Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesOuvrages récents des membres des ...Centre André LatreilleBernard Comte, L’honneur et la co...

Mélanges
Ouvrages récents des membres des centres d’Histoire religieuse à Lyon
Centre André Latreille

Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, 1940‑1944

Paris, Editions de l’Atelier, 1998, 303 p.
Laurent Douzou
p. 191-192
Référence(s) :

Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, 1940‑1944, Paris, Editions de l’Atelier, 1998, 303 p.

1998

Texte intégral

1Inexploré jusqu’en 1966 quand parut le travail pionnier de Jacques Duquesne, le thème de l’attitude des catholiques au coeur des années sombres de l’occupation fait aujourd’hui florès. Ou, pour mieux dire, la déclaration de repentance de l’épiscopat du 30 septembre 1997 n’en finit pas de propager son onde de choc.

2Devant cette profusion éditoriale, fort inégale, le profane peut éprouver un certain trouble : comment séparer le bon grain de l’ivraie ? Voilà pourquoi le livre de Bernard Comte est à marquer d’une pierre blanche. Son auteur mobilise une connaissance intime du sujet, fruit d’années de recherches et de réflexion sur ce terrain miné par une mémoire collective concurremment et simultanément amnésique, autoflagellante et accusatrice. Son livre délimite un territoire précis qu’il éclaire avec bonheur : celui des catholiques français en résistance. Avec des questions simples, si elles sont de résolution délicate : comment expliquer le choix des catholiques résistants ? Quelles formes revêtit‑il ? Dans quelles circonstances cet engagement vit‑il le jour ? Quels effets eut‑il sur la conscience chrétienne ?

3Il ne faut pas se fier au champ chronologique annoncé par le sous-titre : Bernard Comte est trop expert pour ne pas donner à comprendre cette histoire dans sa durée. Il remonte donc jusqu’au Syllabus de 1864 et même en‑deçà dans un chapitre inaugural qui campe heureusement le décor en livrant les clefs indispensables pour cet essai d’interprétation historique de données contrastées et complexes.

4Bernard Comte montre que l’opinion catholique française n’échappait pas à la veille de la guerre à la « confusion » et au « désarroi » qui marquaient la société dans son ensemble. Il décrit l’appui prêté par la hiérarchie catholique au régime de Vichy. Il montre surtout que ce soutien, à distance si encombrant, était fondé sur le « souci pastoral de saisir une chance de rechristianisation et de moralisation de la société française sous un bon gouvernement, légal et ami de l’Église. » D’où la prise de position de la conférence épiscopale de zone non occupée, présidée le 31 août 1940 à Lyon par le cardinal Gerlier : « La victoire accordée par miracle à nos armes insuffisantes et à nos armées dépouillées par soixante ans de laïcité de leurs valeurs spirituelles, eût été un contre sens et nous eût entraînés dans de plus graves erreurs de pensée et de conduite. Il importe donc de montrer au peuple le rôle providentiel et bienfaisant de la défaite. » C’était faire écho à la condamnation par Philippe Pétain, le jour même de l’entrée en vigueur de l’armistice, des « mensonges qui vous ont fait tant de mal. » Bernard Comte relève que cette position était synonyme de cécité sur « les enjeux globaux du conflit déclenché par l’Allemagne nazie, sur le terrain patriotique et humanitaire comme sur celui de l’intégrité de la foi chrétienne. »

5Dans un contexte où le sens critique des contemporains avait si gravement abdiqué, les « rebelles de l’été 1940 », c’est‑à‑dire ceux à qui leur conscience dictait d’emprunter la sente cahoteuse d’un refus plus que minoritaire, eurent un mérite éclatant. Décortiquant leurs motivations, Bernard Comte en dresse une typologie précieuse étayée sur des itinéraires brossés avec autant de retenue que de perspicacité. Il excelle à donner à voir la diversité de leurs itinéraires, qui n’est pas sans rappeler celle de tous les résistants, à quelque mouvance qu’ils aient antérieurement appartenu.

6Dans le droit fil des travaux de Pierre Laborie sur l’évolution de l’opinion au gré des années noires, Bernard Comte affine le cheminement des milieux catholiques dont la spécificité tient à la fois à l’ardeur de l’adhésion aux autorités spirituelles et à la vigueur des arguments des opposants. Travaillé par de fortes tensions, le milieu catholique mûrit, lentement, difficilement et inégalement, sous l’aiguillon d’une résistance spirituelle dont Bernard Comte ordonne la topographie. La clarté du propos, une érudition maîtrisée autorisent une peinture, qu’on pourrait qualifier au meilleur sens du terme d’impressionniste, des divers aspects de la résistance spirituelle d’où émerge l’impressionnante et austère figure de Paul Petit, diplomate engagé dès la fin 1940 dans une lutte contre le cardinal Suhard, défiant l’occupant et ses complices par la parole, arrêté en février 1942, fusillé à Cologne le 24 août 1944. Il y fallait une grande hauteur de vue tant la culture catholique de l’obéissance entraînait à adhérer à l’ordre existant la bonne conscience, au fond, ne faisait pas nécessairement bon ménage avec la conscience.

7On saura gré à Bernard Comte de pointer, dans son chapitre final intitulé « Engagement et théologie », la difficulté, propre aux catholiques, de franchir le Rubicon de la transgression de valeurs fort anciennes, éprouvées au fil des crises de l’histoire en même temps qu’apprises par coeur et aussi par imprégnation en quelque manière.

8Au total, l’ouvrage rendra grand service à tous ceux qui, au‑delà des excommunications faciles ou des anathèmes péremptoires, veulent comprendre comment une communauté qu’unissaient des valeurs de charité et de partage put pousser si loin et si longtemps l’aveuglement et par quels prodiges certains de ses fils réussirent à s’arracher à ce conformisme mortifère.

9Cette étude savante et rigoureuse, qui sait aussi être pédagogique, inspire tout de même une réserve et un regret.

10La réserve tient au fait que l’auteur n’intègre que partiellement les acquis les plus récents de l’historiographie de la Résistance : sa problématique eût probablement gagné à se frotter à ces avancées et à ces questionnements, quitte à les transposer, fût‑ce pour les réfuter.

11Le regret est plus fondamental : on conçoit mal que, dans une réflexion centrée sur les cheminements et les bouleversements des consciences, l’auteur ait choisi d’exclure les phases si essentielles du vécu douloureux de la répression. Pour nombre de résistants, la période consécutive à l’arrestation fut plus longue que celle de leur activité clandestine. Elle fut, de surcroît, d’une nature telle qu’elle intéressa au plus haut degré leur conscience, qu’elle fût au reste chrétienne ou non. Les lettres, notes et carnets d’Honoré d’Estienne d’Orves (utilisés ici à d’autres fins), le journal de prison de Boris Vildé, pour ne rien dire de quantité d’autres textes rédigés au coeur du désarroi le plus noir, auraient heureusement guidé et nourri la plume de l’auteur dont on eût apprécié de voir la pensée nuancée et experte aux prises avec ces écrits brûlants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Douzou, « Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, 1940‑1944 »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 191-192.

Référence électronique

Laurent Douzou, « Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, 1940‑1944 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7072 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7072

Haut de page

Auteur

Laurent Douzou

IEP de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search