Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6ArticlesDossier : entre paix et guerre, d...Des chrétiens pour la paix : Les ...

Articles
Dossier : entre paix et guerre, des catholiques français face à l’Allemagne

Des chrétiens pour la paix : Les Compagnons de Saint-François et l’Allemagne (1926-1945)

Régis Ladous
p. 133-156

Texte intégral

  • 1 Cf. Dieter Tieman, Deutsch-französiche Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn, 1989. Mais l (...)
  • 2 Cette étude repose en grande partie sur les archives et les témoignages oraux rassemblés et recueil (...)

1Les travaux consacrés aux rapports entre les mouvements de jeunes de France et d’Allemagne ne s’attardent guère sur les Compagnons de Saint-François (CSF)1. Ils ont tout de même constitué l’un des groupes les plus engagés dans ce que Marc Sangnier appelait le « pacifisme d’action », une pédagogie de la paix fondée sur des rencontres entre jeunes gens de France et d’Allemagne. Mais leurs archives, ainsi que la collection complète de leur journal, L’Appel de la route, appartiennent à des particuliers. Et beaucoup de ce qu’on sait d’eux relève de témoignages oraux. D’autre part, leur action ne peut être comprise que si l’on connaît leurs interlocuteurs d’Outre-Rhin. En France, on les connaît mal. Franz Stock ne doit sa notoriété que parce qu’il est devenu, sous l’occupation, l’aumônier des prisons de Fresnes et du Cherche-Midi, le témoin charitable et douloureux de la Résistance française. Mais à part quelques spécialistes clairsemés ou témoins fidèles, qui se souvient de résistants allemands comme Cläre Barwitky ou Paulus Lenz-Médoc2 ?

  • 3 Pour situer dans leur Eglise les amis et interlocuteurs allemands des CSF, cf. la maîtrise et le D. (...)
  • 4 C'est en grande partie grâce aux Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte qu'il est pos (...)

2Il s’agit donc de présenter non seulement les Compagnons, mais leurs amis allemands, la place que ces derniers occupent dans la Jugendbewegung, leurs rapports avec l’Eglise et ses Katholikentage, leur représentativité et leur singularité3. À partir de là, il est possible de se demander dans quelle mesure l’esprit et l’idéologie des Compagnons sont tributaires de ce catholicisme si particulier, dont l’apparente étrangeté a déconcerté beaucoup d’observateurs contemporains4. Autrement dit : les CSF ont-ils vécu un phénomène d’acculturation, ou se sont-ils lancés avec leurs amis allemands dans un mouvement de convergence, de compréhension interne, d’échanges humains et culturels, sans lesquels le pacifisme peut conduire aux plus regrettables errements ?

le fondateur : joseph folliet

  • 5 Il ne sera pas question ici de l'histoire interne des CSF. Rappelons seulement que le Sillon cathol (...)
  • 6 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Paris, 1978, p. 407. Folliet fut chansonnier général (...)
  • 7 S. Fumet, ibid.
  • 8 « De plus, sous des signatures diverses, il écrit presque chaque semaine plusieurs articles » (A. C (...)

3Les CSF ont été fondés en 1927 par une trinité : René Beaugey, secrétaire général du Sillon catholique de Paris, le père Boulier, jeune jésuite de l’Action populaire, et Joseph Folliet5. Mais c’est Folliet qui en devient vite sinon le chef - terme à jamais exclu - du moins le « chansonnier général ». Ce titre n’a rien d’honorifique. Folliet écrivait des chansons populaires « que les jeunes chrétiens se plaisaient à entonner ou à brailler derrière lui, et même sans lui. « Jeunesse, jeunesse. » était un refrain qui mettait de l’ambiance dans les réunions et les banquets »6. Volumineux, jovial, anxieux, chaloupant de coups de cœur en coups de gueule, de grosses gaietés en grosses colères, ce « laïc franciscain de souche rabelaisienne » est à la fois un bon journaliste et « un orateur très doué, qui avait une éloquence moins envoûtante que celle de son maître Marc Sangnier, mais une pensée plus réfléchie »7. Son ami Edmond Michelet se souvient avec émotion de ses tonitruantes conférences contre le racisme ou le travail forcé dans les colonies. De 1934 à 1938, Folliet est le secrétaire général de Sept8, puis le secrétaire de rédaction et, de fait, le rédacteur en chef du journal qui succède à Sept, Temps présent. Le directeur en est Stanislas Fumet. Mais, au dire de Fumet, c’est Folliet qui, matériellement, « fait » le journal. Il y publie tout ce qui compte dans l’antifascisme, l’antinazisme et l’antifranquisme catholiques.

  • 9 Folliet, « Veillée d'adieux », L'Appel de la route, nov.-décembre 1938, p. 9.
  • 10 Folliet, Le ferme propos (manuscrit disponible au siège de la Chronique sociale à Lyon).

4Que dire encore de l’homme qui a fondé les Compagnons de Saint-François ? Qu’il a voulu devenir prêtre, mais que les supérieurs du Grand séminaire de Paris l’ont jugé trop indépendant et l’ont fermement orienté vers l’action laïque. Qu’il a été guidé toute sa vie « par je ne sais quelle nostalgie d’une fraternité perdue »9. Qu’il a trouvé comme un reflet de cette fraternité à Assise, en 1923. Et que la même année il a rejoint Marc Sangnier et la Jeune République, ce mouvement qui se définit comme social parce que catholique, démocratique parce que social, pacifiste parce que démocratique, européen parce que pacifiste, et germanophile parce qu’européen. Dans un manuscrit inédit achevé en 1958, Folliet écrit sans modestie excessive : « Avec quelques Français clairvoyants et quelques Allemands courageux, j’ai compris, au lendemain de la première guerre mondiale, que la route de l’Europe et de la paix passait par la réconciliation franco-allemande, qu’il n’existait pas d’autre chemin disponible vers l’Europe et vers la paix »10. Le « pacifisme d’action » de Sangnier, et plus particulièrement les congrès démocratiques internationaux qu’il organise à partir de 1921, sont à la source des Compagnons de Saint-François.

  • 11 Folliet, La belle aventure de la route, Cahiers de la nouvelle journée, Paris, 1935, p. 84.

5Le premier congrès, tenu à Paris, ne rassemble que six Allemands sur quatre cents délégués. Mais l’ouverture au monde germanique s’affirme avec le congrès de Vienne (1922) et surtout celui de Fribourg en Brisgau (1923), qui accueille 550 Allemands et 125 Français. À l’origine, les congrès ne s’adressent pas spécialement à la jeunesse. Mais c’est bien elle qui répond. D’où le thème du sixième Congrès, celui de 1926, qui se tient dans la vaste propriété de Sangnier à Bierville, en Seine-et-Oise : « La paix par la jeunesse ». L’heure est propice : la crise de la Ruhr est résorbée, le traité de Locarno vient d’être signé, et Pie XI se prépare à condamner l’Action française. Folliet s’extasie devant « la longue et blanche alignée de tentes où demeurent, venus de tous pays et parlant tout idiome, les pèlerins de la paix »11. Plusieurs tentes abritent les délégués du Quickborn, un mouvement de jeunesse catholique. Et c’est par le Quickborn que Folliet, qui a alors 23 ans, va entrer en contact avec des Allemands de son âge.

Aux sources du Quickborn

6Il y a là, en apparence, un paradoxe. De tous les mouvements catholiques, le Quickborn est le plus proche des Wandervögel. Et les Wandervögel, les « oiseaux migrateurs », représentent l’expression la plus typique d’un phénomène spécifiquement germanique : la Jugendbewegung. Ce mouvement a été lancé en 1896 par un étudiant de l’université de Berlin, Hermann Hoffman, avec des élèves du lycée de Steglitz, un faubourg protestant et « classe moyenne » de la capitale prussienne. Après avoir achevé ses études, Hoffman a passé le flambeau à un lycéen, Karl Fischer. En 1901, alors qu’il était âgé de 19 ans et venait d’entrer à son tour à l’université, Fischer a fondé une association à laquelle il a donné le nom de Wandervögel. De là, le mouvement a gagné la Silésie, puis l’Allemagne centrale et rhénane, enfin les Etats du Sud. Il s’est propagé en toute autonomie (Fischer est parti en Chine en 1906) et a exercé une influence considérable sur trois générations successives.

  • 12 Ernst Troeltsch, Politische Ethik und Christentum, Göttingen 1904, p. 6. Max Weber, « Der Nationals (...)

7Il serait hasardeux de lui attribuer une idéologie précise. Mais il manifeste un désarroi qui tient beaucoup à la manière dont s’est réalisée l’unité nationale : par le haut, et par la force. D’où un déficit politique et moral d’autant plus sensible que la civilisation matérielle se modernise à un rythme accéléré. La puissance économique bouleverse tout, sauf les castes et les modèles sociaux. L’élite ancienne reste aux commandes, l’élite nouvelle fait tout ce qu’elle peut pour ressembler à l’ancienne, ou la singer. Quant à la classe moyenne, elle forme, selon la formule de Heinrich Mann, une société de sujets, d’Untertanen, soumise, selon Ernst Troeltsch, aux « idéaux de la bureaucratie suprême ». En 1895, un an avant la naissance des Wandervögel, Max Weber s’inquiète du contraste entre l’importance économique de la bourgeoisie et sa répugnance pour le pouvoir12. Les acteurs de la modernité ont intériorisé un esprit de révérence qu’ils entendent bien faire régner à l’école et en famille. Cet esprit, leurs fils ne le comprennent plus, ou ne veulent plus le comprendre, et ils enveloppent le monde moderne dans cette incompréhension.

8La Jugendbewegung traduit avant tout une volonté de s’émanciper des contraintes familiales et de l’autorité du père. Emancipation toute ponctuelle et rituelle. C’est le dimanche, ou pendant les vacances scolaires, que l’on s’évade de la Gesellschaft, la société moderne autoritaire et fragmentée, pour reconstituer en pleine nature une Gemeinschaft, une communauté égalitaire et organique. D’où l’importance des « Fahrten », des randonnées vagabondes, ponctuées de feux de camp autour desquels les « hordes » (ainsi s’appellent leurs groupes) chantent ou récitent des airs et des poésies populaires. Quand les randonnées se multiplient et s’allongent, les abris de fortune sont relayés par des auberges de jeunesse. La première est fondée en 1911 par un instituteur, Richard Schirmann. Lorsque Schirmann rencontre Sangnier, à Bierville, l’Allemagne compte déjà deux mille auberges. Mais celles-ci restent des lieux de passage. Chaque horde se doit d’avoir son point fixe, sa place de sûreté, son « chez-soi » (Heim), généralement une grange ou une vieille ferme, parfois un burg plus ou moins ruiné.

9La démarche est à la fois romantique et utopique. Romantique, puisqu’il s’agit de s’opposer à la version militarisée et technicienne de l’Aufklärung. Utopique, car les jeunes ne se bornent pas à chercher refuge hors d’une Allemagne qu’ils ne peuvent ni respecter ni comprendre. Ils conçoivent leurs communautés comme la réalisation partielle et anticipatrice d’un monde nouveau. La « Lebensreform » commence par une rupture avec la culture « biedermeier », ses nombreux accessoires et ses petits conforts. Les Wandervögel se limitent à une guitare (rebaptisée « Klampfe ») et un sac à dos, qui doit contenir tout ce qu’il faut pour se nourrir, se laver et faire du feu. La simplification vestimentaire a une grande importance symbolique, dans un monde où les lycéens, les étudiants et leurs pères se sanglent tous dans des habits uniformes et étriqués (y compris, pour les pères, les uniformes d’officier de réserve, que l’on sort les jours de fêtes). Les Wandervögel s’en vont tête, bras et jambes nus, col ouvert, sans rien qui serre, étrangle et entrave. Au-delà du symbole, leur « FKK » (Freikörperkultur) manifeste l’une de leurs grandes préoccupations : rejoindre la nature par l’hygiène. Ils se musclent, se bronzent, se baignent, se lavent et se récurent. Ils s’interdisent rigoureusement de fumer et de boire de l’alcool. À l’exception de la gymnastique, qu’ils haïssent parce qu’elle leur est imposée dans les lycées avec les rigueurs de la « Kadaverdisziplin », ils pratiquent toutes sortes de sports, y compris, grandes nouveautés, le ski et la varappe.

  • 13 Hans Blüher, Geschichte des Wandervogels, vol I (1912), in Grundschriften, 47.

10S’il faut se défier des idéologues qui ont interprété le mouvement de manière partisane, son esprit pacifique a été bien décrit par Hans Breuer. Cet homme de terrain, ancien Wandervogel, a recueilli et publié, en 1912, les chants du Jugendbewegung : Der Zupfgeigenhansl fut l’un des plus grands succès de librairie de l’Allemagne du XXe siècle. Dans sa préface, Breuer parle d’une jeunesse « déshéritée » qui « désire ardemment une humanité harmonieuse et totale ». Si les Wandervögel sont des fils aliénés, ils ne sont pas asociaux, ni agressifs. Ils parlent de leur révolte comme d’un « départ » (Aufbruch) dont le but est la constitution d’une grande « confédération de l’amitié »13. Il y a là de quoi émouvoir un jeune Français travaillé, lui aussi, par la « nostalgie d’une fraternité perdue ».

  • 14 Sur la Jugendbewegung, cf. Walter Laqueur, Die Deutsche Jugendbewegung, Cologne, 1978; Otto Neuloh (...)

11Le mouvement s’est enraciné avant la guerre. Dans les années 1920, il explose, avec plus de 100.000 membres : comment ne pas dénoncer la faillite des pères ? Il explose, et part dans tous les sens. Il y a des groupes timides, qui refusent les filles, et des groupes chauds, qui prônent la libération sexuelle. Il y a des groupes pragmatiques, pour qui une forêt n’est jamais qu’un espace où s’ébattre, et des groupes mystiques, qui donnent dans la religion de la nature et divinisent le chêne. Il y a des groupes apolitiques et des groupes qui découvrent la politique, sous toutes ses couleurs : le rouge des socialistes, le noir - rouge - or des démocrates, le noir - blanc - rouge des nationalistes. Les uns parlent d’une société à reconstruire sur des bases communautaires ; les autres du réveil nécessaire d’une authentique germanité (echtes deutsches Volkstum). Encore existe-t-il bien des nuances du côté de la nébuleuse « deutschnational », depuis l’exaltation pacifique du Heimat, de la petite patrie, jusqu’à l’attente d’un Führer, c’est-à-dire d’un grand frère qui saura transformer le Reich vermoulu en une grande communauté völkisch14.

Le Quickborn, entre la forêt allemande et l’Eglise Romaine

12L’Eglise catholique allemande avait le sens et le goût de l’organisation. Lorsque les Wandervögel s’implantèrent dans des provinces catholiques ou à forte minorité catholique (Silésie, Westphalie, Rhénanie), elle réussit à mettre en orbite plusieurs « hordes », et à en faire un mouvement de catholiques qui devint, par degrés, un mouvement catholique. L’affaire commença en 1908, quand trois prêtres silésiens fondèrent une association d’« oiseaux migrateurs » et la baptisèrent Quickborn, « fontaine d’eau vive ». L’abbé Hoffmann s’occupa du côté « aventure, marche et nature » ; l’abbé Neumann du secteur culturel, à commencer par les chansons et les poésies populaires ; Bernard Strehler, enfin, le plus important des trois, christianisa le côté « Freikörperkultur » en le tirant du côté de la joie franciscaine. Cette orientation initiale joua un rôle décisif dans le succès ultérieur du Quickborn, qui put s’associer aux Kreuzfahrer, le mouvement de jeunesse franciscain, et au groupe Juventus, une association de lycéens fondée par Romano Guardini.

  • 15 Romano Guardini, Vom Geist der Liturgie : zur aktuellen Situation, 1ère éd., 1918, rééd. Freiburg, (...)

13Avec Guardini, entre en scène l’une des figures majeures du catholicisme allemand. Fils d’un négociant italien, né à Vérone, élevé à Mayence, ordonné en 1907, il enseigna la théologie et la philosophie religieuse à Breslau à partir de 1923. Par ses cours, ses livres, mais surtout son activité de prédicateur, il s’affirma comme l’une des personnalités les plus influentes du « Geistesfrühling », le printemps spirituel du catholicisme sous la République de Weimar. Ses maîtres étaient saint Benoît, saint Bonaventure et saint François d’Assise bien plus que saint Thomas d’Aquin. Mais comme Jacques Maritain, il était antimoderne, et comprenait fort bien le dégoût du Jugendbewegung pour une société technicienne et fragmentée. S’il se défiait des pulsions néo-païennes du romantisme politique, il se reconnaissait parfaitement dans le « médiévalisme » de son alter ego italien, Fra Agostino Gemelli. Il fut l’un des théoriciens et des praticiens du « Verkirchlichungsprozess », du processus de restauration de la communauté ecclésiale, qu’il résumait par ce mot d’ordre : « Réveillez l’Eglise dans les âmes ! ». Pour cela, un moyen privilégié : le renouveau liturgique, et un milieu d’élection : la jeunesse15.

14Outre-Rhin, Guardini fut le promoteur de la « messe communautaire », de la messe dialoguée, en latin, entre l’officiant et les fidèles rassemblés devant lui - et complétée par des « paraliturgies » en allemand. Cette « missa recitata » correspondait parfaitement à la sensibilité communautaire du Quickborn, elle s’insérait bien dans ses formes de sociabilité, ses rites et ses coutumes ; elle en exprimait ou en révélait la dimension religieuse. Sur le plan spirituel, elle cimentait un groupe hétérogène, tendu entre son autonomie initiale et son intégration progressive, souvent problématique, dans un cadre ecclésial. Sur le plan pratique, il était plus facile d’introduire la nouvelle liturgie dans un « Heim » d’oiseaux migrateurs que dans une église de paroisse, où le mobilier, le décor, les dispositions architecturales pouvaient soutenir les résistances traditionalistes.

15Après la guerre, Guardini entra dans le cercle dirigeant du Quickborn et en devint la personnalité dominante. Sous son impulsion, le mouvement passa de 6.000 membres en 1920 à plus de 32.000 en 1930, répartis en 352 groupes locaux. À la tête de chaque groupe, pas de moniteur laïc, mais un jeune élu par ses camarades. Un « prêtre ami » (le terme d’aumônier était proscrit) tenait le rôle de conseiller moral et religieux, mais ne se mêlait pas d’organiser les activités. Il n’existait pas de groupe mixte. Filles et garçons se rencontraient dans des « camp-meetings » régionaux, où l’assistance à la messe et les discussions sérieuses allaient de pair avec les jeux, le chant et la danse. Ainsi Guardini a-t-il introduit dans le mouvement un esprit d’« obéissance créatrice » et d’« autorité respectueuse » qui se voulait aussi éloigné du caporalisme prussien que des turbulences de la jeunesse « bündisch », c’est-à-dire ligueuse, ces Wandervögel montés en graine où les idéologues de la Révolution conservatrice puisèrent leur masse de manoeuvre.

16Une fois par an, les groupes tenaient une assemblée générale au Burg Rothenfels. Pour Guardini et les « prêtres amis », c’était l’occasion d’accorder les principes du Jugendbewegung avec l’enseignement de l’Eglise. Refuser le tabac et l’alcool, par exemple, devenait un moyen de s’entraîner à l’apostolat. Il ne s’agissait plus seulement de rompre avec une société dénaturée, éclatée et mensongère, mais de la reconstruire selon les vérités chrétiennes de salut social. L’utopie communautaire visait toujours à réaliser, ici et maintenant, le modèle réduit d’un monde nouveau. Mais ce modèle empruntait de plus en plus aux idées solidaristes du catholicisme allemand, à l’importance qu’il accordait à la libre association, aux corps intermédiaires (Stände), au principe de subsidiarité, à toute une doctrine qui influença par les encycliques sociales de Léon XIII et Pie XI et fut influencée par elles (cette interaction est bien illustrée par la participation du cercle de Königswinter dans l’élaboration de l’encyclique Quadragesimo Anno).

  • 16 Romano Guardini, « Quickborn. Tatsachen und Grundsätze », in Werner Kindt (hrsg.), Grundschriften d (...)

17Ainsi le Quickborn joua un double rôle. Il introduisit l’esprit Wandervögel dans une grande partie des mouvements de jeunesse catholique d’Outre-Rhin, tels le Bund Neudeutschland ou le Sturmschar. Mais il désenclava cet esprit et le rattacha à l’universalisme catholique par l’intermédiaire du renouveau liturgique et de l’action sociale. Et ce fut par son côté à la fois intransigeant et universel qu’il rejoignit le pacifisme chrétien de Marc Sangnier. Qu’il le rejoignit ou qu’il le côtoya. Car tous, dans le Quickborn, ne marchaient pas du même pas. Il y était encore beaucoup question d’authenticité et de totalité, « Echtheit » et « Ganzheit », ces mots - clefs des doctrinaires « völkisch » du premier tiers du siècle. Le Quickborn que rencontra Folliet était encore en plein processus d’acculturation, tendu entre le particulier et l’universel. Un phénomène complexe, donc, que seul un germaniste pouvait décrypter16.

Le médiateur : Laurent Remillieux

  • 17 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, Paris, 1985, p. 134-138.

18Quand Folliet se rend à Bierville, en 1926, il a 23 ans, il n’est pas germaniste, il ne connaît personne en Allemagne. Il a entendu parler du Quickborn par le père Paul Doncoeur, s.j., rédacteur aux Etudes, qui a rencontré Romano Guardini au Katholikentag de Munich, en 1922, puis a retrouvé le Quickborn l’année suivante, au IIIe Congrès international de la jeunesse catholique. Très impressionné, Doncoeur entreprend d’en fonder l’équivalent français, les Cadets. Mais les Cadets ne seront jamais les compagnons du Quickborn. D’abord parce que l’épiscopat français s’y oppose. Et aussi parce que Doncoeur découvre le scoutisme anglo-saxon. En 1924, il publie dans les Etudes un article intitulé « Wotan ou Jésus ? », où il dénonce la résurgence du paganisme allemand et les dangers que celui-ci fait courir aux voisins de l’Allemagne. Doncoeur devient persona non grata chez ses confrères d’Outre-Rhin ; il se tourne vers le modèle britannique, le transfigure et inspire - s’il ne la fonde pas - la branche aînée du scoutisme17 .

  • 18 Folliet, La belle aventure de la route, Cahiers de la nouvelle journée, Paris, 1935, p. 85.

19Lorsqu’il arrive à Bierville, Folliet est prévenu : pour une grande partie du clergé français, à commencer par la majorité de l’épiscopat, ce qui vient d’Allemagne est vite soupçonné de néo-paganisme, ou, pour le moins, en ce qui concerne les mouvements de jeunesse, de naturalisme pédagogique et d’autonomisme laïc. Mais Folliet relève d’une autre culture que Doncoeur ; il vient du Sillon, il adhère à la Jeune République et, surtout, c’est du côté de François d’Assise qu’il cherche une réponse à sa « nostalgie d’une fraternité perdue ». Et qu’est-ce qu’il trouve dans le Quickborn ? Une évidente filiation franciscaine, une fraîcheur communautaire qui évoque bien moins les ombres de la forêt germanique que la douce clarté d’Assise. D’où l’idée de relancer le projet avorté du père Doncoeur, transposer en France le Quickborn : « Pourquoi ne pas susciter un mouvement qui ferait, en français, ce que ceux-ci et ceux-là font en allemand ?18 ».

  • 19 Après une chute des effectifs en 1923-24, les Neudeutschen remontèrent jusqu'à 21.500 membres au dé (...)
  • 20 Sur F. Stock : René Closset, Franz Stock, Aumônier de l'enfer, Paris, Fayard, 1992. Erich Kock, L'a (...)

20L’idée se concrétisa grâce à une rencontre. Folliet ne peut se mettre en marche s’il n’est poussé par l’amitié. L’amitié ou la colère. Mais il n’est pas venu à Bierville pour se mettre en colère. Donc, l’amitié, celle de Franz Stock. Il a 22 ans, un an de moins que Folliet ; il est l’un des leaders du Quickborn dans sa province natale de Westphalie ; et il se destine au sacerdoce. Il a adhéré au Quickborn en 1918 et, l’année suivante, au Bund Neudeutschland, une association de lycéens fondée par le cardinal von Hartmann, archevêque de Cologne, et dirigée par les jésuites Ludwig Esch et Theo Hoffmann. Le Neudeutschland ressemble beaucoup au Quickborn, à commencer par son intérêt pour le renouveau liturgique, conçu comme un moyen de réveiller la « Kirchenbewusstsein », la conscience ecclésiale de ses 25.000 membres. La différence essentielle tient évidemment au fait que le Bund a été créé par la hiérarchie, qui l’encadre et en dirige toutes les activités19. La double appartenance Quickborn / Neudeutschland n’a rien d’exceptionnel ; elle situe Franz Stock au coeur de l’appareil catholique. Il entretient les meilleures relations avec l’évêque de Paderborn, qui l’autorise en 1928 à poursuivre ses études au Séminaire des Carmes, à Paris, et préside en 1932 à son ordination sacerdotale20.

21Franz n’a donc rien de marginal ; il l’est moins, en tout cas, qu’un membre de le Jeune République dans le catholicisme français. Mais il ne connaît pas plus la France que Folliet l’Allemagne. Sur le plan linguistique, ils en sont tous deux aux rudiments ; Stock ne deviendra parfaitement francophone qu’à partir de 1928. Leur amitié est créatrice, mais insuffisante pour structurer un mouvement un peu durable et aussi réaliste que possible. Il leur faut un médiateur qui leur explique les choses. Pourquoi, par exemple, Franz est-il venu à Bierville ? Il a suivi les conseils d’Hermann Platz. Mais qui est Hermann Platz ? Un professeur de l’université de Bonn, spécialiste de l’histoire religieuse de la France. Mais encore ? C’est un ami de l’abbé Laurent Remillieux. Voilà, nous y sommes ; c’est Remillieux qui va donner à Folliet la vision spirituelle, l’armature intellectuelle et les relations humaines qui vont lui permettre de se plonger sans s’y perdre dans la germanitude.

22Il n’y a pas lieu ici de résumer la biographie de Laurent Remillieux. Rappelons seulement qu’il connaissait déjà bien l’Allemagne quand, le 1er août 1914, la guerre le surprit dans l’île de Rügen, sur la Baltique, où il servait de chapelain aux vacanciers catholiques. Franciscain de coeur, il vécut le conflit comme une tragique guerre civile, et une insulte au Christ. Après-guerre, il renoue les liens, il voyage et donne des conférences, notamment à Breslau, Hambourg, Cologne, Francfort, ainsi qu’au Germanicum, le séminaire allemand de Rome ; il assiste aux Katholikentage, ces congrès annuels qui rassemblent les responsables religieux et politiques d’un catholicisme très structuré. De 1922 à 1931, il participe aux Congrès démocratiques internationaux de Sangnier, dont ceux de Vienne, Fribourg-en-Brisgau, Wurzbourg et Fribourg-Constance. En 1923, il rencontre Folliet à la Jeune République, et lui donne son amitié. En 1924, il prend en main la paroisse nouvelle de Notre-Dame Saint-Alban, dans l’est lyonnais. Il est à Bierville en 1926. Faute de document explicite, on ne peut affirmer qu’il a organisé la rencontre de Folliet et de Franz Stock ; mais il y a assisté. Après Bierville, il suit de près le développement des CSF. À partir de 1930, il participe à tous leurs pèlerinages d’été, en soutane et chapeau de ville, sa serviette de cuir sous le bras. En 1931, il les emmène en Allemagne, ce qui renforce et concrétise leur « pacifisme d’action ».

  • 21 L'influence de Guardini et de Doncoeur ne tient pas à une fonction officielle, à un titre d'aumônie (...)
  • 22 Sur la paroisse Notre-Dame Saint-Alban, Natalie Malabre a commencé une recherche. Cf son mémoire de (...)

23Ils finissent par considérer Notre-Dame Saint-Alban comme leur paroisse (ils l’appellent communément Saint-Alban, et les paroissiens en sont les « albanais »...). Ils y organisent des concerts, et leurs « journées de la chanson ». En 1937, il y fêtent le dixième anniversaire du mouvement. En 1938, le lien se renforce encore, si possible, avec l’installation de Folliet à Lyon. En 1939, c’est à Lyon que se tient le chapitre national de toutes les « bandes » CSF : les réunions ont lieu à la Maison des Etudiants Catholiques, les messes à Saint-Alban. Ainsi Remillieux joue-t-il auprès des compagnons un rôle semblable - toutes proportions gardées - à celui de Guardini auprès du Quickborn ou de Doncoeur auprès de la Route21. Après la mort de Remillieux, l’Appel de la Route, le journal des CSF, parla du « pacte » qui avait uni le prêtre lyonnais, la paroisse de Saint-Alban et les Compagnons de Saint-François22.

24En Allemagne, Remillieux dispose de relations ou d’amitiés dans deux milieux qui ne se superposent que très partiellement : Le catholicisme « central », et le cercle beaucoup plus restreint des pacifistes militants.

25Par catholicisme « central », nous voulons dire la hiérarchie épiscopale, les ordres religieux, les mouvements d’Eglise. Qu’est-ce qui intéresse Remillieux de ce côté-là ? L’action pastorale, qu’il ne dissocie pas du renouveau liturgique. C’est du cardinal Bertram, archevêque de Breslau et président de la conférence épiscopale de Fulda, qu’il obtient l’autorisation de faire venir à Notre-Dame Saint-Alban trois vicaires silésiens, formés à la messe communautaire par leur engagement antérieur dans le Quickborn ou le Bund Neudeutschland. Par le même canal, Remillieux obtient pour sa paroisse une demi-douzaine de jeunes filles qui avaient reçu une formation de catéchistes.

  • 23 Keller enseigne à l'université de Fribourg-en-Brisgau. Fondateur de la revue Der christlische Ständ (...)
  • 24 Jésuite, supérieur du Germanicum, et l'un des animateurs du Bund Neudeutschland.

26Les colloques de Montbarry, près de Fribourg en Suisse, peuvent être considérés comme un point de contact entre ce catholicisme « central » et le militantisme pacifique, ou pacifiste. De 1928 à 1938, des théologiens français, allemands et autrichiens y élaborèrent des « consultations » sur la guerre et la paix. Du côté français, Remillieux y participe avec les pères Desbuquois, Fessard, Albert Valensin, Bruno de Solages, Ducatillon, Merklen... Les théologiens allemands sont couverts par l’approbation du cardinal von Faulhaber, archevêque de Munich : les professeur Keller et Dietrich von Hildebrandt23, le père Noppel24, les professeurs Mayer et Wandelein, qui enseignent respectivement aux grands séminaires de Paderborn et Mayence ; enfin le Pr. Hans Wirtz et le père dominicain Franziskus Stratmann, le « théologien de la paix ». Avec ces deux figures, Remillieux rencontre le cercle beaucoup plus étroit du pacifisme militant.

  • 25 Sur l'aspect liturgique de son action, cf. F. Stratmann, « Volksliturgisches Leben in St. Maria Vik (...)

27C’est là l’apport le plus original de Remillieux à la culture allemande des CSF : il les met en contact avec la Ligue des catholiques allemands pour la paix, le Friedensbund deutscher Katholiken (FDK). Lors de sa fondation par l’abbé Magnus Jocham, en 1918, le FDK a pour but de faire connaître les efforts de Benoît XV pour contribuer au rétablissement de la paix, et d’en éclairer le sens. C’est à partir de 1923 qu’il prend une orientation pacifiste, sous l’influence de Stratmann. Aumônier de plusieurs organisations d’étudiants à Berlin (1914-1923) puis à Cologne (1924-1926), curé de paroisse à Berlin (1926-1930), Stratmann est à la fois l’un des animateurs du renouveau liturgique (il fait de sa paroisse une manière de Notre-Dame Saint-Alban berlinois, en y développant une « liturgie pour le peuple ») et le « heimliche Führer » du FDK, c’est-à-dire son leader officieux, à la fois théoricien et praticien. Son livre - manifeste, Weltkirche und Weltfriede (Eglise universelle et paix universelle), publié à Augsburg en 1924, fait référence à Weltpolitik und Weltgewissen, publié en 1919 par le leader du pacifisme radical allemand, Wilhelm Foerster. Dans les années 1920, Stratmann parcourt l’Allemagne pour faire connaître le FDK aux lycéens et aux étudiants catholiques, et les mettre en garde contre l’esprit militariste des Gymnasien et des Universités. Souvent, à la suite de son passage, les mouvements de jeunesse forment des groupes de réflexion qui reprennent et développent les idées du FDK. Leur activité fait l’objet de la « Chronik der katholischen Friedensbewegung », publiée à partir de décembre 1924 dans la Katholische Friedenswarte, « Journal pour l’entente internationale et la coopération entre les Etats ». En 1926, la Friedenswarte devient le Friedenskämpfer, le « Combattant de la paix ». À partir de 1930, Stratmann se consacre entièrement au mouvement pacifiste. Il joue un rôle décisif dans la fondation de l’Arbeitsgemeinschaft der Konfessionen für den Frieden (Groupe de travail interconfessionnel pour la paix). Ce mouvement associe les catholiques, les protestants et les juifs du FDK, de la Deutsche Vereinigung des Weltbundes für internationale Freundschaftsarbeit der Kirchen, et du Jüdische Friedensbund. Il est soutenu par des personnalités comme Albert Einstein, le rabbin Leo Baeck, le chanoine Bernhard Lichtenberg, et le physicien, philosophe et député du Zentrum Friedrich Dessauer. Sous le IIIe Reich, Leo Baeck fut déporté à Theresienstadt, et Lichtenberg à Dachau - il mourut pendant son transfert. Dessauer et Stratmann furent emprisonnés, puis expulsés d’Allemagne25.

28Outre Stratmann, dont il apprécie particulièrement l’action pastorale, Remillieux sympathise avec d’autres militants ou compagnons de route du FDK, tels le Sarrois Josef Probst, ami de Sangnier et membre du Sillon rhénan ; Nickolaus Ehlen, un professeur de mathématiques qui savait se faire écouter des jeunes ; Hermann Platz, celui-là même qui incita Franz Stock à se rendre à Bierville ; l’abbé Max Josef Metzger, dit « Bruder Paulus », fondateur de la Fraternité Una Sancta, condamné à mort et décapité sous le IIIe Reich ; le professeur, journaliste et écrivain Hans Wirtz, fondateur des Pionniers de Saint-François, qui réussit, après 1933, à s’installer en Suisse, grâce aux interventions répétées de Remillieux auprès des autorités helvétiques ; Joseph Rossaint, prêtre du diocèse de Münster, aumônier régional de plusieurs mouvements de jeunes, l’un des rares membres du FDK à collaborer avec des communistes en 1930-1933, condamné à onze années de prison par les nazis, et fondateur, après la guerre, de l’Union des chrétiens socialistes ; Paulus Lenz-Médoc, élève de Romano Guardini et de Max Scheler, promoteur laïc du renouveau liturgique, visiteur assidu du Burg Rothenfels, secrétaire du FDK à partir de 1930, rédacteur en chef du Friedenskämpfer, emprisonné en 1933 et chassé d’Allemagne l’année suivante, réfugié à Paris puis, à partir de 1940, à Lyon ; Egon Formans, qui suivit le même chemin, avant que Remillieux ne le cache dans le monastère trappiste de Notre-Dame des Dombes, où Klaus Barbie finit par le dénicher.

29À partir de ces contacts, Remillieux a pu se persuader de la valeur de ses amis pacifistes et de leur témoignage, mais aussi de leur situation marginale au sein de l’appareil catholique.

  • 26 (Comité central des catholiques allemands). M.-E. Reytier, Les catholiques allemands et la paix [.. (...)

« Jusqu’en 1923, les tentatives des membres du FDK de présenter leur mouvement à un Katholikentag échouent devant le refus du Zentralkomitee der deutschen Katholiken »26.

30Ce n’est qu’en 1924 que le P. Stratmann peut présenter le FDK au Katholikentag de Hanovre, mais dans une réunion parallèle et restreinte qui ne fit l’objet d’aucun compte rendu. Et cet essai n’a pas été transformé. Même dans les années 1925-1929, les plus favorables au rapprochement franco-allemand, les Katholikentage n’offrent qu’un strapontin au mouvement pacifiste.

  • 27 Mouvement de lycéens créé en 1929, et qui vint concurrencer le Neudeutschland. Cf. Johannes Dischin (...)

31Si le FDK a de l’importance, ce n’est donc pas en tant qu’organisation reconnue et intégrée, mais par l’influence que ses membres exercent, à titre individuel, sur le Jugendbewegung catholique, essentiellement le Quickborn et ses organisations cadettes, le Bund Neudeutschland et la Sturmschar27. D’où la démarche apparemment paradoxale des CSF : développer le « pacifisme d’action » en collaboration avec un mouvement aussi typisch deutsch que possible. Du côté d’Assise, les oiseaux migrateurs ont affiné et purifié leur sentiment national. Mais ils restent des patriotes, et n’entendent pas que l’on se moque du Vaterland.

  • 28 E. Michelet, « Une figure inoubliable », L'Ame commune, 1er trimestre 1984, p. 6.

32Edmond Michelet a quelques raisons de comparer Franz Stock à un ange sculpté au portail d’une cathédrale gothique : à Fresnes, il a bénéficié de son secours spirituel28. Mais Franz n’était pas un ange, il vivait sur terre, sa terre, et y était bien enraciné. Deux ans après avoir rencontré Folliet, il fut l’un des tous premiers séminaristes allemands d’après-guerre à venir faire ses études en France. Ce ne fut pas de tout repos. Au séminaire des Carmes, il mena avec son camarade Rudolf Dietrich un combat sans concession contre la version française du « nationalisme exagéré ». C’est ainsi qu’il exigea, et obtint, qu’on cesse de lire pendant les repas un ouvrage du maréchal Foch qu’il jugeait injuste et offensant pour la dignité du peuple allemand.

33Sous son apparence paradoxale, voici la vérité de la rencontre CSF / Quickborn : une série d’affrontements emboîtés et libérateurs. Affrontement de jeunes Allemands contre eux-mêmes, contre leurs rêves anciens de communauté germanique, leurs tentations nouvelles de communauté völkisch. Ils s’en sont dégagés par une ascèse de type franciscain, qui les a conduit vers un patriotisme sûr de lui, modéré, ouvert.

34Affrontement de jeunes Allemands avec de jeunes Français qui n’avaient pas complètement réalisé à quel point leur propre patriotisme restait chargé d’ignorance, d’outrance, d’inquiétude, et de haine. Cet affrontement, ils l’ont surmonté par la création d’un groupe de travail en commun, qui soutient l’effort des Allemands pour tenir à distance rêveries romantiques et tentations völkisch, et le combat des Français pour se dégager de leurs propres outrances.

35D’où le troisième affrontement, celui de jeunes Français contre eux-mêmes, un travail critique et un effort moral pour sortir d’un pacifisme déclamatoire qui engage peu, et vivre un pacifisme d’éducation qui enveloppe tout l’être et le modifie en profondeur.

De la déclamation a l’éducation pacifiste

36De l’action menée par les CSF contre le « nationalisme exagéré », on ne retiendra ici que l’affrontement du troisième type : la lutte qu’ils ont dû mener contre eux-mêmes, au sein du groupe et grâce au groupe, par un travail de formation qui n’est pas sans évoquer le « travail de deuil » mis au point par Elisabeth Kübler-Ross dans ses séminaires d’accompagnement des mourants et de leurs familles. Beaucoup de CSF ont dû littéralement tuer en eux-mêmes la germanophobie, comme d’autres ont dû tuer la peur de la mort ou des mourants, à coups de crises, crise de révolte, de colère et de larmes. Il y a tout un aspect de l’éducation pacifiste qui relève de la psychologie collective, et qui n’a pas été suffisamment examiné par des études trop exclusivement politiques.

  • 29 Après les pélerinages d'été du Mont-Sainte-Odile (1927), du Puy-en-Velay (1928) et de N.D. de Folgo (...)

37Le père Remillieux, dont le discours rigoureux, sec, tendu, n’offrait pas les mêmes accommodements que l’éloquence ronde et lyrique de Folliet, commença par choquer beaucoup de compagnons et de compagnes. Lors du premier pèlerinage CSF auquel il participa, en 1930, il amena deux jeunes Allemands du Bund Neudeutschland29. Franz Stock et Rudolf Dietrich étaient là, eux aussi ; mais leur présence ne posait plus de problèmes ; on s’y était habitué. Ils figuraient un peu les « bons Allemands », comme d’autres avaient leurs « bons Juifs » : des exceptions qui confirment la règle. L’arrivée impromptue des deux militants du BND souleva des remous. Certains eurent du mal à supporter la présence des « ennemis héréditaires ».

  • 30 Folliet, Le père Remillieux, op. cit., p. 184.

« J’ai vu un jour », se souvient Folliet, « une compagne à la personnalité forte, Pauline Mojon, prendre une crise de larmes, parce qu’elle se sentait convaincue par l’argumentation du Père [Remillieux], mais qu’en même temps sa nature et son passé protestaient avec violence contre cette conviction neuve »30.

  • 31 Le « gardien », élu par les compagnons, s'occupe de la direction générale du pélerinage, il en prép (...)

38Il en alla de même avec Léon Pierrieau, le « gardien » du pèlerinage31. Comme beaucoup de compagnons, il était, à l’origine, un lecteur assidu de l’Echo de Paris, l’un des organes les plus influents du nationalisme autoritaire et xénophobe. Son adhésion aux CSF correspond à une crise intellectuelle, à la prise de conscience que les positions défendues par l’Echo de Paris conduisaient à une impasse. « Typique d’une multitude d’autres », selon Folliet, « il commença par se cabrer contre l’enseignement international du P. Remillieux ». Puis il réfléchit, comprit, accepta. Son ralliement politique à l’idée pacifiste ne lui posa finalement pas trop de problèmes. Il en alla tout autrement quand il dut affronter la pratique pacifiste. Il dut se battre contre lui-même, contre un rejet existentiel qui submergeait tous les arguments politiques et théologiques.

39Pour Pierrieau, la crise libératrice eut lieu à l’occasion du premier pèlerinage des CSF en Allemagne, en 1931. Là encore, il assuma la fonction de « gardien », tâche délicate puisqu’elle comportait, entre autres, l’entretien de bonnes relations avec les habitants des pays traversés. Première étape : Grevenmacher, où la jonction devait se faire avec les compagnons allemands. Mais à leur arrivée, Pierrieau refusa de les voir. En fait, il ne pouvait tout simplement pas les voir : le temps où il haïssait les Allemands était encore trop proche. Ce fut Franz Stock qui débloqua la situation :

  • 32 Témoignage reproduit in Florence Denoix de Saint Marc, op. cit., p. 95.

« Il vint à moi, la main tendue, son regard profond et doux fixé sur moi. J’en fut bouleversé et de ce jour date une conversion et une amitié d’éternité pour lui »32.

40L’étape suivante, Luxembourg, acheva de dénouer la crise : les CSF furent chaleureusement accueillis par l’ambassadeur de la République allemande... mais éconduits par l’ambassadeur de France. La suite du pèlerinage apparut à Pierrieau très simple, naturelle, normale : les CSF furent accueillis par des bénédictins à la basilique Saint-Mathieu de Trèves ; ils organisèrent un feu de joie pour la jeunesse catholique de la cité mosellane et organisèrent sur la grand-place une manifestation d’amitié franco-allemande. Puis ce fut un séjour d’études à Neheim-am-Ruhr, la patrie de Franz Stock. Et, en bouquet final, un camp-meeting à 1200 mètres d’altitude, dans la forêt de Brilon, au cours duquel Folliet et Paulus Lenz-Médoc prirent la parole devant les CSF, des Quickborns, des membres du Neudeutschland et de la FDK. Ce fut ainsi que Pierrieau, comme la majorité des CSF, passa du pacifisme intellectuel au pacifisme d’action. Et c’est cela peut-être qui donne vie et consistance à l’engagement des compagnons et en assure la solidité : ce ne sont pas des pacifistes de toujours, des idéalistes - nés, gagnés d’emblée et sans résistance à la cause de la paix. Ils durent se vaincre, tuer la guerre dans leur tête et dans leur cœur, avant de pouvoir tout simplement serrer la main d’un Allemand. C’est pour cela qu’ils purent former un véritable milieu de formation et d’éducation pacifiste et européenne, capable de répandre un idéal qui représenta d’abord, pour eux même, une conquête, une conversion durement acquise.

41Ce fut au cours du pèlerinage de 1931 que Franz Stock chanta le cantique populaire sur lequel Folliet adapta des paroles françaises, et qui devint l’hymne des CSF, « Notre Dame de la Route », dédié en 1932 « au frère compagnon, Franz Stock ». La même année, Folliet annonça ainsi l’ordination sacerdotale de son ami :

  • 33 L'Appel de la Route, mai-juin 1932, p. 43.

« Il faut que nous prenions une vive part à la joie de Franz, notre premier compagnon allemand, qui sera désormais un de nos aumôniers. [...] Nous comptons sur vos prières sacerdotales pour faire rayonner, en votre patrie, notre esprit et nos idées, comme pour nous faire connaître l’âme profonde et vaillante de l’Allemagne catholique »33.

1933-1939 : l’entrée en résistance

42La paix à tout prix : cette exigence a conduit nombre de Français à pactiser avec le nazisme. L’« éducation européenne » des CSF, qui associe l’exigence démocratique à l’idéal pacifiste, leur a permis de persévérer dans leur espérance sans tomber pour autant dans une complaisance équivoque envers l’Allemagne hitlérienne.

43La prise du pouvoir par Hitler ne provoqua pas immédiatement la fin des « pèlerinages » CSF en Allemagne. Ils se poursuivirent encore pendant deux ans. Il semble que, pour l’essentiel, ce soit la branche féminine du mouvement qui ait maintenu le contact. Pendant l’été de 1933, Remillieux conduisit un groupe de compagnes à l’Hedwig Dansfeld Haus de Bendorf, près de Coblence, où se trouvait le secrétariat des mouvements allemands de jeunesse catholique féminine. Puis il emmena les compagnes à Vaals, près d’Aix-la-Chapelle, mais en territoire hollandais, pour y rencontrer Hans Wirtz. Les CSF ne furent considérés comme indésirables sur le territoire du Reich qu’en 1935, à la suite des démarches répétées de Remillieux auprès du conseiller d’Etat helvétique Etter, chargé des affaires intérieures de la Confédération, pour que Wirtz soit autorisé à s’installer en Suisse. Les CSF passèrent du statut d’indésirables à celui d’ennemis lorsqu’ils construisirent, avec les Pionniers de Saint-François de Hans Wirtz, à Vitznau, près du Lac des Quatre-Cantons, une « Maison internationale » : elle servit de refuge ou d’étape pour les militants chrétiens qui, à l’instar d’Egon Formans, avaient été internés en 1933-1934 dans une prison ou un camp de concentration, puis expulsés hors du Reich.

  • 34 Le frère chansonnier, « Vitznau », L'Appel de la route, juillet-août 1935, p. 14.

44L’impossibilité de se rendre en Allemagne fut durement ressentie par Folliet. À la Pentecôte de 1935, il put encore organiser un pèlerinage Outre-Rhin. Il emmena des compagnes françaises à Steinfeld, où elles rencontrèrent, pour la dernière fois, des compagnes allemandes. « Je l’avoue, ma volonté a balancé longtemps entre Cîteaux et Steinfeld. Mais je n’ai pas regretté mon voyage. Car j’ai vu là-bas des jeunes filles vraiment chrétiennes, qui avaient le grand désir de connaître leurs sœurs de France et de travailler avec elles »34. Et puis ce fut le « camp de la rupture », en juillet - août 1935, à Vitznau, où les CSF de France, de Belgique et de Hollande - rejoints par des amis britanniques - rencontrèrent non seulement des exilés allemands mais aussi des antinazis autrichiens. Si la rupture matérielle date de 1935, c’est en 1934 que L’Appel de la route, le journal des CSF, dénonce l’opposition radicale du nazisme et du christianisme :

  • 35 « Ce qu'il faut savoir sur la situation des catholiques allemands », L'Appel de la route, nov.-déce (...)

« Si le devoir des catholiques allemands est de résister, le nôtre est de les aimer et de les aider »35.

45En mars 1935, L’Appel de la route inscrit l’Allemagne, avec l’URSS et le Mexique, parmi les pays où les chrétiens sont persécutés. Et Folliet, à l’occasion du camp de Vitznau, trace ainsi la ligne de conduite pour les années à venir :

  • 36 Le frère chansonnier, « Vitznau », L'Appel de la route, juillet-août 1935, p. 14.

« Il y a l’unité catholique à sauver entre les chrétiens de France et les chrétiens d’Allemagne. L’enjeu n’est pas moins que l’honneur du nom chrétien et l’avenir du catholicisme en Occident. Or, à l’heure présente, c’est à nous à multiplier les efforts, à combler les fossés puisque nous jouissons d’une plus grande liberté que nos frères d’Allemagne. Liberté provisoire, peut-être. Raison de plus pour en profiter tant qu’elle dure. [...] Le temps des grands meetings est, hélas ! fini pour longtemps. Mais, dans une ombre très humble, il peut se faire une besogne profonde et fructueuse. De cette besogne, Vitznau, en terrain neutre, à égale distance de l’Allemagne, de l’Autriche et de notre pays, peut et doit être le moteur »36.

  • 37 Le JMV doit peu au Jugendbewegung. Dès son origine (Mayence 1896), il s'agit d'un mouvement d'Actio (...)
  • 38 Lawrence D. Walker, Hitler Youth and Catholic Youth, 1933-1936, The Catholic University of America (...)

46Si, après 1935, les CSF n’avaient pas choisi la rupture, ils se seraient de toute manière retrouvés assez vite à court d’interlocuteurs. En 1933, le Quickborn s’unit à une branche dissidente du Neudeutschland pour former le Deutschmeister, qui s’intégra à son tour, en tant que mouvement spécialisée, dans la seule organisation de jeunesse catholique autorisée, l’équivalent allemand de l’ACJF, le Jungmännerverband (JMV)37. En 1934, le Deutschmeister et ce qui restait des autres mouvements de lycéens ou d’étudiants catholiques se fondirent dans la Sturmschar, qui tenta de continuer une activité spécifique : randonnées, jeux, camps d’été, activités sportives. Mais le décret du 27 juillet 1935 interdit ce type d’activités aux associations confessionnelles. La Gestapo avait déjà dissout le JMV des diocèses de Paderborn, Münster, Trêves et Breslau, lorsque, le 19 novembre 1937, les évêques transformèrent la Sturmschar en un groupe purement religieux, la Communauté de Saint-Michel. En vain. En 1938, le JMV ne subsistait plus que dans les diocèses bavarois. Il fut totalement dissout le 6 février 1939 et, avec lui, la Communauté de Saint-Michel, dernier avatar du Quickborn et des mouvements apparentés38.

47De 1934 à 1939, le contact avec « ’Allemagne intérieure » fut maintenue en grande partie grâce à Franz Stock. Sa situation était délicate. Son ancien supérieur des Carmes, Mgr Verdier, devenu archevêque de Paris, l’a nommé recteur de la mission catholique allemande de Paris, rue Lhomond. Le IIIe Reich étant ce qu’il est, cette nomination n’a pu résulter d’un simple accord entre l’archevêque de Paris et l’évêque de Paderborn. Stock, qui n’a pas choisi l’exil, et dont la présence à Paris était tout à fait régulière, dépendait aussi de l’ambassade d’Allemagne. Ce qui ne veut pas dire qu’il mentionnait dans ses rapports tout ce qu’il faisait à Paris.

  • 39 Par référence au titre de l'autobiographie que Fœrster publia en 1920, Mein Kampf gegen das nationa (...)
  • 40 S. Fumet, op. cit., p. 406.
  • 41 G. Hourdin, Dieu en liberté, Paris, 1973.

48Dans le cadre de son « rectorat », mais aussi en marge de celui-ci, il continua à organiser, avec les CSF, des rencontres franco-allemandes. Il y eut des rencontres au grand jour - pour la fête de Saint-François d’Assise, par exemple - et des rencontres dans l’ombre, auxquelles s’associaient des exilés comme Paulus Lenz-Médoc. Ce fut par Lenz-Médoc que les CSF entrèrent en relation avec l’un de ses maîtres, un anti-nazi de toujours, le professeur Friedrich Wilhelm Fœrster. Pédagogue renommé, pacifiste controversé, collaborateur occasionnel de la Katholische Friedenswarte, Foerster incarnait l’esprit de l’Aufklärung, le refus de toute forme de romantisme politique. Depuis le règne de Guillaume II, il pourfendait l’« Allemagne nationaliste et militariste »39. Il fit grosse impression lorsqu’il mit en garde ses amis parisiens, au cours de l’une de ses « conférences intimes », « contre le danger réel du nazisme en marche qui menaçait la culture et la civilisation ; ce Prussien chrétien nous adjurait de réagir »40. Le CSF François Perroux en tira la matière de ses Mythes allemands, un petit livre où il disséquait si bien le national-socialisme que Georges Hourdin, ami et compagnon de Folliet, collaborateur de Temps présent et de l’Aube, y puisa ses convictions anti-munichoises, avec la certitude qu’Hitler déclencherait coûte que coûte une guerre d’agression, quelque soient les mesures d’« apaisement » que pourraient prendre les puissances occidentales41. Associé à leur éducation démocrate - pacifiste, ce genre de contact développa chez les CSF un esprit de résistance qui se manifesta après l’Armistice.

49Résistance franco-allemande à l’occupation nazie

  • 42 Dans sa contribution au colloque franco-allemand organisé à Paris du 27 au 29 mai 1996, « Les Allem (...)

50L’attitude des CSF de 1940 à 1944 illustre bien ce fait que ceux qui surent dire non se trouvaient en état de résistance politique et spirituelle dès les années 1934/1935. D’autre part, leur action permit à des Allemands non-communistes exilés en France de participer concrètement au combat contre le IIIe Reich, coude à coude avec leurs compagnons français. Cette tranche d’histoire reste encore trop obscure, ou obscurcie42, pour qu’on ne propose ici que quelques éléments qui pourraient servir de point de départ à des recherches systématiques.

51Prisonnier en Allemagne de 1940 à 1942, Folliet regagna Lyon tout à fait maréchaliste, comme tant de prisonniers ou d’anciens prisonniers. Il adhéra au Mouvement national des prisonniers de guerre, créé et présidé par François Mitterrand. Et comme Mitterrand, il évolua vers la résistance, par étapes rapides, sous l’influence de ses amis. Du côté CSF, on peut, pour simplifier, distinguer deux groupes : l’équipe de Témoignage Chrétien, et les activistes / propagandistes de Notre-Dame Saint-Alban. Ces deux groupes partageaient le même refus.

  • 43 S. Fumet, op. cit., p. 439.

« Ce qui, nous autres, nous a toujours protégés contre le Maréchal, c’est qu’il avait signé un paragraphe de l’armistice où l’Etat français s’engageait à restituer à l’ennemi les étrangers vivant sur son sol »43.

  • 44 Cf. Renée Bédarida, « Les armes de l'esprit », Témoignage Chrétien, Paris, 1977.
  • 45 Cf. Gilles Gantelet, Alexandre Marc, l'homme debout, D.E.A. en histoire, Université Jean Moulin - L (...)
  • 46 Folliet, « La vie secrète de la Chronique pendant la guerre et sous l'occupation », Chronique socia (...)

52À la fin de 1940, après six mois d’interruption, Temps présent réapparut à Lyon, en zone non-occupée, sous le titre de Temps nouveau. Deux anciens de Sept et Temps présent, Stanislas Fumet et Louis Terrenoire en assurèrent la direction, jusqu’à son interdiction en août 1941. La diffusion en fut confiée à un CSF, Louis Cruvillier. Cet étudiant de 24 ans organisa le réseau des « Amis de Temps nouveau », qui servit de vivier à plusieurs mouvements de Résistance et fournit un grand nombre de diffuseurs aux Cahiers et au Courrier du Témoignage Chrétien44. Cruvillier fut présenté au père Chaillet par un « fellow-traveller » des CSF, Alexandre-Marc Lipianski, dit Alexandre Marc, Juif d’origine russe converti au catholicisme, collaborateur des revues Plans et Ordre nouveau dans les années 1930, collaborateur occasionnel de Sept et de Temps Présent, et futur animateur du Mouvement fédéraliste européen45. Sous le pseudonyme de « Pax », et avec l’appui de chefs clandestins proches des CSF comme François de Menthon et Georges Bidault, Cruvillier assura la diffusion de T.C. jusqu’au moment où il fut obligé de se réfugier en Suisse, en mai 1942. Il fut remplacé par un autre CSF, Adrien Nemoz, le type même du clandestin pratique et efficace. « Adrien Némoz s’en tira indemne ; je crois qu’il dut son salut à un sang-froid inaltérable, à un flegme que rien ne pouvait démonter et à l’aisance avec laquelle il savait se composer, lui Dauphinois malin, un visage et un comportement apparemment idiots »46. En 1943, quand le père Chaillet fut obligé de « plonger » dans l’ombre, la rédaction du journal fut assumée par le CSF André Mandouze, qui venait d’être nommé assistant à l’université de Lyon. Cruvillier, Némoz, Mandouze, trois contributions CSF à l’aventure de Témoignage Chrétien.

53Du côté de Notre-Dame Saint-Alban, l’atmosphère devint parfaitement surréaliste. Au presbytère, il était plus facile de rencontrer un rescapé des Brigades internationales ou un Juif russe qu’un prêtre auvergnat. De l’activité multiforme de Remillieux et de ses compagnons, on ne retiendra ici que ce qui dérive directement de ses responsabilités et de son expérience d’aumônier in partibus des CSF : son art d’associer les exilés catholiques allemands à la propagande anti-nazie et aux actions de résistance. Pour la propagande, on citera l’exemple d’un Compagnon et d’une Compagne de Saint-François : Paulus Lenz-Médoc pour la propagande ; Cläre Barwitky pour l’action militante.

  • 47 J. Prévotat, « Un chrétien d'Allemagne au temps de l'impossible », in France Catholique n° 2132, 27 (...)

54Remillieux pensait - et il n’avait sans doute pas tort - que rien ne valait un Allemand pour protéger les Français de l’infiltration idéologique du nazisme. De 1940 à 1942, Paulus Lenz-Médoc exerça ce magistère au grand jour : le Pr. Colleville, chef du département d’allemand à l’université de Lyon, lui confia un poste de lecteur ; il put aussi donner des cours à l’Institut catholique et au séminaire universitaire. Mais à partir de 1942, il dut se cacher. Ce fut alors qu’il prit le pseudonyme de Médoc, qu’il tenait de sa mère. Remillieux l’installa dans un modeste logement à proximité de Notre-Dame Saint-Alban. Il lui fournit tout ce qu’il fallait comme faux papiers, ce qui ne dut pas être facile : Lenz-Médoc mesurait 1 mètre 92, il avait les cheveux blonds, les yeux bleus, « légèrement bridés au-dessus de larges pommettes saillantes »47. Et il parlait français avec l’accent allemand... Parmi ses commensaux habituels, Alexandre Glasberg et sa « clientèle » de réfugiés et de traqués, mais aussi des intellectuels comme Gabriel Marcel ou le père de Lubac. Son petit appartement devint, selon la formule de Nina Gourfinkel, « un des centres de la vie de l’esprit ». Il ne craignait pas d’en sortir.

  • 48 J. Prévotat, ibid.

« Au début de 1943, prenant occasion du décret sur le STO, il prononça en privé devant une soixantaine d’étudiants des Facultés catholiques deux conférences dont se souviennent encore ses auditeurs : il les invitait fermement à distinguer la culture allemande de l’idéologie national-socialiste. C’était tout le sens de son combat »48.

55Son autorité était grande. On se souvenait qu’en 1932 l’appel qu’il avait rédigé en faveur du désarmement avait été signé par tous les évêques catholiques d’Allemagne. On se rappelait aussi comment, grâce à une subvention du chancelier Brüning, il avait pris l’initiative d’une pétition en faveur de la paix à la Société des Nations. Il fut capturé par la Gestapo en 1944, interné au fort de Montluc, et relâché quelques heures avant le massacre de Saint-Genis-Laval. À Lyon, les milieux universitaires se souvinrent longtemps de ce « Prussien » qui refusa toujours de prononcer le nom d’Hitler.

56Mais qui se souvient de Cläre Barwitky ? Cläre était l’une des onze jeunes Allemandes que Remillieux fit venir du diocèse de Breslau pour lui servir de secrétaires et de catéchistes. Silésienne, elle correspondait, elle aussi, au type germanique selon l’imaginaire français : nattes blondes, yeux bleus... et elle savait chanter ! Sous sa direction, la chorale de Notre-Dame Saint-Alban prit un essor inédit en terre lyonnaise, les garçons s’y bousculaient. Beaucoup de caractère aussi. Nattes en bataille, yeux d’orage, elle savait tenir tête à Remillieux, qui la jugea vite irremplaçable, et propre aux missions impossibles. L’un des grands soucis de l’abbé était de rouvrir les églises de campagne désaffectées, pour lutter contre l’abandon spirituel des communes rurales. En 1937, alors que Cläre était rentrée en Allemagne et étudiait dans un séminaire d’aide paroissiale de Fribourg-en-Brisgau, Remillieux la rappela et lui confia l’animation pastorale de la paroisse de Vaujany, dans l’Oisans : cinq hameaux dispersés, un lieu de culte à l’abandon. Tout, dans cette affaire, est étonnant, trop étonnant pour être résumé ici. Rappelons simplement que, sous la direction de Cläre et de son assistante française, Marie-Louise Cardot, Vaujany devint l’un des hauts-lieux des Compagnes et Compagnons de Saint-François, un sanctuaire privilégié où l’on pouvait continuer à vivre, concrètement, l’amitié des jeunes de France et d’Allemagne.

57Mais en 1941, la bêtise à front de taureau eut raison de l’entreprise : alors que Vaujany était devenu un lieu de passage ou d’accueil pour des réfugiés de toutes sortes, Cläre fut soupçonnée d’espionnage pour le compte d’Hitler ; elle dut quitter Vaujany et se replier sur Notre-Dame Saint-Alban. Ce fut pour organiser un réseau de sauvetage d’enfants juifs, avec trois Compagnes françaises, Rolande Birgy, Juliette Vidal, Marinette Guy. Avec l’appui du réseau Glasberg (nourriture, faux papiers, vêtements, chaussures : un enfant, cela grandit...), elles en cachèrent plusieurs dizaines entre Saint-Etienne et Chamonix. À partir de 1943, il fallut les déplacer sans cesse, dans des conditions d’autant plus acrobatiques qu’aux enfants se joignaient de plus en plus souvent des adultes qui n’avaient pas toujours de faux papiers et ne parlaient pas tous français. Plusieurs fois, l’urgence imposa à Cläre, au mépris de toutes les règles de sécurité, de transporter d’un coup, dans un seul autocar, une trentaine d’enfants, assortis d’adultes de rencontre, Juifs de France, de Pologne ou d’Allemagne.

« À la fin de la guerre affluèrent de tous côtés des enfants sans parents. Une cinquantaine. Une situation dramatique se présenta lorsqu’on annonça la venue de la mère d’un des enfants juifs. La mère, qui avait été dans le camp de concentration d’Auschwitz, déclara devant Cläre : « Si j’avais maintenant un enfant allemand entre les mains, je le tuerais avec la première pierre qui me tomberait sous la main ». À quoi sa fille répondit : « Maman, tu ne le feras pas. Mademoiselle Cläre est allemande ; elle nous a protégés tout ce temps et au risque de sa vie ». À son départ, la mère disait : « J’ai compris » ».

  • 49 Cf. la nécrologie de C. Barwitky par J. Van Der Putten, La Croix du 10 mai 1990. Après la guerre, C (...)

58Cläre Barwitky avait désarmé la haine. Si les CSF n’avaient servi qu’à cela, leur existence eût été, par ce seul fait, suffisamment justifiée49.

CSF et Quickborn : acculturation allemande ou convergence catholique ?

59Dès 1947, dans l’Appel de la Route, Laurent Remillieux invitait les CSF à reprendre le chemin de l’Allemagne. Ce qu’ils firent, anticipant sur le climat nouveau créé par le Plan Schuman de 1950. Entre les CSF et l’Allemagne, il s’était manifestement passé quelque chose de fort et de durable. Alors les CSF se sont-ils acculturés jusqu’à devenir les Wandervögel français ?

  • 50 Cf. le manuel du mouvement, Les C.S.F. : Esprit, Idées, Méthodes, Paris, 1932, et la revue du mouve (...)
  • 51 Cf. en particulier Paul Archambault, « La spiritualité de la route », L'Appel de la route, mars-avr (...)
  • 52 Les C.S.F., Esprit, Idées, Méthodes, p. 69.

60Aux premiers abords, c’est l’allure franciscaine qui domine, mais avec des éléments que l’on retrouve dans le Quickborn revu et corrigé par Romano Guardini. Dans les années 1930, les CSF se définissent comme « un mouvement de plein air », qui se caractérise par la « marche à pied », « le pèlerinage » et le « retour à la nature »50. La marche, soutenue par le chant, est définie à la fois comme un engagement physique et spirituel. Sur le plan physique, elle constitue une aventure qui entraîne le compagnon loin des villes, lui permet d’éduquer sa volonté, et le dépouille de tout ce qui, en lui, est artifice51. Sur le plan spirituel, la route symbolise la vie, le devoir et la foi. Certes, « les compagnons ne se désintéressent pas des choses de l’intelligence »52, mais l’important est ailleurs :

  • 53 Folliet, La spiritualité de la route, p. 137.

« Passer, ne pas s’arrêter, ne pas se fixer. [...] Passer en faisant le bien, en chantant l’air qu’on n’oublie pas, en répandant sur les seuils des portes rencontrées, la vie de la grâce et le sang de nos cœurs »53.

  • 54 Cité par Florence Denoix de Saint-Marc, op. cit., annexe N° 16.

61Essentiel, l’« air qu’on n’oublie pas ». Il sert non seulement à soutenir la marche, mais aussi à animer, le soir, les feux de joie autour desquels se retrouvent les « bandes ». Pendant onze ans, Folliet a dirigé les CSF à titre de « chansonnier général ». Cette fonction comporte avant tout l’organisation des « chapitres », c’est-à-dire des cercles d’études d’allure très « sangnériste » où Compagnons et Compagnes développent leur vie intellectuelle. Mais Folliet a effectivement écrit et composé de nombreuses chansons. Beaucoup sont d’inspiration populaire. Certaines sont moins populaires qu’explicitement anti-bourgeoises : on dirait parfois la traduction française des rengaines Wandervögel, tel Le Pauvre Bourgeois : sur un air populaire du Forez, Folliet détaille, entre autres, l’un des grands thèmes du Jugendbewegung : le harnachement étriqué du « pauv’bourgeois ». Serré dans « un col en marb’ de Carrare », il « n’connaît pas la volupté grave / D’une pomme d’Adam libre et sans entrave »54.

62Au-delà de ces thèmes ponctuels, Folliet développe une idée qui a toujours connu un franc succès du côté de la forêt de Teutoburg : la communauté vivante, dont les gestes unanimes s’opposent à la quantité morte des sociétés mécaniques.

  • 55 Chants écrits pour faire passer des idées et porter un témoignage.
  • 56 Folliet, préface à Jeunesse ! Recueil des chants de l'A.C.J.F., Paris, 1932, rééd. 1946, p. 7.

« Un mouvement de jeunesse prouve qu’il est un mouvement lorsqu’il marche ; il prouve sa vie profonde et généreuse lorsqu’il chante. [...] Le mouvement donnera son plein, son maximum, révélera son visage le plus pur et le plus énergique dans les chants programmes55 clamés en commun, quand les corps se relèvent et se tendent d’instinct, quand les pieds et les mains suivent automatiquement la mesure. [...] Alors l’esprit du mouvement semble sortir de chaque âme pour se fondre en une réalité presque tangible, à la fois immanente et transcendante aux personnes »56.

63Bigre ! Quelle apologie de l’énergie, de l’instinct, de l’automatisme des corps, de la fusion des âmes dans l’« esprit du mouvement ». À prendre ce texte sans tenir compte ni de son auteur, ni de ses destinataires, on pourrait conclure que Folliet a sauté à pieds joints par-dessus le Quickborn pour retrouver ce qu’il y a de moins baptisé, de plus teuton, de plus romantique et de plus naturaliste dans l’âme multiple et complexe des Wandervögel.

  • 57 Ce qui répondait bien au rôle des CSF auprès de l'ACJF. « Nous ne sommes pas, à proprement parler, (...)

64Mais Folliet a écrit le texte que l’on vient de citer pour préfacer un recueil de chansons qu’il a composées à l’intention de l’Association catholique de la jeunesse française, l’ACJF, où elles ont remporté un franc succès57. Les CSF sont apparus au moment où l’ACJF se spécialisait en jeunesse étudiante (JEC), agricole (JAC), et ouvrière (JOC). Les « jocistes », tout comme leurs camarades étudiants et paysans, se plaisaient à entonner les refrains de Folliet. Mais tout en chantant - faux, comme de bons Français -, ils virèrent franchement au rouge, jusqu’à adhérer au Front populaire et à trinquer avec leurs camarades communistes. Dans cette activité éminemment conviviale, ils s’inspiraient des paroles françaises dont Folliet avait orné l’Hymne à la Joie de Beethoven : le premier couplet chante... le vin et la vigne. Il s’agit, certes, de la vigne du Seigneur. Mais il serait imprudent de prendre l’expression dans un sens purement spirituel. L’aimable embonpoint de Folliet - par ailleurs grand fumeur de pipe - constituait une invitation vivante à goûter aux bonnes choses dont la Providence a doté ce bas monde.

65Les CSF chantaient sans doute plus juste que le gros des troupes. Mais ils ignoraient avec autant de conviction toute forme d’« automatisme » ou de « fusion ». Quant à les faire marcher au pas... Une bande de CSF en pèlerinage offrait un spectacle pittoresque et débraillé qui ne manquait pas de surprendre les Quickborns, tout comme l’énergie avec laquelle les compagnons affirmaient, par le verbe et par le geste, qu’un bon vin, un bon plat, une bonne pipe de bruyère bourrée de tabac odorant n’entraient en aucun cas dans les « artifices » dont il convenait de se débarrasser.

66Les textes où Folliet chante l’instinct, l’esprit de corps, la fusion des âmes, etc., relèvent d’un fond commun à tous les mouvements de jeunesse de l’époque. Pour ne pas prendre Folliet à contre-sens, il convient non seulement de préciser d’où il parle, à qui il s’adresse, et la portée pratique de ses instructions, mais aussi de comparer ses textes « énergiques » avec ses textes « franciscains ».

  • 58 Les C.S.F. : Esprit, Idées, Méthodes, p. 68.

67Ces derniers, les plus nombreux, viennent souvent du Quickborn selon Guardini et Stratmann : il a joué dans l’affaire un rôle de relais entre les CSF et le « printemps spirituel » du catholicisme allemand sous Weimar. S’il faut chercher les marques d’une acculturation germanique chez Folliet, c’est, à l’encontre des clichés, caricatures et formules convenues, du côté des chants et des textes qui mettent l’accent sur la liberté des enfants de Dieu et le respect des engagements individuels. Le manuel des CSF ne manque pas de références aux concepts « guardiniens » de « direction créatrice » et d’« obéissance créatrice ». « À chacun, en toute simplicité, de suivre sa vocation et l’appel de la grâce. À chacun de préparer sa voie propre. À personne de juger inférieure la voie d’autrui »58. Ou encore :

  • 59 « Plan de chapitre sur la chrétienté », L'Appel de la route, juin 1935, p. 41. Sous la direction de (...)

« Les chansonniers devront s’employer à faire régner dans les chapitres une franchise absolue. Que chacun dise nettement ce qu’il a sur le cœur : doutes, objections, protestations même. [...] Les Compagnons doivent comprendre que leurs préférences politiques ou sociales ne sont pas seules légitimes et de que des chrétiens, des catholiques, peuvent avoir des opinions divergentes en matière temporelle »59.

68Il n’y a pas là de quoi nourrir le culte du chef, de l’autorité, ou de la totalité - qu’elle soit mécanique ou organique. Et c’est bien le même esprit qui anime chaque année, au Burg Rothenfels, les assemblées générales du Quickborn catholique.

  • 60 P. du Roux, « Pour les vacances prochaines, un projet à réaliser », L'âme populaire, mai 1927. L'âm (...)

69Ces précisions permettent de lever toute ambiguïté lorsqu’on aborde l’un des thèmes chers aux CSF comme au Quickborn : non seulement le rejet de la « civilisation artificielle »60, mais aussi celui du monde moderne dans son ensemble. Dans son « ordre du jour » de juillet 1932, par exemple, destiné spécifiquement aux CSF, le « frère chansonnier » Joseph Folliet noircit le tableau à l’extrême, jusqu’à ouvrir la perspective millénariste d’un univers technique, économique et politique qui « agonise » d’une façon globale et irréversible - « ... et son agonie même est déjà une décomposition ». Mais l’ordre du jour est intitulé « Optimisme ! ». Rien à voir avec cette « politique du désespoir » qui sous-tend, en Allemagne, le mouvement de la Révolution conservatrice.

70Comme celui de Guardini ou de Stratmann, l’optimisme de Folliet est foncièrement chrétien et catholique. Il se nourrit du sentiment de la force spirituelle et de l’altérité radicale de l’Eglise, qui ne saurait en aucun cas être compromise dans l’effondrement de la modernité.

  • 61 Folliet, « Optimisme », L'Appel de la route, juillet 1932, p. 59.

« Donc que le capitalisme disparaisse !... Ce ne sera pas une grande perte. Il en faudrait plus pour nous émouvoir. Que la guerre menace !... Nous nous efforcerons de la tuer et si nous ne pouvons l’empêcher, nous aurons toujours la ressource de la tuer dans nos cœurs. Que la révolution s’avance !... Plus révolutionnaires qu’elle, nous saurons bien la mater et l’obliger à recevoir le baptême61 ».

71C’est bien en se fondant sur la doctrine sociale de l’Eglise romaine, telle qu’elle a été réaffirmée en 1931 par le pape Pie XI dans l’encyclique Quadragesimo Anno, que Folliet définit, comme tant d’autres dans les années trente, la recherche d’une Troisième Voie. Nous disons bien Pie XI, même s’il lui arrive de citer une autre référence spirituelle.

  • 62 Folliet, « La pauvreté et le temps présent », L'Appel de la route, mai-juin 1932, p. 48.

« Du point de vue économique et social, face au capitalisme et au marxisme, les compagnons recherchent la justice. Ils se réfèrent à Gandhi et expliquent : « Seul l’esprit de pauvreté nous délivrera : il est nécessaire pour la solution de la crise actuelle [...], pour l’ascension collective des classes sociales [...], pour l’instauration d’un ordre social-chrétien et humain qui substitue l’ordre à l’anarchie et la coopération à la lutte62 ».

72Là encore, ces termes, qui appartiennent au fond commun des années trente, n’ont de sens que si l’on précise « d’où parle » celui qui les emploie. Derrière l’allusion piégée à Gandhi, qui relève d’un effet de mode, Folliet ne fait que citer les encycliques et messages de celui qu’il appelle « notre père ».

  • 63 Folliet, « Notre père est mort », La Brindille, mars 1939. La Brindille est l'organe de la « bande  (...)

« Nous aimions Pie XI [...] parce qu’il était le pape de l’Action catholique et des Missions, le pape de conquête chrétienne, le pape de la paix. [...]. Il mourut en répétant ces deux mots : Jésus... Paix... qui résument son règne et qui correspondent à sa devise : la Paix du Christ dans le règne du Christ. Ces mots : Jésus, Paix, on les trouverait gravés dans le cœur de chaque Compagnon et de chaque Compagne. Cette devise, c’est la nôtre - celle qui oriente notre marche. [...]. Nous ne pouvons pas ne pas nous rappeler notre visite d’août 1937 à Castel-Gandolfo ; nous ne pourrions oublier cette image blanche du vieillard maladif et tremblant que soutenait seule une volonté miraculeuse, ni ces paroles à voix basse, qu’on entendait à peine mais qui trouvaient tout droit le chemin de nos cœurs. [...] Oremus pro Pontifice nostro...63 ».

73Cette filiation romaine permet enfin de lever une dernière ambiguïté, la plus périlleuse sans doute pour un mouvement qui se réclame de la paix : l’affirmation constante qu’il n’est pas d’antagonisme entre pacifisme et patriotisme, pacifisme et amour du pays, non seulement du « grand pays », mais de la province, du terroir, du Heimat. En se référant à Benoît XV, à Pie XI mais aussi, ce qui est moins classique pour un prêtre, à Jean Jaurès, Laurent Remillieux ne parle jamais du nationalisme, mais du « démon nationaliste », ou encore de la « démonie » qui lie l’individu

  • 64 Texte de 1934 reproduit par Folliet dans Le père Remillieux, op. cit., p. 198.

« à son Etat par des chaînes. [...] L’Etat entend que l’individu lui appartienne tout entier. [...] Cela crée dans tout l’Occident une atmosphère irrespirable pour un catholique64 ».

74Mais au nationalisme pervers, il oppose la valeur du patriotisme, comme manière concrète d’accéder à l’universel. Folliet ne manquait pas une occasion de rappeler que les CSF seraient efficacement pacifistes et réellement ouverts sur le monde dans la mesure où ils resteraient attachés aux traditions de leur patrie,

  • 65 Folliet, La belle aventure de la route, op. cit., p. 87.

« comme l’arbre se relie, par ses racines, à la terre maternelle, chantant nos vieilles chansons, remettant en vigueur nos antiques coutumes, soucieux de mieux connaître le vrai visage de notre patrie, pour le mieux révéler à ceux du dehors65 ».

75Là, Folliet est totalement en phase avec Franz Stock. Il est même possible qu’il se distingue de Remillieux et se rapproche de ses amitiés westphaliennes quand il met l’accent sur la petite patrie, le Heimat. Il est fier de ses ascendances dauphinoises et savoyardes, et lorsqu’il parle de sa terre natale, il veut parler de son terroir familial. À l’en croire, il lui doit tout, à commencer par son catholicisme.

  • 66 Au sens fort du terme : Volkskunde...
  • 67 Folliet, op. cit., p. 49.

« Ma foi me vient du fond des âges [...]. Trois cents ans, mes ancêtres ont chanté au lutrin, d’une voix dont la fausseté légendaire prouvait la pureté de leurs cœurs. Mes aïeux m’ont transmis un folklore66 familial et religieux qui vaut ce qu’il vaut, mais dont je suis fier »67.

76Valorisation de l’enracinement, langage organiciste (image de l’arbre), exaltation des ancêtres, du terroir et des « antiques coutumes » : là encore, une approche historique réduite à l’« analyse du discours » mènerait droit à de très beaux contre-sens. Après tout, les « aryosophes » viennois comme Guido von List ou Lenz von Liebensfels ont développé les mêmes thèmes... Chez Folliet, ils n’expriment jamais qu’un attachement très vif à l’une des composantes les plus répandues de la culture catholique : la défense des « communautés naturelles », familles, métiers et terroirs. Et son attachement aux terroirs ne le pousse pas à des divagations « völkisch », mais vers une idée que les journalistes qualifieront de « vaticane » lorsqu’elle sera concrétisée par Konrad Adenauer, Alcide de Gasperi et Robert Schuman : l’union européenne. Folliet a-t-il dépassé l’idée d’une confédération d’Etats pour aller jusqu’au fédéralisme selon le « compagnon de route » Alexandre Marc ? Il ne désapprouve pas Laurent Remillieux qui, lui, a franchi le pas :

  • 68 Cité par Folliet, Le père Remillieux, op. cit., p. 200.

« Si, sous l’emprise de la prière et de l’effort, les chrétiens matérialisés n’orientent pas l’Occident vers un fédéralisme, il ne faut pas, je crois, être grand clerc pour annoncer une future guerre, plus cruelle encore que celle que nous avons vécue en 1914 et plus terrible encore68 ».

Les limites d’une convergence : catholicisme et démocratie

77Comme le Quickborn, les CSF constituent une utopie, c’est-à-dire la réalisation partielle et anticipatrice du monde de demain.

  • 69 Folliet, « Veillée d'adieux », L'Appel de la route, nov.-décembre 1938, p. 10.

« Nous avons créé dans notre monde de méchanceté et de rancœur une petite oasis de fraternité. Il ne faut pas que cette oasis reste une oasis ; il faut que, par nous, la fraternité gagne le monde de proche en proche »69.

78Ce mode de fonctionnement utopique, fondé sur la volonté d’un « groupe chaud » de gagner le monde par la vertu de l’exemple, suffit à expliquer la singularité des CSF en marge de l’Action catholique. Mais on peut admettre que l’essentiel des idées qu’ils défendent et illustrent dérive à la fois de la culture catholique de base et la doctrine catholique telle qu’elle est définie par les papes depuis Léon XIII jusqu’à Pie XI. On peut également admettre que rien, dans ces idées, n’exclue la démocratie. Mais rien ne la justifie. Rien ne l’exige. Comme l’écrit Emile Poulat, « l’Eglise est un monde » ; ce monde est animé par un très fort sentiment d’altérité vis-à-vis de tout ce qui lui est extérieur. Et la démocratie lui est extérieure. Elle lui est même doublement extérieure lorsque la catholicité est vécue sur le mode utopique, prophétique et millénariste qui caractérise les CSF.

79Comment expliquer, dans ce cas, que ces mêmes CSF se soient très concrètement engagés dans la défense de la démocratie contre le nationalisme autoritaire, le fascisme et le nazisme ? Comment expliquer qu’en 1927 on ne pouvait être CSF et lire L’Echo de Paris, et qu’en 1942 on ne pouvait être CSF et lire Je Suis Partout ? On peut apporter à cette question deux éléments de réponse ; le premier tient aux circonstances. Le second est structurel.

80Dans une période calme, une utopie peut se replier sur elle-même et dériver, selon sa logique interne, dans des directions parfaitement imprévisibles. Mais l’utopie CSF, concrétisée en 1927, fut fracassée par l’histoire en 1933, tout comme l’utopie du Quickborn, et même celle du Jugendbewegung tout entier. Face à un phénomène aussi exceptionnel que le nazisme, il ne pouvait plus être question de « troisième voie ». Toute personne fortement engagée au service d’un idéal était mise en demeure de choisir entre la compromission et la résistance. Et lorsque cet idéal intègre le particulier (la patrie, les terroirs) comme une ouverture vers l’universel (universel catholique, universel humain), la compromission est exclue. Voilà pour la conjoncture : une utopie fracassée par l’histoire et mobilisée par l’urgence. Le « discours » de Folliet peut être aussi ambigu que l’on voudra. Mais face à un enfant juif traqué par la Gestapo, l’ambiguïté vole en éclat. D’où la nécessité méthodologique de jamais isoler un « discours », de toujours le mettre en situation. C’est pour avoir oublié cette règle élémentaire de la critique historique que certains ont fait de la France la matrice du fascisme, jusqu’à travestir Emmanuel Mounier en émule de Julius Evola ou de Gregor Strasser.

81Mais au-delà des circonstances, il y a une cause structurelle que l’on ne retrouve pas en Allemagne, et qui balise les limites de l’acculturation Quickborn / CSF. Au contraire de l’Allemagne du Zentrum et des Katholikentage, la France catholique n’existe plus à l’état pur, pas plus qu’il n’existe d’idéologie catholique ou d’association catholique à l’état pur. L’altérité radicale du catholicisme n’est jamais qu’un « type-idéal », un modèle, un mythe mobilisateur si l’on veut, mais parfaitement impraticable - et cela indépendamment de l’existence du nazisme.

82Dans la France des années 1920-1940, et au contraire de l’Allemagne « blanche », tout catholique engagé doit nécessairement adhérer à une idéologie, à une vision du monde, à des groupes et associations dont le catholicisme n’est et ne peut être que l’une des composantes. Au temps de Folliet, un militant catholique doit nécessairement s’intégrer à l’une des deux « cultures » dominantes. Il peut se tourner du côté de Maurras et des trois cercles maurrassiens : ceux qui tiennent le nationalisme intégral de l’Action française pour l’horizon insurpassable de la pensée humaine ; ceux qui admirent Maurras mais restent en-deçà du nationalisme intégral pour défendre un nationalisme autoritaire et conservateur, style Echo de Paris ; ceux qui partent de l’Action française mais pour dépasser Maurras et développer des formes de fascisme, voire de nazisme français, à la manière de Je Suis Partout.

  • 70 Cf. Marie-Emmanuelle Reytier, La pensée sociale et politique des catholiques allemands sous la Répu (...)

83Si un militant catholique n’est pas du côté des maurrassiens, des infra-maurrassiens ou des ultra-maurrassiens, alors il adhère nécessairement à ce qui a fait si cruellement défaut à la République de Weimar : une culture républicaine forte et autonome, dont l’exigence démocratique est la composante essentielle. Dans le catholicisme allemand d’avant 1945, cette culture reste secondaire, marginale, quand elle n’était pas franchement ignorée, même chez les pacifistes les plus convaincus. En France, au contraire, cette culture est partout, y compris au sein de l’ACJF, dès lors que l’on s’évade du milieu maurrassien. Il faut le répéter : il n’y a pas - et il n’y a jamais eu - en France rien qui puisse ressembler, même de loin, aux Katholikentage ou au Zentrum allemands70. Tout entre-deux, comme toute prétention à l’altérité radicale n’est et ne peut être qu’un trompe l’oeil - et qui ne saurait tromper qu’un oeil myope ou halluciné.

84Sangnier comptait parmi les nombreux ennemis personnels de Maurras ; Léon Daudet l’insultait presque aussi souvent qu’Aristide Briand. Sangnier, la Jeune République, les congrès catholiques internationaux : voilà le milieu de formation de Folliet, le point de ralliement de Remillieux, le point de départ des CSF. Donc, pas question de Maurras. Reste, avec la République, la démocratie. Ou, si l’on préfère, une tension pas toujours facile mais toujours féconde entre le pôle catholique et le pôle républicain / démocrate. Entre ces deux pôles, les passerelles étaient nombreuses. On ne retiendra ici que deux exemples, auxquels s’associèrent les CSF : les Auberges de jeunesse et les Volontaires de la paix.

85En France, les Auberges de jeunesse sont identifiées, un peu vite, au Front populaire. Mais elles dérivent d’un modèle allemand, celui de Richard Schirmann, qui fonde en 1911 la première Auberge, à Altona, en Westphalie. Il y en a 2.000 dans toute l’Allemagne, quand Sangnier rencontre Schirmann à Bierville. Le leader de la Jeune République voit très vite l’intérêt qu’elles pourraient avoir comme instruments du rapprochement entre les peuples et de la « paix par la jeunesse ». C’est à Bierville, en 1929, qu’il crée la première Auberge française. Il en fait le centre de son Foyer de la paix, et le point de départ de la Ligue française pour les Auberges de la Jeunesse, une association non confessionnelle où les CSF peuvent se frotter à des jeunes gens qui n’appartiennent pas au milieu catholique.

  • 71 J.-Cl. Delbreil, Marc Sangnier, Témoignages, Paris, Beauchesne, 1997.

86Il en va de même avec les Volontaires de la paix. Sangnier les créa après le congrès démocratique international de Wurzbourg, en 1927, à l’intention des jeunes gens de 15 à 25 ans. Une répétition des CSF ? Non, les Volontaires n’ont aucune référence confessionnelle. Mais, comme les Auberges, ils jettent une passerelle entre les CSF et les pacifistes laïcs71. Auberges et Volontaires comptent parmi ces lieux de rencontre et d’action où compagnons et compagnes eurent l’occasion de tremper leur catholicisme dans les trois couleurs de la République. Cette tension entre le pôle catholique et le pôle démocrate dut être prise en compte, bon gré, mal gré, par la majeure partie de la hiérarchie épiscopale. Ce fut ainsi que les initiatives lyonnaises de Folliet, Remillieux, Glasberg et les autres furent couvertes et approuvées - pas toujours avec enthousiasme, certes, mais souvent avec efficacité - par le très anti-maurassien cardinal Gerlier. Gerlier n’a sans doute jamais été démocrate de conviction. Mais il l’a été par intelligence et nécessité, dans un pays où le drapeau blanc n’a jamais pu exister que frappé de fleurs de lys - ou bien encadré de bleu et de rouge. En ce sens, il n’est pas impossible de suggérer que, d’un point de vue historique, il y eut bien une « Allemagne blanche », sous le labarum blanc frappé du chrisme des Associations catholiques ; mais la « France blanche » n’a jamais existé. Tel fut le point-limite qui bloqua l’acculturation allemande des CSF, et les prépara à devenir, après la guerre, les partenaires de la nouvelle jeunesse d’une nouvelle Allemagne, qui avait rompu avec l’idée de Reich et de totalité communautaire.

87Ainsi, entre 1926 et 1945, l’histoire des rapports entre les CSF et le Quickborn ne fut pas celle d’une quelconque acculturation, mais d’une convergence tendue vers l’avenir, vers la France et l’Allemagne réconciliée dans une Europe unie.

Haut de page

Notes

1 Cf. Dieter Tieman, Deutsch-französiche Jugendbeziehungen der Zwischenkriegszeit, Bonn, 1989. Mais le « moment fondateur » des CSF est bien décrit par : J.-Cl. Delbreil, Les catholiques français et les tentatives de rapprochement franco-allemand, 1920-1933, Paris, 1972 ; G. Cholvy, Mouvements de jeunesse, Paris, 1985 ; J.-Cl. Delbreil, Marc Sangnier, Témoignages, Paris, Beauchesne, 1997.

2 Cette étude repose en grande partie sur les archives et les témoignages oraux rassemblés et recueillis par Florence Denoix de Saint Marc dans sa maîtrise : J. Folliet et les Compagnons de St François de 1926 à 1958., dactylographié, Institut d'histoire du Christianisme. Les fonds privés les plus importants sont ceux de L. Lathuilière et de L.T. Achille. Parmi les documents dactylographiés, cf. P. Lathuilière, Cinquante ans d'appel (histoire de la revue des CSF L'Appel de la Route) et Chronologie sous forme de tableau (histoire des CSF de 1927 à 1978). C'est surtout par un long « compagnonnage » avec Louis T. Achille que j'ai découvert les CSF ; il m'en a fait comprendre, entre autres aspects, l'antiracisme militant.

3 Pour situer dans leur Eglise les amis et interlocuteurs allemands des CSF, cf. la maîtrise et le D.E.A. que Marie-Emmanuelle Reytier a préparés sous la direction de Jean-Dominique Durand : Les catholiques allemands et la paix au lendemain de la première guerre mondiale, 1993, Université Jean Moulin - Lyon 3, 210 p. et La pensée sociale et politique des catholiques allemands sous la République de Weimar : Les Katholikentage comme miroir du catholicisme allemand, Université Jean Moulin - Lyon 3, 1994, 158 p. dactylographiés, Institut d'histoire du Christianisme.

4 C'est en grande partie grâce aux Veröffentlichungen der Kommission für Zeitgeschichte qu'il est possible de poser cette question. Cf. entre autres : Christoph Kösters, Katholische Verbände und moderne Gesellschaft (1918-1945), Paderborn, 1995, et Michael Höhle, Die Gründung des Bistums Berlin (1930), Paderborn, 1996.

5 Il ne sera pas question ici de l'histoire interne des CSF. Rappelons seulement que le Sillon catholique de Paris lui a transmis une tradition sociale qu'il n'a jamais reniée, et plus spécialement une attirance pour l'action syndicale. Le premier local des CSF, rue de Bellechasse, était celui du secrétariat social de Paris ; et ce fut le P. Desbuquois, jésuite de l'Action populaire, qui leur a fourni leur premier aumônier, le P. Boulier.

6 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Paris, 1978, p. 407. Folliet fut chansonnier général des CSF de 1927 à 1938.

7 S. Fumet, ibid.

8 « De plus, sous des signatures diverses, il écrit presque chaque semaine plusieurs articles » (A. Coutrot, Un Journal, un combat, Paris, 1982, p. 41).

9 Folliet, « Veillée d'adieux », L'Appel de la route, nov.-décembre 1938, p. 9.

10 Folliet, Le ferme propos (manuscrit disponible au siège de la Chronique sociale à Lyon).

11 Folliet, La belle aventure de la route, Cahiers de la nouvelle journée, Paris, 1935, p. 84.

12 Ernst Troeltsch, Politische Ethik und Christentum, Göttingen 1904, p. 6. Max Weber, « Der Nationalstaat und die Volkswirtschaftpolitik », in Gesammelte politische Schriften, 2e éd., Tübingen 1958, p. 19.

13 Hans Blüher, Geschichte des Wandervogels, vol I (1912), in Grundschriften, 47.

14 Sur la Jugendbewegung, cf. Walter Laqueur, Die Deutsche Jugendbewegung, Cologne, 1978; Otto Neuloh et Wilhelm Zilius, Die Wandervögel, Göttingen, 1982; J.H. Knoll et J.H. Schoeps (Hrsg), Typisch deutsch: die Jugendbewegung, 1988.

15 Romano Guardini, Vom Geist der Liturgie : zur aktuellen Situation, 1ère éd., 1918, rééd. Freiburg, 1983.

16 Romano Guardini, « Quickborn. Tatsachen und Grundsätze », in Werner Kindt (hrsg.), Grundschriften der Deutschen Jugendbewegung, Düsseldorf, 1963, p. 335-350. Sur Guardini: Christoph Kösters, op. cit., p. 158, 509, 575; Walter Ferber, « Romano Guardini (1885 bis, 1968) », in Rudolf Morsey (hrsg.), Zeitgeschichte in Lebensbildern. Aus dem deutschen Katholizismus des, 19. und 20. Jahrhunderts, vol. I, Mainz, 1973, p. 287-295. Sur le Quickborn: Johannes Binkowski, Jugend als Wegbereiter. Der Quickborn von 1909 bis 1945, Stuttgart / Aalen 1981.

17 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France, Paris, 1985, p. 134-138.

18 Folliet, La belle aventure de la route, Cahiers de la nouvelle journée, Paris, 1935, p. 85.

19 Après une chute des effectifs en 1923-24, les Neudeutschen remontèrent jusqu'à 21.500 membres au début de 1933. Cf. Ronald Alfred Warholoski, Neudeutschland, German Catholic Youth, 1919 to 1939, Ph. D., university of Pittsburgh, 1964.

20 Sur F. Stock : René Closset, Franz Stock, Aumônier de l'enfer, Paris, Fayard, 1992. Erich Kock, L'abbé Franz Stock, Paris, Casterman, 1966. J. Folliet, Le Père Remillieux, curé de Notre-Dame Saint-Alban, Lyon, Chronique Sociale de France, 1962.

21 L'influence de Guardini et de Doncoeur ne tient pas à une fonction officielle, à un titre d'aumônier général ou national. Guardini ne l'a jamais été, et Doncoeur pour peu de temps. Il en fut de même avec Remillieux. À la demande de Folliet, il devient l'aumônier des la branche féminine des CSF en 1930. Mais il faut attendre, 1946 pour qu'il devienne l'« aumônier international » d'un mouvement qui, jusque là, s'en était passé.

22 Sur la paroisse Notre-Dame Saint-Alban, Natalie Malabre a commencé une recherche. Cf son mémoire de D.E.A., Notre-Dame Saint-Alban de 1919 à nos jours, Université Lumière - Lyon 2, 1992, 132 p.

23 Keller enseigne à l'université de Fribourg-en-Brisgau. Fondateur de la revue Der christlische Ständesstaat, l'ordre corporatif chrétien, Hildebrandt s'exila de Munich à Vienne quand les nazis s'emparèrent du pouvoir en Allemagne.

24 Jésuite, supérieur du Germanicum, et l'un des animateurs du Bund Neudeutschland.

25 Sur l'aspect liturgique de son action, cf. F. Stratmann, « Volksliturgisches Leben in St. Maria Viktoria », Kirchenblatt 14, avril 27, p. 9 sq. En ce qui concerne le pacifisme, Remillieux faisait grand cas de deux ouvrages de Stratmann : son manifeste (Weltkirche und Weltfriede, Augsbourg, 1924) et son programme (Richtlinien des Friedensbundes Deutscher Katholiken, Munich, 1925). Sur le FDK, cf. Konrad Breitenborn, Der Friedensbund Deutscher Katholiken: 1918-1919 / 1959, Berlin, 1981. L'expression de « heimliche Führer » du FDK est rapportée par Michael Höhle, Die Gründung des Bistums Berlin (1930), Paderborn, 1996, p. 136.

26 (Comité central des catholiques allemands). M.-E. Reytier, Les catholiques allemands et la paix [...], op. cit., p. 157-158.

27 Mouvement de lycéens créé en 1929, et qui vint concurrencer le Neudeutschland. Cf. Johannes Dischinger, « Werden, Zielsetzung und Gliederung der Sturmschar », in B. Börger (hrsg), Sie hielten stand. Sturmschar im katholischen Jungmännerverband Deutschlands, Düsseldorf, 1989, p. 31-55. Ce mouvement comptait plus de 23.000 membres au début de 1933.

28 E. Michelet, « Une figure inoubliable », L'Ame commune, 1er trimestre 1984, p. 6.

29 Après les pélerinages d'été du Mont-Sainte-Odile (1927), du Puy-en-Velay (1928) et de N.D. de Folgoet (1929), il s'agit du 4e « grand pélerinage » des CSF, à N.D. de Tamié et N.D. de Fourvière.

30 Folliet, Le père Remillieux, op. cit., p. 184.

31 Le « gardien », élu par les compagnons, s'occupe de la direction générale du pélerinage, il en prépare les étapes, fixe l'emploi du temps, coordonne l'itinéraire des différentes « bandes », etc. Pierrieau, qui fut l'un des piliers des CSF, en devint le « gardien international » en 1949.

32 Témoignage reproduit in Florence Denoix de Saint Marc, op. cit., p. 95.

33 L'Appel de la Route, mai-juin 1932, p. 43.

34 Le frère chansonnier, « Vitznau », L'Appel de la route, juillet-août 1935, p. 14.

35 « Ce qu'il faut savoir sur la situation des catholiques allemands », L'Appel de la route, nov.-décembre 1934, p. 124.

36 Le frère chansonnier, « Vitznau », L'Appel de la route, juillet-août 1935, p. 14.

37 Le JMV doit peu au Jugendbewegung. Dès son origine (Mayence 1896), il s'agit d'un mouvement d'Action catholique de type intransigeant, ouvert à la grande masse des enfants et des adolescents catholiques. Son programme reprend immédiatement les encycliques pontificales, et il arbore comme drapeau le labarum frappé du chrisme. Il comptait 360.000 membres au début de 1933.

38 Lawrence D. Walker, Hitler Youth and Catholic Youth, 1933-1936, The Catholic University of America Press, Washington, 1970.

39 Par référence au titre de l'autobiographie que Fœrster publia en 1920, Mein Kampf gegen das nationalistische und militarische Deutschland (réédité à Brême en 1988). Dès 1895, son activité pacifiste lui avait valu trois mois de forteresse. Emprisonné une fois de plus en 1917, il fut élargi à la demande de l'Empereur Charles Ier d'Autriche, qui voulait le consulter. En 1918-1919, Foerster représenta à Berne la République socialiste de Bavière de Kurt Eisner. Menacé de mort, il dut quitter l'Allemagne dès, 1922. Il publia à Lucerne, en 1937, son principal ouvrage anti-nazi : Europa und die deutsche Frage. En, 1940, il parvint à gagner les tats Unis.

40 S. Fumet, op. cit., p. 406.

41 G. Hourdin, Dieu en liberté, Paris, 1973.

42 Dans sa contribution au colloque franco-allemand organisé à Paris du 27 au 29 mai 1996, « Les Allemands dans la Résistance en France », Barbara Vormeier ne traite que du KPD et des communistes autrichiens (Des Allemands contre le nazisme, Paris, 1997).

43 S. Fumet, op. cit., p. 439.

44 Cf. Renée Bédarida, « Les armes de l'esprit », Témoignage Chrétien, Paris, 1977.

45 Cf. Gilles Gantelet, Alexandre Marc, l'homme debout, D.E.A. en histoire, Université Jean Moulin - Lyon 3, 1990.

46 Folliet, « La vie secrète de la Chronique pendant la guerre et sous l'occupation », Chronique sociale de France, décembre 1962, p. 645.

47 J. Prévotat, « Un chrétien d'Allemagne au temps de l'impossible », in France Catholique n° 2132, 27/11/1987. Outre l'article de J. Prévotat, cf. B. Rüger, « Im Dienst der Versöhnung », Frankfurter Allgemeine, 10/8/1983.

48 J. Prévotat, ibid.

49 Cf. la nécrologie de C. Barwitky par J. Van Der Putten, La Croix du 10 mai 1990. Après la guerre, Cläre Barwitky s'installa en RDA, où elle travailla comme catéchiste et assistante paroissiale. Quarante ans après les événements, elle rédigea ses souvenirs, Les Mémoires de Chamonix. Avant de mourir, en 1989, elle eut le temps de participer au Forum civique qui contribua à ébranler le régime communiste.

50 Cf. le manuel du mouvement, Les C.S.F. : Esprit, Idées, Méthodes, Paris, 1932, et la revue du mouvement, L'Appel de la route, dont le 1er numéro parait en avril 1930. Voir aussi Folliet, La belle aventure de la route, Paris, 1935, et La spiritualité de la route, Paris, 1936.

51 Cf. en particulier Paul Archambault, « La spiritualité de la route », L'Appel de la route, mars-avril 1934.

52 Les C.S.F., Esprit, Idées, Méthodes, p. 69.

53 Folliet, La spiritualité de la route, p. 137.

54 Cité par Florence Denoix de Saint-Marc, op. cit., annexe N° 16.

55 Chants écrits pour faire passer des idées et porter un témoignage.

56 Folliet, préface à Jeunesse ! Recueil des chants de l'A.C.J.F., Paris, 1932, rééd. 1946, p. 7.

57 Ce qui répondait bien au rôle des CSF auprès de l'ACJF. « Nous ne sommes pas, à proprement parler, un mouvement d'Action catholique [...]. Nous serions plutôt un mouvement auxiliaire d'Action catholique, un carrefour et un terrain neutre où les dirigeants de l'Action catholique peuvent se rencontrer, une école où ses militants peuvent venir se former et acquérir un style de vie ». Folliet, « Les Compagnons dans l'Eglise », L'Appel de la Route, juillet 1952.

58 Les C.S.F. : Esprit, Idées, Méthodes, p. 68.

59 « Plan de chapitre sur la chrétienté », L'Appel de la route, juin 1935, p. 41. Sous la direction de leur « chansonnier », chaque « bande » de CSF se réunit pour tenir un « chapitre », c'est-à-dire une réunion d'études et de discussion.

60 P. du Roux, « Pour les vacances prochaines, un projet à réaliser », L'âme populaire, mai 1927. L'âme populaire, organe du Sillon, servit jusqu'en avril 1930 de revue CSF.

61 Folliet, « Optimisme », L'Appel de la route, juillet 1932, p. 59.

62 Folliet, « La pauvreté et le temps présent », L'Appel de la route, mai-juin 1932, p. 48.

63 Folliet, « Notre père est mort », La Brindille, mars 1939. La Brindille est l'organe de la « bande » lyonnaise des CSF.

64 Texte de 1934 reproduit par Folliet dans Le père Remillieux, op. cit., p. 198.

65 Folliet, La belle aventure de la route, op. cit., p. 87.

66 Au sens fort du terme : Volkskunde...

67 Folliet, op. cit., p. 49.

68 Cité par Folliet, Le père Remillieux, op. cit., p. 200.

69 Folliet, « Veillée d'adieux », L'Appel de la route, nov.-décembre 1938, p. 10.

70 Cf. Marie-Emmanuelle Reytier, La pensée sociale et politique des catholiques allemands sous la République de Weimar : les Katholikentage comme miroir du catholicisme allemand, D.E.A. en histoire religieuse, sous la dir. de Jean-Dominique Durand, Université Jean Moulin - Lyon 3, 1994, 158 p.

71 J.-Cl. Delbreil, Marc Sangnier, Témoignages, Paris, Beauchesne, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Ladous, « Des chrétiens pour la paix : Les Compagnons de Saint-François et l’Allemagne (1926-1945) »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 133-156.

Référence électronique

Régis Ladous, « Des chrétiens pour la paix : Les Compagnons de Saint-François et l’Allemagne (1926-1945) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6977

Haut de page

Auteur

Régis Ladous

Institut d’Histoire du Christianisme - Université Lyon 3 Jean Moulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search