Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesSoutenances 1998Soutenances de thèseFrançois Boirel, Catholique en la...

Mélanges
Soutenances 1998
Soutenances de thèse

François Boirel, Catholique en laïcité : l’exemple de la Paroisse Universitaire. De Pierre Paris à Pierre Dabosville (1929‑1963)

Thèse de doctorat présentée devant l’Université Lumière‑Lyon 2, le 12 septembre 1998
Laurent Ducerf
p. 173

Texte intégral

Jury : M. Jean Beaubérot (EPHE, Paris), président ; M. Etienne Fouilloux (Université Lumière‑Lyon 2), rapporteur ; M. Yvon Tranvouez (Université de Bretagne occidentale, Brest) ; M. Jean‑Dominique Durand (Université Jean Moulin‑Lyon 3) ; M. Claude Prudhomme (Université Lumière‑Lyon 2).

1M. François Boirel, en étudiant la Paroisse universitaire, a permis de mettre en lumière un groupe mal connu de catholiques appartenant à l’enseignement public. Cette situation originale explique que François Boirel axe sa réflexion autour du thème de la laïcité. L’ensemble des interventions a souligné qu’il s’agissait d’un travail neuf et nécessaire pour connaître un groupe souvent évoqué mais jamais décrit.

2Comme le note M. Etienne Fouilloux, l’histoire de la Paroisse universitaire ne commence pas en 1929 mais en 1911. Il s’agit alors d’un regroupement de catholiques de l’Instruction publique fondé par le converti Joseph Lotte en 1911, les fameux « talas ». La première Paroisse universitaire s’interrompt pendant la Première Guerre mondiale, Joseph Lotte étant tué au combat en 1914. Elle renaît à Lyon, sous l’égide de Pierre Heinrich, professeur d’histoire au lycée du Parc, et un certain nombre de ses membres sont proches de l’Action Française. Après ce rappel nécessaire, la thèse s’ouvre sur la crise de 1929 qui voit Pierre Heinrich partir. Il est remplacé par le Père Paris. Le mot d’ordre est alors le repli sur le spirituel, le liturgique et le professionnel.

3C’est la phase suivante (1945‑1963) que M. François Boirel décrit le plus longuement. Elle est marquée par la personnalité du Père Dabosville, qui obtient en 1951, lors des Journées universitaires de Rome, une reconnaissance officielle de la Paroisse universitaire à la suite d’une audience de Pie XII. Elle est concomitante des affrontements autour de l’école privée qui ébranle la Quatrième République avant que la loi Debré n’apporte en 1960 un modus vivendi. La Paroisse universitaire se trouve dans une situation difficile, le SNI estimant qu’elle représente le loup dans la bergerie, et les partisans de l’enseignement privé se méfiant de ces catholiques qui prétendent pouvoir enseigner dans le public sans renier leurs convictions. L’essentiel du débat a donc porté sur les questions liées à la laïcité, « vécue à double front » (M. Yvon Tranvouez), et notamment la tension entre laïcité d’inclusion et laïcité d’exclusion. M. Claude Prudhomme met l’accent sur une double logique ; d’une part la Paroisse développe sa dynamique propre ; d’autre part, elle se trouve confrontée à plusieurs chocs qui ébranlent le catholicisme français dans son ensemble. M. Jean‑Dominique Durand regrette que la thèse épouse trop le point de vue interne de la PU et ne s’intéresse pas assez à l’épiscopat ou aux débats pédagogiques qui traversent la période. Enfin, M. Jean Beaubérot insiste sur l’écart qui existe entre la réflexion théorique de la Paroisse universitaire et la pratique réelle. Il insiste sur le fait que la mission assignée par Pie XII à la Paroisse universitaire, à savoir évangéliser un milieu coupé de l’Église, obère grandement l’action de cette dernière et apporte une puissante justification à ceux qui, au sein de l’enseignement public, se méfient des « talas ».

4Après une courte délibération, le jury a déclaré M. François Boirel docteur de l’Université Lumière‑Lyon 2 avec la mention « très honorable avec félicitations ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Ducerf, « François Boirel, Catholique en laïcité : l’exemple de la Paroisse Universitaire. De Pierre Paris à Pierre Dabosville (1929‑1963) »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 173.

Référence électronique

Laurent Ducerf, « François Boirel, Catholique en laïcité : l’exemple de la Paroisse Universitaire. De Pierre Paris à Pierre Dabosville (1929‑1963) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7022

Haut de page

Auteur

Laurent Ducerf

Institut d’Histoire du Christianisme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search