Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesLes rapports diplomatiques entre ...

Articles

Les rapports diplomatiques entre la France et le Saint-Siège

Wladimir d’Ormesson et le nonce Paolo Marella, 1953-1957
Bernard Berthod et Pierre Blanchard
p. 81-105

Texte intégral

  • 1 Les auteurs remercient le professeur Jean-Dominique Durand et le professeur Emile Poulat pour les p (...)

1Les dernières années de la IVe République, qui sont également les dernières du pontificat de Pie XII, sont le théâtre d’une intense activité diplomatique entre Paris et le Saint-Siège. Pendant plus de quatre ans, dans le plus grand secret et sous l’autorité de plusieurs Présidents du Conseil d’appartenances politiques variées, des conversations sont menées en vue de régler les divers problèmes entre la France et le Saint-Siège, en particulier celui de l’École privée, problèmes qui, au dire de la plupart des protagonistes « empoisonnent la vie intérieure de la France ». C’est également une période de tension entre l’Église de France et les autorités vaticanes. Deux personnages sont au coeur de cette vie diplomatique, le nonce à Paris, Paolo Marella et l’ambassadeur de France près le Saint-Siège, Wladimir d’Ormesson. Chronologiquement, cette étude s’inscrit entre la nomination de Paolo Marella à Paris, en mars 1953 et l’arrêt des conversations franco-vaticanes, au printemps 1957, juste après le départ à la retraite de Wladimir d’Ormesson1.

  • 2 W. d’Ormesson, De Saint-Pétersbourg à Rome, Paris, 1969, pp. 173-208.
  • 3 Après sa mission et en reconnaissance pour les services rendus à l’Église, Paul VI le nomme Consult (...)
  • 4 W. d’Ormesson, Les vraies confidences, Paris, 1962, p. 31.
  • 5 Ce journal manuscrit est déposé aux Archives nationales. Les auteurs remercient chaleureusement M. (...)
  • 6 JWO, 7 mai 1956.
  • 7 Maurice Schumann, Discours de réception à l’Académie française, le 30 janvier 1975, Paris, 1975.
  • 8 Il n’a pas assez de mots pour flétrir le langage peu choisi d’Edgar Faure, « Voilà celui qui gouver (...)

2Wladimir d’Ormesson, fils d’Olivier d’Ormesson, diplomate qui représente la France à Saint-Pétersbourg, à Athènes puis à Bruxelles, n’embrasse pas la Carrière, lui préférant le journalisme. L’Histoire le rejoint en mai 1940, lorsqu’il est nommé ambassadeur de France près le Saint-Siège2. Sa mission est singulière ; l’entrée en guerre de l’Italie fait de lui un reclus au Vatican et lui permet de côtoyer, à l’Ospizio Santa Marta, d’autres diplomates réfugiés à l’ombre de Saint-Pierre, représentant la Grande-Bretagne, la Belgique et la Pologne. Rappelé en France en octobre 1940, il retourne au journalisme pendant la guerre puis devient ambassadeur en Argentine en 1945. En 1948, il est de retour à Rome pour succéder à Jacques Maritain et il y demeure jusqu’en octobre 1956. S’il n’est pas diplomate de formation, il est très au courant des affaires de l’Église et de la situation française et mondiale ; de plus il a noué pendant son premier séjour romain des amitiés qui ne se démentiront pas3. Sur le plan des convictions, il est modérément de droite et catholique convaincu, avec une vision sociale de la mission de l’Église et de l’engagement des catholiques dans la vie de la cité. Il tient un journal intime quotidien où il note méticuleusement ses faits et gestes, aussi bien ses conversations avec le Président de la République, son ministre, les pro-secrétaires d’État, Montini et Tardini que la composition de dîners brillants qu’il donne à l’ambassade et même ses scores au golf dont il est fervent. « Par cette tâche absorbante », il désire laisser « un témoignage véridique sur son époque » et pour cela, il n’hésite pas « à exposer les faits par le menu quitte à dépenser beaucoup d’eau pour ne recueillir qu’un verre »4. Nous avons ainsi, au fil des pages, une description vivante de la vie diplomatique romaine. Cet important document nous fait connaître ses sentiments et ses jugements, mais aussi ceux des nombreuses personnalités que son poste l’amène à rencontrer5. C’est un témoin « monumental, dit Paul Guth, inestimable pour notre époque »6 . Il faut considérer ce journal pour ce qu’il est : un écrit spontané par lequel Wladimir d’Ormesson se libère ; il relate ses sentiments et ses pensées ex abrupto, trouvant là un dérivatif à la contrainte quotidienne exigée par sa fonction. Sa plume vive ne ménage pas ses interlocuteurs du moment et souvent des contradictions apparaissent selon l’humeur du jour. Il est particulièrement sévère pour le personnel ecclésiastique romain ; peu de curialistes trouvent grâce à ses yeux, tel prélat est traité « de vieille bourrique anti-française », tel autre de « petit tas de cardinal stendhalien » ; il ne l’est pas moins pour les parlementaires français et ses propres ministres Georges Bidault ou Edgar Faure. Bien qu’il s’en défende, cet homme héritier d’une illustre famille de parlementaires français, « légistes qui créèrent l’État, qui lui donnèrent tout et ne lui demandèrent rien »7, reste un gallican très réservé vis-à-vis de l’Italie et des Italiens. C’est aussi un aristocrate dont l’éducation mondaine le porte à attacher beaucoup d’importance à l’apparence, l’élégance de la tenue et des propos8. Il reprend, en les nuançant, la plupart de ses jugements dans les dépêches et télégrammes qu’il adresse au Ministère des Affaires étrangères.

  • 9 Modeste notice de G. H. Baudry, dans Catholicisme, hier, aujourd’hui et demain, Paris, 1977, t. 8, (...)

3En revanche, de Paolo Marella, nous ne savons que peu de choses9. Le prélat ne semble pas avoir tenu de carnet. Sont conservés dans sa famille plusieurs press-books qui font référence à son activité diplomatique depuis son installation à Tokyo. Nous avons donc bien conscience de l’inégalité de nos sources, ne pouvant prétendre examiner les dépêches du nonce, conservées à l’Archivio Segreto Vaticano. Notre documentation s’appuie en grande partie sur les dépêches et les rapports officiels de Wladimir d’Ormesson ainsi que sur son journal intime. Nous avons également utilisé la correspondance du nonce avec Mgr Jean Villot, secrétaire général de l’Episcopat et auxiliaire de Paris. Ces documents permettent néanmoins d’apporter un nouvel éclairage sur les conversations diplomatiques entre Paris et Rome et de faire connaître l’activité du nonce Marella.

Qui va succeder à Roncalli ?

4Le 29 novembre 1952, avec l’annonce du prochain consistoire, on apprend l’élévation au cardinalat du nonce Angelo Roncalli. Cette création étonne, Wladimir d’Ormesson ne s’y attendait pas si tôt :

  • 10 JWO, 29 novembre 1952.

« je ne l’aurais jamais cru !.... pas avant 2 ou 3 ans » ; cependant « le départ de Paris de Mgr Roncalli va être salué d’un immense soupir de soulagement par le gouvernement, le M.R.P., l’archevêque de Paris et toute sorte d’autres gens. Ce n’était pas un homme bête, loin de là, mais c’est l’italianissime dans le mauvais sens du mot.... Le Ministère des Affaires étrangères le détestait. Il contribuait à donner au clergé et aux laïques une mauvaise image de Rome. Le clergé social le détestait. Son départ de Paris est un bon débarras »10.

5Roncalli n’est pas dupe de cette nomination anticipée. Il sait ce qu’on pense de lui à Rome. W. d’Ormesson rapporte quelque conversation avec Domenico Tardini :

  • 11 JWO, 29 novembre 1952. Lorsqu’en 1958, Tardini est nommé secrétaire d’État par Jean XXIII, ce derni (...)

« ce n’est pas une fois, c’est dix fois que Mgr Tardini m’a envoyé des pointes sur lui. On le trouvait bavard..... et certainement aussi gaffeur »11.

6Mgr Feltin dit à W. d’Ormesson,

« que le nonce lui a fait sentir que son élévation au cardinalat est bien plus une disgrâce qu’une promotion ».

  • 12 JWO, 6 janvier 1953.
  • 13 Angelo Roncalli, Souvenirs d’un nonce, cahiers de France, 1944-1953, Rome, 1963, p. 43.

7Feltin craint d’ailleurs que Roncalli, devenu cardinal de Curie soit « le point d’appui de tous les réactionnaires français qui viendront (nous) faire du mal »12.Mgr Roncalli lui-même, lors de la remise de la barrette à l’Elysée laisse échapper que « ce départ m’est plus pénible que les apparences le laisseraient supposer »13.

8Le remplacement imminent du nonce agite les chancelleries. Pour d’Ormesson,

« la succession va poser problème, car il faut quelqu’un de premier ordre et les cadres de la diplomatie vaticane n’en regorgent certes pas ! ». « Le rappel de Roncalli ne signifie pas qu’on va mettre quelqu’un de plus sûr, de plus intelligent ! ».

  • 14 Sergio Pignedoli. Né le 4 juin 1910 à Felino di Reggio Emilia. Prêtre le 1er avril 1933. Evêque le (...)
  • 15 Fernando Cento. Né à Pollenza, le 10 août 1883. Prêtre le 23 décembre 1905. Evêque d’Arcireale le 2 (...)
  • 16 Francesco Roberti. Né le 7 juillet 1889. Prêtre le 3 août 1913. Recteur du Petit Séminaire romain ; (...)
  • 17 Pietro Sigismondi. Né à Villa d’Almè (Bergame) le 23 février 1908. Prêtre le 15 août 1930. Archevêq (...)

9D’Ormesson et à travers lui, le gouvernement français ont des souhaits et des candidats. Le premier nom qu’il cite dès le 29 novembre est Mgr Pignedoli14, nonce en Bolivie « jeune et sympathique » ; il évoque également le même jour Mgr Cento15, nonce à Bruxelles qu’il ne connaît pas mais dont lui a dit du bien. On parle de Mgr Roberti16, secrétaire de la Congrégation du Concile et aussi de Mgr Sigismondi17, homme de valeur, naguère auditeur à Paris.

10Lors d’une rencontre quasi hebdomadaire au palais apostolique, le 16 décembre, Mgr Montini lui dit

« que cela pourrait ne pas être un fonctionnaire du cadre diplomatique des nonciatures, mais un outsider ».

  • 18 Filippo Bernardini. Né le 11 novembre 1884, dans le diocèse de Norcia. Prêtre le 12 mars 1910. Arch (...)
  • 19 Mgr Carlo Agostini, patriarche de Venise depuis 1949, meurt le 28 décembre 1952 sans avoir reçu le (...)
  • 20 Ildebrando Antoniutti. Né à Nimis (Udine), le 3 août 1898. Prêtre le 5 décembre 1920. Archevêque ti (...)
  • 21 Joseph Delos, frère prêcheur, professeur aux Facultés catholiques de Lille, puis au Canada ; en 194 (...)
  • 22 Télégramme du 20 janvier 1953. Archives du Ministère des Affaires étrangères (AMAE), Europe, 1949-1 (...)

11Ce même mois, l’ambassadeur s’intéresse à Mgr Bernardini18, nonce à Berne « fort bien, mais que les italiens réclament comme nonce à Rome » ; c’est le candidat également de Mgr Feltin. En fait Mgr Bernardini est nommé à la Propagande, remplaçant Mgr Costantini et comme successeur à brève échéance du vieux cardinal Fumasioni Biondi. La nomination de Roncalli à Venise en remplacement du cardinal Agostini subitement décédé19, hâte son départ et également la désignation du nouveau nonce. Le 20 janvier 1953, d’Ormesson est informé par Mgr Montini que le Saint-Siège s’apprête à demander l’agrément pour Mgr Antoniutti20, délégué apostolique au Canada ; le pro-secrétaire d’État lui fait le portrait d’un homme « très intelligent, très sérieux, tout à fait différent du cardinal Roncalli ». L’homme est connu pour être rigide et cassant. De retour à la Villa Bonaparte, l’ambassadeur est « assez consterné », sentiment partagé par ses conseillers, Christian de Margerie, le Père Delos21 et par Mgr Fontenelle « qui l’accable des tous les péchés du monde ». C’est qu’Antoniutti passe au Canada pour pro-anglais, autoritaire et absolu ; on lui reproche également d’avoir été « très fasciste », auditeur à Lisbonne, puis délégué auprès de Franco en 1937 avant de gagner le Canada l’année suivante. Le cardinal Grente le considère « comme un adversaire de la France » et conjure l’ambassadeur « d’empêcher cela à tout prix ». Ces sentiments négatifs sont heureusement contrebalancés par quelques catholiques canadiens rencontrés par le Père Delos et par Mgr André Jullien, doyen du tribunal de la Rote. A la réflexion, d’Ormesson comprend que « par réaction contre un certain laissez-allez du prédécesseur », le Saint-Siège « veut envoyer un homme tout à fait différent de Roncalli », comme lui signifiait Montini, « un homme silencieux, réservé, austère, volontaire et doctrinal »22.

12Finalement Antoniutti n’est pas nommé. Le 29 janvier, Montini fait revenir l’ambassadeur pour lui signifier que la demande d’agrément est annulée. Le 3 février, Tardini lui dit que le pape s’est rendu compte que le délégué apostolique

« perdu dans les neiges canadiennes depuis si longtemps, n’était pas suffisamment au courant des questions internationales ».

  • 23 Télégramme du 6 février 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 50.

13Début février, l’ambassadeur cite par télégramme quelques noms : Beltrami, nonce au Liban ; Pignedoli ; Samorè, nonce en Colombie ou Sigismondi, délégué apostolique au Congo belge qui serait « un excellent choix, mais trop jeune »23.

Le successeur

  • 24 Paolo Giobbe. Né à Rome le 10 janvier 1880. Prêtre le 4 décembre 1904. Archevêque titulaire de Ptol (...)
  • 25 Egidio Vagnozzi. Né à Rome le 2 février 1906. Prêtre le 22 décembre 1928. Conseiller à la délégatio (...)

14Le 29 mars, W. d’Ormesson est convoqué par Montini pour présenter la demande d’agrément. L’ambassadeur s’attend à la désignation de Cento, de Giobbe24, nonce à La Haye ou de Vagnozzi25, nonce aux Philippines. Montini lui désigne Paolo Marella, délégué apostolique en Australie, Nouvelle Zélande et Océanie et ancien délégué apostolique au Japon ; il lui en fait un vif éloge, faisant valoir que

« c’est un homme qui arrive en France neuf, sans a priorisme, puisqu’il ne connaît pas la France ».

  • 26 Charles Arsène-Henry, ambassadeur de France, 1881-1943.
  • 27 « Charles (Arsène-Henry) le trouvait plus habile qu’intelligent, ...gesticulant comme un polichinel (...)

15L’ambassadeur se renseigne sitôt de retour à la Villa Bonaparte : sa soeur Yolande Arsène-Henry qui a passé 10 ans au Japon auprès de son mari, ambassadeur de France26, lui dresse un tableau apocalyptique du nouveau nommé avec une description physique outrancière et désobligeante27,

« au demeurant bon prêtre, ...actif, obligeant, serviable. Il a eu une bonne attitude envers la France pendant la guerre ».

16Le lendemain, le cardinal Tisserant confirme « que ce n’est pas un grand homme mais un gentil garçon, habile et obligeant » et que le choix est assez heureux car il a fort bien réussi en Australie ou l’Église est divisée entre un jeune clergé indigène et une hiérarchie d’origine irlandaise et écrasée par une majorité protestante ; de plus, il passe pour avoir une certaine ouverture d’esprit sans intransigeance doctrinale. L’ambassadeur envoie à Paris un télégramme plutôt favorable, affirmant que :

  • 28 Télégramme du 29 mars 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 58. Réservé urgent. L (...)

« Mgr Marella avait eu une excellente attitude envers la France au moment de la guerre, qu’il était extrêmement hostile au mouvement nationaliste et militariste japonais....et manifestait une vraie sympathie envers les Anglo-saxons »28.

  • 29 JWO, 9 avril 1953.

17Il est totalement rassuré lorsqu’il reçoit « un bon rapport de notre ambassade à Tokyo »29.

18La première rencontre a lieu à l’aéroport de Ciampino, le 15 mai, où

« le nouveau nonce, habillé en clergyman, est descendu du ciel. C’est un tout petit homme... assez commun mais extrêmement gentil, aimable, affable... la première impression qu’il m’a faite est bonne »,

  • 30 La Croix, 21 mai 1953. « Intelligent, très vif et rapide d’esprit ». Le correspondant du quotidien (...)

19jugement dont La Croix se fait l’écho30 . Après une longue rencontre le 18 mai, l’ambassadeur peut écrire à G. Bidault :

  • 31 W. d’Ormesson à G. Bidault, 23 mai 1953, A. N., Fonds G. Bidault, 957 AP/103.

« sa simplicité n’est pas une manière d’être superficielle. Il a l’esprit rapide, comprend à demi-mot ; ses réactions sont vives. Je suis convaincu qu’il est très souple. Ce n’est certainement ni un doctrinaire, ni un intransigeant, ni un absolu...... il n’a certainement pas les qualités d’un Maglione, mais il est fin, agile d’esprit, peut-être plus que rusé, d’une extrême gentillesse et je crois aussi sincèrement bon »31.

  • 32 Note à la Direction générale des Affaires politiques, 20 juin 1953, AMAE, Europe, 1949-1955, Saint- (...)

20Analyse qu’il confirme dans une note à la Direction générale des Affaires politiques, en insistant sur « son ouverture d’esprit (qui) lui permettra de s’adapter rapidement (à la France) »32.

21On est soulagé à Paris de ce que Marella ne soit pas un réactionnaire, « ni doctrinaire, ni intransigeant », et

qu’« il semble assez au courant des affaires de l’Action française et des agissements de la droite ultra-catholique ».

  • 33 JWO, 27 juin 1955. Pierre Lemaire, fondateur du Mouvement des Pères de famille de France, intégrist (...)
  • 34 Alfredo Ottaviani. Né à Rome le 29 octobre 1890. Prêtre le 18 mars 1916. Substitut de la Secrétaire (...)
  • 35 W. d’Ormesson à G. Bidault, le 23 octobre 1953, A. N., Fonds Bidault, 457 AP 163.

22Le nonce n’aime pas les intégristes : d’Ormesson rapporte le jugement sévère porté sur Pierre Lemaire33. Cependant, la grande amitié qui le lie à Mgr Ottaviani34 lui fait craindre qu’il ne soit, à Paris « l’agent du Saint-Office plus que l’informateur qualifié du Vatican »35.

  • 36 La comparaison se fait au détriment de Roncalli, voir en particulier le télégramme du 20 janvier 19 (...)
  • 37 JWO, 10 septembre 1953.
  • 38 JWO, 22 août 1955.
  • 39 JWO, 10 septembre 1953.
  • 40 JWO, 11 septembre 1953.

23L’ambassadeur pour qui le dernier grand nonce reste Maglione, tout en soulignant les qualités du nouveau36, n’aura jamais beaucoup de considération pour Marella et reste sous la première impression communiquée par sa soeur Yolande ; le courant ne passe pas entre eux. Au fil des pages du Journal, il souligne « sa pensée [qui] ne s’exprime pas clairement »37, son élocution difficile, « son langage extraordinairement embrouillé » et dont « on ne saisit qu’un mot sur vingt »38 ; en un mot il le trouve trop italien et « bavard comme une pie »39. Sans doute, surtout les premiers mois, le nonce est mal à l’aise en français. Il joue aussi de ce malaise ; W. d’Ormesson le perce à jour lorsqu’il évoque son langage embrouillé, « ce doit être à la fois une tournure d’esprit et une tactique pour éviter les questions sur les sujets brûlants »40. Marella en convient lui-même :

  • 41 JWO, 2 avril 1955.

« pour ne pas que l’on me fasse dire ceci ou cela, pour rester en dehors de ces querelles et de ces polémiques, il faut la plupart du temps que je fasse l’idiot »41.

  • 42 JWO, 2 avril 1955.

24Le sentiment de l’ambassadeur, partagé par Feltin, ne s’arrange pas avec le temps ; en 1955, il trouve toujours « sa pensée embrouillée et sautillante.....sans valeur réelle » et regrette de n’avoir pas à Paris un Sigismondi ou un Pignedoli42.

  • 43 Osservatore Romano, Rome, 30-31 octobre 1933.
  • 44 Domenico Tardini. Né à Rome le 29 février 1888. Prêtre le 20 septembre 1912. Minutante à la Congrég (...)
  • 45 Pietro Fumasoni Biondi. Né à Rome le 4 septembre 1872. Prêtre le 17 avril 1897. Archevêque titulair (...)
  • 46 Le Figaro, 17 avril 1953.

25En fait Paolo Marella est un diplomate de carrière. Romain de Rome, il naît le 25 janvier 1895 dans une famille modeste au service du Saint-Siège depuis plusieurs générations ; son grand-père est dragon et son père gendarme pontifical. A l’école des Frères des Écoles Chrétiennes, le cardinal Gianbattista Nasalli Rocca di Corneliano le remarque et l’oriente vers le Séminaire pontifical romain d’où il sort lauréat en théologie et en droit canonique tout en fréquentant la Faculté de Droit civil de Rome43. Il entre à l’Académie ecclésiatique peu de temps après son ordination et se prépare à la carrière diplomatique ; c’est là qu’il se lie à quelques jeunes prêtres romains également d’origine modeste et qu’il retrouve tout au long de sa carrière, ainsi qu’au préfet des études Alfredo Ottaviani et à son professeur Domenico Tardini44. En 1921, il est nommé minutante à la Propagande, après avoir fait une brève expérience de vicaire dans une paroisse de l’Agro romano, le désert suburbicaire romain. En mars 1923, il part pour Washington comme auditeur de nonciature et fait ses premières armes dans la diplomatie vaticane aux côtés du délégué apostolique Pietro Fumasoni Biondi45, lui-même d’origine romaine et modeste. Il y reste 11 ans, nommé successivement camérier secret, puis prélat de la Maison de Sa Sainteté. Il y acquiert une méthode de travail « à l’américaine » et le goût de l’organisation46. En 1933, à 38 ans, il est nommé délégué apostolique au Japon, élu archevêque titulaire de Doclea et sacré par son mentor Fumasoni Biondi, devenu cardinal, en présence de l’ancien secrétaire d’État Pietro Gasparri. Il reste en poste au Japon pendant toute la période de l’hégémonie des forces de l’Axe, de 1933 à 1948, période lourde en événements et engagements du Japon dans la politique internationale. Après les hostilités, il est nommé délégué apostolique en Australie. C’est à Sydney, que le rejoint la dépêche l’appelant à Paris.

26Pourquoi est-il nommé à Paris ? Le pape Pacelli l’a en grande estime. Sans doute est-il romain comme lui et sait-il combien les clercs issus du popolino romano sont dévoués au Saint-Siège, mais le pape régnant a senti également la fibre diplomatique chez cet homme qui a si bien manoeuvré et défendu la politique du Saint-Siège au Japon pendant la très difficile période de la guerre. Il n’est pas totalement impossible de penser que son protecteur le cardinal Fumasoni Biondi, bien qu’âgé, soit intervenu dans cette nomination, Mgr Bernardini pressenti pour Paris ayant été finalement désigné pour lui succéder à la Propagande.

27A 58 ans, il connaît peu la France, l’ayant quelque fois traversée en rentrant des États-Unis ou du Japon. Il connaît davantage le pays par les évêques et les religieux missionnaires français rencontrés au Japon ou en Océanie. A Tokyo, il garde longtemps comme secrétaire un marianiste français, le Père Humbertclaude qui le retrouve à Paris en 1953. Il a également des contacts très proches avec les évêques et les prêtres des Missions étrangères de Paris, en particulier avec Mgr Alexis Chambon, le dernier archevêque européen de Tokyo.

28On a un peu de mal à prendre en compte les préventions de Wladimir d’Ormesson dans leur ensemble. Le prélat a une haute conscience de sa mission et de la diplomatie en général. Comme il le rappelle à l’occasion du 30e anniversaire de l’Académie diplomatique internationale :

« la diplomatie est l’art de vivre ensemble,... bien que l’ascèse la plus rude est la vie commune selon l’adage de saint Jean Berchmans... A une époque où toute affaire importante se traite directement de pays à pays, à l’échelon le plus élevé, le diplomate reste le conseiller du gouvernement dans la lutte pour la paix et l’entente. Vivant au sein d’un peuple et en sympathie avec lui, il en connaît la pensée, les espoirs justes, les besoins imprescriptibles et jusqu’à ses réactions spontanées ».

29Il va plus loin en affirmant que les diplomates

« garderont leur foi dans une humanité en marche vers cette paix durable, jamais encore réalisée, jamais non plus réalisable sans une justice intégrale envers tous selon la devise de Pie XII : opus, justitiae, pax ».

  • 47 P. Marella, Visions d’espoir, vers le dialogue il y a trente ans, Rome, 1967, 3e édition, préfacée (...)

30Cela se vérifie par l’analyse de son action au Japon : sa réflexion Visions d’espoir, publiée en 1938, en est la preuve47 et l’on regrette que l’ambassadeur de France n’ait pas lu ce texte plutôt que d’écouter les propos désobligeants de sa soeur. En une centaine de pages, le délégué apostolique expose sa vision missionnaire, très ouverte sur l’avenir. Il est conscient qu’une certaine adaptation est nécessaire pour rendre le message chrétien plus compréhensible à l’âme japonaise, que les objets et les pratiques de la foi catholique doivent s’imprégner de la culture japonaise, que le cérémonial de l’Église au Japon doit s’inspirer du symbolisme « qui anime toute la vie sociale et familiale japonaise », concluant que :

« ce serait une gaucherie impardonnable d’ignorer la puissance éducatrice de ce cérémonial ....qui peut être le véhicule de nos plus authentiques sentiments chrétiens ».

  • 48 E. Francia, préface à Visions d’espoir, vers le dialogue il y a trente ans, Rome, 1967, 3e édition.
  • 49 JWO, 10 septembre 1953.

31Il lutte contre l’emploi du mot paganisme, invitant « à exclure définitivement ce terme de notre vocabulaire apostolique ». C’est dans cette perspective qu’il met en place une hiérarchie autochtone, persuadant aux évêques missionnaires de se retirer de la direction des diocèses, tout en restant à disposition de l’Église locale, et choisissant parmi le clergé autochtone des hommes remarquables pour remplacer les européens ; c’est ainsi que son propre secrétaire, Pierre Tatsuo Doi, devient en 1938, le premier archevêque japonais de Tokyo. Ces dispositions, dictées en partie par la conjoncture politique, sont pionnières et exemplaires. Certains paragraphes de Visions d’espoir sont repris tels quels par les textes conciliaires en 1964-196548. Mais le Japon n’est pas la France. Notre pays est également terre de mission, cependant le nonce met un peu de temps pour en saisir l’enjeu, impressionné par l’agitation sociale et par la force du communisme qu’il ne soupçonnait pas49.

  • 50 Lors de son départ pour les États-Unis avec Mgr Fumasioni Biondi, le cardinal-vicaire Pompilj dit a (...)

32Il faut également nuancer le jugement physique qu’en donne W. d’Ormesson : l’homme est petit, son visage légèrement dissymétrique et sa denture un peu proéminente, plutôt que le desservir, a l’avantage de le faire toujours sourire. Sa santé est considérée fragile, « une santé de fil de fer » aurait dit Cocteau ; c’est ainsi qu’il est ordonné avec dispense à 23 ans, de peur qu’il ne meure50.

  • 51 René Bertin, né en 1896, prêtre en 1919, vicaire général de Mgr du Bois de la Villerabel, archevêqu (...)

33Marella ne connaît personne à Paris. A Rome, fin mai 1953, W. d’Ormesson le met en garde contre plusieurs personnalités jugées réactionnaires « qui vont se jeter sur lui à son arrivée à Paris » ; il cite, l’écrivain Paul Lesourd, sa bête noire, Havard de la Montagne, Mgr Bertin51 , le meilleur ami de Mgr Roncalli », et lui conseille

  • 52 W. d’Ormesson à G. Bidault, 23 mai 1953, A. N., Fonds G. Bidault, 957 AP/103.

« de se confier aveuglément à deux hommes : dans l’ordre ecclésiastique, Mgr Villot et dans l’ordre laïc, Alfred Michelin »52.

  • 53 Alfred Michelin, 1883-1975. Personnalité catholique de tout premier ordre. Journaliste français, ré (...)
  • 54 Cité par Y. Tranvouez, « Résistance au pouvoir dans le catholicisme, La Quinzaine face à l’ACA, 195 (...)
  • 55 Jusqu’à la fin de la vie du cardinal Villot, les deux prélats gardent des rapports très amicaux, av (...)

34Le nonce suit à la lettre les conseils de l’ambassadeur et fait de Villot et Michelin53 ses intimes. Les liens entre le secrétaire de l’épiscopat et le nonce demanderaient une étude complête. La correspondance accessible montre la confiance mutuelle des deux hommes. Villot que l’on surnomme « l’Église renseignante »54, rend de multiples services au nonce, l’informe, le reçoit chez lui en Auvergne pendant les vacances, lui présente des personnalités parisiennes telles Pierre Brisson, le directeur du Figaro, Jean Laloy, directeur d’Europe ; le nonce reçoit Villot régulièrement avenue Président-Wilson, se promène avec lui le dimanche après-midi et plaisante abondamment par écrit55. On peut être certain que les conseils de Michelin furent des conseils éclairés, donnant au nonce la possibilité d’apprécier de l’intérieur, avec bon sens et justesse, la situation des intellectuels catholiques en difficulté avec Rome.

  • 56 Emanuele Clarizio. Né à Milan, le 18 mai 1911. Prêtre le 10 décembre 1933. Conseiller à la nonciatu (...)
  • 57 Giovanni Benelli. Né le 12 mai 1921 à Poggiole (Toscane). Prêtre le 23 octobre 1943. En poste dans (...)

35La vie à la nonciature est très simple, à l’image du maître des lieux. Le nonce vit entouré de ses conseillers, d’abord Emanuele Clarizio56, puis Giovanni Benelli57. D’après Alfred Michelin :

  • 58 JWO, 10 septembre 1953.

« il a pris le contre-pied du cardinal Roncalli, presque à l’excès. Il voit le moins de monde possible, reçoit à peine et frugalement, s’enferme dans son bureau et travaille sur ses dossiers »58.

  • 59 JWO, 13 septembre 1954.

36On n’est pas loin de le lui reprocher de « vivre claquemuré »59.

Le nonce confronté aux problèmes de l’Église de France

37Arrivé à Paris le 1er juin 1953, le nonce présente ses lettres de créance au président de la République, Vincent Auriol, le 19 juin. A cette occasion, il confie au journal La Croix :

  • 60 La Croix, Paris, 19 juin 1953.

« J’ai confiance en la France, un pays qui fait avec tant de générosité le sacrifice des meilleurs de ses fils pour porter, jusqu’aux rives les plus lointaines, la lumière de l’Evangile, reçoit toujours les bénédictions de Dieu »60.

  • 61 W. d’Ormesson, télégramme du 31 mars 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 35, f. 218.
  • 62 J.-D. Durand, « La furia francese... » op. cit., pp. 15-35.

38Ces paroles amènes ne l’empêchent pas d’être immédiatement aux prises avec deux grandes affaires, celle des prêtres-ouvriers et celle de la Mission de France. Il ne semble pas intervenir dans la condamnation de La Quinzaine, ni dans les difficultés du Père Gabel, directeur de La Croix, avec le Saint-Office61. Si on ne peut nier les tensions entre l’intelligentsia catholique française et les autorités vaticanes, il faut cependant les nuancer ; la confiance en la fille aînée n’est pas ébranlée. Ces sentiments sont bien mis en évidence par Jean-Dominique Durand dans un récent article62 et parfaitement exprimés par le nonce Marella dans une lettre de 1955 à Jean Villot :

  • 63 P. Marella à J. Villot, lettre de Rome du 5 septembre 1955. Archives du secrétariat de l’Episcopat. (...)

« dans les conversations romaines, je me rends compte toujours plus que l’Église de France et les affaires sont en très premier lieu sur toutes les autres.... mais avec toutes les fluctuations des événements, on sent bien ici la confiance dans la France, tout à fait comme l’indique la devise de Paris, fluctuat nec mergitur »63.

Les prêtres-ouvriers

  • 64 Note de la Direction générale des Affaires politiques, 20 juin 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint (...)

39Le nonce Roncalli laisse à Paris une situation délicate. L’expérience des prêtres-ouvriers, inaugurée à l’issue de la guerre par le cardinal Suhard pose un certain nombre de problèmes. Pie XII, tout en reconnaissant le bien-fondé pastoral d’un tel engagement, est inquiet pour l’intégralité du sacerdoce des prêtres engagés dans cette expérience. Comment rester fondamentalement prêtre dans un tel environnement ? N’y a-t-il pas un risque de perdre l’essence même du sacerdoce, en un mot « les saints doivent-ils aller en enfer ? ». Roncalli quitte Paris sans avoir donné de réponse. Paolo Marella, à peine débarqué des vastes étendues australes doit porter le coup de grâce à cette généreuse expérience. On peut penser que Pie XII a relevé Roncalli à temps ; cette dure mission est plus aisée pour un homme venant de loin et tout à fait neuf ; éloigné de l’Europe depuis 1933, il a plus de facilité pour rester extérieur à « l’affaire ». Comme le note W. d’Ormesson, le nonce « a l’avantage d’arriver sans idées préconçues »64. Il est néanmoins rapidement immergé.

40Ce n’est pas le but du présent article d’exposer les tenants et les aboutissants de la crise des prêtres-ouvriers. Marella a pour mission de mettre un terme à cette expérience. Après la mise en demeure romaine, émanant de la Congrégation des Séminaires et Universités présidée par le cardinal Pizzardo, les évêques ont demandé aux prêtres engagés d’abandonner cette forme d’apostolat et sont peu obéis. Marella, en septembre 1953 réunit à Paris, et aussi à Toulouse et à Lyon, les évêques concernés pour leur expliquer

« le désir du Saint-Siège que les évêques rappellent, individuellement et progressivement, en évitant toute perturbation, les prêtres-ouvriers qu’il conviendrait de remplacer par quelque autre initiative apostolique ».

  • 65 J. Vinatier, Les prêtres-ouvriers, le cardinal Liénart et Rome, Paris, 1985, pp. 72-73.

41Le 23 septembre, il rencontre à l’archevêché de Paris, 26 évêques, dont Liénart et Feltin et plusieurs supérieurs d’ordres religieux ; d’après l’abbé Vinatier, il leur dit : que les prêtres ouvriers dont l’expérience a dépassé les frontières sont un objet de scandale, que l’imprégnation marxiste est inadmissible, que l’expérience est jugée négativement par toutes les congrégations romaines, que le pape demande personnellement et d’une manière irrévocable l’arrêt de l’expérience, que cette décision reste secrète et ne donne lieu à aucun commentaire public de la part des évêques, que l’épiscopat français cherche une nouvelle forme d’apostolat pour remplacer celle des prêtres-ouvriers65. En conclusion, le nonce rappelle qu’il ne s’agit pas de blâmer les prêtres-ouvriers, qu’il faut les remplacer par des prêtres pour les ouvriers et que :

« c’est une décision de Sa Sainteté, et que quels que soient nos sentiments, nous lui devons obéissance ».

  • 66 Henri Chappoulie, (1901-1959), président de l’Oeuvre pontificale de la Propagation de la Foi en 193 (...)

42Le 12 octobre, à la veille de la réunion de l’Assemblée des cardinaux et archevêques de France, il rappelle aux cardinaux français que Rome ne veut pas de réunion publique à ce sujet aussi l’A.C.A. ne fait-elle aucune allusion à l’affaire dans son document final. Mgr Chappoulie66 se plaint que le nonce est « au-dessous de sa tâche », sans autorité, « agent du Saint-Office » et qu’il lui a dit en parlant des évêques français :

  • 67 JWO, 21 octobre 1953.

« vous parlez tous de votre conscience ? mais allez en paix avec votre conscience et obéissez »67.

  • 68 JWO, 24 décembre 1953.
  • 69 René Brouillet. Né le 9 mai 1909 à Cleppé (Loire). Diplomate. Conseiller référendaire à la Cour des (...)

43En fait, le temps imparti est bien court pour régulariser les choses et mettre en place de nouveaux statuts ; le nonce en a conscience et « ne pousse pas à la roue »68 mais il demeure persuadé que les choses ne s’arrangeront pas et que la solution du Saint-Siège est la meilleure, d’ailleurs Michelin dit à René Brouillet69 :

  • 70 JWO, 25 janvier 1954.

« que la grande majorité d’entre eux (les prêtres-ouvriers) donnent raison aux préventions du nonce »70.

  • 71 Villot à Marella, 8 novembre 1954.

44Malgré l’action de Villot, le nonce déplore que l’épiscopat ne puisse empêcher la sortie du livre, Les prêtres-ouvriers aux Editions de Minuit, écrit par des prêtres-ouvriers qui n’ont pas obéi71.

La Mission de France

  • 72 Du cardinal Pizzardo, W. d’Ormesson donne un portrait charge : « Ils ont été (les cardinaux françai (...)
  • 73 Paul Philippe. Né à Paris le 16 avril 1905. Frère prêcheur, prêtre le 6 juillet 1932. Professeur au (...)
  • 74 J. Vinatier, Le cardinal Liénart et la Mission de France, Paris, 1978, pp. 90-92. Le cardinal Berna (...)
  • 75 Villot à Marella, 8 novembre 1954.
  • 76 J. Vinatier, Le cardinal Liénart... op. cit., p. 103.

45La Mission de France et son séminaire établi à Limoges, sont également tenus pour suspects par le cardinal Pizzardo72. Dès son arrivée, le nonce doit communiquer au cardinal Liénart, prélat de la Mission, des ordres peu amènes. A la suite de la visite du Séminaire par le dominicain Paul Philippe73, membre du Saint-Office, en juillet 1953, le nonce transmet au cardinal Liénart la lettre demandant la fermeture du séminaire. A la suite d’une vive réaction du cardinal auprès des instances romaines, le nonce « qui commence à découvrir l’importance de la tâche missionnaire » peut lui signifier, en août que « la fermeture n’a qu’un caractère provisoire »74. L’année suivante, considérant que la Mission de France est une initiative apostolique alternative à la problématique des prêtres-ouvriers, celle-ci est érigée en prélature nullius avec siège à Pontigny et le séminaire rouvre ses portes. En novembre, 46 prêtres suivent une retraite prêchée par le Père Lucien, carme75. Le 15 décembre 1954, le cardinal Liénart, prélat de la Mission, est installé par le nonce à Pontigny. Jean Vinatier atteste l’intérêt du nonce pour la Mission de France et son séminaire, pour lequel il remet de la part de Pie XII, 200 000 francs76.

La nomination des évêques

  • 77 JWO, 18 mai 1953.
  • 78 JWO, 23 mars 1953.

46La nomination des évêques est un des soucis majeurs des nonces. « Vous allez avoir une responsabilité immense et pour l’Église et pour la France » lui dit W. d’Ormesson dès leur seconde rencontre77. Marella en est bien conscient, lui qui a établi la hiérarchie autochtone au Japon et a résolu les problèmes de l’épiscopat australien ; il répond : « je ne pourrai rien en cette matière sans être guidé et conseillé par votre épiscopat ». Cette attitude ne peut que réjouir les cardinaux français « furieux de ne jamais arriver à faire nommer un évêque »78. Si Roncalli, au dire de Margerie,

« a eu une méthode de prospection qui consistait à recueillir des noms au hasard de ses conversations ou de ses voyages de la façon la moins systématique »,

47Marella semble :

  • 79 R. de Margerie. Rapport sur la composition de l’épiscopat français en 1957, 15 février 1958. AMAE, (...)

« être revenu à la procédure d’une consultation plus régulière des évêques et également du secrétariat de l’Episcopat »79.

  • 80 Il faut attendre le motu proprio : Ecclesia sancta du 6 août 1966, pour la fixation à 75 ans de l’â (...)
  • 81 A cette occasion, l’ambassadeur s’emporte contre Sigismondi, « qui déçoit beaucoup » et Fumasoni Bi (...)

48Pendant ses 7 ans de présence en France, il fait aboutir 76 nominations, dont 43 pour la France métropolitaine, et organise 17 transferts ; il pourvoit essentiellement en auxiliaires et coadjuteurs, à une époque où la limite d’âge n’est pas fixée80. Pour la France d’outre-mer, un léger problème se manifeste lors de l’établissement des hiérarchies locales en 1955. Auparavant, les préfets et vicaires apostoliques étaient nommés par la Congrégation de la Propagande, sur proposition du nonce. La réforme permet de choisir parmi le clergé local, sans consultation du gouvernement français. Cette décision est prise par Rome sans que le gouvernement français en soit informé, sinon la veille, ce qui entraîne une protestation de l’ambassadeur81.

49Juste avant l’arrivée de Marella, la nomination de Mgr de la Chanonie à Clermont ne s’est pas faite sans mal, Bidault étant très opposé à la nomination d’un homme

  • 82 JWO, 23 mars 1953.

« choisi parmi les anciens tenant d’une doctrine politique condamnée par Rome (l’Action française) et les adversaires de la République »82.

  • 83 JWO, 2 avril 1955.

50L’ambassadeur ne semble pas avoir d’influence sur le nonce qui ne lui parle pas des projets de nomination, mais se plaint de la difficulté de trouver des évêques bien portants83. Cette difficulté que raille d’Ormesson n’est que trop vraie. Les hommes présentés par l’épiscopat français sont souvent âgés et de santé médiocre ; plus d’un décline l’honneur de la mitre en raison de son âge ou de son état physique.

  • 84 JWO, 2 avril 1955.

51« L’épiscopat (français), dit Tardini, répugne à présenter des hommes jeunes, des évêques dans la quarantaine, pas des sexagénaires »84.

  • 85 JWO, 7 février 1955.
  • 86 JWO, 7 novembre 1953. Léon-Etienne Duval, créé cardinal le 22 février 1965, meurt à Alger le 30 mai (...)

52L’ambassadeur soutient auprès de ce dernier quelques candidatures : Ménager comme auxiliaire de Versailles ; Michon, candidat du gouvernement, qui est nommé à Chartres85 ; Duval, de Constantine pour être transféré à Alger en 1954, transfert voulu par Bidault, contre l’avis de Gerlier « en raison de sa santé fragile et de son caractère trop convenu »86. Bidault souhaiterait voir Mgr Duperray, évêque de Montpellier, nommé à Besançon :

  • 87 JWO, 28 mars 1954.

« c’est une des meilleurs têtes de notre épiscopat et son caractère réservé irait avec celui de la Franche-Comté »87

  • 88 Il est nommé archevêque coadjuteur sedi datus de Paris le 12 juin 1961, avec droit de succession le (...)
  • 89 Louis Pihour, né en 1902, prêtre en 1930. Le pape est « extrêmement mécontent de l’affaire de Versa (...)
  • 90 Chanoine Papon, Le dernier étage du Vatican, témoignage de Pie XII à Paul VI, Paris, 1977, pp. 103- (...)

53Parmi les dossiers que le nonce instruit, on note celui de son ami Jean Villot, nommé auxiliaire de Paris en 1954, puis transféré à Lyon comme archevêque-coadjuteur en 1959 ; celui de Pierre Veuillot, addetto de la Secrétairerie d’État promu à Angers en 1959 avec l’objectif de succéder à Feltin à Paris88. Il fait aboutir également la succession de Mgr Roland-Gosselin à Versailles. Ce diocèse est le deuxième de France par son étendue et son importance, aussi le choix de son évêque est-il particulièrement étudié. Le candidat de Pie XII et de Roncalli, Pihour, vicaire général de Nantes est finalement écarté89. Le candidat de Feltin est Henri Brault, évêque de Saint-Dié, finalement c’est Alexandre Renard, le candidat de Michelin, qui est nommé en août 1953. Un nouveau problème apparaît avec l’auxiliaire Mgr Audrain, en poste depuis 1938 et qui ne s’entend pas avec le nouvel évêque : il faut lui trouver un diocèse honorable et surtout un nouvel auxiliaire pour Versailles. Au cours de l’année 1954, Audrain devient coadjuteur d’Auch et Jacques Ménager le remplace. En décembre 1957, c’est la nomination de Jean-Marie Maury comme coadjuteur de Tarbes et Lourdes pour seconder l’évêque Théas dans sa complexe et embarrassante entreprise de construction de la basilique souterraine Saint-Pie X : le projet dont le coût voisine les deux milliards de francs effraye les cardinaux français qui demandent au Saint-Siège quelqu’un pour veiller à la situation que l’évêque de Tarbes ne semble pas en mesure d’assurer90. C’est sous sa nonciature qu’ont lieu les nominations d’Elchinger aux côtés de Weber à Strasbourg en 1958 et de Maziers, futur archevêque de Bordeaux, comme auxiliaire de Lyon en 1960.

54D’Ormesson déplore la « pâleur » de l’épiscopat français ; « ce sont les évêques français qui les proposent » répond Tardini. Cette « médiocrité de l’épiscopat » qui revient souvent dans la correspondance des ambassadeurs est due, selon Mgr Emanuele Clarizio qui en fait confidence à Roland de Margerie, à la politique des dossiers. Tardini donne des instructions précises sur l’élaboration de

« dossiers tout prêts ». « Rome épluche avec beaucoup trop de minutie les dossiers de candidature »

55établis par la nonciature et étoffés au cours des ans par « des lettres, le plus souvent anonymes, où l’on nous met en garde contre tel ou tel candidat possible », avec copie à la Secrétairerie d’État,

« où on a le tort de les mettre au dossier et parfois d’en tenir compte... Pour éviter de mécontenter les uns, pour parer aux objections des autres, on finit par préférer des hommes dont les dossiers sont peut-être impeccables mais avant tout parce qu’il s’agit de personnalités sans éclat, dont l’action n’a jamais prêté à controverse pour cette bonne raison qu’elle était inexistante ».

56Et Mgr Clarizio de conclure :

  • 91 Dépêche confidentielle de Roland de Margerie, 13 septembre 1957. AMAE, Europe, 1956-1960, Saint-Siè (...)

« il serait beaucoup plus sage de faire davantage confiance à la nonciature qui connaît non seulement les dossiers mais les hommes et aussi les besoins des diocèses »91.

Polémiques françaises à propos de la représentation pontificale

57L’affaire des prêtres-ouvriers, strictement ecclésiastique et regardant les problèmes pastoraux de l’Église ne demeure pas à ce niveau. Très rapidement l’intellectuel et le politique s’y intéressent. Les milieux progressistes y voient un frein à la pastorale adaptée au monde d’aujourd’hui. Le politique y voit une ingérence du Saint-Siège dans les affaires intérieures de la France et un prétexte à remettre en cause le statut de laïcité de l’État. A la Chambre des députés, les catholiques sociaux et les socialistes s’émeuvent d’une attitude qu’ils considèrent comme réactionnaire et préjudiciable à l’image de la France. Edmond Michelet, sénateur R.P.F. demande au ministère des Affaires étrangères :

« si tout en respectant les lois fondamentales de la République, telles qu’elles sont mentionnées dans le préambule de la Constitution et notamment le principe de la Séparation de l’Église et de l’État, il ne serait pas de son devoir d’attirer l’attention du Saint-Siège sur les conséquences regrettables qui risquent d’atteindre à travers l’Église de France, le prestige et le rayonnement de notre pays dans le monde à la suite de circonstances qui ont entouré les décisions frappant des prêtres et des religieux français ».

  • 92 Pour R. Lecourt, l’homme « joignait à une connaissance sans lacune de la législation de l’espèce et (...)
  • 93 La Congrégation consistoriale a pour charge principale de présenter au pape la candidature des évêq (...)

58Le socialiste Maurice Deixonne92, député du Tarn, s’insurge contre « la convocation par un nonce des cardinaux français au nom de la Consistoriale...93 » ; le député demande au gouvernement si cette information est vraie et dans l’affirmative comment peut-elle se concilier :

  1. Avec la tradition gouvernementale affirmée sous les régimes les plus différents et qui veut que les nonces, remplissant en France les fonctions d’ambassadeurs, ne peuvent entretenir des communications officielles qu’avec le Gouvernement (Baron Damas, ministre des Affaires étrangères, 1826).

  2. Avec les accords qui ont présidé à la reprise des relations diplomatiques avec le Vatican. Le nonce, déclarait alors à la Chambre M. Noblemaire, ne sera qu’un agent diplomatique et vous avez le devoir et le moyen de le rappeler à sa fonction s’il s’en écartait.

  3. Avec le droit international dont la pratique constante veut que des agents diplomatiques s’abstiennent de toute immixtion dans les affaires locales, la seule exemption visant les États du protectorat. Quelles mesures le gouvernement compte prendre pour faire respecter par les diplomates étrangers les prérogatives de la souveraineté nationale ?

  • 94 Dépêche du 12 mars 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, fol., 197 et suivants.

59Après avoir interrogé l’ambassadeur à Rome, qui détaille dans une longue dépêche le rôle et les pouvoirs du nonce en France94, le ministre des Affaires étrangères répond au député Deixonne, le 12 mai 1954 :

« les visites rendues par le nonce apostolique à plusieurs titulaires de sièges archiépiscopaux et les contacts pris à ces occasions n’ont pas échappé à l’attention du gouvernement soucieux du maintien des règles traditionnelles dans les rapports du nonce avec le clergé français. Les pouvoirs canoniques des nonces ne font pas l’objet d’une règle établie en droit international, certains pays admettant, en ce qui les concernent, l’application du canon 267 et d’autres s’y opposant. Le gouvernement français, assuré d’ailleurs pour le présent comme par le passé de la sagesse et de la discrétion traditionnelle des représentants du Saint-Siège, qui ont permis d’éviter et de résoudre des difficultés d’un caractère d’ailleurs souvent formel, soucieux du maintien des conditions de bonnes relations mutuelles que recommande le bien commun, continuera de veiller dans ce domaine au maintien des prérogatives que notre pays tient de l’Histoire et qui ont été consacrées par sa législation interne ».

60Le nonce aurait souhaité que l’on supprime l’incise :

« certains pays admettant, en ce qui les concernent, l’application du canon 267 et d’autres s’y opposant ».

  • 95 JWO, 26 mai 1954.

61Mais le texte lui a été soumis trop tard, alors qu’il était déjà envoyé au Journal Officiel ; il s’en plaint à Mgr Villot et à Michelin95.

62La presse ne reste pas insensible à cette question et fait rebondir la polémique. Certains milieux catholiques voient dans l’activité du nonce une ingérence déplacée dans les affaires de l’Église de France et l’on voit refleurir les propos gallicans. Jean Lacroix, dans la revue Esprit du mois de décembre 1953, rédige une courte note où se dégage de manière significative l’esprit gallican :

  • 96 J. Lacroix, « Nonciature et diplomatie », Esprit, Paris, décembre 1953.

« On sait que l’ambassadeur du Vatican auprès de la République parcourt la France et tient des réunions dans plusieurs villes, Toulouse, Lyon, Paris, avec un certain nombre d’évêques. De quel droit un ambassadeur étranger peut-il réunir des citoyens français, présider leurs réunions, et transmettre des consignes secrètes ? ... si il y avait un gouvernement en France, la protestation eut été immédiate.... Du point de vue d’un catholique, la question est aussi délicate. Il s’agit de savoir si les évêques sont les successeurs des apôtres ou de simples préfets... »96.

  • 97 Gabel, La Croix, 12.12.1954.

63Jean Lacroix atténue dans la livraison suivante son propos, sans doute sous la pression de fortes protestations dont La Croix s’est fait l’écho sous la plume de son rédacteur en chef, le Père Gabel ; ce dernier rappelle en particulier le double rôle du nonce énoncé par le canon 267 du Code de droit canonique97. Lacroix publie en janvier 1954 une mise au point qui est en fait une rétractation et un mea culpa :

  • 98 J. Lacroix, « Nonciature et diplomatie », Esprit, Paris, janvier 1954.

« Des membres de la hiérarchie et des catholiques se sont émus de la note publiée sous le titre « Nonciature et diplomatie » dans Esprit de décembre 1953 et m’ont fait savoir le scandale qu’elle causait dans l’Église. Je tiens à en exprimer le profond regret, pour un chrétien, le scandale est toujours un mal. De plus, des interprétations abusives ont donné à cette note une allure anticléricale qui n’était pas dans mes intentions et que je blâme également. Enfin, le droit canon porte que les nonces doivent ad vigilare et in ecclesiarum statum et romanum pontificem de eodem certiorem reddere. Il est certain qu’en ce qui concerne les prêtres-ouvriers, le nonce n’est pas sorti d’un domaine purement religieux »98.

  • 99 François Méjan, né en 1908. Président du tribunal administratif de Lille de 1950 à 1960, après avoi (...)

64Jean Lacroix est relayé, dans la Revue administrative par François Méjan99 qui étudie dans un long article « Le rôle des nonces apostoliques ». Bon connaisseur du droit canonique, il présente une défense de l’État français contre les « agissements des nonces qui se sont succédés en France depuis 1925 » :

« tout se passe comme si le nonce était en France un légat a latere tendant à limiter les prérogatives des évêques dans leur propre diocèse »

65pour conclure « qu’il se peut bien que les évêques tendent peu à peu à devenir de simples préfets », sans aucune autorité personnelle. Méjan reprend ainsi la principale accusation de Jean Lacroix :

« Nous assistons à l’érection d’un intermédiaire obligatoire entre le pape et les évêques français, d’une sorte de nouveau chef direct (vraiment venu ultra monte) de l’Église de France, le nonce auprès du gouvernement français ».

66Méjan prend pour exemple, l’attitude toute gallicane des gouvernements antérieurs, citant la position des rois de France, de Napoléon Ier et de la IIIe République. Il cite un discours de Casimir Périer qui résume, en 1894, cette tradition :

« sous tous les régimes et dans tous les temps, le nonce n’a eu au regard du gouvernement français qu’une qualité, celle d’ambassadeur. Dans tous les temps, il a été établi qu’il ne pouvait communiquer directement avec le clergé, sauf dans un seul cas, lorsqu’il s’agit de recueillir des informations qui précèdent la nomination des évêques. Il suffit de se reporter aux précédents de toutes les époques pour savoir qu’aucun gouvernement n’a jamais admis la correspondance directe avec les évêques... ».

67Méjan s’appuie également sur le discours de M. Noblemaire, député catholique, rapporteur du projet de loi de reprise des relations diplomatiques en 1921 :

« le Saint-Siège, sait, et il l’a accepté, que la reprise des relations diplomatiques ne comporte aucune modification du régime légal français en matière des cultes, d’écoles et d’associations, il ne peut donc pas ne pas donner au futur nonce, les plus fermes instructions de prudence et de respect du régime d’absolue laïcité de l’État... Je suis convaincu qu’il ne se trouvera pas un catholique français, clerc ou laïc, pour commettre la faute aussi impardonnable du point de vue catholique que du point de vue français, d’admettre du nonce et à plus forte raison de lui demander et de lui suggérer quelque immixtion que ce soit dans les affaires proprement françaises du clergé français et a fortiori, dans notre politique intérieure ».

68Dans l’analyse de Méjan, c’est « avec Roncalli (que) le rôle religieux du nonce apostolique en France se transforme alors publiquement et devient ce qu’il est aujourd’hui, éclipsant son rôle diplomatique près du gouvernement. Il se mit à présider la plupart des cérémonies religieuses françaises importantes et ses déplacements à cet effet s’amplifièrent à un rythme extraordinaire ». Bien disposé envers Marella qui :

« dès son arrivée donne l’impression générale de vouloir s’attacher avec une haute sagesse et beaucoup de finesse d’esprit à son rôle public d’ambassadeur auprès du gouvernement »,

69Il lui reproche :

« sa grave intervention dans la question des prêtres-ouvriers ou pour la première fois dans l’histoire, un nonce convoquait des cardinaux français au nom de la Consistoriale ».

70Pour conclure, l’auteur se demande si une nonciature est compatible avec un régime de séparation. Il répond par la négative et en vient à souhaiter un concordat. Il termine son exposé par des menaces à peine dissimulées, utilisant la situation faite à l’enseignement privé comme un moyen de pression.

Négociations secrètes entre la France et le Saint-Siège

  • 100 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, concorde sans concordat, 1952-1957, Paris, 1978.

71En fait de concordat, depuis le mois de mars 1952, des conversations en vue de négociations sont menées dans le plus grand secret entre le Saint-Siège et la France. Le gouvernement, et plus précisément le M.R.P. et Georges Bidault, désire obtenir une sorte de concordat afin d’améliorer les rapports entre l’Église et la France et surtout résoudre les questions qui empoisonnent la politique intérieure, en particulier celle de l’école privée. Bidault charge Robert Lecourt des travaux d’approche. Cette entreprise est reprise par les gouvernements successifs jusqu’à Guy Mollet. La question est fort bien présentée par Robert Lecourt dans son livre Entre l’Église et l’État, concorde sans Concordat100. Le Journal de Wladimir d’Ormesson nous fait connaître les actions et les conversations menées à Rome et à Paris par l’ambassadeur et par les envoyés du gouvernement ainsi que ses propres réactions et celles de ses interlocuteurs parisiens et romains.

  • 101 Robert Lecourt. Né le, 19 septembre 1908 à Neuilly. Avocat, député et président du groupe MRP de 19 (...)
  • 102 Le surnom de Mgr Villot est révélé par Antoine Wenger, Le cardinal Villot, 1905-1979, Paris, 1989, (...)

72Sous la plume de d’Ormesson, nous voyons défiler les acteurs du projet. En premier lieu, « nos amis de Paris » : Robert Lecourt101, député M.R.P. et Alfred Michelin. Lecourt est la cheville ouvrière, il est tenu en haute estime par l’ambassadeur, mais également par le pape et Mgr Tardini. Sa permanence au coeur des conversations, jusqu’en 1957, prouve bien ses capacités, ses qualités humaines et son respect des opinions des autres formations politiques. Alfred Michelin est également un allié efficace à la cause ; il a la confiance totale du cardinal Feltin et par lui de l’A.C.A. Il sert de truchement entre Paris et Rome, transmet les courriers et accompagne à Rome l’envoyé de Bidault puis celui de Guy Mollet, Faucon. Un troisième personnage que Lecourt appelle Mgr Marguerite dans son livre, et qui n’est autre que Jean Villot, est le conseiller ecclésiastique de la cellule parisienne102.

  • 103 Lecourt ne cite jamais son nom.
  • 104 La loi Barangé, 28 septembre 1951, donne aux familles une allocation trimestrielle pour chaque enfa (...)

73La relation de l’ambassadeur donne également un nouvel éclairage sur la figure de Mgr Domenico Tardini, pro-secrétaire d’État depuis décembre 1952103. Portrait tout en finesse qui révèle un grand sens de la diplomatie et son intérêt pour les affaires de France, très importantes à ses yeux car « le monde entier regarde la France ». Tardini n’est pas convaincu de la nécessité d’un règlement des affaires religieuses entre la France et le Saint-Siège, car il ne craint pas un retour à l’anticléricalisme virulent et se méfie de la conjoncture politique qui amène des alliances souvent fugaces. Il n’est pas contre non plus et ne veut pas décevoir les catholiques politiques. Il tient par-dessus tout, et le pape derrière lui également, à la liberté de l’enseignement et ne veut pas sacrifier la loi Barangé104 à une hypothétique solution plus attrayante. Ce point de vue, malgré un accueil très positif des propositions parisiennes, ne varie pas. Il reste méfiant envers les socialistes :

  • 105 JWO, 30 mai 1954.

« ce sont des marxistes qui ont un masque, dit-il à Feltin, tandis que les communistes, au moins, n’ont pas de masque »105.

74Il rappelle également tout au long des conversations que le Saint-Siège n’est pas intéressé par l’opportunité de la démarche rendue possible par la conjoncture politique mais bien par la démarche elle-même et sa finalité. On trouve aux côtés du prélat deux de ses proches collaborateurs, Mgr dell’Acqua et Mgr Samorè.

75Wladimir d’Ormesson est un chaud partisan de la négociation et épouse les mobiles de Georges Bidault. Il est maintenu dans son poste, au-delà de l’âge de la retraite dans ce but bien précis. On ne cesse de lui répéter à Paris « qu’il est le plus qualifié pour mener cette action », et à Rome Tardini ne lui cache pas que :

  • 106 JWO, 11 avril 1956.

« envoyer ici un inconnu ou un homme de gauche en qui le Saint-Siège n’aurait pas confiance, paraîtrait une lourde erreur dans les circonstances actuelles »106.

76Son remplacement par Roland de Margerie, rendu officiel le 7 juillet 1956, consterne Tardini et ses collaborateurs. Il est bien conscient également que si les conversations aboutissaient, ce serait le couronnement de sa carrière. Mais avant tout, cet engagement révèle ses qualités de citoyen et de catholique convaincu dont le souci premier est de trouver une solution au contentieux entre l’État et l’Église. Cette préoccupation revient constamment sous sa plume. Il n’ose cependant pas y croire vraiment et l’Histoire lui donnera raison. Il connaît bien les milieux romains et se rend compte que ni Tardini, ni le pape ne sont pressés, « ils ont l’éternité », et également que cette négociation est voulue par Paris à des fins politiques. Cet exposé de son action permet de mieux situé W. d’Ormesson, homme de droite, conservateur par certains côtés mais partisan de la politique sociale du M.R.P. sans toutefois apprécier la cour trop assidue que ce parti fait à la S.F.I.O ; il est très prévenu contre les extrémistes de droite et les indépendants, comme Pinay. Il n’est pas moins dur avec le milieu parlementaire qu’envers la curie romaine. Ni Bidault, ni Faure ne sont ménagés ; de ce dernier, il écrit :

  • 107 JWO, 26 juin 1955.

« il ne doit pas y avoir plus faux, plus retors, plus insaisissable que ce Faure. C’est une espèce d’anguille parlante...une espèce d’équilibriste de la politique, expert en tour de passe-passe »107.

77Ses propos les plus sévères sont pour les socialistes sectaires dont il ne supporte pas l’anticléricalisme qu’il analyse comme un défaut d’intelligence. C’est ainsi qu’il fait un portrait sans complaisance de Faucon, l’envoyé de Guy Mollet et du « très vaniteux » Méjan, surtout après la publication de ses articles dans la Revue administrative. En revanche, il a beaucoup de respect pour Guy Mollet, qu’il trouve intelligent et sans sectarisme. Seuls Alfred Michelin et Robert Lecourt trouvent grâce à ses yeux, bien qu’il les juge souvent irréalistes ; ce sont deux modèles de chrétiens militants appliquant les préceptes évangéliques dans les affaires de la Cité.

  • 108 Michel Debré, dès son arrivée au pouvoir, crée une commission d’étude dont W. d’Ormesson est vice-p (...)
  • 109 Tardini, alerté par Mgr Weber, évêque de Strasbourg, s’est rendu compte dès, 1953, des difficultés (...)

78Il n’est pas inutile d’évoquer les méandres des conversations de mars 1952 à octobre 1956, date de départ de W. d’Ormesson, d’autant que le livre de Robert Lecourt, désormais introuvable, reste peu connu. Au fil des pages du Journal, on assiste au rétrécissement du projet français ; le mémorandum de Bidault, - « presque un concordat » selon Tardini - voulant résoudre tous les problèmes pendants, devient sous Faure un simple règlement des problèmes scolaires. Guy Mollet, lui, voit l’importance de tout régler mais il n’en aura pas le temps108. Les conversations sont cependant fort avancées au moment de la chute du gouvernement Mollet ; seules quelques questions restent pendantes, dont celle de l’abrogation du concordat en Alsace-Lorraine109.

79Tout commence le 27 mars 1952 par une rencontre entre Guy Mollet, Maurice Deixonne, Charles Barangé, Jules Catoire et Robert Lecourt ; ces parlementaires se connaissent et ont déjà échangé leurs idées au sujet de l’école ; ils désirent aller plus loin ; Alfred Michelin et Mgr Blanchet, recteur de l’Institut catholique de Paris, puis Mgr Feltin, estiment que cette initiative est digne d’intérêt. Maurice Deixonne dans une lettre à Robert Lecourt précise les chapitres sur lesquels devront porter les pourparlers. Mgr Fontenelle, approché lors d’un passage à Paris, le 10 juillet, indique la manière de faire aboutir l’initiative. C’est ainsi que Robert Schuman écrit dès le lendemain à Wladimir d’Ormesson. Le 31 juillet, Michelin est reçu par Mgr Tardini qui se montre prêt à entendre les propositions françaises. Durant l’automne est mis en forme un document auquel travaillent Mollet, Deixonne, Michelin et Lecourt, aidés des conseils de Mgr Blanchet.

80Le texte est prêt le 20 novembre, il reçoit l’assentiment de Mgr Villot et des cardinaux français. Le 12 décembre, Wladimir d’Ormesson peut le lire à Mgr Tardini, lui précisant qu’il le ne le fait pas :

« en tant qu’ambassadeur de France mais comme simple catholique mandaté par deux autres catholiques Robert Schuman et Maurice Schumann »,

81afin de ne pas engager le gouvernement français.

82L’année 1953 est consacrée à la mise en forme du mémorandum en vue d’un accord d’ensemble avec le Saint-Siège. Il est convenu que la cellule de travail comportera quatre personnes : deux socialistes et deux catholiques. Avant de pouvoir rédiger les différents chapitres du mémorandum, certaines recherches doivent être menées concernant les congrégations, les cultes, l’école.

83A la fin du mois de décembre 1953, le mémorandum est prêt. Il comporte dix chapitres de longueur inégale ; sont traités successivement :

  1. le régime des cultes avec les modifications et compléments à la loi du 9 décembre 1905,

  2. la nomination des évêques avec les procédures de consultation entre l’Église et l’État,

  3. les statuts des congrégations, de leurs biens, de leur statut fiscal,

  4. L’école avec un régime souple mais complexe, de coopération substitué à la loi Barangé.

  5. L’aumônerie des armées,

  6. la représentation du Saint-Siège en France,

  7. les territoires français d’Outre-Mer,

  8. les États associés,

  9. les pays de Protectorat,

  10. le territoire de la Sarre. C’est ce volumineux document que Wladimir d’Ormesson vient chercher à Paris, dont il parle au Pape le 31 décembre lors de la présentation des voeux, assurant le Saint-Père « que la question religieuse jouait toujours un rôle capital dans notre politique intérieure » ainsi qu’il a pu s’en rendre compte au Congrès de Versailles.

84L’ambassadeur remet le mémorandum à Mgr Tardini le 8 janvier 1954, accompagné d’une note verbale établie par Robert Lecourt.

« Sa simple lecture m’a bouleversé, dit Tardini à l’ambassadeur quelques jours plus tard. C’est un vrai projet de concordat, en dehors de la question du mariage, vous avez prévu tout ce qui figure généralement dans un concordat ».

  • 110 On peut néanmoins s’interroger sur l’attitude publique de Deixonne et de Méjan, tous deux impliqués (...)

85Le copieux document doit être soigneusement étudié par la Secrétairerie d’État et les dicastères compétents. C’est alors que surviennent plusieurs événements qui gênent énormément la poursuite des conversations : un grave accident de santé du pape et, en France, une campagne de presse, non concertée mais fort malencontreuse soutenant « la rébellion des prêtres-ouvriers »110. Montini dit à d’Ormesson :

  • 111 Télégramme du 18 février 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 38, f. 57.

« sur un ton quelque peu solennel que le pape, bien que gravement malade, avait lu la presse et s’était montré profondément affecté par les attaques dirigées contre son nonce(sic)... et particulièrement blessé par celles de l’article de François Mauriac »111.

  • 112 JWO, 29 mars 1954.

86Tout cela indispose les interlocuteurs romains d’autant que Mendès France arrive au pouvoir en juin. Mais, comme le confirme Mgr Samorè à l’ambassadeur, « la négociation n’est pas arrêtée, elle est simplement en veilleuse ». Tardini suggère d’attendre la nouvelle législature « qui aura 5 années devant elle »112.

  • 113 R. Lecourt laisse entendre que Mendès France aurait fait approcher certains prélats français en vue (...)
  • 114 Louis Faucon. Né en 1913 à Lyon, Agrégé des lettres, chef de cabinet de Léon Blum en 1948, de Guy M (...)

87Contrairement à ce que craignait d’Ormesson, Mendès France ne demande pas la reprise des négociations113 ; en revanche, Edgar Faure qui lui succède, poussé par l’évêque de Saint-Claude, Mgr Flusin, se montre très intéressé. Il charge, au cours de l’été 1955, l’ambassadeur de plusieurs démarches auprès du Saint-Siège et des cardinaux français. Il désire essentiellement obtenir la paix scolaire à des fins de majorité parlementaire. L’année 1956 est celle de la reprise des négociations. Guy Mollet, qui connaît le problème depuis quatre ans, est très désireux de les mener à bien. Au témoignage de W. d’Ormesson, il a vraiment conscience qu’une négociation complète sur les problèmes religieux en France ramènera la paix intérieure. Le président du Conseil rencontre Robert Lecourt le 17 février puis le 8 mars ; il décide d’envoyer à Rome un émissaire de tout confiance, Faucon, universitaire déjà présent dans la commission Paul-Boncour, en 1951114. A Rome, Louis Faucon, s’il déplaît à W. d’Ormesson, trouve bon accueil auprès de Mgr Tardini. Le 26 avril, un nouveau groupe de travail de quatre membres est constitué avec Faucon, Deixonne, Michelin et Lecourt. Les séances de travail sont longues et rapprochées, car Mollet désire qu’un document soit prêt pour l’automne.

88Une nouvelle difficulté surgit avec le désir irrévocable du Ministre des Affaires étrangères, Christian Pineau, de remplacer Wladimir d’Ormesson. Le décret parait au Journal Officiel le 7 juillet ; l’ambassadeur devra quitter Rome le 1er octobre suivant. On comprend la hâte du groupe parisien. Le document est à Rome le 5 juillet ; le texte est jugé trop long ; les cardinaux français envoient Villot à Rome le 8 juillet afin d’appuyer la démarche auprès de Tardini ; Faucon est reçu par Tardini le 15 du mois ; après avoir fait élaborer une version plus concentrée des textes, il retourne à Rome le 13 août. Tardini lui fait alors trois remarques : -la convention doit être conforme dans sa forme avec le genre d’accord dont le Saint-Siège a coutume ; il faut réduire le contenu, car plus il y a de matières et plus leur étude, discussion et décision demanderont du temps ; il sera nécessaire de consulter l’épiscopat français. Avant son départ, Wladimir d’Ormesson remet à Tardini l’ensemble des textes revus par les négociateurs parisiens en essayant de tenir compte des désirs de la secrétairerie d’État.

  • 115 Roland Jacquin de Margerie, né en 1899. Fils d’ambassadeur, directeur général en 1955 des Affaires (...)
  • 116 R. Lecourt, Entre l’Église...op. cit., p. 155.

89Le nouvel ambassadeur, Roland de Margerie115 qui s’installe le 3 octobre Villa Bonaparte, est bien au courant des négociations, René Brouillet également. Le 25 novembre, Tardini lui fait tenir la réponse du Saint-Siège, qui se présente sous forme d’un cahier relié en gris ; les textes sont très éloignés des propositions françaises. Au cours du mois de février 1957, les quatre Parisiens se réunissent pour trouver les rapprochements possibles entre les deux textes, puis en mars Lecourt et Michelin sont à Rome pour s’entendre dire par Tardini que le texte soulève trop de questions, « trop de principes qui ont valeur générale pour l’ensemble de la catholicité »116. Le pro-secrétaire d’État est très sombre pour l’avenir de la négociation. Il est cependant convenu que Mgr Samorè et Robert Lecourt reprendront point par point les propositions françaises et les mettront en face de celles du Saint-Siège pour tenter de les rapprocher au mieux. Les deux hommes auront ainsi plusieurs longues séances de travail en mars et avril, tandis que Tardini tient toujours les mêmes sombres propos à Faucon qu’il rencontre le 25 avril. Le dur labeur des deux hommes est interrompu par la chute de Guy Mollet, le 22 mai 1957. Les gouvernements qui lui succèdent, accaparés par d’autres problèmes ne donnent pas suite à ces pourparlers fort avancés.

  • 117 Lettre de Robert Lecourt aux auteurs, 16 avril 1997.

90Qu’en est-il du nonce dans tout cela ? Les conversations se passent en dehors de lui ; ni Wladimir d’Ormesson ni Robert Lecourt ne font mention d’un rôle quelconque de sa part. Le nonce a certainement connaissance de ces conversations, ne serait-ce qu’à cause de son amitié avec Villot et de leurs fréquentes rencontres. La Secrétairerie d’État et Mgr Villot prennent-ils conseil auprès de lui ? Rien ne le laisse supposer avant mars 1956, d’autant qu’il est question de la position du nonce dans les propositions françaises117. Dans la correspondance Villot-Marella, la première lettre de Villot faisant allusion à cette question, et seulement sous l’angle de l’école, est datée du 1er mars 1956 et informe le nonce que l’ACA encourage l’initiative du Président du conseil qui

  • 118 Villot à Marella, 1er mars 1956.

« souhaiterait engager avec le Saint-Siège une conversation ayant pour objet la recherche d’une solution viable au problème de l’enseignement libre »118.

  • 119 Villot à Marella, 16 mars 1956.

91Villot l’informe également de l’attitude plutôt positive des évêques de Strasbourg et Metz, Weber et Heintz119.

  • 120 Villot à Marella, 18 juin 1956 et 22 juin 1956 : « M. Lecourt a rencontré M. le président du Consei (...)
  • 121 R. Lecourt, Entre l’Église... op. cit., pp. 148 et 159.

92Marella tente, en juin une démarche pour éviter le départ de W. d’Ormesson ; Villot, Lecourt et Michelin, interrogés sur l’opportunité de cette démarche, la déconseillent dans un premier temps, puis sur le conseil de Faucon, Lecourt accepte d’en parler à Guy Mollet qui se montre embarrassé120. C’est seulement en 1957 que le ministre des Affaires Etrangères, Christian Pineau l’interroge et décide qu’il doit être tenu au courant. C’est par lui que désormais s’acheminent les plis pour la Secrétairerie d’État121.

  • 122 Jusqu’à la fin de l’année, 1952, le nonce à Paris est également observateur permanent du Saint-Sièg (...)
  • 123 L’important dossier de presse réuni entre, 1953 et 1959 reflète bien cette activité pastorale.
  • 124 L’impossibilité de la consultation des Archives de la Nonciature conservées à l’Archivio Segreto Va (...)

93A Paris, malgré la présence de l’UNESCO qui donne à la nonciature au début des années 1950 une ouverture internationale122, on assiste à une relativisation du rôle du nonce en cette période. Le gouvernement traite directement avec le Saint-Siège par le truchement de son ambassadeur. Le nonce valorise alors l’autre face de sa mission, celle de représentant du Saint-Siège auprès de l’épiscopat local. Cela se traduit par les voyages fréquents du prélat à travers le pays ainsi que son souci d’établir un épiscopat rajeuni123 ; il y est particulièrement aidé par Jean Villot. Si les archives consultées reflètent la relative modestie de l’activité du nonce, il ne faut pas perdre de vue ce que cette activité doit à l’oral ; l’absence de document ne signifie nullement que son rôle soit inexistant124. Marella n’aura pas à Paris d’autre ambition que de servir l’Église, laissant sciemment de côté la politique. Margerie témoigne

  • 125 Rapport de fin de mission de Roland de Margerie,10 septembre 1959. AMAE, Europe, 1956-1960. Saint-S (...)

« qu’au cours des sept années consécutives pendant lesquelles (il) fut directeur adjoint puis directeur des affaires politiques, (il n’a) pas une seule fois reçu la visite du nonce ou d’un de ses représentants »125.

94De ce point de vue, d’Ormesson a raison de voir en Maglione le dernier grand nonce à Paris.

  • 126 J. Grootaers, Actes et acteurs à Vatican II, Louvain, 1998, pp. 423-432.

95La carrière de Paolo Marella dont le nom figure parmi les papabili du conclave de juin 1963, se poursuit jusqu’au pontificat de Jean-Paul II. Après avoir quitté Paris, il prend part activement au Concile comme président de la Commission des évêques et du gouvernement des diocèses126. Fort de son expérence japonaise, Il devient le premier président du Secrétariat pontifical pour les non-chrétiens. Il a l’occasion de revenir en France comme légat de Paul VI pour présider aux fêtes du VIIIe centenaire de Notre-Dame de Paris, à l’invitation du cardinal Feltin, en mai 1964. Outre celle de Paris, il effectue plusieurs légations, représentant Paul VI à New-York en 1964, à Pittsburgh en 1966 et au Japon dont il reste l’interlocuteur privilégié, en 1965 et en 1970, pour l’Exposition mondiale d’Osaka. Il devient archiprêtre de Saint-Pierre, puis en 1972 il est admis dans l’ordre des évêques, assumant la charge épiscopale de Porto-Santa-Ruffina et de vice-doyen du Sacré-Collège. Il meurt à Rome le 15 octobre 1984, dans sa 89e année. Ainsi que l’écrit Wladimir d’Ormesson avec plus d’aménité que dans son journal :

  • 127 W. d’Ormesson, Le Figaro, 20 novembre 1959.

« le cardinal Marella ne connaissait pas notre pays quand il y arriva, il lui fallait tout apprendre, la vivacité de son intelligence, son exquise bonté et aussi la finesse et la loyauté avec laquelle il a accompli sa mission, lui ont valu la confiance des Français. Oui, vraiment ! Peu de nonces, en si peu de temps, auront acquis autant d’estime et de respectueuse affection »127.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs remercient le professeur Jean-Dominique Durand et le professeur Emile Poulat pour les précieux conseils qu’ils ont bien voulu leur donner.

2 W. d’Ormesson, De Saint-Pétersbourg à Rome, Paris, 1969, pp. 173-208.

3 Après sa mission et en reconnaissance pour les services rendus à l’Église, Paul VI le nomme Consulteur honoraire de la Commission pontificale pour l’État de la Cité du Vatican, le 20 mars 1968.

4 W. d’Ormesson, Les vraies confidences, Paris, 1962, p. 31.

5 Ce journal manuscrit est déposé aux Archives nationales. Les auteurs remercient chaleureusement M. François d’Ormesson qui a bien voulu leur en permettre la consultation. On note les références au texte du journal comme suit : JWO, suivi de la date.

6 JWO, 7 mai 1956.

7 Maurice Schumann, Discours de réception à l’Académie française, le 30 janvier 1975, Paris, 1975.

8 Il n’a pas assez de mots pour flétrir le langage peu choisi d’Edgar Faure, « Voilà celui qui gouverne la France, j’avais presque envie de rire ou de pleurer.....il n’a pour ainsi dire cessé de dire m..., ou emm... ou con... tout de même, ce vocabulaire ! », JWO, 26 juin 1955.

9 Modeste notice de G. H. Baudry, dans Catholicisme, hier, aujourd’hui et demain, Paris, 1977, t. 8, col. 433.

10 JWO, 29 novembre 1952.

11 JWO, 29 novembre 1952. Lorsqu’en 1958, Tardini est nommé secrétaire d’État par Jean XXIII, ce dernier lui dit « maintenant ce sera à notre tour de vous donner de mauvaises notes ».

12 JWO, 6 janvier 1953.

13 Angelo Roncalli, Souvenirs d’un nonce, cahiers de France, 1944-1953, Rome, 1963, p. 43.

14 Sergio Pignedoli. Né le 4 juin 1910 à Felino di Reggio Emilia. Prêtre le 1er avril 1933. Evêque le 11 février 1951, auxiliaire de Montini à Milan, puis secrétaire de la Propagande, en 1973, il succède à Marella comme président du Secrétariat pour les non-chrétiens. Mort le 15 juin 1980.

15 Fernando Cento. Né à Pollenza, le 10 août 1883. Prêtre le 23 décembre 1905. Evêque d’Arcireale le 22 juillet 1922, archevêque titulaire de Seleucia le 24 juin 1926, nonce au Portugal en 1953, cardinal le 15 décembre 1958. Mort le 13 janvier 1973.

16 Francesco Roberti. Né le 7 juillet 1889. Prêtre le 3 août 1913. Recteur du Petit Séminaire romain ; prélat-auditeur au tribunal de la Rote romaine entre 1937 et 1946, cardinal le 15 décembre 1958, préfet de la Congrégation du Concile puis du tribunal suprême de la Signature apostolique. Mort le 16 juillet 1977.

17 Pietro Sigismondi. Né à Villa d’Almè (Bergame) le 23 février 1908. Prêtre le 15 août 1930. Archevêque titulaire de Neopolis de Pisidie, le 16 décembre 1949, délégué apostolique au Congo belge. Il succède à Mgr Bernardini comme secrétaire de la Congrégation De Propaganda Fide en 1954. Mort le 12 juillet 1960.

18 Filippo Bernardini. Né le 11 novembre 1884, dans le diocèse de Norcia. Prêtre le 12 mars 1910. Archevêque d’Antioche de Pisidie le 13 mars 1933, nonce à Berne. Mort le 26 août 1954.

19 Mgr Carlo Agostini, patriarche de Venise depuis 1949, meurt le 28 décembre 1952 sans avoir reçu le chapeau. Angelo Roncalli est nommé patriarche de Venise au Consistoire du 15 janvier 1953.

20 Ildebrando Antoniutti. Né à Nimis (Udine), le 3 août 1898. Prêtre le 5 décembre 1920. Archevêque titulaire de Sinnada, délégué apostolique au Canada puis nonce à Madrid, cardinal le, 19 mars 1962, préfet de la Congrégation pour les Religieux. Mort le 1er août 1974.

21 Joseph Delos, frère prêcheur, professeur aux Facultés catholiques de Lille, puis au Canada ; en 1944 conseiller ecclésiastique de M. Guérin, représentant officieux du Gouvernement provisoire français auprès du Saint-Siège, puis conseiller canonique de l’ambassade de France près le Saint-Siège de 1944 à 1970. Actes et Documents du Saint-Siège pendant la seconde guerre mondiale, Cité du Vatican, 1982, t. 11, p. 624, note 2.

22 Télégramme du 20 janvier 1953. Archives du Ministère des Affaires étrangères (AMAE), Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 45.

23 Télégramme du 6 février 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 50.

24 Paolo Giobbe. Né à Rome le 10 janvier 1880. Prêtre le 4 décembre 1904. Archevêque titulaire de Ptolémaïs de Thébaïde le 30 mars 1925, nonce au Pays-Bas de 1935 à 1958, cardinal le 15 décembre 1958, dataire de Sa Sainteté, patronus de l’Ordre souverain de Malte en 1961. Mort le 14 août 1972.

25 Egidio Vagnozzi. Né à Rome le 2 février 1906. Prêtre le 22 décembre 1928. Conseiller à la délégation apostolique à Washington, puis en service à la secrétairerie d’État pendant la guerre, conseiller à la nonciature à Paris en 1946, archevêque titulaire de Mira le 22 mai 1949 et nonce apostolique à Manille, délégué apostolique à Washington, cardinal le 22 juin 1967, président de la préfecture des Affaires économiques du Saint-Siège. Mort le 26 décembre 1981.

26 Charles Arsène-Henry, ambassadeur de France, 1881-1943.

27 « Charles (Arsène-Henry) le trouvait plus habile qu’intelligent, ...gesticulant comme un polichinelle napolitain, des gestes de main en soucoupe, accompagnés de ma qué...ma qué.., une voix de fausset. On le trouvera ridicule à Paris... », JWO, 29 mars 1953.

28 Télégramme du 29 mars 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 58. Réservé urgent. Les auteurs remercient M. Yves Bruley qui leur a signalé ce télégramme.

29 JWO, 9 avril 1953.

30 La Croix, 21 mai 1953. « Intelligent, très vif et rapide d’esprit ». Le correspondant du quotidien catholique à Rome est Mgr René Fontenelle.

31 W. d’Ormesson à G. Bidault, 23 mai 1953, A. N., Fonds G. Bidault, 957 AP/103.

32 Note à la Direction générale des Affaires politiques, 20 juin 1953, AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 68.

33 JWO, 27 juin 1955. Pierre Lemaire, fondateur du Mouvement des Pères de famille de France, intégriste et éditeur de la revue Paternité-maternité, est un dénonciateur très actif à Rome. J.-D. Durand, « La furia francese vue de Rome : peurs, suspicions et rejets des années, 1950 », M. Lagrée (sous la direction), Religions par-delà les frontières, Paris, 1997, p. 32.

34 Alfredo Ottaviani. Né à Rome le 29 octobre 1890. Prêtre le 18 mars 1916. Substitut de la Secrétairerie d’État en 1933, assesseur du Saint-Office en 1935, cardinal le 12 janvier 1953, secrétaire du Saint-Office. Mort le 3 août 1979. W. d’Ormesson écrit à G. Bidault qu’ils sont intimement et familialement liés, le frère de Marella ayant épousé la soeur d’Ottaviani ; W. d’Ormesson à G. Bidault, 23 mai 1953, A. N., Fond Bidault, 457 AP 103. En fait, les deux prélats n’ont aucun lien de parenté (G. Stoppa, communication aux auteurs).

35 W. d’Ormesson à G. Bidault, le 23 octobre 1953, A. N., Fonds Bidault, 457 AP 163.

36 La comparaison se fait au détriment de Roncalli, voir en particulier le télégramme du 20 janvier 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 45.

37 JWO, 10 septembre 1953.

38 JWO, 22 août 1955.

39 JWO, 10 septembre 1953.

40 JWO, 11 septembre 1953.

41 JWO, 2 avril 1955.

42 JWO, 2 avril 1955.

43 Osservatore Romano, Rome, 30-31 octobre 1933.

44 Domenico Tardini. Né à Rome le 29 février 1888. Prêtre le 20 septembre 1912. Minutante à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Il travaille 40 ans à la Secrétairerie d’État, comme sous-secrétaire en 1929, substitut pour les Affaires extraordinaires en 1935, secrétaire en décembre 1937, pro-Secrétaire d’État en 1952, archevêque de Laodicée de Syrie le 14 décembre 1958, cardinal le 15 décembre 1958 et Secrétaire d’État. Mort le 30 juillet 1961. Cf. G. Nicolini, Il cardinal Domenico Tardini, Padova, 1980.

45 Pietro Fumasoni Biondi. Né à Rome le 4 septembre 1872. Prêtre le 17 avril 1897. Archevêque titulaire de Doclea le 14 novembre 1916, délégué apostolique aux Indes, puis en 1919 au Japon, secrétaire de la Congrégation De Propaganda Fide de 1919 à 1922, délégué apostolique aux États-Unis, en 1922, cardinal le 13 mars 1933, préfet de la Congrégation De Propaganda Fide. Mort à Rome le 12 juillet 1960.

46 Le Figaro, 17 avril 1953.

47 P. Marella, Visions d’espoir, vers le dialogue il y a trente ans, Rome, 1967, 3e édition, préfacée par Mgr Ennio Francia.

48 E. Francia, préface à Visions d’espoir, vers le dialogue il y a trente ans, Rome, 1967, 3e édition.

49 JWO, 10 septembre 1953.

50 Lors de son départ pour les États-Unis avec Mgr Fumasioni Biondi, le cardinal-vicaire Pompilj dit au délégué apostolique : « vous allez commettre un homicide ».

51 René Bertin, né en 1896, prêtre en 1919, vicaire général de Mgr du Bois de la Villerabel, archevêque de Rouen, en 1925, archidiacre du Havre en 1927, protonotaire apostolique. Wladimir d’Ormesson a dû écarter sa candidature, appuyée par Roncalli, au poste de recteur de Saint-Louis des Français.

52 W. d’Ormesson à G. Bidault, 23 mai 1953, A. N., Fonds G. Bidault, 957 AP/103.

53 Alfred Michelin, 1883-1975. Personnalité catholique de tout premier ordre. Journaliste français, rédacteur à La Croix, puis administrateur de la Bonne Presse. Co-fondateur de la C.F.T.C. et membre du comité directeur des Semaines Sociales. Cf. Ch. Monsch, in Catholicisme,...op. cit., t. 9, col. 119. Paul VI dit de lui à Jean Guitton : « il avait quelque chose de supérieur à la culture : la profondeur, l’humilité, l’esprit de service », J. Guitton, Paul VI secret, Paris, 1979, p. 152.

54 Cité par Y. Tranvouez, « Résistance au pouvoir dans le catholicisme, La Quinzaine face à l’ACA, 1952-1954 », Archives des Sciences sociales des Religions, 1983, n° 56.1, p. 32, note 41.

55 Jusqu’à la fin de la vie du cardinal Villot, les deux prélats gardent des rapports très amicaux, avec beaucoup de déférence et de gratitude de la part de Villot « qui n’oublie pas ce que vous avez fait pour moi en des circonstances qui furent décisives », Villot à Marella, 1er janvier 1974.

56 Emanuele Clarizio. Né à Milan, le 18 mai 1911. Prêtre le 10 décembre 1933. Conseiller à la nonciature de Paris, de 1954 à 1957, internonce au Pakistan le 10 juillet 1958, archevêque titulaire d’Anzio, nonce en République dominicaine le 14 août 1961.

57 Giovanni Benelli. Né le 12 mai 1921 à Poggiole (Toscane). Prêtre le 23 octobre 1943. En poste dans les nonciatures de Dublin en 1950, de Paris en 1953, de Rio de Janeiro en 1960, de Madrid en 1962. Observateur permanent auprès de l’UNESCO en 1965, nonce au Sénégal en 1966, substitut de la Secrétairerie d’État de 1967 à 1977, archevêque de Florence en 1977, cardinal le 27 juin 1977. Mort le 22 octobre 1982.

58 JWO, 10 septembre 1953.

59 JWO, 13 septembre 1954.

60 La Croix, Paris, 19 juin 1953.

61 W. d’Ormesson, télégramme du 31 mars 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 35, f. 218.

62 J.-D. Durand, « La furia francese... » op. cit., pp. 15-35.

63 P. Marella à J. Villot, lettre de Rome du 5 septembre 1955. Archives du secrétariat de l’Episcopat. Les auteurs remercient Mgr Bernard Lagoutte, secrétaire général de l’Episcopat et l’abbé Pierre Sourisseau, archiviste, pour la mise à disposition des Archives du secrétariat de l’Episcopat.

64 Note de la Direction générale des Affaires politiques, 20 juin 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, f. 68.

65 J. Vinatier, Les prêtres-ouvriers, le cardinal Liénart et Rome, Paris, 1985, pp. 72-73.

66 Henri Chappoulie, (1901-1959), président de l’Oeuvre pontificale de la Propagation de la Foi en 1936, délégué de l’Episcopat à Vichy de 1940 à 1945, secrétaire de l’Episcopat en 1946, évêque d’Angers en 1950 ; il meurt accidentellement, écrasé par un autorail à Abidjan en 1959.

67 JWO, 21 octobre 1953.

68 JWO, 24 décembre 1953.

69 René Brouillet. Né le 9 mai 1909 à Cleppé (Loire). Diplomate. Conseiller référendaire à la Cour des Comptes en 1943, directeur de cabinet de Georges Bidault, président du Conseil national de la Résistance, directeur adjoint du cabinet du Général de Gaulle (1944-1946), secrétaire général du gouvernement tunisien (1946-1950), premier conseiller de l’ambassade de France près le Saint-Siège (1953-1958), directeur de cabinet du Général de Gaulle (1959-1961), ambassadeur de France à Vienne en 1963 puis près le Saint-Siège (1963-1974), membre du Conseil Constitutionnel, (1974-1983). Mort le 28 novembre 1992. Sur la carrière de R. Brouillet, voir, R. Etchegaray, « René Brouillet : le service de l’État et de l’Homme. Discours de réception à l’Académie des Sciences morales et politiques, 20 décembre 1994, Documentation catholique, Paris, n° 2108, 15 janvier 1995, pp. 71-74.

70 JWO, 25 janvier 1954.

71 Villot à Marella, 8 novembre 1954.

72 Du cardinal Pizzardo, W. d’Ormesson donne un portrait charge : « Ils ont été (les cardinaux français) absolument abasourdis et consternés par son ignorance de tout, sa sottise. Elles sont d’ailleurs proverbiales à Rome. Quand on pense que c’est ce pauvre petit vieil homme qui ne connaît rien du monde moderne, rien de l’étranger, qui a peur d’une mouche et en est resté au temps des diligences, qui règne sur le Saint-Office, les séminaires, les universités de l’Église, il y a de quoi frémir... ou rendre grâce au côté surnaturel de l’Église », JWO, 7 octobre 1953.

73 Paul Philippe. Né à Paris le 16 avril 1905. Frère prêcheur, prêtre le 6 juillet 1932. Professeur au studium de Lwow, à l’Angelicum de Rome, au couvent du Saulchoir à Paris. Visiteur apostolique de 1951 à 1956, archevêque d’Eracleopolis majeure le 16 décembre 1959 et secrétaire de la Congrégation des religieux, secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi le 30 juin 1967, cardinal le 5 mars 1973 et préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, patronus de l’Ordre de Malte en 1978. Mort à Rome le 8 avril 1984.

74 J. Vinatier, Le cardinal Liénart et la Mission de France, Paris, 1978, pp. 90-92. Le cardinal Bernardini, esprit ouvert, très lié à Marella dit à d’Ormesson, en septembre 1953, sa confiance dans la mission du nonce dont « les qualités de tact sont telles, qu’il saura trouver les solutions opportunes ». Note de la Direction générale des Affaires politiques, 20 juin 1953. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14.

75 Villot à Marella, 8 novembre 1954.

76 J. Vinatier, Le cardinal Liénart... op. cit., p. 103.

77 JWO, 18 mai 1953.

78 JWO, 23 mars 1953.

79 R. de Margerie. Rapport sur la composition de l’épiscopat français en 1957, 15 février 1958. AMAE, Europe, 1956-1960, Saint-Siège, vol. 51, n° 56.

80 Il faut attendre le motu proprio : Ecclesia sancta du 6 août 1966, pour la fixation à 75 ans de l’âge de la retraite épiscopale.

81 A cette occasion, l’ambassadeur s’emporte contre Sigismondi, « qui déçoit beaucoup » et Fumasoni Biondi « vieille bourrique anti-française », JWO, 27 octobre 1955.

82 JWO, 23 mars 1953.

83 JWO, 2 avril 1955.

84 JWO, 2 avril 1955.

85 JWO, 7 février 1955.

86 JWO, 7 novembre 1953. Léon-Etienne Duval, créé cardinal le 22 février 1965, meurt à Alger le 30 mai 1996, à 92 ans.

87 JWO, 28 mars 1954.

88 Il est nommé archevêque coadjuteur sedi datus de Paris le 12 juin 1961, avec droit de succession le 12 juillet 1963 et succède le 1er décembre 1966. Créé cardinal le 26 juin 1967. Il décède prématurément le 14 février 1968. J. Benoist, « Veuillot, Pierre », Catholicisme,... op. cit., t. XV, col. 968-970.

89 Louis Pihour, né en 1902, prêtre en 1930. Le pape est « extrêmement mécontent de l’affaire de Versailles et des objections formulées par le gouvernement contre la nomination éventuelle du vicaire général de Nantes » ; il s’en plaint au cardinal Grente qui le rapporte à l’ambassadeur. Ce dernier entrevoit la solution suivante : « si Mgr Brault quitte Saint-Dié pour Versailles, il faudrait, puisque le pape veut une compensation épiscopale pour Mgr Pihour, que celui-ci aille non pas à Clermont mais à Saint-Dié. Saint-Dié est un petit diocèse rural ; l’insuffisance notoire de Mgr Pihour y sera moins désastreuse ! », JWO, 20 janvier 1953.

90 Chanoine Papon, Le dernier étage du Vatican, témoignage de Pie XII à Paul VI, Paris, 1977, pp. 103-116. Dès octobre 1956, le chantier de la basilique souterraine embarrasse l’ACA, Villot écrit à Marella, le 26 octobre 1956 : « seul un ordre ou un avis très ferme exprimé par l’autorité suprême me semble pouvoir arrêter Mgr Théas ».

91 Dépêche confidentielle de Roland de Margerie, 13 septembre 1957. AMAE, Europe, 1956-1960, Saint-Siège, vol. 51.

92 Pour R. Lecourt, l’homme « joignait à une connaissance sans lacune de la législation de l’espèce et jusqu’à certaines données de droit canonique, une grande sincérité de conviction, la fougue d’un tempérament combatif... spontané, tout d’une pièce, il était ardent, enflammé même, mais ni haineux, ni hargneux ». Entre l’Église et l’État, concorde sans concordat, 1952-1957, Paris, 1978, p. 84.

93 La Congrégation consistoriale a pour charge principale de présenter au pape la candidature des évêques. Elle est remplacée en août 1967 par la Congrégation des évêques et des réguliers (Constitution apostolique Regimini Ecclesiae).

94 Dépêche du 12 mars 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 14, fol., 197 et suivants.

95 JWO, 26 mai 1954.

96 J. Lacroix, « Nonciature et diplomatie », Esprit, Paris, décembre 1953.

97 Gabel, La Croix, 12.12.1954.

98 J. Lacroix, « Nonciature et diplomatie », Esprit, Paris, janvier 1954.

99 François Méjan, né en 1908. Président du tribunal administratif de Lille de 1950 à 1960, après avoir été chef du service des Cultes au Ministère de l’Intérieur de 1943 à 1950. Protestant, spécialisé dans la législation cultuelle.

100 R. Lecourt, Entre l’Église et l’État, concorde sans concordat, 1952-1957, Paris, 1978.

101 Robert Lecourt. Né le, 19 septembre 1908 à Neuilly. Avocat, député et président du groupe MRP de 1946 à 1948 et de 1952 à 1957. Ministre d’État chargé de la Coopération en 1959, du Sahara et des départements d’Outremer en 1960-1961, président de la Cour de justice des Communautés européennes, membre du Conseil Constitutionnel de 1979 à 1988.

102 Le surnom de Mgr Villot est révélé par Antoine Wenger, Le cardinal Villot, 1905-1979, Paris, 1989, p. 24.

103 Lecourt ne cite jamais son nom.

104 La loi Barangé, 28 septembre 1951, donne aux familles une allocation trimestrielle pour chaque enfant fréquentant l’école primaire, publique ou privée.

105 JWO, 30 mai 1954.

106 JWO, 11 avril 1956.

107 JWO, 26 juin 1955.

108 Michel Debré, dès son arrivée au pouvoir, crée une commission d’étude dont W. d’Ormesson est vice-président. L’affaire trouve son aboutissement dans la loi Debré, du 3 janvier 1960 qui reprend les principes retenus par G. Mollet.

109 Tardini, alerté par Mgr Weber, évêque de Strasbourg, s’est rendu compte dès, 1953, des difficultés qui ne manqueraient pas de surgir dans les départements du Rhin et de la Moselle.

110 On peut néanmoins s’interroger sur l’attitude publique de Deixonne et de Méjan, tous deux impliqués dans les négociations secrètes.

111 Télégramme du 18 février 1954. AMAE, Europe, 1949-1955, Saint-Siège, vol. 38, f. 57.

112 JWO, 29 mars 1954.

113 R. Lecourt laisse entendre que Mendès France aurait fait approcher certains prélats français en vue de la reprise des pourparlers. Entre l’Église..., op. cit., p. 96 ; voir aussi R. Quilliot, La S.F.I.O. et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, 1972, p. 565.

114 Louis Faucon. Né en 1913 à Lyon, Agrégé des lettres, chef de cabinet de Léon Blum en 1948, de Guy Mollet en 1950-1951 et directeur adjoint du cabinet du même lorsqu’il devient président du Conseil en février 1956.

115 Roland Jacquin de Margerie, né en 1899. Fils d’ambassadeur, directeur général en 1955 des Affaires politiques et économiques au Quai. W. d’Ormesson juge le choix de Pineau « parfait et absurde », bien que catholique de naissance Margerie est libre penseur, il fera bien son métier mais ne défendera pas les négociations par « l’intérieur ». J.-D. Durand, « La furia francese.... » op. cit., p. 21.

116 R. Lecourt, Entre l’Église...op. cit., p. 155.

117 Lettre de Robert Lecourt aux auteurs, 16 avril 1997.

118 Villot à Marella, 1er mars 1956.

119 Villot à Marella, 16 mars 1956.

120 Villot à Marella, 18 juin 1956 et 22 juin 1956 : « M. Lecourt a rencontré M. le président du Conseil qui l’a abordé en lui parlant avec espoir des conversations secrètes sur l’école. M. Lecourt lui a répondu « mais vous avez fait des bêtises à Rome ». Le Président s’en est montré contrarié....et a simplement répété qu’on s’arrangerait pour laisser M. d’Ormesson en poste pendant trois mois encore ».

121 R. Lecourt, Entre l’Église... op. cit., pp. 148 et 159.

122 Jusqu’à la fin de l’année, 1952, le nonce à Paris est également observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO. Après le départ de Mgr Roncalli, l’observateur permanent est Giuseppe Sensi de 1953 à 1955, puis Felice Pirozzi, de 1955 à 1960. Cf. L. Frana, « La Santa Sede e l’UNESCO », Bolletino d’Informazioni Commissione italiana per l’UNESCO, n° 2, 1986 .

123 L’important dossier de presse réuni entre, 1953 et 1959 reflète bien cette activité pastorale.

124 L’impossibilité de la consultation des Archives de la Nonciature conservées à l’Archivio Segreto Vaticano rend très délicate une apprécation d’ensemble de l’activité de Mgr Marella à Paris.

125 Rapport de fin de mission de Roland de Margerie,10 septembre 1959. AMAE, Europe, 1956-1960. Saint-Siège. vol. 51, f. 80.

126 J. Grootaers, Actes et acteurs à Vatican II, Louvain, 1998, pp. 423-432.

127 W. d’Ormesson, Le Figaro, 20 novembre 1959.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Berthod et Pierre Blanchard, « Les rapports diplomatiques entre la France et le Saint-Siège »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 81-105.

Référence électronique

Bernard Berthod et Pierre Blanchard, « Les rapports diplomatiques entre la France et le Saint-Siège »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6942

Haut de page

Auteurs

Bernard Berthod

Institut d’Histoire du Christianisme

Pierre Blanchard

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search