Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7MélangesSoutenances de thèseIsabelle Gruffaz-Alwatik, L’Islam...

Mélanges
Soutenances de thèse

Isabelle Gruffaz-AlwatikL’Islam et les musulmans à travers les publications catholiques de langue française (1945-1995)

Thèse pour le doctorat en Histoire soutenue le 11 Janvier 2000, à l’Université Lumière / Lyon 2
Claude Prudhomme
p. 119-120

Texte intégral

Jury : Bernard Delpal, Professeur à l’Université de Saint-Etienne, rapporteur, Etienne Fouilloux, Professeur à l’Université Lumière / Lyon 2, Ali Merad, Professeur émérite à l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, président, Claude Prudhomme, Professeur à l’Université Lumière / Lyon 2, directeur de thèse.

1Madame Gruffaz-Alwatik a formulé et délimité son projet après un DEA consacré à la place de l’islam dans la littérature de vulgarisation. Son objectif n’est pas d’analyser tous les écrits catholiques de langue française durant cinquante ans, entreprise irréaliste, surtout dans le cadre du nouveau doctorat. Ainsi qu’elle l’explique dans l’introduction, elle a choisi de s’en tenir au point de vue des autorités religieuses et intellectuelles les plus représentatives, notamment après 1965 celles qui mettent en œuvre les décisions du Concile Vatican II. Cette approche a commandé la sélection des périodiques, des ouvrages (généralement sélectionnés parmi les grandes maisons d’édition catholiques) et des auteurs. Les critères adoptés pour déterminer le caractère catholique d’un écrit n’en gardent pas moins un caractère relatif, dont la chercheuse a eu conscience à défaut d’éviter toujours un certain arbitraire, surtout dans la qualification d’universitaire accordée à certains auteurs.

2Le travail s’est progressivement organisé selon un plan classique : une présentation des centres et des hommes qui produisent le discours, puis l’analyse minutieuse des contenus selon un découpage chronologique pour lequel le concile Vatican II marque bien un tournant, enfin un essai de comparaison avec le discours musulman sunnite sur le catholicisme durant la même période. La première partie permet de constater d’emblée le petit nombre d’auteurs concernés, de décrire leur milieu culturel et de repérer un intérêt accru pour l’islam au lendemain du Concile que mesure l’augmentation des ouvrages consacrés à celui-ci. La périodisation confirme le rôle réellement central du Concile Vatican II dans lequel la déclaration Nostra Aetate sur les religions non-chrétiennes, primitivement limitée au judaïsme, a fourni pour les quelques intellectuels investis dans le dialogue avec l’islam, laïcs (Massignon) ou religieux, pères blancs, dominicains, franciscains une occasion inespérée d’occuper une position centrale dans le discours catholique. La montée du radicalisme politique dans certains milieux musulmans et les impasses de certaines formes de discussion théologique entraînent dans les années 1980 un déplacement des centres d’intérêt. Mais ce climat moins favorable n’a pas eu d’effet majeur sur un discours catholique qui continue à témoigner d’une grande tolérance, d’une volonté de compréhension et d’un optimisme persistant.

3La thèse de Madame Gruffaz-Alwatik fournit pour la première fois une vue d’ensemble qui montre bien, pour le catholicisme français, les étapes de la prise de conscience, le rôle moteur d’un noyau d’intellectuels mystiques (Massignon, Gardet) et de religieux, les efforts déployés pour dépasser les clichés et finalement les progrès accomplis dans la connaissance et la reconnaisssance de l’islam depuis 1945,. Certes les incompréhensions n’ont pas disparu et le discours catholique continue d’évaluer certaines réalités musulmanes, notamment en matière de croyance et de pratique, en fonction de ses propres critères. Mais il se révèle moins déconcerté par le projet réformiste musulman, avec son ambition d’islamiser la modernité, que le discours laïque. Il y retrouve en effet des manières de penser le rapport entre la foi et le monde qui ne sont pas sans analogie avec le catholicisme “ intégraliste ” contemporain tel que l’a défini Emile Poulat. Quant à la démarche symétrique des musulmans vers le catholicisme, elle marque un décalage dont on pourrait approfondir les raisons, même si certaines initiatives récentes témoignent, au moins grâce à l’islam en contact avec les sociétés occidentales, d’un intérêt nouveau.

4Madame Gruffaz-Alwatik ouvre la voie à un champ de recherches appelé à se développer. Elle a réuni un corpus de documents abondant dont elle propose au lecteur une analyse serrée grâce à des citations abondantes. Cette méthode, jugée parfois trop systématique, a aussi été une manière d’éviter des interprétations hâtives et subjectives. La chercheuse a prouvé tout au long de son travail une grande honnêteté intellectuelle, y compris pour souligner les limites de ses résultats. Elle met à la disposition des chercheurs une base de données sans équivalent et propose une mise en perspective diachronique indiscutable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Isabelle Gruffaz-AlwatikL’Islam et les musulmans à travers les publications catholiques de langue française (1945-1995)  »Chrétiens et sociétés, 7 | 2000, 119-120.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Isabelle Gruffaz-AlwatikL’Islam et les musulmans à travers les publications catholiques de langue française (1945-1995)  »Chrétiens et sociétés [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6787 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6787

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Centre André Latreille - Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search