Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesOuvrages récents des membres des ...Centre André LatreilleÉtienne Fouilloux, Une Église en ...

Mélanges
Ouvrages récents des membres des centres d’Histoire religieuse à Lyon
Centre André Latreille

Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962)

Paris, Desclée de Brouwer, 1998, (coll. « Anthropologiques »), 325 p., 160 F.
Denis Pelletier
p. 193-194
Référence(s) :

Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, Desclée de Brouwer, 1998, (coll. « Anthropologiques »), 325 p.

Texte intégral

1Comment écrire l’histoire intellectuelle du catholicisme au XXe siècle en substituant au discours de vérité qui est le coeur du débat théologique un récit historique dégagé de toute autre valeur que celles de l’empathie et de la critique ? La réponse d’Étienne Fouilloux tient dans ce récit où il s’entête à comprendre par quelles voies le catholicisme est passé de la réaction moderniste du début du siècle à l’aggiornamento de Vatican II. Entre la succession des crises - nombreuses - et des compromis - partiels - d’une part, l’affirmation par les protagonistes, quel que soit leur camp, de la continuité de la tradition catholique d’autre part, ce livre est aussi une réflexion sur la collision entre l’actualité du XXe siècle et la temporalité propre à l’Église. En ce sens, il aide à comprendre la place spécifique qu’occupe la sphère religieuse dans le monde contemporain, en croisant les enjeux internes à l’Église avec les impératifs du siècle : une « histoire non théologique de la théologie », en somme, selon une expression chère à l’auteur.

2Une des clés de lecture est le décentrement du débat intellectuel qu’a opéré la tentative moderniste de la fin du XIXe siècle, de l’apologétique traditionnelle vers la négociation avec la pensée moderne. Les instances traditionnelles du magistère, Rome, les évêques, les instituts et les séminaires, y perdent une partie de leur emprise au profit d’ordres religieux plus présents sur le terrain, jésuites et dominicains surtout, au profit aussi d’intellectuels laïcs qui prétendent désormais contribuer à la reformulation de la tradition : ce sont ces « théologiens en veston » dont Jacques Maritain est le modèle. Entre la réaction romaine enfermée dans un néothomisme scolastique et les dérives modernistes, ce décentrement permet la naissance d’un « tiers-parti » dans lequel Étienne Fouilloux voit le moteur du renouveau de la pensée catholique en France, et auquel la condamnation de l’Action française ouvre en 1926 un espace.

3Ce tiers-parti répond à une demande nouvelle, celle de l’Action catholique spécialisée, de la mission ouvrière, en un mot de la mouvance militante qui s’organise à la rencontre entre appartenance catholique et engagement social. Elle impose à ceux qui se font en quelque sorte ses intellectuels organiques une attention à la fois théorique et concrète à l’actualité : autant qu’un combat de légitimités concurrentes, l’affrontement entre Rome et l’aile marchante du catholicisme intellectuel est dès lors un affrontement d’habitus théologiques, qui oppose le théologien enfermé dans son studium au « théologien de service » engagé aux côtés des militants. Dans ce combat, Rome perd peu à peu la main, les années de Vichy accentuant le phénomène dans la mesure où elles ont à la fois discrédité le magistère et distendu les liens entre les intellectuels et la hiérarchie. Sans doute la crise progressiste des années 1950 et la série des condamnations qui jalonnent ces dernières montrent-elles que l’autorité s’efforce de tenir bon. Mais en récusant en 1926 l’alliance avec la réaction maurrassiste, Pie XI passait déjà compromis avec une sphère intellectuelle ordonnée au pluralisme. Et l’un des apports les plus neufs de cet ouvrage est de montrer comment, sur le terrain de l’exégèse et de la liturgie, parfois même sur celui de l’ecclésiologie quand elle évite de parler de « réforme » de l’Eglise, Rome est contrainte d’entendre une partie des revendications de la base, au prix d’un « réformisme par le haut » qui cède peu à peu afin de maintenir la légitimité de l’institution.

4Ce qui se dessine alors, c’est la voie d’un pluralisme théologique et philosophique qu’annonce déjà la diversité du « tiers-parti ». Quoi de commun en effet entre la mouvance thomiste, elle-même partagée entre le thomisme spéculatif de Maritain et celui, historicisé, d’un Gilson ou d’un Chenu d’une part, et, d’autre part, le « courant de l’intériorité spirituelle », véritable nébuleuse marquée par l’héritage de Blondel et Bergson, mais qui réunit sous le même chapeau les rédacteurs des Cahiers de la nouvelle journée, leurs adversaires personnalistes d’Esprit et les théologiens jésuites de Fourvière ? Peu de choses en somme, sinon cette attention commune au temps présent du monde, une stratégie de retour aux sources qui retire au camp romain et à ses relais français l’exclusivité du thème de la tradition, l’acceptation commune d’un certain nombre de valeurs de la modernité. Et peut-être aussi l’adversaire qui, en stigmatisant chacune des composantes du tiers-parti sous la même accusation de retour au modernisme et à partir du même argumentaire polémique, les renforce peu à peu dans le sentiment commun qu’il faut changer les règles du jeu. A la veille de Vatican II, le véritable combat n’est pas encore livré, mais l’édifice hérité du Concile de Trente est déjà sérieusement ébranlé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Pelletier, « Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962) »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 193-194.

Référence électronique

Denis Pelletier, « Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7082 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7082

Haut de page

Auteur

Denis Pelletier

Centre André Latreille - Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search