Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesLa place des intellectuels dans l...

Articles

La place des intellectuels dans les compagnies de la Propagation de la foi de Paris et de Lyon

Catherine Martin
p. 15-27

Texte intégral

1Les compagnies de la Propagation de la foi étaient composées de laïcs et d’ecclésiastiques qui se donnaient pour objectif de convertir les protestants. La première de ces compagnies fut fondée à Paris en 1632. La première filiale se créa à Grenoble en 1647. Par la suite, un véritable réseau s’est formé autour de cette compagnie de Grenoble dans le quart sud-est de la France et en Savoie.

  • 1 H. J. Martin et M. Lecocq, Les registres du libraire Nicolas, Droz, Genève, 1977.

2Mais dans ce réseau, seule la compagnie de Lyon, fondée en 1659 sur l’initiative de l’archevêque Camille de Neuville, s’inscrit dans la perspective d’exigence intellectuelle qui avait été celle de la compagnie de Paris. Les autres filiales, comme celle de Grenoble, étaient composées de gens cultivés, pour la plupart de fidèles clients du libraire Nicolas1 et qui manifestaient dans leurs choix un éclectisme surprenant. Mais cet intérêt des confrères et consœurs de Grenoble pour la culture ne s’exerçait pas dans le cadre des assemblées.

3En revanche, à Paris et à Lyon, la compagnie demandait à certains confrères de mettre leur savoir à son service. Cette idée de combattre l’hérésie avec les armes de l’esprit était au cœur des projets du père Hyacinthe, capucin ami du père Joseph qui avait fondé à Paris, au couvent de Saint-Honoré, la première Compagnie de l’Exaltation de la Sainte-Croix pour la Propagation de la foi le 14 septembre 1632. À cette date, les protestants venaient de perdre, par la paix d’Alès, leurs privilèges politiques mais l’Édit de Nantes restait une protection assez solide pour que leurs adversaires sentent encore le besoin de chercher à les convaincre pour obtenir leur conversion. Cela explique l’insistance des statuts de cette première compagnie sur la formation que les confrères se devaient d’acquérir pour être en mesure de débattre avec les protestants les mieux instruits et leurs ministres.

4Il y a un décalage chronologique entre la compagnie de Paris qui a commencé à décliner au milieu des années 1650 et ses filiales qui se sont, au contraire, disséminées dans les années 1650 et ont connu l’apogée de leurs activités à la veille de la Révocation. En 1659, la compagnie de Paris n’existait plus que par l’intermédiaire du couvent des Nouvelles Catholiques et de la compagnie des Dames qui le gérait avec les sœurs, la compagnie des Messieurs était entrée en sommeil. Les relations intellectuelles entre Paris et Lyon se sont donc jouées sur le mode de la filiation et non sur celui de l’échange.

  • 2 Archives départementales du Rhône, 45H 12, 45H 11.
  • 3 Manuscrit de l’Institution de l’Exaltation de la Sainte-Croix en la ville de Paris, Paris, Biblioth (...)
  • 4 Acta, vol. 10, 12,13. S.O.C.G., vol. 105, 133, 134, 199.
  • 5 Archives nationales G8*648 A, G8*648 B, (procès verbaux officiels), G8*648 B (Journal de l’abbé de (...)

5La comparaison risque d’être compliquée par la disparité des sources. En effet, les sources dont on dispose ne sont pas de même nature. La compagnie de Lyon a laissé des délibérations2 alors que celles de Paris ont été perdues. Pour les trois premières années, on dispose en revanche d’un manuscrit rédigé en 16353. Les archives de la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples à Rome4 sont aussi d’un grand intérêt, on y trouve trace des débats et des inquiétudes suscitées par le premier projet de statuts présenté par le père Hyacinthe. Or, une grande part de ces interrogations portait précisément sur la question qui nous occupe ici, celle de la formation des confrères au débat théologique. Les archives romaines conservent aussi à Rome de la correspondance : il s’agit de lettres envoyées par les confrères au père Hyacinthe lors de son séjour à Rome en 1633 et de lettres qu’il écrivit lui-même à la Congrégation de propaganda fide après son retour à Paris. Enfin, les procès-verbaux de l’assemblée du Clergé de 16355 montrent l’émotion que suscita dans le haut Clergé français l’ambition des projets du père Hyacinthe.

6Le décalage chronologique et la disparité des sources me conduiront donc à étudier d’abord le projet parisien et sa réalisation avant de m’intéresser à la façon dont la compagnie de Lyon a fait fructifier cet héritage.

Les statuts de la compagnie de Paris définissent la place des intellectuels

7Les premières pages du manuscrit qui retrace la fondation de la compagnie de Paris racontent la façon dont le père Hyacinthe de Paris reçut de Dieu l’inspiration de créer une compagnie de laïcs et d’ecclésiastiques associés pour travailler à la Propagation de la foi.

Le débat avec les protestants était au cœur du projet du père Hyacinthe

  • 6 Il est facile de reconnaître la compagnie du Saint-Sacrement.

8Pour mettre en œuvre son projet, il s’adressa à un groupe de messieurs6 « qu’il croyait pouvoir le seconder en son dessein ». Les propos qu’il leur tint pour défendre son projet sont retranscrits dans le manuscrit sous la forme du discours reconstitué. L’un des principaux objectifs des assemblées devait être de :

  • 7 Manuscrit de l’Institution de l’Exaltation de la Sainte-Croix en la ville de Paris, Paris, Biblioth (...)

« S’instruire les uns les autres sur les points controversés, examiner les passages de l’écriture sainte et des anciens Pères et conciles desquels ils se servent, voir leurs livres pour les réfuter, et, répondant à leurs objections, les convaincre par l’Écriture sainte, leur faire voir la doctrine de l’Église par les plus anciens pères qu’eux-mêmes reconnaissent pour saints, leur montrer les sentences et arrêts donnés contre ceux qui tiennent les mêmes qu’ils prêchent et enseignent par les premiers conciles généraux, et par les raisons puisées de la théologie, les obliger à reconnaître la vérité qu’ils veulent obscurcir à leur possible, et enfin comme cette femme de l’Évangile, prendre la chandelle de la parole de Dieu et l’allumer pour chercher diligemment par toute la maison la drachme perdue et chacun selon sa condition cherchant ceux de sa profession qui sont dévoyés, les faire revenir au giron de la vraie Église7 ».

9On voit ici que, dans les années 1630, la compagnie de Paris avait une conception élevée du débat avec les protestants. Les confrères, laïcs comme ecclésiastiques, devaient avoir une solide connaissance des Écritures et de la tradition. Ils devaient aussi connaître le point de vue de l’adversaire pour pouvoir le réfuter et c’est d’ailleurs la reconnaissance de cette nécessité qui souleva quelques tempêtes.

L’exigence dans le recrutement

10Le recrutement des confrères devait tenir compte de ces exigences. Les qualités morales ne suffisaient pas, la compagnie voulait des savants. Par exemple, les statuts prévoyaient la réception de « deux ou plusieurs personnes bien versées es controverses et es langues hébraïques et grecques afin de pouvoir résoudre les questions qui pourront y être proposées ».

  • 8 Cousin de Jean-Pierre Camus, évêque de Belley qui était l’initiateur de la querelle des réguliers.

11Lors de l’assemblée du Clergé de 1635, la création de la compagnie s’est heurtée à une vive opposition. En pleine querelle des réguliers, on voyait d’un mauvais œil cette association créée par un capucin et dont la soumission aux évêques ne semblait pas acquise. Certains étaient effrayés par les liens étroits que le père Hyacinthe entretenait avec le père Joseph, donc avec Richelieu, tandis que d’autres s’étonnaient que la compagnie ait d’abord demandé son approbation à Rome et criaient à l’ultramontanisme, voire à la reconstitution de la Ligue. Au-delà de ces craintes purement politiques, les prélats s’inquiétèrent de dangereuses « nouveautés » contenues dans les statuts. L’un des chefs de file de cette contestation fut Monseigneur Jacques Camus8, évêque de Sées. Il consacra une bonne partie de son discours à la condamnation des ambitions intellectuelles de la compagnie. Cela conduisit les confrères à produire, dans le récit de leur institution, une vigoureuse défense de cette originalité de leur association :

  • 9 La bulle pontificale d’institution du 13 juin 1634.
  • 10 « La compagnie prendra soin d’avoir deux confrères ou davantage bien versés dans les controverses e (...)
  • 11 Araméen.
  • 12 B.N., Paris, Fr. 2786, f°. 73.

« Un autre point qui, selon la pensée de ce docte prélat, lui semble ridicule dans la Bulle9 est contenu en ces mots Curabit quoque Societas duos vel plures socios in controversiis linguiisque hebraïca et graeca optime versatos habere qui eos quos oportuerit possint Instruere10. Sur quoi il demande si les langues sont nécessaires pour bien enseigner les controverses et si toutes les objections des hérétiques ne se peuvent pas résoudre sans la connaissance des langues hébraïques et grecques. Si Monsieur de Sées était encore dans le barreau et qu’il n’eut point l’honneur d’avoir le caractère épiscopal, il serait excusable de faire toutes ces questions, encore un avocat serait estimé ignorant qui en ferait de telles et donnerait à connaître qu’il est plus capable d’être envoyé dans l’École de Pytagore pour écouter que d’être admis dans le Sénat pour défendre et plaider le droit des parties, n’y ayant aucun avocat plaidant ni même écoutant qui ne sache que les cinq livres de Moïse ont été premièrement écrits en samaritain11 puis en hébreu avec tout le reste du vieil testament et quant au nouveau, il a été écrit en grec, en sorte que toutes les versions que nous avons sont toujours disputées par les hérétiques lesquels pour convaincre il faut recourir aux langues originaires auxquelles seules les plus doctes ministres se reportent. Et c’est impossible de bien faire entendre un passage de l’Écriture controversé, si ce n’est en ayant recours aux originaux ou impressions bien correctes. C’est ce qui a mu le pape très savant en toutes les sciences et intelligent es langues d’approuver que la congrégation aura toujours des personnes bien versées es langues hébraïques et grecques pour es occasions donner intelligence des passages difficiles qu’il faut tirer du propre idiome »12.

12On voit ici, au-delà de la dérision mordante à l’encontre de l’évêque de Sées, que la compagnie de Paris entendait mettre au service de la Propagation de la foi une véritable érudition humaniste. Ce faisant, dans ses méthodes, elle adoptait quelque peu les pratiques de ses adversaires huguenots qu’elle respectait intellectuellement.

13Les anciens ministres convertis étaient d’ailleurs particulièrement appréciés pour leur érudition et leur connaissance du terrain adverse. Les statuts prévoyaient qu’ils pouvaient être reçus six mois après leur conversion.

14Il y avait donc dans les assemblées un groupe de savants érudits et rompus à la controverse. C’étaient eux que la compagnie déléguait pour affronter les ministres les plus réputés dans des controverses publiques, joutes à la fois spirituelles et mondaines qui séduisaient encore le public éclairé en cette première moitié du XVIIe siècle. Mais ce groupe de spécialistes n’avait pas le monopole de l’accès à la parole de Dieu. Il devait au contraire animer les débats internes à la compagnie et transmettre leur savoir à tous les membres de la compagnie, y compris les laïcs.

La formation prévue

  • 13 Les deux grands spécialistes de cet exercice étaient Jaubert Barrault, archevêque d’Arles et Charle (...)

15Le projet de statuts rédigé par le père Hyacinthe prévoyait, pour la formation des confrères, des conférences de controverses, c’est-à-dire des controverses simulées sur le modèle de la disputatio. Le débat, dont le sujet avait été fixé lors de l’assemblée précédente, opposait deux confrères dont l’un tenait le rôle du ministre protestant. La partie de ce dernier était particulièrement difficile à tenir, car il devait opposer à son adversaire assez de résistance pour que l’exercice fut formateur, sans toutefois défendre les arguments de l’hérésie avec trop de chaleur. La conférence devait se dérouler sous le contrôle d’un modérateur choisi parmi les ecclésiastiques rompus à la controverse13. Son rôle était de vérifier la validité des arguments et des références scripturaires et de maintenir l’exercice dans les limites de la bienséance, ce qui n’était pas toujours facile, car il arrivait aux esprits de s’échauffer.

16Malgré ses bonnes intentions cette formation pratique suscita la méfiance de la commission de cardinaux que la Congrégation de propaganda fide avait chargée d’examiner ce projet de statuts. En effet, démontrer la validité de la position de l’Église supposait dans un premier temps de la rejeter en doute, ce qui était dangereux pour la foi. La compagnie s’engagea à plus de modestie dans sa façon de débattre des questions de foi, mais ne renonça pas à l’organisation des conférences de controverse.

La question de la bibliothèque

17Un autre article du projet de statuts suscita une vive réaction de la part de Rome : celui qui concernait la bibliothèque. En effet, le père Hyacinthe avait prévu que la compagnie posséderait une bibliothèque accessible à tous les confrères. Outre les Écritures et les bons livres, on devait y trouver les livres interdits dont la lecture semblait indispensable pour connaître les arguments des adversaires. Mais la lecture des livres interdits par des laïcs parut tout à fait choquante. Rome exigea que l’article qui concernait la bibliothèque fut modifié : celle-ci devrait être située à l’archevêché de Paris et les confrères n’y auraient accès que sur autorisation. Le père Hyacinthe jugea cette disposition inacceptable et irréalisable et il préféra demander la suppression pure et simple de l’article. Doit-on en conclure que la suppression de l’article impliquait celle de la bibliothèque elle-même ? Rien n’est moins sûr, il est des cas où le silence sauve les apparences.

18L’étude de ce projet de statuts montre quelles étaient les intentions du père Hyacinthe. Ce que nous savons du fonctionnement réel de la compagnie montre que, du moins dans les premières années, celle-ci s’est conformée à ce projet.

La réalisation de ce projet

  • 14 La rédaction du manuscrit est très proche de la fondation, un très grand nombre de confrères étaien (...)

19En l’absence de registre des délibérations ou des réceptions, on ne peut garantir le caractère exhaustif du recensement des confrères de Paris. L’ensemble des sources citées plus haut donne cependant une image que l’on peut supposer assez fidèle14 du groupe d’hommes qui a animé la compagnie entre 1632 et 1635 (date à laquelle s’arrête le récit du manuscrit de la BN).

Les premiers confrères : une élite intellectuelle

20On a effectivement l’impression d’avoir affaire à des hommes de culture. Les membres du haut clergé n’étaient pas seulement recherchés pour leur dignité mais aussi pour leur réputation de controversiste. À leur tête, Jaubert Barrault archevêque d’Arles, auteur d’ouvrages de controverse et Charles Abra de Raconis, futur évêque de Lavaur, lui aussi controversiste réputé. La plupart des clercs de second rang étaient docteurs en théologie.

  • 15 B.N., Paris, Fr. 2786, f° 49-50.

21En 1635, la compagnie envoya à la Congrégation de propaganda fide un mémoire dans lequel elle faisait part de ses progrès et présentait le groupe des premiers confrères. À la lecture de ce mémoire15 qui est transcrit dans le manuscrit de la bibliothèque nationale, on peut constater l’importance que revêtaient la culture et les qualités intellectuelles des confrères. Ainsi Jaubert Barrault, archevêque d’Arles est défini comme celui

  • 16 Pasteur de Charenton et professeur à l’académie protestante de Sedan, auteur du Bouclier de la foi,(...)
  • 17 “ ... qui plurima adversus Petrum Molinaeum haeresiarcharum nostri temporis Coriphaeum volumina exh (...)

« ... qui, par son travail épuisant a composé contre Pierre du Moulins16, coryphée des hérésiarques de notre temps, de très nombreux livres que nous appelons rempart pour la foi catholique, mais qui devraient plus justement s’appeler codes des controverses et panoplie complète de la foi17 ».

22Pour sa part, Charles Abra de Raconis ajoute à l’érudition la pugnacité. Sa qualité d’ancien hérétique ajoute encore de la valeur à la contribution qu’il apporte à la compagnie

  • 18 “ ... famigeratissimus quondam hereticus....Accuratissimus Catholicae fidei adversus omnes haereses (...)

« ... autrefois très fameux hérétique..., combattant très aguerri de la foi catholique contre toutes les hérésies, célèbre par ses innombrables et admirables conversions18 ».

23Mais les ecclésiastiques de haut rang n’étaient pas les seuls à faire preuve de culture et de qualités intellectuelles. M. de Chaumont, préposé à la bibliothèque royale était un :

  • 19 « vir nobilissimus & doctissimus, qui multos eosque illustres convertit ad fidem plurimosque libros (...)

« homme très noble et très savant, qui a converti à la foi beaucoup de personnes, personnes illustres, et qui a mis au jour de nombreux livres19 ».

24Même les bourgeois se devaient d’être savants, ainsi deux avocats au Parlement de Paris : Guillaume Adam dont le texte se contente de signaler qu’il est très savant et surtout son beau-père Jacques Corbin :

  • 20 « qui innumera pene librorum volumina, circa omnium scientiarum materiam, & maxime pro asserenda ca (...)

« qui a écrit des livres presque innombrables sur le sujet de toutes les sciences, et principalement pour soutenir la foi catholique et consolider la morale chrétienne20. »

25Deux confrères ont simplement le titre de bourgeois de Paris, mais ils compensent la médiocrité de leur condition par leurs qualités intellectuelles. Monsieur Cordemoy est qualifié de :

  • 21 « philosophus acutissimus, multis victoriis adversus haeresiarchas victoriis clarus ».

« philosophe très pénétrant et célèbre par ses nombreuses victoires contre les hérésiarques21 ».

26Enfin, le rédacteur du texte réserve une mention particulière à M. de Lavau

  • 22 « qui solo idiomate gallico excultus, foelicique genio ductus, in agitandis controversiarum apicibu (...)

« qui, ne sachant que le français, conduit par un heureux génie repousse tous les assauts des hérétiques dans les débats sur les subtilités des controverses22. »

  • 23 Les extraits de procès-verbaux d’assemblées montrent toutefois que ces intellectuels n’étaient pas (...)

27Les premiers confrères formaient donc un groupe d’érudits23 qui mettaient leur savoir au service de la Propagation de la foi.

Les textes témoignent de cette culture

28Le manuscrit de 1635 et les lettres envoyées à Rome montrent le style et le savoir de leurs rédacteurs. L’auteur du manuscrit n’est pas indiqué expressément, mais on peut supposer qu’il s’agissait de M. Adam, car il était secrétaire et à ce titre expressément chargé de consigner les événements qui marquaient la vie de la compagnie et de conserver ses titres. En tous cas, l’un des mémoires envoyés à Rome lui est clairement attribué. Les lettres que le père Hyacinthe a reçues à Rome permettent aussi une approche de l’environnement culturel de leurs auteurs.

  • 24 La conversion de saint Paul était l’une des quatre fêtes solennellement célébrées par la compagnie. (...)

29On ne s’étonne pas de leur culture religieuse. Saint Paul et saint Augustin étaient leurs auteurs préférés. Saint Paul est par excellence l’apôtre de la conversion, de la diffusion de la parole, il est le protecteur naturel d’une compagnie de la Propagation de la foi24. La référence est si évidente que les citations tirées des épîtres sont simplement suivies d’un « comme dit l’Apôtre ». On faisait surtout appel à saint Augustin pour justifier l’emploi de méthodes coercitives contre les huguenots ainsi que l’avait préconisé l’évêque d’Hippone pour réduire le schisme donatiste.

30Les références vétérotestamentaires colorent de pittoresque la production littéraire de la compagnie qui aimait se comparer aux soldats de Gédéon ou ses adversaires à :

  • 25 A.C.E.P., Rome, S.O.C.G., vol. , 199, f° 152 : « ... ille draco qui stetit in Apocalypsi ante mulie (...)

« ce dragon de l’apocalypse qui se tint devant une femme en travail pour dévorer son fils quand elle aurait accouché »25.

31Les confrères de la Propagation de Paris faisaient preuve d’une sensibilité que l’on pourrait qualifier de baroque. Ils aimaient l’image et l’adjectif. En témoigne cet extrait du récit de la conversion miraculeuse d’un jeune renégat que la Vierge sauva du démon :

  • 26 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 96. Quando insomnis turba daemonum, horrendis iisque innum (...)

« À ce moment, survient la horde insomniaque des démons, diverse en ses formes horribles et innombrables. Soudain, des serpents faisant onduler leurs dos énormes, se dirigent vers l’homme en bataillons serrés, lui enserrant les membres et s’en repaissant d’une dent impitoyable26 ».

32De façon apparemment paradoxale, cette sensibilité baroque se doublait d’un esprit cartésien qui portait les confrères à vouloir démontrer les vérités de la foi catholique, ambition qui leur valut quelques remontrances de la part de Rome.

La pratique des controverses

33C’est l’écueil qui guettait la compagnie dans sa pratique des conférences de controverse. Ces séances d’entraînement au débat avec les protestants n’étaient pas dénuées d’un certain plaisir mondain. C’est ce qui apparaît dans le récit que M. Raguenau fait au père Hyacinthe en 1633 :

  • 27 Vincent Depaul était trop occupé par ailleurs pour être un membre actif de la Propagation, mais la (...)
  • 28 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 85. « Noi al numero di dieciotto veniamo di fornire n[ostr (...)

« Nous, au nombre de dix-huit, venons de tenir notre conférence à laquelle se trouvaient notamment, Monseigneur l’archevêque d’Arles et Messieurs Vincent27 et Lamy et alors que l’on croyait que M. de Raconis devait aussi venir, la reine l’envoya chercher. Conformément à mon rôle, nous avons donné du contentement à Monseigneur l’Archevêque, et lui, nous a tant édifiés par ses ouvertures, ses subtilités, la pureté de son esprit admirable pour bien voir le point en débat et la solidité de ses arguments que notre bouche sentira bon pendant notre vie, et de même que, comme on le lit chez Platon ; Dieu prit un plaisir extrême à voir tourner le premier cercle du Ciel qu’il venait de terminer, ainsi, si votre Révérence avait été présente, vous auriez été très satisfait de voir marcher une si bonne œuvre de vos mains. »28

34Ce texte illustre notre propos sur bien des points. La culture humaniste des confrères. M. Ragueneau, bourgeois n’écrit pas en latin, mais il cite Platon. En bon cartésien ou en bon élève des jésuites, il apprécie la rigueur et la solidité d’une argumentation.

35Ces controverses simulées préparaient de vraies controverses. La même année 1633, M. Corbin tient à rendre compte au père Hyacinthe du succès de l’une d’entre elles :

  • 29 Certainement le père Martial de Riom lecteur en théologie au couvent de Saint-Honoré. Le père Hyaci (...)
  • 30 Homonyme du confrère qui lui aussi avait été ministre.
  • 31 La transcription italienne porte 41, mais il s’agit très probablement de la lettre 48 dans la numér (...)
  • 32 Depuis la décision prise par l’Eglise réformée de France d’admettre les luthériens, les controversi (...)
  • 33 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 83. « Il R[everendo] padre lettore si ritrovo in [ adjecti (...)

« Le Révérend père lecteur29 se retrouva hier en [ ?] assemblée où il fit merveille contre le sieur Mahaut30 qui représente avec vivacité l’obstination des ministres. Un des plus gaillards d’entre eux As... [ou de leur As...] me parla fort ingénument d’un accord avec toute la religion prétendue réformée et dit qu’il suffirait qu’un homme désirât librement cet accord pour qu’il ramène tous les susdits. Mais je crois que le remède de la lettre 4131 de saint Augustin y aurait grande puissance. Voyant que presque tous craignent et ne recherchent qu’une honnête couverture pour retourner d’où ils sont sortis (ce n’est plus un moyen d’être luthérien, ce qui est tout ce qu’ils ont aujourd’hui en bouche32.) »33

36On voit ici le climat dans lequel se déroulait le débat entre catholiques et protestants dans les années 1630. Il était vif, mais un protestant et un catholique pouvaient être assis l’un à côté de l’autre pour commenter la joute. Le protestant se montre iréniste alors que M. Corbin envisage sereinement l’éventualité d’une persécution qui servirait aux huguenots « d’honnête couverture » pour rentrer dans le giron de l’Église. Il formule ici une idée qui fit fortune par la suite dans les autres compagnies de la Propagation de la foi : les huguenots savaient au fond d’eux-mêmes qu’ils se trompaient, ils ne restaient dans leur erreur que par un orgueil mal placé et la Révocation de l’Édit de Nantes leur fournirait la porte de sortie qu’ils attendaient avec impatience.

37Au temps de Richelieu et de Mazarin, la situation politique intérieure et extérieure ne permettait pas d’employer les moyens coercitifs de façon trop voyante. Cependant la compagnie de Paris utilisait déjà d’autres moyens que la persuasion. Elle organisait l’hébergement des convertis, l’achat des conversions, le combat juridique pour restreindre la portée de l’Édit de Nantes. Mais, dans ces années-là, la mise en œuvre d’une politique de contrainte était encore limitée. Quand les compagnies de province se sont développées, à une époque plus tardive, la répression avait pris le pas sur le débat. Cela explique que la plupart d’entre elles, même si elles étaient composées d’un public cultivé, avaient cessé d’accorder une grande importance à la place et à l’activité des intellectuels dans leurs rangs. Sur ce point Lyon fait exception.

La compagnie de Lyon fidèle disciple de celle de Paris

38Cette exception tient pour une grande part aux liens privilégiés qu’entretenait la compagnie de Lyon avec son ancêtre parisienne.

La filiation entre Paris et Lyon

39Cette filiation pourrait paraître aller de soi pour qui ne connaît pas la façon dont s’est développé le réseau des compagnies de l’Exaltation de la Sainte-Croix. En effet, la compagnie de Paris avait décliné dans les années 1650 et c’était celle de Grenoble qui jouait le rôle de compagnie mère, par exemple en envoyant les statuts aux compagnies qui venaient de se créer. La documentation lyonnaise est silencieuse sur l’origine des textes fondateurs, mais tout indique que ceux de Lyon ont été fortement inspirés de ceux de Paris.

40Quand on compare le chapitre I des règles de la compagnie de Lyon avec le manuscrit de l’institution de la compagnie de Paris la parenté est évidente. Voici les premières lignes du manuscrit parisien :

  • 34 B.N., Paris, Fr. 2786, f°. 1.

« Dieu qui iamais ne manque de pourvoir aux moyens necessaires pour ramener les dévoyez a la vérité de son Evangile... ».34 

41Cinquante ans plus tard les confrères de Lyon, au chapitre I de leur règle de 1685, écrivent :

  • 35 A.D., Rhône, 45 H8.

« Dieu qui ne manque jamais des moyens necessaires pour ramener les errans et tous les desvoyez de la foy à la cognoissance de la verité et à son Evangile... ».35

  • 36 À cette date, la compagnie de Paris semble être entrée en sommeil, mais elle n’a pas été supprimée (...)

42Il ne s’agit pas d’une coïncidence. En effet, rien dans les délibérations de Lyon ou de Grenoble n’indique que ce serait la compagnie de Grenoble qui aurait communiqué les statuts à celle de Lyon, comme elle l’a fait pour d’autres villes voisines. Les confrères lyonnais ont donc dû s’adresser à Paris lors de la fondation de leur compagnie en 165936. En 1685, lors de la rédaction de leurs règles, ils ont pu retrouver ce texte dans leurs archives et s’en inspirer. La suite du récit de fondation des Lyonnais continue à s’inspirer librement du texte parisien, on y retrouve les mêmes personnes pieuses désireuses de travailler au sauvetage des âmes en péril, la même référence à la brebis égarée. Dans les deux cas, ces personnes pieuses avaient besoin de quelqu’un pour les guider dans leurs efforts. À Paris, c’est le père Hyacinthe qui en reçut l’inspiration, alors qu’à Lyon c’est l’archevêque, Camille de Neuville qui prit cette initiative.

43Par la suite, la compagnie de Lyon a continué à entretenir des liens privilégiés avec Paris. Une étude de la correspondance envoyée par la Propagation de Lyon montre une nette prédominance de Paris comme destination des lettres, sans que l’appartenance des destinataires à la Propagation de Paris soit indiquée. Mais une partie de cette correspondance était adressée à la supérieure du couvent des Nouvelles Catholiques de Paris, établissement fondé en 1634 par les amis du père Hyacinthe. Cet établissement, destiné à l’accueil des nouvelles catholiques, était géré conjointement par un institut de religieuses séculières, les filles de l’Exaltation de la sainte Croix et par la compagnie des Dames de la Propagation de la foi de Paris. Quelques filles de cet institut étaient venues de Paris pour tenir la maison des nouvelles catholiques de Lyon. La compagnie de la Propagation de la foi de Lyon faisait donc preuve d’un tropisme parisien qui la distinguait fortement des autres compagnies du réseau du sud-est.

44Ces liens privilégiés semblent aussi avoir conduit les Lyonnais à s’inspirer du modèle parisien pour la place accordée aux controverses et donc aux intellectuels dans leur compagnie.

D’éminents confrères

45La compagnie de Lyon était, dans sa composition sociale, très différente de celles de Grenoble, Aix ou même Montpellier. Cette différence tenait à l’absence d’une cour souveraine qui aurait attiré à Lyon la noblesse de robe. La bourgeoisie formait la masse des laïcs et c’était le clergé qui encadrait la compagnie. Cette particularité rapproche encore la compagnie de Lyon de celle de Paris, en effet, l’œuvre du père Hyacinthe avait, à ses débuts, suscité la méfiance du Parlement et les assemblées étaient presque un tête-à-tête entre bourgeois et ecclésiastiques, la noblesse n’étant représentée que par quelques serviteurs du roi et du cardinal. Cette domination des prêtres (surtout des chanoines) explique partiellement l’intérêt de ces deux compagnies pour les questions théologiques.

46Comme celle de Paris, la compagnie de Lyon pouvait s’enorgueillir de compter dans ses rangs quelques savants et maîtres spirituels. Les deux plus célèbres sont sans aucun doute Charles Démia et Louis Moreri.

  • 37 C. Démia, Le Trésor clérical (ou conduites pour acquérir et conserver la sainteté ecclésiastique), (...)

47Louis Moreri est surtout connu pour avoir publié en 1674 son Grand dictionnaire historique. Il se comportait en confrère assidu, mais la relation entre son œuvre et sa participation aux assemblées de la Propagation semble assez ténue. Il n’en va pas de même pour Charles Démia dont l’activité au sein de la Propagation de Lyon prolongeait l’œuvre. Charles Démia, dans son œuvre principale,37 a surtout réfléchi sur le rôle du curé et la direction de conscience. Les délibérations de la compagnie de Lyon témoignent de l’influence de cette réflexion sur la pratique de la compagnie, par exemple quand il s’agissait de protéger de la « perversion » les domestiques catholiques en place chez des huguenots.

  • 38 A.D., Rhône, 45H 12, 30/8/1666.

« Monsieur de Serre est prié de représenter à Mr le Sacristain de St-Nizier, à Mr le curé de St-Pierre et à messieurs les vicaires de ces dites paroisses qu’il est très important qu’ils prennent la peine de visiter quelquefois les serviteurs et servantes catholiques qui demeurent chez les hérétiques comme aussi de faire en sorte que les confesseurs desdites deux paroisses exhortent fortement dans les confessions lesdits serviteurs et servantes à persévérer en la Religion Cath[olique], Apost[olique] et Romaine »38.

48Cette façon d’utiliser le canal de la hiérarchie ecclésiastique pour toucher l’ensemble d’une catégorie de population et la convaincre de modifier sensiblement sa façon de vivre illustre bien les théories de Charles Démia sur le rôle éminent du prêtre. Cela nous permet aussi de voir à l’œuvre les relais dont pouvait disposer la compagnie pour appliquer sa politique. Charles Démia était aussi Recteur des petites écoles, ce qui lui permit de travailler à la fermeture des écoles protestantes.

49Louis Moreri et Charles Démia étaient les plus connus des intellectuels de la Propagation lyonnaise, mais ils étaient loin d’être les seuls. Nous verrons que bien d’autres confrères pouvaient écrire des livres ou animer les conférences de controverse.

Les controverses

  • 39 A.D., Rhône, 45H 8, chapitre III des statuts.

50Toutes les autres compagnies du réseau avaient, dès les années 1650, renoncé aux controverses, jugées inefficaces. Seule Lyon avait maintenu cet exercice dans ses statuts et dans sa pratique. Les modalités de cette formation sont décrites au chapitre III des statuts de 1685, dans l’article intitulé : « du Modérateur des controverses »39 Les qualités requises pour tenir cet office montrent que la compagnie de Lyon entendait conserver à la formation des confrères un niveau élevé :

« Il n’aura pas une médiocre suffisance dans les sciences de la philosophie et de la théologie comme aussi des langues grecque et hébraïque ».

51On reste ici dans le droit fil de la tradition savante de la compagnie de Paris mais la suite du texte prévoit une pratique assez différente de celle de Paris. En effet, il est dit que ces conférences de controverse peuvent prendre deux formes. La dispute de controverse où l’un des confrères tient le rôle de l’hérétique n’est citée qu’en deuxième lieu, comme une pratique destinée à rester occasionnelle.

  • 40 A.D., Rhône, 45H 8, chapitre III des statuts.

« La première (méthode) que l’on suyvra le plus souvent, sera de faire un discours sur quelque point de controverses que le modérateur choisira et celui qui en sera prié à la dernière conférence par le modérateur, establira premièrement la croyance des catholiques soit par l’escriture soit par les pères et les conciles, soit enfin par la théologie, philosophie et autres preuves de raisonnement. En second lieu, il establira la croyance des hérétiques avec toutes les preuves et raisons, qu’il taschera de détruire par des preuves tirées de l’escriture, des pères, des conciles et de la théologie ou philosophie en sorte que la vérité du point de controverse paroisse entièrement éclaircie en faveur des catholiques et l’erreur des hérétiques recognue40 ».

52On voit ici pourquoi dans les véritables débats de controverse, chacun restait sur ses positions. En effet, la démonstration des catholiques reposait sur une tradition que les huguenots rejetaient. Mais on voit en même temps que les membres de la Propagation de Lyon entendaient réfléchir avec sérieux sur les points en discussion.

53Cette forme de conférence de controverse était plutôt destinée à préparer les confrères à répondre aux questions des convertis, qu’à les armer pour des débats publics avec les ministres. Il est vrai que ceux-ci n’acceptaient plus de se livrer à ce jeu formel, alors qu’ils avaient fort à faire pour s’occuper de leur troupeau menacé par la politique royale. Les confrères eux-mêmes ne croyaient plus à ces joutes avec les ministres. Une seule délibération, qui s’est tenue tout à fait au commencement de la compagnie, en évoque l’éventualité :

  • 41 A.D., Rhône, 45H 12, 16/8/1660.

« Messieurs Gayot, Mabire, et Balse sont priés de voir Monsieur le Grand vicaire pour députer quelques ecclésiastiques pour disputer contre les ministres en présence des huguenots qui le requerront »41.

  • 42 Les délibérations n’ont été conservées que jusqu’en 1686.
  • 43 Entre 1659 et 1685 (mais il y a une lacune de dix ans dans la conservation des registres) trente-de (...)

54Rien n’indique qu’une telle requête a réellement été formulée. La controverse était donc de fait un soliloque. Mais, à la place de ce débat que les ministres n’acceptaient plus, la Propagation de Lyon avait maintenu, jusqu’à la Révocation, et peut-être même après42, une « prédication des controverses43 ». Elle tenait en réalité beaucoup plus de la prédication que de la controverse. En effet, toute idée de débat avec les protestants en était absente. Cette pratique supposait cependant l’intention de convaincre et de s’adresser à la réflexion de l’auditoire. Il fallait pour cela un prédicateur d’expérience que la compagnie nommait régulièrement et qu’elle entretenait. Il n’était pas forcément choisi parmi les confrères prêtres. On fit parfois appel aux capucins et à la fin de la période aux jésuites. La prédication avait lieu chaque dimanche, le plus souvent dans les églises abbatiales de Saint-Pierre ou de la Déserte.

  • 44 A.D., Rhône, 45 H 12, 7/5/1668, 6/8/1668.

55Pour préparer ce prêche, la compagnie possédait des livres qu’elle confiait aux prédicateurs des controverses comme ce M. Baudrand qui négligeait de les rendre44. S’adressant à un public urbain averti, ces sermons devaient avoir une bonne tenue intellectuelle. La prédication, surtout à partir du moment où elle fut confiée aux jésuites, devint une sorte de mission urbaine qui n’abordait pas exclusivement l’explication des points de foi controversés. Elle contenait aussi un enseignement moral. À partir de 1680, la réfutation de la doctrine protestante fut régulièrement associée à la lutte que la compagnie menait contre le carnaval. Cela ne contribua pas à ramener devant les prédicateurs un public de plus en plus clairsemé. Les confrères se désespéraient de cette désaffection du public et songèrent même à supprimer la prédication des controverses. Les protestants n’y venaient pas et les catholiques n’étaient pas passionnés par le sujet. Cependant, cette pratique fut sauvée par les approches de la Révocation, en effet la masse des nouveaux convertis forma un public plus ou moins captif dont on achevait ainsi la formation à leur nouvelle religion.

Les livres

56La compagnie de Lyon ne se contentait pas d’un débat oral, elle s’intéressait aussi aux livres. Elle cherchait tout d’abord à en contrôler le commerce pour éviter l’entrée en ville des « mauvais livres » en provenance de Genève. Pour cela, il fallait envoyer à l’ouverture des « balles de livres », des experts capables de traquer les ouvrages interdits. Il arrivait aussi que la compagnie intente des procès à des libraires. Cette mission importante était confiée à des ecclésiastiques.

57On écartait donc les mauvais livres et l’on s’efforçait d’en écrire de bons. Plusieurs confrères s’y essayèrent et la compagnie s’efforçait d’en faire la promotion. En 1661, on enregistrait que :

  • 45 Le nom est illisible, mais il n’y avait pas d’autre aumônier du roi dans la compagnie que M. Bobie (...)
  • 46 A.D., Rhône, 45 H 12, 25/4/1661.

« Messire Anthoine [Bobie]45, conseiller aumônier et prédicateur du Roy, confrère de notre compagnie de la propagation de la foy establie à Lyon a fait Imprimer un traité du purgatoire à ses dépends et en a distribué à tous les confrères auxquels il a dedié led[ic]t dont la reconnoissance luy a esté faite par Mons[ieu]r l’abbé de St-Just présidant en l’assemblée comme directeur perpétuel »46.

58On voit ici que les points de la religion catholique qui étaient le plus contestés par les protestants étaient ceux qui trouvaient le plus de défenseurs parmi les confrères de la Propagation.

  • 47 D’après la formulation de la délibération, il s’agit certainement d’un confrère, mais il n’y a pas (...)

59Un an plus tard, la compagnie priait M. Maugdhuit47 :

  • 48 A.D., Rhône, 45H 12, 21/8/1661.

« de faire réimprimer Le Menteur confondu qu’il a pris la peine de composer »48.

60Le même jour, elle décidait aussi :

  • 49 J. Mabire, Instructions familières en faveur des confrères de l’un et l’autre sexe, de la Congrégat (...)
  • 50 A.D., Rhône, 45H 12, 21/8/1661.

« de faire relier cent livres des Instructions familières49 composées par messire Mabire, chanoine de St‑Just »50. Ce dernier livre avait été spécialement conçu pour servir de guide aux membres de la compagnie.

61Cette réflexion spirituelle et théologique n’était pas coupée de l’activité en direction des convertis. La Propagation de Lyon se distingue par son souci de suivre les convertis. Pour chaque converti, la compagnie désignait deux responsables un « pour le temporel » et l’autre « pour le spirituel ». Le premier devait aider le converti à assurer sa subsistance, l’autre veillait à son instruction religieuse et surveillait sa pratique.

62Cette envie de mettre le savoir au service de la Propagation de la foi est l’un des paradoxes de ces compagnies qui pouvaient à la fois être les agents de la politique la plus implacablement répressive tout en cherchant à continuer le débat.

63Il y avait dans cette volonté de débattre une reconnaissance implicite du fait que l’on partageait une culture commune. Dans les textes produits par la compagnie de Paris la reconnaissance de la valeur intellectuelle de l’adversaire était explicite. La victoire finale du controversiste de la compagnie n’en était que plus glorieuse si le ministre était savant. À Lyon, les choses ne sont pas dites de façon aussi explicite, mais le fait de s’adresser à un milieu protestant urbain et cultivé avait encouragé la compagnie de Lyon à maintenir cette tenue intellectuelle qui faisait défaut aux compagnies qui s’adressaient à des paysans.

  • 51 Lyon et Paris avaient maintenu une stricte séparation entre hommes et femmes et les délibérations d (...)

64Cette confrontation a même conduit les compagnies de la Propagation de la foi à des hardiesses à première vue étonnantes de la part des défenseurs de l’orthodoxie. Les nécessités du débat conduisaient des laïcs et même des femmes51 à s’emparer de la parole de Dieu.

65Abréviations

66B.N., Paris : Bibliothèque nationale, Paris.

  • 52 Ce dépôt d’Archives ne se trouve pas au Vatican, mais à Rome, au Palazzo di Propaganda « via di Pro (...)

67A.C.E.P., Rome : Archives de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples (ou Archives de la Sacrée Congrégation de Propaganda fide)52. Les deux fonds principaux qui ont été utilisés s’intitulent : Acta : Acta Sacrae Congregationis ; S.O.C.G. : Scritture Originali riferite nelle Congregazioni generali.

68A.N., Paris, : Archives nationales, Paris.

69A.D., Rhône… : Archives départementales du Rhône.

Haut de page

Bibliographie

Catherine Martin, Les compagnies de la Propagation de la foi des origines à la Révocation de l’Édit de Nantes, 1997, Thèse de l’Université de Nancy II reproduite sur microfiches par l’atelier de reproduction des thèses de l’Université de Lille III, 485 pages.

Odile Martin, La conversion protestante à Lyon (1659-1687), Genève, Droz et Paris, Honoré Champion, 1986, 308 pages.

Jean Mauzaize, Le rôle et l’action des capucins de la province de Paris dans la France religieuse, Lille, Atelier de reproduction des thèses de l’Université de Lille III, 1978, 3 volumes.

Haut de page

Notes

1 H. J. Martin et M. Lecocq, Les registres du libraire Nicolas, Droz, Genève, 1977.

2 Archives départementales du Rhône, 45H 12, 45H 11.

3 Manuscrit de l’Institution de l’Exaltation de la Sainte-Croix en la ville de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, Fr. 2786.

4 Acta, vol. 10, 12,13. S.O.C.G., vol. 105, 133, 134, 199.

5 Archives nationales G8*648 A, G8*648 B, (procès verbaux officiels), G8*648 B (Journal de l’abbé de Saint-Josse, chargé de la rédaction du procès verbal officiel, il en a fait une seconde version à laquelle il ajoute ses commentaires non dénués d’humour, il nous donne le point de vue d’un opposant à la création de la compagnie de la Propagation de la foi).

6 Il est facile de reconnaître la compagnie du Saint-Sacrement.

7 Manuscrit de l’Institution de l’Exaltation de la Sainte-Croix en la ville de Paris, Paris, Bibliothèque nationale, Fr. 2786 f°2.

8 Cousin de Jean-Pierre Camus, évêque de Belley qui était l’initiateur de la querelle des réguliers.

9 La bulle pontificale d’institution du 13 juin 1634.

10 « La compagnie prendra soin d’avoir deux confrères ou davantage bien versés dans les controverses et en langues hébraïque et grecque qui puissent instruire ceux qu’il faudra. »

11 Araméen.

12 B.N., Paris, Fr. 2786, f°. 73.

13 Les deux grands spécialistes de cet exercice étaient Jaubert Barrault, archevêque d’Arles et Charles Abra de Raconis, prédicateur ordinaire de la reine et futur évêque de Lavaur.

14 La rédaction du manuscrit est très proche de la fondation, un très grand nombre de confrères étaient donc vivants et actifs et on ne leur aurait pas fait l’affront de les oublier.

15 B.N., Paris, Fr. 2786, f° 49-50.

16 Pasteur de Charenton et professeur à l’académie protestante de Sedan, auteur du Bouclier de la foi, livre auquel Monseigneur Barrault avait répondu. Voir E. Léonard, Histoire..., op. cit., p. 415.

17 “ ... qui plurima adversus Petrum Molinaeum haeresiarcharum nostri temporis Coriphaeum volumina exhantlato labore condidit quae fidei catholicae propugnaculum nominamus & rectius Pandecta controversiarum & instructissima fidei panoplia dicerenturz”.

18 “ ... famigeratissimus quondam hereticus....Accuratissimus Catholicae fidei adversus omnes haereses propugnator, innumeris iisque mirandis conversionibus clarus.”

19 « vir nobilissimus & doctissimus, qui multos eosque illustres convertit ad fidem plurimosque libros emisit in lucem. »

20 « qui innumera pene librorum volumina, circa omnium scientiarum materiam, & maxime pro asserenda catholica fide, & christianis moribus adstruendis exaravit ».

21 « philosophus acutissimus, multis victoriis adversus haeresiarchas victoriis clarus ».

22 « qui solo idiomate gallico excultus, foelicique genio ductus, in agitandis controversiarum apicibus omnes haereticorum retundit insultus ».

23 Les extraits de procès-verbaux d’assemblées montrent toutefois que ces intellectuels n’étaient pas seuls, on trouvait à leurs côtés des personnages moins glorieux, tels M. de Laubardemont qui avait obtenu la condamnation d’Urbain Grandier dans l’affaire des possédées de Loudun.

24 La conversion de saint Paul était l’une des quatre fêtes solennellement célébrées par la compagnie. (Les trois autres sont la saint Augustin et les deux fêtes de la Croix).

25 A.C.E.P., Rome, S.O.C.G., vol. , 199, f° 152 : « ... ille draco qui stetit in Apocalypsi ante mulierem qua erat paritura, ut cum peperisset, filium ejus devoraret ».

26 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 96. Quando insomnis turba daemonum, horrendis iisque innumeris variata figuris sese exhibet, modo angues immensa volumine terga sinuantes, agmine certo hominem petunt, illiusque membra implicant & morsu misero depascuntur.

27 Vincent Depaul était trop occupé par ailleurs pour être un membre actif de la Propagation, mais la collaboration du supérieur des prêtres de la mission est signalée une ou deux fois dans le manuscrit.

28 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 85. « Noi al numero di dieciotto veniamo di fornire n[ostr]a conferenza nella quale erano signamente Monsig[no]re Arcivescovo d’Arles & S[igno]ri Vicenzo et Lamy et come si credeva encora venire il Sig[no]re de Raconny la Regina lo mando a chiamare. Conforme al parte mio habbiamo dato al Sr Arcivescovo contentezza et egli ci hà talmente edificati con le sue apperture sottigliesse e purità dello admirabile spiritù suo a veder bene il punto del negotio per la solidità delle sue raggioni chè la bocca n[ostra] sentira buono mentre la Vita n[ostra] eccome si legge dentro Platone chè Iddio pigliò singolare gusto a veder voltare il primo giro del Cielo quale veniva di creare, così se V[ostra] R[everenza] fosse stata presente Haveresti stato molto sodisfatto di vedere caminare un opera così buona delle mani V[ostr]e. » Ce texte conservé en italien dans les archives romaines est très certainement une traduction d’une lettre originale en français. On peut supposer que le père Hyacinthe a fourni les lettres des confrères à l’appui de sa demande d’institution canonique. Celles qui étaient en latin sont restées telles que, alors que les lettres en français ont été traduites en italien.

29 Certainement le père Martial de Riom lecteur en théologie au couvent de Saint-Honoré. Le père Hyacinthe lui avait laissé la direction de la compagnie, pendant son voyage à Rome.

30 Homonyme du confrère qui lui aussi avait été ministre.

31 La transcription italienne porte 41, mais il s’agit très probablement de la lettre 48 dans la numérotation du dix-septième siècle, c’est-à-dire, la lettre 93 dans la numérotation actuelle. Il y est question de la répression comme « médicament » ou « remède » contre le schisme donatiste.

32 Depuis la décision prise par l’Eglise réformée de France d’admettre les luthériens, les controversistes comme Véron accusaient les réformés de France de vouloir introduire en France une troisième religion et de violer ainsi l’Edit de Nantes.

33 A.C.E.P., Rome, S.O.G.C., vol. , 199, f° 83. « Il R[everendo] padre lettore si ritrovo in [ adjectif ?] assemblea dove fece meraviglia contra il S[igno]re Mahaut quale rapresenta velocemente l’ostinatione dei Ministri. Un di più gagliardo di loro As[blanc qui laisse supposer que le traducteur n’a pas pu lire le mot français] mi parlo molto ingenuamente d’un accordo con tutta la r[eligione] pretesa refformata e dice chè bastaria ch’un huomo desiderasse liberamente questo accordo per che rienarebbe quanti i sopradetti. Ma credo chè il rimedio dell’epistola 4i di S.Agostino vi haverebbe grand possanza (sic). Vedendo che quasi tutti temano e non ricercano ch’una coperta honesta per ritornare dondo egli sono usciti (non è più il modo d’esser Luterano, chè è tutto quelle che egli hanna hoggidi in bocca). »

34 B.N., Paris, Fr. 2786, f°. 1.

35 A.D., Rhône, 45 H8.

36 À cette date, la compagnie de Paris semble être entrée en sommeil, mais elle n’a pas été supprimée comme on l’avait cru jusqu’ici.

37 C. Démia, Le Trésor clérical (ou conduites pour acquérir et conserver la sainteté ecclésiastique), Lyon, réédition de 1769.

38 A.D., Rhône, 45H 12, 30/8/1666.

39 A.D., Rhône, 45H 8, chapitre III des statuts.

40 A.D., Rhône, 45H 8, chapitre III des statuts.

41 A.D., Rhône, 45H 12, 16/8/1660.

42 Les délibérations n’ont été conservées que jusqu’en 1686.

43 Entre 1659 et 1685 (mais il y a une lacune de dix ans dans la conservation des registres) trente-deux délibérations concernent cette question.

44 A.D., Rhône, 45 H 12, 7/5/1668, 6/8/1668.

45 Le nom est illisible, mais il n’y avait pas d’autre aumônier du roi dans la compagnie que M. Bobie dont le prénom avait justement un « A » comme initiale (cf. O. Martin, La Conversion…, op. cit., p. 258).

46 A.D., Rhône, 45 H 12, 25/4/1661.

47 D’après la formulation de la délibération, il s’agit certainement d’un confrère, mais il n’y a pas trace de sa réception et il ne figure pas non plus dans la liste de ceux dont O. Martin a pu retrouver la trace.

48 A.D., Rhône, 45H 12, 21/8/1661.

49 J. Mabire, Instructions familières en faveur des confrères de l’un et l’autre sexe, de la Congrégation de la Propagation de la foy établie à Lyon, Lyon, 1662, in-16, 120 pages.

50 A.D., Rhône, 45H 12, 21/8/1661.

51 Lyon et Paris avaient maintenu une stricte séparation entre hommes et femmes et les délibérations des compagnies des dames n’ont pas été conservées, mais la compagnie de Grenoble était mixte et les femmes y tenaient le haut du pavé.

52 Ce dépôt d’Archives ne se trouve pas au Vatican, mais à Rome, au Palazzo di Propaganda « via di Propaganda ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Martin, « La place des intellectuels dans les compagnies de la Propagation de la foi de Paris et de Lyon »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 15-27.

Référence électronique

Catherine Martin, « La place des intellectuels dans les compagnies de la Propagation de la foi de Paris et de Lyon »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6932

Haut de page

Auteur

Catherine Martin

Université de Nancy II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search