Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesColloquesLes missions intérieures du XVIe ...

Mélanges
Colloques

Les missions intérieures du XVIe au XXe siècle

Chambéry - mars 1999
Frédéric MEYER
p. 162-163

Texte intégral

1Du 18 au 20 mars 1999 s’est tenu à Chambéry un colloque organisé par le département d’Histoire de l’Université de Savoie et l’Institut d’Etudes savoisiennes, en collaboration avec le CNRS (GDR 1095), le centre André-Latreille de Lyon 2 et l’Institut d’Histoire du Christianisme de Lyon 3, sur le thème des « Missions intérieures du XVIe au XXe siècle en France et en Italie ». Une cinquantaine de chercheurs venus du Canada, de France, d’Italie et de la Cité du Vatican, tant universitaires qu’enseignants du secondaire ou hommes d’Eglise, ont échangé leurs réflexions en 44 communications couvrant un vaste panorama chronologique.

2Le colloque voulait se placer dans la lignée de ceux de Lyon en 1980 (consacré aux Réveils missionnaires du Moyen Age à nos jours) et de Rome en 1994 (Les frontières de la mission XVe-XIXsiècles) ainsi que des perspectives tracées par L. Châtellier dans sa Religion des pauvres en 1993 : dessiner le visage historique de la mission intérieure depuis l’aube des temps modernes, évaluer les grandes ruptures et les grands recommencements, faire un bilan d’une riche historiographie récente mais aussi privilégier l’espace franco-italien, axe primordial de la recherche à l’Université de Chambéry. La Savoie n’est-elle pas le berceau de Chérubin de Maurienne et de François de Sales, dont le souvenir fit naître à Annecy en 1838 une congrégation éponyme de Missionnaires ?

3La richesse des communications balaya les siècles, allant par exemple de l’étude des liens entre prédication de carême et mission au XVIe siècle jusqu’aux formes missionnaires les plus contemporaines, comme avec la communauté Aïn Karem. Les interventions se sont néanmoins ordonnées autour de quatre thèmes principaux :

  • l’espace de la mission, avec de nombreux exemples régionaux aussi variés que la Campanie moderne ou la Creuse, la Champagne-Bourgogne ou la Basilicate. Mais également avec plusieurs études portant sur des lieux de pèlerinage (N.D. du Laus, le diocèse d’Aire-Dax) ou sur l’hôpital et les bureaux de charité.

  • Les hautes et les basses eaux de la mission, de l’élan du XVIe siècle aux succès du XVIIIe, de la Révolution avec Linsolas aux missions paroissiales du XIXe siècle, jusqu’à l’analyse des missions milanaises de Mgr Montini, futur Paul VI, en 1957.

  • Les acteurs de la mission furent surtout présents à travers les ordres religieux, les plus attendus (Jésuites, Capucins, Rédemptoristes, Lazaristes…) comme les moins connus en tant que missionnaires (Oratoriens, Trappistes même), mais aussi à travers les prêtres-ouvriers ou les structures générales (Propaganda Fide, le diocèse au XIXe siècle, la paroisse au XXe, l’Etat en France dans les années 1920…).

  • Les stratégies missionnaires permirent de riches confrontations sur la place des gestes et des paroles dans la mission, à l’exemple du « théâtre de la compassion » des jésuites italiens, comme avec l’utilisation du diable dans la prédication ou le rôle des langues vernaculaires (Breton ou Provençal) au XIXe siècle.

4Mais la richesse des échanges mit en évidence quelques permanences à travers les époques moderne et contemporaine : la place des réguliers, toujours indispensables pour réveiller les consciences et assumer un travail en profondeur, de ces jésuites fondant un collège après une mission à Pavie au XVIIe siècle aux franciscains lorrains à l’origine du CPMI ; le rôle des élites dévotes dans le succès des missions (de Calloët-Querbrat au XVIIe siècle à la Ligue des Femmes françaises vers 1900) ; la « mission-réveil » qui traverse les siècles, du Chablais baroque au Vaucluse de la Restauration ; et la grande question : comment perpétuer les fruits de la mission ? Des livres de piété, des confréries, un plantement de croix vont-ils suffire à entretenir la ferveur ?

5Surtout, dans ses conclusions, André Palluel-Guillard remarquait que les missionnaires n’ont jamais vraiment su ni voulu choisir, dans leurs méthodes envers leurs auditoires, entre le « choc » nécessaire et quelque peu « terroriste », et la séduction créatrice. Comment parler à « l’autre », le vaudois alpin, le grec de Venise ou l’ouvrier du XIXe siècle ? La persistance des enquêtes préliminaires sur le public concerné par la mission montre cette préoccupation chez les jésuites napolitains du XVIIIe siècle comme dans les grandes missions du Nord de la France dans les années 1950-1960. Plus que jamais, en cette fin de millénaire, la question est d’actualité pour les Eglises, maintenant que le principal ennemi du missionnaire n’est plus l’hérésie ou la superstition, mais l’indifférence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric MEYER, « Les missions intérieures du XVIe au XXe siècle »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 162-163.

Référence électronique

Frédéric MEYER, « Les missions intérieures du XVIe au XXe siècle »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/6997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.6997

Haut de page

Auteur

Frédéric MEYER

Institut d’Etudes savoisiennes - Université de Savoie-Chambéry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search