Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesOuvrages récents des membres des ...Les membres des centres d’Histoir...Régis Ladous, Un bonheur russe

Mélanges
Ouvrages récents des membres des centres d’Histoire religieuse à Lyon
Les membres des centres d’Histoire religieuse ont aussi publié

Régis Ladous, Un bonheur russe

L’Âge d’Homme, Paris, 1999, 204 pages. Chronologie, index
p. 195
Référence(s) :

Régis Ladous, Un bonheur russe, L’Âge d’Homme, Paris, 1999, 204 pages. Chronologie, index.

Texte intégral

1En 1894, le prince Nicolas Nicolaiévitch Népluyev fonde sur un domaine de 20.000 hectares, aux confins de l’Ukraine et de la Russie, une Confrérie ouvrière. Elle fédère des écoles professionnelles et des coopératives de production. Utopie réaliste, elle associe la vie communautaire et l’économie de marché. Elle prospère jusqu’en 1914 et survit jusqu’en 1920. Si elle ne constitue pas un modèle, elle présente un cas intéressant de promotion humaine et de succès économique dans une société civile qui s’émancipe se diversifie après une longue période de tutelle étatique. Elle ne représente pas la troisième voie rêvée par les slavophiles et les personnalistes, mais une méthode pratique d’éducation et de développement dans un pays qui se reconstruit, dans une Russie où la solution libérale ne peut être appliquée partout et sans délai. Un moyen aussi de retenir hors des débordements chauvins et des turbulences autoritaires des hommes qui n’ont pas l’expérience de la culture démocratique, une solution possible pour un pays trop grand et trop meurtri pour s’aligner, ici et maintenant, sur le modèle occidental. Ce que reconnut en son temps Pierre Stolypine. Le dernier homme d’Etat qui tenta d’éviter à la Russie la lutte de tous contre tous s’intéressa à la Confrérie ouvrière ; il tenta de l’aider avant d’être assassiné. Népluyev et les siens : une aventure à redécouvrir pour mieux comprendre la Russie d’aujourd’hui.

2L’ouvrage s’inscrit dans une recherche ouverte par deux ouvrages antérieurs :

31/ Fernand Portal et les siens (Paris, Cerf, 1985), où l’on voit comment ce lazariste contribua, entre autres, à faire connaître la Russie aux Français des années 1900-1914 ; il fut le maître de Pierre Pascal, l’ami de Népluyev et dirigea à la demande de Clemenceau, en 1917-1918, une mission d’information et de propagande qui s’appuya largement sur la communauté de Népluyev.

42/ De l’Etat russe à l’Etat soviétique, 1825-1941 (Paris, SEDES 1990), où R. Ladous montre le milieu de formation de Népluyev, ces slavophiles qui écrivaient en français, pensaient en allemand et imaginaient en russe. Il reconstitue aussi cet « Age d’Argent » qui permit à la communauté de s’épanouir en multipliant les contacts avec une nouvelle intelligentsia post-nihiliste, qui intégrait une orthodoxie renouvelée dans la remise en cause de l’autocratie tsariste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Régis Ladous, Un bonheur russe »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 195.

Référence électronique

« Régis Ladous, Un bonheur russe »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7088 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7088

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search