Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesOuvrages récents des membres des ...Les membres des centres d’Histoir...Éric Baratay, Zoos, histoire des ...

Mélanges
Ouvrages récents des membres des centres d’Histoire religieuse à Lyon
Les membres des centres d’Histoire religieuse ont aussi publié

Éric Baratay, Zoos, histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle),

Paris, La Découverte, 1998, en collaboration avec Elisabeth Hardouin-Fugier. Traduction allemande à paraître en 2000 aux éditions Wagenbach, Berlin
p. 196
Référence(s) :

Éric Baratay, Zoos, histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), Paris, La Découverte, 1998, en collaboration avec Elisabeth Hardouin-Fugier. Traduction allemande à paraître en 2000 aux éditions Wagenbach, Berlin

Texte intégral

1Il ne s’agit pas d’une histoire anecdotique ou technique des jardins zoologiques mais d’une volonté d’appréhender le regard de l’homme sur l’animal sauvage à travers les zoos, considérés comme de parfaits laboratoires d’études, de manière à comprendre pourquoi les hommes gardent des espèces sauvages auprès d’eux et pourquoi ces animaux attirent autant les curieux. Les bêtes sauvages n’ont jamais cessé de fasciner parce qu’elles révèlent des mondes inconnus et diverses formes de vie, interrogent sur soi-même et sur les autres, posent la question des identités, ébranlent ou confortent les certitudes. Mais leur enfermement en des lieux clos obéit à des motifs qui varient dans l’espace et le temps, comme le montre l’exemple de l’Occident à partir des grandes découvertes du XVIe siècle, qui amplifient l’intérêt pour les espèces exotiques. A « la passion des collections » de l’époque moderne, où les aristocrates, soucieux de se montrer, exposent ces merveilles de la nature dans des ménageries théâtralisées, succède « une volonté de maîtriser » la nature au XIXe siècle. L’urbanisation et la colonisation favorisent la constitution et la diffusion des jardins zoologiques où les animaux, importés par milliers, sont dressés à jouer le rôle de fauves vaincus, de bétail acclimaté et domestiqué devant un public de plus en plus nombreux. Ce dernier affirme « un désir de nature » au XXe siècle et les zoos, réaménagés, sont souvent perçus comme des îlots naturels, des ambassades d’une faune qu’on voudrait désormais respecter, côtoyer, préserver. Cet ouvrage s’inscrit dans le sillage des travaux précédents d’Éric Baratay, notamment L’Eglise et l’animal (France, XVIe-XXe siècle), Cerf, 1996, et « Les religions et l’animal », dans Boris Cyrulnik (dir.), Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale, Gallimard, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éric Baratay, Zoos, histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), »Chrétiens et sociétés, 6 | 1999, 196.

Référence électronique

« Éric Baratay, Zoos, histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle), »Chrétiens et sociétés [En ligne], 6 | 1999, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7093

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search