Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesSoutenances 1998Soutenances de thèseSylvie Geneste, Edouard Aynard, b...

Mélanges
Soutenances 1998
Soutenances de thèse

Sylvie Geneste, Edouard Aynard, banquier, député, mécène et homme d’oeuvres (1837-1913)

Thèse soutenue devant l’Université de Lyon 3, le 7 décembre 1998
Régis Ladous
p. 175-177

Texte intégral

Jury : MM. Gérard Cholvy (Université Paul Valéry-Montpellier, président, Bernard Delpal (Université Jean Monnet‑Saint Étienne), Jean-Dominique Durand (Université Jean Moulin‑Lyon 3) et Régis Ladous (Université Jean Moulin‑Lyon 3), rapporteur.

1Dans un texte abondant et fortement documenté, Sylvie Geneste montre qu’Aynard, c’est un monde. Un monde contrasté, insolite, une sorte d’entre-deux où vont se perdre les idées reçues. La candidate en a dressé la carte avec précision et minutie, sans donner dans les synthèses réductrices, attentive à montrer tout ce qui tranche chez cet homme rond. Un éléphant blanc est très facile ou très difficile à dessiner. Très facile, si l’on ne s’attache qu’à sa singularité. Très difficile, si l’on veut montrer que cette singularité n’exprime jamais qu’une connivence profonde avec des réalité sociales, culturelles, politiques et religieuses dont les cloisons institutionnelles et les clivages partisans ne rendent pas compte. Sylvie Geneste a choisi la bonne voie, la voie difficile, celle qui permet de nous demander : au fond, qui est donc Aynard ? Il semble qu’il se manifeste d’abord par une sociabilité complexe, qui tend à la fois vers la fermeture et vers l’ouverture, l’ouverture l’ayant finalement emporté.

2Aynard est un héritier. Mais pour apprendre son métier de banquier, il s’est formé Outre-Manche et Outre-Atlantique. Une partie de ses idées s’inspirent de l’Angleterre et, surtout, des États-Unis. Sa conception de la liberté, qui doit autant à 1776 qu’à 1789, son refus de la centralisation, son goût de l’association, cette idée que l’association doit précéder l’ État, dans tous les sens du terme, la conviction aussi que le Parlement doit contrôler le pouvoir exécutif, mais ne doit pas gouverner à sa place : tout cela vient plus de Washington que de Westminster et donne à la politique selon Aynard une allure tocquevillienne. Après les années de formation, Aynard s’est associé avec un protestant genevois, Alphonse Rüffer. Par profession, il est en contact étroit avec le monde de la Réforme et sa bourgeoisie d’affaires, qu’elle soit anglo-saxonne, allemande, helvétique ou lyonnaise, avec les Arlès-Dufour, les Cambefort, les Saint-Olive ou les Morins-Pons. C’est avec Emile Schulz, protestant d’origine allemande, qu’Aynard participe à la fondation de la Chambre syndicale de la Fabrique lyonnaise. A lire Sylvie Geneste, il semble que cette ouverture initiale ne se manifeste guère dans la constitution du clan. Aynard est le chef d’une famille dont les membres sont liés par un pacte et se retrouvent dans un sanctuaire, Fontenay. Pour ses fils aînés, il n’a recherché que des mariages utiles et de proximité : Marc, le prince héritier, épouse la fille du maire de Saint-Chamond, industriel et conseiller général. On ne saurait être plus raisonnable et moins ambitieux. L’étoile filante du clan, Jonnart, ne tarde pas à faire figure de pièce rapportée. Aynard transpose le modèle clanique du cercle familial au cercle de ses amis. On voit tout au long de la thèse qu’Aynard existe par sa famille mais aussi par des amitiés durables, où il se révèle aussi fidèle et aussi exigeant qu’auprès de ses enfants et de ses alliés. Il y a une bande à Aynard, un groupe d’intimes stables et peu nombreux. Ils ne sont pas tous catholiques. Mais ils sont tous lyonnais. Hors de Lyon, Aynard dispose de nombreuses relations. Mais pas d’un seul intime. Il y a là, dans le phénomène de clan du côté de la famille, dans le phénomène de bande du côté des amis, quelque chose qui explique la solidité d’Aynard mais aussi quelques-unes de ses limites, son côté « olympien » : il est visible, mais de loin ; et l’on y touche pas.

3C’est d’abord par l’action politique qu’Aynard devient autre chose qu’un héritier et un chef de famille. C’est dans le champ politique qu’il transpose ce que lui ont apporté sa formation et son expérience de banquier, ce côté anglo-saxon et protestant qu’il ne manifeste guère en famille, qu’il manifeste peu entre amis, mais qu’il manifeste assez clairement dans la lutte électorale et le travail parlementaire pour que le bourgeois catholique né rue du Plat et habitant place Bellecour devienne l’archétype du notable républicain progressiste, le disciple de Léon Say, le compagnon de route d’Alexandre Ribot, le faiseur de ministres dont le vote décisif porte Waldeck-Rousseau à l’hôtel Matignon. Il y a tout de même là un choix qui singularise Aynard. Non pas le choix de la république, qui n’est pas sa grande affaire, mais le choix d’une participation directe à la gestion de la cité, la recherche précoce et constante d’un mandat électif, le refus de l’économisme. Pour Aynard, le marché n’est pas le seul espace d’action et de décision, il y en a d’autres, à commencer par le Parlement. Sylvie Geneste montre bien qu’il n’y fait pas de la figuration, il y travaille. Un choix rare dans son milieu. La candidate note que dans la Chambre élue en 1898, il est le seul banquier. Au contraire de ses collègues de la haute finance, il ne s’en remet pas à des intermédiaires, des lobbies, des groupes de pression. Par sa volonté de défendre et d’illustrer l’action politique, sa nécessité et sa dignité, Aynard est de ceux qui ont su conjurer la tentation autoritaire, le fantasme du coup de balai, l’identification perverse de la démocratie aux chéquards et aux panamistes. Le choix de la république n’avait pas été sa grande affaire. Aynard n’est pas un Rallié. A lire la thèse de Sylvie Geneste, on voit bien qu’il n’a pas davantage la tripe républicaine, ce qui n’échappait à personne et suffit à expliquer le caractère tardif et inachevé de sa carrière politique. Sa grande affaire, celle qui marqua ses débuts politiques et l’accompagna toute sa vie publique, c’est la défense de la liberté municipale et de la liberté de s’associer. Depuis la loi municipale de 1884 jusqu’à la loi sur les associations de 1901, la République le satisfait pour l’essentiel, comme elle le mécontente pour l’essentiel avec la même loi de 1901, dès lors qu’une catégorie de citoyens, les congréganistes, est exclue de la liberté de s’associer. Aynard se retranche alors de la majorité de gouvernement, mais sans volte-face, sans renier quoi que ce soit de ses convictions. Cette constance est sans doute pour beaucoup dans sa réélection de 1902, un événement dont la candidate a bien fait de souligner l’importance car il contribue à acclimater dans le Rhône, et pour longtemps, une tradition centriste qu’assumera Laurent Bonnevay, mais aussi, à sa manière, Herriot vieilli et ses successeurs à la mairie de Lyon.

4Si l’on considère que la grande affaire d’Aynard a été la liberté de s’associer, il devient alors évident qu’il n’y a pas de clivage entre son activité financière, son activité politique et son activité sociale. Pour le banquier, pour le député, pour l’homme d’oeuvres, l’association volontaire fonde la seule action sociale qui vaille, « celle qui consiste à aider autrui à s’aider lui-même » [p. 235]. Dès 1870, il fonde avec un ingénieur protestant, Vautier, et un banquier protestant, Letourneur, l’Assistance mutuelle lyonnaise, destinée à prêter de l’argent sans intérêt ni garantie aux canuts qui veulent acquérir ou moderniser leur outil de production. Tout y est : le prêt gratuit au lieu de l’aumône ; la mutualité au lieu de l’assistance ; l’encouragement apporté aux vertus de prévoyance, d’entreprise et de savoir-faire ; la perspective d’amener ou de ramener les canuts sur le chemin de l’ordre et du progrès. La philanthropie passe par le développement de l’instruction et de l’enseignement professionnel, mais aussi par les vertus privées qui ne s’épanouissent qu’en famille. D’où ce faisceau d’associations destinées à consolider la famille, à commencer par l’aide au logement ouvrier : logement bon marché pour les travailleurs, logements gratuit pour les vieux travailleurs ; la famille étant si importante qu’il ne convient pas de séparer les couples âgés en les fourrant à l’hospice : d’où le soutien apporté par Aynard à la Cité Rambaud, ou Cité de l’Enfant-Jésus. D’inspiration chrétienne, la Cité Rambaud s’est constituée par la volonté de son fondateur et le soutien d’Aynard, en une société civile dont le conseil d’administration ne comporte que des laïques. Cette oeuvre éclaire bien la conception qu’il se fait de la religion et de sa place dans la société. C’est là l’un des points importants de la thèse : nous montrer ce que peut être un catholique véritablement libéral. « La religion », écrit Edouard Aynard en 1906, « doit renoncer absolument et sans retour à la direction politique ou matérielle du monde » [p. 221]. Mais elle ne se résume pas pour autant à la recherche du salut individuel. Elle n’enferme pas le prêtre dans la sacristie. Elle possède une dimension collective, elle s’incarne dans la société, elle prétend l’améliorer. Elle est représentative de ce mouvement de philanthropie chrétienne dont ne rend pas compte l’antithèse toute théorique du catholicisme bourgeois et du catholicisme intransigeant. Mais dont rend très bien compte la thèse de Sylvie Geneste.

5Une question reste ouverte : Le sentiment religieux qui inspire une telle attitude peut-il être fortement dogmatique ? Le catholicisme selon Aynard ne s’accommode guère de la doctrine sociale de l’Eglise. Mais s’accommode-t-il davantage de son ecclésiologie, voire de sa théologie ? Aynard croit en Dieu. Il croit en une relation personnelle avec Dieu. Il croit, et il l’écrit, que « chacun » doit interroger « sa conscience mise en présence de Dieu ». Mais va-t-il au-delà de cette exigence éthique ? Dans l’autobiographie de 1891, il se définit comme un « chrétien de coeur, sans savoir où il en est pour le reste ». Il écrit au pasteur Aeschimann : « Nous servons le même Dieu, sous des formes différentes ». Ce n’est pas rien que de réduire à des « formes » l’Eglise, ses sacrements et son culte. Ce n’est pas rien que de se livrer publiquement, et en 1905, à l’éloge du protestantisme qui allie, selon Aynard, « la liberté dans la croyance » et « la diversité dans [...] l’union [...] ». Le cas Aynard laisse ouverte la question du libéralisme catholique, de sa nature, de sa compatibilité avec le catholicisme complet qu’enseigne le magistère. C’est là que se trouve cette part d’inachèvement que comporte nécessairement toute biographie, et qui n’enlève rien à l’intérêt de la thèse de Sylvie Geneste pour décrire ce catholicisme pratiqué, majoritaire sans doute, mais peu visible puisqu’il ne s’inscrit pas dans le catholicisme institutionnel et militant.

6Aujourd’hui, il serait tentant de ne retenir d’Aynard que son mécénat qui a donné à Lyon le Musée des Tissus et l’abbaye de Fontenay au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais après avoir lu la thèse de Sylvie Geneste, Aynard apparaît comme l’un de ces hommes, heureusement nombreux au deuxième rang de l’histoire, qui ont contribué, dans une époque riche en affrontements et déchirements de toutes sortes, à resserrer malgré tout le tissu politique et social de la France. La candidate l’a bien montré : en dépit de ses 12 millions de francs-or et de sa « gidouille » agressivement capitaliste, il s’affirma non sans violence comme un homme de tolérance et de médiation. Sylvie Geneste a bien montré toute la passion et tout le caractère qu’il a fallu à des hommes comme Aynard pour marginaliser en France les grandes utopies de rupture et de salut global qui ont encombré le XXe siècle, quand elles ne l’ont pas ensanglanté. Ainsi la thèse de Sylvie Geneste dépasse-t-elle la biographie, et nous donne-t-elle une leçon de citoyenneté.

7Après avoir délibéré, le jury accorde la mention Très Bien à l’unanimité, avec les félicitations du jury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Ladous, « Sylvie Geneste, Edouard Aynard, banquier, député, mécène et homme d’oeuvres (1837-1913) »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 175-177.

Référence électronique

Régis Ladous, « Sylvie Geneste, Edouard Aynard, banquier, député, mécène et homme d’oeuvres (1837-1913) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7027

Haut de page

Auteur

Régis Ladous

Institut d’Histoire du Christianisme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search