Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Avant-propos

Texte intégral

1Les lecteurs de notre Bulletin ne vont pas manquer de relever que le présent numéro atteint un volume sensiblement supérieur à celui du numéro précédent (année 1998). Les auteurs ont adressé à notre Comité des articles qu’il n’a pas voulu réduire ou dont il n’a pas souhaité différer la parution, puisqu’ils reflètent l’activité et la recherche que le Centre André-Latreille (de l’université Lyon 2) et l’Institut d’Histoire du Christianisme (de l’université Lyon 3) développent dans un partenariat étroit, renforcé au fil des ans, auquel l’équipe des Sources chrétiennes est associée étroitement.

2L’an passé, nos équipes déposaient des dossiers en vue d’obtenir le renouvellement des contrats qui, de quatre ans en quatre ans, garantissent notre statut au sein de nos universités respectives et vis-à-vis du CNRS. A la fin de l’année universitaire 1998-1999, nous avons été informés que nos deux centres (A-Latreille et I.H.C.) étaient reconduits comme centres de recherche par la Direction de la Recherche du Ministère. Puis, c’est la Direction du CNRS qui acceptait de reconduire pour quatre ans l’unité que nous formons avec l’équipe des Sources chrétiennes (maintenant dirigée par J.-N. Guinot), sous le nom d’UMR 5035, « Textes anciens et histoire du christianisme ».

3Cette double reconnaissance s’accompagne du renouvellement du D.E.A. d’histoire religieuse (intitulé : Histoire des chrétiens, en Europe et hors d’Europe). Les universités qui en ont fait la demande (Lyon 2, Lyon 3 et Chambéry-Savoie) sont, ensemble, habilitées à délivrer ce D.E.A. Conformément à la règle de l’alternance suivie constamment part les deux centres lyonnais, c’est Lyon 2, pour le quadriennat 1999-2003, qui assume la direction commune de ce D.E.A.

4Autre changement, Jean-Dominique Durand, de plus en plus absorbé par ses tâches romaines à l’approche du Jubilé, a été remplacé par Bernard Delpal à la direction de l’Institut d’Histoire du Christianisme en janvier 1999.

5Les reconnaissances officielles évoquées ci-dessus nous incitent à nous acquitter au mieux de notre tâche : exécuter les programmes annoncés, colloques, publication d’instruments de travail, participation à des manifestations de nature scientifique, soutien aux jeunes chercheurs, collaboration en histoire religieuse avec des partenaires extérieurs (en particulier l’université Saint-Joseph à Beyrouth et l’université de Bucarest, avec lesquelles nous sommes liés par convention). A cet égard, sans perdre de vue la préparation de colloques dans lesquels nous sommes directement impliqués, comme le prochain colloque « Secrétaires d’Etat du Saint-Siège » (Rome, 9, 10 et 11 décembre 1999), nous répondrons autant qu’il est possible - l’an 2000 promet un calendrier redoutable - aux demandes de travail en commun, ou simplement d’appui scientifique, adressées par d’autres équipes de recherche. C’est ainsi que nous avons été sollicités par l’Association pour l’histoire de l’Ordre de saint Dominique en Europe à l’occasion du colloque sur « Les artistes et la restauration de l’Ordre des Prêcheurs en France au XIXe siècle » (Lyon, 12-14 novembre 1999), par les Assomptionnistes pour un colloque à Valpré (69 Ecully), fin 2000, sur l’engagement missionnaire de la congrégation, par l’association culturelle Marcel Légaut, de Dijon, pour un colloque sur Marcel Légaut, à Lyon, les 10-11-12 novembre 2000.

6S’engager ainsi, n’est-ce point présumer de nos forces et du temps ? Pour demeurer optimistes, fort heureusement, nous pouvons compter sur des contributions substantielles et des apports renouvelés : en témoignent les articles qui figurent dans la première partie du bulletin, et qui précèdent les Mélanges, suivis des listes des mémoires de Maîtrise, D.E.A. et des thèses soutenus en 1998-1999.

7Les articles publiés cette année ont été rassemblés autour d’un fil conducteur, les rapports entre religions et cultures ; thématique très ouverte, celle-là même qui était proposée aux invités de notre séminaire de D.E.A.

8Les rapports entre religions et cultures à l’époque moderne sont abordés dans trois études consacrées, respectivement, aux ecclésiastiques bordelais, à une catégorie d’intellectuels de Paris, Lyon et Grenoble engagés dans la conversion des protestants, à la littérature philosophique clandestine circulant en Europe de la fin du XVIIe siècle à la Révolution.

9Sur le plan intellectuel, les ecclésiastiques observés par F. Cadilhon dans le bordelais du XVIIIe siècle ne sont pas les paresseux que les philosophes libertins et encyclopédistes aiment fustiger. Curieux, cultivés, ouverts, amateurs de livres et d’oeuvres d’art, nombre d’entre eux participent à « l’élan du siècle ». Les nouveautés les attirent, mais ne leur font pas oublier la prudence. S’ils fréquentent la franc-maçonnerie, introduite à Bordeaux vers 1730, ils n’y entrent point. Les membres de la Propagation de la foi, communauté fondée à Paris au début du XVIIe siècle pour lutter contre le protestantisme, tissent un véritable réseau qui s’appuie sur Grenoble et Lyon. Laïcs ou clercs, ils s’éduquent mutuellement afin d’acquérir une véritable érudition humaniste, observe C. Martin. Et c’est avec cette arme, par l’écrit et la controverse orale, qu’ils affrontent un adversaire, le huguenot, dont ils connaissent la valeur.

10En restituant les circuits et les formes empruntés par les écrits clandestins, A. McKenna met en évidence la vitalité de cette littérature à la fois clandestine, philosophique et critique, si précieuse pour saisir l’histoire des idées dans sa globalité. Jusque dans l’espace public, de la fin du XVIIe siècle à la Révolution, le rationalisme chrétien d’un Malebranche est mis en pièces pour céder la place à un rationalisme radicalement anti-chrétien. En annexe, A. McKenna propose un aperçu des publications de cette littérature clandestine ainsi qu’un état de la question à travers une bibliographie francophone, anglophone et germanophone, incluant un site Internet spécialisé.

11L’historien québécois Gilles Routhier propose ensuite un parcours très complet des travaux et recherches en cours sur l’histoire de Vatican II. Cette riche synthèse est organisée autour d’une série de rapports « dialectiques », ceux qui font voisiner par exemple, durant le temps conciliaire, les assemblées et le pouvoir central, les Pères et les experts, le local et l’universel. Ce tour d’horizon très complet s’achève sur un examen attentif de la situation québécoise (1950-1970), à partir d’un important corpus de travaux qui mettent en relation la situation, l’histoire, les réalités d’un pays et la manière dont il prépare le concile, puis agit sur lui avant d’en ressentir les effets.

12L’article de B. Berthod et P. Blanchard est consacré aux relations entre la France et le Saint-Siège dans des temps difficiles, entre 1953, moment où le nonce Paolo Marella rejoint son poste à Paris et 1957, année du départ à la retraite de W. d’Ormesson, le successeur de J. Maritain à la villa Bonaparte. Grâce à cette étude fondée sur les papiers d’Ormesson, on mesure l’étendue et la complexité des questions à la fois politiques, religieuses et sociales que les deux Etats doivent aborder et, si possible, régler par la négociation. C’est ainsi par exemple que la Quatrième République a été bien près d’élaborer une sorte de nouveau concordat, complément ou prolongement de la loi de Séparation.

13Un dossier intitulé « Entre paix et guerre, des catholiques français face à l’Allemagne » rassemble deux articles de Régis Ladous et Natalie Malabre.

14Régis Ladous analyse les relations qui se sont établies entre de jeunes catholiques allemands et français, au cours de la période 1920-1945. D’un côté, les Compagnons de Saint-François, tournés, avec J. Folliet, vers la paix et la réconciliation, de l’autre côté du Rhin, le Quickborn, mouvement tenté par l’utopie d’un monde meilleur, plus fraternel. Entre les deux, on rencontre la médiation active de Laurent Remilleux, artisan d’une sorte de convergence vers la réconciliation franco-allemande, dans une Europe unie. C’est encore la personnalité de L. Remilleux qui se trouve au coeur de la contribution de N. Malabre. A partir de la correspondance envoyée ou reçue par le futur curé de la paroisse lyonnaise de N.-D. Saint-Alban, c’est la période d’avant la Grande Guerre qui est évoquée, dans le sillage de celui qui vient découvrir sur place l’Allemagne de l’empereur Guillaume. L. Remilleux, hors de toute analyse politique, donne un contenu social et religieux à une germanophilie qui n’est pas exempte d’ambiguïté. Au risque d’adopter des positions plutôt délicates dans l’entre-deux-guerres.

15A la fin du Bulletin, le lecteur est invité à prendre connaissance du programme du séminaire de D.E.A. pour 1999-2000, conçu autour d’un thème ouvert, religion et Etat. Nous invitons les chercheurs, les personnes intéressées à entendre et rencontrer les invités de ce séminaire. Nous espérons également que des étudiants, stimulés par les perspectives offertes à la Bibliothèque de la Part-Dieu par le fonds des Jésuites, désormais accessible, se tourneront vers l’histoire religieuse et les centres d’intérêt que proposent nos équipes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « Avant-propos »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 2-3.

Référence électronique

Bernard Delpal, « Avant-propos »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6917

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Directeur de l’Institut d’Histoire du Christianisme - Université Jean Moulin - Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search