Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesLectures dialectiques de l’événem...

Articles

Lectures dialectiques de l’événement conciliaire

Vatican II et le Québec des années 1960
Gilles Routhier
p. 45-81

Texte intégral

  • 1 Nous en faisons état dans deux chroniques intitulées « Recherches et publications récentes autour d (...)
  • 2 Hermann J. Pottmeyer, « Vers une nouvelle phase de réception de Vatican II. Vingt ans d’herméneutiq (...)
  • 3 R. Burigana, La Bibbia nel Concilio, Bologne, Il Mulino, 1998, 518 p.
  • 4 D’autres recherches sont en cours, au nombre desquelles il faut signaler la thèse de doctorat en pr (...)

1Depuis une dizaine d’années, on assiste à un important renouveau des études sur Vatican II1. Il ne s’agit pas d’une nouvelle génération de commentaires des textes conciliaires eux-mêmes, comme le souhaitait H. J. Pottmeyer2, mais d’études qui, pour la plupart, visent la reconstruction historique de l’événement conciliaire. Certes, des monographies sur plusieurs textes ont été réalisées dans le cadre des travaux qui consacrent le renouveau d’intérêt pour Vatican II, mais toutes ces études sont réalisées dans une perspective renouvelée qui fait dépasser le commentaire pour orienter vers une histoire critique, non seulement de leur rédaction, mais de la dynamique conciliaire elle-même. On fait alors le pari que l’histoire de la rédaction fera accéder à une nouvelle compréhension de ces textes et en renouvellera l’herméneutique. Dans cette ligne, on pense entre autre à l’ouvrage récent de Burigana sur l’élaboration mouvementée et tempestueuse de Dei Verbum3, depuis la phase préparatoire jusqu’à la clôture du concile ; à la thèse d’habilitation de Schmiedl sur Perfectae caritatis, aux thèses de doctorat de Greiler sur Optatam totius et de Turbanti sur Gaudium et spes et au mémoire de Laurea de Galvotti sur Gravissimus Educationis. Si plusieurs se sont risqués à produire des études sur Lumen gentium (J. A. Komonchak, A. Melloni, G. Ruggieri), ce document capital de Vatican II attend encore, avec bien d’autres d’ailleurs, la personne qui fera la reconstitution de son élaboration4.

  • 5 Des cinq volumes prévus de la Storia del concilio Vaticano II, en six langues différentes (français (...)
  • 6 Sur l'historicisation du concile Vatican II, on peut voir G. Alberigo et A. Melloni, « Per la stori (...)
  • 7 C’est au moins là l’herméneutique proposée par G. Alberigo. On verra notamment G. Alberigo, « Critè (...)
  • 8 Pour une discussion autour de Vatican II comme « événement », on verra, Maria Teresa Fattori et Alb (...)
  • 9 Sur la théologisation du concile, voir P. Hünermann, « Premiers essais de ‘théologisation’ du conci (...)

2Une bonne partie des recherches actuelles sur Vatican II sont fédérées par un projet ambitieux : la publication, trente ans seulement après l’événement, d’une Histoire du Concile Vatican II5. On assiste donc à une première historicisation de Vatican II6 qui permet de mettre à distance cet événement, qui nous est par ailleurs contemporain, et de considérer Vatican II, au-delà de sa production (les documents conciliaires, ses décisions et ses décrets)7, pour l’envisager comme événement de l’histoire du monde de la fin du XXe siècle et pas simplement comme fait ecclésial appartenant seulement au catholicisme8. Cette première historicisation renouvelle les perspectives puisque l’on passe du commentaire des textes conciliaires ou de la théologisation du concile9 à une reconstruction, sur la base des sources et suivant la méthode historique, de l’événement conciliaire lui-même.

  • 10 Louvain-la-Neuve/Leuven (1989) sur les Sources locales de Vatican II ; Houston (1991) sur les vota (...)
  • 11 On verra la collection Instrumenta theologica (Leuven, Bibliotheek van de Faculteit Godgeleerdheid) (...)
  • 12 Il s’agit de Cristianesimo nella storia et de la Revue d’histoire ecclésiastique.
  • 13 Centre de recherche Vatican II, Institut Catholique de Paris ; Centre Lumen Gentium, Université Cat (...)

3L’équipe internationale d’historiens et de théologiens dirigée par G. Alberigo et mise à contribution dans ce projet est à pied d’oeuvre depuis maintenant dix ans. Si le grand public connaît la synthèse en cours de publication, les travaux du groupe ne sont cependant connus qu’à l’intérieur d’un cercle assez restreint de spécialistes. Depuis près de dix ans, le groupe organise régulièrement des colloques10. Deux collections, jusqu’ici, ont servi de véhicule à la publication des travaux des chercheurs affiliés à cette équipe11 et deux revues, principalement, ont ouvert leurs pages à des articles faisant état de la recherche sur cette question12. Certes, on retrouve de nombreux titres publiés chez d’autres éditeurs et des articles parus dans d’autres revues, mais les collections et les revues que nous venons de signaler représentent véritablement les foyers qui font état de la recherche en cours. Ces travaux ont favorisé la naissance de centres de recherche sur Vatican II. Ces centres, souvent liés à des universités, sont à la fois des centres voués à la conservation et à la mise en valeur d’archives conciliaires et des lieux de recherche sur Vatican II13. Ils ont généralement un programme scientifique, organisent des colloques, assurent enseignement et publication, encadrent des mémoires de maîtrise et des recherches doctorales sur Vatican II.

  • 14 Ce projet est dirigé par Francisco Gil Hellín et les synopses sont publiées à la Libreria editrice (...)
  • 15 Giovanni Battista Montini, arcivescovo di Milano e il Concilio Ecumenico Vaticano II preparazione e (...)

4À côté de cette entreprise gigantesque, d’autres recherches sont aussi en cours, parfois plus solitaires, parfois à l’intérieur d’un cadre institutionnel et d’un programme plus structuré. C’est le cas de l’Université de la Sainte-Croix, par exemple, qui publie une collection importante de synopses14 et de l’Istituto Paolo VI15 qui a tenu une série de colloques sur la contribution de Paul VI à Vatican II. À Québec, à la fois en lien et indépendamment des travaux de l’équipe internationale de recherche responsable du projet d’Histoire de Vatican II, nous menons actuellement des travaux sur « Vatican II et le Québec des années 1960 ».

5Il est difficile d’évoquer ici l’ensemble de la recherche autour d’un événement aussi complexe que Vatican II. En fait, il s’agit d’un événement gigantesque, certains diront monstrueux, au moins hors-série. D’abord, dans la durée, il s’étale sur quatre ans. Si on ajoute à la période conciliaire proprement dite la phase antépréparatoire et préparatoire, on est placé devant un événement qui court sur sept années qui vont, de son annonce, le 25 janvier 1959, à sa clôture, le 8 décembre 1965. Il rassemble un nombre de Pères considérables (près de 3 000), en provenance de 143 pays, un nombre d’experts plus grand encore, des observateurs non catholiques en grand nombre et des auditeurs laïcs, de plus en plus nombreux au fur et à mesure que le concile avance vers son terme. Enfin, cet événement fait appel à des minutanti de toute sorte, qui en assurent la logistique, et il est couvert par un très grand nombre de journalistes. Non seulement ce concile n’a rien à voir avec les conciles antérieurs, mais ce rassemblement apparaît même démesuré en regard des forums mondiaux auxquels nous sommes aujourd’hui habitués. À titre d’exemple, la Commission mixte qui a travaillé à la rédaction de Gaudium et spes réunissait autant de membres que tous les Pères qui ont participé à certaines sessions du concile de Trente. De même, on est loin de la situation qui prévalait encore à Vatican I où près du tiers des Pères provenait de l’Italie. De même, pour prendre la mesure de l’assemblée conciliaire, il faut savoir qu’elle compte un peu plus de quatre fois plus de membres que l’assemblée plénière des Nations Unies. Autre exemple, si les Jeux Olympiques rassemblent des délégations d’un plus grand nombre de pays et font courir des journalistes du monde entier, il faut voir qu’ils n’occupent la scène que pour une période de temps limité qui n’excède guère deux semaines alors que Vatican II s’étale sur sept ans. Non seulement Vatican II peut difficilement être comparé aux conciles qui l’ont précédé, mais il demeure difficile de trouver, dans le monde contemporain, un événement mondial qui ait eu son ampleur.

6Nous nous limiterons ici à faire état des principaux axes de recherche actuels, indiquant au passage non seulement le travail accompli, mais également tout le travail qui reste à faire. Nous le ferons en découpant de grands ensembles thématiques, mais surtout en présentant un certain nombre de dialectiques qui peuvent constituer autant de biais de recherche ou de noeuds problématiques. Comme premier rapport dialectique, nous retenons celui entre assemblée, commissions et organes directeurs ; ensuite, le rapport entre pape et concile ; la dialectique que construit le rapport entre Européens et non Européens, entre ténors et figurants ; la dialectique constituée par les rapports entre groupes (formels et informels) et assemblée, celle instaurée par le rapport entre Pères et experts ; les rapport entre observateurs, auditeurs et assemblée ; celle du rapport entre la presse, l’opinion publique et le concile. Il y aurait enfin, mais nous ne l’aborderons pas ici, à évoquer la dialectique représentée par les renversements qui ont marqué le concile et qui en déterminent la périodisation et celle du rapport entre les divers schémas conciliaires. En retraçant ces différentes dialectiques, nous sommes mis en présence de différentes lectures possibles de l’événement conciliaire.

7Dans une deuxième partie, nous voudrons situer dans cet ensemble les travaux actuels réalisés à Québec en proposant une lecture de l’événement conciliaire à partir de la dialectique du local et de l’universel.

Orientations des travaux actuels sur Vatican II : dialectiques et mouvements

Entre commissions et assemblée : la dynamique conciliaire prévue au règlement

  • 16 Ph. Levillain, La mécanique politique de Vatican II : la majorité et l'unanimité dans un concile, P (...)
  • 17 Voir G. Alberigo, « La preparazione del regolamento del concilio Vaticano II », dans É. Fouilloux, (...)
  • 18 Pour les commissions préparatoires, voir la contribution de R. Burigana, M. Paiano, G. Turbanti et (...)
  • 19 Voir surtout, sous la direction de M. Lamberigts, Cl. Soetens et J. Grootaers, dir., Les commission (...)
  • 20 On pourrait dire la même chose à propos de la Commission des amendements, au cours de la phase prép (...)

8Parmi les diverses thématiques sectorielles qui se dégagent de l’ensemble des études actuelles, il y a celle qui se rapporte au fonctionnement lui-même du concile et aux différents rapports qui se nouent entre les protagonistes dans le cadre des instances prévues au règlement conciliaire. Ph. Levillain, le premier, a traité de La mécanique politique de Vatican II16. Plus récemment, les études se sont surtout attachées à examiner les différents règlements du concile17 et la constitution, la composition, le fonctionnement et les travaux des commissions préparatoires18 ou des commissions conciliaires19. Si l’on dispose aujourd’hui de bonnes études sur le travail en commission, on n’en a pas encore qui explore à fond la composition, le fonctionnement et les travaux des organes directeurs : le rôle et l’exercice des fonctions du conseil de présidence, de la Commission de coordination et des modérateurs. On évoque souvent le rôle important de la Commission de coordination, mais il faudrait sans doute étudier de plus près la constitution, le fonctionnement et la prise de décision des différents organes directeurs, regroupés dans le « Grand Khalifat », comme on le disait, au moment du concile. Pareillement, les travaux du Secrétariat général, pourtant si important, du Secrétariat pour les affaires extraordinaires et ceux du tribunal administratif sont négligés20. L’ouverture récente des archives Liénart et Suenens permettra probablement quelques avancées dans ces domaines, mais il faudra élargir encore l’enquête et les sources d’informations. La production de quelques études sur les organes directeurs nous ferait probablement élargir la perspective, complexifiant encore davantage notre vision des choses, faisant jouer ensemble les rapports entre commissions-organes directeurs-assemblée-curie-pape-épiscopats nationaux. Nous laissons ici de côté le rapport Curie-commissions conciliaires, mais il importe de l’explorer, sans céder à la tentation de faire de la Curie un bloc monolithique. En fait, cette autre dialectique met en évidence l’écart entre le fonctionnement « ordinaire » de l’Église et sa vie conciliaire qui a bien du mal à s’institutionnaliser en dehors des moments exceptionnels que constituent les conciles oecuméniques.

9Le rapport entre commissions et assemblée définit une première dialectique à l’oeuvre à Vatican II. En ce qui a trait aux commissions conciliaires, si on a mis suffisamment à jour le rôle influent de la Curie dans chacune d’elles, on n’a pas jusqu’ici examiné avec assez de finesse la variable « nationale », non simplement dans la composition (évolutive) des diverses commissions, mais dans le travail lui-même des différentes commissions. La dialectique commission-assemblée en croise donc une autre, celle du rapport entre Européens et non Européens.

10De façon générale, l’ensemble de ces études construisent la dialectique commissions-assemblée en se demandant dans quelle mesure les commissions « exproprient » ou non l’assemblée, ou dans quelle mesure l’assemblée se montre libre et souveraine par rapport aux travaux des commissions. Il est certain que Vatican II, avec un nombre inégalé de Pères conciliaires, risquait de laisser à la marge des débats bon nombre d’entre eux. Par ailleurs, on ne peut pas envisager de la même manière à chacune des étapes du concile le rapport assemblée-commission. Les choses se sont jouées différemment, à la quatrième session, par rapport à la première. Il n’y a donc pas de réponse globale à cette question et il faut affiner les analyses si on veut y voir clair. Provisoirement, on serait porté à penser que la liberté de l’assemblée a été plus affirmée à la première session, au moment où elle avait le sentiment que les textes qui lui étaient soumis ne provenaient pas de commissions qu’elle avait elle-même élue. Cette autonomie de l’assemblée se serait relâchée par la suite, les commissions devenant de plus en plus maîtresses du jeu au fur et à mesure qu’elles se sont perçues comme représentatives du sentiment de l’assemblée, que les contradictions augmentaient et que le temps pressait.

  • 21 Voir J. Perarnau, « Lovaniense I o Vaticanum II ? », Analecta Sacra Tarraconensia, 41 (1968), p. 17 (...)
  • 22 On verra les chapitres IV et V de l’ouvrage de R. Burigana, La Bibbia nel concilio, p. 255-434.

11Par ailleurs, on serait tenté de valoriser, sans doute trop, le travail réalisé en commission, surtout si l’histoire du concile s’intéresse en premier lieu (ou se réduit) au processus d’élaboration des différents documents et aux ténors qui s’imposent dans les débats en assemblée. Poussé à la limite, on en arrive à se demander, avec Perarnau, s’il s’agissait du Concilium Lovaniense primum Romae celebratum ou de Vaticanum secundum21. Quand on regarde, par exemple, le processus d’élaboration de la Constitution Dei Verbum, spécialement à partir de 1964, on est presque choqué de voir la part impartie aux Belges et aux Italiens et le peu de perméabilité de ce groupe aux idées qui se développent au cours du débat qui se poursuit par ailleurs22. Cela est bien établi et il ne faut pas se limiter à constater ce fait, mais l’analyser en profondeur, ce qui n’a pas été fait jusqu’ici. Encore ici, on observe le croisement des différentes dialectiques : commission-assemblée, Européens-non Européens, ténors-figurants, experts-évêques. Encore une fois, il est impossible d’isoler un rapport dialectique de son ensemble. Seul un regard croisé nous permet de mettre les choses en perspective. Par ailleurs, cette observation soulève un autre problème, car on se fait probablement une représentation tronquée du concile si on le réduit au travail des experts et des évêques qui siègent dans les commissions qui étaient dominées par les Européens. La prise en compte de cette première dialectique nous fournit donc une première lecture de l’événement conciliaire et nous ouvre à plusieurs autres dialectiques : commissions conciliaires-Curie, etc.

Pape et évêques : double sujet du magistère suprême de l’Église ?

  • 23 Pour Jean XXIII, voir notamment G. Alberigo, A. Melloni et al., Fede Tradizione Profezia. Studi su (...)

12Cette première dialectique (commissions-organes directeurs-assemblée) se redouble si l’on ajoute le rapport pape-assemblée ou pape-commissions conciliaires ; pape-organes directeurs. Sur le rôle des papes Jean et Paul, au concile, de premières études ont été réalisées23, mais on est loin du compte à ce chapitre. Il faudrait également construire le rapport pape-curie, pape-majorité, pape-minorité à différents moments de Vatican II. En effet, les choses ne se présentent pas simplement de manière linéaire et il est certainement trop simple de jouer la figure de Jean XXIII contre celle de Paul VI, même si la tentation semble aujourd’hui très forte. Jusqu’ici, le rôle de Jean XXIII a souvent été mis en valeur par l’Istituto per la scienze religiose de Bologne et celui de Paul VI par l’Istituto Paolo VI de Brescia. Au-delà de la personnalisation du sujet, on n’a pas encore une étude déterminante sur le rapport pape-assemblée, dans ses différentes composantes et tendances et aux différents moments de Vatican II. Comme on le montrera par la suite, on examine de manière trop linéaire le rapport pape-concile, n’examinant pas suffisamment le rapport concile-pape. Dans ce rapport complexe entre pape et concile, il importe d’examiner les intermédiaires et les interfaces, figures institutionnelles - s’il en est - de ce rapport. En tout cas, pour l’avenir des relations oecuméniques, l’exploration du rapport pape-concile est capitale.

Européens et non Européens : un concile à la dimension du monde ?

  • 24 Jan Grootaers, I protagonisti del Vaticano II, Milan, San Paolo, 1994, 284 p. Certains portraits on (...)

13Parler de l’assemblée conciliaire, cela nous renvoie normalement aux nombreux Pères qui la composent. Récemment, J. Grootaers nous offrait une brochette de portraits des protagonistes du concile24. Il est intéressant de comparer les choix qu’il a fait avec ceux, réalisés à une autre époque, par W. M. Abbott, Twelve conciliar Fathers (1963), M. Nowak, The men who made the Council (1964), R. Caporale, Les hommes du concile (1965) ou, plus récemment, A. Wycislo, Significant speakers (1987). On réalise que, suivant les époques et les enracinements géographiques, éventuellement même suivant les tendances idéologiques, on apprécie de façon différente le rôle respectif des différents Pères conciliaires. Si certaines figures s’imposent dans tous les cas, on semble plus sensible aujourd’hui aux figures de la minorité qu’on ne l’était dans les années 1960, au moment où la nouvelle majorité triomphante semblait sortir victorieuse du processus conciliaire. On constate également que l’appréciation relative de la participation extra-européenne est divergente, suivant les auteurs. Pour Grootaers, elle apparaît négligeable, les figures retenues étant presque seulement européennes. On a trop peu souvent remarqué que le système de préséance, inscrit dans le règlement conciliaire, et qui donnait prioritairement la parole aux cardinaux, patriarches et archevêques, a muselé un bon nombre d’évêques qui n’ont jamais eu l’opportunité de s’exprimer en assemblée, la parole étant largement monopolisée par les cardinaux. Si, à cela, on ajoute le fait que le collège cardinalice était largement dominé par les Européens, spécialement les Italiens et les membres de la Curie, on voit comment cette disposition du règlement a eu pour effet de limiter l’expression des points de vue non européens et non-curiaux. En tout cas, cela a eu pour effet de désavantager certaines régions et certains évêques qui avaient pourtant des idées. Encore une fois, on travaille à l’intersection de la dialectique nationale et de la dialectique curiale. Le fait de privilégier la Curie, à la présidence et au secrétariat des commissions conciliaires, souvent calquées sur les congrégations romaines, a également désavantagé les non Européens.

  • 25 Voir la contribution à paraître prochainement de M. Lamberigts, « Mgr De Smedt and the Second Vatic (...)
  • 26 On trouve ces deux contributions dans K. Wittstadt, dir., Der Beitrag der deutschsprachigen und ost (...)

14Jusqu’à présent, plusieurs figures de Pères européens ont été explorées. En plus des portraits fournis par Grootaers (Colombo, Suenens, Bea, Felici, Ottaviani, Alfrink, etc.), tous protagonistes de première grandeur, on a aussi une intéressante contribution sur l’activité conciliaire de De Smedt25. On possède également quelques portraits de ténors allemands, mais si peu : N. Trippen nous donne une première esquisse de la figure de Frings et K. Wittstadt nous présente la contribution de Döpfner à Vatican II26. Plus récemment, il nous introduit au rôle d’intermédiaire d’Elchinger dans la construction de l’axe franco-allemand. Il s’agit là cependant de premières approches qui demandent encore des approfondissements. La dernière contribution soulève la question des intermédiaires. Il faudrait explorer le rôle important joué par Cicognani qui s’est souvent fait l’interprète de l’« autorité supérieure ».

  • 27 K. Rahner, « Basic Theological Interpretation of the Second Vatican Council », dans Concern for the (...)
  • 28 À titre d’exemple, on retrouve des commentaires assez élaborés sur les premiers schémas dans les ar (...)
  • 29 Voir la présentation qu’en donne M. Lamberigts dans Histoire de Vatican II, t. II, p. 135-204.
  • 30 Voir Cl. Prudhomme, « Les évêques d’Afrique noire anciennement française et le concile » (p. 163-18 (...)
  • 31 Voir lettre de Ph. Delhaye à A. Prignon, 02.04.1964, Fonds Prignon, 1645.
  • 32 G. Alberigo, « Méthodologie de l’histoire de l’Église en Europe », Revue d’histoire ecclésiastique, (...)
  • 33 Voir L. A. Tagle, « La partecipazione extraeuropea al Vaticano II e l’interpretazione storica e teo (...)

15On a beau prétendre, avec Rahner, que le concile Vatican II est le premier grand événement officiel dans lequel l’Église s’est réalisée comme une Église-monde27, il n’en demeure pas moins que, dans l’état actuel des recherches, hors de l’Europe, le paysage est plutôt dénudé. Cela accrédite encore davantage l’idée que les résultats de Vatican II sont largement tributaires des initiatives des évêques du centre de l’Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, France, Pays-Bas). Si cela ne manque pas de fondement, et jusqu’ici l’histoire de Vatican II l’a trop bien mis en évidence, il est exagéré de prétendre, comme on l’a écrit, qu’il y avait, d’une part, la position du Bloc centre-européen et, d’autre part, le projet conciliaire établi par la Curie. Cela ne correspond simplement pas à la réalité. C’est certainement s’abuser un peu que de prétendre que les évêques du reste du monde ont attendu que les Allemands, les Français et les Belges leur disent quoi penser pour se déterminer. Si on prend le cas des Canadiens, ils ne sont pas arrivés à Vatican II les mains vides, disponibles aux différents vents qui allaient les conduire comme des embarcations à la dérive et sans gouvernail. Au moins quelques-uns d’entre eux avaient étudiés sérieusement les schémas qui leur avaient été envoyés à l’été 1962, plusieurs avaient déjà rédigé des remarques à leur sujet28. Leur position était déjà en voie de se définir avant même l’ouverture du concile et en dehors des Gravamina de Rahner et des Animadversiones de Schillebeeckx. Une fréquentation des archives des évêques sans-grades, trop négligées à ce jour, nous amène à relativiser les conclusions avancées jusqu’ici sur le caractère décisif de la campagne du groupe centre européen, qui n’a certes pas été sans conséquence, mais qui ne représente probablement pas un facteur aussi décisif qu’on se l’imagine. L’étude du premier débat, celui sur la liturgie, nous indique bien l’apport des évêques de l’extérieur de l’Europe, ceux de l’Amérique du Nord, de l’Asie (Vietnam et Japon), ceux aussi de l’Inde29. On en est donc à souhaiter que les études de Cl. Prudhomme et de Cl. Soetens sur les contributions de certains évêques africains à la première session s’élargissent et se poursuivent30. Leurs études font d’ailleurs appel à d’autres sources que celles habituellement mises en oeuvre, ce qui n’est pas sans renouveler les perspectives. Enfin, il est clair que si le concile avait été abandonné aux évêques du Bloc centre-européen, certains schémas seraient difficilement parvenus à leur terme : celui sur la liberté religieuse risquait fort de n’être jamais adopté et probablement que Gaudium et spes et Nostra aetate auraient connu de fortes difficultés, sans parler du nécessaire apport des non Européens à la constitution d’une majorité nécessaire à l’approbation - ou au renvoi - de tous les autres schémas. De notre point de vue, les analyses actuelles indiquent simplement une trop grande ignorance des sources non européennes et une tendance trop marquée à construire l’histoire de Vatican II à partir de l’action des protagonistes européens. Risquons une hypothèse supplémentaire : la place occupée par les protagonistes en provenance du centre de l’Europe tient probablement à l’exclusion de certains autres participants au moment des grandes manoeuvres. Léger l’affirmera clairement en 196331. S’agit-il seulement de la plainte amère d’un acteur qui ne se voit pas confier les premiers rôles escomptés ? Cela n’est pas invraissemblable. Pourtant, ne pas prêter de fondement à cette protestation nous empêche peut-être d’explorer une zone d’ombre dans la contribution magnifiée des participants du centre de l’Europe. Malgré un effort manifeste pour assurer un caractère international à l’équipe de rédaction de L’Histoire de Vatican II, peut-être bien que ce projet, né en Europe, pèche également par « l’habitude européenne de faire de sa propre histoire le centre et le paradigme de l’histoire universelle de l’Église32 » À cet égard, les protestations polies de L. A. Tagle sont tout à fait justifiées33. En tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’à la quatrième session, les clivages nationaux sont significatifs et on ne peut pas faire une lecture de Vatican II sans prendre en compte cette dialectique.

  • 34 Voir Ph. Denis, « Archbishop Hurley’s Contribution to the Second Vatican Council », Bulletin for Co (...)
  • 35 Voir G. Routhier, « Les réactions du cardinal Léger à la préparation de Vatican II », Revue d’histo (...)
  • 36 Voir D. Robillard, « Mgr Gérard-Marie Coderre : consultation et concertation », dans L’Église canad (...)

16Hors d’Europe, la contribution particulière de l’un ou l’autre Père conciliaire a peu été travaillée. Sur la base de sa correspondance, la thèse de doctorat de Luiz Carlos Marques (1998) a mis en relief la contribution de Helder Câmara à Vatican II. Quant à Ph. Denis, il a traité, dans une revue trop peu accessible, du rôle de D. Hurley34. Au Canada, le rôle du cardinal Léger est en voie d’être circonscrit35 alors que D. Robillard esquissait un portrait de G.-M. Coderre36. Plus récemment, le mémoire de maîtrise (Université Laval) de R. Martel nous présente un autre évêque à Vatican II, Mgr Albert Sanschagrin, évêque d’Amos.

Ténors et « sans-voix » : un choeur hiérarchique !

17On constate, à la lecture de cette liste, que nous ne sommes pas toujours en présence de figures de proue. Pourtant, il semble qu’aucune de ces figures ne soit insignifiante si on veut saisir Vatican II dans toute sa dimension. Apparemment au moins, la participation de ces évêques moins flamboyants aux débats conciliaires est souvent apparue négligeable puisqu’ils se seraient contentés d’écouter studieusement les pontes, d’envoyer des remarques écrites sur les schémas distribués, de souscrire à l’intervention d’un ténor in aula ou de l’applaudir, à voter des textes élaborés en commission et de faire parvenir leurs modi aux rédacteurs. Ce sont pourtant ces évêques qui ont fait Vatican II, qui ont scellé son orientation en mêlant ou non leurs voies à celles, bien insuffisantes, de l’aile marchante centre-européenne de la majorité qui tentait de définir sa direction à la première session. Il n’est donc pas surprenant, dans ce contexte, qu’à la première session, les curialistes dérangés par l’envahissement de l’urbs par l’orbis aient conseillés aux évêques auxiliaires de retourner dans leur diocèse de façon, disaient-ils, à ne pas les laisser trop longtemps sans gouvernement. Il aurait été plus simple en effet de faire jeu égal avec l’aile « progressiste » s’il n’avait pas fallu compter avec tous ces quidam, innombrables non-alignés, qui pouvaient éventuellement faire bloc avec la « majorité virtuelle » qui, sans leur appui, aurait été réduite au statut de groupuscule ou de groupe de pression. Il n’est pas surprenant non plus que l’on ait évoqué l’hypothèse de continuer le concile avec des représentants élus des épiscopats plutôt que de le poursuivre avec tous les évêques. La place des sans-rangs et des sans-voix fait problème, aussi bien au moment du concile qu’au moment de la recherche sur l’événement conciliaire. On est trop tenté de négliger leur présence et leur activité. Il vaut au moins la peine qu’on y regarde de plus près avant de conclure et de les ignorer. Chose certaine, sans eux, Vatican II n’aurait pas eu le retentissement qu’il a eu dans le corps ecclésial. Les travaux réalisés à Québec sur deux de ces évêques « anonymes », Sanschagrin et Coderre, nous indiquent à quel point leur activité conciliaire n’est pas insignifiante. Par exemple, ils ont certainement davantage médiatisé le concile dans leur diocèse que ne l’a fait Léger. Ce sont encore ces évêques, et il faut inclure aussi Charbonneau et quelques autres, qui ont participé aux groupes informels (« Jésus, l’Église et les pauvres » ; « Les évêques de Vatican II »), qui faisaient le lien entre l’épiscopat canadien et le CELAM ou l’épiscopat espagnol, qui encadraient l’équipe de théologiens canadiens, etc.

  • 37 Sur le sujet, voir H. Burstin, « Le ‘protagonisme’ comme facteur d’amplification de l’événement : l (...)

18Cette réévaluation de la participation des « sans-grades » postule donc qu’on ne réduise pas le concile à la seule agitation qui a cours dans les organes officiels. En fait, il nous faudra y revenir, le concile comme événement, c’est non seulement, comme le rappelle pertinemment G. Alberigo, plus que les documents conciliaires, les textes, les décisions et les décrets, mais c’est également plus que le travail en assemblée et en commission et, risquons d’ajouter, c’est bien plus encore que les simples péripéties romaines et les joutes vaticanes qui constituent le centre et le noyau de cet événement. Le concile a également une autre vie, ailleurs, dans l’orbis. À faire l’histoire de Vatican II à partir des témoignages et des archives des ténors, on arrive à une lecture de l’événement qui minimise le rôle du protagoniste qui a toujours tendance à valoriser sa participation et à orienter la lecture des choses37.

19On voit donc que la dialectique ténors-figurants s’impose tout autant à l’observation et à l’analyse que celle, plus classique et que j’ignore ici, de « majorité et minorité », la majorité et la minorité étant des réalités à géométrie variable, toujours à recomposer et abritant divers courants et tendances ; « progressistes-traditionalistes », cette dernière tendant aujourd’hui à être dépassée par celle d’« idéalistes-possibilistes ». Pourtant, la dialectique « ténors-figurants » n’a pas retenu jusqu’ici l’attention des chercheurs, l’histoire s’écrivant surtout à partir des ténors, endossant implicitement les préséances de rang que l’on retrouvait au concile.

Pères et experts : un couple fondé sur l’intérêt

  • 38 Pour une première approche du sujet, voir K. Neufeld, « In Service of the Council: Bishops and Theo (...)
  • 39 On en trouve un résumé dans G. Defois, « La sociologie de la connaissance religieuse et la théologi (...)
  • 40 Voir « L’évolution d’un Père conciliaire. Le cardinal Léger », Cristianesimo nella storia, 19 (1998 (...)

20La dynamique entre les Pères conciliaires est capitale, dans la formation de la conscience conciliaire. Congar avait bien raison, on ne peut pas imaginer un concile par correspondance, ce qui nous priverait de cette dynamique essentielle d’échanges et de rencontres qui forge une conscience nouvelle. Cette dynamique n’est toutefois pas la seule que permet le rassemblement à Rome. En effet, aborder la question des Pères conciliaires, c’est aussi penser leur relation avec les experts, ce qui nous met en présence d’une autre relation dialectique constitutive de l’événement conciliaire38. Pour poser la question, on peut reprendre un titre de Kobler, Were theologians the engineers of Vatican II ? En fait, que sont les Pères sans les experts ? Quelle est la dynamique qui s’instaure entre ces deux partenaires ? Pour nous limiter à un schéma, le De fontibus, on voit une évolution sensible entre la position des évêques au moment de sa discussion en Commission centrale préconciliaire et la réaction des mêmes évêques, aux mois d’août, de septembre et d’octobre 1962, après que le schéma a été soumis à l’examen critique des théologiens. Entre les deux moments, il n’y a pas qu’un décalage chronologique et un changement de climat. Ce qui intervient, ce n’est pas seulement une sensibilisation progressive aux enjeux en raison de la discussion entre les évêques. Il y a aussi l’irruption d’un nouvel acteur, l’expert, qui va passer au crible de son examen critique un schéma essentiellement rédigé par une autre école de théologie. G. Defois, dont la thèse de doctorat faisait une remarquable analyse de la rédaction de Dei Verbum à partir d’une problématique de science politique empruntée à Bourdieu, avait sans doute raison d’indiquer l’immense poids des théologiens dans ce débat39. Jusqu’ici, dans les études récentes, le rapport dialectique entre Pères et experts n’a pas été suffisamment examiné. J’ai tenté de l’illustrer, en faisant de ce rapport un facteur déterminant dans l’évolution de Léger40.

  • 41 M.-D. Chenu, Notes quotidiennes au concile, Paris, Cerf, 1995, 160 p. Pour l’analyse, voir G. Turba (...)
  • 42 N. Hausman, « Le Père Yves Congar au Concile Vatican II », Nouvelle revue théologique, 120, 2 (1998 (...)
  • 43 En plus de la contribution de Neufeld, citée plus haut, voir G. Chantraine, « Cardinal Henri de Lub (...)
  • 44 Voir leur contribution, spécialement celle de Siebenrock à l’ouvrage collectif Der Beitrag..., p. 1 (...)
  • 45 D. Gonnet, La liberté religieuse à Vatican II. La contribution de John Courtney Murray, Paris, Cerf (...)
  • 46 Voir Actes et acteurs, p. 420-484. Pour Philips, on verra aussi C. Antonelli, « Le rôle de Mgr Géra (...)

21Par ailleurs, on a tenté de mettre en lumière certaines figures de periti et de circonscrire un peu leur rôle à Vatican II sans examiner à fond cependant leur rapport avec un Père conciliaire et ses prises de position. Le rôle de Chenu, dont les notes conciliaires ont été publiées, a bénéficié d’une première analyse de la part de G. Turbanti41. Le rôle de Congar, dont on attend l’an prochain la publication de son volumineux Journal du concile, a été mis en lumière par Hausman, Famerée et Melloni. Il fait actuellement l’objet de la recherche doctorale d’Éric Mahieu42. Celui de De Lubac, qui a également rédigé un journal conciliaire encore inédit, a été examiné par Chantraine43, alors que celui de Rahner a été partiellement éclairé par Neufeld et Siebenrock44. À cela, il faut ajouter la remarquable étude de D. Gonnet consacrée à J. Courtney Murray45 et les travaux de Grootaers sur les experts belges, dont Mgr G. Philips46. Cette énumération fait presque le tour de la question. On voit donc que les études sont encore assez lacunaires à ce chapitre et que beaucoup de travail reste à faire, non seulement sur le rapport entre les periti et les Pères, mais sur les rapports entre les periti eux-mêmes et leurs méthodes de travail en commission. Cela, sans compter la nécessaire mise en valeur des sources que comportent leurs fonds d’archives : correspondance, journal personnel ou notes quotidiennes. Déjà, on dispose de l’inventaire de quelques-uns de ces fonds, surtout ceux d’experts belges. Cela laisse entrevoir à quel point la documentation rassemblée par les experts est abondante et riche. Elle s’avère indispensable au moment d’écrire l’histoire de Vatican II.

Regroupements intermédiaires et assemblée

  • 47 Voir W. Weiß, « Die deutsche Bischofskonferenz und das II.Vatikanum », dans Der Beitrag..., p. 27-4 (...)
  • 48 Voir L. Perrin, « Approche du rôle des évêques de France », dansVatican II commence, p. 119-132.
  • 49 Cl. Soetens, « La "squadra belga" au Concile Vatican II », dans L. Courtois et J. Pirotte, dir., Fo (...)
  • 50 Voir J.-M. Tillard, « L’épiscopat canadien francophone au concile », dans L’Église canadienne..., p (...)
  • 51 Voir P. Fortin, « The American Hierarchy at the Eve of Vatican II », dans Le deuxième concile du Va (...)
  • 52 Voir J. M. Laboa, « Los obispos españoles en el Concilio Vaticano II », Miscellanea Comillas, 51 (1 (...)
  • 53 R. Caporale, Les hommes du concile : étude sociologique sur Vatican II, Paris, Cerf, 1965, p. 66-68

22Par ailleurs, la dynamique conciliaire ne nous laisse pas simplement en présence de l’assemblée, des commissions et des organismes conciliaires officiels d’une part et, de l’autre, les Pères, considérés comme des individus, assistés de leurs experts. Non seulement les évêques sont-ils souvent regroupés dans des conférences épiscopales nationales ou, parfois, dans des assemblées continentales, mais ils appartiennent souvent à des groupes informels. On dispose déjà de premières études sur les conférences épiscopales, celles de Weiß et Wittstadt pour l’épiscopat allemand, jusqu’à la mort de Jean XXIII47, celle de L. Perrin pour l’assemblée des évêques de France au cours de la première session48, celle de Cl. Soetens, sans doute la plus importante du groupe, pour l’épiscopat belge ou la Squadra belga49, celle de J.-M. Tillard pour l’épiscopat canadien francophone50, de P. Fortin pour la hiérarchie étatsunienne à la veille de Vatican II51 et, finalement, celle de Laboa pour l’épiscopat espagnol52. Ces premières études sont souvent partielles puisqu’elles ne couvrent pas l’activité d’un épiscopat tout au long du concile et laissent dans l’ombre la plus grande partie de l’activité conciliaire des épiscopats, notamment les conférences qu’elles patronnaient et les publications qu’elles diffusaient. Il est étonnant que les études sur le sujet ne soient pas rendues plus loin puisque, dans plusieurs cas, Vatican II a été à l’origine de l’établissement des conférences épiscopales ou de leur redémarrage dans leur forme moderne. Comment parler de Vatican II sans mettre en valeur son rôle déterminant dans l’émergence des conférences épiscopales ? R. Caporale a bien raison de croire que Vatican II est au fondement d’une intensification sans précédent des communications entre les évêques en modifiant le schéma de communication entre eux53. De plus, on a réellement peu de choses au sujet des interactions bilatérales entre conférences. Par quelle médiation, outre l’Interconférence, les choses passaient-elles entre Français et Canadiens, Allemands et Canadiens, etc. Il s’agit là d’une zone d’ombre en attente d’être éclairée.

  • 54 J. Grootaers en fait une première présentation dans « Le catholicisme du Québec... », dans L’Église (...)
  • 55 On a déjà souligné la thèse de L. C. Marques sur les lettres de Helder Câmara. Les Lettere dal Conc (...)
  • 56 On consultera les premiers essais : M. Malpensa, « Bishop’s Letters on the Conclusion of the Counci (...)
  • 57 On consultera en ce sens Y. Renard, L’information sur le concile Vatican II donnée par les évêques (...)

23À ce chapitre particulier, on doit indiquer qu’il manque cruellement une liste des études publiées par les différents centres d’informations nationaux et des différentes conférences qu’elles ont patronnées. Manquent aussi des études sur les centres d’information mis sur pied par plusieurs conférences épiscopales54 et sur l’organisation et les activités de leur secrétariat à Rome. S’il faut encore ajouter à cette liste, on déplorera l’absence d’études sur les lettres pastorales collectives des différents épiscopats, voir même des lettres d’un évêque55. Si le projet mis en avant par le Centre franciscain de Vérone et si les archives de la Civiltà catolica mettent à la disposition des chercheurs un matériel abondant dans ce domaine, il faut bien avouer que la recherche balbutie56. Ici encore, on attend les premières monographies sur le sujet. Ce « journalisme cardinalice », selon l’expression de M. Descalzo, n’a pas réellement été pris en compte et on ne saurait le sous-estimer57. Cela est pourtant capital si l’on veut construire le rapport entre les événements romains et la vie des Églises locales au moment du concile. C’est notamment au moyen de cette correspondance que se forge la première réception de Vatican II par les fidèles. La synergie concile-peuple de Dieu trouve là un moyen pour s’édifier.

  • 58 P. Noël, « Gli incontri delle conferenze episcopali durante il concilio. Il ‘gruppo della Domus Mar (...)
  • 59 Voir J. A. Brouwers, « Derniers préparatifs et première session. Activités conciliaires en coulisse (...)
  • 60 Nous avons déjà signalé la première analyse de Cl. Prudhomme en ce qui a trait à la panafricaine. P (...)

24On est plus avancé par contre dans l’examen de la coordination des différentes conférences épiscopales. Les deux études de P. Noël et celle de J. Grootaers58 ont bien mis en relief l’activité de la « Conférence des 22 » ou de l’« Interconférence » qui se réunissait à la Domus Mariae. Les archives Etchegaray, qui était secrétaire du groupe, et celles de Mgr Veuillot, qui l’a présidé à partir de la deuxième session, nous offrent déjà de bons renseignements sur la composition, le fonctionnement et les activités de ce groupe. Celles de Mgr Baudoux, qui y participa tout au long du concile, complètent utilement cette information. En effet, l’archevêque de Saint-Boniface (Canada) tenait un journal personnel de ces rencontres hebdomadaires. Cela s’ajoute aux ordres du jour, correspondances et procès-verbaux que l’on trouve par ailleurs dans les fonds Etchegaray et Veuillot. On est moins avancé toutefois en ce qui a trait aux réunions des secrétaires des conférences épiscopales, même si J. Brouwers nous a donné quelques informations au sujet de leur activité au cours de la première session59. Il faudra également ouvrir le dossier des échanges bilatéraux entre conférences épiscopales, ce qui déborde largement les rencontres des représentants et des secrétaires des conférences, et celui des conférences continentales, au cours du concile, notamment la panafricaine et le CELAM, poursuivant ainsi les amorces déjà réalisées60. On voit à quel point les recherches sur Vatican II n’en sont encore qu’à leur commencement.

  • 61 Voir « Une marginalité engagée : le groupe ‘Jésus, l’Église et les Pauvres’« , dans Les commissions (...)
  • 62 Voir « Il ‘Coetus Internationalis Patrum’ e la minoranza conciliare », dans L’evento e le decisioni (...)
  • 63 Pour la maison des Oblats, à Rome, nous disposons des notes Deschâtelets, des Journaux conciliaires (...)

25D’autres groupes informels ont marqué la vie de Vatican II. La thèse monumentale et malheureusement inédite de Salvator Gómez de Arteche y Catalina, Grupos « extra aulam » en el II Concilio Vaticano y su influencia (2 585 p.) demeure ici incontournable. Si riche et si suggestive que soit cette étude, elle n’est toutefois pas indépassable en raison d’un accès toujours plus grand aux sources. On se contentera seulement d’énumérer quelques groupes et quelques références bibliographiques à leur sujet : le groupe « Jésus, l’Église et les pauvres » que nous présente D. Pelletier et qui rassembla jusqu’à 45 évêques61 ; le Coetus internationalis patrum, auquel L. Perrin a consacré déjà quelques études62 ; « Les évêques de Vatican II » au sujet duquel nous attendons une première étude, celle de Massimo Fagioli. Non seulement nous apprenons encore au sujet de l’activité de ces groupes mais, si nous disposons de quelques remarques utiles sur leur impact sur les débats en assemblée, la vie des commissions et l’orientation de certaines décisions du pape ou des organes directeurs, il nous manque une étude sur l’articulation de ces différents groupes à la vie des conférences épiscopales. Par exemple, ce n’est pas tout de savoir que M. Baudoux participait aux réunions de l’Interconférence, que A. Sanschagrin était délégué par la conférence épiscopale canadienne auprès de l’épiscopat espagnol, que G.-M. Coderre participait au groupe « Jésus, l’Église et les pauvres », etc. La participation d’un évêque à ces groupes extra aulam avait-elle un retentissement ou non sur l’activité de la Conférence épiscopale canadienne ? Cela n’apparaît pas clairement si l’on ne croise pas les informations recueillies sur la vie de ces groupes avec celles, encore trop fragmentaires, sur la vie des conférences épiscopales. Enfin, il serait intéressant d’analyser de manière plus approfondie les dynamiques qui ont conduit à la composition de ces réseaux. S’agit-il simplement de regroupements par affinités idéologiques, à la suite de propositions explicites et d’invitations ? Cela se vérifierait, notamment dans le cas de la constitution du Coetus et du groupe « Jésus, l’Église et les pauvres ». Pourtant, cette première dynamique semble insuffisante pour expliquer la constitution de réseaux fort complexes. Il faudrait notamment songer à faire la géographie de la résidence des Pères conciliaires à Rome, au moment des sessions. Cela serait peut-être éclairant. Cela nous conduit à parler des évêques missionnaires, qui avaient bien un regroupement, « Le groupe des évêques missionnaires » (Vriendenclub), mais qui se retrouvaient également dans les maisons religieuses de leur congrégation. La lecture des notes de Léo Deschâtelets nous en apprend davantage sur les relations entre évêques de différents pays, à la maison générale des Oblats, que sur les travaux de la Commission des missions, à laquelle il appartenait, voire même sur les travaux en congrégation générale. C’est dans ces foyers d’évêques missionnaires que les discussions et les échanges ont conduit à des évolutions notables chez certains Pères63. Il faudrait faire la même chose à partir d’autres maisons religieuses, sans oublier le regroupement des supérieurs religieux et celui des évêques religieux. Une lecture qui suivrait cette dialectique nous permettrait d’envisager sous un autre jour Vatican II, les dynamiques formelles et informelles non prévues au règlement finissant par avoir un rôle déterminant dans l’évolution des débats.

Les spectateurs influents : observateurs non catholiques et auditeurs laïcs

  • 64 M. Velati a consacré quelques études à l’activité du Secrétariat pour l’unité des chrétiens. Il a a (...)

26Il convient ici de mettre en scène d’autres acteurs : les observateurs non catholiques, délégués par leur Église ou par le COE ou invités par le Secrétariat pour l’unité, les auditeurs et auditrices laïcs, et les journalistes, trois « groupes » qui ont joué un rôle plus important que l’on serait tenté de le croire. Les premiers ont laissé beaucoup d’écrits, notamment des chroniques (McAfee Brown, Roux, etc.), et il serait intéressant de parvenir, sur la base de ce corpus considérable et des archives disponibles, plusieurs encore inédites, à une synthèse sur la participation des observateurs non catholiques à Vatican II et surtout sur les transactions entre observateurs, experts et évêques. M. Velati nous a déjà fourni d’importants éléments que l’on voudra compléter, dans l’attente d’une synthèse, par les études de M. Brun, E. Fouilloux et quelques autres64. On dispose donc de bons éléments de départ pour l’étude de la participation des observateurs non catholiques au Concile, mais l’étude spécifique de leur influence sur le déroulement du concile demeure encore bien pauvre, aussi bien que celle de leur influence sur l’un ou l’autre Père conciliaire. On devine qu’elle est importante puisqu’on a même songé à ne pas les inviter, à la quatrième session, de sorte que leur présence ne pèse pas trop fort sur la liberté de l’assemblée. Au moment du concile, certains évêques ont dénoncé leur influence, affirmant que certains Pères étaient plus préoccupés de plaire aux observateurs que de défendre la pure doctrine. Au cours des débats, d’autres se sont référés à leurs attentes, quand ils ne sont pas adressés à eux, au moment de prendre la parole en assemblée. La dialectique observateurs-Pères n’a toutefois pas vraiment fait l’objet d’études spécifiques. Les recherches sectorielles, en isolant les acteurs et en n’embrassant pas de manière dialectique leur participation à Vatican II, nous empêchent de saisir de manière dynamique l’événement conciliaire.

  • 65 Voir R. M. Goldie, « La participation des laïcs aux travaux du concile Vatican II », Revue des Scie (...)
  • 66 Voir la communication de J. Grootaers au colloque de Strasbourg (1999), « Les questions renvoyées o (...)
  • 67 Comme premier jalon, on verra « Jacques Maritain e il concilio Vaticano II. Un vecchio laico e i te (...)

27La participation des auditeurs et des auditrices n’a pas suscité jusqu’ici le même intérêt et l’on doit pour le moment se satisfaire des études de R. M. Goldie65. On devine cependant que la contribution de ces hommes et de ces femmes, surtout à la quatrième session, mériterait plus d’attention. Quel a été leur impact sur l’évolution des choses, au moment de la discussion de la question de la contraception ? Ils ont au moins prétendu que leur intervention avait infléchi la décision de Paul VI66. Qu’en est-il au juste ? On sait aussi que, dans le débat sur la liberté religieuse, on évoque, in aula, leur appui au schéma. Il y a donc une dynamique qui se construit progressivement entre Pères et auditeurs. Cette dialectique demeure encore trop inexplorée67.

Journalistes et médias : des intermédiaires gênants

  • 68 Sur le rôle des médias dans la construction de l’événement, voir P. Grégoire, « L’événement-référen (...)

28Au sujet de la contribution de la presse à Vatican II, il faut dire que l’on se contente encore trop souvent de répéter des généralités, malgré l’existence de quelques études sérieuses qui nous engagent à aller plus loin. Cela mérite certainement plus d’attention que celle accordée jusqu’ici. D’une part, la couverture d’un concile par la presse électronique demeure une originalité de Vatican II par rapport aux autres concile. D’autre part, on ne peut pas parler d’événement, ce qui représente, dans une certaine mesure, une construction de la mémoire, sans faire référence à la médiation de la presse qui reconstruit, chaque jour, à l’intérieur d’une trame spécifique et pour un lectorat donné, les activités conciliaires romaines. Ce sont les journalistes qui, en premier, rendent compte de Vatican II aux fidèles. Ils représentent les premiers médiateurs et sans doute les intermédiaires les plus importants entre évêques et fidèles68.

  • 69 Voir D. Beloeil et M. Lagrée, « Le catholicisme breton devant le concile (1959-1962) », dans Vatica (...)
  • 70 Voir Paolo VI e I Problemi eclesiologici al Concilio (p. 431 à 560) où l’on trouve plusieurs analys (...)
  • 71 Voir J. Grootaers, « Informelle Strukturen der Information am Vatikanum », Biotope der Hoffnung, Ol (...)
  • 72 Les historiens ont forgé l’expression « culture de guerre » pour désigner un ensemble de représenta (...)
  • 73 On trouve cette affirmation dans Histoire du concile Vatican II, t. II, p. 278.

29Au nombre des études disponibles, on mentionnera d’abord la thèse de doctorat de Dominique Beloeil, soutenue à Nantes en 1998, La réception du concile oecuménique Vatican II dans les médias : l’exemple du diocèse de Nantes (1959-1965) et, pour la France, l’étude de M. Lagrée sur les catholiques bretons au cours de la phase préparatoire et la première session69. Pour la troisième session, il faut consulter les travaux de l’Istituto Paolo VI70. Autrement, J. Grootaers a fourni quelques excellentes contributions pour se représenter l’organisation des organes d’information à Vatican II71. Toutefois, si on a réussi jusqu’ici à traiter des difficultés du Bureau de presse du concile à satisfaire les organes d’information et si, dans une moindre mesure, on est parvenu à faire état, minimalement, de la couverture de presse - surtout en Europe - des moments clés du concile, on a très peu travaillé, sauf l’Istituto Paolo VI, la question de la réception du concile par la presse et l’impact de la presse dans la construction de la « culture conciliaire72 » qui se développe entre 1962 et 1965. Affirmer « l’influence des moyens de communication sur les Pères conciliaires », demeure une généralité dans l’état actuel des recherches73. La dialectique presse-Pères conciliaires ; presse-fidèles, demeure encore largement inexplorée. Les approches développées jusqu’ici ne sont pas suffisamment dialectiques. On a isolé l’étude de l’organisation des moyens de communications de celle sur l’impact de l’information sur les Pères conciliaires et dans l’ensemble du corps ecclésial. Au Québec, on le verra plus loin, l’étude du rôle de la presse constitue un élément capital pour la compréhension de Vatican II comme événement.

  • 74 Voir A. Melloni, « Lo spettatore influente. Riviste e informazione religiosa nella preparazione del (...)
  • 75 Voir L. Gnaccarini, Il debatto sul Concilio Vaticano II (1962-1965) in riviste di lingua italiana, (...)
  • 76 Voir B. D. de la Soujeole, « La préparation de Vatican II dans la Revue thomiste », dans Saint Thom (...)
  • 77 Voir É. Fouilloux, « Les théologiens romains à la veille de Vatican II », dans J.-D. Durand, Histoi (...)
  • 78 Ph. Chenaux, « Les intellectuels français face au concile », dans Vatican II commence..., p. 275-28 (...)

30Faut-il, à cette liste déjà longue, ajouter encore ? Il faut au moins rapidement faire une place aux revues qui, moins explorées, bénéficient cependant de quelques études suggestives, au nombre desquelles, celle de Melloni sur le rôle des revues et de l’information religieuse au moment de la préparation du concile74. À cette première référence, il faut ajouter l’étude de Gnaccarini qui présente le débat sur le concile dans les revues de langues italiennes, celle de Donatella qui fait la même chose à partir des périodiques italiens et pour la période préparatoire et celle enfin de J.-C. Dupuis qui examine la revue Relations (Montréal) et le concile Vatican II75. L’article de La Soujeole, sur la préparation de Vatican II dans la Revue thomiste demeure aussi une contribution utile76. Cela nous permet de dire un mot de la contribution des théologiens et des intellectuels qui, bien que ne servant pas tous comme experts, demeuraient des protagonistes importants dans toute cette affaire. Ici, il faut renvoyer aux nombreuses études fines et fort documentées de É. Fouilloux77 et, pour les intellectuels, se reporter à l’étude de P. Chenaux sur Maritain et Gilson78. On constate, à cette liste, le caractère encore fragmentaire de notre connaissance dans ce domaine. Si certaines revues ont été bien couvertes, les revues italiennes notamment, on constate que le travail reste à faire pour le plus grand nombre. On remarque aussi que la période préparatoire a été privilégiée, laissant presque complètement en plan l’examen du rôle des revues théologiques et des revues d’information religieuse au cours de la phase conciliaire proprement dite. À ce chapitre aussi, le terrain en friche demeure considérable.

Les recherches québécoises sur Vatican II

31Jusqu’ici, quelques colloques de l’équipe internationale qui se consacre à la rédaction d’une histoire de Vatican II ont voulu combiner les approches thématique et chronologique avec une autre qui privilégiait les grandes aires géographiques, culturelles ou linguistiques. Ainsi, le congrès de Houston (1991) s’intéressa à la période antepréparatoire et aux vota des évêques des Amériques alors que celui de Lyon (L’Arbresle, 1992) se focalisa sur la période préparatoire et privilégia les approches francophones (France, Belgique, Afrique). Quant à celui de Würzburg (1993), il porta son attention sur la participation germanophone (Autriche, Allemagne, Suisse) et est-européenne à Vatican II.

  • 79 Voir V. Conzemius, « Die Schweizer Kirche und das II. Vatikanische Konzil », dans Der Beitrag..., p (...)
  • 80 Voir R. Cherubini, « La Chiesa caldea cattolica al Concilio Ecumenico Vaticano II. », Studi e ricer (...)
  • 81 P. Pulikkan, Between Pastoral Concerns and Individual Preferences - Response of an Asian Church in (...)

32On a aussi d’autres exemples d’études qui rattachent Vatican II à une aire géographique ou culturelle particulière. La contribution de V. Conzemius sur la participation de l’épiscopat Suisse à Vatican II ou celle de G. Eldarov, de la Bulgarie, où Jean XXIII avait été représentant du Saint-Siège entre 1925 et 1934, nous en fournissent des exemples79. Dans le dernier, on a affaire à un cas très particulier puisque cette Eglise ne comptait que trois diocèses, dont un de rite oriental, et environ 100 000 catholiques. L’Eglise bulgare, également affaiblie par sa situation particulière, en pays communiste, ne faisait donc pas le poids. L’étude de Cherubini sur la participation de l’Église chaldéenne à Vatican II ou celle de Hajjar sur les Églises du Proche-Orient au concile en sont d’autres80. Plus importante encore, la thèse de doctorat de P. Pulikkan sur la participation des évêques indiens à Vatican II81. Dans tous les cas, comme dans celui de l’ouvrage plus ancien American Participation in the second Vatican Council, il s’agit simplement d’examiner la participation d’un groupe national, rituel ou régional à Vatican II. Pour la commodité des choses, on dissocie un groupe d’évêques de leur lieu d’enracinement et on examine son activité romaine au moment de Vatican II. Toutefois, la dialectique Rome-Églises locales est généralement oblitérée.

33Quant aux études présentées au colloque sur Vatican II à Moscou, elles sont également d’un genre tout à fait particulier. En effet, elles ne s’intéressent pas à l’élaboration des documents conciliaires eux-mêmes, ni aux travaux conciliaires en commissions ou en assemblée. Elles déplacent l’attention en envisageant Vatican II non seulement comme un événement ecclésial appartenant à l’Église catholique, mais comme un événement mondial à portée géopolitique trop souvent méconnue. Vatican II appartient à l’histoire du XXe siècle et ce colloque soulevait non seulement la question des relations entre les Églises, mais aussi celle du rapport entre Religion, Église et Pouvoir politique. Elles ont toutefois l’avantage d’instaurer une nouvelle dialectique dans les travaux sur Vatican II, celle du rapport entre le concile et une aire géopolitique particulière.

  • 82 Voir G. Routhier, « Les vota des évêques du Québec » (p. 25-60); M. A. Fahey, « A Vatican Request f (...)

34Toutefois, hormis les études sur Vatican II et le Québec/Canada, on ne connaît qu’une seule autre publication qui se soit attachée à examiner la relation entre l’événement conciliaire et un espace national particulier. Il s’agit de l’ouvrage dirigé par Cl. Soetens et intitulé Vatican II et la Belgique. Ici, l’attention porte sur l’enracinement et la réception de Vatican II dans le catholicisme belge, la participation des évêques et periti belges ne prenant pas toute la place. La construction du rapport dialectique entre une concrétisation particulière du catholicisme et Vatican II donne des résultats inédits. Autrement, le mieux que l’on ait réussi à faire jusqu’ici pour enraciner Vatican II dans un terrain particulier se retrouve dans la vaste entreprise qui consista à rendre compte des vota et consilia de la plupart des pays du monde82.

  • 83 Pour une introduction à la géographie historique, voir S. Courville, Introduction à la géographie h (...)

35Généralement, les historiens sont plus attentifs aux questions de périodisation alors que les géographes sont davantage soucieux de la dimension spatiale des problèmes. On conviendra toutefois qu’on ne peut pas faire l’impasse sur l’une ou l’autre dimension. La nouvelle discipline qui tend de plus en plus à s’imposer, la géographie historique, et la prolifération actuelle des Atlas historique83 nous indique, s’il le fallait encore, à quel point ces deux dimensions doivent être combinées et se croiser. Cela n’est d’ailleurs pas une nouveauté, les classiques, en histoire, nous l’indiquaient déjà. L’ouvrage de Braudel qui allait faire école, La Méditerranée à l’époque de Philippe II, comporte non seulement, comme on l’a souvent souligné, le choix de la longue période, mais également une décision au plan de la spatialité.

  • 84 Voir A. Melloni, « Governi e diplomazie davanti all’annuncio del Vaticano II », dans À la veille du (...)
  • 85 On se reportera à l’étude de Siebenrock déjà citée et à celle de J. Brouwers.
  • 86 Voir L.-J. Suenens, « Aux origines du Concile Vatican II », NRT, 107 (1985), p. 3-21 et Souvenirs e (...)
  • 87 Voir A. Duval, « Le message au monde », dans Vatican II commence..., p. 105-118.

36En ce qui a trait à l’histoire de Vatican II, la dimension spatiale a été relativement peu prise en compte. De manière générale, on a opéré à partir d’un postulat ou d’un a priori non discuté : le concile Vatican II est un événement qui se déroule à Rome entre octobre 1962 et décembre 1965. De fait, cela tombe sous le sens et semble s’imposer. On a tout de même dû élargir un peu le champ, non seulement au plan chronologique, pour inclure la période antépréparatoire et préparatoire, mais également au plan spatial, pour inclure, par exemple, les réactions dans les chancelleries, à l’annonce par Jean XXIII de son désir de convoquer un concile84 ; les réunions de la conférence épiscopale de Fulda -et éventuellement d’autres conférences, qui discutaient des schémas conciliaires85 ; ou les rencontres de cardinaux qui, au cours de l’été 1962, s’activaient en vue de mieux établir le projet et le programme conciliaire86 ; les démarches de Chenu en vue d’ouvrir l’assemblée par la discussion d’un message au monde87 ; les réactions de la presse à l’annonce de Vatican II, etc. Tout cela fait éclater le cadre spatial trop étroit qui tend à confiner Vatican II à ce qui se passe dans l’enceinte romaine. Manifestement, l’étude de Vatican II commande d’embrasser un espace plus large. Mais la question demeure, quel est l’espace proportionné à cet événement ? Il n’y a pas, de notre point de vue, de réponse facile à cette question. Par ailleurs, il devient évident que le choix de travailler à l’échelle d’un pays permet de voir et de comprendre des choses qui sont difficiles -sinon impossibles- à saisir lorsqu’on travaille sur une autre échelle ou lorsqu’on se borne à examiner Vatican II seulement à partir de Rome et de ce qui s’y passe.

  • 88 G. Alberigo, « Méthodologie de l’histoire de l’Église en Europe », p. 403.

37Les recherches entreprises sur Vatican II à l’Université Laval ont fait le choix d’une échelle : le Québec et ses 22 diocèses, avec quelques élargissements sur l’ensemble canadien. Ici, il n’est plus simplement question de colliger les apports canadiens/québécois, à Vatican II, d’examiner les vota des évêques canadiens, de recenser leurs interventions in aula ou d’identifier leurs contributions, ou celles de leurs periti aux travaux des différentes commissions préparatoires ou conciliaires. En somme, il s’agit de dépasser, sans y renoncer cependant, la simple étude de la contribution canadienne à Vatican II. Il ne s’agit pas de refaire, vingt ans plus tard, un travail semblable à celui qui a conduit à la publication de American Participation in the Second Vatican Council qui n’est en somme que la publication de l’ensemble des interventions des évêques états uniens à Vatican II. Ici, il est plutôt question de replacer Vatican II dans le cadre de la vie socio-religieuse d’une nation et à l’intérieur d’une trajectoire, celle de l’évolution de l’Église dans un contexte socio-politique particulier et d’un cadre géographique donné. Il s’agit en somme, pour autant que cela soit réalisable, d’observer tous les acteurs et toutes les composantes imbriquées dans une structure sociale (ecclésiale) en changement et de rendre compte de leurs interactions. Dans cette perspective, Vatican II n’est pas d’abord envisagé comme un événement supranational qui existerait en surplomb par rapport aux Églises locales, mais est considéré plutôt comme un événement qui entretient avec les Églises locales des rapports dialectiques complexes et féconds. Ce faisant, nous mettons en avant plan « la dialectique entre histoire générale et histoires locales » qui représente, selon G. Alberigo, l’une des « tensions dynamiques qui caractérisent aujourd’hui l’histoire de l’Église en Europe88 ».

  • 89 Voir G. Routhier, « Orientamenti per lo studio del Vaticano II come fatto di ricezione », dans L'Ev (...)

38Rien de mieux que d’illustrer cette dialectique par un exemple. J’ai tenté récemment de montrer, dans un article à paraître, comment on ne pouvait pas comprendre les interventions conciliaires à caractère oecuménique de Léger en dehors de l’horizon que représentent les changements sociaux et ecclésiaux alors en cours au diocèse de Montréal. De notre point de vue, il y avait un intérêt somme toute assez limité à poursuivre une étude qui mettrait en valeur la contribution oecuménique de Léger à Vatican II sans la situer dans ce cadre. Par ailleurs, remise en leur contexte, ces positions prenaient une toute autre perspective. Les choses s’éclairaient d’une lumière nouvelle et la compréhension de la dynamique conciliaire s’élargissait soudainement. Par mode d’allers et de retours, on pouvait voir que la vie ecclésiale à Montréal recevait de nouvelles impulsions du pontificat de Jean XXIII et de ses orientations oecuméniques, des échanges occasionnés par la rencontre, sans précédent, à Rome de théologiens et d’évêques, par les débats conciliaires eux-mêmes et par les décisions conciliaires. En revanche, les contributions conciliaires de Léger, depuis ses vota et consilia jusqu’à ses prises de position in aula et en commissions, étaient stimulées par les attentes de ses diocésains et les expériences de terrain déjà en cours à Montréal. On peut ainsi, à partir d’un dossier particulier, illustrer ce que j’affirmais ailleurs en parlant du concile comme fait de réception : Vatican II reçoit du monde et de la vie des Églises en même temps que les Églises locales reçoivent les ferments de renouveau de Vatican II89.

39La démonstration de cette dialectique affermissait la conviction, à la base de la définition de notre projet de recherche, à savoir que toute approche qui revient à isoler un évêque de son Église n’est ni exacte théologiquement, ni fructueuse au plan de la science historique. Du point de vue de la méthode historique, pour commencer par cet élément, comment arriver à isoler un évêque de son milieu social et ecclésial, terreau dans lequel il s’inscrit et où s’enracine son action ? En dehors de cette saisie en contexte, une étude des positions oecuménique de Léger, par exemple, s’avérait anhistorique. Au concile, Léger n’existe que situé dans un itinéraire historique singulier, celui des années 1950-1960 : archevêque de Montréal, cardinal de l’Église de Rome, membre de la Commission centrale préparatoire et de la Commission des amendements au cours de la même période, Père conciliaire et membre de la Commission conciliaire De fide et morum. Léger n’existe que dans cette histoire concrète, bien qu’il ne soit pas simplement réductible au contexte et aux aléas des circonstances. Il nous apparaissait donc plus juste d’étudier le parcours de Léger en le rapportant à l’itinéraire de l’Église de Montréal et de l’Église catholique en concile. Tout cela se tient. Léger est marqué par ce qui se passe à Montréal et son insertion dans la démarche conciliaire vient aussi entamer ses convictions et marquer ses engagements. Il est, si l’on peut dire, comme un sismographe qui enregistre les turbulences provoquées au Québec par la Révolution tranquille et les déplacements qui affectent le corps ecclésial travaillé par le concile. Il y a donc un rapport de réciprocité entre la vie conciliaire de l’Église catholique et la vie ecclésiale d’une Église locale inscrite sur un terrain particulier.

  • 90 Sur la question, on verra notamment Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et théologie, Paris, Bea (...)

40Cela correspond assez bien, par ailleurs, à une thématique théologique qui veut que l’évêque s’inscrit dans une Église et n’existe pas en dehors d’elle. Ainsi, au concile, un évêque ne s’exprime pas simplement à titre individuel, mais il témoigne de la foi de son Église et de son expérience ecclésiale. Il y a en quelque sorte une inclusion mutuelle entre un évêque et son Église locale, de telle manière que l’on peut dire avec Cyprien, « l’évêque est dans l’Église et l’Église dans l’évêque ». À travers un évêque, c’est en quelque sorte une Église qui fait entendre sa voix en concile. Il n’est naturellement pas question d’imposer à l’histoire de Vatican II des schèmes et des précompréhensions théologiques, mais parvient-on jamais à éviter complètement la rencontre de ces différents plans, tant les interactions entre histoire et théologie sont complexes90 ? En effet, il n’est pas sûr que la tendance à réduire l’histoire de Vatican II à l’exploration de sa dynamique interne, correspondant au déroulement des travaux conciliaires eux-mêmes, n’exprime pas également des a priori théologiques qui tendent à donner, dans l’Église, priorité à ce qui se passe à Rome par rapport à ce qui advient dans les Églises locales, et une plus grande importance aux paroles des évêques et des théologiens, par rapport à ce qui s’exprime dans d’autres sphères du champ ecclésial.

  • 91 R. Burigana, La Bibbia nel Concilio., p. 133-134.

41Je pourrais raisonner à partir d’un autre exemple : dans son ouvrage, La Bibbia nel concilio, R. Burigana souligne que les cardinaux - Léger est du nombre - qui se prononcèrent contre le De fontibus à l’ouverture des discussions sur ce schéma, le 14 novembre 1962, invoquèrent l’autorité de Jean XXIII qui avait réclamé, dans son allocution d’ouverture, que la doctrine soit exprimée de manière plus oecuménique et plus pastorale91. Formellement, cela est bien exact. En effet, Léger fait référence à Gaudet mater Ecclesia. Toutefois, la focalisation de l’attention sur la seule dynamique interne du concile (discours du pape, échanges entre les évêques, circulations de contre-schémas) rend aveugle sur d’autres dimensions. Dans le cas présent, avant de partir de Montréal en octobre 1962, Léger disposait déjà de l’intervention qu’il allait faire à Rome, presque deux mois plus tard, sur le De fontibus. La comparaison du texte rédigé à Montréal en septembre et de celui de son intervention de novembre nous permet de relever seulement quelques modifications mineures qui ne changent rien d’essentiel sur le fond, notamment cet ajout d’une référence au discours d’ouverture de Jean XXIII. Il faut bien réaliser toutefois que cette référence n’est que rhétorique. Ce n’est donc pas le discours de Jean XXIII qui détermine la position de Léger. Elle est arrêtée bien avant que le pape ne prononce son discours et, si le discours du pape a pu conforter la position de Léger, elle ne la détermine nullement. Dès le mois d’août 1962, on se plaint un peu partout que les sept premiers schémas envoyés aux évêques en juillet sont imbuvables, en raison notamment de leur manque de tonalité pastorale et de leur peu d’à-propos oecuménique. C’est bien le cas dans les réactions qui se dégagent en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche, en France, en Belgique, etc. On ne peut pas soutenir que l’allocution Gaudet mater Ecclesia constitue un point de départ. Bien au contraire. Depuis mai 1962, l’opposition aux schémas élaborés au cours de la phase préparatoire se construisait et, au début d’octobre 1962, cette vague commençait à prendre l’allure d’un raz-de-marée. On est donc à nouveau en présence de dialectiques croisées : évêques-pape / pape-évêques ; théologiens-Pères conciliaires ; réactions locales et mouvement d’ensemble.

42Si l’on considère le concile comme un événement romain, on en vient à une compréhension appauvrie des choses. Non seulement on ne prend pas suffisamment en compte la circularité de la relation pape-évêques qui est loin d’être simplement linéaire, mais on n’assume pas suffisamment la relation circulaire concile-Eglise-vie du monde. D’une part, il faut voir que le pape n’est rien sans les Pères et vice-versa. En ne prenant en compte que la linéarité de la relation pape-évêques, on accorde trop de poids aux interventions pontificales, à commencer par le discours d’ouverture de Jean XXIII. Ce n’est pas le discours du pape à lui seul qui libère les énergies nouvelles capables de donner une nouvelle orientation au concile. Il faut aussi envisager que ce sont les pressions exercées par un groupe de cardinaux qui libèrent le pape et lui permettent de tenir le discours d’ouverture qu’il prononcera. Jean XXIII était parfaitement au courant du renversement de tendance qui s’était produit au cours de l’été 1962, renversement qu’il avait sans doute espéré, attendu, suscité, encouragé et pour lequel il avait même manifesté de la sympathie. Ce n’est qu’en s’appuyant sur ce contre-courant qu’il a pu prononcer les paroles qu’il a prononcées à l’ouverture du concile. Sans cet horizon d’attente et sans cet appui des Pères, son discours n’aurait eu qu’un effet limité et n’aurait pas constitué un tournant. Ce discours représente un catalyseur et un accélérant : catalyseur d’un ensemble d’initiatives qui trouvent une légitimité nouvelle à l’intérieur du champ ecclésial puisqu’elles peuvent désormais se couvrir de l’autorité du pape ; accélérant qui propage un feu qui est déjà bien allumé. En adoptant une perspective circulaire et non plus linéaire, on peut reconstruire autrement la première session qui ne dépend plus simplement de l’initiative de Jean XXIII. Le pape peut s’appuyer sur la majorité en émergence et celle-ci trouve sa légitimité dans les décisions pontificales qui accréditent ses initiatives. Tant qu’il n’a pas eu l’appui d’un groupe suffisant et articulé de Pères, Jean XXIII ne pouvait pas aller au-delà de ce que lui permettait le maintien d’une coexistence heureuse avec la Curie. Ce n’est qu’une fois que les évêques de l’orbis eurent envahie l’urbs et que la curie eut perdu le monopole du champ restreint de la parole légitime dans l’Église que certains gestes devenaient possibles grâce à l’appui d’une majorité de Pères qui s’est pour la première fois exprimée dans un vote en novembre 1962. Isolé, Jean XXIII n’avait qu’une marge de manoeuvre relative.

43Toute la phase préparatoire a consisté, par touches successives, à permettre au pontife de briser l’étau qui l’enfermait et à élargir sa marge de manoeuvre. L’annonce de son intention de convoquer un concile, idée recevable à la Curie, même si elle a étonné, était le premier pas d’une longue marche. Une fois sa liberté acquise, il pouvait prendre des initiatives, comme il avait pu prendre le risque de son discours d’ouverture une fois assuré du fait que plusieurs ténors du collège cardinalice favorisaient une autre orientation pour le concile. Cela apparait clairement à la lumière de toutes les initiatives québécoises au cours de la phase préparatoire. Par touches successives, on construit une conscience conciliaire, les évêques reprenant les invitations de Jean XXIII à la prière et à mettre en oeuvre toutes les initiatives souhaitables pour mettre l’ensemble de l’Église en « état de concile ». En 1962, on parvient à un climax : triduum de prières, lettres pastorales, tenue de séminaires, interventions dans la presse locale, consultations des laïcs, des religieux et des prêtres, grands rassemblements, publications dans les revues diocésaines ou de dévotion, etc. Une attente est aiguisée.

44Il ne faut donc pas limiter à ce premier cercle (pape-évêque) la dynamique circulaire mais il faut aussi l’étendre au rapport Églises locales-concile. Dans sa Supplique à Jean XXIII, en septembre 1962, Léger commence en parlant des attentes du monde :

La convocation du Deuxième Concile du Vatican a fait naître à l’intérieur de l’Église de très grandes espérances et a suscité un vif intérêt chez nos frères séparés et jusqu’en des milieux non chrétiens. On attend beaucoup de ces solennelles assises qui pourront être l’occasion d’un nouvel et important essor de l’Église. Les espérances qu’on entretient viennent tout particulièrement de ce que Votre Saintété a insisté à maintes reprises sur la nécessité d’une rénovation, d’une mise à jour ou d’un renouveau qui rende l’Église « de plus en plus apte à résoudre les problèmes des hommes de notre époque » et qui « infuse les énergies éternelles, vivifiantes et divines de l’Évangile dans les veines du monde moderne » (Humanae Salutis). Une telle sollicitude pour les besoins de notre temps a éveillé l’attention de tous sur le prochain Concile et l’a fait considérer par plusieurs comme l’événement majeur du siècle.

  • 92 « En conséquence, je propose que le texte du schéma soit rédigé à nouveau [...] et que l'on ait tou (...)
  • 93 « ... dans sa forme actuelle, il est à craindre que cet enseignement ne déçoive profondément les at (...)

45Ce sont les « très grandes espérances » développées à l’intérieur de l’Église et le « vif intérêt chez nos frères séparés » qui font parler Léger et on ne peut pas comprendre autrement ses prises de position conciliaires, aussi bien en matière oecuménique que sur la question du mariage, pour nous limiter à ces deux questions. Cela est constant dans ses interventions. On n’en veut pour preuve que la finale de son intervention du 14 novembre 1962 sur le De fontibus92 et le début de son intervention sur le mariage, à la dernière session93. Dans ces cas, comme dans plusieurs autres, on est en face d’une dialectique différente que celles qui sont en jeux dans les cercles conciliaires romains. Il s’agit de la dialectique entre des attentes enracinées en des lieux et des expériences ecclésiales particulières et la vie conciliaire à Rome.

  • 94 Nous avons essayé de reconstruire l’« horizon d’attente », au Québec, au moment de la convocation d (...)

46On a là un autre cercle : l’annonce du concile et sa préparation ont suscité des attentes et de grandes espérances dans l’Église et un vif intérêt chez les non catholiques, voire même les non-chrétiens94. On a là le premier mouvement : de Rome vers les Églises locales. L’annonce de Jean XXIII rencontre une espérance et éveille des attentes. Cela ne s’arrête pas là cependant : par choc en retour, l’explicitation des espérances refoulées et contenues et le surgissement d’attentes souterraines contribuent à donner au projet conciliaire une forme, un programme et une orientation qu’il ne se donne que graduellement. C’est dans la rencontre de l’initiative de Jean XXIII et des attentes latentes dans l’Église et dans le monde que se définit l’orientation de Vatican II. Si l’initiative de Jean XXIII n’avait pas rencontré autre chose que les attentes de la Curie, on aurait eu un autre concile, celui préparé au cours de la phase préparatoire et dominé par la Curie. Mais les attentes du monde contemporain étaient trop fortes pour être endiguées. Elles s’imposeront. Pour revenir au cas de Léger, et il ne s’agit pas d’un cas unique, c’est sa plus grande réceptivité aux attentes du monde québécois, en pleine mutation, qui contribue à infléchir sa position. À la sortie d’une entrevue avec le cardinal, Gérard Pelletier notait :

  • 95 G. Pelletier, « Votre Église », cité par Denise Robillard, Paul-Émile Léger. Évolution de sa pensée (...)

[...] de toute évidence, le cardinal de 1961 n’était pas le même homme que l’archevêque de 1952. Et le Concile n’était pas encore inauguré... [...]. Et tous les changements dont il devait être le promoteur et l’auteur, tous les nouveaux horizons qu’il devait ouvrir à l’Église, pendant et après le Concile, il les avait conçus déjà ou du moins ébauchés dans son esprit et nous en parlait sans détours pendant cette soirée neigeuse de janvier 196195.

47En raison de sa grande sensibilité et de son flair politique aiguisé, Léger, comme un sismographe enregistre les failles, ressent toutes les vibrations occasionnées par secousses qui marquent l’Église et la société, celles de surface et celles des profondeurs. Bien avant l’ouverture du concile, il n’est pas le même homme et l’examen de son itinéraire nous amène à penser que cela ne dépend pas simplement du changement de pontificat ou ne tient pas simplement à sa participation aux travaux préparatoires du concile ou aux modifications dans son entourage. Cela a également à voir avec son écoute sensible, sans doute aussi un peu angoissée, des changements sociaux en cours au Québec et des mouvements de fonds qui ébranlaient l’Église. À ce moment, la machine s’emballe et les contacts avec les autres évêques, la consultation des laïcs et les rencontres avec les théologiens font le reste.

48Comme on l’a vu, sur la base de considérations aussi bien théologiques qu’historiques, nous avons été amené à renoncer à un projet trop étroit qui aurait consisté à faire une analyse des seules contributions de l’épiscopat canadien/québécois à Vatican II. Cela nous apparaissait même être le type d’histoire qu’il ne fallait pas faire. Il fallait donc obéir à une autre dialectique, celle qui situe Vatican II entre son enracinement et sa réception dans un terrain local, et suivre le chemin qu’elle nous indiquait. Dès le point de départ, notre ambition fut d’explorer le va-et-vient entre les activités conciliaires qui se déroulent à Rome et cet autre concile, qui est bien réel lui aussi, celui dans lequel sont engagés les prêtres de terrain et les laïcs, au Québec, au Canada. En effet, pour eux, il y a bien eu aussi un concile, qui n’est certes pas détaché des assises romaines, mais qui ne s’y réduit pas. C’est en somme avouer que le concile vit bien ailleurs et qu’il a bien une autre vie que celle qu’on lui prête à Rome.

49En 1965, Mgr Cabana (Sherbrooke) avait cité, en boutade, une réponse que donnait le cardinal Siri à des journalistes qui l’interrogeaient : « Le concile ? Quel concile ? Celui de Fesquet, de Laurentin, de Wenger ou le concile réel qui se déroule à Rome ? » Sans s’en rendre compte, Cabana n’aurait su mieux dire. Le concile, considéré comme événement, se réfère avant tout à une construction sociale. Cela ne nous dispense pas d’examiner les faits, d’en reconstruire le déroulement, de dégager les dynamiques internes particulières.

50Le concile des Christifideles laici, pour paraphraser un titre de R.-M. Goldie, ne se ramène pas à l’activité particulière des auditeurs laïcs appelés à prendre part, à Rome, suivant leur statut propre, aux travaux de l’assemblée conciliaire. L’interaction entre les assises conciliaires à Rome et le Québec étaient beaucoup plus nombreuses et plus profondes qu’on aurait pu le croire et cela ne tenait pas simplement au fait que le concile arrivait en même temps qu’un autre événement capital au Québec, la « Révolution tranquille », qui allait redessiner les principales institutions qui encadrent la vie sociale de cette nation. Il faut donc reconstituer les interactions entre les attentes et les espérances d’une Église, l’activité conciliaire des évêques et des théologiens à Rome, la formation de l’opinion publique par les médias qui fournissent une première interprétation de Vatican II, la compréhension locale que l’on s’en fait, la réception et l’assimilation qui s’en suit.

51Pour ce faire, restait donc à inscrire les travaux conciliaires romains dans la vie des Églises locales du Québec, dans la marche historique d’un peuple et dans son itinéraire socio-politique. Ayant travaillé déjà à l’étude de la réception de Vatican II au Québec, nous étions sensible à cette nécessité, mais il fallait maintenant aller plus loin encore si l’on voulait concevoir Vatican II lui-même comme un fait de réception et ne pas faire commencer la réception de Vatican II seulement au moment de la clôture du concile.

  • 96 Dans l’introduction au premier tome de L’Histoire de Vatican II, celui-ci affirme : « Il est éviden (...)
  • 97 J’ai présenté une première synthèse des résultats de notre enquête sur la phase antépréparatoire. O (...)
  • 98 On a déjà plusieurs études particulières sur le sujet, j’en prépare actuellement une synthèse.

52Mais de quelles sources disposions-nous pour réaliser une telle entreprise ? Lesquelles fallait-il privilégier, lesquelles laisser de côté ? Au point de départ, guidé par une indication de G. Alberigo96, nous avons tenté d’embrasser le plus largement possible et d’explorer toutes les sources disponibles, limitant toutefois la période (la phase antepréparatoire97 et préparatoire98) et en réduisant le nombre de diocèses couverts à huit quitte à élargir ensuite. Ainsi, on a récolté tout ce qui était possible de trouver au plan documentaire : presse (quotidiens et hebdomadaires), revues diocésaines, mandements et lettres pastorales des évêques, revues de spiritualité, revues de mouvements d’action catholique, revues d’actualité et périodiques, revues universitaires, papiers privés d’évêques, d’experts conciliaires, archives de l’Action catholique, de la Conférence épiscopale, etc. Plusieurs de ces sources, faut-il le reconnaître, sont encore aujourd’hui négligées.

  • 99 Nous avons déjà abordé la question du tournant de Vatican II dans « Un tournant de Vatican II », Ét (...)

53Cela allait donner une masse documentaire impressionnante où se mêlaient des documents de différentes natures. Il fallait arriver à faire une typologie des sources et à considérer le potentiel propre de chaque catégorie. Notre première surprise, c’est de constater le potentiel des documents généralement les moins pris en compte dans l’histoire de Vatican II : revues diocésaines, lettres pastorales, par exemple. Ce sont ces documents qui nous ont fourni les premiers indices de la vie du concile en dehors des murs de Rome et qui nous ont permis de partir à la recherche des traces des consultations pré-conciliaires des laïcs. Ce sont aussi ces documents qui nous permettent de voir se construire et se développer une véritable « culture conciliaire » au cours de la phase préparatoire, culture conciliaire qui comporte au moins trois niveaux, sinon davantage : celle développée par la grande presse libérale représentée par les quotidiens La Presse et Le Soleil pour qui le concile permettait de cautionner les changements socio-politiques qui agitaient déjà le Québec ; celle développée par les milieux d’Action catholique ou, plus largement, des laïcs situés dans leur orbite ou touchés par les renouveaux théologique, liturgique et catéchétique ou les Grandes Missions fortement inspirées par les développements récents de la sociologie religieuse ; celle des catholiques plus frileux qui se retrouvaient dans les positions prudentes et réservées du quotidien de Québec, L’Action catholique, ou chez les théologiens de l’Université Laval pour qui le concile était, à toutes fins utiles, superflu. Cela nous a amené à réviser de manière importante notre hypothèse de départ suivant laquelle le renversement dans l’orientation théologique et pastorale de l’épiscopat québécois avait eu lieu au cours de la première session, au contact des autres évêques et à l’occasion des grands débats qui la marquèrent99. Nous avions formulé cette hypothèse en nous en remettant à la périodisation connue du déroulement de Vatican II qui insiste sur la rupture et le renversement important intervenu au cours de la première session au moment du rejet des schémas préparés antérieurement. Certes, il s’agit là d’un renversement capital. À bon droit, Rouquette a qualifié ce moment de « fin de la Contre-réforme ».

  • 100 Claude Ryan, « Signe de renouveau dans l’Église du Québec », Le Devoir (23.06.62), p. 26-27.
  • 101 En plus des procès-verbaux, nous avons l’opportunité d’avoir accès aux notes personnelles, prises e (...)
  • 102 Il est question de la réforme des Commissions du Comité catholique et de la composition du comité e (...)
  • 103 D'après le journal Bernier, il y a eu un entretien à ce sujet, à l'archevêché de Québec, le 13 août (...)

54À partir d’un autre terrain cependant, les choses sont apparues sans contredit bien différentes et l’on peut souscrire sans réserve au jugement de Claude Ryan qui, dans un long article paru dans Le Devoir en juin 1962, faisait état des remises en question de l’Église québécoise par l’opinion publique et laïque. Il y abordait de nombreuses questions, dont celle du dialogue entre clercs et laïcs, celles du renouveau liturgique et du ressourcement de la catéchèse et de la pastorale, celles encore de la redécouverte du mariage chrétien, de l’oecuménisme, de la recherche de nouvelles relations entre l’Église et la société et, finalement, celle des nouveaux champs offerts à l’action missionnaire de l’Eglise100. Ces différents niveaux de remise en question étaient aussi présents à l’intérieur de l’épiscopat. On n’a qu’à suivre l’évolution de leurs débats lors des réunions trimestrielles de l’Assemblée des archevêques et évêques de la Province civile de Québec entre 1959 et 1962101. Plusieurs facteurs, d’ordre ecclésial et sociopolitique, reliés à la conjoncture québécoise, ont déterminé l’évolution de l’Église du Québec au cours de cette période. Le parcours du journal de Mgr Bernier, alors président de la Conférence catholique canadienne, et la consultation des procès-verbaux des rencontres de l’Assemblée des évêques du Québec de 1959-1961 nous fournissent une idée des préoccupations des évêques, à la veille de Vatican II. La question de l’éducation arrive en tête de liste. La création de la Commission Parent, en mars 1961, et la mise sur pied, le mois suivant, du Mouvement laïque de langue française, annonçaient les révisions importantes à venir dans ce domaine. L’épiscopat était mis devant le fait accompli : le système scolaire, lieu cardinal de socialisation religieuse et de formation chrétienne, allait connaître une refonte en profondeur. Déjà, lors de l’assemblée plénière de décembre 1957, l’épiscopat du Québec en avait discuté, discussions reprises en 1960102. Dans d’autres secteurs, la déconfessionnalisation était déjà fort bien amorcée. À l’automne 1960, la C.T.C.C. devient la Confédération des syndicats nationaux (C.S.N.), malgré les réserves de certains évêques. L’élargissement, en 1957, de la juridiction du ministère du Bien-être social et de la Jeunesse à l’ensemble de l’assistance publique, constituait une première laïcisation des institutions publiques et un signe évident de la volonté d’affirmation de l’État. L’arrivée au pouvoir du gouvernement Lesage et l’adoption au cours de cette législature d’une série de lois sociales allaient accélérer le mouvement. En somme, c’est tout le rapport du catholicisme à la société québécoise qui était en révision. La publication dans les colonnes du Devoir des lettres du Frère Untel, entre le 3 novembre 1959 et le 14 juin 1960, libère la parole et marque le début, dans les congrégations religieuses et dans l’Église du Québec, des remises en questions, même si l’épiscopat est plus d’une fois tenté de recourir à la censure103. Ici encore, les positions évoluent.

  • 104 Sur toute cette question, on verra notre article à paraître, « Léger et l’oecuménisme »...

55À l’interne, les grands mouvements qui travaillent le catholicisme (renouveau liturgique, catéchétique, théologique et pastoral) ont également un impact au Québec. Le mouvement liturgique, amorcé au tournant du siècle, s’affirme, bien que tardivement et encore timidement, au Québec. En 1957, l’épiscopat crée la Commission sacerdotale de pastorale liturgique qui sera relayée, en 1961, par la Commission nationale de liturgie. À partir de 1958, l’organisation de sessions annuelles de liturgie contribuera puissamment à paver la voie au renouveau liturgique. La fondation, en 1955, de la revue Liturgie et vie chrétienne par les Chanoines réguliers de l’Immaculée Conception, assurera l’éducation à la vie liturgique. Parallèlement, en 1960, l’épiscopat québécois fonde l’Office catéchistique provincial qui canalisera tous les efforts de renouveau catéchétique, renouveau déjà bien enraciné dans certaines communautés religieuses. L’épanouissement de l’oecuménisme à Montréal, surtout depuis 1959, indique bien que quelque chose s’est profondément modifié. En 1962, sans attendre l’ouverture du concile, Léger met sur pied une commission diocésaine d’oecuménisme, la première à voir le jour en Amérique du Nord104.

56Au plan diocésain, les grandes missions commencent à se répandre et préfigurent du renouveau pastoral à venir. Le diocèse de Saint-Jérôme ouvre le mouvement, en 1958, suivi par Montréal et Saint-Jean en 1960. À cette occasion, une nouvelle élite, les sociologues (F. Dumont, M. Matte, J. Grand’Maison), souvent formés à l’école Boulard, va entreprendre un nouveau type de réflexion sur l’Église, sa situation, son activité pastorale et sa présence au monde. Les diocèses de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et de Québec vont suivre au cours de la période conciliaire.

  • 105 Voir notre article « Le devenir de la théologie catholique au Canada francophone depuis Vatican II  (...)
  • 106 Voir M. Sauvé, L'Institut supérieur de sciences religieuses de la Faculté de théologie, Montréal, B (...)
  • 107 Voir P. Lafontaine, « La consultation préconciliaire de l’archidiocèse de Montréal auprès du clergé (...)

57Quant à la formation théologique, elle connaît elle aussi quelques mutations grosses des renouveaux à venir105. Non seulement de nouvelles disciplines font leur apparition, mais l’enseignement de la théologie en milieu universitaire, jusque-là réservé aux clercs, s’ouvre aux religieuses et aux laïcs. La fondation de l’Institut supérieur des sciences religieuses (1955) à la Faculté de théologie de l’Université de Montréal106 et, à l’Université Laval, la création de l’Institut de pastorale et du Centre de recherche en sociologie religieuse (1958) suivie, quelques années plus tard (1961), de la mise sur pied d’un Institut de catéchèse, témoignent de ce renouveau préconciliaire. À Montréal, l’ouverture de l’Institut dominicain de pastorale va dans le même sens. L’Action catholique entrait elle aussi dans une période de turbulences, même si elle demeurait encore très effervescente. Dès 1960, l’épiscopat nomme un comité dont le but est d’étudier la nature, les orientations et les formes de l’Action catholique. Dans cette foulée, la JEC est réorganisée en 1961. Toutefois, avant d’entrer dans une phase de crise qui allait entraîner son déclin, l’Action catholique servira de fer de lance aux consultations préconciliaires organisées dans plusieurs diocèses107. Ces consultations, qui n’ont pas d’équivalent ailleurs, indiquent à quel point les Églises du Québec sont prêtes au changement et l’appellent de leurs voeux. Cela est vrai dans toutes les régions, se vérifie dans toutes les classes sociales et chez tous les groupes de fidèles (laïcs, religieux et religieuses, prêtres).

58On le voit, avant même l’ouverture du concile, une réflexion de fond s’est déjà engagée au Québec sur la vie liturgique, l’organisation pastorale des paroisses, la place et le rôle des laïques, des religieux et religieuses, sur les rapports avec les « frères séparés », etc. Tout cela se passe avant l’ouverture de Vatican II. Au cours des phases antepréparatoire et préparatoire de Vatican II, l’épiscopat québécois était déjà lui aussi mis devant l’obligation de repenser à neuf la présence de l’Église dans la société et de prendre des décisions quant à l’avenir du catholicisme au Québec. Vatican II le confirmera dans cette orientation et balisera sa marche.

59L’étude de Vatican II et de sa première session à partir d’un terrain particulier et des interactions entre les événements romains et les situations locales nous conduit à une appréciation un peu différente de ce que propose l’histoire de Vatican II qui tend à ne prendre en compte que l’événement romain. Certes, les Gravamina de Rahner et les Animadversiones de Schillebeeckx conservent leur importance, au moins symbolique, ce qui n’est pas rien. Certes, Gaudet mater Ecclesia joue un rôle important. Toutefois, en dehors des dispositions préalables des évêques et de leur disponibilité à entendre ce type de discours, ces facteurs ne seraient pas parvenus à opérer avec une telle efficacité. En dehors d’un horizon d’attente, ces discours n’auraient pas été reçus. Ils canalisent des attentes, nomment des espérances, offrent des références communes, institutionnalisent des intuitions, donnent une autorité aux balbutiements, mais ne créent pas le renversement dont on est témoin à la première session. Les évêques, ceux du Québec au moins, ne s’embarquent pas pour Rome les mains vides et n’entrent pas en concile sans quelques idées claires. Ils partent pour Rome au moment où, dans « la belle province », la campagne électorale est menée tambour battant par le parti libéral qui a pris pour thème de campagne « C’est le temps que ça change ! » Ils partent aussi pour Rome après avoir entendu leurs diocésains leur rappeler leurs attentes de renouveau, leur espérance de changements et cela, sur plusieurs fronts : participation plus grande des fidèles, évolution de la morale conjugale, renouveau liturgique, oecuménisme, etc. Au moment d’entreprendre la consultation de ses diocésains, le 24 avril 1962, Mgr Sanschagrin écrit :

  • 108 A. Sanschagrin, « Circulaire pastorale au clergé séculier et régulier du diocèse », n° 122.

« Je partirai à la mi-septembre pour me rendre au concile. Je voudrais apporter avec moi le sentiment commun du clergé, des religieux et des fidèles, sur ce qui fera vraisemblablement l’objet des discussions du concile108. »

60Quelques jours avant l’ouverture du concile, il leur écrit à nouveau :

  • 109 A. Sanschagrin, « Circulaire pastorale aux prêtres, religieux et religieuses du diocèse », n° 136, (...)

« Je voudrais vous remercier pour les réponses apportées à la consultation, prêtres, religieux et fidèles. J’en apporte les conclusions avec moi au concile : elles me disent votre pensée sur chacun des sujets proposés109. »

61Les évêques du Québec n’étaient sans doute pas les seuls à avoir conscience d’être la voix de leur Église en concile. Déjà, en 1959, l’évêque de Paderborn s’exprimait en ce sens lorsqu’il déclarait :

  • 110 L. Jäger, « Ce qu’est un concile oecuménique », La Documentation Catho­lique, LVI, 1308, (juillet 1 (...)

« Comment les laïcs seront représentés au Concile ? [...] Jean XXIII a précisé que “les laïcs ne sont pas appelés directement à participer au synode. Ils sont représentés par leurs évêques. Le corps enseignant de l’Église est étroitement uni à toute la communauté des fidèles. [...] Les évêques témoignent devant le concile de la foi de leur Église [...] C’est leur charge d’évêques et non une délégation qui leur serait donnée par leur fidèles, qui les habilite à être au concile testes fidei, témoins de la foi de leur diocèse110. »

62De son côté, Mgr Veuillot l’exprimait clairement dans un article publié dans la Semaine religieuse de Paris :

  • 111 Mgr Pierre Veuillot, « Les laïcs et le Concile, Article de S. Exc. Mgr Veuillot », La Documentation (...)

« Il est bon qu’il [l’évêque] aille au Concile porteur des espérances de ses chrétiens, garant de leur fidélité à la foi, témoin de leurs efforts apostoliques et de leurs difficultés. Ceci suppose que l’évêque ne craigne pas d’écou­ter ses fidèles et de recevoir leur témoignage. » « Et, pour cela [être témoin de la foi de son peuple], il faut qu’une double relation, permanente et réciproque, soit établie entre l’évêque et ses fidèles. Lui, l’évêque, doit être à l’écoute de son peuple, on pourrait même dire à l’écoute de l’Esprit-Saint qui travaille ce peuple111. »

63Bien que Veuillot ait mené quelques enquêtes auprès des laïcs dans les paroisses de Paris (notamment à Saint-Lambert de Vaugirard), cette initiative cohérente avec ses prises de position n’égalera jamais ce que l’on retrouve à Québec.

  • 112 Voir E. Fouilloux, « La phase antépréparatoire (1959-1960) » dans Histoire de Vatican II, t. I, sp. (...)

64On le voit, tout ne se joue pas à Rome, dans les débats in aula, les travaux en commissions, les conversations extra aulam, la circulation des textes alternatifs, les échanges dans les groupes informels, etc. La consultation des archives nous indique un autre vecteur qui a largement favorisé le changement. Comme le soulignait E. Fouilloux, Vatican II a bénéficié du climat favorable des années 1960112. Il ne faut surtout pas sous-estimer le contact entre les évêques à Rome et les échanges entre eux. L’insertion d’un évêque dans le bain conciliaire donnait une autre dimension à sa propre réflexion. Toutefois, il faut croiser ces deux facteurs, ce qu’une histoire strictement romaine du concile ne réussit pas à faire. C’est pourquoi, à toutes les dialectiques énumérées plus haut, il faut ajouter celle qui décrit les relations Rome-Églises locales. Il s’agit ici d’un point capital de Vatican II, non seulement de son enseignement, mais aussi de son expérience. Autrement, si toute l’attention est braquée sur les évêques - plutôt que sur les Églises - on arrivera à une compréhension de la collégialité qui laisse dans l’ombre le rapport entre un évêque et son Église.

  • 113 Voir G. Routhier, « L’annonce et la préparation de Vatican II : Réception et horizon d’attente au Q (...)

65Si en 1959, au moment où Jean XXIII annonce son intention de convoquer un concile général, on observe un net décalage entre la réponse de la presse québécoise à cette annonce et celle des évêques du Québec113, on constate, en 1962, que l’épiscopat est de plus en plus en phase avec l’aggiornamento entrevu et annoncé. Il ne faut toutefois pas penser que tout se joue entre 1959 et 1962, même si ces années demeurent capitales et sont porteuses d’une nouveauté suffisamment puissante pour inscrire une rupture. Au Québec, la mort de Maurice Duplessis, au pouvoir depuis plus de vingt ans, marque bien la fin d’une époque, aussi bien que le changement de pontificat à Rome. L’arrivée au pouvoir de Paul Sauvé, dont le discours ponctué de ses fameux « Désormais », marque un intermède puisqu’il décédera cent jours plus tard. C’est sans doute la prise du pouvoir par Jean Lesage et de son « équipe du tonnerre », le 22 juin 1960, qui met en branle la « Révolution tranquille ».

66Il en va toutefois de la Révolution tranquille comme de Vatican II. Ces deux événements apparaissent comme de véritables marqueurs qui inscrivent une rupture dans le déroulement du temps. Toutefois, si Vatican II et la Révolution tranquille représentent bien une rupture dans notre histoire, ils s’inscrivent aussi dans la continuité, au moins par rapport aux années d’après-guerre, spécialement celles de la décennie 1950. C’est là qu’il faut chercher la racine des mouvements liturgique, biblique et oecuménique au Québec. C’est également au cours de ces années qu’est mis en question, d’abord avec les coopératives, le modèle « confessionnel » comme mode de présence de l’Église dans le social. C’est enfin au cours de cette période que s’enracine aussi le renouveau de la théologie.

67Tout ce travail nous a donc conduit, petit à petit, à poser la question de la périodisation des études sur Vatican II. Quelle est cette période qui permet la mieux de mettre en perspective l’événement conciliaire et de le rendre intelligible du point de vue de l’évolution du catholicisme québécois ? Suivant qu’on le considère comme point de départ ou comme point d’arrivée, on parvient à une lecture différente de Vatican II. Aujourd’hui, personne ne contestera sérieusement que Vatican II constitue un événement, au sens fort du terme, et qu’il n’est pas simplement le reflet superstructurel de phénomènes infrastructurels. Vu de Rome surtout, Vatican II semble représenter un tournant important, voire un renversement de tendances. Vu à partir de l’histoire locale, il appararaît mieux dans sa dimension de point d’arrivée, le concile recevant des ferments de renouveau, opérant un discernement dans l’héritage, retenant, rejetant, transformant et recadrant des éléments appartenant à une forme du catholicisme développé au XIXe siècle.

  • 114 Voir J. Hamelin, Histoire du catholicisme québécois. Le XXe siècle, T. 2, De 1940 à nos jours, Mont (...)

68Notre travail permet de construire une période (1950-1970) ou de définir un horizon sur lequel on peut situer Vatican II. Certes, cette période peut s’élargir encore. On peut la faire commencer aux années trente, moment où le Québec, suivant l’expression de Fernand Dumont, connaissait sa « première Révolution tranquille ». On peut aussi étendre cette période jusqu’au milieu des années 1980, voire même un peu plus loin. Au cours de cette période, il faut analyser avec finesse la dialectique Québec-Rome et Rome-Québec. Quelque chose change et cela ne peut pas être simplement ramené au titre retenu par l’historien Jean Hamelin « Voir Rome et ne pas mourir »114. S’il est vrai que Vatican II change de manière importante la relation entre Rome et les Églises locales, on ne peut pas faire l’histoire de Vatican II sans mettre au centre la dialectique, si importante aujourd’hui, construite autour des polarités que sont les Églises locales et l’Église toute entière. Celle-ci ne se développe pas simplement une fois le concile terminé. Si elle oriente nos regards vers la réception de Vatican II, i.e. le mouvement qui va du concile vers les Églises locales, elle nous oblige aussi à considérer avec plus d’attention le mouvement qui va des Églises locales, y compris les Églises non européennes, vers Rome.

69Considéré dans cette perspective, l’événement conciliaire prend une autre dimension. On réalise mieux qu’en même temps qu’il plonge ses racines dans la vie de ces Églises locales, le concile les décentre en les ouvrant à de nouvelles perspectives et en les orientant vers de nouveaux horizons.

Haut de page

Bibliographie

Appendices

Quelques publications marquantes au XVIIIe siècle

Quelques publications antérieures : Pomponazzi (1516), Bonaventure des Périers (1537, 1711, 1732, 1740, 1753), Vanini (1615, 1616), La Peyrère (1655), Cyrano de Bergerac (1657), Spinoza (trad fr. 1678), Bayle (1697, 1702…)

Lettre d’Hypocrate à Damagète. Traduction, Cologne, Jacques le Sage, 1700.

Discours sur la liberté de penser, écrits à l’occasion d’une nouvelle secte d’esprits forts ou de gens qui pensent librement, traduit de l’anglois d’Antoine Collins, et augmenté d’une Lettre d’un médecin arabe, London, 1714.

[Th.L. Lau], Meditationes philosophicæ de Deo, mundo, homine, [Frankfurt-am-Main], 1717.

Censure du symbole des apôtres, par Théophile Raynaud, jésuite, pour montrer qu’on peut tout condamner quand on veut …, s.l. 1717.

La Vie et l’esprit de M. Benoît de Spinosa, s.l., 1719 (Traité des trois imposteurs : 1721, 1768, 1775, 1776, 1777, 1780, 1793).

Dissertations mêlées sur divers sujets importants et curieux [éd. J.-F. Bernard], Amsterdam 1740.

Nouvelles libertés de penser, Amsterdam [Paris, Piget], 1743.

Examen de la religion dont on cherche l’éclaircissement de bonne foi, Trévoux, aux dépens des Pères de la Société de Jésus, 1745.

B. de Maillet, Telliamed…, Amsterdam, 1748.

Le Monde, son origine et son antiquité, s.l., 1751.

Le Celse moderne avec les objections, [Nancy], 1752.

L’Evangile de la raison, s.l., 1764.

Recueil nécessaire, Leipsik [Genève], 1765.

Lettre de Thrasibule à Leucippe, ouvrage posthume de M. F…, London s.d., [1765]

Examen critique des apologistes de la religion chrétienne, s.l., 1766.

La Religion détruite, London s.d., [1766].

Doutes sur la religion suivis de l’Analyse du Traité theologico-politique de Spinosa, par le comte de Boulainvilliers, London, 1767.

De l’imposture sacerdotale, ou recueil de pièces sur le clergé, traduites de l’anglois, Londres, 1767.

Recueil nécessaire, avec l’Evangile de la raison, London [Hollande], 1768.

Nouveaux mélanges philosophiques, historiques, critiques, etc. s.l. [Genève, Cramer], 1768.

Le Militaire philosophe, ou difficultés sur la religion proposées au R.P. Malebranche, prêtre de l’Oratoire, par un ancien officier, London [Amsterdam, M.-M. Rey], 1768.

Le Ciel ouvert à tous les hommes, s.l., 1768.

La Contagion sacrée, ou histoire naturelle de la superstition, Londres, 1768.

Lettres à Eugénie, ou préservatif contre les préjugés, Londres, 1768.

Examen critique du Nouveau Testament, s.l., 1769.

Traité de l’infini créé…, Amsterdam, M.-M. Rey, 1769.

Recueil philosophique ou mélange de pièces sur la religion et la morale [éd. J.-A. Naigeon], London, 1770.

L’Evangile du jour, London, 1770.

Israël vengé, ou exposition naturelle des prophéties hébraïques que les chrétiens appliquent à Jésus, leur prétendu Messie, par Isaac Orobio, London, 1770.

Histoire critique de Jésus-Christ, ou analyse raisonnée des Evangiles (Ecce homo), s.l.n.d. [Amsterdam, M.-M. Rey, [1770].

Pièces philosophiques, s.l. n.d., [1771]

Jordanus Brunus redivivus ou Traité des erreurs populaires, Première partie, s.l., 1771.

Dialogues sur l’âme, par les interlocuteurs en ce temps-là, s.l., 1771.

Bibliothèque du bons sens portatif, London [Amsterdam], 1773.

Œuvres complettes de M. Fréret, London, 1775.

La Fausseté des miracles des deux Testaments, prouvée par le parallèle avec de semblables prodiges dans diverses sectes. Ouvrage traduit du manuscrit latin intitulé : Theophrastus redivivus, London, 1775.

Doutes sur les religions révélées, adressés à Voltaire par Emilie Du Châtelet. Ouvrage posthume, Paris, 1792.

J.-A. Naigeon, Encyclopédie méthodique. Philosophie ancienne et moderne, Paris 1792-1794.

C.C. Du Marsais, Œuvres, Paris, s.d. [1797].

Petite bibliographie sur la littérature philosophique clandestine

G. Lanson, “Questions diverses sur l’histoire de l’esprit philosophique en France avant 1750 ”, RHLF, 19 (1912), p. 1-29, 293-317.

I. O. Wade, The Clandestine Organisation and Diffusion of philosophic ideas in France from 1700 to 1750, Princeton, Princeton U.P., 1938 (et New York, Octagon, 1967).

Ricerche su letteratura libertina e letteratura clandestina nel Seicento, Firenze, éd. T. Gregory et al., Milano, 1981.

Le Matérialisme du XVIIIe siècle et la littérature clandestine, éd. O. Bloch, Paris, Vrin, 1982.

De Bonne main, éd. Fr. Moureau, Oxford, The Voltaire Foundation, 1992.

Filosofia e religione nella letteratura clandestina. Secoli XVIIe XVIIIe, dir. G. Canziani, Milano, Franco Angeli, 1994.

M. Benítez, La Face cachée des Lumières. Recherches sur les manuscrits philosophiques clandestins de l’Age classique, Oxford, The Voltaire Foundation / Paris, Universitas, 1996.

Heterodoxy, Spinozism and Free-Thought in early eighteenth century Europe. Studies on the Traité des trois imposteurs, éd. S. Berti, Fr. Charles-Daubert et R. Popkin, Dordrecht, Boston, London, Kluwer, 1996.

S. Zoli, L’Europa libertina (secc. XVI-XVIII). Bibliografia generale, Firenze, Nardini, 1997.

La Philosophie clandestine à l’Age classique, éd. A. McKenna et A. Mothu, Paris, Universitas, 1997.

La Lettre clandestine, dir. O. Bloch et A. McKenna, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne,1992

Bibliographia clandestina, éd. A. Mothu : http://www.vc.unipmn.it/~mori/e-texts/bibclan.htm

Fr. Ravaisson, Archives de la Bastille, Paris 1866-1904, 19 vol. 

Fr. Funck-Brentano, Les lettres de cachet à Paris. Etude suivie d’une liste de prisonniers de la Bastille (1659-1789), Paris, 1903.

A. Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, La Haye, Nijhoff, 1972.

A. Mothu, “Une liste de livres saisis à Paris (1660-1718)”, La Lettre clandestine, 4 (1995).

H. Love, Scribal Publication in Seventeenth-century England, Oxford, Clarendon Press, 1993.

P. Vernière, Spinoza et la pensée française avant la Révolution, Paris, P.U.F., 1954, rééd. 1982.

W. Schröder, Spinoza in der deutschen Frühaufklärung, Würzburg, Königshausen-Neumann, 1987.

Spinoza au XVIIIe siècle, dir. O. Bloch, Paris, Méridien Klincksieck, 1990.

L’Hérésie spinoziste. La Discussion sur le Tractatus theologico-politicus, 1670-1677, et la réception immédiate du spinozisme (Actes du colloque de Cortona, avril 1991), Amsterdam, APA-Holland University Press, 1995.

Overt and Covert Spinozism around 1700, éd. W. Klever et W. Van Bunge, Leiden, Brill, 1996.

W. Schröder, Ursprünge des Atheismus. Untersuchungen zur Metaphysik- und Religionskritik des 17. Und 18. Jahrhunderts, Stuttgart-Bad canstatt, Frommann-Holzboog, 1998.

Les traductions d’ouvrages de Gassendi par B. Rochot (Paris, Vrin, 1959, 1962)

R. Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle, Paris, 1943.

J. S. Spink, French Free-thought from Gassendi to Voltaire, London, Athlone P., 1960 (trad. française Paris, Editions Sociales, 1966).

O. R. Bloch, La Philosophie de Gassendi, La Haye, Nijhoff, 1971.

Th. M. Lennon, The Battle of the Gods and Giants: the Legacies of Descartes and Gassendi, 1655-1715, Princeton U.P., 1993.

S. Taussig, Les Lettres latines de Gassendi. Traduction et annotation, thèse dactylographiée, sous la direction de J. Prévot, Université de Paris X-Nanterre, 1995-96, à paraître, Paris, Champion, 2000.

R. Popkin, The History of Scepticism from Erasmus to Spinoza, University of California Press 1979 (trad. fr. Paris, PUF, 1994).

G. Paganini, Scepsi moderna: interpretazioni dello scetticismo da Charron a Hume, Cosenza, Busento, 1991.

Scepticism and irreligion in the 17th and 18th centuries, éd. R. Popkin et A. Vanderjagt, Leiden, Brill, 1993.

J. Champion, The Pillars of Priestcraft shaken, Cambridge U.P., 1992.

Theophrastus Redivivus , éd. G. Canziani et G. Paganini, Florence, Franco Angeli, 1981-1982.

Editions : collections

Philosophische Clandestina der deutschen Aufklärung, dir. W. Schröder, Frommann-Holzboog (Lau, Wagner, Wachter, Bekker, De tribus impostoribus,…)

Libre pensée et littérature clandestine, dir. A. McKenna, Oxford, The Voltaire Foundation et Paris, Honoré Champion, 1999.

Haut de page

Notes

1 Nous en faisons état dans deux chroniques intitulées « Recherches et publications récentes autour de Vatican II », Laval théologique et philosophique, 53 (1997), p. 435-454 et 55 (1999), p. 115-149. Une troisième chronique est en préparation et sera publiée en l’an 2000, dans la même revue.

2 Hermann J. Pottmeyer, « Vers une nouvelle phase de réception de Vatican II. Vingt ans d’herméneutique du Concile », dans G. Alberigo et J.-P. Jossua, dir., La réception de Vatican II, Paris, Cerf (Cogitatio fidei 134), 1985, p. 61.

3 R. Burigana, La Bibbia nel Concilio, Bologne, Il Mulino, 1998, 518 p.

4 D’autres recherches sont en cours, au nombre desquelles il faut signaler la thèse de doctorat en prépartion de E. Louchez sur le De missionibus.

5 Des cinq volumes prévus de la Storia del concilio Vaticano II, en six langues différentes (français, anglais, italien, portugais, espagnol et allemand), les trois premiers volumes de la version italienne ont été publiés et le quatrième paraîtra sous peu. Le cinquième est en chantier. L’édition française, dirigée par É. Fouilloux, comporte déjà deux volumes. Le troisième est attendu en l’an 2000.

6 Sur l'historicisation du concile Vatican II, on peut voir G. Alberigo et A. Melloni, « Per la storicizzazione del Vaticano II », Cristianesimo nella Storia, 13 (1992) , p. 473-474.

7 C’est au moins là l’herméneutique proposée par G. Alberigo. On verra notamment G. Alberigo, « Critères herméneutiques pour une histoire de Vatican II », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens, dir., À la veille du Concile Vatican II. Vota et réactions en Europe et dans le catholicisme oriental, Leuven 1992, p. 2-23 ; Id., « Vatican II et son héritage », Études d’histoire religieuse, 63 (1997), p. 7-24.

8 Pour une discussion autour de Vatican II comme « événement », on verra, Maria Teresa Fattori et Alberto Melloni, L’evento e le decisioni. Studi sulle dinamiche del concilio Vaticano II, Bologna, IE Mulino (coll. Testi e ricerche di scienze religiose, 20), 1997, p. 51-62.

9 Sur la théologisation du concile, voir P. Hünermann, « Premiers essais de ‘théologisation’ du concile », à paraître dans les Actes du colloque de Strasbourg (1999).

10 Louvain-la-Neuve/Leuven (1989) sur les Sources locales de Vatican II ; Houston (1991) sur les vota et réactions à la veille de Vatican II, spécialement en Amérique ; Lyon (1992), Vatican II commence... approches francophones ; Würzburg (1993), Contributions allemandes à Vatican II ; Louvain-la-Neuve/Leuven (1994), Les Commissions conciliaires ; Moscou (1994), Vatican II à Moscou ; São Paulo (1995), Vatican II vu à partir du Tiers-Monde ; Montréal/Québec (1996), Vatican II et l’Église canadienne ; Bologne (1996), Vatican II, Evento et decisioni ; Strasbourg (1999), Vatican II au but ? ; Québec (1999), Vatican II : enracinement et réception.

11 On verra la collection Instrumenta theologica (Leuven, Bibliotheek van de Faculteit Godgeleerdheid) et Testi e richerche di scienze religiose (Bologna, Il Mulino).

12 Il s’agit de Cristianesimo nella storia et de la Revue d’histoire ecclésiastique.

13 Centre de recherche Vatican II, Institut Catholique de Paris ; Centre Lumen Gentium, Université Catholique de Louvain-la-Neuve ; Centrum voor Conciliestudie Vaticanum II, Katholieke Universiteit, Leuven ; Istituto per le scienze religiose, Bologna ; Centro di ricerca per il Concilio Vaticano II, Pontificia Università del Laterano, Roma ; The Catholic University of America, Washington D.C. ; Recherche sur Vatican II et le Québec des années, 1960, Université Laval (Québec) ; L’Istituto di ricerca religiosa, São Paulo.

14 Ce projet est dirigé par Francisco Gil Hellín et les synopses sont publiées à la Libreria editrice Vaticana. On dispose actuellement de celles de Dei Verbum (1993), Lumen gentium (1995) et Presbyterorum ordinis (1996). Chacun des volumes reprend, sous forme de présentation synoptique, les différents états des textes conciliaires aux différents moments de leur élaboration, les animadversiones scriptae des Pères, les interventions in aula, les diverses relationes sur les schémas et les modi. Tout ce matériel était déjà publié dans les Acta synodalia. Le grand avantage de ces ouvrages est de rassembler, à partir de thématiques, des matériaux épars dans les Acta.

15 Giovanni Battista Montini, arcivescovo di Milano e il Concilio Ecumenico Vaticano II preparazione e primo periodo, Brescia, Istituto Paolo VI, 1985, 445 p. ; Giovanni Battista Montini, arcivescovo di Milano, Interventi nella commissione centrale preparatoria del concilio ecumenico Vaticano II, 332 p. ; Giovanni Battista Montini, Discorsi e scritti sul concilio, 240 p. ; Paolo VI e il rapporto Chiesa-mondo al Concilio, Brescia, Istituto Paolo VI, 1991, 349 p. ; Paolo VI e i problemi ecclesiologici al concilio, 1989, 719 p. ; Paolo VI e la collegialità episcopale, Brescia, Istituto Paolo VI, 1992, 392p. ; Religious Liberty : Paul VI and Dignitatis humanae, 1993, 208 p. ; Paolo VI, Il sinodo dei vescovi. Interventi e documentazione, 328 p.

16 Ph. Levillain, La mécanique politique de Vatican II : la majorité et l'unanimité dans un concile, Paris, Beauchesne, 1975, 468 p.

17 Voir G. Alberigo, « La preparazione del regolamento del concilio Vaticano II », dans É. Fouilloux, dir., Vatican II commence... Approches Francophones, Leuven, Bibliotheek van de Faculteit der Godgeleerdheid, 1993, p. 54-72. Voir aussi, du même, « Dinamiche e procedure nel Vaticano II. Verso la revisione del regolamento del Concilio (1962-1963) », Cristianesimo nella storia, 13 (1992), p. 115-164 et « Concilio acefalo ? L’evoluzione degli organi direttivi del Vaticano II », dans G. Alberigo, dir., Il Vaticano II fra attese e celebrazione, Bologna, Il Mulino, p. , 193-238.

18 Pour les commissions préparatoires, voir la contribution de R. Burigana, M. Paiano, G. Turbanti et M. Velati, « La messa a punto dei testi : le commissioni nella preparatoria del Vaticano II », dans Vatican II commence..., p. 28-53. Cela fait le point sur le fonctionnement de la commission théologique, de celle sur la liturgie et l’apostolat des laïcs, de même que sur les activités du Secrétariat pour l’unité au cours de la phase préparatoire. On trouvera également de précieuses analyses sur la composition, le fonctionnement et le travail des commissions préparatoires dans les contributions d’A. Indelicato, M. Paiano, R. Burigana, G. Turbanti, M. Velati, G. Butturini, L. Carlos Marques et A. Melloni dans G. Alberigo et A. Melloni, dir.,Verso il concilio Vaticano II (1960-1962). Passaggi e problemi della preparazione conciliare, Genova, Marietti, 1993. Enfin, on se reportera à l’excellente monographie d’A. Indelicato sur la Commission centrale préparatoire, Diffendere la dottrina o annunciare l’evangelo. Il dibatto nella Commissione centrale preparatoria del Vaticano II, Genova, Marietti, 1992, 350 p.

19 Voir surtout, sous la direction de M. Lamberigts, Cl. Soetens et J. Grootaers, dir., Les commissions conciliaires à Vatican II, Leuven, Bibliotheek van de Faculteit Godgeleerdheid, 1996, 372 p.

20 On pourrait dire la même chose à propos de la Commission des amendements, au cours de la phase préparatoire.

21 Voir J. Perarnau, « Lovaniense I o Vaticanum II ? », Analecta Sacra Tarraconensia, 41 (1968), p. 173-179.

22 On verra les chapitres IV et V de l’ouvrage de R. Burigana, La Bibbia nel concilio, p. 255-434.

23 Pour Jean XXIII, voir notamment G. Alberigo, A. Melloni et al., Fede Tradizione Profezia. Studi su Giovanni XXIII e sul Vaticano II, Brescia, Paideia, 1984, 296 p. ; A. Melloni, « Giovanni XXIII e l’avvio del Vaticano II », dans Vatican II commence..., p. 75-104. Pour Paul VI, on verra, les travaux Istituto Paolo VI présentés plus haut. Voir aussi G. Fogarty, « Passaggi e svolte al Vaticano II »,Cristianesimo nella storia, XIII/3 (octobre 1992), p. 559-583 ; J. Grootaers, « Le crayon rouge de Paul VI », dans Les commissions conciliaires..., p. 316-350. Du même, voir également « Paul VI, promoteur de la déclaration sur la liberté religieuse », (p. 61-95) et « Des amendements de Paul VI qui traitent de la doctrine du mariage » (p. 224-251), dans J. Grootaers, Actes et acteurs à Vatican II, Leuven, Peeters, 1998. Enfin, L. A. Tagle, « Paolo VI e il concilio nel, 1964 », dans L’evento e le decisioni..., p. 355-370 ; M. Maccarrone, « Paolo VI e il Concilio : testimonianze », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 43, 1 (1989), p. 101-122 ; G. M. Vian, « Il ruolo di Montini nella preparazione e nell’avvio del Vaticano II », Studium Roma, 81, 5 (1985), p. 585-588 ; V. Fagiolo, « Il cardinal Montini, Paolo VI e il Vaticano II », Paul VI et la modernité dans l’Eglise, Rome, École française, 1984, p. 561-568 ; P. Levillain, « Les choix de Paul VI », dans Le deuxième concile du Vatican, 1959-1965), Rome, École française, 1989, p. 463-474.

24 Jan Grootaers, I protagonisti del Vaticano II, Milan, San Paolo, 1994, 284 p. Certains portraits ont été repris, en français, dans Actes et acteurs...

25 Voir la contribution à paraître prochainement de M. Lamberigts, « Mgr De Smedt and the Second Vatican Council : Some Observations », donnée au colloque de Bologne, décembre 1996.

26 On trouve ces deux contributions dans K. Wittstadt, dir., Der Beitrag der deutschsprachigen und osteuropäischen Länder zum Zweiten Vatikanischen Konzil, Leuven, Bibliotheek van de Faculteit Godgeleerdheid, 1996, p. 45-86.

27 K. Rahner, « Basic Theological Interpretation of the Second Vatican Council », dans Concern for the Church, New York, Crossroad, 1981, p. 78

28 À titre d’exemple, on retrouve des commentaires assez élaborés sur les premiers schémas dans les archives Léger, Roy, Baudoux, Desrochers et Martin, sans que cela épuise la liste. Par ailleurs, les journaux Coderre et Sanschagrin indiquent bien que leur position était assez déterminée, au moins en matière liturgique, bien avant l’ouverture de Vatican II.

29 Voir la présentation qu’en donne M. Lamberigts dans Histoire de Vatican II, t. II, p. 135-204.

30 Voir Cl. Prudhomme, « Les évêques d’Afrique noire anciennement française et le concile » (p. 163-188) et Cl. Soetens, « L’apport du Congo-Léopoldville (Zaïre), du Rwanda et du Burundi au concile Vatican II » (p. 189-208), dans Vatican II commence... Sur l’Afrique, voir aussi J. A. Da Silva, « African Contributions to the Debate Ad gentes », Neue Zeitschrift für Missionswissenschaft, 49, 2 (1993), p. 123-132 ; A. Bwidi Kitambala, Les évêques du Congo et le concile Vatican II, Louvain-la-Neuve, UCL, mémoire de licence, 1998.

31 Voir lettre de Ph. Delhaye à A. Prignon, 02.04.1964, Fonds Prignon, 1645.

32 G. Alberigo, « Méthodologie de l’histoire de l’Église en Europe », Revue d’histoire ecclésiastique, 81, 3-4 (1996), p. 407. Le caractère international de l’équipe de recherche est assuré, mais de manière encore insuffisante. La présentation de l’équipe éditoriale, dans le premier volume, indique que l’Europe regroupe 38 spécialistes, dont 16 Italiens, l’Amérique 11, l’Asie 2. L’Europe compte donc 75 % des membres de l’équipe éditoriale elle-même dominée par les nord-occidentaux.

33 Voir L. A. Tagle, « La partecipazione extraeuropea al Vaticano II e l’interpretazione storica e teologica del concilio », Cristianesimo nella storia, 13 (1992), p. 539-557.

34 Voir Ph. Denis, « Archbishop Hurley’s Contribution to the Second Vatican Council », Bulletin for Contextual Theology in Southern Africa and Africa, 4, 1 (1997), p. 5-17.

35 Voir G. Routhier, « Les réactions du cardinal Léger à la préparation de Vatican II », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXX, 205 (1994), p. 281-302 ; Id., « L’itinéraire d’un Père conciliaire. Le cardinal Léger », Cristianesimo nella storia, 19 (1998), p. 89-147 ; G. Routhier et R. Burigana, « La conversion oecuménique d’un évêque et d’une Église. Le parcours oecuménique du cardinal Léger et de l’Église de Montréal au moment de Vatican II », à paraître ; P. Noël, « Léger et le De Ecclesia », à paraître.

36 Voir D. Robillard, « Mgr Gérard-Marie Coderre : consultation et concertation », dans L’Église canadienne..., p. 265-276.

37 Sur le sujet, voir H. Burstin, « Le ‘protagonisme’ comme facteur d’amplification de l’événement : le cas de la Révolution française », dans L’événement, Aix, Université de Provence, 1986, p. 65-76.

38 Pour une première approche du sujet, voir K. Neufeld, « In Service of the Council: Bishops and Theologians at the Second Vatican Council », Vatican II (for Cardinal Henri de Lubac on his 90th Birthday), New York, Paulist Press, 1988, p. 74-105.

39 On en trouve un résumé dans G. Defois, « La sociologie de la connaissance religieuse et la théologie de la croyance », Le Supplément, 112 (1975), p. 101-125.

40 Voir « L’évolution d’un Père conciliaire. Le cardinal Léger », Cristianesimo nella storia, 19 (1998), p. 89-147.

41 M.-D. Chenu, Notes quotidiennes au concile, Paris, Cerf, 1995, 160 p. Pour l’analyse, voir G. Turbanti, « Il ruolo del p. D. Chenu nell'elaborazione della Costituzione ‘Gaudium et spes’« , in Marie-Dominique Chenu. Moyen-âge et modernité, Paris, Le Centre d'études du Saulchoir, 1997, p. 173-211.

42 N. Hausman, « Le Père Yves Congar au Concile Vatican II », Nouvelle revue théologique, 120, 2 (1998), p. 267-281 ; J. Famerée, « Aux origines de Vatican II, la démarche théologique d’Yves Congar », Ephemerides Theologicae Lovanienses, 71, 1 (1995), p. 121-138 ; A. Melloni, « Yves Congar à Vatican II. Hypothèses et pistes de recherche », dans A. Vauchez, dir., CardinalYves Congar(1904-1995),Paris, Cerf, 1999, pp. 117-165 (reprise de son article parue dans Rivista di storia della chiesa in Italia, 50, 2 (1996), p. 489-527). Il faut enfin ajouter le mémoire de DEA inédit de É. Mahieu, Le journal conciliaire d’Yves Congar, Institut catholique de Paris / Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), 1997.

43 En plus de la contribution de Neufeld, citée plus haut, voir G. Chantraine, « Cardinal Henri de Lubac (1896-1991) : Influence on Doctrine of Vatican II », Communio, 18 (1991), p. 297-303.

44 Voir leur contribution, spécialement celle de Siebenrock à l’ouvrage collectif Der Beitrag..., p. 109-139.

45 D. Gonnet, La liberté religieuse à Vatican II. La contribution de John Courtney Murray, Paris, Cerf (Cogitatio fidei 183), 1994, 416 p.

46 Voir Actes et acteurs, p. 420-484. Pour Philips, on verra aussi C. Antonelli, « Le rôle de Mgr Gérard Philips dans la rédaction du chapitre VIII de Lumen gentium », Marianum, 55, 144 (1993), p. 17-97.

47 Voir W. Weiß, « Die deutsche Bischofskonferenz und das II.Vatikanum », dans Der Beitrag..., p. 27-44 et K. Wittstadt, « Der deutsche Episkopat und das Zweite Vatikanische Konzil bis zum Tode Papst Johannes XXIII », Papstum und Kirchenreform, St Ottilien, EOS Verlag, 1990, p. 745-763.

48 Voir L. Perrin, « Approche du rôle des évêques de France », dansVatican II commence, p. 119-132.

49 Cl. Soetens, « La "squadra belga" au Concile Vatican II », dans L. Courtois et J. Pirotte, dir., Foi, gestes et institutions religieuses aux, 19e et 20e siècles, Louvain-la-Neuve, 1991, 159-172 ; Id., « La ‘squadra belga’ all’interno della maggioranza conciliare », L’evento e le decisioni.., p. 143-172.

50 Voir J.-M. Tillard, « L’épiscopat canadien francophone au concile », dans L’Église canadienne..., p. 291-302.

51 Voir P. Fortin, « The American Hierarchy at the Eve of Vatican II », dans Le deuxième concile du Vatican..., p. 155-164. On verra aussi l’analyse rhétorique des lettres pastorales des évêques étatsuniens, avant, pendant et après le concile, dans C. J. Jablonski, « ’Aggiornamento’ and the American Catholic Bishops : A Rhetoric of Institutional Continuity and Change », Quaterly Journal of Speech, 75, 4 (1989), p. 416-432.

52 Voir J. M. Laboa, « Los obispos españoles en el Concilio Vaticano II », Miscellanea Comillas, 51 (1993), p. 69-87 (1a sesiõn) ; 52 (1994), p. 57-80 (2a sesiõn).

53 R. Caporale, Les hommes du concile : étude sociologique sur Vatican II, Paris, Cerf, 1965, p. 66-68.

54 J. Grootaers en fait une première présentation dans « Le catholicisme du Québec... », dans L’Église canadienne..., sp. p. 448-449.

55 On a déjà souligné la thèse de L. C. Marques sur les lettres de Helder Câmara. Les Lettere dal Concilio que Montini faisait paraître dans L’Italia ont été rassemblées, de même certaines lettres de Lercaro, mais on attend les études significatives sur le sujet.

56 On consultera les premiers essais : M. Malpensa, « Bishop’s Letters on the Conclusion of the Council » et G. Routhier, « Imagining the Post-Council in the Canadian Churches », communications données au colloque de Strasbourg (1999, à paraître).

57 On consultera en ce sens Y. Renard, L’information sur le concile Vatican II donnée par les évêques de Belgique francophone de 1959 à 1965, mémoire de licence, Louvain-la-Neuve, UCL, 1989.

58 P. Noël, « Gli incontri delle conferenze episcopali durante il concilio. Il ‘gruppo della Domus Mariae’« , dans L’evento e le decisioni, p. 95-134 ; Id., communication au colloque de Strasboug (1999), à paraître. J. Grootaers reprend, dans Actes et acteurs... (p. 133-166), sa contribution déjà publiée dans Revue d’histoire ecclésiastique, « Une concertation épiscopale au concile : la Conférence des Vingt-deux (1962-1963) ».

59 Voir J. A. Brouwers, « Derniers préparatifs et première session. Activités conciliaires en coulisse », dans Vatican II commence..., p. 353-368.

60 Nous avons déjà signalé la première analyse de Cl. Prudhomme en ce qui a trait à la panafricaine. Pour le CELAM, signalons la contribution de M. Mc Grath, « La creazione della coscienza di un popolo latinoamericano. Il CELAM ed il concilio Vaticano II », dans L’evento e le decisioni..., p. 135-142.

61 Voir « Une marginalité engagée : le groupe ‘Jésus, l’Église et les Pauvres’« , dans Les commissions conciliaires..., p. 63-90.

62 Voir « Il ‘Coetus Internationalis Patrum’ e la minoranza conciliare », dans L’evento e le decisioni..., p. 173-188 ; plus récemment, version française, dans Catholica, printemps 1999, p. 71-84.

63 Pour la maison des Oblats, à Rome, nous disposons des notes Deschâtelets, des Journaux conciliaires de Sanschagrin, Bonhomme et M. Bélanger. À partir de ces quatre sources, nous pouvons voir se construire sous nos yeux une dynamique qui met en oeuvre quatre continents.

64 M. Velati a consacré quelques études à l’activité du Secrétariat pour l’unité des chrétiens. Il a aussi analysé la contribution des observateurs. Voir « Gli osservatori del Consiglio ecumenico delle chiese al Vaticano II », dans L’evento e le decisioni..., p. 189-258. Voir également, É. Fouilloux, « Des observateurs non catholiques », dans Vatican II commence..., p. 235-260 ; M. Brun, « Fonti per la partecipazione degli ortodossi al concilio », dans L’evento e le decisioni, p. 259-294 et A. Roccucci, « Russian Observers at Vatican II. The ‘Council for Russian Orthodox Church Affairs’ and the Moscow Patriarchate between Anti-religious Policy and International Strategies », dans A. Melloni, dir.,Vatican II in Moscow (1959-1965), Leuven, Bibliotheek van de Faculteit Godgeleerdheid, 1997, p. 45-69.

65 Voir R. M. Goldie, « La participation des laïcs aux travaux du concile Vatican II », Revue des Sciences religieuses, 62, 1 (1998), p. 54-73 ; Id., « L’avant-concile des ‘Christifideles laïci’ (1945-1959), Revue d’histoire ecclésiastique, 88, 1 (1993), p. 131-172.

66 Voir la communication de J. Grootaers au colloque de Strasbourg (1999), « Les questions renvoyées ou retirées : contraception et mariage », à paraître prochainement.

67 Comme premier jalon, on verra « Jacques Maritain e il concilio Vaticano II. Un vecchio laico e i tempi nuovi », Filosofia e Società Roma, 26 (1983), p. 67-98 ; Ph. Chenaux, « Les intellectuels français face au concile », dans Vatican II commence..., p. 275-287.

68 Sur le rôle des médias dans la construction de l’événement, voir P. Grégoire, « L’événement-référence. Notion d’événement et plans de référence : l’individu, les systèmes d’information et l’histoire mémoire », dans C. Dolan, dir., Événement, identité et histoire, Sillery, Septentrion, 1991, p. 167-186.

69 Voir D. Beloeil et M. Lagrée, « Le catholicisme breton devant le concile (1959-1962) », dans Vatican II commence..., p. 262-274.

70 Voir Paolo VI e I Problemi eclesiologici al Concilio (p. 431 à 560) où l’on trouve plusieurs analyses sur la couverture de presse et l’opinion publique au moment de la troisième session, en Belgique, aux Pays-Bas, au Chili, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, en Pologne, en Espagne, en Suisse, aux U.S.A. et en U.R.S.S.

71 Voir J. Grootaers, « Informelle Strukturen der Information am Vatikanum », Biotope der Hoffnung, Olten, Walter-Verlag, 1989, p. 268-281 ; Id., « L’information religieuse au début du concile : instances officielles et réseaux informels », dans Vatican II commence..., p. 211-234, repris dans Actes et acteurs..., p. 167-182.

72 Les historiens ont forgé l’expression « culture de guerre » pour désigner un ensemble de représentations forgées avant, pendant et après le premier conflit mondial et au sujet de cette guerre. Franco Cardini est le premier à l’avoir utilisé dans Quest'antica festa crudele. Guerra e cultura della guerra dall'età feudale alla Grande Rivoluzione, Florence, 1982, traduit, 1992 sous le titre La culture de guerre, Xe-XVIIIe siècles, Paris, Gallimard, 1992, 479 p. On pourrait sans doute l’appliquer à Vatican II.

73 On trouve cette affirmation dans Histoire du concile Vatican II, t. II, p. 278.

74 Voir A. Melloni, « Lo spettatore influente. Riviste e informazione religiosa nella preparazione del Vaticano II (1959-1962) », dans Il Vaticano II fra attese e celebrazione, p. 119-192.

75 Voir L. Gnaccarini, Il debatto sul Concilio Vaticano II (1962-1965) in riviste di lingua italiana, tesi di laurea, Università di Bologna, 1996 ; D. Annovi, Il dibatto sulla preparazione del Concilio Ecumenico Vaticano II nei periodici italiani, tesi di laurea, Università di Bologna, 1994-1995 ; J.-C. Dupuis, « La revue Relations et le concile Vatican II », Les cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, 6 (1996), p. 33-50.

76 Voir B. D. de la Soujeole, « La préparation de Vatican II dans la Revue thomiste », dans Saint Thomas au XXe siècle, Paris, Cerf, 1994, p. 410-416.

77 Voir É. Fouilloux, « Les théologiens romains à la veille de Vatican II », dans J.-D. Durand, Histoire et théologie, Paris, Beauchesne, 1994, p. 137-160, repris dans Cristianesimo nella storia, 15, 2 (1994), p. 373-394. Aussi, du même, « Du rôle des théologiens au début de Vatican II : un point de vue romain », dans A. Melloni, D. Menozzi et al., Cristianesimo nella storia, Bologna, Il Mulino, p. 279-311.

78 Ph. Chenaux, « Les intellectuels français face au concile », dans Vatican II commence..., p. 275-287.

79 Voir V. Conzemius, « Die Schweizer Kirche und das II. Vatikanische Konzil », dans Der Beitrag..., p. 87-108 et G. Eldarov, « Die Erfahrung eines osteuropäischen Peritus bei der Erarbeitung einiger bedetender Konzilsdokumente », dans ibid., p. , 199-210. On verra aussi P. Genova, « La Chiesa armena cattolica al Concilio Ecumenico Vaticano II », Studi e ricerche sull’Oriente cristiano, 17, 1 (1994), p. 24-47.

80 Voir R. Cherubini, « La Chiesa caldea cattolica al Concilio Ecumenico Vaticano II. », Studi e ricerche sull'Oriente cristiano, 18, 1-2 (1995), p. 41-47 ; 18, 3, p. 13-46 et 19, 1, (1996), p. 13‑46 ; J. Hajjar, « Les Eglises du Proche‑Orient au Concile Vatican II : Aperçu historique (1958‑1978) », Istina, 41, 3, (1996), p. 253‑308. À ces études, on ajoutera celle de A. Panfili, « La Chiesa melkita cattolica al Concilio Ecumenico Vaticano II », Studi e Richerche sull’Oriente Cristiano, 12, 1 (1989), p. 23-52 et M. Mariantoni, « La Chiesa copta cattolica al Concilio Ecumenico Vaticano II », Studi e Richerche sull’Oriente Cristiano, 11, 1 (1988), p. 33-50.

81 P. Pulikkan, Between Pastoral Concerns and Individual Preferences - Response of an Asian Church in an Ecumenical Council. A Historico-Theological Study of the Indian Participation in the Second Vatican Council, thèse de doctorat, Faculteit Godgeleerdheid, Katholieke Universiteit Leuven 1998.

82 Voir G. Routhier, « Les vota des évêques du Québec » (p. 25-60); M. A. Fahey, « A Vatican Request for Agenda Items Prior to Vatican II: Responses by English-Speaking Canadian Bishops » (p. 61-72) et « A Vatican Request for Agenda Items Prior to Vatican II: Responses from Canadian Faculties of Theology », dans G. Routhier, dir., L’Église canadienne et Vatican II, Montréal, Fides, 1997; J. A. Komonchak, « U.S. Bishop's Suggestions for Vatican II », dans Cristianesimo nella storia (1994), p. 313-371; P. Pulikkan et M. Lamberigts, « The vota of the Indian bishops and their participation in the liturgy debate during the second Vatican Council », Questions liturgiques, 78, 2 (1997), p. 61-79; J. Y. H. A. Jacobs, « L’"aggiornamento" est mis en relief. Les "vota" des évêques néerlandais pour Vatican II », dans Cristianesimo nella storia (1991), p. 323-340 ; Angelo Giovanni Aiello, « I vota dei vescovi siciliani per il Vaticano II », dans A venti anni dal Concilio. Prospettive teologiche e giuridiche, Palermo, 1983, p. 95-106 ; R. M. Della Rocca, « I "voti" dei vescovi italiani per il Concilio », dans Le deuxième Concile du Vatican (1959-1965), École française de Rome, 1989, p. 119-137 ; Y.-M. Hilaire, « Les vœux des évêques français après l'annonce du Concile de Vatican II (1959), dans ibid., p. 101-117 ; Solange Dayras, « Les vœux de l'épiscopat britannique. Reflets d'une Eglise minoritaire », dans ibid., p. 139-153 ; K. Wittstadt, « Die bayerischen Bischöfe vor dem Zweiten Vatikanishen Konzil », dans M. Lamberigts et Cl. Soetens, À la veille du Concile Vatican II. Vota et réactions en Europe et dans le catholicisme oriental, Leuven, Bibliotheek van de Faculteit der Godgeleerdheid, 1992, p. 24-37 ; Cl. Soetens, « Les "vota" des évêques belges en vue du concile », dans ibid., p. 38-52 ; E. Vilanova, « Los "vota" de los obispos españoles después del anuncio Vaticano II », dans ibid., p. 53-82 ; M. Velati, « I "consilia et vota" dei vescovi italiani », dans ibid., p. 83-97 ; J. Jacobs, « Les "vota" des évêques néerlandais pour le concile », dans ibid., p. 98-110 ; Ph. Chenaux, « Les "vota" des évêques suisses », dans ibid., p. 111-118 ; R. Morozzo della Rocca, « I "voti" degli orientali nella preparazione del Vaticano II », dans ibid., p. 119-145 ; A. Riccardi, « I "vota" Romani », dans ibid., p. 146-168 ; L. J. Barauna dans J. O. Beozzo, dir., A Igreja Latino-Americana à vésperas do Concilio. Historia do Concilio Ecumênico Vatican II, São Paulo, Paulinas, 1993, p. 146-177 ; F. Mallimaci, « Análisis de los vota de los obispos. Argentina », dans J. O. Beozzo, dir., Cristianismo e iglesias de América Latina en vísperas del Vaticano II, Costa Rica, Cehila, 1992, p. 97-120 ; M. Salinas, « Análisis de los vota de los obispos. Chile », dans ibid., p. 121-144 ; M. Durán Estragó, « Análisis de los vota de los obispos. Paraguay », dans ibid., p. 145-152 ; J. Klaiber, « Análisis de los vota de los obispos. Perú », dans ibid., p. 153-164 ; I. Madera Vargas, « Análisis de los vota de los obispos. Colombia y Venezuela », dans ibid., p. 165-178 ; J. Delgado, « Análisis de los vota de los obispos. América Central », dans ibid., p. 179-198 ; J. García, « Análisis de los vota de los obispos. México », dans ibid., p. , 199-204 ; A. Lampe, « Análisis de los vota de los obispos. El Caribe », dans ibid., p. 205-214 ; H. J. Pottmeyer, « Die Voten und ersten Beiträge der deutschen Bischöfe zur Ekklesiologie des II. Vatikanischen Konzils », dans K. Wittstadt et W. Verschooten (dir.), Der Beitrag der Deutschsprachigen und osteuropäischen Länder zum Zweiten Vatikanischen Konzil, Leuven, Bibliotheek van de Faculteit der Godgeleerdheid, 1996, p. 143-156.

83 Pour une introduction à la géographie historique, voir S. Courville, Introduction à la géographie historique, Québec, PUL, 1995, 230 p. La collection Atlas historique du Québec, Québec, PUL, nous offre sans doute le meilleur exemple d’Atlas historique parmi ceux actuellement disponibles.

84 Voir A. Melloni, « Governi e diplomazie davanti all’annuncio del Vaticano II », dans À la veille du concile Vatican II..., p. 214-257.

85 On se reportera à l’étude de Siebenrock déjà citée et à celle de J. Brouwers.

86 Voir L.-J. Suenens, « Aux origines du Concile Vatican II », NRT, 107 (1985), p. 3-21 et Souvenirs et espérances, Paris, Fayard, 1991, sp. p. 65-71 ; G. Routhier, « Les réactions du cardinal Léger... » et « Un tournant de Vatican II », Études d’histoire religieuse, 64 (1998), p. 71-79.

87 Voir A. Duval, « Le message au monde », dans Vatican II commence..., p. 105-118.

88 G. Alberigo, « Méthodologie de l’histoire de l’Église en Europe », p. 403.

89 Voir G. Routhier, « Orientamenti per lo studio del Vaticano II come fatto di ricezione », dans L'Evento e le decisioni..., p. 465-499.

90 Sur la question, on verra notamment Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et théologie, Paris, Beauchesne, 1994.

91 R. Burigana, La Bibbia nel Concilio., p. 133-134.

92 « En conséquence, je propose que le texte du schéma soit rédigé à nouveau [...] et que l'on ait toujours à l'esprit les opinions et les désirs des frères chrétiens séparés ».

93 « ... dans sa forme actuelle, il est à craindre que cet enseignement ne déçoive profondément les attentes légitimes des fidèles »

94 Nous avons essayé de reconstruire l’« horizon d’attente », au Québec, au moment de la convocation du concile. Voir G. Routhier, « L'annonce et la préparation de Vatican II : Réception et horizon d'attente au Québec », Études d'histoire religieuse, 63 (1997), p. 25-44.

95 G. Pelletier, « Votre Église », cité par Denise Robillard, Paul-Émile Léger. Évolution de sa pensée, 1950-1967, Montréal, Hurtubise HMH, 1993, 196 p.

96 Dans l’introduction au premier tome de L’Histoire de Vatican II, celui-ci affirme : « Il est évident que l’histoire de Vatican II ne peut être reconstruite que sur la base de l’analyse rigoureusement critique des sources ; de toutes les sources conservées : orales et écrites, officielles et informelles, collectives et individuelles, internes et externes. »

97 J’ai présenté une première synthèse des résultats de notre enquête sur la phase antépréparatoire. On verra G. Routhier, « L'annonce et la préparation de Vatican II : Réception et horizon d'attente au Québec », Études d'histoire religieuse, 63 (1997), p. 25-44. Voir également G. Routhier, « Les vota des évêques québécois ».

98 On a déjà plusieurs études particulières sur le sujet, j’en prépare actuellement une synthèse.

99 Nous avons déjà abordé la question du tournant de Vatican II dans « Un tournant de Vatican II », Études d’histoire religieuse, 64 (1998), p. 71-79. Toutefois, il faudrait élargir les perspectives de cette note de recherche pour dépasser le cas Léger qui avait eu le privilège de participer aux travaux de la Commission centrale préparatoire et qui avait gardé actifs ses contacts européens à la veille de l’ouverture de Vatican II.

100 Claude Ryan, « Signe de renouveau dans l’Église du Québec », Le Devoir (23.06.62), p. 26-27.

101 En plus des procès-verbaux, nous avons l’opportunité d’avoir accès aux notes personnelles, prises en séance, de Mgr Bernier. Son verbatim des échanges est indicateur des tensions qui se déploieront bientôt dans l’aula conciliaire.

102 Il est question de la réforme des Commissions du Comité catholique et de la composition du comité elle-même à la réunion de l'AÉQ en décembre 1960. Voir Journal Bernier, 13 décembre 1960. Le 13 février 1961, Bernier note : « Travaille à la question de la réforme du Comité catholique de l'Instruction publique ». Le 16 du même mois, il ajoute : « Travaille à divers mémoires sur la réforme du Comité catholique de l'Instruction publique ».

103 D'après le journal Bernier, il y a eu un entretien à ce sujet, à l'archevêché de Québec, le 13 août 1960, entre Bernier, Roy, Garant et Audet. Alors qu'il était à Rome, le 30 novembre 1960, le journal Bernier a cette note : « Lettre du R. P. Paul Philippe, op. Sec. de la S.C. des Religieux au sup. Gl. des FF. Maristes : « Les insolences du Frère untel sont un livre répréhensible qui fera beaucoup de mal". Ses « supérieurs immédiats auraient dû voir à ce qu'il ne soit pas publié sans censure préalable" ». On reparlera de cette question à la réunion de l'AÉQ de décembre 1960. On se demandait alors s'il fallait divulguer le rescrit du 30 novembre précédent. Voir Journal Bernier, p. 61.

104 Sur toute cette question, on verra notre article à paraître, « Léger et l’oecuménisme »...

105 Voir notre article « Le devenir de la théologie catholique au Canada francophone depuis Vatican II », à paraître dans Transversalité, automne, 1999.

106 Voir M. Sauvé, L'Institut supérieur de sciences religieuses de la Faculté de théologie, Montréal, Bellarmin, 1995.

107 Voir P. Lafontaine, « La consultation préconciliaire de l’archidiocèse de Montréal auprès du clergé : portrait d’une Église » (p. 81-98) ; P. Allaire, « La consultation du clergé de Québec » (p. 99-112) ; S. Serré, « Les consultations préconciliaires des laïcs au Québec entre 1959 et 1962 » (p. 113-141), dans L’Église canadienne et Vatican II. On verra aussi le mémoire de maîtrise de S. Serré, Les consultations préconciliaires au Québec, Université Laval, 1998.

108 A. Sanschagrin, « Circulaire pastorale au clergé séculier et régulier du diocèse », n° 122.

109 A. Sanschagrin, « Circulaire pastorale aux prêtres, religieux et religieuses du diocèse », n° 136, 17 septembre 1962, p. 1.

110 L. Jäger, « Ce qu’est un concile oecuménique », La Documentation Catho­lique, LVI, 1308, (juillet 1959), col. 945-954.

111 Mgr Pierre Veuillot, « Les laïcs et le Concile, Article de S. Exc. Mgr Veuillot », La Documentation Catho­lique, lix, 1370, (février 1962), col. 278. On verra aussi une autre conférence qu’il donnait en 1960 : « Le prochain concile oeucuménique, conférence de S. Ex. Mgr. Pierre Veuillot, 7 mars 1960, Univ. cath. de l’Ouest », DC, 57, 1329 (juin 1960), col. 663-682.

112 Voir E. Fouilloux, « La phase antépréparatoire (1959-1960) » dans Histoire de Vatican II, t. I, sp. p. 68-75.

113 Voir G. Routhier, « L’annonce et la préparation de Vatican II : Réception et horizon d’attente au Québec ».

114 Voir J. Hamelin, Histoire du catholicisme québécois. Le XXe siècle, T. 2, De 1940 à nos jours, Montréal, Boréal Express, 1984, p. 333.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Routhier, « Lectures dialectiques de l’événement conciliaire »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 45-81.

Référence électronique

Gilles Routhier, « Lectures dialectiques de l’événement conciliaire »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6938

Haut de page

Auteur

Gilles Routhier

Faculté de théologie et de sciences religieuses - Université Laval (Québec)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search