Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6MélangesIn memoriamPaul Mech (1911‑1999)

Mélanges

In memoriam
Paul Mech (1911‑1999)

Philippe Rocher
p. 203

Né à Lyon en 1911, orphelin de guerre en 1914, Paul Mech est entré dans la Compagnie de Jésus en 1928 après des études au collège des jésuites de cette ville, rue Sainte-Hélène. Ses qualités humaines et sa formation religieuse, avec sa « régence » comme professeur de lettres à Lyon et à Beyrouth puis ses années d’études théologiques au scolasticat des jésuites de Lyon-Fourvière, le firent « proche du modèle jamais dépassé de l’homme grec dans sa version chrétienne : équilibré, serein et constant, ouvert à tout ce qui est humain » dont parlait le préposé général Pedro Arrupe.

Bibliothécaire au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fut successivement en charge de bibliothèques parmi les plus prestigieuses, dont celles des Facultés de théologie et de philosophie de Lyon‑Fourvière, de l’Institut biblique à Rome ou du Centre-Sèvres à Paris. Dans les années quatre‑vingt, mué en archiviste, c’est lui qui organisa la fusion, en un même lieu à Vanves, des archives des quatre anciennes provinces jésuites de France.

Retiré depuis une dizaine d’années à la maison des Jésuites de la Chauderaie, à Francheville, car doublement affecté par une faiblesse cardiaque et, selon son mot, une surdité qui le forçait à la « réclusion », il n’en continua pas moins à réunir et à classer une riche documentation. Soucieux qu’elle serve au mieux le travail des historiens, lui qui considérait l’écriture de l’histoire comme « un service rendu à la Cité et à l’Eglise », iI accueillait bien volontiers, inlassablement serviable et dévoué, les historiens novices venus le solliciter en vue de réaliser leur diplôme universitaire. S’il leur fournissait sans ménager sa peine toute l’information nécessaire, comme aux historiens d’expérience jusq’aux plus chevronnés et à ses très nombreux correspondants, il savait aussi, en « bibliothécaire idéal », leur suggérer d’autres lectures voire guider ou réorienter leur questionnement. Personnalité discrète, d’une exemplaire modestie, ce grand érudit préférait faire connaître ses remarques et ses « critiques » lors de « conversations » où peut s’évoquer, sans le risque de blesser, un sujet parce que de part et d’autre s’expriment « les nuances nécessaires ».

Toujours curieux de connaître, pour mieux les soutenir et les encourager, les projets et les réalisations des équipes du Centre André Latreille et de l’Institut d’Histoire du Christianisme, il a fait don durant ces dernières années de séries de revues et de nombre d’ouvrages à la bibliothèque du Centre André Latreille qui constituent depuis lors le « fonds Mech ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search