Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7MélangesLes Centres d’Histoire religieuse...Comptes-rendus des ouvrages des c...Institut d’Histoire du Christiani...Jean-Dominique DURAND, L’Italie d...

Mélanges
Les Centres d’Histoire religieuse à Lyon
Comptes-rendus des ouvrages des centres d'histoire religieuse à Lyon
Institut d’Histoire du Christianisme, (Université Jean Moulin-Lyon 3)

Jean-Dominique DURAND, L’Italie de 1815 à nos jours

Hachette, 1999, 155 p., chronol., bibliog.
Bernard Delpal
p. 153-154
Référence(s) :

Jean-Dominique DURAND, L’Italie de 1815 à nos jours, Hachette, 1999, 155 p., chronol., bibliog.

Texte intégral

1Ce manuel destiné, aux étudiants, offre en 155 pages (norme imposée par la collection “Hachette - Supérieur”), une synthèse qui va des débuts de l’unité italienne jusqu’au temps présent. Suivant un plan classique et commode, articulé sur les grandes périodes de l’histoire italienne contemporaine, l’ouvrage s’ouvre sur des réflexions qui retiennent l’attention.

2L’Italie est présentée comme “un pays où il fait bon vivre”, et en même temps très dur, où l’on ressent les émotions les plus subtiles, et où l’on est confronté à la violence, au désir de mort d’un terrorisme effrayant. Ces deux pôles, celui de la civilisation d’un côté, celui de la barbarie, de l’autre, se rejoignent de façon tragique en 1973 quand les terroristes attentent au prestigieux musée des Uffizi, à Florence et prennent en otage le legs précieux de l’Italie des arts et de la Renaissance.

3Les contrastes les plus accentués, qu’ils soient ceux de la nature ou qu’ils résultent de la vie sociale italienne, n’excluent pas une étonnante capacité, chez les habitants de la péninsule, à se transformer, à s’adapter. Sur le plan économique et social, pour qualifier l’après-guerre et le décollage des années 1950-1965, on a pris l’habitude d’employer une expression devenue courante, celle du “miracle italien”. Durant cette période particulièrement dynamique, succédant aux années tragiques du nazi-fascisme et de la guerre civile, la société italienne connaît une triple transformation, économique, sociale et culturelle. Les cinéphiles mesurent le chemin parcouru en comparant, par exemple, Le voleur de bicyclette (De Sica) et la Dolce vita. (Fellini)

4Cette aptitude de tout un peuple à s’arracher aux années noires et à entrer dans l’après-guerre doit beaucoup au rôle de premier plan que joue la Démocratie chrétienne (ou “D.C.”), parti catholique et unitaire, une force et une réalité que l’on ne pas vraiment saisir si l’on ne tient pas compte de la culture politique italienne, très redevable à la présence du Chef de l’ Église universelle au coeur de la capitale politique du pays et à la vitalité du christianisme chez les Italiens.

5La “D.C.” s’est fortifiée par la priorité qu’elle donne, jusqu’à l’effondrement de l’Empire soviétique, à la lutte contre le communisme, et à la construction européenne, une double stratégie fortement appuyée par les États-Unis. Malgré son ingéniosité dans la recherche des alliances et des compromis avec les autres forces politiques, la D.C. affronte les années de plomb, les ’attentats, les meurtres politiques et crapuleux, dont l’enlèvement puis l’assassinat d’Aldo Moro représente une sorte d’effrayant apogée.

6L’horreur de ce crime fut sans doute augmentée par le sentiment qu’ont pu éprouver certains contemporains que G. Andreotti avait refusé de secourir la victime, précipitant ainsi une sorte de désaffection irréversible (mais progressive) des Italiens envers la D.C., puis envers de nombreux autres partis. La chute du mur de Berlin (automne 1989) et la multiplication des scandales politico-financiers aboutissent à l’effondrement et même à la disparition de la D.C., remplacée par le Parti populaire, et, simultanément, à une sorte de “balkanisation” des formations politiques classiques.. Les observateurs y voient le signe d’un désarroi bien perceptible dans l’opinion à partir de 1994 à la faveur duquel Forza Italia et Berlusconi connaissent une ascension spectaculaire.

7Mais, précisément, ces fièvres et désarrois successifs font ressortir les lignes de force et les solidités de l’Italie contemporaine : le maintien de l’influence de l’ Église (visible, notamment, à travers la vitalité du laïcat), l’adhésion de chacun à des valeurs et un mode de vie communs, le maintien ou le renforcement de l’européisme. Certains ont même avancé l’idée que si l’on échouait “à faire les Italiens”, selon la formule de M. D’Azeglio,, il n’était peut-être pas absurde de “faire des Italiens...des Européens”.

8J.-D. Durand estime, en connaisseur, que l’Italie ne se laisse “pas facilement déchiffrer”. Mais grâce à ce livre dense et commode (il contient une chronologie bien utile), le lecteur est guidé vers une réflexion stimulante et détourné des clichés habituels. On appréciera beaucoup la bibliographie finale, enrichie par des lectures que les responsabilités et l’activité de notre collègue à Rome ont multipliées, pour le plus grand profit de tous ceux qui désirent approfondir leur découverte de l’histoire et de la civilisation italienne de notre temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « Jean-Dominique DURAND, L’Italie de 1815 à nos jours »Chrétiens et sociétés, 7 | 2000, 153-154.

Référence électronique

Bernard Delpal, « Jean-Dominique DURAND, L’Italie de 1815 à nos jours »Chrétiens et sociétés [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6882

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Institut d’Histoire du Christianisme - Université Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search