Skip to navigation – Site map

HomeNuméros8MélangesLes Centres d'Histoire religieuse...Comptes rendus des ouvrages récen...Institut d’Histoire du Christiani...Carmes et carmélites en France du...

Mélanges
Les Centres d'Histoire religieuse à Lyon
Comptes rendus des ouvrages récents des membres des Centres d’histoire religieuse à Lyon
Institut d’Histoire du Christianisme, (Université Jean Moulin-Lyon 3)

Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours. Actes du Colloque de Lyon (25-26 septembre 1997), réunis par Bernard Hours

Paris, Editions du Cerf (Histoire), 2001, IX-477 p.
Yves Krumenacker
p. 231-232
Bibliographical reference

Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours. Actes du Colloque de Lyon (25-26 septembre 1997), réunis par Bernard Hours, Paris, Editions du Cerf (Histoire), 2001, IX-477 p.

Full text

1Le Carmel, aussi bien masculin que féminin, est un ordre peu connu, dont l’histoire a jusqu’ici été en grande partie interne, avec ses avantages (une parfaite connaissance des écrits émanant de l’ordre) et ses inconvénients (un risque d’apologétique et d’hagiographie). B. Hours est un des rares historiens universitaires à en avoir fait son thème principal de recherche. C’est pourquoi il a organisé en septembre 1997 à Lyon 3, dans le cadre de l’I.H.C., un colloque sur le Carmel français depuis les réformes thérésienne et sanjuaniste (mais sans exclure l’étude de l’ancienne observance, largement touchée par la réforme de Touraine). Il ne s’agissait pas de tenter une synthèse encore bien trop prématurée, mais de faire le point des connaissances et de lancer des pistes de recherches.

2Vingt communications, regroupées en quatre sections (« Carmel et société », « Dévotions et modèles », « Spiritualité et vie intellectuelle », « Débats et ouvertures »), composent cet ensemble qui privilégie l’époque moderne (treize communications), sans négliger cependant la période contemporaine ; mais le XIXe siècle, rapidement évoqué par quelques auteurs, n’est vraiment traité que par B. Truchet (« Le recrutement de Notre-Dame-de-Compassion de Lyon, 1815-1913 ») et, en partie, par J. Benoist (« Le Carmel et le Sacré-Cœur de Montmartre (1870-1930) »). Il y a là une lacune qui reflète sans doute l’état de l’historiographie. Une des particularités du colloque est son ouverture à des historiens non spécialistes de l’histoire du Carmel, ce qui a permis un décentrement et une ouverture de l’histoire de l’ordre à des perspectives plus larges, sociales, économiques ou intellectuelles.

3Les réalités matérielles sont ainsi bien présentes dans la très précise étude de P. Perluss (« Deux exemples de fonctionnement urbain : les couvents de carmes de la rive gauche parisienne au XVIIIe siècle ») ou dans celle de D. Dinet (« Du temporel au spirituel : la comptabilité des carmélites de Dijon au XVIIIe siècle »), tandis qu’Y. Durand retrace la figure du mercantiliste Eon (« Jean Eon, un carme économiste au XVIIe siècle »). Il en ressort que ces spirituels, quelquefois mystiques, semblent très à l’aise dans les réalités économiques de leur temps. Retrouverait-on les rapports entre mystique et raison financière avancés par D. Vidal (jamais cité ni, par conséquent, discuté) dans un article de 1992 de la Revue Historique et dans son livre sur Canfield ? Un autre point évoqué par plusieurs auteurs est l’enracinement anti-protestant de l’introduction des carmélites espagnoles dans le diocèse de Liège (M.-E. Henneau, « Réforme de Touraine et réforme thérésienne chez les carmélites du Pays de Liège », article qui montre en outre à quelles conditions une réforme peut réussir) comme en France (S.-M. Morgain, « Sainte Gertrude d’Helfta à la rescousse du Père Denys de la Mère de Dieu, dans son opposition à Pierre de Bérulle », qui montre l’effort du carme pour préserver ce qu’il considère comme la véritable spiritualité thérésienne, et une très convaincante analyse de C. Renoux, « Madame Acarie lit « Thérèse d’Avila » au lendemain de l’ Édit de Nantes ») ou dans le Comtat (F. Meyer, « Carmélites et laïques dévots : l’exemple des fondations comtadines »).

4Les modèles et la spiritualité étaient évidemment très présents dans le colloque : M. Foisil a évoqué la postérité de Madame Acarie (« La figure de Madame Acarie, Marie de l’Incarnation, à travers l’historiographie du XVIIe au XIXe siècle ») et N.-J. Chaline la dévotion des poilus envers la « petite Thérèse » (« Pluies de roses sur les tranchées »). Plus largement, E. Suire s’est interrogé sur le modèle de sainteté proposé par le Carmel (« La sainteté carmélitaine, d’après la littérature hagiographique des XVIIe-XVIIIe siècles ») et J.-Y. Ricordeau a présenté les lectures des carmes liégeois (« Les préoccupations intellectuelles des carmes liégeois aux XVIIe et XVIIIe siècles »). Pour l’époque contemporaine, deux belles communications permettent de mieux comprendre les débats sur la mystique qui ont cours dans la revue des Etudes carmélitaines dans les années 30 (E. Fouilloux, « Bruno de Jésus-Marie et les Etudes carmélitaines (1930-1939) » ; H. Donneaud, « Thomistes et mystique dans les Etudes carmélitaines »).

5D’autres points ont été abordés de manière plus ponctuelle, mais ils ne sont pas moins importants : la pénétration du jansénisme, jusque-là très mal connue (F. de Noirfontaine, « Les carmélites dans la résistance à l’Unigenitus »), les rapports entre les carmes et les associations qui s’établissent dans leurs églises (R. Bertrand, « Carmes et confréries en Provence (XVIIe-XIXe siècle) »), l’image du Carmel sous la Révolution et l’impact des événements (J.-D. Mellot, « Carmel et société urbaine en révolution : l’expérience de Pontoise »), la mission (P. Cabanel, « Les carmels missionnaires au Japon, 1933-1960 ») et enfin la récente affaire du Carmel d’Auschwitz, très éclairante sur les mentalités catholiques et juives contemporaines (B. Delpal, « Le Carmel et la Shoah : à propos du carmel d’Auschwitz »).

6Cette rapide énumération donne un aperçu de l’ampleur des thèmes traités. Cela devrait susciter bien d’autres études, ce qui est la marque d’un colloque réussi. Un seul regret : que les vicissitudes de l’édition nous aient obligé à attendre près de quatre ans la publication de ces actes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Yves Krumenacker, “Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours. Actes du Colloque de Lyon (25-26 septembre 1997), réunis par Bernard Hours”Chrétiens et sociétés, 8 | 2001, 231-232.

Electronic reference

Yves Krumenacker, “Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours. Actes du Colloque de Lyon (25-26 septembre 1997), réunis par Bernard Hours”Chrétiens et sociétés [Online], 8 | 2001, Online since 01 January 2019, connection on 19 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6707; DOI: https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6707

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search