Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesLa culture des ecclésiastiques bo...

Articles

La culture des ecclésiastiques bordelais au XVIIIe siècle

État des recherches sur une métropole provinciale
François Cadilhon
p. 7-13

Texte intégral

  • 1 Selon une approche moins strictement intellectuelle que ne pouvait encore le concevoir l'historiogr (...)

1Peut‑on définir sans ambiguïtés la culture, et les pratiques culturelles, d’un groupe social à la fin de l’Ancien Régime ? À s’en tenir aux seules interventions proposées dans le séminaire de D.E.A. du Centre André Latreille et de l’institut d’Histoire du Christianisme, cette culture représentait pour les ecclésiastiques un rapport au livre et à l’art, un engagement intellectuel tant par l’activité écrite que sociale1. Cet engagement des clercs se définissait évidemment par rapport à I’ Église et à sa doctrine, mais également par rapport aux autres confessions ou aux autres modes de pensée. On ne peut ainsi laisser à l’écart, pour le XVIIe siècle, le cas des protestants, des juifs et des francs‑maçons. À côté de ces différents axes, je prendrais garde de ne pas oublier les principes de la formation intellectuelle des ecclésiastiques, développée par les pères du concile de Trente et les évêques réformateurs du XVIIe siècle pour mieux prêcher, pour mieux catéchiser, pour mieux convertir.

  • 2 Si L'Histoire de Bordeaux au XVIIIe siècle (sous la dir. de F.‑G. Pariset), Bordeaux, 1968, et L'Hi (...)

2Avec autant de critères, on comprend que la culture des ecclésiastiques se déclinait au pluriel mais on peut commodément la réduire à trois grands principes, à savoir une formation, une vie de l’esprit ‑ ce que j’appellerai les champs de l’intime ‑ et une civilisation ou plus simplement une vie des Lumières. Grâce à l’ampleur et la diversité des travaux réalisés, ne serait‑ce que dans ces trois domaines, à Bordeaux, le choix de cette métropole provinciale et religieuse permet de mieux cerner les réalités d’une culture cléricale assurément complexe2.

Une formation

  • 3 M. Peronnet, Les évêques de l'ancienne France, Lille, 1977. Encore faudrait‑il dégager les nuances (...)
  • 4 L'enquête de Mgr de Rohan en 1772 montre ainsi que le tiers des curés et la moitié des vicaires ven (...)

3Le bon prêtre sous l’Ancien Régime était un homme capable, c’est-à-dire ayant suffisamment étudié pour remplir les devoirs de son état, mais en dépit d’une définition aussi large, on ne dispose pas encore d’étude précise sur le cursus scolaire et la formation du clergé bordelais au XVIIIe siècle. Il est possible d’y voir deux explications : la diversité des clercs de la ville et une grande disparité des sources. Il faut d’abord distinguer entre le haut et le bas clergé dont la formation respective, dans une société où la prédestination était forte, visait des objectifs totalement différents. Quelle que soit la région concernée, grâce aux travaux de Michel Peronnet, l’apprentissage intellectuel des évêques, et de la même manière des vicaires généraux, est bien cerné3. La démarche était très normative. Elle imposait un passage dans les meilleurs collèges parisiens (Harcourt, Le Plessis) puis à la faculté de théologie jusqu’au doctorat, pour une formation longue solide et complète, très supérieure à la plupart des autres corps du royaume. Pour le bas clergé, en revanche, il est indispensable de rappeler le déficit chronique des ordinations en Guyenne au XVIIe siècle. Bordeaux manquait de prêtres et le diocèse devait accueillir des clercs venus de toute la France ‑ du Rouergue et du piémont pyrénéen surtout ‑ mais également d’Espagne ou d’Irlande4. Une étude locale paraît ainsi très complexe à réaliser. Méthodologiquement, la maîtrise des sources soulève d’autres difficultés. En aval du cursus, on dispose aux Archives départementales de la Gironde de solides registres d’insinuations qui, lors des attributions de bénéfices ecclésiastiques, mentionnaient les titres des clercs concernés. Mais il ne s’agissait souvent que des titres universitaires et tous étaient loin d’en posséder ; par ailleurs ces registres ne disent rien sur le cursus au collège et sont difficiles à déchiffrer. En amont du cursus, les sources scolaires et universitaires sont à Bordeaux insuffisantes et de médiocre qualité et on doit finalement se contenter de peu, soit de considérations générales sur les établissements d’enseignement, soit d’analyses ponctuelles sur les chanoines ou le clergé irlandais.

  • 5 Voir F. Cadilhon, De Voltaire à Jules Ferry, L'enseignement secondaire à Bordeaux et dans le Sud‑Ou (...)
  • 6 F. Cadilhon, Michel‑de‑Montaigne, Faculté des arts, Faculté des lettres, Hisloire d'une université (...)

4À la fin du XVIe siècle, le concile de Trente avait effectivement pensé les séminaires pour une formation globale des ecclésiastiques et les clercs devaient commencer par y apprendre la grammaire mais le niveau scolaire minimum n’allait pas au‑delà et le contraste entre une minorité savante et une masse de prêtres ignorants n’en était que plus fort. Au XVIIe siècle, la formation académique fut de plus en plus développée au sein des établissements qui acquirent ainsi une véritable originalité scolaire et universitaire. Cette évolution donna naissance, mais de manière très progressive, aux petits séminaires qui vinrent concurrencer les grands collèges urbains, celui de la Madeleine qui relevait des Jésuites et celui de Guyenne sous l’autorité théorique de la jurade. Les difficultés qui, pour des raisons différentes, assaillaient déjà les deux maisons en furent aggravées5. D’autre part, l’épiscopat multiplia les interventions afin de donner aux grands séminaires le privilège de l’agrégation et donc la possibilité d’assurer un enseignement reconnu de philosophie et de théologie. En 1747, Monsieur de Périgueux déclencha ainsi un tollé au sein de l’université de Bordeaux qui risquait de perdre dans ses facultés des arts et de théologie le recrutement des clercs du Périgord. Les Bordelais voulurent étendre la querelle à l’ensemble du royaume en faisant appel à la solidarité des corps universitaires et le chancelier d’Aguesseau fut contraint de désavouer l’initiative épiscopale6.

  • 7 P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIle et XVIIle siècles, Paris, 1985.
  • 8 F. Cadilhon, « Montesquieu et les Bordelais au collège de Juilly », Revue française d'Histoire du l (...)
  • 9 P. Loupès, « Les ecclésiastiques irlandais dans le diocèse de Bordeaux sous l'Ancien Régime », Revu (...)
  • 10 Voir à ce sujet, C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac, 1708­-1720, mémoire d (...)

5Deux groupes ecclésiastiques sont cependant bien connus grâce à Philippe Loupès. Les chanoines7 faisaient ainsi des études secondaires bordelaises surtout chez les Jésuites. Joseph de Secondat, doyen de Saint‑Seurin, fut néanmoins élevé à Juilly chez les Oratoriens avec son frère8. Ensuite, après la classe de philosophie, au XVIIe siècle, les études universitaires du groupe furent poussées de plus en plus loin. Au début de la période, les chanoines docteurs étaient en effet une petite minorité. À la fin de la période, dans certains chapitres, ils étaient plus de la moitié. Un cursus original, bien représentatif de leurs intérêts, combinait le droit et la théologie. Ces études universitaires se déroulaient en général au sein du Studium de Bordeaux, mais la hiérarchie sociale imposait des nuances. Les chanoines issus des grandes familles parlementaires : Basterot, Camiran, Lecomte... étudiaient à la Sorbonne selon les mêmes principes que le haut clergé, les autres demeuraient à Bordeaux. Ce phénomène justifie en partie l’appellation de clergé moyen qu’on leur donne parfois. Après les chanoines, les clercs d’origine irlandaise ont également fait l’objet d’études originales9. Ils étaient en effet formés dans le cadre de l’un des séminaires créés au début du XVIIe siècle, pour préparer les missionnaires chargés de porter les secours de la foi aux catholiques d’Irlande et pour accueillir les missionnaires à leur retour (ces établissements avaient été installés le long des côtes européennes et à Rome). Le séminaire de Bordeaux regroupait une trentaine de personnes au XVIIe siècle. En dépit de la générosité des fidèles10, il connaissait des difficultés financières mais assurait une excellente formation en parallèle avec le collège de la Madeleine et l’université où les Irlandais prenaient leurs grades. Les études étaient axées sur la pratique des langues vivantes : français, anglais, irlandais et même espagnol ou italien. Une solide bibliothèque de six cent ouvrages et une politique d’acquisition constante (Bayle, Fontenelle, Montesquieu, Voltaire ... ) offraient aux séminaristes une bonne connaissance de la littérature du temps. Cependant, plus de la moitié de ces clercs irlandais préféraient, après leurs études, demeurer en Bordelais ‑ où ils représentaient 4 % du clergé paroissial - plutôt que de partir vers les rives incertaines de la Shannon.

Les champs de l’intime

  • 11 F. Hildesheimer, « Catalogue des fonds révolutionnaires », Pratiques religieuses dans l'Europe mode (...)
  • 12 F. Cadilhon, « L'intime et le sacré chez les ecclésiastiques bordelais de la fin du XVIle siècle », (...)
  • 13 On se reportera par comparaison à la remarquable thèse de Michel Figeac, Destins de la noblesse bor (...)

6Une étude, cette fois beaucoup plus systématique, peut être menée à partir des confiscations révolutionnaires qui frappèrent les prêtres émigrés, réfractaires ou condamnés. Le principe de cette utilisation de la série Q n’est pas nouveau11, mais l’intérêt de la situation bordelaise, c’est le nombre important de prêtres concernés12. Ces inventaires forment une source exceptionnelle pour pénétrer la vie quotidienne13 - certains diront la culture matérielle des ecclésiastiques - et plus précisément leurs rapports à l’art et au livre. Il faut néanmoins souligner les critiques auxquelles ces sources doivent être confrontées. D’abord, parce qu’un décret restrictif de la Convention décida rapidement d’exclure des ventes publiques les livres et les tableaux saisis et les agents de la République omirent souvent de détailler ce que l’État réservait aux premiers musées et bibliothèques, ensuite parce que les fonds firent l’objet de nombreuses pertes ou de vols, parfois commis par les représentants en mission eux‑mêmes.

  • 14 Encore faut-il se méfier du sens polysémique du terme à une époque où la déchristianisation ,jacobi (...)
  • 15 Bib. mun. Bordeaux, ms 851‑860.
  • 16 F. Cadilhon, Bibliothèques cléricales et Lumières provinciales à Bordeaux à la fin du XVIle siècle, (...)
  • 17 M. Marion, Les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIle siècle, Paris, 1978.
  • 18 P. Loupès, « Baron, dernier vicaire perpétuel de Saint‑Projet de Bordeaux et sa bibliothèque », Rev (...)
  • 19 F. Cadilhon, L'Honneur perdu de Mgr Champion de Cicé, Bordeaux, 1996. Le catalogue de la bibliothèq (...)
  • 20 En dépit d'un recul général dans les bibliothèques des Lumières, le latin dépassait encore 25 % dan (...)
  • 21 S. Plichon, Diderot, Montesquieu, Rousseau et Voltaire dans les bibliothèques privées à Bordeaux au (...)

7Les oeuvres d’art souffrirent particulièrement et la plupart des collections furent dispersées avant d’avoir été inventoriées. Les tableaux de l’archevêque Champion de Cicé, après avoir été évalués vingt mille livres ‑ chiffre élevé pour une collection du XVIIe siècle ‑ ne donnèrent lieu à aucune description et disparurent prématurément. La peinture était pourtant bien présente chez les ecclésiastiques avec toutes les qualités picturales : des plus grands maîtres aux « mauvais tableaux » trouvés chez le curé de Castres près de Bordeaux14. Une collection est en revanche bien connue, celle de Jean‑Baptiste Paule de Carrières, conseiller-clerc au Parlement, habitué de la paroisse Saint‑Maixent au centre de la ville. Ce fut l’un des premiers prêtres de Bordeaux à émigrer en 1791 pour s’installer à Rome où il fut pensionné par le pape. La religiosité de ses seize tableaux et de ses trois gravures impressionna en tout cas suffisamment les agents du district pour qu’ils s’attachent à décrire ce véritable résumé de l’art chrétien des XVIIe et XVIIe siècles. Pour approcher la culture livresque des ecclésiastiques bordelais, on dispose en revanche d’une autre source, très complète, avec les registres d’entrée des ouvrages placés au dépôt national et destinés à alimenter la future bibliothèque de la ville. Quarante-quatre collections ‑ sur cent vingt-six inventaires ‑ furent répertoriées alors que tous les ecclésiastiques possédaient des livres ce qui montre encore l’ampleur des pertes révolutionnaires15. Même s’il est indispensable de distinguer les propriétaires de quelques ouvrages et les bibliophiles avertis, les ecclésiastiques bordelais entretenaient avec le livre des rapports particulièrement étroits16. Au début du xVIIe siècle, les bibliothèques ecclésiastiques privées étaient rares ou pauvres, mais les évêques réformateurs, comme Henry de Sourdis,­ insistèrent dans leurs instructions pour promouvoir le livre avec un corpus de base d’une dizaine d’ouvrages. Il faut bien constater qu’un siècle après, la situation avait totalement changé puisque ce même corpus oscillait entre deux cent et cinq cent ouvrages. Bien qu’en dessous des résultats parisiens avancés par Michel Marion17, il correspondait tout à fait à la situation relevée pour la noblesse bordelaise présentée comme largement ouverte sur le monde des Lumières. Quelques‑uns de ces clercs étaient de véritables bibliophiles avec des collections impressionnantes, comme Baron vicaire perpétuel de Saint-Projet18 ou Mgr de La Porte vicaire épiscopal de Mgr Champion de Cicé. Le nombre insignifiant de livres ‑ 64­ - relevé chez ce dernier, constitue en revanche une anomalie étonnante, mais le fonds fut sans doute pillé plus vite que les autres et comme d’autres prélats, en particulier Emmanuel de Cossé, évêque de Condom cité en exemple par Michel Marion, il pouvait utiliser la bibliothèque de son frère aîné à Paris19. L’ensemble va en tout cas à l’encontre de la prétendue paresse intellectuelle des curés stigmatisée par les philosophes du XVIIIe siècle. L’analyse thématique de ces bibliothèques consacre la primauté de la théologie et de l’histoire, la faiblesse des belles‑lettres ‑ notamment du théâtre et du roman ‑ et l’intérêt particulièrement vif pour la philosophie. Bayle, Fontenelle, Montesquieu, Voltaire ou Rousseau faisaient apparemment l’unanimité et, mis à part L’Encyclopédie, seul Diderot était véritablement laissé à l’écart. Dans le détail, des remarques essentielles s’imposent pourtant. On constate en effet la grande modernité des collections car plus de la moitié des ouvrages saisis étaient postérieurs à 1750. L’idée d’un clergé replié sur le passé est donc assurément erronée et cette proportion montre au contraire l’ampleur de la fermentation intellectuelle chez ces clercs ouverts aux idées les plus contradictoires. Au sein même de la théologie, on reste frappé par le recul de la littérature patristique ou conciliaire, au profit des grands débats sur le richérisme, le gallicanisme ou le jansénisme et surtout la place mineure occupée par le latin qui ne représente que 9 % de l’ensemble20. Si la philosophie est également très présente, on doit remarquer l’absence des oeuvres les plus polémiques : les prêtres préféraient Les lettres persanes à L’Esprit des lois et Le siècle de Louis XIV au Dictionnaire philosophique21 ; parallèlement, la présence de la littérature de combat (Fréron, Palissot, Nonotte) est tout aussi significative. Il faut évidemment souligner les différences sociales et individuelles inévitables. Les chanoines étaient particulièrement attirés par la jurisprudence (droit civil, droit canon), qui les transformait en redoutables spécialistes du système bénéficial, mais également par la musique sacrée ou profane. Le clergé paroissial était surtout préoccupé par les soucis du quotidien avec des collections de chirurgie, Le traité des études, sans oublier L’art des jardins ou La cuisinière bourgeoise.

La vie des Lumières

  • 22 D. Bellet, Érudition et polygraphie au XVIIIe siècle, étude des fonds Bellet de la bibliothèque de (...)
  • 23 G. Polet, L'Abbé Jaubert, un curé érudit au XVIIIe, siècle, mémoire dactyl. (P. Loupès, F. Cadilhon (...)

8La participation à l’élan du siècle, comme aux traditions les plus anciennes de l’Église, peut enfin se mesurer à une activité littéraire, mais, à la grande différence des réguliers, la production des séculiers fut surtout le fruit de deux ou trois individualités isolées : le chanoine de Cadillac, Jules Bellet22, le curé de Cestas, François Jaubert23, l’abbé Desbiey, bibliothécaire de l’Académie royale des sciences, belles‑lettres et arts, censeur royal très conciliant avec les idées nouvelles. Cela ne veut pas dire que les clercs de Bordeaux ne voulaient pas écrire. Ils nous ont au contraire laissé de nombreux manuscrits qui résument largement les centres d’intérêts du temps : études archéologiques, médicales ou physiques. Leurs travaux ne furent jamais ou rarement publiés car ils se heurtèrent aux blocages structurels de l’imprimerie régionale et aux blocages sociaux des institutions intellectuelles bordelaises, mais ces archives sont aujourd’hui des sources précieuses pour connaître les réalités du XVIIIe siècle.

9La participation à l’élan du siècle peut aussi se mesurer à la présence des ecclésiastiques dans les deux sociétés savantes de la ville : l’Académie et la Société littéraire du Musée. Au sein de la première, ils représentaient 20 % des académiciens et à peine 5 % au sein de la seconde. Les chiffres cachent cependant des réalités totalement différentes. En fait, à l’Académie, fondée en partie grâce à l’action du chanoine Bellet auprès du duc de La Force, les clercs furent écartés des places essentielles monopolisées par les parlementaires. En revanche, au Musée, souvent présenté comme le cénacle littéraire des négociants protestants mais fondé par l’abbé Dupont des Jumeaux, avec le soutien discret de l’archevêque qui voulait combattre l’emprise du parlement sur la cité, la participation active des quelques clercs fut unanimement reconnue. Les ecclésiastiques inscrits au Musée étaient ambitieux. Ils y venaient pour se cultiver un peu et pour faire carrière beaucoup. L’institution devait leur servir de tremplin personnel. Comment ne pas opposer à cet égard les destins de l’abbé Bellet, resté toute sa vie dans l’anonymat de l’Académie, et de l’abbé Sicard, vite promu directeur de l’École des sourds et muets de Bordeaux, puis de Paris, avant d’entrer à l’Institut.

  • 24 Voir les études de Jean‑Pierre Poussou ou de Paul Butel à partir des registres de l'Amirauté : Arch (...)
  • 25 C. Desplats, La fraternité maçonnique à Bordeaux, 1770‑1830, mémoire dactyl. (P. LOUPES, M. FIGEAC (...)

10Le Musée était pourtant réputé comme un repaire de protestants et de francs‑maçons, mais pour évoquer la culture de ces clercs bordelais, on ne peut ignorer leur sens de la tolérance ou leur attrait pour des modes de pensée nouveaux. Effectivement, le clergé local ne s’offusquait guère de disserter avec des hérétiques avérés. Ces prêtres, souvent originaires du négoce, étaient bien conscients de l’apport des familles protestantes à la prospérité bordelaise. Les curés de la ville, malgré les instructions royales, accordaient d’ailleurs généreusement les certificats de complaisance qui permettaient à une partie de la jeunesse réformée d’achever ses études à Londres ou à Amsterdam24. Par ailleurs, s’ils se côtoyaient, ecclésiastiques et protestants ne se fréquentaient pas. Il y avait une nette différence entre assister ensemble aux séances du Musée et échanger ensemble la même intimité des salons qui étaient pour leur part très cloisonnés. Si la proximité des protestants les gênait peu, les séculiers se tenaient en revanche à l’écart des juifs de Bordeaux pourtant nombreux au sein des loges maçonniques où le clergé était aussi bien représenté25. La franc‑maçonnerie avait été introduite à Bordeaux vers 1730. Venue d’Angleterre, mise à la mode par Montesquieu, elle avait connu dans le port de la lune un succès rapide et comptait à la fin de l’Ancien Régime près de deux mille membres. Malgré les bulles pontificales Providas et In Eminenti (que les parlements français n’avaient pas enregistrées), les ecclésiastiques avaient été séduits par le fonds philanthropique et intellectuel du mouvement, ces ecclésiastiques qui étaient souvent les mêmes à avoir acheté, parfois à grand prix L’Encyclopédie. Les chanoines, encore une fois, adhérèrent nombreux tout comme les réguliers, mais le reste du clergé séculier resta plus prudent. Le haut clergé fit preuve à cet égard d’une attitude ambiguë. Les archevêques Rohan et Cicé étaient très largement entourés de francs‑maçons, leurs mandements avançaient des idées proches de la franc‑maçonnerie, mais ils ne s’engagèrent jamais officiellement et cela résume sans doute fort bien toutes les nuances de la culture et des choix intellectuels des ecclésiastiques bordelais.

  • 26 V. Darnat, Un curé bordelais à la fin de l'Ancien Régime, J‑B. Barheret, mémoire dactyl. (P. LOUPES (...)

11En conclusion, on a ainsi affaire au XVIIIe siècle à un clergé cultivé, voire savant, curieux, ouvert sur les grands débats de l’époque, volontiers frondeur, parfois richériste et dans un premier temps enthousiaste devant les principes révolutionnaires26. Mais ce clergé qui ne fut jamais janséniste était également profondément orthodoxe ‑ y compris ceux qui avaient fait le pas de la franc-maçonnerie ‑ et il refusa massivement la Constitution civile. Ainsi, au prisme de la culture cléricale on comprend beaucoup mieux les choix des uns et des autres entre 1789 et 1801. On doit ainsi relire et apprécier les pages de George Sand consacrées à l’abbé d’Andrezel qui avait été l’un de ces vicaires généraux de Bordeaux, ambitieux et cultivés ;

  • 27 G. Sand, Histoire de ma vie, Paris, éd., 1970, p. 488.

« L’abbé d’Andrezel qu’on n’appelait plus l’abbé depuis la Révolution, avait été joli garçon et je crois qu’il était encore très libertin, c’était un des hommes les plus spirituels et les plus aimables que j’aie connus. Il a fait je ne sais quelles traductions de grec et passait pour savant. Il a été recteur de l’Université et pendant quelque temps censeur sous la Restauration... et je l’ai souvent entendu dire au temps où il exerçait ce triste ministère « Ce que j’aime de mon emploi, c’est qu’il me permet de jeter au feu une foule de platitudes... en revanche, j’ai le plaisir de soustraire aux ciseaux de mes collègues une petite quantité de choses plaisantes et justes auxquelles je fais grâce parce qu’il s’y trouve de l’esprit27 ».

Haut de page

Notes

1 Selon une approche moins strictement intellectuelle que ne pouvait encore le concevoir l'historiographie au début des années 1960.

2 Si L'Histoire de Bordeaux au XVIIIe siècle (sous la dir. de F.‑G. Pariset), Bordeaux, 1968, et L'Histoire du diocèse de Bordeaux (sous la dir. de B. Guillemain), Paris, 1974, ont vieilli depuis la multiplication de travaux universitaires en histoire religieuse. La thèse de Bernard Peyrous, La Reforme catholique à Bordeaux, Bordeaux, 1995, est une référence dont on ne dispose pas pour le XVIIIe siècle. On attend une synthèse en préparation par Philippe Loupès, aux éditions Mollat. Dans le cadre de cette présentation d'un état des recherches bordelaises sur la période des Lumières, l'analyse se limitera néanmoins à l'exemple des seuls séculiers.

3 M. Peronnet, Les évêques de l'ancienne France, Lille, 1977. Encore faudrait‑il dégager les nuances sociales qui partageaient en deux groupes les vicaires généraux.

4 L'enquête de Mgr de Rohan en 1772 montre ainsi que le tiers des curés et la moitié des vicaires venaient d'autres diocèses. P. Loupès, « Le clergé paroissial du diocèse de Bordeaux d'après la grande enquête de 1772 », Annales du Midi, janvier 1971, p. 5‑24.

5 Voir F. Cadilhon, De Voltaire à Jules Ferry, L'enseignement secondaire à Bordeaux et dans le Sud‑Ouest aquilain aux xviiie et XIXe siècles, Bordeaux, 1995. Dominique JULIA a collationné les renseignements disponibles dans, Les collèges français du xvie au XVIIIe siècles, Paris, 1984, en particulier les données anciennes mais précieuses, fournies avant la disparition d'une partie des archives municipales par Ernest Gaullieur, Histoire du collège de Guyenne, Paris, 1874. Le collège des Jésuites est en cours d'étude : G. Chemin, Le collège de la Madeleine dans la première moitié du XVIIIesiècle, mémoire dactyl. (F. Cadilhon dir.), Université de Bordeaux III.

6 F. Cadilhon, Michel‑de‑Montaigne, Faculté des arts, Faculté des lettres, Hisloire d'une université bordelaise, en cours de publication aux Presses universitaires de Bordeaux.

7 P. Loupès, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIle et XVIIle siècles, Paris, 1985.

8 F. Cadilhon, « Montesquieu et les Bordelais au collège de Juilly », Revue française d'Histoire du livre, 46, janvier 1985, p. 253‑258.

9 P. Loupès, « Les ecclésiastiques irlandais dans le diocèse de Bordeaux sous l'Ancien Régime », Revue historique de Bordeaux, 1974, p. 181‑200.

10 Voir à ce sujet, C. Le Mao, Vivre en Bordelais au temps de Labat de Savignac, 1708­-1720, mémoire dactyl. (P. Loupès, M. Figeac dir.), Université de Bordeaux III, 1998.

11 F. Hildesheimer, « Catalogue des fonds révolutionnaires », Pratiques religieuses dans l'Europe moderne, 1770‑1820, Actes du colloque de Chantilly, 1985, p. 737.

12 F. Cadilhon, « L'intime et le sacré chez les ecclésiastiques bordelais de la fin du XVIle siècle », Annales du Midi, 218, avril 1997, p. 211‑222. Les inventaires dressés en Gironde représentent 126 dossiers (séculiers et réguliers compris). À partir de 1792, les opérations de confiscation puis de mise en vente durèrent jusqu'en 1796. Le dernier à être frappé fut Martin Glynn, un chanoine de Saint‑André d'origine irlandaise.

13 On se reportera par comparaison à la remarquable thèse de Michel Figeac, Destins de la noblesse bordelaise, 1771‑1830, Bordeaux, 1996.

14 Encore faut-il se méfier du sens polysémique du terme à une époque où la déchristianisation ,jacobine était à son paroxysme. En 1855, le catalogue du musée de Bordeaux dénonçait encore « la brutalité des magistrats révolutionnaires ».

15 Bib. mun. Bordeaux, ms 851‑860.

16 F. Cadilhon, Bibliothèques cléricales et Lumières provinciales à Bordeaux à la fin du XVIle siècle, Revue historique de Bordeaux, 1990‑1992, p. 75‑88.

17 M. Marion, Les bibliothèques privées à Paris au milieu du XVIle siècle, Paris, 1978.

18 P. Loupès, « Baron, dernier vicaire perpétuel de Saint‑Projet de Bordeaux et sa bibliothèque », Revue française d'histoire du livre, Janvier ‑ Juin 1972, p. 2‑25.

19 F. Cadilhon, L'Honneur perdu de Mgr Champion de Cicé, Bordeaux, 1996. Le catalogue de la bibliothèque de Louis‑Toussaint Champion de Cicé est conservé à la bibliothèque de l'Arsenal.

20 En dépit d'un recul général dans les bibliothèques des Lumières, le latin dépassait encore 25 % dans la plupart des collections ecclésiastiques étudiées dans les autres villes du royaume.

21 S. Plichon, Diderot, Montesquieu, Rousseau et Voltaire dans les bibliothèques privées à Bordeaux au XVIIIe siècle, mémoire dactyl. (P. Loupès, F. Cadilhon dir.), Université de Bordeaux III, 1995.

22 D. Bellet, Érudition et polygraphie au XVIIIe siècle, étude des fonds Bellet de la bibliothèque de Bordeaux, mémoire dactyl. (P. Loupès, F. Cadilhon dir.), Université de Bordeaux III, 1998.

23 G. Polet, L'Abbé Jaubert, un curé érudit au XVIIIe, siècle, mémoire dactyl. (P. Loupès, F. Cadilhon dir.), Université de Bordeaux III, 1998.

24 Voir les études de Jean‑Pierre Poussou ou de Paul Butel à partir des registres de l'Amirauté : Arch. dép. Gironde, Série B.

25 C. Desplats, La fraternité maçonnique à Bordeaux, 1770‑1830, mémoire dactyl. (P. LOUPES, M. FIGEAC dir.), Université de Bordeaux III, 1998.

26 V. Darnat, Un curé bordelais à la fin de l'Ancien Régime, J‑B. Barheret, mémoire dactyl. (P. LOUPES, F. CADILHON dir.), Université de Bordeaux III, 1995.

27 G. Sand, Histoire de ma vie, Paris, éd., 1970, p. 488.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Cadilhon, « La culture des ecclésiastiques bordelais au XVIIIe siècle »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 7-13.

Référence électronique

François Cadilhon, « La culture des ecclésiastiques bordelais au XVIIIe siècle »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6922 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6922

Haut de page

Auteur

François Cadilhon

Université Michel‑de‑Montaigne - Bordeaux III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search