Navigation – Plan du site

AccueilNuméros5MélangesColloquesL’École française de spiritualité...

Mélanges
Colloques

L’École française de spiritualité d’hier à aujourd’hui

Yves Krumenacker
p. 104-105

Texte intégral

1Sous ce titre s’est tenu à la Faculté de théologie de Lyon un colloque international les 24, 25 et 26 avril 1998. Le nombre de participants, environ 200 personnes, témoigne du succès de cette entreprise, succès attesté également par les réactions, les propos de couloir ou... l’achat de très nombreux livres sur le sujet ! Beaucoup de congrégations ou communautés étaient présentes : prêtres, religieux, religieuses ou associations de laïcs, qui vivent de cette spiritualité et attendaient de ces trois jours une réflexion sur leurs origines, mais également des étudiants en théologie et des historiens. Un public varié, pour un programme qui ne l’était pas moins, avec aussi bien de l’histoire universitaire que des témoignages contemporains.

2Après une ouverture par Monseigneur Christian Ponson, recteur de l’Université catholique et par M. Xavier Lacroix, doyen de la faculté de théologie, le colloque a débuté par une présentation par A. Lanfrey du livre d’Y. Krumenacker (L’école francaise de spiritualité, Cerf, 1998). La démarche du séminaire de recherche de la faculté de théologie dont est issu le livre a été exposée, ainsi que ses principaux résultats. S’il est indéniable qu’il existe un bérullisme, né de Bérulle, partagé par Olier, Jean Eudes, Vincent de Paul, Louise de Marillac, et d’autres, que certains caractères différencient d’autres spiritualités contemporaines, celui‑ci est très lié à son époque, le premier XVIIe siècle. Mais il s’est ensuite peu à peu transformé et s’est mêlé à d’autres courants spirituels. L’idée d’une école francaise qui aurait duré du XVIIe siècle à aujourd’hui est donc très critiquable. En particulier, les fondations du XIXe siècle sont apparues dans un contexte très différent de celui de la réforme catholique, même si on peut poser l’hypothèse d’une nouvelle « invasion mystique » dans les débuts du XIXe siècle.

3La séance suivante fut consacrée au XVIIe siècle. Après que le P. Sed eût expliqué comment les éditions du Cerf se sont lancées dans la publication de sources (notamment les Oeuvres complètes de Bérulle) et de nombreux ouvrages sur ce sujet, Y. Krumenacker a proposé de réfléchir sur les liens entre l’histoire et la mémoire, pour mieux caractériser la différence entre le bérullisme, objet d’histoire, et l’école française, construction de la mémoire, « lieu de mémoire « , pour reprendre l’heureuse expression de P. Nora. Le P. M. Dupuy a ensuite présenté les sources littéraires sur le sujet, puis Mme Bl. Delahaye a fait le point sur les récents travaux universitaires consacrés au bérullisme, avant de donner la parole à Mme Anne Ferrari, qui a fort brillament démontré la qualité de l’écriture de Bérulle et comment celle‑ci est au service de l’expression mystique. M. B. Hours a conclu en montrant comment la tradition de Bérulle a pu se maintenir dans un certain nombre de carmels français aux XVIIe et XVIIIe siècles.

4Le colloque s’est ensuite tourné vers l’actualité. Les ouvrages de vulgarisation sur la vie ou les oeuvres des principaux fondateurs ont été présentés. Puis des laïcs ou ceux qui les accompagnent ont témoigné de la manière dont ils ont rencontré cette spiritualité et comment elle les fait vivre. Ont ainsi été évoqués la communion oratorienne, les équipes Saint‑Vincent, les conférences de Saint‑Vincent de Paul, les associés au Bon Pasteur, les groupes de laïcs sud-américains liés aux eudistes.

5La dernière journée fut consacrée à l’étude de cette spiritualité, sous trois angles : le théocentrisme et l’humanisme, par le P. M. Dupuy ; la manière dont elle est au service de la liberté du chrétien, par le P. B. Pitaud ‑ ces deux communications étant très centrées sur les maîtres du XVIIe siècle ; la formation des prêtres dans les séminaires sulpiciens actuels, par le P. Ch. Bonnet.

6Il revenait naturellement au P. Dujardin, supérieur général de l’Oratoire, et donc successeur lointain de Bérulle, de conclure ce colloque, dont l’intérêt, on le voit, est grand aussi bien pour les historiens modernistes que pour les contemporanéistes ou pour tous ceux qui s’intéressent à la spiritualité. Les actes paraîtront en janvier 1999, dans la revue ThéoPhilyon (se renseigner à la faculté de théologie, 25 rue du Plat, 69002 Lyon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « L’École française de spiritualité d’hier à aujourd’hui »Chrétiens et sociétés, 5 | 1998, 104-105.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « L’École française de spiritualité d’hier à aujourd’hui »Chrétiens et sociétés [En ligne], 5 | 1998, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7162 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7162

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search