Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesDossier : entre paix et guerre, d...La passion d’un prêtre français p...

Articles
Dossier : entre paix et guerre, des catholiques français face à l’Allemagne

La passion d’un prêtre français pour l’Allemagne wilhelmienne

Natalie Malabre
p. 111-131

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand ( (...)
  • 2 Joseph Folliet, Le Père Remillieux, curé de Notre-Dame Saint-Alban (1882-1949), Lyon, Chronique Soc (...)

1Dans l’ouvrage de Jean-Claude Delbreil sur Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1933)1, l’engagement de Laurent Remillieux, alors curé de la paroisse lyonnaise Notre-Dame Saint-Alban, est saisi dans son immédiateté, dans sa diversité et dans toute sa ferveur. Son action et son insertion dans différents réseaux de ce rapprochement franco-allemand sont soulignées pour montrer l’originalité de son apport : il mêla la réflexion spirituelle menée sur l’universalité de l’Église à ses activités paroissiales et se donna comme l’un des « agents de liaison » des catholicismes français et allemand. Comment expliquer l’engagement de l’abbé Remillieux ? Tout au long de son ouvrage, Jean-Claude Delbreil offre des clés, qui nous permettent de replacer cet engagement au sein du catholicisme français des années vingt. Ainsi, quand il commence par distinguer un groupe de catholiques marginaux refusant, dès 1919, le patriotisme de droite qui a rallié la majorité, nous conduit-il à réfléchir sur la position des anciens sillonnistes. Laurent Remillieux, ancien sillonniste de Lyon, a-t-il suivi le combat de Marc Sangnier ou celui de la Jeune République bien représentée dans son entourage ? Et quand l’auteur met en exergue la thèse de l’internationalisme et de l’universalisme, ne montre-t-il pas l’analogie de la pensée d’un prêtre ultramontain avec la doctrine officielle du Saint Siège ? Nous pourrions multiplier les interprétations, qui ne se contredisent nullement mais qui se complètent. Notre attention a pourtant été retenue par une phrase reprise de la biographie que Joseph Folliet a consacrée à Laurent Remillieux2. Jean-Claude Delbreil écrit :

  • 3 J.-C. Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1 (...)

Né en 1882 à Lyon, le Père Remillieux a été un de ceux pour qui la question du rapprochement fut presque une raison de vivre. Il avait découvert l’Allemagne avant 1914. « L’Allemagne le conquit et le retint jusqu’à l’exclusivité : avec une sorte de passion » a-t-on pu dire.3

  • 4 Une partie de la correspondance familiale des Remillieux a été conservée par les enfants de Joseph (...)
  • 5 Hélène Barbey-Say a consacré aux voyages et aux voyageurs français dans l'Empire germanique une étu (...)

2Laurent Remillieux, prêtre catholique français, marginal au sein de la majorité patriote, se démarquait aussi de la minorité, à laquelle il appartenait par son action en faveur du rapprochement franco-allemand. Son combat pour la paix et l’Allemagne, mené à partir de 1919, n’intervenait pas dans sa vie comme une rupture, fruit exclusif d’une prise de conscience des horreurs de la guerre. L’engagement de cette minorité de catholiques lui donna en fait l’opportunité de renouer les liens qu’il avait tissés avec l’Allemagne avant la Grande Guerre. Son cas reste exemplaire pour l’historien, car nous pouvons, en explorant les relations que le jeune prêtre français entretenait avec l’Allemagne avant 1914, mieux comprendre ses positions d’après-guerre et leur donner un nouvel éclairage. La singularité de cette recherche tient à l’exploitation d’une abondante correspondance familiale, entretenue par les Remillieux et conservée pour les douze années précédant la guerre4. Cette correspondance dévoile l’attrait que l’Allemagne wilhelmienne exerçait sur Laurent Remillieux et dessine l’esquisse d’un réseau relationnel, que le jeune prêtre lyonnais avait déjà su construire, en multipliant les séjours outre-Rhin5. Quelle image de l’Allemagne renvoie la correspondance de Remillieux ? Quels sont les liens personnels et familiaux qu’il avait établis et qu’il tentait de consolider ? Comment un prêtre germanophile subit-il la montée des nationalismes et la menace de la guerre ? Autant de questions qui tournent autour d’une même interrogation : comment un Français pouvait-il aimer l’Allemagne en 1914 ?

Vacances tyroliennes

  • 6 Paul Lévy, La langue allemande en France, Tome II, De 1830 à nos jours, Lyon, IAC, Bibliothèque de (...)
  • 7 La faculté de théologie fut rouverte en 1857 et confiée de nouveau à la Compagnie de Jésus. Elle ac (...)

3L’apprentissage de la langue allemande par Laurent Remillieux sanctionna un choix personnel mais répondit aussi aux besoins de l’enseignement privé catholique en prêtres diocésains qualifiés. Ses études furent ainsi encouragées par les autorités ecclésiastiques. La connaissance pratique de la langue étrangère était assurée par des séjours linguistiques qui offraient au néophyte une ouverture culturelle. Les germanisants y complétaient leur formation universitaire. Des échanges étaient officiellement organisés depuis 1886 par l’État français, qui proposait des bourses de voyage, ou se développaient plus librement, étudiants et élèves se rendant dans les pays de langue germanique par leurs propres moyens6. Ce fut le cas de Laurent Remillieux et de ses frères et soeurs, qu’il avait entraînés dans l’aventure. La découverte des pays germaniques avait débuté par des séjours dans le Tyrol autrichien. De 1903 à 1906, Laurent Remillieux passa une partie de l’été à Innsbruck, avec l’un ou l’autre de ses frères, voire les deux. Jean, alors séminariste, et lui-même logeaient à la cure de la paroisse de Mariahilf, desservie par un curé et deux vicaires. En 1904, Laurent avait eu le projet de passer une année à l’université d’Innsbruck, chez les Jésuites, pour étudier la théologie7, projet qui n’aboutit pas. Les lettres qu’il envoyait régulièrement, pendant ses séjours d’été, à ses parents, évoquent leurs exercices de piété dans les différentes églises d’Innsbruck et leur participation à la vie paroissiale :

  • 8 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 14 août 1905.
  • 9 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée de l'été 1906.
  • 10 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 4 septembre 1906.

« Demain, fête patronale à Mariahilf ; ce soir à l’instant même, premier salut de l’octave où je viens de faire diacre et Jean sous-diacre.8

Messe à 5 h ou à 6 h. Travail jusqu’à 9 h. À 9 h bibliothèque. Le soir un peu de conversation avec Mr Deutschmann, Mr Scarperi ou Mme Bakarie... et après souper de nouveau Mr Deutschman. Tout cela coupé par mon bréviaire, mes autres exercices de piété ou quelques visites extraordinaires.9

Dimanche prochain à 8 h 1/2 à Mariahilf, je prêche (...) ! Charmant ! Mais pourrai-je m’en tirer ? »10

4La différence des mentalités et des pratiques retenait son attention. La comparaison qu’il établissait entre la vie religieuse à Innsbruck et celle qu’il avait toujours connue à Lyon augmentait son intérêt pour l’Autriche catholique :

  • 11 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée de l'été 1903.

« 7 h. Récitation publique du chapelet dans l’église d’Innsbruck précédée et suivie de la bénédiction avec le Saint Ciboire. Relativement beaucoup de monde chaque soir. Hélas ! à Lyon ! !11 »

  • 12 Jean-Marie Mayeur et Jacques Gadille (dir.), Histoire du christianisme, Tome 11, Paris, Desclée, 19 (...)
  • 13 La famille Mayr, par exemple résidait à Innsbruck et possédait un chalet à Sistrans, où elle passai (...)

5L’immersion dans l’un des bastions du catholicisme autrichien, que représentait cette région du Tyrol, biaisait la vision que l’abbé lyonnais pouvait avoir de la situation de l’Église catholique en Autriche. À la fin du XIXe siècle, elle avait, elle aussi, perdu la classe ouvrière, qui avait glissé dans une marginalité religieuse, selon les termes de Victor Conzemius12. Ce dernier explique que le clergé paroissial, dans son ensemble, ne se préoccupait guère de la question sociale et ne changeait pas ses perspectives pastorales. L’amorce d’un changement de mentalité dans ce domaine se produisit dans la capitale, à Vienne, avec la création d’un parti chrétien social. L’action politique et les événements de Vienne n’intéressaient pas Laurent Remillieux en ces années. Les Autrichiens qu’il fréquentait appartenaient au clergé ou à une bourgeoisie pratiquante et conservatrice, qui avait les moyens de posséder une résidence secondaire dans les montagnes et de voyager en France13.

  • 14 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 24.

6La vie à la cure et la fréquentation de certains paroissiens permettaient aussi à l’abbé Remillieux d’accéder à un nouveau mode de vie et à d’autres façons de penser. Il multipliait les échanges humains en même temps qu’il se lançait à la découverte d’une région, dont l’activité essentielle était déjà devenue le tourisme grâce au développement des chemins de fer. Avec ses frères, il organisait des excursions, comme celle qui les conduisirent au lac d’Achensee, quand la marche ne les amenait pas tout simplement à arpenter les chemins alpins. Les Alpes, « mises à la mode par les romantiques » attiraient de plus en plus de touristes, non seulement dans la Bavière allemande, mais aussi en Suisse et en Autriche14. Laurent Remillieux apportait son tribut au discours romantique sur la montagne :

  • 15 Lettre de L. Remillieux, envoyée d'Innsbruck et datée de l'été 1906.

« Je redescends à Innsbruck par Aldrans à travers la forêt, coupée de magnifiques clairières d’où on aperçoit les majestueux sommets... Je lis mon bréviaire en suivant un délicieux ruisseau que traversent de temps en temps de petits ponts d’un poésie achevé.15 »

7Le récit veillait à conserver une dimension spirituelle à la promenade : il signifiait bien que les joies procurées par la nature ne se restreignaient pas à des plaisirs épicuriens. La montagne s’installait désormais dans la vie et la pensée de l’abbé Remillieux et elle apparaissait chaque fois comme une manifestation de sa sensibilité romantique :

  • 16 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 23 février 1910.

« Je me réjouis que tu aimes la montagne. Je crois la comprendre, et avec la mer la considère comme une des plus grandioses et des plus prenantes manifestations du beau.16 »

  • 17 Paul Gerbod, « Les touristes français à l'étranger (1870-1914) », Revue d'histoire moderne et conte (...)

8L’essor du tourisme international à partir des années 1890 avait amené des Français à découvrir de nouveaux horizons alpins. Pourtant, le tourisme à l’étranger n’en restait pas moins « le privilège de la fortune et de la culture », même si les pays voisins de la France étaient devenus « accessibles aux bourses modestes »17. Laurent Remillieux, issu d’une famille nombreuse des classes moyennes, se devait de pallier les difficultés financières et de trouver des solutions qui rendaient possibles des voyages annuels. Le salaire de Laurent Remillieux père, employé comptable chez Beaumont, joaillier bien établi à Lyon, ne suffisait pas à entretenir le train de vie de la famille : les études des trois fils aînés étaient lourdes à supporter et les séjours prolongés à l’étranger grevaient le budget. Les questions d’argent troublaient le déroulement des vacances. Laurent Remillieux demandait parfois qu’on lui fît parvenir de l’argent supplémentaire et, avec Jean, il cherchait à donner des leçons de français. Une de leurs connaissances autrichiennes avait prospecté parmi ses relations avant l’été. Mais nombreux étaient ceux qui s’absentaient d’Innsbruck pendant les vacances et les lettres de Laurent rendaient compte de leurs déceptions.

9Laurent Remillieux utilisait surtout sa faculté à nouer des relations solides et utiles. Sa correspondance en témoigne doublement, à la fois par la diversité de ses correspondants germanophones et par le souci qu’il exprimait, dans les lettres envoyées aux membres de sa famille, de provoquer, puis de cultiver, toutes les relations qui pouvaient les rapprocher de l’Autriche d’abord, puis de l’Allemagne. Pour échapper au souci financier, l’hébergement devait être assuré par ces nouveaux amis. Pendant l’été 1904, Louis résida dans la famille Bakarie. Au cours des mois précédents, Laurent avait préparé ce séjour par une correspondance assidue avec Mme Bakarie, paroissienne de Mariahilf, qu’il avait semble-t-il rencontrée lors de son premier séjour en 1903. Il lui avait donné des leçons de français et les échanges épistolaires permettaient de poursuivre l’apprentissage de la langue étrangère, pour les deux correspondants qui se renvoyaient leurs lettres corrigées. Dans les voeux qu’il formulait pour la nouvelle année, Laurent Remillieux insistait sur la profondeur et la réalité de ses sentiments. Son discours entremêlait les thèmes romantiques de l’âme communiant avec la nature et de la difficulté voire de l’impossibilité à exprimer les émotions et les affections ressenties. Il éprouvait aussi le besoin de revêtir de la caution divine la force des sentiments.

  • 18 Lettre de L. Remillieux à Marie Bakarie, datée du 1er janvier 1904.
  • 19 Lettre de L. Remillieux à Marie Bakarie, envoyée de Lyon et datée du 2 mars 1904.

« Ce matin, pendant la Sainte Messe, après la communion, j’ai prié l’enfant de la crèche pour qu’il vous accorde tout. Ces sentiments et ces prières sont suscitées par la plus profonde et la plus réelle amitié. Je voudrais exprimer avec ces simples mots, ce que mon âme dit, une âme encore jeune et ardente, pleine d’enthousiasme et d’espoir, qui voudrait dans sa vie faire un peu de bien, une âme qui sait aussi aimer et être reconnaissante et tout cela en Dieu et pour Dieu. Mais sur cette page froide et surtout en allemand, c’est très difficile. Vous comprenez ce que je ressens, ce que ma plume ne sait pas écrire.18 

Ici, c’est le printemps. La nature revit. Et tout nous invite à nous réjouir. (...) Je parle très mal de ce que je ressens au plus profond de mon âme, mais je sais que vous comprenez combien je suis lié à vous, et cela me suffit.19 »

10Pourtant, dans le même temps, il prenait des renseignements sur la famille Bakarie auprès d’un prêtre de Mariahilf.

  • 20 Lettre de Joel Eberhart à Laurent Remillieux, envoyée de Mariahilf et datée du 18 janvier 1904.

« En ce qui concerne l’affaire avec Mr Bakarie, soyez sûr que je vais garder la plus profonde discrétion et que je ne dirai rien à personne. Je ne connais rien de négatif sur cette famille mais je vais me renseigner de manière discrète et vous donnerai le résultat plus tard.20 »

11Laurent Remillieux s’efforçait toujours de ménager les susceptibilités et de masquer ses contradictions, tout en obtenant ce qu’il désirait. Des cadeaux, ou plus simplement une lettre, en remerciement des services rendus, maintenaient ces mêmes amitiés. Laurent Remillieux sollicitait ses parents et souvent osait leur forcer la main.

  • 21 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 4 septembre 1904.

« Auriez-vous l’obligeance d’envoyer immédiatement trois jolies images ou petites gravures faisant de l’effet à Jean et deux à moi pour donner aux soeurs et à la nièce du curé qui à Eben servent de domestiques - à Mariahilf deux nièces - Pour nous cela dispensera de donner d’autres étrennes. Ce sera une grande économie.21 »

  • 22 Ces informations sont fournies par une lettre adressée à Mme Mayr, datée du 29 avril 1905 et signée (...)
  • 23 Les Ursulines, installées à Innsbruck depuis 1691, ouvrirent en 1904 "un Mädchengymnasium, n'hésita (...)
  • 24 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 12 février 1908.

12Il fallait savoir accueillir en retour ceux qui avaient ouvert leurs maisons. Toujours durant cet été 1904, les Remillieux reçurent, à Lyon, Marianna Mayr, sur l’initiative de leur fils aîné. Marianna partit avec son père, voyageant d’abord à travers l’Allemagne, visitant Munich, Nuremberg, Stuttgart, puis rejoignant la Suisse, avant de gagner la France, où elle resta jusqu’au mois d’octobre. On lui proposa de revenir pour toute l’année 1905-1906. Les Remillieux avaient réalisé des travaux dans leur appartement, chemin de Montauban, dans le 5e arrondissement, et avaient aménagé une chambre. Marianna aurait eu des facilités pour suivre des cours à l’université. On demandait à la famille Mayr de trouver une autre jeune fille, en cas de refus de Marianna22. La présence de germanophones chez les Remillieux devint régulière. Elle garantissait à Emilie et Marie un entraînement linguistique et fournissait à la famille un complément de revenus. Mlle Gneisser allait jouer auprès d’Emilie et de Marie le rôle qu’on avait prévu pour Marianna Mayr. Cette jeune fille avait été recommandée par Mme Mayr et était pensionnaire des Ursulines à Innsbruck23. Elle passa l’année scolaire 1905-1906 à Lyon. Pendant les vacances d’été 1906, Emilie, âgée de quinze ans, partit en Autriche, où elle fut reçue par la famille Mayr. Ces échanges allaient être remplacés par l’accueil de véritables pensionnaires, plus avantageux encore sur le plan pécuniaire. Le premier fut un Bavarois catholique, annoncé pour le premier avril 190824. Dès 1904, Laurent Remillieux avait fait passer une annonce dans un journal d’Innsbruck, toujours par l’intermédiaire de Marie Bakarie. L’essai s’était révélé apparemment infructueux. Les pensionnaires des Remillieux allaient donc venir d’Allemagne.

La découverte de l’Allemagne et la « vie vagabonde » de l’abbé Remillieux

  • 25 Lettre de L. Remillieux à ses parents, envoyée d'Innsbruck et datée du 2 août 1904.
  • 26 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 15.
  • 27 P. Gerbod, "Les touristes français à l'étranger (1870-1914)", op. cit., p. 296.
  • 28 H. Barbey-Say, op. cit., p. 18.
  • 29 Dans la liste des départements hébergeant plus de mille Allemands, que donne Paul Lévy, le Rhône fi (...)

13En 1907-1908, les références à l’Allemagne deviennent une constante de la correspondance familiale. L’abbé Remillieux pouvait confier à ses parents qu’il avait désormais « trois vies », une à Roanne, une autre à Lyon et une dernière à Berlin. Il se sentait attiré par l’Allemagne depuis plusieurs années déjà. En 1904, il aurait aimé offrir à Louis, qui retournait à Lyon en même temps que Marianna Mayr et son père, le détour par l’Allemagne25, malheureusement trop coûteux. En 1906, il regrettait de ne pouvoir rejoindre un ami autrichien à Munich, pour les mêmes raisons. Depuis le début du XXe siècle, le nombre des voyageurs français en Allemagne connaissait un mouvement croissant, mais qui restait alimenté par une élite urbaine disposant de loisirs ou se voyant imposer des exigences professionnelles26. L’abbé Remillieux dut attendre sa nomination comme professeur au petit séminaire du Rondeau, à Grenoble, à l’automne 1907, pour satisfaire son goût du voyage. Il rejoignit alors la cohorte des « membres de l’enseignement », à classer parmi les privilégiés de la culture et qui formaient une part non négligeable des touristes français à l’étranger27. Après Paris, Lyon, deuxième ville de France en population et en importance économique, envoyait le plus fort contingent de voyageurs en direction de l’Allemagne28. Depuis octobre 1907, l’abbé Remillieux continuait à préparer sa licence au sein de l’université de Grenoble et avait tissé des liens avec certains de ses professeurs. Des échanges universitaires s’étaient alors instaurés et l’université de Grenoble avait la possibilité d’accueillir des professeurs allemands. L’abbé Remillieux pouvait donc construire, à partir de Lyon et de l’Université de Grenoble, un réseau de relations qui le conduirait en Allemagne. On découvre, dans sa correspondance, les traces d’un professeur logeant à Grenoble, Mr Brandenburg, avec qui il rentra en relation et qui fut invité par sa famille à Lyon. Or pendant l’été 1908, il retrouva ce professeur à Berlin et sortit avec lui à plusieurs reprises. Mais les occasions de rencontrer des Allemands pouvaient aussi se produire à Lyon29. Selon son habitude, Laurent Remillieux traquait et exploitait chacune de ces occasions, comme le suggère cette lettre écrite à sa soeur Emilie :

  • 30 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 2 décembre 1907.

« Sapristi ! Quel dommage que tu ne m’aies pas averti dès mercredi ou jeudi de la visite et de la connaissance de cette famille de Berlin ! (...) J’espère que vous n’avez rien négligé, et qu’en tout cas, pour le moins, ample et favorable connaissance est bien faite.

[Laurent Remillieux projette ensuite de faire emmener les Berlinois en automobile jusqu’à Grenoble pour qu’il puisse les rencontrer]30 »

  • 31 H. Barbey-Say, op. cit., p. 142.

14L’abbé Remillieux avait prévu d’accompagner des élèves de Grenoble en Allemagne. Les séjours linguistiques à l’étranger pour les adolescents étaient nés au lendemain de la guerre de 1870 et s’étendaient, les villes provinciales apportant désormais leur contribution31. Quatre jeunes gens partirent. L’un d’entre eux, élève du lycée de Grenoble, où l’abbé Remillieux servait parfois d’examinateur, avait 18 ans et était le fils d’un inspecteur des Eaux et forêts. Otto Staiger, professeur à l’université de Berlin, que Laurent Remillieux avait rencontré à Grenoble, avait proposé d’organiser le séjour linguistique des jeunes Français.

  • 32 Lettre de L. Remillieux à sa soeur Emilie, envoyée de Roanne le 3 octobre 1908.
  • 33 H. Barbey-Say, op. cit., p. 53.

15Jean et Emilie Remillieux se trouvaient déjà à Berlin, quand Laurent arriva le premier août avec ses élèves. Ils logèrent dans un couvent de Charlottenburg, le Skt Josephsheim. En l’absence de l’abbé Deutschmann, connaissance autrichienne des Remillieux, plusieurs fois mentionné dans leur correspondance, l’abbé Remillieux remplit la tâche d’aumônier. Le 2 septembre, Jean rentra à Lyon, tandis que Laurent demeurait en Allemagne deux semaines supplémentaires, avec sa soeur. Lors de leur voyage de retour en chemin de fer, Laurent et Emilie Remillieux améliorèrent leur connaissance des pays germaniques tout en pratiquant le tourisme religieux : la traversée de la Suisse les conduisirent à Einsiedeln, grand sanctuaire marial près de Zurich. Laurent Remillieux adorait la « vie vagabonde » qui les amenait à découvrir chaque fois de nouveaux horizons32 et qui expliquait la durée du périple, au moins une dizaine de jours. Il passait d’ailleurs de longs moments à organiser ces trajets et certaines de ses lettres étaient presque entièrement consacrées à un résumé d’informations, recueillies dans des indicateurs ferroviaires. Presque tous les voyageurs pour l’Allemagne et l’Europe du Nord ou de l’Est empruntaient en ce temps-là le chemin de fer, moyen de transport le plus rapide et le plus confortable, le plus fiable aussi, qui avait permis de démocratiser et de banaliser le voyage33. Laurent Remillieux devait utiliser les billets circulaires internationaux, lesquels lui permettaient d’établir un itinéraire à son gré, formule idéale pour les circuits touristiques. Emilie était devenue sa partenaire de voyage privilégiée et, dans les années suivantes, elle suivit son frère à travers toute l’Allemagne. Ce dernier semblait passer une partie de l’année à préparer le séjour suivant et à en vaincre les difficultés financières. Dans une lettre où il évoquait une visite qu’Emilie devait rendre à une dame, avec sa mère, il écrivait :

  • 34 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 7 juin 1909.

« Selon toute probabilité la jeune fille en question désirera passer deux mois au moins à la maison. En ce cas-là ne serait-il pas possible pour un séjour de longueur deux fois moindre de loger moi aussi dans cette famille ? À cette combinaison je vois un triple avantage : d’abord, surtout si notre ami l’abbé Deutschmann ne quitte pas Berlin, j’économiserais pour le moins 120 M., exactement le prix de ton voyage (...). Ce prochain séjour ne sera intéressant et profitable que dans la mesure où il sera préparé de fond en comble : aussi je m’y emploierai. Histoire, littérature, géographie, art, rien ne sera laissé au hasard. (Nous passerons à Weimar).34 »

  • 35 H. Barbey-Say, op. cit., p. 115-116.
  • 36 Témoignage écrit de l'abbé Vallas, daté du 14 mars 1951 et conservé dans les papiers Folliet, au Pr (...)
  • 37 H. Barbey-Say n'évoque pas ce mode de transport maritime, ce qui montre une nouvelle fois l'origina (...)
  • 38 Alain Corbin, « Du loisir cultivé à la classe de loisir », in L'avènement des loisirs, 1850-1960, P (...)
  • 39 André Rauch, « Les vacances et la nature revisitée (1830-1939) », in L'avènement des loisirs, op. c (...)
  • 40 Parmi les stations thermales fréquentées par les Français en Allemagne, H. Barbey-Say ne cite pas c (...)

16Certaines années échappent à notre regard : comme pour l’été 1907, on ignore où et comment se sont déroulées exactement les vacances de 1910. On sait seulement que l’abbé Remillieux, accompagné de trois confrères, se rendit en Bavière, à Oberammergau, pour assister à la représentation du Mystère de la Passion, une tradition qui remontait au XVIIe siècle et qui connaissait un immense succès européen35. À cette occasion, il donna à ses compagnons un aperçu de ses relations munichoises36. À partir de 1911, les expéditions de la famille Remillieux prirent une nouvelle ampleur. Ils combinèrent des séjours en Angleterre et en Ecosse avec les rituels périples en Allemagne. Toujours en compagnie d’Emilie, Laurent Remillieux demeura six semaines à Edinburgh, dans une famille, du mois d’août à la mi-septembre 1911. Le dimanche 30 juillet, ils avaient embarqué à Marseille sur un paquebot d’une compagnie allemande, le Kronprinz. Ils avaient voyagé sur le pont de seconde jusqu’à Southampton, puis avaient continué par chemin de fer. Ils prirent désormais l’habitude de sillonner les mers du nord de l’Europe en bateau à vapeur37, utilisant toujours les services de compagnies allemandes. S’ils n’appartenaient pas à cette « classe de loisir » en formation, ils approchaient les loisirs de la haute société, encore protégée de toute promiscuité par le luxe de la première classe38. Le 18 septembre, ils avaient rembarqué à Southampton sur le Prinzessin pour l’Allemagne. Après s’être arrêtés sur l’île d’Helgoland, au large des Iles Frisonnes de la Mer du Nord, ils se rendaient à Berlin, puis à Pforzheim, dans le pays de Bade, où ils furent accueillies dans des familles de leurs relations. En 1912, au contraire, ils commençaient leurs vacances par un séjour d’une semaine en Allemagne et les terminaient en Angleterre, à Paignton, dans le South Devon. Le retour en France s’accomplissait encore sur un paquebot de la « Deutsche-Ost-Africa-Linie », où ils figuraient comme les deux seuls Français sur la liste des passagers. La croisière les ramenait à Marseille, via Lisbonne et Tanger. En janvier 1913, ils partaient pendant huit jours à Leipzig rejoindre Louis et Marie qui s’y trouvaient depuis le mois d’octobre. Pour la première fois, le benjamin de la famille, Joseph, allait participer au voyage de l’été 1913. Les pérégrinations de Laurent, Emilie et Joseph Remillieux les entraînèrent à Baabe, station thermale de la Mer Baltique, sur l’île de Rügen. La villégiature maritime avait connu un essor plus précoce en Allemagne qu’en France et les premières stations de la Baltique étaient apparues dans les années 182039, mais peu de Français semblaient les fréquenter40.

  • 41 P. Lévy, La langue allemande en France, op. cit., p. 163.
  • 42 Jean-Jacques Becker 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la fo (...)

17Le 24 juillet 1914, Laurent et Emilie Remillieux quittaient Cherbourg à bord du S.S. Imperator, qui les transporta jusqu’à Hambourg. Ils regagnèrent ensuite en train la Poméranie. Si l’intérêt des autres Français se portait de façon privilégiée sur l’Allemagne du Sud et la vallée du Rhin au détriment de l’Allemagne du Nord, victime du préjugé qui déconsidérait la Prusse, les itinéraires des Remillieux renforçaient d’année en année leur singularité. Ils s’arrêtèrent à Rostock, puis visitèrent la ville universitaire de Greifswald. Pour finir, ils s’embarquèrent sur un bateau qui les ramena sur l’île de Rügen. Mais dès le dimanche 2 août au matin, ils quittaient en toute hâte Baabe. La guerre les avait surpris et les forçait à abréger leurs vacances. Leur retraite précipitée illustrait de façon exemplaire les propos de Paul Lévy sur le reflux des Français, fin juillet 1914, aux postes frontières, reflux qui « a donné une idée de l’ampleur insoupçonnée qu’avaient pris les voyages et séjours en Allemagne »41. Si les Remillieux se démarquaient des autres Français, ce n’était peut-être que par la date tardive de leur retour. Laurent Remillieux avait maintenu un départ prévu pour le 25 juillet et attendit la nouvelle de l’ordre de mobilisation lancé le premier août pour rebrousser chemin. L’intérêt que l’abbé Remillieux portait à l’Allemagne n’expliquait pas à lui seul l’insouciance face au danger de la guerre, que révélait l’évolution des événements depuis le 23 juillet et l’ultimatum de l’Autriche à la Serbie. Surprise et insouciance sont en fait les deux termes employés par Jean-Jacques Becker, dans son étude de l’opinion publique au printemps-été 1914, pour caractériser les réactions et les sentiments des Français placés sous la menace de la guerre42. Mais la tragédie de la guerre désormais imminente prenait un autre relief chez l’abbé Remillieux car la relation qu’il entretenait avec l’Allemagne s’était muée en passion exclusive.

La fascination de Laurent Remillieux pour l’Allemagne wilhelmienne

  • 43 P. Gerbod, op. cit., p. 297.
  • 44 P. Gerbod, op. cit., p. 297.
  • 45 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, P.U.F., 1959, 568 p. L (...)
  • 46 C. Digeon, op. cit., chapitre IX : « La menace allemande (1890-1905) ». Le titre du chapitre montre (...)

18Le goût de Laurent Remillieux pour les voyages ne revêt aucune dimension universelle : seule l’Allemagne le retenait. Il se différenciait de la majorité des touristes français, pour qui l’étranger ne représentait qu’ « un univers exotique » dont ils restaient les « témoins assez lointains et indifférents »43. Il se distinguait encore des voyageurs français en Allemagne, dont les relations de voyage se montraient particulièrement victimes des « préjugés et stéréotypes ancrés dans un certain nombre de traditions nationales »44. Son regard sur l’Allemagne comme les modalités de son voyage demeuraient inséparables de ses convictions germanophiles. Certes, l’image que Laurent Remillieux renvoyait de l’Allemagne correspondait, sur bien des points, à la vision des autres voyageurs français. Le dynamisme et la réussite économiques, à l’égal des aspects brillants de la civilisation, retenaient son attention, comme ils avaient fasciné les auteurs des enquêtes publiées des années 1880 au début du XXe siècle, qu’évoque Claude Digeon dans sa thèse sur la question allemande dans la vie intellectuelle française, de l’avant-guerre de 1870 à celle de 191445. Lui aussi louait l’effort et le travail, soutenus par une organisation efficace, expression du génie allemand46. Et s’il ne déplorait pas par opposition l’inefficacité et la routine françaises, il établissait des comparaisons au détriment de la Grande-Bretagne :

  • 47 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 15 septembre 1911.
  • 48 Carte de L. Remillieux à Louis, envoyée de Paignton et datée du 8 septembre 1912.

« Dimanche nous aurons quitté Edinburgh. Je le regrette pour l’étude de la langue et la bicyclette. Par ailleurs l’Angleterre est moins intéressante que l’Allemagne parce que beaucoup moins pays d’avenir.47

En apprenant de l’anglais et en faisant de plus en plus connaissance avec la mentalité anglaise, décidément superficielle et paresseuse, partant fort peu intéressante, nous jouissons de la mer, incomparable de beauté qui, elle, ne manque pas à ses promesses.48 »

19Heureusement, la mer s’étalait sur toutes les côtes de cette île et venait satisfaire la passion romantique de l’abbé Remillieux :

« Les bicyclettes nous rendent de grands services. Elles nous permettent en une heure de fuir la société et de nous trouver tous les jours seul à seul avec la mer sauvage, grandiose, attirante comme la grande montagne. »

  • 49 Roy Porter, « Les Anglais et les loisirs », in L'avènement des loisirs, op. cit., p. 21-54.

20Laurent Remillieux affichait en contrepoint son mépris de la société anglaise, trop mondaine à son goût, qui fréquentait les plages du South Devon. L’aristocratie anglaise ne détenait pourtant plus le monopole de la villégiature en bord de mer49. La révolution ferroviaire avait attiré dans les stations balnéaires, depuis le milieu du XIXe siècle, les membres des classes moyennes, lesquelles ne cultivaient pas l’oisiveté comme genre de vie. Mais leur désir de calquer leurs attitudes sur celles de la classe dominante pouvait introduire, dans une vie sociale extrêmement codifiée, les apparences de la mondanité, qui rebutait tant à l’abbé Remillieux. Par contre, les Allemands en villégiature sur l’île de Rügen étaient évoqués beaucoup plus favorablement :

  • 50 Lettre de L. Remillieux, envoyée à Louis de Baabe, datée du 14 août 1913.

« En Allemagne, et même parmi les Allemands qui cherchent le repos, comme c’est le cas ici, je me plais toujours beaucoup.50 »

  • 51 Ses préférences se distinguent encore de l'opinion commune puisque « jamais Berlin ne trouvera vrai (...)
  • 52 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), op. cit., p. 482.
  • 53 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 9 septembre 1908.
  • 54 Victor Conzemius, Histoire du christianisme, op. cit., p. 671.
  • 55 Alain Corbin, « Du loisir cultivé à la classe de loisir », op. cit., p. 79.
  • 56 L'analyse de Claude Digeon est reprise sur ce point par Hélène Barbey-Say. Une des motivations des (...)
  • 57 Ainsi le jeune Lyonnais Charles Bourgarel, envoyé par sa famille en stage pour un an (1912-1913) da (...)

21Enfermé dans ses préjugés, l’abbé Remillieux en oubliait la précocité de l’industrialisation anglaise et la domination économique que la Grande-Bretagne avait imposée à l’Europe et au monde tout au long du XIXe siècle. Seules le captivaient la réussite récente de l’Empire allemand et l’expression de sa puissance nouvelle. Son attrait pour l’Allemagne du Nord et sa capitale trouvait là une de ses explications : au passé de l’Allemagne romantique des bords du Rhin, il préférait l’avenir incarné par Berlin51. Au cours de ses nombreux séjours, il avait pu observer les effets du dynamisme économique de l’Allemagne, notamment le développement de l’urbanisation, liée à l’industrialisation, et la richesse étalée dans les formes particulières de l’urbanisme des villes allemandes. Dans les enquêtes économiques publiées au début du XXe siècle, Claude Digeon relève l’attrait des voyageurs français pour les nombreuses constructions récentes et pour la perfection des services publics (égouts, transports en commun)52. La population de Berlin dépassait les 3,5 millions et Laurent Remillieux précisait que « le quartier Charlottenburg, véritable ville de 500 000 âmes », était à lui seul « plus populeux et plus vaste que Lyon ». Il se félicitait du réseau des tramways qui permettait aux élèves français logés dans les faubourgs d’accéder au centre de Berlin53. Jamais, il ne faisait allusion à la situation religieuse de Berlin. Le nombre majoritaire des protestants ne semblait pas lui poser de problème, lui qui n’évoluait qu’au sein d’un milieu catholique privilégié. Alors que la pratique élevée des catholiques d’Innsbruck avait été signalée à plusieurs reprises, il ne se préoccupait nullement de l’action sociale ni de la pastorale paroissiale offerte par le clergé catholique aux habitants de la grande ville, que le christianisme se devait de reconquérir sur les influences qualifiées de dissolvantes54. La sécularisation de la société avait fortement progressé, mais elle marquait peut-être moins à Berlin la sphère catholique, bénéficiant d’une meilleure résistance propre aux minorités. La modernité et la prospérité d’une Allemagne au travail suscitaient mieux son attention. De la même façon, lui qui voyageait sur des paquebots allemands, avait pu être impressionné par la magnificence déployée sur l’Imperator pour célébrer « la puissance du Reich allemand »55. Hambourg, où ils avaient débarqué à deux reprises, le premier port de l’Empire, symbolisait aussi la réussite commerciale maritime de l’Allemagne et la puissance de sa flotte marchande. Mais l’abbé Remillieux ne tirait pas de ses observations les mêmes conclusions que les autres observateurs français : son admiration ne se voilait pas de la peur de l’ennemi héréditaire, devenu la première puissance industrielle européenne, redoutable concurrent, dont l’impérialisme agressif inquiétait les intérêts de la France et de ses alliés. S’ils ne dénigraient plus systématiquement les Allemands, les voyageurs français conservaient tout de même un état d’esprit empreint de méfiance qui les laissait toujours en retrait de l’adhésion56. Laurent Remillieux cherchait au contraire, en homme pratique, persuadé de son bon sens et soucieux des intérêts familiaux, à s’intégrer à cette réussite économique. Il voulait absolument que son frère Louis, qui poursuivait ses études d’ingénieur à l’Ecole Centrale lyonnaise, trouvât un emploi outre-Rhin, quand d’autres ne recherchaient que des stages57. Dès 1908, à Grenoble, il entra en contact avec Adolf Schroeder, industriel qui dirigeait une fabrique de papier à Golzern, en Saxe, et qui possédait des succursales de vente à Berlin, à Leipzig et à Hambourg. Schroeder accepta finalement de prendre Louis comme stagiaire. Comme à son habitude, Laurent Remillieux traitait les affaires de ses frères et soeurs, mais le projet ne se concrétisa pas et Louis fut embauché à Grenoble dans l’entreprise Neyret, « la première de France pour les turbines et les machines à papier ». Cette indication était rapportée par son frère qui servait encore d’intermédiaire et qui ne manquait pas l’occasion de prononcer un nouvel éloge de la supériorité allemande :

« Il y a dans ces usines un grand nombre d’ingénieurs dont plusieurs allemands (deux). Il paraît en effet que pour certaines parties difficiles (le câble !), les ingénieurs français sont en général fort peu préparés. (...) Mr Neyret prendrait des Français très volontiers, cela va sans dire, s’ils étaient aussi sérieux et compétents que des Allemands. »

  • 58 C. Digeon, op. cit., p. 483.

22Derrière la compétence reconnue des ingénieurs allemands se cachait la supériorité de l’enseignement professionnel délivré en Allemagne, où la recherche théorique et ses applications industrielles se combinaient. Les universités et les écoles professionnelles formaient des scientifiques et des techniciens en contact avec les réalités de l’entreprise. Autant d’atouts relevés aussi par les Français étudiés par Claude Digeon58 et effectivement considérés comme l’une des clés de la réussite allemande. Après son service militaire, Louis Remillieux réalisa enfin le désir de son frère et partit travailler en octobre 1912, à Leipzig. Au cours de l’hiver 1913, il annonçait à sa famille son retour, prévu pour le mois de mars, et son intention d’accepter un emploi à Evreux. Laurent Remillieux réagit très mal à cette nouvelle et exerça sur son frère toute la pression dont il était capable :

  • 59 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 4 février 1913.
  • 60 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 6 février 1913.

« Comme l’ingénieur t’a dit que tu manquais d’expérience pour être un bon voyageur représentant, pourquoi est-ce que tu ne peux pas faire un nouveau contrat avec Bleichert ? (...) avec un salaire réduit bien sûr, jusqu’à ce que tu sois assez fort pour avoir ce poste dans un an ou deux. (...) Si cette solution est impossible je crains qu’un poste en France ne pourra jamais te donner un aussi beau poste comme celui d’un représentant.59

L’offre de Lefèvre [pour Evreux] n’est pas à rejeter tout de suite, mais franchement ça me plaît peu. Bien sûr mon opinion est une impression sans valeur car je ne sais guère de quoi il s’agit. Mon cher Ludwig tu peux me faire confiance, je t’aime tant.60 »

23En désespoir de cause, Laurent Remillieux changeait le registre de son argumentation : le chantage affectif se substituait aux velléités d’un raisonnement aux intonations professionnelles et économiques. L’accent mis sur les sentiments rendait d’ailleurs mieux compte des dimensions qu’avait prises la fascination exercée par l’Allemagne sur l’abbé Remillieux. Désormais les Remillieux correspondaient en allemand et utilisaient pour s’interpeller la forme germanique de leurs prénoms. Ces usages avaient été imposés par Lorenz, qui supportait mal toute dérogation aux règles du jeu familial, et rejoignaient le culte qu’il rendait à la civilisation allemande.

  • 61 Cf lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 2 décembre 1907 et déjà citée.
  • 62 Les informations sur Berlin sont issues de l'article « Berlin », in D.H.G.E., Tome 8, Letouzey et A (...)
  • 63 H. Barbey-Say, op. cit., p. 269.

24Même si Berlin ne jouait pas le rôle prépondérant auquel pouvait prétendre Paris, capitale d’un État centralisé à l’unité ancienne, son extension eut pour corollaire son développement artistique et intellectuel, et c’était peut-être cet aspect qui avait d’abord séduit Laurent Remillieux61. Parmi les nouveaux édifices, il profitait des musées et, plus encore, des théâtres qui venaient embellir la ville, considérée par ses habitants comme la capitale de l’art dramatique et lyrique62. Mais alors que les autres Français s’affligeaient des goûts théâtraux des Allemands, atterrés de voir l’art dramatique français représenté à Berlin par de mauvais vaudevilles, et critiquaient le jeu des chanteurs à l’opéra et des acteurs au théâtre63, il s’enthousiasmait pour toutes les représentations auxquelles il avait assisté :

  • 64 Carte postale de L. Remillieux à son frère Jean, datée du 18 septembre 1911.
  • 65 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 30 novembre 1912.
  • 66 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 13 janvier 1913.

« [Au cours d’une traversée sur le Prinzessin, en 1911] : En ce moment, l’orchestre de notre splendide steamer joue la Marche de Tannhauser : enthousiasmant !64

Tristan und Isolde est beau n’est-ce pas ?65

[À la lecture du journal de Leipzig] : On joue cette semaine Lohengrin.66 »

25Les voyages en Allemagne avaient été l’occasion de la découverte des opéras de Wagner. La connaissance du théâtre allemand avait une origine plus scolaire, elle provenait d’abord des lectures imposées par les programmes du baccalauréat ou de la licence :

  • 67 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 18 novembre 1912.

« La Vierge d’Orléans est une belle pièce. En ce moment dans les cours de Terminale, les élèves lisent Egmont de Goethe. J’entends tout le temps de la part des Français que la tragédie française est la première dans le monde. J’ai été curieux de relire Andromaque de Racine. Bien sûr, c’est très beau aussi, mais je dois avouer que je préfère la pièce allemande. Tandis que dans Andromaque, nous voyons la passion surmontée par le devoir, (...) nous voyons dans Egmont et plus généralement dans le théâtre allemand, les hommes, ou plutôt une âme humaine, qui aime, souffre et se bat en plein milieu de la vie publique ou de la vie privée avant de devoir mourir. »67

26Il sollicitait aussi les impressions de Louis et Marie sur d’autres drames de Schiller, Maria Stuart ou Wilhelm Tell, toujours épris de la marche d’un destin individuel, sans mesurer apparemment la force de la critique lancée contre le pouvoir. Ce qui bouleversait Laurent Remillieux, c’était l’expression des états de l’âme et non la révolte contre l’ordre établi. Toutes ces oeuvres touchaient une sensibilité, modelée par le romantisme, comme l’avait déjà révélé son amour de la montagne. Il insistait lui-même sur le bonheur que lui donnait « le sentiment de la nature » dans la littérature allemande :

  • 68 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 18 novembre 1912.

« Ne soyez pas étonnés de voir, quand il gèle, des gens de Leipzig, de la plaine, le dimanche aller avec leur sac à dos à la campagne, même s’il n’y a pas de glacier à escalader. Le Français voit un chêne et ne sent rien. L’Allemand le soir voit le même chêne, mais comme dit Goethe, il n’est plus un chêne, c’est une tour qui nous regarde avec cent yeux dans la nuit. Chaque Allemand aime la nature et comprend sa voix.68 »

  • 69 Joseph Rovan, Histoire de la démocratie chrétienne II, Le catholicisme politique en Allemagne, Pari (...)

27L’admiration intellectuelle de Laurent Remillieux pour l’art allemand devenait attachement sentimental et ce glissement caractérisait bien sa personnalité et son mode de fonctionnement. Peut-être avait-il eu aussi l’occasion de découvrir la Jugendbewegung, ce mouvement de la jeunesse, où les catholiques jouaient un rôle important, teinté d’un romantisme qui se comprenait comme une réaction contre la « vie des villes et leur société « artificielle », éloignée de la nature et des rapports naturels entre les êtres »69. Pourtant, si pour l’opéra, il montrait une prédilection pour Wagner, ses goûts théâtraux paraissaient plus éclectiques. Il ne sacrifiait pas au romantisme de Schiller et de Goethe, certes privilégié, le drame social réaliste contemporain. Plusieurs références à des oeuvres de Hauptmann en témoignaient. Mais ces oeuvres étaient-elles jugées selon la portée politique et sociale que voulaient leur donner leur auteur ? L’admiration que l’abbé Remillieux portait à l’Allemagne wilhelmienne devenait de plus en plus singulière, elle restait totale et absolue, vierge de toute préoccupation patriotique, et il faut donc maintenant s’attacher à comprendre comment et pourquoi l’Allemagne l’avait ravi, sans retour possible.

Un prêtre français germanophile face à la menace de la guerre

28Comment Laurent Remillieux était-il parvenu, pendant toutes les années qui avaient précédé la guerre, à s’accommoder de la menace nationaliste et de la montée des tensions, qui compliquaient périodiquement les relations entre la France et l’Allemagne ? Si le patriotisme belliciste et revanchard, issu de la défaite de 1870 et de ses conséquences, s’était apaisé dans les années 1890, la volonté allemande de domination mondiale, la Weltpolitik de Guillaume II, avait renouvelé le débat, autrefois focalisé sur la ligne bleue des Vosges. Les systèmes d’alliance à l’oeuvre l’élargissaient aux problèmes européens. Laurent Remillieux semblait conscient de l’évolution alarmante des relations européennes et s’y intéressait avec le souci de connaître et de comprendre l’actualité, souci qu’il voulait partager avec Emilie, en partie parce que la question d’Orient était inscrite au programme d’histoire du baccalauréat qu’elle préparait :

  • 70 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 9 octobre 1908.

« Les événements qui se déroulent actuellement dans les Balkans sont d’un palpitant intérêt. C’est une occasion unique d’apprendre à connaître à fond la question d’Orient. (...) Intérêt humanitaire, puisque cette maudite question d’Orient peut d’un jour à l’autre être le prétexte d’une guerre. Intérêt historique naturellement. Intérêt religieux : toute la question de l’Islamisme s’y rattache. (...) Enfin intérêt actuel. La connaissance de l’histoire permettrait aujourd’hui de comprendre d’abord le bafouillage épars des quotidiens (...).70 »

29Mais la question n’était que rarement soulevée en termes de rivalités franco-allemandes dans les lettres qu’il envoyait à sa famille. C’était avec Louis qu’il abordait le plus facilement le sujet, comme lors de cette évocation de la seconde crise marocaine, à la fin de l’été 1911 :

  • 71 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 6 septembre 1911.

« Magnifique ! Malheureusement, le sombre aspect des nombreux bateaux de guerre, postés ici pour défendre les côtes en cas de complications marocaines, nous ont [sic] fait souvenir qu’hier encore d’après les journaux anglais des prévisions de conflit armé circulaient à Paris et à Berlin.71 »

[Relatant une promenade à bicyclette le long des côtes écossaises]

30La crainte de la guerre qu’exprimait ici Laurent Remillieux le rapprochait de la majorité des Français, mais contrairement aux autres, il ne dénonçait pas les agissements du gouvernement de Guillaume II. Il renvoyait dos à dos Paris et Berlin. Pourtant, il avait manifesté le même été sa fidélité à la patrie :

  • 72 Lettre de L. Remillieux à son père, datée du 9 juillet 1911.

« Et mon Louis charmant dans son calme et sa sérénité ; nous aimons à l’entendre nous raconter la vie de caserne. Si tous les soldats français étaient comme lui la Patrie pourrait être fière de ses enfants. Son lieutenant (...) lui a dit qu’il tenait à ce qu’il passe sergent à la classe et reste dans sa compagnie. Louis trouve ça tout simple, mais pas moi !...72 »

31En fait, l’expression de son patriotisme servait de tremplin à celle de sa fierté fraternelle. Son inquiétude s’attardait toujours pour finir sur le devenir de sa famille en cas de guerre, ses deux frères effectuant alors leur service militaire.

  • 73 C. Digeon, op. cit., p. 393-396.

32Laurent Remillieux ne prêtait jamais à l’Allemagne le rôle de l’ennemie, comme s’il avait échappé à cet imaginaire collectif français, qui réservait encore une place au souvenir de la guerre de 1870 dans ses considérations sur l’ancien vainqueur. En effet, même si l’on suit Jean-Jacques Becker dans sa remise en question du renouveau du nationalisme français, il n’en reste pas moins que l’idée nationale appartenait au registre conceptuel des Français, particulièrement à celui de cette élite intellectuelle que représentaient les voyageurs français en Allemagne. Le goût marqué par les Français pour les oeuvres wagnériennes s’était ainsi affaibli et entaché d’une suspicion à l’égard d’un auteur dont on reconnaissait désormais la gallophobie et le nationalisme belliqueux à travers sa glorification de l’Allemagne73. Le romantisme était bien un caractère fondamental de l’idéologie politique qui marquait le nationalisme allemand. En fait, Laurent Remillieux ne concevait même pas l’Allemagne comme une entité nationale :

  • 74 Lettre de L. Remillieux à Louis, envoyée de Berlin et datée du 9 septembre 1908.

« Louis, ne va pas t’imaginer que les Prussiens sont si patriotards ! L’empereur, les militaires, les gens riches : naturellement ! ! Mais le peuple assez peu : la jeune génération n’a pas connu l’ivresse de la victoire et ne voit qu’une chose (...) : le populo est gros Jean comme devant.74 »

  • 75 H. Barbey-Say, op. cit., p. 289.
  • 76 C. Digeon, op. cit., p. 495.

33Certes, et tous les historiens s’accordent sur ce thème, le traumatisme de la guerre de 1870 n’affectait directement pas la génération de Laurent Remillieux, mais le militarisme allemand avait pris d’autres dimensions, que l’abbé Remillieux ne prenait pas la peine de relever. Son souci n’était pas non plus d’opposer deux Allemagne, comme étaient enclins à le faire les Français germanophiles, qui s’obstinaient, pour tenter de sauver leur relation avec l’ennemi héréditaire, à différencier une Allemagne d’hier, celle des romantiques, philosophe et artiste, et une Allemagne d’aujourd’hui, gouvernementale, fonctionnaire et militaire75, pouvant recouper une Allemagne du Sud « pacifique et sentimentale » et une Prusse conservatrice à la raideur toute militaire76. Laurent Remillieux ne ressentait pas cette aversion envers l’Allemagne du Nord, ses voyages l’y ramenaient chaque année.

  • 77 F.-G. Dreyfus, L'Allemagne contemporaine, 1815-1990, Paris, P.U.F., « Nouvelle Clio », 1991, p. 389 (...)
  • 78 Victor Conzemius in Histoire du christianisme, op. cit., p. 666.

34Au-delà du domaine des relations internationales, qui finalement ne l’intéressait pas en soi, Laurent Remillieux discernait d’autres enjeux. L’étude de son vocabulaire politique et social montre qu’il ne percevait jamais qu’une société allemande divisée, en proie à des conflits d’intérêts, dressant l’État et les classes sociales qui l’incarnaient contre « le peuple ». Le « peuple » allemand était trompé par ceux qui le gouvernaient, les riches et les puissants, tout comme le « peuple » français. L’abbé Remillieux n’avait pas saisi la spécificité du nationalisme allemand qui visait à intégrer tous les Allemands dans une communauté du peuple, la Volksgemeinschaft, qui annihilerait les conflits de classe agitant la société, la Gesellschaft. Il n’avait pas réalisé que les aspirations nationalistes émanaient bien plus d’une petite bourgeoisie qui cherchait sa place au sein de l’État, que des Junkers, des militaires ou de la bureaucratie77. D’autres voyageurs français avaient proclamé le pacifisme du peuple allemand et s’étaient attachés à rejeter les ardeurs guerrières du pays sur les responsables politiques au pouvoir. Mais ils étaient conscients de l’adhésion de l’ensemble de la population aux intérêts nationaux. Les députés du Zentrum eux-mêmes soutenaient en 1913 les grands projets de l’armée et de la marine. Le parti catholique s’intégrait ainsi comme « parti national » dans l’Empire de Guillaume II78. Depuis son premier voyage à Berlin, l’abbé Remillieux prêtait de l’attention à l’action du parti catholique. Mais il s’intéressait en fait davantage à ses méthodes et à son organisation en parti de masse qu’au contenu de son message politique. Il avait été impressionné par les réunions organisées dans les quartiers de Berlin pour entrer en contact avec la population et former la jeunesse à la réflexion politique et sociale. Jamais il n’avait semblé saisir l’évolution du Zentrum sur la question nationale.

  • 79 On peut voir ainsi qu'il ne fallait pas forcément « être un jeune étudiant germaniste, à l'esprit p (...)
  • 80 Jacques Bariéty et Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes, 1815-1975, Paris, A. Colin, 1 (...)
  • 81 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 1er décembre 1907.

35De plus, suivant les enseignements du catholicisme social, Laurent Remillieux cultivait le paradoxe. Il fréquentait des milieux sociaux privilégiés, ceux des universitaires, des professions libérales ou de la bourgeoisie d’entreprise. Il en partageait les voyages, les loisirs et les préoccupations culturelles. Mais en même temps, il se sentait proche de ce « populo ». Le discours de l’abbé Remillieux définissait une mystique du peuple travaillant et souffrant, sans incarner une nation aux intérêts communs. Pour lui, l’intérêt des peuples transgressait encore les frontières. Son internationalisme rejoignait plutôt les analyses des socialistes79 : on constate une proximité objective des idées dans leur refus de la guerre. À la suite de Jaurès, les journalistes et écrivains socialistes avaient répandu, au tournant du siècle, l’image de la « bonne » Allemagne, celle du travail et des sociaux-démocrates, qui saurait s’opposer aux menaces du militarisme prussien et du capitalisme80. Les campagnes pacifistes des socialistes internationalistes se développaient avec la montée des tensions et répondaient au bellicisme agressif des nationalistes, les deux courants restant minoritaires au sein de la population française. Cette dernière s’accordait cependant avec les socialistes sur le caractère odieux de la guerre et le pacifisme n’excluait pas forcément le patriotisme. Mais la pensée de Laurent Remillieux restait ici aussi singulière. Elle s’inscrivait dans un nouveau contexte européen marqué par l’affrontement des impérialismes et prenait une tournure plus radicale. Il suivait dans la presse les agissements des antimilitaristes, guidés par Gustave Hervé, qui animait avec son journal, La Guerre Sociale, la tendance insurrectionnaliste et antipatriotique du Parti socialiste81. Comment expliquer les prises de position de l’abbé Remillieux ? En dépit de l’ascension sociale familiale, il restait marqué par ses origines populaires. Sa spiritualité franciscaine expliquait l’anticapitalisme et ses engagements sillonnistes, la dénonciation fréquente du conservatisme social et religieux. Mais quelle était la part de sa propre réflexion et celle des influences extérieures ? D’où provenaient ces dernières et comment son histoire personnelle pouvait-elle éclairer les décalages qui le maintenaient toujours en marge, alors qu’à partir de la seconde crise marocaine les relations franco-allemandes entraient dans une ère de plus fortes tensions ?

  • 82 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 24 novembre 1910.

36Sa correspondance permet d’identifier aisément les lectures où il puisait ses sources d’information et d’analyse. Il recevait Le Sillon et était aussi abonné à L’Eveil démocratique puis à partir de 1910, à La Démocratie, revue hebdomadaire et organes nationaux de la presse sillonnistes, qu’il commentait chaque semaine à Emilie. Ces lectures étaient complétées par celle de L’aiguillon, publication des sillonnistes lyonnais. Les liens des Remillieux avec le groupe sillonniste de Lyon s’étaient instaurés à partir de 1906. Tous les frères et soeurs Remillieux s’impliquèrent dans l’aventure du Sillon, mais cette fois le frère aîné n’avait pas donné l’impulsion. La rencontre avec le mouvement de Marc Sangnier, animé à Lyon par Victor Carlhian, avait eu lieu par l’intermédiaire de Jean, alors séminariste. Laurent ne fut pas le militant le plus actif de la famille, mais il devint un partisan enthousiaste, même dans les moments les plus difficiles de l’histoire du Sillon, s’attachant à stimuler l’engagement familial et cherchant autour de lui de nouveaux adeptes. Son prosélytisme se fit ressentir surtout à Roanne, au sein même de l’institution Saint-Joseph où il enseignait et où il intéressa à la cause du Sillon certains de ses collègues. Il encadrait le groupe des Jeunes Gardes de la ville qui lui avaient demandé d’assurer leur formation religieuse. Les sillonnistes parisiens sollicitèrent du Lyonnais germanophile une collaboration journalistique : Georges Hoog lui demanda une revue des « choses d’Allemagne », qu’il pourrait lui faire parvenir chaque semaine ou chaque quinzaine82. Laurent Remillieux montrait une adhésion apparemment sans faille aux idées sillonnistes et à la personnalité de Marc Sangnier. Il se référait très souvent à ses discours, porté par l’exaltation de la démocratie et la volonté d’apporter des solutions à la question sociale. Mais ces commentaires sombraient parfois dans des amalgames qui ne rendaient pas forcément compte seulement de la pensée politique et sociale sillonniste, mais soulignaient aussi la spiritualité et la formation cléricale de l’abbé Remillieux :

  • 83 Lettre de L. Remillieux à son père, datée du 9 novembre 1907.

« Enfin par le catholicisme, la démocratie pourra s’imprégner un peu de l’esprit de sacrifice, de justice et d’amour et par là nous faire une société un peu moins marâtre pour le plus grand nombre de ses enfants, une société un peu plus semblable au royaume du Père vers lequel nous aspirons. Oh ! comme je me sens intimement du Sillon, comme avec lui je comprends mieux : la vie, le christianisme, la grande idée du salut, l’idée du ciel, comme je suis plus pieux !83 »

37L’aspect politique des engagements sillonnistes, pourtant de plus en plus important, n’entrait pas dans les préoccupations de Laurent Remillieux. Ses analyses restaient résolument religieuses et sociales, et c’était sous cet angle qu’il considérait les clivages de la société. Ce fonctionnement intellectuel joint à sa passion de l’Allemagne éclaire son refus, voire son inaptitude, à observer, ou même à reconnaître, les problèmes liés aux questions nationales. C’est bien sur ce point que se marquaient ses divergences avec les sillonnistes. Son accord était complet quand le Sillon soutenait les revendications démocratiques et le mouvement social en Allemagne :

  • 84 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 26 janvier 1908.
  • 85 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 21 février 1910. Les revendications démocratiques manife (...)

« As-tu lu dans L’Eveil démocratique quelque chose sur les événements si intéressants de la semaine dernière à Berlin ? Le pouvoir contre le droit. Vive la profonde révolution dans les âmes ! Vive le droit de vote pour tous ! Vivent les 60 travailleurs berlinois au chômage !84

Je suis avec beaucoup de joie le mouvement démocratique que mènent en Allemagne avec tant d’entrain le Centre et les socialistes.85 »

  • 86 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 13 janvier 1912.
  • 87 Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris, Plon, 1967, p. 432. Un chapi (...)

38De la même façon (mais était-ce vraiment en toute conscience politique ?) il pouvait signaler à Louis et à Marie la reprise de Biberpelz, oeuvre de Hauptmann, dont la première représentation avait eu lieu en 1893 à Berlin86. Le sujet de cette réflexion sur la condition humaine, fondée sur les événements qui avaient accompagné la répression des socialistes dans les années 1880, relevait d’une critique sociale et politique qui rejoignait les préoccupations des anciens sillonnistes en ces années. Marc Sangnier et ses collaborateurs avaient toujours porté sur l’Allemagne un jugement sévère, qui ne s’expliquait pas par les souvenirs de la guerre de 1870 et de la défaite, mais par l’ambition et l’autoritarisme de Guillaume II. Ils n’hésitaient pas à proclamer leur volonté de soutenir les forces démocratiques menacées ni à prendre parti pour les opprimés des régimes autoritaires, aussi bien les Juifs victimes des pogroms de Nicolas II que les catholiques polonais de Prusse orientale, victimes de la germanisation brutale87. À partir de 1912, les anciens sillonnistes, regroupés pour l’essentiel dans la Jeune République, renouvelaient leurs critiques envers les actions de l’Allemagne, ce que ne supportait plus Laurent Remillieux :

  • 88 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 20 janvier 1913. Louis travaillait alors en Allemagne, à (...)
  • 89 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 27 janvier 1913.

« Dans La Démocratie, il y a un rédacteur qui écrit des idioties sur l’Allemagne, qui sont complètement fausses. Mais vous savez comme tous les Français sont bornés là-dessus.88

La semaine dernière, Sangnier a fait une grande conférence sur la Pologne. Il est incroyable comme lui et les autres conférenciers ne savent rien de l’Allemagne. Un Polonais a dit des idioties que le public a pris comme la pure vérité.89 »

  • 90 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 337-338 et note 120, p (...)

39Sur ce thème, L’abbé Remillieux s’écartait complètement des autres voyageurs français, qui dénonçaient la politique de soumission infligée par les Prussiens aux Polonais et les violences morales et physiques qui l’accompagnaient90. Le développement du pangermanisme se réalisait d’abord à l’encontre des minorités nationales de l’Allemagne wilhelmienne. La Posnanie renfermait notamment une proportion importante de Polonais catholiques, rebelles à la politique prussienne, qui tentait de germaniser les territoires et leur population. L’Église catholique polonaise, par la voix de ses évêques, avait appelé à la résistance.

  • 91 Lettre datée du 24 novembre 1910.
  • 92 H. Barbey-Say, op. cit., p. 321.

40À la défense des intérêts catholiques, Laurent Remillieux préférait pourtant la justification de la politique allemande. Et aux informations livrées et commentées par les anciens sillonnistes, il préférait dorénavant d’autres sources d’information, celles qu’offrait la presse allemande. Dès 1910, il confiait à Emilie que, pour répondre à la demande de Georges Hoog, il s’était abonné à la Kölnische Volkszeitung, grand journal catholique, et avait même commandé une feuille socialiste91. À l’automne 1912, il priait Louis et Marie de lui envoyer « des numéros du plus grand journal » de Leipzig et prenait finalement un abonnement au Tageblatt. Au printemps 1913, Marie partit pour Berlin et fut préposée à l’envoi du Berliner Tageblatt. L’appréciation des questions internationales par Laurent Remillieux était influencée par la vision qu’en avaient les Allemands. Mais alors que les autres Français, qui accusaient la presse allemande d’être contrôlée par le pouvoir, révélaient sa francophobie et la façon dont elle l’entretenait dans l’opinion publique allemande92, l’abbé Remillieux n’évoquait jamais l’hostilité de cette presse à l’égard de la France. Il semblait épouser ses points de vue sans tenir compte du prisme là aussi déformant qui entachait les analyses.

  • 93 J.-J. Becker, , 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, op. cit., p. 405-410.
  • 94 Yves Gaulupeau « L'Église et la nation dans la France contemporaine - Le témoignage des manuels con (...)
  • 95 Témoignage écrit de l'abbé Vallas. Jean Vallas, professeur de philosophie, fut son collègue à l'ins (...)
  • 96 J.-J. Becker, op. cit., p. 329-332.

41Cela montrait une nouvelle fois qu’il avait échappé à l’idée nationaliste, de façon encore plus radicale que les membres du mouvement ouvrier lui-même, clamant pourtant son intention de s’opposer à une guerre commandée par les impérialistes, par les moyens les plus révolutionnaires, la grève générale en l’occurrence. Entre l’annonce de la mobilisation et la déclaration de guerre, le retournement du mouvement ouvrier était confirmé : il se ralliait à la défense nationale. Les positions prises par Gustave Hervé dans La Guerre sociale au cours du mois d’août 1914 symbolisaient ce retournement, que Jean-Jacques Becker s’est attaché à expliquer après l’avoir décrit93. La figure du patriote révolutionnaire, issue du souvenir de la Commune et, au-delà, héritage de la Révolution française, appartenait au patrimoine culturel républicain. Le discours révolutionnaire français, relayé par le syndicalisme, proposait un autre modèle de relation à la patrie que celui de l’internationalisme. Laurent Remillieux s’était rallié à la République en adhérant au Sillon, mais avait-il eu l’occasion d’assimiler le discours patriotique qui lui était lié ? Certes, sa scolarisation dans les classes primaires des Frères des Ecoles Chrétiennes lui avait donné un accès aux valeurs patriotiques et nationales, dont les écoles confessionnelles se considéraient comme les dépositaires, en ce temps où les écoles de la République étaient injustement accusées d’être gagnées par la cause du pacifisme94. Pourtant, ces valeurs restaient exposées à l’idéologie contre-révolutionnaire et à la figure du patriote républicain héritée de 1792, s’opposait celle du nationaliste de la nouvelle droite révolutionnaire, vers laquelle se dirigeaient les sympathies des catholiques prônant la défense de la nation française. Or, l’Action française apparaissait souvent comme la pire ennemie du Sillon. Laurent Remillieux, enclin aux amalgames, montrait des difficultés à établir des lignes de partage. L’attachement sentimental qui le liait à l’Allemagne, une assurance inébranlable qui écartait toute remise en question et finalement une subjectivité dont il ne prenait jamais conscience pouvaient désormais faire le reste. Laurent Remillieux pouvait se lancer en juillet 1914 dans un autre périple en Allemagne et attendre la dernière minute pour rejoindre la France en guerre. Il pouvait, au mois de septembre 1914, nier les responsabilités de l’Allemagne dans le déclenchement du conflit95, alors que l’opinion publique s’était désormais ralliée à l’idée d’une guerre juste, celle que devait mener le défenseur du droit et de la patrie contre l’agresseur allemand96. Le trouble de l’abbé Remillieux devant la guerre ne tenait pas seulement à un amour inconditionnel de la paix ni à la hantise de perdre ceux qu’il aimait et qui étaient partis combattre. Il reposait sur la nature des relations qu’il avait nouées avec le pays haï par la majorité des Français. L’Allemagne avait mobilisé son énergie et cristallisé ses désirs. Il ne pouvait renier ce qui avait fait sa vie.

42L’étude des périples de Laurent Remillieux en Allemagne avant 1914 revêt d’abord l’intérêt de procéder à l’exploration d’une expérience individuelle du voyage, un thème qu’affectionne aujourd’hui l’histoire sociale et culturelle. Les destinations, les modalités du voyage, le déroulement des séjours, autant d’éléments qui nous invitent à écrire un récit avant tout descriptif, mais qui permettent aussi de contribuer à définir, à titre d’exemple, les contours de l’univers mental d’un jeune prêtre français au début du vingtième siècle.

43L’analyse des relations que Laurent Remillieux entretenait avec l’Allemagne avant la guerre relève ensuite du genre biographique. Les stratégies de voyage déployées par le prêtre nous dévoilent son fonctionnement affectif et relationnel. Son appréciation des événements nous entraîne dans un examen de son mode de fonctionnement intellectuel cette fois. Nous pouvons alors mettre en place les éléments indispensables à la compréhension de l’action que mena cet homme au service du rapprochement franco-allemand, une fois qu’il sera devenu le curé de la paroisse lyonnaise de Notre-Dame Saint-Alban.

44Réformé, l’abbé Remillieux vécut la Grande Guerre à l’arrière. En dépit de la mort de ses deux frères sur le front en 1915 et 1916, il continua à se placer en marge du consensus patriotique de l’Union sacrée. En 1917, ses positions pacifistes recevaient la caution pontificale et dès le début des années vingt, elles trouvaient à s’exprimer dans des cadres établis par d’autres catholiques militants, français et allemands. Les combats d’avant-garde que mena Laurent Remillieux après la Première Guerre mondiale confirmèrent ses positions de jeunesse et lui conférèrent une place originale au sein du catholicisme français. Pour envisager toute la complexité de cet itinéraire individuel et tenter de l’expliquer, il fallait pouvoir remonter aux sources de l’histoire et savoir scruter les expériences initiales et fondatrices : c’est ce que nous a permis, en partie, le dépouillement de la correspondance des années de jeunesse de Laurent Remillieux.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1933), Université de Metz, S.M.E.I., 1972, 254 p. L'ouvrage est la version abrégée d'une thèse de doctorat de 3e cycle soutenue à la Sorbonne en juin 1969.

2 Joseph Folliet, Le Père Remillieux, curé de Notre-Dame Saint-Alban (1882-1949), Lyon, Chronique Sociale de France, 1962, 293 p. , p. 32.

3 J.-C. Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand (1920-1933), op. cit., p. 192.

4 Une partie de la correspondance familiale des Remillieux a été conservée par les enfants de Joseph Remillieux, le plus jeune frère de Laurent Remillieux. L'ensemble est incomplet, mais recouvre une période s'étalant de 1902 à 1914 et permet de suivre les voyages et les séjours des Remillieux en Autriche, puis en Allemagne, et d'esquisser un réseau de relations tissé par Laurent Remillieux dans les deux pays. Une grande partie de cette correspondance est en allemand et je voudrais d'abord remercier les deux amies qui m'ont aidée à la dépouiller. Annelie Grammel a d'abord dû retranscrire le vieil allemand en allemand contemporain, puis a assuré la traduction en français avec Caroline Vuillaume, tâche d'autant plus difficile que Laurent Remillieux ne maîtrisait pas la langue allemande.

5 Hélène Barbey-Say a consacré aux voyages et aux voyageurs français dans l'Empire germanique une étude publiée sous le titre Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914 aux Presses universitaires de Nancy en 1994 en 412 pages. La correspondance de la famille Remillieux présente l'avantage d'apporter un autre regard français sur l'Allemagne : elle permet d'envisager "le voyage de France en Allemagne" autrement que par l'intermédiaire d'éminents voyageurs, issus des élites économiques, sociales, politiques et culturelles de la société française. En effet, Hélène Barbey-Say a conduit son travail essentiellement à partir de sources imprimées auxquelles échappent largement la correspondance des particuliers, et plus encore celle des anonymes.

6 Paul Lévy, La langue allemande en France, Tome II, De 1830 à nos jours, Lyon, IAC, Bibliothèque de la Société des Etudes germaniques, 1952, p. 162.

7 La faculté de théologie fut rouverte en 1857 et confiée de nouveau à la Compagnie de Jésus. Elle accueillait de nombreux étudiants étrangers. Cf R. Aubert, article "Innsbruck", Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, Tome 25, Paris, Letouzey et Ané, 1995, col. 1288.

8 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 14 août 1905.

9 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée de l'été 1906.

10 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 4 septembre 1906.

11 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée de l'été 1903.

12 Jean-Marie Mayeur et Jacques Gadille (dir.), Histoire du christianisme, Tome 11, Paris, Desclée, 1995. Le chapitre consacré au christianisme dans l'Empire d'Autriche des années 1860 à 1914 (p. 699-702) a été rédigé par Victor Conzemius.

13 La famille Mayr, par exemple résidait à Innsbruck et possédait un chalet à Sistrans, où elle passait ses vacances d'été. Le père, Franz Mayr était baumeister, l'équivalent d'un ingénieur en France. Son fils, Paul Mayr devint docteur en droit, après la soutenance d'une thèse, en décembre 1909, à l'Université d'Innsbruck. Il travailla comme avocat. Quant à la mère, Mme Mayr, elle exprimait le souhait, dans une lettre envoyée à Laurent Remillieux, le 11 décembre 1904, de voir « le Seigneur » choisir un de ses enfants pour le servir et connaître ainsi la joie des parents Remillieux qui venaient d'accompagner leur fils au sous-diaconat. De la même façon, dans les relations de la famille Bakarie, « tout le monde va à la campagne pour l'été » (lettre de Marie Bakarie à Laurent Remillieux, datée du 27 mai 1904).

14 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 24.

15 Lettre de L. Remillieux, envoyée d'Innsbruck et datée de l'été 1906.

16 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 23 février 1910.

17 Paul Gerbod, « Les touristes français à l'étranger (1870-1914) », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 30, Paris, 1983, p. 283, 291, 293.

18 Lettre de L. Remillieux à Marie Bakarie, datée du 1er janvier 1904.

19 Lettre de L. Remillieux à Marie Bakarie, envoyée de Lyon et datée du 2 mars 1904.

20 Lettre de Joel Eberhart à Laurent Remillieux, envoyée de Mariahilf et datée du 18 janvier 1904.

21 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 4 septembre 1904.

22 Ces informations sont fournies par une lettre adressée à Mme Mayr, datée du 29 avril 1905 et signée d'Augustine Remillieux. En fait, l'écriture et les ratures laissent à penser qu'il s'agit d'un modèle écrit par Laurent Remillieux pour sa mère.

23 Les Ursulines, installées à Innsbruck depuis 1691, ouvrirent en 1904 "un Mädchengymnasium, n'hésitant pas à envoyer certaines de leurs religieuses suivre des cours à l'Université pour assurer la qualité de l'enseignement" : article "Innsbruck", D.H.G.E., op. cit., col. 1289. Il n'est alors pas étonnant que Mme Gneisser ait le souci de parfaire l'instruction et la culture de sa fille par un séjour en France, en étant assurée de la moralité de la famille Remillieux qui allait l'accueillir. La présence d'un prêtre et d'un séminariste parmi les fils de la famille représentait en effet, selon leurs dires, un gage de moralité pour ces catholiques pratiquants autrichiens.

24 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 12 février 1908.

25 Lettre de L. Remillieux à ses parents, envoyée d'Innsbruck et datée du 2 août 1904.

26 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 15.

27 P. Gerbod, "Les touristes français à l'étranger (1870-1914)", op. cit., p. 296.

28 H. Barbey-Say, op. cit., p. 18.

29 Dans la liste des départements hébergeant plus de mille Allemands, que donne Paul Lévy, le Rhône figure en bonne place, avec 1708 Allemands recensés en 1911. Ce chiffre est évidemment sans comparaison possible avec ceux de Paris et des quatre départements de l'Est. Il n'en reste pas moins que Lyon abritait une communauté d'Allemands qui devait posséder ses propres lieux de sociabilité, possibles à identifier et à visiter, si l'on s'y intéressait.

30 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 2 décembre 1907.

31 H. Barbey-Say, op. cit., p. 142.

32 Lettre de L. Remillieux à sa soeur Emilie, envoyée de Roanne le 3 octobre 1908.

33 H. Barbey-Say, op. cit., p. 53.

34 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 7 juin 1909.

35 H. Barbey-Say, op. cit., p. 115-116.

36 Témoignage écrit de l'abbé Vallas, daté du 14 mars 1951 et conservé dans les papiers Folliet, au Prado, à Limonest.

37 H. Barbey-Say n'évoque pas ce mode de transport maritime, ce qui montre une nouvelle fois l'originalité de Laurent Remillieux.

38 Alain Corbin, « Du loisir cultivé à la classe de loisir », in L'avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier 1995, p. 56-80.

39 André Rauch, « Les vacances et la nature revisitée (1830-1939) », in L'avènement des loisirs, op. cit., p. 84.

40 Parmi les stations thermales fréquentées par les Français en Allemagne, H. Barbey-Say ne cite pas celles de la Baltique.

41 P. Lévy, La langue allemande en France, op. cit., p. 163.

42 Jean-Jacques Becker 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977, 638 p.

43 P. Gerbod, op. cit., p. 297.

44 P. Gerbod, op. cit., p. 297.

45 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, P.U.F., 1959, 568 p. L'ouvrage est issu d'une thèse, soutenue à la Sorbonne en 1957, qui étudie la crise déclenchée à l'égard de l'Allemagne dans la pensée française par la défaite de 1871 et par le rapide développement du nouvel Empire. Claude Digeon envisage l'influence exercée par l'Allemagne sur les écrivains français, sous l'angle du problème national. Son travail est certes fondé sur les écrits des intellectuels français, mais il est sans cesse amené à rapporter leurs considérations et leurs sentiments à ceux de l'opinion publique. Sur le thème étudié par C. Digeon, l'étude d'H. Barbey-Say, réalisée à partir d'un corpus de sources élargi, reprend souvent les mêmes analyses. Nous pouvons alors comparer les positions de l'abbé Remillieux à celles des voyageurs les plus éminents, rapportant d'Allemagne leurs impressions, et indiquer les similitudes de ces positions avec celles de l'opinion française générale ou les décalages qui l'en démarquent. Il faut bien sûr tenir compte des critiques que Jean-Jacques Becker a émises sur les conclusions de C. Digeon quant à l'importance du renouveau nationaliste et à sa chronologie : J.-J. Becker, op. cit., p. 38 notamment.

46 C. Digeon, op. cit., chapitre IX : « La menace allemande (1890-1905) ». Le titre du chapitre montre déjà que la fascination de Laurent Remillieux pour la réussite de l'Allemagne ne recouvrait pas les mêmes perspectives que celle exercée sur les écrivains étudiés par C. Digeon.

47 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 15 septembre 1911.

48 Carte de L. Remillieux à Louis, envoyée de Paignton et datée du 8 septembre 1912.

49 Roy Porter, « Les Anglais et les loisirs », in L'avènement des loisirs, op. cit., p. 21-54.

50 Lettre de L. Remillieux, envoyée à Louis de Baabe, datée du 14 août 1913.

51 Ses préférences se distinguent encore de l'opinion commune puisque « jamais Berlin ne trouvera vraiment grâce aux yeux d'aucun Français, même des plus germanophiles », H. Barbey-Say, op. cit., p 109.

52 C. Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), op. cit., p. 482.

53 Lettre de L. Remillieux à ses parents, datée du 9 septembre 1908.

54 Victor Conzemius, Histoire du christianisme, op. cit., p. 671.

55 Alain Corbin, « Du loisir cultivé à la classe de loisir », op. cit., p. 79.

56 L'analyse de Claude Digeon est reprise sur ce point par Hélène Barbey-Say. Une des motivations des voyageurs français aurait été de « mieux connaître l'adversaire", d'en "mesurer les forces et les faiblesses », afin de lui « opposer une force nouvelle » : H. Barbey-Say, op. cit., p. 15 et p. 21.

57 Ainsi le jeune Lyonnais Charles Bourgarel, envoyé par sa famille en stage pour un an (1912-1913) dans différentes maisons commerciales de Hambourg, dont le récit de voyage publié en 1917, sous le titre de Un an à Hambourg, a été étudié par H. Barbey-Say.

58 C. Digeon, op. cit., p. 483.

59 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 4 février 1913.

60 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 6 février 1913.

61 Cf lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 2 décembre 1907 et déjà citée.

62 Les informations sur Berlin sont issues de l'article « Berlin », in D.H.G.E., Tome 8, Letouzey et Ané, 1935, col 510-523, et de l'ouvrage d'H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 108-109.

63 H. Barbey-Say, op. cit., p. 269.

64 Carte postale de L. Remillieux à son frère Jean, datée du 18 septembre 1911.

65 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 30 novembre 1912.

66 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 13 janvier 1913.

67 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 18 novembre 1912.

68 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 18 novembre 1912.

69 Joseph Rovan, Histoire de la démocratie chrétienne II, Le catholicisme politique en Allemagne, Paris, Editions du Seuil, 1956, p. 139.

70 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 9 octobre 1908.

71 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 6 septembre 1911.

72 Lettre de L. Remillieux à son père, datée du 9 juillet 1911.

73 C. Digeon, op. cit., p. 393-396.

74 Lettre de L. Remillieux à Louis, envoyée de Berlin et datée du 9 septembre 1908.

75 H. Barbey-Say, op. cit., p. 289.

76 C. Digeon, op. cit., p. 495.

77 F.-G. Dreyfus, L'Allemagne contemporaine, 1815-1990, Paris, P.U.F., « Nouvelle Clio », 1991, p. 389-442.

78 Victor Conzemius in Histoire du christianisme, op. cit., p. 666.

79 On peut voir ainsi qu'il ne fallait pas forcément « être un jeune étudiant germaniste, à l'esprit provocateur, confiant dans le rôle des socialistes antimilitaristes en faveur de la paix, pour oser ce type d'analyse » (H. Barbey-Say, op. cit., p. 335.)

80 Jacques Bariéty et Raymond Poidevin, Les relations franco-allemandes, 1815-1975, Paris, A. Colin, 1977, p. 156-157.

81 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 1er décembre 1907.

82 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 24 novembre 1910.

83 Lettre de L. Remillieux à son père, datée du 9 novembre 1907.

84 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 26 janvier 1908.

85 Lettre de L. Remillieux à Emilie, datée du 21 février 1910. Les revendications démocratiques manifestées à Berlin portaient sur une réforme du système de vote qui imposait un suffrage universel à deux degrés, les masses étant alors partiellement exclues de la vie politique. Cf F.-G. Dreyfus, L'Allemagne contemporaine, 1815-1990, op. cit., p. 307.

86 Lettre de L. Remillieux à Louis et Marie, datée du 13 janvier 1912.

87 Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, 1894-1910, Paris, Plon, 1967, p. 432. Un chapitre est consacré aux positions du Sillon dans les questions internationales, chapitre intitulé « Le Sillon entre le nationalisme et l'internationalisme ». J. Caron montre que les sillonnistes refusaient à la fois le nationalisme belliciste de l'Action française et l'internationalisme, le pacifisme sans condition des partisans de Gustave Hervé. S'ils s'engageaient en faveur de la paix, ils ne s'opposaient pas à la guerre livrée pour « la conservation de l'idéal de justice » (Marc Sangnier, Discours I, p. 406-408). En, 1908 par exemple, lors de la crise balkanique, ils s'indignèrent des efforts diplomatiques réalisés pour sauver la paix en maintenant un statu quo qui consacrait l'injustice.

88 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 20 janvier 1913. Louis travaillait alors en Allemagne, à Leipzig.

89 Lettre de L. Remillieux à Louis, datée du 27 janvier 1913.

90 H. Barbey-Say, Le voyage de France en Allemagne de 1871 à 1914, op. cit., p. 337-338 et note 120, p. 344. Les châtiments corporels et l'interdiction de prier, qui aurait dû interpeller un prêtre catholique, sont violemment dénoncés.

91 Lettre datée du 24 novembre 1910.

92 H. Barbey-Say, op. cit., p. 321.

93 J.-J. Becker, , 1914 : Comment les Français sont entrés dans la guerre, op. cit., p. 405-410.

94 Yves Gaulupeau « L'Église et la nation dans la France contemporaine - Le témoignage des manuels confessionnels (1870-1940) », in L'enseignement catholique en France, op. cit., p. 73-104.

95 Témoignage écrit de l'abbé Vallas. Jean Vallas, professeur de philosophie, fut son collègue à l'institution St Joseph de Roanne et l'ami de Jean Remillieux et de Victor Carlhian. Il rapporte des propos de Laurent Remillieux tenus peu après l'entrée en guerre : « (...) je rencontrai Laurent place Bellecour et lui communiquai mon indignation à voir l'Allemagne déclarer à la France une guerre depuis longtemps préparée. Je me heurtai à une incrédulité parfaite allant presque jusqu'à dire que la provocation venait de la France même. » Bien entendu, ce témoignage, parce qu'il repose sur la mémoire, doit être entendu avec précaution ; il semble néanmoins probable que Laurent Remillieux ait pu tenir ce discours.

96 J.-J. Becker, op. cit., p. 329-332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Malabre, « La passion d’un prêtre français pour l’Allemagne wilhelmienne »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 111-131.

Référence électronique

Natalie Malabre, « La passion d’un prêtre français pour l’Allemagne wilhelmienne »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6976

Haut de page

Auteur

Natalie Malabre

Institut d’Histoire du Christianisme - Université Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search