considérée comme une branche de la théologie fut longtemps marquée par sa dimension confessionnelle au sens étroit du terme : elle était protestante ou catholique. Plusieurs déplacements se sont opérés depuis quelques décennies. Les milieux universitaires français, à la recherche de nouveaux champs d’investigation, ont porté de l’intérêt à la connaissance des missions dans le contexte de l’histoire religieuse générale et plus particulièrement de l’histoire de la colonisation et de la décolonisation. Ils ont fait appel aux témoins, acteurs de la mission dans les différentes confessions. Universitaires et missionnaires se sont ainsi rencontrés pour un travail commun dans un cadre multiconfessionnel sinon œcuménique. Telle fut l’origine de la fondation en 1979 du CREDIC (Centre de Recherche et d’ Échanges sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme), puis de l’AFOM (Association Francophone Œcuménique de missiologie) en 1994. Cette dernière a pris l’initiative de l’ouvrage. Ce Dictionnaire propose pour la francophonie ce que plusieurs travaux similaires avaient réalisé dans d’autres langues. A la présentation de ces cent mots ont travaillé quarante-cinq auteurs (21 protestants, 19 catholiques, 5 orthodoxes) parmi lesquels les quatre « directeurs » ont fourni la plus grosse part. L’attribution des articles a tenu compte de la sensibilité chrétienne des auteurs. La relecture par les « directeurs » a veillé à la dimension œcuménique. Le renvoi par astérisques, dans chaque mot, à d’autres mots traités dans le Dictionnaire, les corrélats en fin de notice, et l’index des thèmes, très développé, peuvent aider à compléter et à nuancer à l’occasion ce qui manquerait dans un article. L’ouvrage n’est pas une somme biographique ni institutionnelle de la mission, mais l’index des noms cités permet de retrouver bon nombre d’acteurs et de théologiens de la mission, de même qu’il est fait souvent allusion, en cours de notices, à ces grandes réunions qui dans chaque confession concile Vatican II, assemblées du Conseil Œcuménique, associations de théologiens… ont contribué à des évolutions significatives et à des rapprochements.

2Les responsables de l’ouvrage sont parvenus au chiffre symbolique et un peu conventionnel de cent mots il fallait bien se limiter en réduisant rigoureusement une première sélection de cent soixante avec la volonté de faire apparaître les mots classiques que l’on s’attend à trouver dans ce genre d’ouvrage (« évangélisation », « mission », « prosélytisme », « syncrétisme » ... ), les mots qui prennent un sens particulier dans le contexte missionnaire (« liturgie et mission », « monachisme et mission », « Marie et la mission », « nationalisme et mission » ... ) et enfin des mots plus récents qui ont pris un grand poids dans l’évangélisation d’aujourd’hui (« colonisation et décolonisation », « contextualisation », « dialogue interreligieux », « inculturation », « réfugiés » ... ). C’est à partir de ces derniers que les auteurs parlent du défi de la modernité qui tourne selon eux autour de trois pôles, la culture, les pauvres, la femme. L’ouvrage veut faire comprendre que la mission et son étude ont une place centrale dans le christianisme et qu’elles sont le moteur de l’œcuménisme. Si la missiologie appartient à la théologie, ce n’est pas à comprendre dans un sens limitatif du terme. Il s’agit bien de sciences de la mission qui font appel, dans la pluridisciplinarité, à toutes les sciences de l’homme et particulièrement à l’anthropologie, à la linguistique et à l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Comby, « Sous la direction de Ion Bria, Philippe Chanson, Jacques Gadille, Marc Spindler, Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission »Chrétiens et sociétés, 8 | 2001, 229-230.

Référence électronique

Jean Comby, « Sous la direction de Ion Bria, Philippe Chanson, Jacques Gadille, Marc Spindler, Dictionnaire œcuménique de missiologie. Cent mots pour la mission »Chrétiens et sociétés [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6687

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search