Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7MélangesSoutenances de thèseFrédéric Garan, Itinéraires photo...

Mélanges
Soutenances de thèse

Frédéric Garan, Itinéraires photographiques, de la Chine aux “ Missions catholiques ” (1880-1940)

4 volumes, dont 2 volumes de documents / Université Louis Lumière-Lyon II, le 26 novembre 1999
Claude Prudhomme
p. 115-117

Texte intégral

Jury : Françoise Raison, professeur émérite à l’Université Denis Diderot-Paris VII, présidente ; Christian Henriot, professeur à l’Université Louis Lumière-Lyon II ; Jean Pirotte, professeur à l’Université Catholique de Louvain (Belgique), rapporteur ; Claude Prudhomme, professeur à l’Université Louis Lumière-Lyon II, directeur de thèse

1Le jury a d’abord écouté l’exposé de Monsieur Garan, reconstituant les étapes de sa recherche ainsi que les difficultés spécifiques des fonds de photographies : classement sommaire, sans indication d’origine, parfois sans nom d’auteur, photos manquantes car “ empruntées ” pour illustrer des ouvrages, etc… Ayant vérifié, par un long recensement des illustrations, son hypothèse initiale suivant laquelle les Missions Catholiques avaient régulièrement puisé dans les fonds des Oeuvres Pontificales missionnaires, M. Garan a analysé les différences que présentaient les photos retenues par rapport aux photos éliminées. Il a voulu de la sorte s’interroger sur la distance qui sépare la réalité de sa représentation photographique, puis la photo de son exploitation dans une revue vouée à la promotion des missions.

2Un excellent mémoire de maîtrise consacré, déjà, à l’iconographie de l’Autre dans la Bande dessinée (en l’occurence l’Africain noir), avait révélé le goût du chercheur pour ce type d’investigation et le soin minutieux avec lequel il rassemblait et traitait sa documentation. La nomination de M. Garan au lycée français de Casablanca, alors qu’il en était aux débuts de sa recherche, n’a évidemment pas facilité son entreprise. Néanmoins, grâce à des séjours réguliers en France, il a pu procéder à une investigation systématique et méthodique des fonds étudiés. Il démontre ainsi, pour la première fois, le parti que l’historien des missions peut tirer de fonds photographiques méconnus ou voués à alimenter les nostalgies coloniales.

3Entre 1872 et 1910, 1500 illustrations des Missions Catholiques concernent la Chine et 2500 photos originelles sont disponibles en archives. L’ampleur du fond analysé donne tout intérêt au projet. Le premier mérite du chercheur a été de procéder à une identification rigoureuse de sa documentation, opération rendue difficile par la maigreur des informations conservées dans les fonds. Il nous offre ainsi le maximum d’indications sur les lieux, et cela nous vaut un atlas qui permet de localiser et de peser l’importance relative des régions privilégiées par la documentation, comme le poids d’une catholicisme ultra minoritaire, ce qu’occulte la même documentation. Souci identique de précision dans l’identification des auteurs et des acteurs. Nous disposons désormais d’un véritable dictionnaire biographique. Enfin, même si le chercheur affiche sa volonté de ne pas prétendre faire une histoire de la Chine, il est toujours attentif à évoquer les contextes politiques et religieux. En découvrant les séries de documents, le lecteur vérifie que la photographie c constitue un discours qui a son autonomie et n’est pas une simple illustration de l’écrit.

4Il lui fallait ensuite inventer un mode d’exploitation qui ne relève pas de la sémiotique, démarche pour laquelle il n’était pas suffisamment armé, mais de la production des discours missionnaires. Une seconde possibilité eut été d’ajouter aux nombreux travaux récents une étude consacrée aux représentations catholiques de la Chine pour confirmer, une fois de plus, l’ethnocentrisme du regard missionnaire. M. Garan a imaginé un autre parcours, plus subtil et plus fécond. Le parti de distinguer deux niveaux de lecture, celui des photographies effectivement publiées dans le périodique les Missions Catholiques, et celui des photographiques reçues à Lyon et potentiellement disponibles, permet ainsi de mettre à nu les écarts qui séparent l’homme de terrain et le propagandiste de la mission. Les résultats sont généralement convaincants malgré les incertitudes qui pèsent sur les raisons de certains choix ou les origines de certains clichés. La Chine mise en scène par la revue missionnaire est sensiblement différente de la Chine photographiée par les missionnaires. A bien des égards, le regard missionnaire se révèle plus compréhensif et empreint de sympathie pour une société chinoise qui, pourtant, résiste à la mission. Frédéric Garan se montre particulièrement habile à repérer les décalages, à démonter la fabrication du discours à usage européen, à interpréter les divergences. Le sous-titre du travail s’avère ainsi tout à fait justifié : il s’agit bien d’itinéraires, itinéraire imprévisible mais souvent déchiffrable d’une photo, itinéraires de missionnaires, itinéraires d’une revue qui s’enferme le plus souvent dans quelques clichés, dans tous les sens du terme.

5Un premier thème qui retient l’attention est l’ambivalence des missionnaires, qui se félicitent de contribuer, ainsi que les autres acteurs occidentaux, à la modernisation de la Chine mais qui, dès que celle-ci est incarnée par une instance rivale (les protestants, un parti politique) inversent leurs propos, illustrent la revue avec les survivances impériales ou “ païennes ”, signes de stabilité, voire de conservatisme rassurant.

6Le deuxième thème sur lequel M. Garan apporte de nombreux documents concerne le problème de la visibilité du christianisme et sa “ sinisation ”. Le bâtiment y tient une grande place et entend rivaliser avec la pagode. Il est noté à juste titre qu’il est généralement vide et qu’on voit peu de foules chrétiennes. Mais les raisons peuvent être autre que celles avancées : on faisait à l’époque en Europe beaucoup de cartes postales de monuments vides. Ces monuments vides sont néo-gothiques et Madame Raison doute que la courbure des toits et la garniture de l’autel suffisent pour qu’on puisse parler de sinisation. On notera aussi que la sinisation du vêtement missionnaire régresse pour se conformer aux directives romaines.

7Ce travail produit au final un ensemble d’une grande richesse et témoigne d’une réelle ingéniosité, au prix parfois d’une certaine complication dans la manipulation croisée des volumes. Le lecteur ne peut qu’adhérer au parcours proposé à travers un double filtre, celui de l’appareil photo du missionnaire et celui des Missions catholiques. Le bilan n’est guère à l’avantage du périodique qui n’hésite pas parfois à pratiquer le détournement de photo pour imposer une Chine virtuelle conforme à ses choix. Il incite au contraire à réévaluer l’effort de certains missionnaires pour comprendre la Chine, ou plutôt les Chines, tant elles sont diverses et contradictoires. L’unanimité du discours missionnaire public est donc brisée pour faire apparaître la pluralité des regards et, au-delà, des conceptions de la mission. Parce qu’elle dévoile ou souligne cette complexité, la documentation photographique est bien une source nécessaire et féconde pour l’historien.

8On ne peut que souscrire à une telle démarche tant le matériau iconographique constitue une source peu explorée par les historiens dans le cas de la Chine. Naturellement l’objet n’est qu’en partie la Chine elle-même puisque la thèse analyse le “ regard missionnaire ” et sa traduction dans les Missions catholiques. Mais le résultat est convaincant puisqu’il nous fournit une synthèse commode de ce qu’une telle publication montre de la Chine. On peut néanmoins faire un second usage de ces photos – et il faut savoir gré à M. Garan d’avoir mis à jour, par un traitement systématique, ce matériau passionnant- puisque nous avons sous les yeux une collecte d’information “ brute ”, celle d’un monde englouti, qu’on ne peut plus voir, mais qu’on peut encore visualiser, à travers une infinité de détails faussement élémentaires, souvent microscopiques (habillement, coupes de cheveux, outils, habitat etc.), pourtant essentiels à la compréhension d’une société. De ce pont de vue un tel travail pose des jalons précieux car les sources de l’histoire sociale e la Chine restent encore à décliner dans toute leur étendue. L’auteur a ainsi démontré les multiples lectures rendues possibles par les fonds photographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Frédéric Garan, Itinéraires photographiques, de la Chine aux “ Missions catholiques ” (1880-1940) »Chrétiens et sociétés, 7 | 2000, 115-117.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Frédéric Garan, Itinéraires photographiques, de la Chine aux “ Missions catholiques ” (1880-1940) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6783

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Centre André Latreille - Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search