Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ArticlesReconnaissances sur les chemins d...

Articles

Reconnaissances sur les chemins d’une dévotion : l’enfant-Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement

Recognitions on the paths of a devotion: the Child Jesus and Margaret of the Blessed Sacrament
Bernard Hours
p. 64-95

Résumés

Le carmel de Beaune où vécut Marguerite du Saint-Sacrement à été l’un des foyers du renouvellement de la dévotion à l’Enfance, durant le deuxième quart du XVIIe siècle. Pour cette raison, il fut le destinataire d’une abondante correspondance (environ 1 800 lettres sont actuellement conservées et partiellement publiées) : demandes de prières ou de reliques, remerciements pour des grâces reçues, demandes d’association à la « Famille du saint Enfant-Jésus », etc. Ces lettres permettent de reconstituer les voies empruntées et les modalités de la diffusion de la dévotion au « petit Roi de gloire » et à Marguerite durant la première étape de son rayonnement, au cours des deux décennies 1640 et 1650. Cette étude s’appuie sur quelques exemples locaux ou régionaux, en précisant le rôle des différents acteurs : réguliers, séculiers et laïcs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roland-Gosselin (Jacques), Le Carmel de Beaune 1619 - 1660, Rabat, 1969, présentation critique des (...)
  • 2 Les deux premières sont, en 1654, celle de Jean Auvray, curé de Montfort-l'Amaury, publiée à l'impr (...)

1Marguerite du Saint Sacrement, entrée au Carmel de Beaune en 1630 et décédée dans les mêmes lieux en 1648 à l’âge de 29 ans, est bien connue pour son rôle dans le nouvel essor de la dévotion à l’Enfance au cours de la première moitié du XVIIe siècle. Les études qui lui ont été consacrées ne sont pourtant pas très nombreuses. Si l’on se fie au travail minutieux de Jacques Roland-Gosselin1, elle n’a fait l’objet jusqu’à aujourd’hui que de huit biographies effectivement publiées et il faut bien reconnaître que, passé le XVIIe siècle et la condamnation du quiétisme, l’intérêt qu’on a pu lui porter est bien retombé2. Mon propos n’est pas ici de reprendre l’étude d’une figure sur laquelle, disait Bremond, il y aurait un livre "délicieux à écrire". Cependant pour la compréhension des pages qui vont suivre, il n’est pas inutile de rappeler brièvement comment la dévotion à l’Enfance du Christ distingua la spiritualité de Marguerite, fit d’elle une personnalité hors du commun - aux limites parfois du pathologique au regard de l’anthropologie contemporaine - et lui conféra un attrait puissant.

  • 3 Cité par Bremond, op. cit., t. III, p. 539.
  • 4 Ibid., p. 539 et [Soeur Marie-Françoise Grivot], op. cit., p. 15-16.

2L’atmosphère qui régnait au Carmel de Beaune a sensibilisé Marguerite du Saint-Sacrement à l’Enfance dès les premiers mois qu’elle y a passé. D’abord parce que c’est une dévotion carmélitaine, encouragée par Thérèse d’Avila elle-même et importée en France avec les mères espagnoles venues y essaimer la réforme thérésienne. D’autre part parce que, comme Bremond le soulignait fortement, on lui a probablement fait connaître l’exemple de Catherine de Jésus, Carmélite du couvent parisien de l’Incarnation, dont Madeleine de Saint Joseph avait écrit une biographie préfacée par Bérulle et publiée en 1628. On avait évidemment lu le livre dans les Carmels et Bremond attire l’attention sur la réelle similitude dans la manière dont l’Enfant Jésus avait attiré à lui ses deux "petites épouses". Madeleine de Saint Joseph écrit de Catherine : "je dirai donc qu’en ce temps, Jésus-Christ l’attira à soi, et prit possession d’elle, la marquant de sa marque...et cet effet fut opéré par Jésus comme enfant lequel la prit à lui pour appartenir au mystère de son enfance"3. Or, le 20 août 1631, deux mois et demi après avoir reçu enfin l’habit de novice, trois semaines après sa guérison obtenue par le secours des reliques de Bérulle, Marguerite entend l’Enfant Jésus lui dire : "sois participante à l’état de mon enfance" ; il écrit "de son doigt sur le front de son épouse : voici ma petite personne"4. Lors de la cérémonie de sa profession, le 21 novembre 1631, tandis qu’en pleine extase, Marguerite est ravie en lévitation, l’Enfant Jésus la prend de nouveau pour "l’épouse de son enfance". Lors de l’Épiphanie 1632, elle rédige un acte de consécration en tant qu’ "épouse du Saint Enfant Jésus en sa crèche". A la Noël 1635 - Marguerite a prononcé ses vœux le 24 juin précédent - pour la première fois, elle porte dans ses bras l’Enfant de la crèche, grâce qui lui sera renouvelée plusieurs fois par la suite. Au mois de mars 1636, sur l’injonction de l’Enfant, elle institue les "Domestiques de la Famille du Saint Enfant Jésus". La dévotion commence dans la nuit du 24 au 25 mars, à minuit. Elle se prolongera et s’étendra par la création des "associés" à la Famille du Saint Enfant Jésus, prêtres, religieux ou laïcs ainsi directement reliés au couvent bourguignon, ou qui constitueront en plusieurs villes, comme nous le verrons, des confréries du Saint Enfant Jésus.

3A partir de cette date, commence pour Marguerite et pour le Carmel de Beaune une autre histoire. D’une part la relation exceptionnelle que la jeune carmélite entretient avec l’Enfant Jésus ne cesse de s’enrichir et de s’approfondir ; d’autre part, Beaune devient le foyer rayonnant d’une dévotion renouvelée à l’Enfance, fondée sur l’exaltation des vertus d’obéissance, humilité, innocence et pureté. Ce petit couvent, jusque-là méconnu et pauvre, est peu à peu révélé, d’abord aux milieux dévots et spirituels de Paris, puis sa réputation fait tache d’huile en Bourgogne et gagne une large partie du royaume.

  • 5 Soeur Marie-Françoise Grivot, archiviste du Carmel de Beaune, en a préparé avec soin et compétence (...)

4Dès avant son décès, mais plus encore après, Marguerite attire à Beaune une correspondance volumineuse émanée de milieux divers, de laïcs aussi bien que d’ecclésiastiques, séculiers ou réguliers, de presque toutes les régions de France, bien que le sud-ouest soit nettement moins bien représenté. De même, son tombeau, dans la chapelle du Saint Enfant Jésus qu’elle fit ériger de son vivant, va devenir le centre d’un pèlerinage actif, dont les Carmélites transcriront soigneusement sur leurs registres, les attestions de miracles survenus par l’intercession de Marguerite. Au total, plus de 1800 de ces lettres ont été conservées5. Représentent-elles la totalité des lettres effectivement reçues ? Certainement pas. Quant à savoir quelle proportion, toute certitude est impossible. Premièrement, cette proportion varie probablement selon les périodes. Si la plupart des lettres se situent entre 1642 et 1680, à l’intérieur même de cette "fourchette", les années 1654 à 1666 sont les plus fournies (778 lettres soit les deux cinquièmes de l’ensemble de la correspondance, pour 12 années seulement). Par ailleurs, si leur raréfaction à partir de la fin du XVIIe siècle traduit probablement un ralentissement de la correspondance qui n’a rien pour étonner en ces années où éclate la querelle dramatique du quiétisme et commence le "crépuscule des mystiques", on est plus surpris de leur absence totale entre 1728 et 1767 qui résulte plus certainement d’une perte ou d’une destruction - probablement à l’époque révolutionnaire - que de la défection de tout correspondant durant cette période : il ne manqua pas alors de prieures soucieuses d’entretenir la dévotion au Saint Enfant Jésus. Preuve que celle-ci s’est maintenue, certes avec un succès et une ferveur inférieurs à ceux du siècle précédent : l’existence de lettres, moins nombreuses (75 entre 1767 et 1786), mais assez régulièrement réparties sur les vingt dernières années de l’Ancien Régime.

  • 6 Ces lettres apportent un éclairage nouveau à l'étude de ce qu'il est convenu d'appeler encore la re (...)

5Cette correspondance revêt un caractère exceptionnel pour l’histoire de la spiritualité et de la dévotion. Alors que l’historien doit le plus souvent interpréter les manifestations de dévotion à partir de traces indirectes, ou aborder la spiritualité d’abord à travers les oeuvres des auteurs, les lettres conservées à Beaune constituent justement ces témoignages directs et spontanés qui font le plus souvent défaut. Elles nous offrent une occasion exceptionnelle de comprendre les mécanismes qui président à la naissance et à la diffusion d’une dévotion ; elles se situent précisément à ce point d’articulation entre la spiritualité et la dévotion que l’historien regrette si souvent de ne pouvoir saisir clairement. Dévotion née d’une spiritualité christocentrique vécue dans la plus grande intensité au Carmel de Beaune. Dévotion propagée ensuite au-delà de ce petit couvent sans distinction d’état. J’ai consacré d’autres pages à montrer comment le succès de cette dévotion tenait sans doute à sa remarquable faculté d’adaptation : les préoccupations spirituelles les plus élevées pouvaient s’y combiner sans heurt avec la recherche d’un recours contre le malheur des temps et les misères de la vie6.

6Je voudrais ici analyser par quelles voies la dévotion à l’Enfance s’est propagée à partir du Carmel de Beaune. Je ne prétends pas, dans les limites de cette courte étude, faire oeuvre exhaustive, mais seulement donner un aperçu des principaux intermédiaires qui ont rendu possible un tel rayonnement, et essayer de définir quelques procédures typiques du cheminement de cette dévotion. C’est pourquoi la période retenue est volontairement courte : elle va du début des années 1640 à la fin de la décennie 1650. Elle correspond à la première diffusion de la dévotion hors du Carmel de Beaune, étape au cours de laquelle sont forgés les instruments de "propagande" qui vont lui donner corps et lui permettre d’atteindre son plein rayonnement dans les années 1660 à 1685 environ.

L’écho oratorien

  • 7 Bremond, op. cit., T. III, p. 540.

7Les premiers propagateurs de la dévotion de la petite Marguerite furent, on le sait bien, les Pères de l’Oratoire qui avaient ouvert une maison à Beaune depuis 1624. Néanmoins, ce n’est pas à eux que l’on attribue traditionnellement l’influence bérullienne exercée sur Marguerite, mais, plutôt au climat qui régnait alors au Carmel, comme l’a souligné Bremond, et particulièrement à la lecture de la vie de Catherine de Jésus : " de la dévotion rigoureusement, exclusivement bérullienne, dont Catherine reste un modèle achevé, Marguerite fera une dévotion populaire, moins sublime, moins intérieure, moins exigeante, mais plus accessible, plus immédiatement pratique et plus humainement tendre "7. Reste à vérifier les rapports entre la dévotion de Marguerite et la spiritualité des "états" de Jésus-Christ développée par Bérulle, mais ce n’est pas ici notre propos. Les contacts entre l’Oratoire et Marguerite s’établissent aussi bien en amont qu’en aval, si l’on peut dire.

  • 8 Sur Gibieuf, cf. Ferrier (Francis), Un oratorien ami de Descartes, Guillaume Gibieuf, Paris, Vrin, (...)
  • 9 ACB vol. 39 f° 25, lettre du 25 juin 1642.

8En amont, parce que le Carmel a été placé sous la tutelle de l’Oratoire. Certes, au chapitre général de 1631, Condren avait renoncé, pour lui et ses successeurs, aux titre et fonction de visiteur qui avaient été confiés en 1614 à Bérulle, en tant que Général de l’Oratoire. Cependant, les Oratoriens ne furent pas pour autant écartés du gouvernement des Carmélites. Guillaume Gibieuf qui avait succédé à Bérulle comme supérieur en 1629 fut également désigné par le nonce comme visiteur en vertu des pouvoirs que lui avait conférés Urbain VIII en 1632 puis 1633. Réunissant en lui les deux pouvoirs de supérieur et visiteur, il accomplit sa première visite à Beaune dès 16338. Si deux lettres seulement échangées entre lui et Marguerite nous ont été conservées, il est sûr d’une part qu’il ne s’agit là que d’épaves, et d’autre part que leurs rapports passaient aussi - et sans doute plus souvent - par des intermédiaires, en particulier les prieures Marie et Elisabeth de la Trinité. Gibieuf aurait désiré que l’on ne parlât pas trop de Marguerite : "je crois que vous vous souvenez de la prière que je vous ai faite, de tenir ce trésor caché et que vous n’y manquez pas, et néanmoins, je me trouve obligé de vous en faire une nouvelle recommandation" écrivait-il en juin 1642 à Marie de la Trinité. Mais c’était par crainte des interprétations abusives ou malintentionnées que l’on pourrait faire courir à son sujet, et non pas parce qu’il se méfiait de la jeune mystique, ainsi qu’en témoignent ces lignes, extraites de la même lettre : "je vous remercie de ce que vous me mandez de la petite Sr Marguerite et vous supplie de continuer afin que je me joigne de plus en plus avec vous pour louer et bénir l’Enfant Jésus de ses grandes miséricordes sur elle et du progrès qu’il lui fait faire dans son innocence et sa pureté, cette appartenance si étroite et si singulière à son premier et humble état"9.

  • 10 Sur le rôle de Coqueret dans la diffusion de la dévotion beaunoise à Paris, cf. notamment notre com (...)
  • 11 ACB vol. 39 - 1 f° 96, Lettre du 6 novembre 1641. C'est nous qui soulignons.

9Mais Gibieuf, bien qu’étant à partir de 1640 le plus ancien des supérieurs du Carmel, n’avait pas pour autant une autorité absolue sur ses deux confrères. Et notamment sur Jean Coqueret, par ailleurs prêtre séculier et docteur en Théologie, qui, enthousiasmé par ce qu’il apprenait de Marguerite, ne se montrait pas aussi discret que l’eût souhaité son ancien. J’ai déjà souligné par ailleurs le rôle d’intermédiaire qu’il joua entre les Séguier, Renty, les Carmels de Pontoise et de Beaune10. Principal du collège des Grassins, il voulut attirer les élèves à cette dévotion : en novembre 1641, il demandait à Elisabeth de la Trinité de lui envoyer "trois petits Jésus d’un pied de haut au moins en bosse, qui aient le visage beau avec une belle chevelure et avec une robe assez belle qui d’une main porte le monde et de la droite donne sa bénédiction. Que la petite Sr [Marguerite] l’habille et me l’envoie pour nos enfants..."11.

  • 12 A leur sujet, voir Roland-Gosselin (Jacques), Le Carmel de Beaune, 1619 - 1660, Rabat, 1969, chapit (...)
  • 13 Analyse de ses ouvrages par Dudon, "La dévotion à l'Enfant-Jésus d'après le P. Parisot de l'Oratoir (...)
  • 14 Cf. ACB vol. 16 f° 20-21, lettre du P. Joseph Parisot à la prieure de Beaune, 18 novembre 1653.
  • 15 Cf. ACB vol. 16 f° 16-37, lettre à la mère Elisabeth de la Trinité.
  • 16 Cf. Dudon (Paul), "La dévotion à l'Enfance de Jésus d'après le P. Parisot de l'Oratoire", in R. A.S (...)
  • 17 Cf. ACB vol 39 - 6 f° 268, lettre de Marie de Jésus à la prieure de Beaune.
  • 18 De nombreux couvents s'associèrent aux dévotions accomplies le 25 de chaque mois : Bénédictines du (...)

10De plus, Gibieuf n’avait aucune autorité sur les Oratoriens beaunois qui ont connu Marguerite et ont été réceptifs très tôt à sa dévotion. Tous ses confesseurs, réguliers ou occasionnels, furent Oratoriens : les PP. Parisot et Chaduc, Languet et Carmagnole12. Le premier d’entre eux, le P. Parisot, parti de Beaune en 1643 après six années de supériorat, pour Dijon, puis Aix en 1652, a joué un rôle essentiel13. Il fut nommé à Rouen en 1659, puis de nouveau à Beaune et enfin à Langres. Jusqu’à la mort de Marguerite, il resta donc dans les parages bourguignons. Partout où il passait, il essaimait ou encourageait la dévotion beaunoise. En Provence, où certains de ses confrères, comme Bourgoing à Aix, avaient déjà beaucoup contribué à la faire connaître, il fut néanmoins à partir de 1652 l’un de ses principaux propagateurs : on retrouve trace de son apostolat à Aix où il obtint les bulles d’érection canonique de la Confrérie en 1653 et institua la même année le Petit Béthléem pour soulager les enfants pauvres14, mais aussi dans toute la région selon le bilan qu’il dressait de ses visites dans une lettre du 5 septembre 1655 : "je serais trop long à vous expliquer les grandes dévotions qui se font à l’honneur de la Ste Enfance au Saint-Esprit, à Avignon, à Lille [sic], à Cavaillon, à Arles, à Salon, à Apt, à Sorgues, à Barjoux, en quantité de monastères de Marseille et en plusieurs autres lieux [notamment Aulps ou Beaucaire] où la dévotion est publique15 ". C’est également à Aix qu’il composa l’Office du Saint Enfant Jésus, publié en 1653 pour guider les adeptes da la dévotion, et l’Explication de la dévotion à la Sainte Enfance de Jésus-Christ Notre Seigneur, paru en 165716. En octobre 1656, il était de passage à Toulouse pour y fortifier la dévotion déjà établie au Carmel de cette ville : pour soeur Marie de Jésus, "il est si rempli de la grâce de ce mystère qu’il est puissant pour y attirer...Il nous a communiqué de sa plénitude. Je crois qu’il laissera ici le Rd Père Leblanc très porté à établir cette dévotion"17. A Rouen, il fut également le principal instigateur d’une confrérie de l’Enfance, instituée le 25 mars 1661 dans l’église de l’Oratoire18.

  • 19 Cf. ACB vol. 16 f° 34 - 35, lettre de J. Parisot à la prieure de Beaune, 12 janvier 1655.
  • 20 Cf. ACB vol. 39 - 2 f° 43.
  • 21 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 215.
  • 22 Cf. ACB vol. 18 f° 139 -174, il écrivait au sujet de Marguerite : "je dirai que j'ai vu de mes yeux (...)
  • 23 Cf. notamment ACB vol. 39 - 8 f° 367 ou 39 - 7 f° 20.
  • 24 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 251 et 258.
  • 25 Cf. ACB vol 39 - 8 f° 6.
  • 26 Cf. ACB vol. 16 f° 91.

11Mais c’est aussi par sa correspondance que dès ses années de supériorat à Beaune, Parisot "exporta" ou soutint la dévotion à l’Enfance vers d’autres villes : en janvier 1655, il se préoccupe depuis Aix d’obtenir à ses confrères de Mâcon des bulles d’érection pour leur confrérie19. En témoigne aussi une lettre du P. Mazenod, de l’Oratoire de Lyon, écrite probablement en décembre 1642 et qui prend le P. Parisot pour intermédiaire de Marguerite tout en révélant la ferveur qui règne à l’Oratoire lyonnais : "...je vous supplie...de dire au Rd P. Parisot confidemment ce que vous connaîtrez que je doive faire à l’avenir selon la volonté de Dieu et pour la gloire du divin Enfant. Nous lui récitons tous les jours le chapelet de son enfance...Sans prendre la peine de m’écrire, il me suffira que vous disiez au Rd P. Parisot tout ce que le St Enfant vous dictera pour moi. Je me confie en ce père"20. Le confesseur de Marguerite se voit ici constitué en interprète des communications qu’elle reçoit de l’Enfant-Jésus : figure emblématique du statut que vont se donner les Oratoriens. A Lyon, la dévotion déborde bien évidemment hors de l’Oratoire. En octobre 1643, le prieur des Feuillants écrit à la prieure de Beaune pour lui assurer qu’il dira bien sa messe tous les 25 du mois selon la recommandation de Marguerite à qui il demande de lui obtenir par ses prières l’inspiration qui lui manque dans ses prédications21. S’il n’est pas établi qu’il a connu Marguerite par l’intermédiaire de l’Oratoire, il est bien certain que ce sont les Oratoriens qui ont joué le rôle principal dans la diffusion de cette dévotion à Lyon aussi bien auprès des laïcs que des maisons religieuses. Le passage à Lyon de l’un des confesseurs de Marguerite, le P. Carmagnole qui l’assista à ses derniers instants, n’a pu que raviver leur ferveur22. Parmi ceux qui écrivirent à Beaune, il faut signaler en particulier le P. Féret, actif à Lyon auprès de laïcs comme auprès des religieuses de l’Annonciade ou de la Visitation23, mais également bien au delà de la ville : c’est par lui que les Carmélites de Grenoble entrent dans la dévotion beaunoise, tant sa ferveur est communicative : "[il] est tout ravi quand il en parle. Nous croyons que si cela dépendait de lui elle [Marguerite] serait bientôt canonisée", écrit soeur Madeleine de Saint Joseph en septembre 165624 ; trois ans plus tard c’est lui qui procure aux Ursulines d’Ambert "tous les livres qui parlent de la divine enfance, imprimés depuis peu, avec celui de la vie de la Sr Marguerite du St Sacrement" et qui les fait inscrire dans la "confrérie de la Ste Famille du SEJ"25 ; il est d’ailleurs probable qu’il avait déjà servi de relais vers l’Auvergne quand en 1655, le P. Chaduc envoyait à Riom, via Lyon, "deux douzaines" d’exemplaires de la fameuse gravure de Stella qui ornait la biographie publiée par le P. Amelote26.

  • 27 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 350, lettre du 27 juin 1642.
  • 28 Cf. ACB. vol. 39 - 2 f° 45.
  • 29 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 417, lettre du 14 mars 1645.
  • 30 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 21, 10 octobre 1648.

12On pourrait citer encore bien des exemples, d’après la correspondance de Beaune, sur le rôle des Oratoriens dans la diffusion de la réputation de Marguerite du Saint Sacrement. Ainsi le frère Edmond Demessa, en résidence habituelle à Paris, parcourt la France et parle autour de lui de la petite Marguerite. Il met en relation les Ursulines du Pont-Saint-Esprit, en particulier la soeur Gabrielle de la Sainte Trinité, belle-soeur de la duchesse d’Aiguillon, avec le Carmel de Beaune où il fait parfois halte lors de ses déplacements27. En 1644 probablement, un autre oratorien, Pierre Nicolas, que nous n’avons pas pu localiser, écrit à Marguerite pour lui demander des prières pour "notre maison" et "plusieurs peines qui me font languir et rendent incapable de rendre service à nos confrères comme je le désirerais"28. Marguerite n’était d’ailleurs pas le seul attrait des oratoriens pour le Carmel de Beaune, véritable foyer spirituel : Pierre de Verneuil, professeur à Juilly, pour avoir confessé Marie de la Trinité, lui avait conservé une réelle dévotion, et c’est à elle qu’il pense d’abord lorsqu’il écrit en mars 1645. La demande de prières à Marguerite ne vient qu’après celle d’une station au tombeau de la prieure défunte29. A l’autre bout de la France, à Nantes, la Carmélite Anne de la Ste Trinité révèle que "même les personnes du dehors y [à Marguerite] ont recours, en ayant ouï parler aux Rds Pères de l’Oratoire qui ont eu le bonheur de la connaître"30.

  • 31 Détail révélateur, la biographie d'Amelote est beaucoup plus fréquemment citée dans les lettres de (...)
  • 32 Op. cit., p. 511.

13Formidable caisse de résonance échappant au contrôle des supérieurs de la communauté beaunoise comme de l’ordre, l’Oratoire est largement à l’origine de la réputation de Marguerite. C’est en effet la publication en 1654 des deux premières biographies qui lui furent consacrées, celle de Jean Auvray, L’Enfance de Jésus et sa famille honorée en la vie de la Soeur Marguerite du Saint Sacrement, religieuse du monastère de Beaune, mais surtout celle de l’oratorien Denis Amelote, La vie de Soeur Marguerite du Saint Sacrement, religieuse carmélite du monastère de Beaune, composée par un prêtre de la congrégation de l’Oratoire de Notre Seigneur Jésus-Christ, docteur en théologie", rééditée dès l’année suivante, qui donna un véritable retentissement à la dévotion naissante31. Néanmoins, si Amelote rédige son livre sur commande, il apparaît clairement que les autres Oratoriens rencontrés ici agissent à titre individuel parce qu’ils sont touchés personnellement par l’exemple de Marguerite. Bérulle semble parfois bien loin. Ils expriment une dévotion toute simple, largement orientée par l’inquiétude de trouver un soulagement à des épreuves communes ou individuelles d’ordre temporel plus que spirituel, beaucoup plus que par une contemplation élevée des "états" de l’Enfance. Faut-il, dans ces conditions, souscrire à l’idée formulée par Bremond, que "l’Ecole française fait sienne la dévotion de Beaune et tâche d’en sauver les éléments bérulliens" ?32 Même si l’on retrouve parfois dans cette correspondance des expressions marquées d’un sceau clairement bérullien, il ne convient peut-être pas de ranger si hâtivement sous une même bannière des courants plus autonomes qu’il n’y paraît.

Les voies du Carmel

14Deuxième réseau de diffusion, non moins actif, le Carmel. Il s’exerce dans deux directions : d’une part l’entretien de la dévotion au sein même de l’ordre, d’autre part, ce que l’on pourrait appeler un rayonnement de proximité, dans les villes où les couvents sont implantés.

  • 33 Cf. ACB. vol. 23 f° 87 et [Soeur Marie-Françoise Grivot], op. cit., p. 21.
  • 34 Cf. Chroniques de l'Ordre des Carmélites de la Réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction e (...)
  • 35 J. Roland-Gosselin, dans les t. V et VI du Livre XXXIX des ACB consacrés à la correspondance issue (...)
  • 36 Cf. Marguerite du Saint Sacrement, Correspondance..., op. cit., p. 155.
  • 37 Cf. Ibid., p. 24 - 25 : lettre 12 du 30 décembre 1635.
  • 38 Cf. ACB., vol. 39 - 5 f° 98.

15Au sein de l’ordre, on peut distinguer sans doute deux étapes. Dans un premier temps sont touchés les Carmels bourguignons, indépendamment de la frontière qui a séparé provisoirement le duché devenu français et le comté passé à l’Espagne. A Mâcon, les "Domestiques de la famille du Saint Enfant Jésus" furent institués en même temps qu’à Beaune dans la nuit du 24 au 25 mars 1636, et à Dole, dès le lendemain33. Il est probable qu’il en fut de même à Dijon et à Salins. Rien ne donne moins l’impression que ces Carmels vivraient repliés en leur clôture. Ils entretiennent des relations privilégiées du fait même de l’histoire de leur création34. Dijon, fondé en 1605, est à l’origine des Carmels de Chalon-sur-Saône (1610), Dole (1614), Beaune (1619) et Châtillon-sur-Seine (1621). Dole à son tour essaime largement en Franche-Comté : Besançon (1616), Salins (1627) - qui fonde Arbois (1647) - et enfin Gray (1644). Dernier Carmel proche de Beaune, Mâcon, est une fondation issue de Bourges en 1626, mais qui a reçu des Carmélites de Beaune. Bien des religieuses de ces communautés, envoyées ici ou là soutenir les débuts ou exercer provisoirement le supériorat, ont continué, une fois revenues dans leur communauté d’origine ou parties plus loin encore, à échanger des correspondances. Des contacts se sont ainsi établis entre les communautés, qui ont souvent perduré après la disparition des religieuses de la première génération, et dont témoignent les lettres conservées à Beaune qui proviennent surtout des échanges entre ce dernier couvent et ceux de Dole, Dijon, Chalon et Mâcon35. Le meilleur exemple, sans doute, de ces liens établis entre les couvents bourguignons reste celui de Thérèse de Jésus Languet, professe de Dijon, venue à la fondation de Beaune en 1619, retournée à Dijon en 1620, de nouveau à Beaune de 1622 jusqu’en 1626 date de son départ pour la fondation de Mâcon, où elle reste jusqu’en 1640 ; elle revient à Dijon de 1640 jusqu’à sa mort en 1661, hormis trois années à Beaune de 1648 à 1651 comme prieure. Sa lettre circulaire souligne que "son âme était fortement liée...à la sainte Enfance de Jésus qui faisait comme son élan intérieur et d’où procédait le culte extérieur qu’elle y rendait et tâchait d’y faire rendre en toute rencontre"36. Parmi les correspondantes les plus ferventes, il faut accorder une place toute particulière à Thérèse de Jésus Béreur professe du Carmel de Dijon (1613) et fondatrice du Carmel de Dole. Elle avait été en correspondance avec Marguerite37 et avait conservé un vif attachement à Beaune dont témoigne la première lettre qu’elle écrit après la mort de cette dernière : "Cette chère et angélique soeur daignait comme vous nous dites, ma mère, avoir de l’affection et bonté pour nous et nous avons toujours eu des sentiments d’amour bien tendres pour elle avec une grande estime de sa grâce et de son mérite... Croyez, ma plus chère mère, que si j’avais le pouvoir, devant notre bon J., vous en ressentiriez les effets car j’ai une grande inclination de le prier pour vous et votre sainte maison que nous aimons cordialement en N. S."38.

  • 39 Cf. ACB. vol. 39 - 5 f° 88. Il faut également préciser que la dévotion à l'Enfance était déjà bien (...)
  • 40 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 199, lettre de Sr Marie de Saint Élie, 13 juillet 1648.
  • 41 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 310, lettre de Sr Geneviève de Jésus, 2 septembre 1648.
  • 42 Cf. ACB vol. 39 - 5, f° 301, lettre de Sr Marthe de l'Incarnation, du Carmel parisien de la rue Cha (...)

16Dans un deuxième temps, ont été touchés les Carmels plus lointains. Le passage par la Bourgogne d’une mère ensuite nommée prieure dans une autre région est le processus le plus direct et le plus fréquent. On le verra plus loin à propos de la réception de la dévotion en Bretagne. Elle touche la Champagne de la même façon lorsque Marie de la Trinité d’Hannivel retourne à Troyes en 1640 après un priorat à Dijon où elle se fit à son tour la propagandiste du "Petit Roi de Gloire"39. Les communautés furent également sensibilisées par la circulaire nécrologique de Marguerite du Saint-Sacrement. Sa diffusion semble avoir été assez lente : en juillet 1648, la prieure de Riom se plaint de ne l’avoir pas encore reçue40 ; elle arrive à Verdun à la fin du mois d’août41. Elle semble aussi n’avoir pas suscité un enthousiasme universel, ce qui se conçoit fort bien puisque les circulaires de cette période étaient encore très brèves et n’apprenaient pas grand-chose sur la vie de la défunte, ou du moins guère plus que ce qui avait déjà pu être colporté par la rumeur42. De mai à décembre 1648, une dizaine de Carmels qui ne semblent pas l’avoir fait jusque-là, écrivent à Beaune au sujet de Marguerite, mais, dans la plupart des cas, il semble qu’ils connaissaient déjà l’existence hors du commun menée par Marguerite.

  • 43 Cf. ACB. vol. 39 - 5 f° 328, Lettre de Sr Madeleine de Saint Joseph, 10 janvier 1659.

17La dévotion beaunoise vient parfois en raviver une autre comme à Metz : à la fin des années 1630, étant dans une réelle détresse matérielle, les Carmélites de Metz s’étaient placées sous la protection de l’Enfant-Jésus. Depuis, "tous les premiers dimanches du mois, la communauté communie à cette intention, et à la fin des Vêpres, nous faisons une procession fort solennelle, avec les manteaux, la cloche sonnante, chantant les litanies de l’Enfant-Jésus, en allant à son ermitage où est une fort belle image en relief de ce divin Enfant en l’âge de 12 ans, c’est-à-dire de la grandeur et grosseur d’un enfant de 12 ans. Et qui plus est, cette dévote image nous a été donnée miraculeusement par une personne que nous n’avions jamais vue ni connue et dans le temps où la dévotion commençait à s’établir dans cette maison. Cela nous a fait croire que le SEJ l’avait agréable et aussi feu notre Rd P. Gibieuf y donna fort son approbation"43. Une association de dévotion avait été instituée à Metz, fondée sur "le chapelet et une confrérie de 9 soeurs pour honorer les 9 mois qu’il a reposé au sein de sa divine mère", reconnue tardivement par Rome en 1678. Cependant soeur Marie-Françoise Grivot souligne à juste titre la différence entre les dévotions messine et beaunoise : l’Enfant-Jésus était honoré en Lorraine pendant sa "vie conversante", et non pas dans le silence de sa petite enfance, avant 12 ans, comme à Beaune. Ce cas n’en est pas moins intéressant. Il révèle d’abord la grande autonomie des Carmels et leur créativité en matière de dévotion, dans les limites d’un encadrement ecclésial certain. Il montre aussi que la dévotion beaunoise pouvait se heurter à d’autres au sein de l’Ordre et éprouver de leur part un frein à sa diffusion. En effet, Madeleine de saint Joseph avoue que son couvent avait été en relation avec Beaune au début des années 1640 : l’Enfant Jésus aurait alors révélé à Marguerite qu’il était honoré à Metz et celle-ci avait aussitôt écrit à la prieure d’alors pour obtenir les noms des religieuses afin de les inscrire dans la "Famille" beaunoise. Mais la prieure, "n’ayant jamais eu connaissance particulière, ni de votre Ste maison ni de ma soeur Marguerite du Saint Sacrement et d’où elle pouvait avoir appris que l’on avait une dévotion particulière au SEJ" négligea tout cela. Il fallut la lecture de la Vie par Amelote pour dessiller les yeux des carmélites lorraines : comprenant qu’elles étaient passées à côté d’un "trésor de grâces", elles voulurent à leur tour en profiter et écrivirent spontanément à Beaune au début de l’année 1659.

  • 44 Cf. ACB. vol. 23 f° 340 - 359, publiées par Soeur Marie-Françoise Grivot cf. note 25.
  • 45 Cf. ACB. vol. 18 f° 359, lettre du 30 juillet 1649.
  • 46 Cf. ACB. vol. 39 - 10 f° 203, lettre du 20 septembre 1652.
  • 47 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 93, lettre de Sr Angélique de Ste Christine, "de Ste Ursule de Mâcon ce 19 j (...)
  • 48 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 412, lettre de Marie-Aimée de Rabutin, du 26 janvier 1658.
  • 49 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 357, lettre du 14 janvier 1656.
  • 50 Cf. ACB vol. 27 f° 533 V°.
  • 51 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 414, lettre de Marie-Aimée de Rabutin, du 7 septembre 1658.
  • 52 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 295, lettre du 9 mars 1658, et vol. 22 II f° 265-268 et 271-273.
  • 53 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 297, lettre de Sr Jeanne de Jésus, 5 mai 1660.

18Enfin, les Carmels ont pu constituer un foyer à partir duquel la dévotion s’est propagée vers des maisons appartenant à d’autres ordres ou congrégations, ou vers la société laïque. Pour quelques-uns d’entre eux, il est possible d’en repérer les modalités et les directions. C’est le cas notamment du Carmel de Mâcon qui fut l’un des premiers à entretenir une réelle union spirituelle avec la communauté de Beaune, en raison des années qu’y passa, comme nous l’avons vu, Thérèse de Jésus Languet. Marguerite y fut en correspondance avec plusieurs religieuses et en particulier avec Marguerite de Saint - Alexis des lettres à laquelle 21 sont encore conservées44. Dans les collections beaunoises, la première lettre venue de Mâcon et écrite par une personne extérieure au Carmel, a pour auteur un prêtre séculier, Humbert, éperdu de reconnaissance envers Marguerite par les prières de laquelle il s’est converti et a renoncé "aux mauvaises compagnies, aux boissons et au jeu"45. La première laïque qui se manifesta fut Marie Grillet, épouse d’Etienne Mathoud, premier président du bailliage et juge présidial de la ville, en septembre 1652. Si le doute subsiste pour le premier, il est évident que Marie Grillet qui déclarait avoir "l’honneur d’être une des plus grandes amies des carmélites non seulement de Mâcon mais de toutes celles de l’ordre" était adressée à Beaune par les Carmélites de sa ville : "j’ai remis entre les mains de la Rde Mère prieure de ce couvent l’argent pour les messes et cire estimant [sic] la grâce de la mère ce couvent qu’elle joindra avec la Sr Thérèse de St Joseph leurs prières aux miennes pour cela"46. Elle écrivit encore plusieurs fois à Beaune jusqu’en 1656 et vint en pèlerinage sur le tombeau de Marguerite. A la même époque, au milieu des années 1650, la dévotion avait également gagné les Ursulines et les Visitandines47. A ces dernières, la prieure du Carmel prêta en 1658 un portrait de Marguerite pour le mettre dans la crèche du couvent48. Même si nous retrouvons encore ici les Oratoriens, ce sont bien les Carmélites qui ont eu à coeur de gagner de nouveaux adeptes. En 1656, Baptiste Dupin, de l’Oratoire, rapportait que l’Enfant Jésus "est toujours bien honoré ici. La très chère Sr Marie de Saint-Joseph y a beaucoup contribué...et pour augmenter cette dévotion elle a fait depuis un an un grand nombre de petits jésus qu’on voit dans les plus considérables familles de Mâcon"49. Aussi, lorsqu’en septembre 1658, il vint célébrer neuf messes à Beaune en l’honneur de Marguerite c’était pour "quantité de personnes qui l’ont chargé de leurs besoins et de les offrir à notre sainte Sr"50. Cet Oratorien, qui assista Marie de St Joseph en ses derniers instants, était évidemment particulièrement lié au Carmel de Mâcon, peut-être même en était-il le supérieur. Mais il servit aussi d’intermédiaire entre les autres communautés mâconnaises et le Carmel de Beaune, puisqu’à son voyage de septembre 1658, il était porteur d’une lettre de la supérieure de la Visitation, Marie-Aimée de Rabutin51. La même année, des reliques de Marguerite prêtées par la prieure du Carmel, Jeanne de Jésus, guérirent miraculeusement la femme du Lieutenant criminel, Mlle Tupinié, comme elles avaient déjà opéré l’année précédente avec le même résultat sur une certaine Mme Coulon et M. Thomas, marchand de Mâcon, dont les attestations de guérisons furent soigneusement transcrites sur les registres de Beaune52. Ce sont aussi trois chanoines de Saint-Pierre, vivant en communauté "comme trois frères", qui "ont un tel respect pour notre sainte soeur que je ne vous le puis expliquer. Ils ont des livres de sa vie que notre Mère leur a fait venir de Dijon"53. L’exemple mâconnais n’est pas intéressant seulement parce que l’on ne sait pas grand-chose par ailleurs de ce Carmel qui ne se reconstitua pas après la Révolution et dont les archives et souvenirs furent largement dispersés à cette époque. Il nous permet en outre assez bien de reconstituer un processus type de la diffusion de la dévotion beaunoise. Le Carmel de Mâcon n’en est évidemment qu’un centre secondaire. La dévotion y est introduite par une religieuse qui a été en relation étroite avec Beaune, et celle-ci la communique à quelques-unes de ses soeurs qui s’y attachent particulièrement et en deviennent pour ainsi dire les "apôtres cloîtrées". Elle touche ensuite les familiers du couvent, ici des prêtres séculiers, et assurément une laïque qui à son tour diffuse autour d’elle, dans son milieu, celui de la magistrature. L’Oratoire, probablement "contaminé" lui-même directement par la maison de Beaune, joue le rôle d’amplificateur et par son intermédiaire la dévotion atteint à leur tour les autres communautés féminines de la ville. Les Oratoriens contribuent à éviter les déviances en canalisant les nouveaux fidèles vers Beaune. Restent les instruments de la propagande : reliques, portrait de Marguerite, statuettes de cire ; ils semblent se rattacher plus au merveilleux chrétien qu’à une spiritualité authentique. Ces reliques miraculeuses ont effectivement de quoi exercer un réel attrait, mais on ne peut pas envisager leur circulation dans la ville de Mâcon sans évoquer en même temps la surveillance qu’exercent en arrière-plan les Oratoriens. Les réseaux de la dévotion semblent bien contrôlés.

  • 54 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 27, lettre d'Anne-Marie de Saint Sébastien, 12 avril 1657.
  • 55 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 26, lettre de soeur Thérèse de Saint Charles, du 8 juin 1657.
  • 56 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 170, lettre datée probablement de mai 1659.

19Nous retrouvons à plusieurs reprises et en d’autres lieux ce rôle joué par les Carmels, ou parfois d’autres maisons religieuses directement en rapport avec Beaune, dépositaires du sacré et maîtres de sa circulation sous forme de reliques auprès des laïcs. Ainsi, les Ursulines d’Autun étaient-elles fréquemment sollicitées : "Je la [la prieure de Beaune] remercie... de la grâce qu’elle m’a faite de nous avoir envoyé des reliques de la mère Marguerite du Saint Sacrement. Je vous assure que la dévotion est si grande envers cette sainte que nous sommes persécutées pour en avoir"54, explique une religieuse. Ce sont des laïques qui servent de "contact" entre les deux communautés, mais les relations familiales d’un couvent à l’autre ne sont pas moins déterminantes. C’est le cas précisément entre les Ursulines d’Autun et le Carmel de Beaune. Dans le Morvan, soeur Anne-Marie de Saint-Sébastien est la soeur germaine de la Carmélite beaunoise Jacqueline du Saint-Esprit. Elles s’écrivent, mais leurs lettres passent par des intermédiaires : dans le sens Beaune - Autun, c’est Mlle Sousselier, probablement l’épouse de l’avocat du Carmel, qui se charge du courrier ; dans le sens inverse, c’est Mme Ravier, parente des deux religieuses et dont la fille prendra l’habit à Beaune en 1674. Le phénomène est encore plus net dans la région de Besançon au bourg de Villafans "où l’on a telle dévotion à cette bienheureuse soeur, écrit une carmélite, que nous sommes assez empêchées quand ils viennent ici à leur distribuer ce que nous avons de ses reliques et de ses images auxquelles ces bonnes personnes ont grande dévotion en sorte qu’il nous a fallu leur donner le reste que nous en avions, devant lesquelles ils font des neuvaines et en ressentent beaucoup d’assistance et grâces bien particulières"55. A Paray-le-Monial, c’est l’Ursuline Madeleine des Anges Rousseau, d’ailleurs cousine de Marguerite, qui se trouve à court : "il m’a fallu donner toutes les saintes reliques que j’en avais car l’on m’en demande avec tant d’insistance que j’ai tout donné"56.

  • 57 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 306, lettre de Madeleine de Jésus Maria, 2 septembre 1656.
  • 58 Cf. ACB. vol. 39 - 4 f° 335, lettre du 29 octobre 1656. .

20A Marseille, où l’on a vu déjà le rôle joué par les Oratoriens, la situation présente une légère variante : la dévotion est également bien partagée dans les communautés féminines de la ville, non seulement chez les Carmélites, mais aussi chez les Bernardines et à la Visitation. Néanmoins, le Carmel en reste le foyer et c’est dans sa chapelle que l’on vient faire dire des messes en action de grâces ou pour obtenir l’intercession de Marguerite : l’identité carmélitaine efface l’éloignement de Beaune et le charisme conféré au Carmel de Beaune par la présence du tombeau de Marguerite se transpose pour ainsi dire sur le couvent marseillais qui reçoit des ex-votos au même titre que la chapelle beaunoise57. Mais ici aussi la dévotion a débordé largement les couvents pour se répandre chez les laïcs. Arrivé au mois d’octobre à l’Oratoire de Marseille, le P. Edouard Butler découvre avec émerveillement la ferveur qui règne "en cette ville où la dévotion de la Ste Enfance, dès son commencement semble avoir atteint le but de sa dernière perfection. L’autel du SEJ y est fort magnifique. Les 25e y sont solennisés avec l’exposition su St Sacrement et grand concours de peuple qui communient, et le nombre des associés à la sainte Famille est, comme je pense au-delà de 3000 de sorte que cette dévotion est déjà presque la plus solennelle de Marseille"58.

  • 59 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 312, lettre du 5 mai 1655.
  • 60 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 228, lettre d'Angélique de la Sainte Trinité, du 23 juillet 1655.
  • 61 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 234, lettre du 4 novembre 1657.
  • 62 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 239, lettre de Marie-Madeleine de Jésus, du 13 décembre 1659.

21A Salins en revanche, si le Carmel est bien à l’origine de la dévotion dans la ville, les laïcs semblent beaucoup plus autonomes, faute d’un encadrement par les Oratoriens dont le relais n’est pris par aucune autre maison de réguliers. En 1655, A. Ramaguer écrit directement à Beaune pour obtenir de nouvelles reliques car "votre Révérence m’en avait donné mais je les ai distribuées à plusieurs qui s’en sont bien trouvés"59. Il semble d’ailleurs qu’elle soit venue assez fréquemment à Beaune dont elle connaît bien quelques religieuses. Elle fait assurément partie de "plusieurs personnes de cette ville qui ont grande dévotion à notre très honorée soeur Marguerite du Saint Sacrement de laquelle elles ont lu la vie", diffusée évidemment par les Carmélites60. Deux années plus tard, si l’on en croit Angélique de la Trinité, c’est une véritable épidémie de dévotion qui a gagné la ville : "...la dévotion au SEJ...règne à présent dans cette ville ds un point qui ne se peut dire. Il n’y a paroisse où il n’y ait 1 ou 2 associations et presque tous les particuliers veulent avoir des petits jésus de cire"61. Il semble que l’initiative soit venue de Mme Dandelot qui aurait commencé par réunir "une association de plusieurs demoiselles lesquelles tirèrent au sort le SEJ en la paroisse de St Jean de cette ville. Elles accompagnèrent cette dévotion de tous les actes de piété qui sont portés dans le petit livre fait pour ce sujet. Cette vertueuse dame, laquelle est fort amie de ce monastère n’eut pas sitôt commencé qu’il sembla un étincelle qui embrasa toute cette ville. Il y en avait par toutes les maisons religieuses, presque dans toutes les paroisses et c’était à qui mieux mieux. On ne parlait que du SEJ et de notre très honorée Sr Marguerite du Saint Sacrement. Cela continue toujours à présent. L’on a établi cette dévotion sous le titre de confrérie à la paroisse de Notre-Dame où il y a grand abord de monde et le peuple s’y porte d’affection. Pour notre couvent il y est entièrement dédié toutes nos mères et soeurs étant très liées à cette divine enfance"62. Le cas est intéressant et révèle une réelle souplesse de la dévotion beaunoise à l’Enfance : ici, où le cadre oratorien fait défaut, la dévotion, tout en restant reliée étroitement au Carmel et touchant essentiellement les femmes, comme à Rouen, s’insère semble-t-il tout naturellement dans le cadre paroissial.

  • 63 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 69, lettre de Soeur Angélique de Saint Joseph de Lionne de Lessein, du 20 ao (...)
  • 64 Ibid. ainsi que les lettres suivantes ACB 39 - 8 f° 71, du 22 octobre 1658 et f° 73, du 14 novembre (...)

22Il arrive enfin que le rôle d’un Carmel ne soit pas déterminant dans la diffusion de la dévotion. Ainsi à Grenoble, où il semble que d’autres intermédiaires aient été plus actifs. Nous avons déjà évoqué le P. Féret. Par ailleurs, quand les Ursulines veulent établir la dévotion dans leur maison, c’est l’influence de l’exemple provençal et en particulier celle des Ursulines de Siez qui s’exerce prioritairement : de nombreuses personnes viennent faire des neuvaines au "petit Jésus" devant sa statue et "il s’y fait des guérisons miraculeuses"63. C’est pourquoi les Ursulines voudraient à leur tour posséder une statue du "Petit Roi de Gloire" : mais pour l’obtenir de Beaune, elles ont recours au truchement d’un jésuite, le P. Orset, et à celui des Carmélites de Lyon64.

La part des laïcs

  • 65 Cf. Renty (Gaston Jean-Baptiste de), Correspondance, Paris, DDB, 1978 ; Triboulet (Raymond), Gaston (...)

23La diffusion de la dévotion ne repose pas seulement sur des réseaux conventuels qui existaient déjà et indépendamment d’elle. La correspondance conservée par le Carmel de Beaune met en valeur la spontanéité de personnalités diverses, personnellement émues par ce qu’elles ont pu apprendre de Marguerite du Saint Sacrement - et ici la biographie d’Amelote joue un rôle essentiel - et qui adhèrent d’elles-mêmes à une dévotion qui correspond à l’évidence à une de leurs attentes. On songe tout de suite à l’exemple du baron de Renty : il est trop bien connu pour que l’on y revienne ici65. Il est d’ailleurs d’autant plus intéressant qu’il n’est pas isolé : on retrouve ainsi d’autres laïques qui, sans jouer le même rôle spirituel, se mettent spontanément en rapport avec le couvent bourguignon et poursuivent ainsi avec lui des relations durables et fidèles.

  • 66 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 141, lettre de Lazare du Ban au P. Parisot, du 12 mars 1640 ; ibid. f° 108, (...)

24Les premières lettres de laïcs datent de l’année 1640 : ce sont deux habitants de Chalon, auxquels l’existence de Marguerite, et probablement les phénomènes extraordinaires de sa vie, ont été révélés par le P. Parisot. A travers elles, Marguerite n’apparaît pas d’abord comme la mystique de l’Enfance, mais comme une femme explicitement et suffisamment comblée de grâces, ainsi qu’en attestent les phénomènes paramystiques qui accompagnent ses extases, pour qu’elle soit capable de fléchir le ciel et susciter sa miséricorde : on lui demande des prières pour obtenir une guérison qui "d’un mal incurable... c’est un rhume qui me tombe sur la vue, sur l’ouïe et sur la joue"66, qui pour sa fille "qui court fortune de perdre l’oeil d’une difluxion survenue après ses couches et fièvres continues". Très tôt Marguerite a exercé un attrait en raison des pouvoirs exceptionnels que l’on attribuait à sa prière. Cette tendance à lui attribuer des pouvoirs thaumaturgiques débouchera, à sa mort, sur le culte de ses reliques et sur les pèlerinages accomplis sur son tombeau, directement ou par l’intermédiaire des religieuses auxquelles on écrira pour solliciter qu’elles y accomplissent des neuvaines. Mais peu importe, semble-t-il, le sens que Marguerite a voulu donner à sa dévotion à l’Enfant Jésus. Elle est plutôt une de ces créatures investie par le surnaturel - divin et non démoniaque - dont les hommes du début du XVIIe siècle ont tant besoin pour être rassurés.

  • 67 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 111.
  • 68 Cf. ACB vol. 27 f° 47 V° : attestation d'un demande de reliques par le baron de Saffre et sa femme, (...)
  • 69 Ibid. f° 68.
  • 70 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 86.
  • 71 Cf. ACB vol. 27 f° 424 V° et 432 V°.
  • 72 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 84.

25Mais une évolution semble se produire, provoquée encore une fois par le livre d’Amelote. Le témoignage des lettres envoyées par la famille Cléron-Saffre est éloquent à cet égard. La première, d’août 1642, se recommande aux prières de Marguerite pour obtenir une guérison67. Elle est suivie d’une longue interruption jusqu’au début des années 165068. On demande cette fois des reliques, demande renouvelée en février 1656 : "deux scapulaires pour ma femme et moi [ou] quelque chose qui ait servi à la Bienheureuse Marguerite du Sacrement". La réputation de Marguerite s’est donc confirmée et son crédit lui vaut une béatification spontanée. Et c’est alors seulement que l’on s’enquiert de l’endroit où l’on pourrait trouver "la Vie de Marguerite du Saint Sacrement Parigot", afin d’en savoir plus69. Efforts couronnés de succès si l’on en juge par le ton tout nouveau de la troisième lettre, écrite au début du mois de novembre 1656 : "je vs prie de ns offrir, vs et votre commté au SEJ à qui, par votre entremise, ns offrons ns et tte notre famille et par l’intercession de la Bhse Sr Marguerite du Saint Sacrement et mère Marie qu’il leur plaise demander pr ns, père, mère et enfant au SEJ qu’il ns rende tels qu’il désire que ns soyons pr sa + gde gloire, ns soumettant ts à sa ste volonté..."70. Un approfondissement a eu lieu : d’une part on en sait plus, comme le prouve l’invocation à Marie de la Trinité, d’autre part la dévotion s’est spiritualisée dans le sens d’une consécration et d’une recherche de conformité à la volonté divine. Si la lecture Amelote n’y est certainement pas étrangère, les visites accomplies au tombeau de Marguerite en mars et mai de la même année, ont également certainement influé dans le même sens71. L’aboutissement logique en est la demande d’admission "dans la famille du SEJ", faite le 25 septembre 165872. La correspondance va ensuite continuer, émaillée de cadeaux - pour orner la chapelle du "petit Roi de Gloire" ou pour aider matériellement le couvent - au moins jusqu’en 1667.

  • 73 Cf. ACB vol. 27 f° 390 V°.
  • 74 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 11, lettre du 1er avril 1655.
  • 75 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 143, dans cette lettre du 2 juillet 1655, M. de Feillens évoque "l'offre que (...)
  • 76 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 147, lettre du 13 septembre 1658.

26Autre cas d’un couple acquis d’emblée à la dévotion beaunoise, les Feillens, admis en 1658 à l’assemblée de la noblesse de Bresse. En mars 1655, Mme de Feillens vient sur le tombeau de Marguerite pour accomplir un voeu73. Le mois suivant, dans une lettre toute empreinte de ferveur, son mari demande à être "affilié à votre ordre et particulièrement à votre très sainte maison" et aussi à "être inscrit et agrégé à la sacrée famille" [des domestiques du Saint Enfant Jésus]74. A cette date, les deux livres d’Auvray et Amelote sont parus : il y a fort à parier que l’un ou l’autre a inspiré la ferveur de Léonard de Feillens et de sa femme, dont la correspondance dure jusqu’en 1693 au moins. Il n’est pas exclu d’autre part qu’ils aient été mis en relation avec Beaune par le Carmel de Mâcon75. Mais chez les Feillens pas plus que chez les Saffre, la compréhension du contenu spirituel de la dévotion n’exclut l’instrumentalisation de celle-ci comme recours contre les malheurs de la vie, dans une démarche qui relève de la plus traditionnelle "religion populaire". Et la diffusion de la dévotion autour d’eux passe d’ailleurs par le succès de ces recours. En septembre 1658, Léonard de Feillens obtient la guérison d’une de ses nièces, un bébé de deux ans dont la mère était aux abois, en "faisant présent [à celle-ci] d’un petit morceau de la robe que vs m’aviez envoyé et je lui inspirai de la mettre tremper dans un peu d’eau et de dire 3 pater et Ave avec confiance que la Bhse intercéderait pour elle"76. Or la même lettre nous informe d’une guérison opérée dans la même localité par d’autres reliques, probablement diffusées par les Feillens. A travers toutes leurs lettres, revient inlassablement la même demande : qu’on leur fasse savoir "les merveilles que Dieu opère par l’intercession de sa petite épouse". La soif du miracle, aisément compréhensible chez des parents qui perdirent quasiment tous leurs enfants, semble donc bien être un fondement essentiel de leur attrait à la dévotion beaunoise.

  • 77 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 164, 31 mai 1651.
  • 78 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 48, lettre de Marie Faubert à Dom René Faubert, 21 février 1656.
  • 79 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 177, lettre de Marie Faubert à Elisabeth de la Trinité, 1er avril 1656.
  • 80 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 337, la soeur Marie-Françoise de Montmorin écrit dans sa lettre du 8 juillet (...)
  • 81 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 263, lettre de Jeanne Mignard, du 5 avril 1655.

27Les Feillens ne sont pas les seuls à diffuser de la sorte autour d’eux les reliques de la petite Marguerite et du même coup la dévotion à l’Enfant Jésus. Le cas de Bourbon-Lancy, petite ville située dans le Bourbonnais, présente un autre cas de figure exemplaire. C’est probablement un Chartreux de Beaune, René Faubert, qui met la ville en relation avec le Carmel. Au printemps 1651, souffrant de paralysie, il s’était adressé à la prieure, Thérèse de Jésus, pour obtenir une neuvaine et des reliques, afin d’acquérir "une patience qui ait du rapport à celle de la Bienheureuse" et "demander à Dieu ma santé ou qu’elle me fût meilleure pr sa gloire et pr mon salut"77. Il avait eu connaissance de Marguerite par "qques papiers et recueils de sa vie", probablement prêtés par les Oratoriens beaunois. Mais à son tour, il se transforme en propagandiste auprès de sa famille qui réside justement à Bourbon-Lancy. A sa cousine Marie Faubert, il envoie le livre d’Amelote qu’elle lit “ avec beaucoup d’édification ”. Mais il est probable qu’auparavant déjà, il lui avait transmis les mémoires évoqués dans la lettre de 1651 puisque sa cousine lui écrit en même temps : "jamais je n’ai fait de la lecture de sa vie que je n’aie ressenti de nouveaux sentiments de dévotion"78. A moins qu’elle ne fasse allusion au livre d’Auvray, pourtant moins répandu. Elle a déjà obtenu des Carmélites "une pièce de son habit, du linge dans lequel elle [Marguerite] est morte", qu’elle prête "aux personnes affligées qui s’en sont bien trouvées : des personnes qui perdaient la vue, une femme en travail d’enfant [confusion révélatrice avec Sainte Marguerite, patronne des parturientes], d’autres malades à fait de mort qui se st bien portés après en avoir eu sur eux"79. La même dévotion est également partagée par sa soeur, Marguerite Faubert, qui demande également un des fameux "chapelet" et sa réception parmi "les domestiques de la Ste Famille de Jésus". Avec les deux soeurs, "il y a tant de personnes qui voudraient se faire recevoir dans la Ste Famille", dont les Visitandines de la ville qui obtiennent effectivement leur admission80. Le "réseau" dévot qui s’est ainsi organisé à Bourbon-Lancy met bien en valeur un trait majeur de l’organisation de la dévotion beaunoise. La hiérarchie entre réguliers et laïcs s’y trouve abolie : chacun peut jouer le même rôle : c’est un Chartreux qui attire ses cousines, mais à leur tour, en tant que laïques, elles attirent des religieuses. Un processus identique se déroule à la même époque à Dijon. Jeanne Mignard, parente de la mère Marie de la Trinité morte également en odeur de sainteté en 1643, diffuse le livre d’Amelote auprès des Chartreux du monastère de Lugny, dans le Châtillonnais, ainsi qu’auprès des Dominicaines de la capitale bourguignonne81. Ainsi le succès de la "confrérie" de dévotion fondée par Marguerite réside peut-être en cet égalitarisme qui permet aux laïcs de pénétrer un peu une intimité spirituelle habituellement protégée par la clôture et placée par elle dans une position traditionnelle de supériorité. A une époque où la recherche spirituelle devient très largement le fait des laïcs aussi bien que des clercs - ce que confirment largement les lettres reçues à Beaune qui mêlent étroitement la quête d’une sécurité et le souci d’une vie plus intérieure - Marguerite du Saint-Sacrement a ainsi apporté, nolens volens, une réponse aux attentes des fidèles.

Le cas breton : de l’enthousiasme au silence

  • 82 Dans une lettre de 1649 elle témoigne de la dévotion du carmel de Châtillon : "ce que je pourrais, (...)
  • 83 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 24, lettre de Thérèse de Jésus, du 19 octobre 1646.
  • 84 Cf. Lettre citée dans la note 48.
  • 85 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 157, lettre de Marie de Jésus, du 23 avril 1653, dans laquelle elle demande (...)

28La diffusion de la dévotion beaunoise en Bretagne mériterait à elle seule une étude spécifique. La première trace est une lettre de la prieure du Carmel de Nantes, Thérèse de Jésus, en octobre 1646. Elisabeth de la Trinité Quatrebarbes lui avait déjà écrit en 1644, probablement à l’occasion de son élection. Peut-être cette dernière lui avait-elle parlé de Marguerite. Il est encore plus certain que sa lettre était motivée par ce que lui avait dit Marie de Jésus, professe de Châtillon-sur-Seine, qui venait d’effectuer un séjour de quatre jours à Nantes, en se rendant à Morlaix où elle venait d’être nommée prieure. Ce n’était certes pas le chemin le plus direct, mais elle devait prendre au passage une Carmélite de Blois, Marguerite de l’Incarnation, également nommée sous-prieure à Morlaix. Or Marie de Jésus était devenue à Châtillon82 une dévote de l’Enfance et n’hésitait pas non plus à communiquer sa ferveur : "Elle m’a tant dit de merveilles de cette sainte âme [Marguerite] que vous avez que je n’y puis penser sans admiration."83. Elle gardait avec elle un des fameux chapelets, donné par le P. Parisot, et dont elle faisait volontiers profiter autour d’elle84. Ainsi s’explique l’implantation de la dévotion dans deux des Carmels bretons, Nantes et Morlaix. Elle illustre à la perfection le rôle de ces prieures itinérantes, si fréquentes à l’époque de la première génération des Carmélites. Car c’est encore Marie de Jésus que, lors de son séjour en Languedoc à l’automne 1656, Joseph Parisot va trouver à Toulouse où elle avait été élue prieure trois années plus tôt85 et où elle avait également établi une dévotion que notre oratorien venait consolider.

  • 86 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 262, lettre de Françoise de Jésus-Maria, du 4 septembre 1648.
  • 87 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 21, lettre d'Anne de la Ste Trinité, du 10 octobre 1648.
  • 88 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 353, lettre du mois de novembre 1649.

29Le Carmel de Guinguamp, lui, ne se manifesta pas avant le début du mois de septembre 164886. Jusque-là, comme beaucoup de Carmels, il ne semble pas avoir eu connaissance particulière de Marguerite, où plutôt s’être tenu à un prudent silence. S’il réagissait enfin, c’est qu’il venait de recevoir la lettre circulaire écrite par Elisabeth de la Trinité après la mort de Marguerite. Or la prieure de Guinguamp envoyait sa lettre par l’intermédiaire du Carmel de Nantes, dont la nouvelle prieure Anne de la Trinité était une professe de Guinguamp assurément gagnée à la dévotion beaunoise par sa nouvelle communauté ainsi qu’elle l’exprimait dans sa réponse à la lettre circulaire87. On retrouve cette réserve dans une lettre envoyée par Marie-Madeleine du Saint-Esprit, professe du Carmel de la rue Chapon à Paris et dans laquelle elle regrettait amèrement de n’avoir pas suivi quand il était encore temps, des conseils de Gibieuf, "nous ayant permis et même ordonné, dans le très grand besoin que nous avons de l’assistance de la très sainte Enfance de N..S., de lui écrire et nous nous sommes privée cette dernière année de cette consolation pour ce qu’ayant appris qu’elle était mal, j’attendais que sa santé fût meilleure afin d’avoir la consolation de recevoir encore quelqu’une de ses lettres"88. Ainsi, tout se passe comme si la circulaire diffusée par Elisabeth de la Trinité avait libéré d’un coup le désir – jusque-là plus ou moins contrôlé et bridé - de s’unir à la dévotion beaunoise.

  • 89 Elles se limitent à la lettre déjà citée de la mère Anne de la Sainte Trinité, cf. note 53.
  • 90 Cf. ACB vol. 25 f° 19 V° et 42 V°.
  • 91 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 354, lettre d'Angélique de Sainte Catherine, du 23 juillet 1655.

30Mais en Bretagne, le Carmel n’est semble-t-il pas très communicatif de sa dévotion. Auprès des laïcs, comme nous l’avons vu, les oratoriens semblent avoir été actifs au moins dès la fin des années 1640, bien que nous n’en ayons guère de traces89. Mais la dévotion beaunoise avait emprunté aussi une autre voie restée durant quelques années ensevelie dans le silence des cloîtres, celle des Dominicaines d’Elisabeth de l’Enfant-Jésus Baillou. C’est par l’intermédiaire de celle-ci qu’en 1652 probablement les religieuses du couvent Saint Dominique de Rennes furent inscrites au registre des Associés des Domestiques de la Sainte Famille90. Le lien avec Beaune s’était maintenu depuis car en 1655, on lit à Rennes un cahier "où il est déclaré toutes les particularités des impressions que [Marguerite] reçut de la Ste Passion et du martyre des Saints Innocents qu’elle porta, qui sont choses tout à fait miraculeuses et dont la lecture produit de grands effets"91. Mais jusqu’à cette date, il semble qu’en Bretagne la dévotion beaunoise soit restée confinée à l’ombre de quelques cloîtres.

  • 92 Cf. à son sujet Bremond (Henri), op. cit., t. 5 ; Catta (Etienne), art. "Du Houx (Jeanne)", in Dict (...)
  • 93 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 383, lettre du 4 février 1656.
  • 94 Cf. note 58. Mme du Houx était déjà en relation épistolaire avec le Carmel de Beaune. Quand le chan (...)
  • 95 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 363, cette lettre du 26 décembre 1665, qui émane du monastère de Saint Domin (...)
  • 96 Il s'agit de l'une des quatre communautés françaises de Carmélites chaussées, fondées par Françoise (...)
  • 97 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 391, lettre de Mme du Houx, du 28 avril 1658.
  • 98 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 196, lettre de décembre 1658.
  • 99 Ibid. En 1658 Mme du Houx envoie encore une autre liste comprenant les Visitandines de Vitré, cinq (...)
  • 100 Cf. ACB vol. 39 - 1 f° 209, lettre du 22 février 1656.

31Ici comme partout ailleurs, l’étincelle qui va faire littéralement éclater la dévotion à l’Enfance et à Marguerite du Saint Sacrement, c’est la publication en 1654 du livre d’Amelote. Une "intime amie" des Dominicaines de Rennes, Mme du Houx92, acquiert pour l’avoir lu une "singulière dévotion" à Marguerite du Saint Sacrement et, dès le mois de juillet 1655, demande à son tour, avec quelques autres religieuses d’être associée à la "Sainte Famille". Nul doute que le livre n’ait auparavant produit le même effet à l’intérieur du couvent, et que ce soit par les religieuses que Mme du Houx en ait appris l’existence. Or celle-ci est aussi la bienfaitrice du deuxième couvent de la Visitation établi à Rennes, dit Le Colombier, où elle est entrée en juin 1646, un an après son veuvage, sous le nom de Jeanne-Marie Pincson. Et, au mois de février 1656, les Visitandines demandent en bloc à être reçues "dans l’aimable association du SEJ"93. Mme du Houx, qui - ce n’est pas la moindre de ses ressemblances avec Gaston de Renty - “ a grâce particulière d’aider les âmes dans les voies de Dieu ”, et a regroupé autour d’elle, à la Visitation, quelques dames dévotes, va également contribuer à faire connaître Marguerite auprès des laïcs dévots, aussi faut-il lui envoyer beaucoup de reliques car "elle en fera part à grand nombre de personnes qui ont rapport à elle"94. Mais elle n’est pas la seule à contribuer au succès de cette dévotion nouvelle à Rennes. Son directeur, le P. Valentin de St Armel, Grand Carme de la réforme de Touraine, est, selon Angélique de Sainte Catherine, "le plus lumineux homme de ce siècle pour la conduite des âmes dans les voies de Dieu et qui possède une sainteté toute consommée"95. Directeur spirituel prisé des élites rennaises, le P. Valentin amène en ce Noël 1655 à la Famille de l’Enfant-Jésus treize laïcs, dont deux hommes seulement. On y trouve Gilles du Plessis Ravenel, conseiller au présidial de Rennes et sa femme, Perrine Penhouet ; la veuve d’un autre conseiller, Jeanne Brandin, dont le mari Jean de Budes, était mort en 1655, et qui était elle-même une cousine de Mme du Houx ; une autre parente de Mme du Houx, Perrine Pincson, dame du Boisrouvray ; Charlotte Constantin, épouse du marquis de Boisfévrier, et dont le frère était aussi conseiller au parlement de Bretagne, et plusieurs autres femmes "de grande condition", expression qui désigne la noblesse et plus probablement la robe rennaise. Un seul séculier - ici comme ailleurs, ils semblent les moins attirés par cette dévotion - le chanoine Dalerat. Mais beaucoup plus impressionnante est la liste des communautés religieuses bretonnes qui demandent leur affiliation. A Rennes : les Grands Carmes (huit au total), l’énorme communauté des Carmélites du Saint-Sépulcre96 (soixante-quatorze religieuses !), quatre bénédictines de l’aristocratique abbaye de Saint-Georges, toutes les dominicaines. Dans le Morbihan, les Ursulines de Vannes et de Ploërmel. Or dans le registre de Beaune, d’autres communautés se sont affiliées avant celles-ci : les Dominicaines de Dinan, les Augustines Hospitalières de Vitré et de Rennes, les Clarisses de Nantes (où Mme du Houx a une tante97), les Bénédictines d’Hennebont, les Ursulines (dont la supérieur Jeanne de Sainte Madeleine se déclare "l’intime amie" de Mme du Houx98), les Urbanistes (Clarisses) et les Bénédictines de Pontivy99. Le foyer spirituel rennais semble enfin avoir exercé un certain attrait en direction du Val de Loire : avec le groupe des séculiers rennais, on trouve un procureur du roi à Tours, Claude Sain, par ailleurs en correspondance directe avec Beaune ; s’affilie également le célèbre couvent des Ursulines de Loudun dont la supérieure n’est autre que la très célèbre Jeanne des Anges, "grande fille spirituelle du P. Valentin, dont la grâce et la sainteté n’est guère moins grande que celle de son père. C’est l’une des plus grandes et séraphiques amantes que le SEJ ait en ce présent siècle". Néanmoins Jeanne des Anges, également en correspondance suivie avec Mme du Houx qui est d’ailleurs venue à Loudun en 1654, ne semble pas avoir elle-même écrit au Carmel de Beaune, ou du moins n’en a-t-on conservé aucune lettre. A la fin du mois de février 1656, Elisabeth de la Trinité, prieure de Beaune, s’empresse de communiquer à Parisot, alors à Aix, les listes des nouveaux associés bretons, en signalant que, "s’ils avaient qquun pr les instruire ils feraient des merveilles en la Famille"100. Elle semble n’avoir jamais entendu parler, jusque-là, de Mme du Houx et du milieu dévot rennais : elle la présente, en reprenant les termes d’Angélique de Sainte Catherine, comme "une femme veuve d’une haute vertu et sainteté ; elle est de grande condition et toute consacrée au service de Dieu". Bien plus surprenant, alors que sa correspondante lui avait rappelé qui était Jeanne des Anges, la supérieure de Loudun, "héroïne" de l’une des plus célèbres affaires de possession au début des années 1630, elle n’en souffle mot. L’ignorait-elle ? Cela semble difficile puisque Jeanne avait suffisamment fait parler d’elle par sa "tournée triomphale" en 1638, qui l’avait menée jusqu’à Anne d’Autriche.

  • 101 Cf. ACB vol. 39 - 3 f° 223, lettre du 28 janvier 1658.
  • 102 Cf. ACB vol. 39 - 3 f° 224, lettre du 19 décembre 1659.
  • 103 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 18, lettre de Calliope d'Argentré, du 4 novembre 1659.

32A côté de ce "couple spirituel" formé par le P. Valentin et Mme du Houx, en fait en relation avec eux puisqu’il fréquente les Visitandines, un prêtre beaunois s’active : Marc Bourrée, chanoine de la collégiale Notre-Dame à Beaune. Il fut à Rennes un ardent propagandiste de la dévotion à l’Enfance, notamment auprès de laïques si l’on en croit l’une de ses deux lettres encore conservées : "J’ai 3 ou 4 malades des plus illustres de cette ville sous ma conduite qui vous prient de prier Dieu au tombeau de notre Soeur pour leur santé. Il y a aussi 2 filles dévotes qui se nomment Perrine Aligor et Françoise Odet qui vous prient faire inscrire leurs noms..."101. Le 25 novembre 1659 il prêche sur l’Enfance et obtient ainsi l’adhésion de "plus de cent personnes [à] cette sainte confrérie"102. Probablement est-il à l’origine de la confrérie du Saint Enfant Jésus à Rennes, mais nous n’en avons pas trace par ailleurs. A la même époque il a pour dirigée Calliope d’Argentré, l’épouse du Premier Président au Parlement de Bretagne103.

  • 104 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 380, le 20 avril 1658, la Visitandine Claude Agnès Barrin est obligée d'inte (...)

33On ne sait trop quand ni pourquoi il est arrivé à Rennes : à deux reprises dans ses lettres à Beaune, il évoque "notre affaire" sans qu’il soit possible d’élucider l’allusion. Est-il envoyé pour instruire les Rennais en la dévotion beaunoise, en réponse au voeu d’Elisabeth de la Trinité ? En ce cas, "l’affaire" ne serait-elle pas seulement l’institution d’une Confrérie de l’Enfance suggérée justement par Parisot ? Sa présence n’y est pas signalée dans les correspondances avant le mois de janvier 1657 et au mois d’avril 1658 il rentre subitement à Beaune104 : autrement dit son premier séjour n’aurait peut-être guère excédé une année. Mais à la fin de l’année 1659 il se trouve de nouveau à Rennes qu’il quitte définitivement semble-t-il en 1660. Ces allers-retours seraient-ils liés au silence d’Elisabeth de la Trinité sur Jeanne des Anges ? C’est une hypothèse que nous avançons en toute incertitude, car ce silence semble avoir un écho dans une autre correspondance, autrement plus célèbre que celle de Beaune, celle de Jean-Joseph Surin.

  • 105 Surin (J. - J.), Correspondance, publiée par M. de Certeau, Paris, Desclée de Brouwer, 1966, p. 811 (...)
  • 106 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 249, lettre de Joseph Poncet, du 14 juillet 1656.
  • 107 CF. ACB vol. 39 - 4 f° 251, lettre probablement écrite en novembre 1659.

34Ce "trio" mystique, composé par Mme du Houx, Jeanne des Anges et le Père Valentin, constitue le noyau privilégié de l’un des réseaux de correspondants les plus importants du Père Surin, auquel ce dernier se montre des plus attachés. C’est ici également qu’il convient de faire mention d’un autre apôtre de la dévotion à l’Enfance en Bretagne, également bien connu de Surin et Mme du Houx qui avait assisté en novembre 1659 à la retraite qu’il prêcha chez les cisterciennes de La Joie près d’Hennebont105, le Jésuite Joseph Poncet : adjoint depuis la fin de l’année 1658 aux PP. Maunoir, Huby et Jacquesson pour leurs missions bretonnes, c’est au Canada qu’il était devenu un dévot de l’Enfance. Son frère, conseiller en la Cour des Aides, membre de la Compagnie des Cent-Associés et plusieurs années secrétaire de la Compagnie du Saint-Sacrement, lui avait fait parvenir la biographie de Marguerite alors qu’il était curé de Québec106. A l’époque de sa prédication à Hennebont, il réclame à Beaune des "petits Jésus" dont il compte bien se servir pour "mettre cette dévotion en cette ville et ailleurs"107. Ainsi, la dévotion du "réseau Surin" à l’Enfant-Jésus de Beaune ne semble pas avoir été périphérique par rapport à sa spiritualité, les lettres en témoignent.

35Comment, dans ces conditions, expliquer d’une part le silence absolu de Surin sur Marguerite du Saint-Sacrement et sur Marc Bourrée - on ne peut imaginer que ses amis rennais ne lui en aient pas touché un mot -, d’autre part l’absence complète dans la correspondance de Beaune de toute lettre de Surin ou de Jeanne des Anges ? Rennes aurait pu être le point de rencontre entre une mystique et une dévotion. Certes, les traces - plus espacées - de la correspondance se poursuivent jusqu’à la fin du XVIIe siècle, mais les deux principaux protagonistes, Surin et le Carmel de Beaune, semblent s’être ignorés. Cette mystique et cette dévotion étaient-elles incompatibles ?

*

* *

36Deux étapes peuvent donc être distinguées dans la propagation de la dévotion beaunoise à l’Enfance. Dans un premier temps, la rumeur dont les Oratoriens et les Carmélites furent les premiers vecteurs. Elle suffit à propager la dévotion jusqu’à Paris ou en Provence, mais les Carmels et l’Oratoire en restent les principaux récepteurs. Puis, après la diffusion de la circulaire nécrologique de Marguerite du Saint-Sacrement dans les carmels, la deuxième grande étape qui élargit l’audience de la dévotion à l’Enfant-Jésus de Beaune fut la publication du livre de Denis Amelote. Le récit de sa genèse et des difficultés qu’elle rencontra est une autre histoire. Son succès fut immédiat et se traduisit d’abord par un afflux de lettres à Beaune : les années qui suivent immédiatement sa publication sont les plus fournies de toute la collection conservée. Nombreuses parmi ces lettres, celles qui justifient leur requête par l’admiration que le livre a provoquée pour Marguerite du Saint-Sacrement. L’aire de diffusion est vaste : on lit bien sûr la vie de Marguerite dans les réfectoires conventuels, on prête le livre à des couvents amis, chez les laïcs aussi il circule. Une lecture très minutieuse des archives beaunoises, hors de propos dans les limites de cet article, permettrait sans nul doute de reconstituer à la fois une géographie et une chronologie de sa diffusion. Qu’il suffise de prendre conscience du succès qu’il remporta de l’Artois au Languedoc jusqu’en Espagne, de la Franche-Comté à la Bretagne jusqu’à Québec. Le succès de la dévotion beaunoise tient probablement à ces deux facteurs : d’une part le livre et la diffusion de la pratique de l’écrit, la rend accessible à un public très large, en lui en expliquant la spiritualité. Elle permet aux laïcs de suppléer les religieux pour faire connaître, aussi bien à leurs semblables qu’à des communautés religieuses, la vie et les "merveilles" de la petite Marguerite. D’autre part le livre autorisant une appropriation individuelle, cette dévotion est associée sans difficulté au vécu de ceux qui lisent la biographie de Marguerite. Ils opèrent - d’autant plus que le livre d’Amelote joue avec une savante ambiguïté du merveilleux et du spirituel - une synthèse toute naturelle entre leur besoin de recours et protections surnaturels, leur désir d’intercesseurs dont le merveilleux garantit l’efficacité, et la spiritualité d’abandon qui sous-tend le culte de l’Enfance. Plus peut-être que les sanctuaires à miracles si fréquentés à la même époque, la dévotion beaunoise a bénéficié auprès des laïcs de ce commerce spirituel si simple qu’elle instaurait entre eux et les carmélites, constituées en intermédiaires efficaces du divin.

Haut de page

Notes

1 Roland-Gosselin (Jacques), Le Carmel de Beaune 1619 - 1660, Rabat, 1969, présentation critique des biographies de Marguerite du Saint Sacrement, p. 591-597.

2 Les deux premières sont, en 1654, celle de Jean Auvray, curé de Montfort-l'Amaury, publiée à l'imprimerie royale, et surtout celle de P. Amelote à Paris chez Pierre Le Petit. Les deux autres du XVII° siècle, publiées toutes les deux à Lyon en 1685 et 1687, sont contemporaines de la crise du quiétisme. Une seule biographie au XVIII° siècle, écrite par un curé bourguignon, Parigot, entre 1776 et 1778, mais restée manuscrite, probablement sur les conseils de Madame Louise ; deux au XIX° siècle, en 1856 et 1873, et deux au XX° siècle, en 1907 et 1929. Encore faut-il remarquer que la plupart de ces biographies sont tributaires de l'ouvrage d'Amelote, y compris la vingtaine de pages que Bremond consacre à Marguerite dans son Histoire littéraire du sentiment religieux en France, (t. 3, Paris, 1929, p. 532-552) dans lesquelles, de son propre aveu, il doit "se borner à résumer le plus brièvement possible l'excellente biographie" publiée par l'abbé Deberre en 1907, laquelle puisait largement son inspiration chez... Amelote. L'appel lancé par Bremond "à un jeune chercheur, mieux façonné à nos curiosités d'aujourd'hui", a largement obtenu une réponse avec la thèse de J. Roland-Gosselin, mais ce livre, antérieur aux renouvellements récents de l'histoire de la spiritualité, est actuellement difficilement accessible. Signalons l'utile brochure rédigée par Soeur Marie-Françoise Grivot, La vénérable Marguerite du Saint-Sacrement du Carmel de Beaune, 1619 - 1648, Carmel de Beaune, 1987.

3 Cité par Bremond, op. cit., t. III, p. 539.

4 Ibid., p. 539 et [Soeur Marie-Françoise Grivot], op. cit., p. 15-16.

5 Soeur Marie-Françoise Grivot, archiviste du Carmel de Beaune, en a préparé avec soin et compétence la publication intégrale ; le premier volume en est paru au second semestre 1997 : Marguerite du Saint-Sacrement, Correspondance. (Lettres reçues à son sujet), Livre I, 1631-1648, ERG-FORELLE, BP 16, 21850 Saint-Appollinaire. Les lettres de Marguerite ont été publiées dans Marguerite du Saint-Sacrement, Correspondance. Lettres écrites par elle, reçues par elle et écrites à son sujet, 1630-1648, prés. par Sr Marie-Françoise Grivot, Carmel de Beaune, 1991, 169 p. Je tiens à remercier tout particulièrement Soeur Marie-Françoise pour la générosité avec laquelle elle a bien voulu mettre à ma disposition les notes qu'elle a préparées pour cette monumentale édition.

6 Ces lettres apportent un éclairage nouveau à l'étude de ce qu'il est convenu d'appeler encore la religion populaire, malgré toutes les réserves faites à ce sujet depuis l'apparition du débat. Je développe ce point de vue dans la préface à l'édition de cette correspondance.

7 Bremond, op. cit., T. III, p. 540.

8 Sur Gibieuf, cf. Ferrier (Francis), Un oratorien ami de Descartes, Guillaume Gibieuf, Paris, Vrin, 1979 ; sur le gouvernement du Carmel cf. Morgain (Stéphane-Marie), Pierre de Bérulle et les Carmélites de France. La querelle du gouvernement, 1583-1629, Paris, Cerf, 1995 et sur les quatre décennies suivantes, aperçus dans la préface que j'ai donnée à Séguier (Jeanne de Jésus), Lettres à son frère, Chancelier de France 1643 - 1668, Lyon, Centre André Latreille, 1992. Dernière tentative de dresser une liste exacte des supérieurs et visiteurs généraux du Carmel de France dans Mellot (Jean-Dominique), Histoire du Carmel de Pontoise, t. 1, 1605-1792, Paris, DDB, 1994, p. 276-281, elle n'est cependant pas exempte d'inexactitudes : ainsi Jean Coqueret était déjà en fonction en 1641, date de sa première lettre conservée à Beaune, et non pas à partir de 1642 comme l'indique J.-D. Mellot.

9 ACB vol. 39 f° 25, lettre du 25 juin 1642.

10 Sur le rôle de Coqueret dans la diffusion de la dévotion beaunoise à Paris, cf. notamment notre communication au troisième colloque international organisé par le CERCOR à Tournus en 1992 sur le thème Les mouvances laïques des Ordres religieux : "Réseaux laïques de dévotion à l'Enfance autour du Carmel de Beaune : le cas parisien au XVII° siècle", Saint-Etienne, 1996, p. 451-461.

11 ACB vol. 39 - 1 f° 96, Lettre du 6 novembre 1641. C'est nous qui soulignons.

12 A leur sujet, voir Roland-Gosselin (Jacques), Le Carmel de Beaune, 1619 - 1660, Rabat, 1969, chapitre VI : "Les confesseurs de Marguerite du Saint-Sacrement".

13 Analyse de ses ouvrages par Dudon, "La dévotion à l'Enfant-Jésus d'après le P. Parisot de l'Oratoire (1657)", Revue d'Ascétique et de Mystique, t. 11, 1930, p. 135-155.

14 Cf. ACB vol. 16 f° 20-21, lettre du P. Joseph Parisot à la prieure de Beaune, 18 novembre 1653.

15 Cf. ACB vol. 16 f° 16-37, lettre à la mère Elisabeth de la Trinité.

16 Cf. Dudon (Paul), "La dévotion à l'Enfance de Jésus d'après le P. Parisot de l'Oratoire", in R. A.S.M., 1930, t. 11, p. 135-155.

17 Cf. ACB vol 39 - 6 f° 268, lettre de Marie de Jésus à la prieure de Beaune.

18 De nombreux couvents s'associèrent aux dévotions accomplies le 25 de chaque mois : Bénédictines du Val de Grâce, Dominicaines emmurées, Congrégation Notre-Dame, Carmélites et Ursulines de Pontoise, Bénédictines de Caen, ainsi que les maîtresses charitables des petites écoles rouennaises ; pour les hommes, outre les Oratoriens : le grand prieur de l'abbaye de Saint-Ouen, les Feuillants de Pontoise, quelques Bénédictins et Cordeliers, de rares parlementaires. A Rouen comme ailleurs, la dévotion beaunoise à l'Enfance semble d'abord concerner les femmes. Cf. Chaline (Nadine-Josette), Histoire des diocèses de Rouen - Le Havre, Paris, Beauchesne, 1976, p. 133.

19 Cf. ACB vol. 16 f° 34 - 35, lettre de J. Parisot à la prieure de Beaune, 12 janvier 1655.

20 Cf. ACB vol. 39 - 2 f° 43.

21 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 215.

22 Cf. ACB vol. 18 f° 139 -174, il écrivait au sujet de Marguerite : "je dirai que j'ai vu de mes yeux corporels et bien plus des yeux de l'esprit, Jésus-Christ vivant et Jésus-Christ mourant en cette sainte religieuse", cité par Roland-Gosselin, op. cit., p. 195.

23 Cf. notamment ACB vol. 39 - 8 f° 367 ou 39 - 7 f° 20.

24 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 251 et 258.

25 Cf. ACB vol 39 - 8 f° 6.

26 Cf. ACB vol. 16 f° 91.

27 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 350, lettre du 27 juin 1642.

28 Cf. ACB. vol. 39 - 2 f° 45.

29 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 417, lettre du 14 mars 1645.

30 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 21, 10 octobre 1648.

31 Détail révélateur, la biographie d'Amelote est beaucoup plus fréquemment citée dans les lettres de cette période, que son Manuel des dévotions de soeur Marguerite du Saint-Sacrement, publié également en 1655 et fréquemment réédité depuis, cf. Noye (Irénée), art "Enfance de Jésus (Dévotion à l')", in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, ou l'Explication de la dévotion à la Sainte Enfance de Jésus Christ Notre Seigneur, de Parisot, publiée à Aix en 1657 ; mais l'interprétation n'en est pas aisée : désintérêt pour les pratiques de dévotions proprement dites, par rapport aux récit des "merveillles" et à la recherche des reliques tutélaires ou des prières d'intercession ? Nous avons déjà vu que c’est entre 1654 et 1666 que les lettres conservées à Beaune sont les plus nombreuses : témoignage de l’apogée de la dévotion ou de la “ durée de vie ” du livre d’Amelote ?

32 Op. cit., p. 511.

33 Cf. ACB. vol. 23 f° 87 et [Soeur Marie-Françoise Grivot], op. cit., p. 21.

34 Cf. Chroniques de l'Ordre des Carmélites de la Réforme de Sainte Thérèse depuis leur introduction en France, deuxième série, 4 tomes, Poitiers, Oudin, 1887 ; Généalogie des couvents de carmélites de la Réforme de Sainte Thérèse, Carmel de Cherbourg, 1962 ; Marie de l'Enfant-Jésus (ocd), Carmélites d'hier et d'aujourd'hui. D'Espagne en Franche-Comté, Paris-Colmar, Alsatia, 1967 ; Mejia (Rafael ; ocd), Carmelos de Francia (1604-1990), col. "Carmelos del Mundo" n° 1, Editorial Monte Carmelo, Burgos, 1992. Il convient de mentionner encore le carmel de Sens, fondé en 1625 par un essaim venu surtout de Rouen mais dirigé par une professe du carmel de Tours, cf. Noirot (Alype-Jean), Le carmel de Sens 1625 -1975, Auxerre, 1975.

35 J. Roland-Gosselin, dans les t. V et VI du Livre XXXIX des ACB consacrés à la correspondance issue de 35 carmels, a dénombré 245 lettres de carmélites dont 8 carmels bourguignons et comtois (Besançon, Chalon, Châtillon, Dijon, Dole,Mâcon, Salins et Sens) ont fourni 79 lettres, soit environ le tiers ; et encore ces volumes ne contiennent-ils pas toutes les lettres écrites par des carmélites, op. cit. 557-558.

36 Cf. Marguerite du Saint Sacrement, Correspondance..., op. cit., p. 155.

37 Cf. Ibid., p. 24 - 25 : lettre 12 du 30 décembre 1635.

38 Cf. ACB., vol. 39 - 5 f° 98.

39 Cf. ACB. vol. 39 - 5 f° 88. Il faut également préciser que la dévotion à l'Enfance était déjà bien établie à Troyes avant même le retour de Marie d'Hannivel, et qu'elle se rattachait directement à l'inspiration thérésienne, cf. Chroniques..., op. cit., t. 3, pp. 503 - 546, ce qui concerne Elisabeth Vignier de Ricey, en religion Elisabeth de Jésus, contemporaine de Catherine de Jésus et de Marguerite du Saint-Sacrement. Une comparaison reste à faire sur les "petites épouses" de l'Enfant-Jésus, dans les carmels de la première moitié du XVIIe siècle.

40 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 199, lettre de Sr Marie de Saint Élie, 13 juillet 1648.

41 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 310, lettre de Sr Geneviève de Jésus, 2 septembre 1648.

42 Cf. ACB vol. 39 - 5, f° 301, lettre de Sr Marthe de l'Incarnation, du Carmel parisien de la rue Chapon : elle regrette que la prieure de Beaune ait été "grandement silencieuse, ds sa lettre de mort, des grâces extraordinaires qu'elle a reçues durant sa vie" (15 juin 1648).

43 Cf. ACB. vol. 39 - 5 f° 328, Lettre de Sr Madeleine de Saint Joseph, 10 janvier 1659.

44 Cf. ACB. vol. 23 f° 340 - 359, publiées par Soeur Marie-Françoise Grivot cf. note 25.

45 Cf. ACB. vol. 18 f° 359, lettre du 30 juillet 1649.

46 Cf. ACB. vol. 39 - 10 f° 203, lettre du 20 septembre 1652.

47 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 93, lettre de Sr Angélique de Ste Christine, "de Ste Ursule de Mâcon ce 19 juillet 1655", et ibid. f° 412, lettre de Marie-Aimée de Rabutin, de la Visitation Sainte-Marie, 26 janvier 1685.

48 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 412, lettre de Marie-Aimée de Rabutin, du 26 janvier 1658.

49 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 357, lettre du 14 janvier 1656.

50 Cf. ACB vol. 27 f° 533 V°.

51 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 414, lettre de Marie-Aimée de Rabutin, du 7 septembre 1658.

52 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 295, lettre du 9 mars 1658, et vol. 22 II f° 265-268 et 271-273.

53 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 297, lettre de Sr Jeanne de Jésus, 5 mai 1660.

54 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 27, lettre d'Anne-Marie de Saint Sébastien, 12 avril 1657.

55 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 26, lettre de soeur Thérèse de Saint Charles, du 8 juin 1657.

56 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 170, lettre datée probablement de mai 1659.

57 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 306, lettre de Madeleine de Jésus Maria, 2 septembre 1656.

58 Cf. ACB. vol. 39 - 4 f° 335, lettre du 29 octobre 1656. .

59 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 312, lettre du 5 mai 1655.

60 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 228, lettre d'Angélique de la Sainte Trinité, du 23 juillet 1655.

61 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 234, lettre du 4 novembre 1657.

62 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 239, lettre de Marie-Madeleine de Jésus, du 13 décembre 1659.

63 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 69, lettre de Soeur Angélique de Saint Joseph de Lionne de Lessein, du 20 août 1658.

64 Ibid. ainsi que les lettres suivantes ACB 39 - 8 f° 71, du 22 octobre 1658 et f° 73, du 14 novembre 1658 ; vol. 39 - 4 f° 273, lettre du P. Orset, du 28 octobre 1658 et f° 276, lettre du 23 novembre 1658.

65 Cf. Renty (Gaston Jean-Baptiste de), Correspondance, Paris, DDB, 1978 ; Triboulet (Raymond), Gaston de Renty 1611 - 1649. Un homme de ce monde, un homme de Dieu, Paris, Beauchesne, 1991 ; Pitaud (Bernard), Histoire d'une direction spirituelle au XVIIe siècle. Gaston de Renty - Elisabeth de la Trinité, Paris, Cerf, 1994.

66 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 141, lettre de Lazare du Ban au P. Parisot, du 12 mars 1640 ; ibid. f° 108, lettre de A. Bernard, du 21 mars 1640.

67 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 111.

68 Cf. ACB vol. 27 f° 47 V° : attestation d'un demande de reliques par le baron de Saffre et sa femme, dans les années 1651 - 1652.

69 Ibid. f° 68.

70 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 86.

71 Cf. ACB vol. 27 f° 424 V° et 432 V°.

72 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 84.

73 Cf. ACB vol. 27 f° 390 V°.

74 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 11, lettre du 1er avril 1655.

75 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 143, dans cette lettre du 2 juillet 1655, M. de Feillens évoque "l'offre que m'a fait la très Rde mère prieure de Mâcon qui m'a permis de joindre ma lettre à son paquet...".

76 Cf. ACB vol. 39 - 9 f° 147, lettre du 13 septembre 1658.

77 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 164, 31 mai 1651.

78 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 48, lettre de Marie Faubert à Dom René Faubert, 21 février 1656.

79 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 177, lettre de Marie Faubert à Elisabeth de la Trinité, 1er avril 1656.

80 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 337, la soeur Marie-Françoise de Montmorin écrit dans sa lettre du 8 juillet 1656 : "qques personnes auxq. ns avons gde obligation ns ont procuré le bonheur d'être enrôlées ds la Ste Famille", il est vraisemblable qu'elle fait ici allusion aux soeurs Faubert.

81 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 263, lettre de Jeanne Mignard, du 5 avril 1655.

82 Dans une lettre de 1649 elle témoigne de la dévotion du carmel de Châtillon : "ce que je pourrais, ce me semble, assurer, c'est que la commuanuté de Châtillon, avait une grâce bien particulière de dépendance et de relation au divin Enfant Jésus que j'ai crue lui être venue par les saintes prières de notre Bhse Sr, car quoique cette maison soit dédiée à la Nativité, il me semble qu'il y avait opposition de se lier à ce mystère précis, à ce que, par une dévotion que l'on fit à l'Enfant Jésus représenté par une image que notre Bhse Sr avait faite. Depuis ce temps, la grâce de l'Enfance a été très forte et très puissante dans les âmes et en 4 ans et plus que j'ai passé en charge depuis, j'ai remarqué des progrès notables", cf. ACB vol. 39 - 5 f° 349.

83 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 24, lettre de Thérèse de Jésus, du 19 octobre 1646.

84 Cf. Lettre citée dans la note 48.

85 Cf. ACB vol. 39 - 11 f° 157, lettre de Marie de Jésus, du 23 avril 1653, dans laquelle elle demande des prières sur le tombeau de Marguerite, venant d'apprendre de Charton sa nomination comme prieure à Toulouse.

86 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 262, lettre de Françoise de Jésus-Maria, du 4 septembre 1648.

87 Cf. ACB vol. 39 - 6 f° 21, lettre d'Anne de la Ste Trinité, du 10 octobre 1648.

88 Cf. ACB vol. 39 - 5 f° 353, lettre du mois de novembre 1649.

89 Elles se limitent à la lettre déjà citée de la mère Anne de la Sainte Trinité, cf. note 53.

90 Cf. ACB vol. 25 f° 19 V° et 42 V°.

91 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 354, lettre d'Angélique de Sainte Catherine, du 23 juillet 1655.

92 Cf. à son sujet Bremond (Henri), op. cit., t. 5 ; Catta (Etienne), art. "Du Houx (Jeanne)", in Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. 3, col. 1769-1773 ; Surin, Correspondance, pub. par M. de Certeau, Paris, 1966, en part. p. 556-560.

93 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 383, lettre du 4 février 1656.

94 Cf. note 58. Mme du Houx était déjà en relation épistolaire avec le Carmel de Beaune. Quand le chanoine Bourrée vint à Rennes - cf infra - il était porteur d'une lettre d'Elisabeth de la Trinité pour elle.

95 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 363, cette lettre du 26 décembre 1665, qui émane du monastère de Saint Dominique de Rennes, est déchirée et ne porte pas de signature mais le style en est bien celui d'Angélique de Sainte Catherine.

96 Il s'agit de l'une des quatre communautés françaises de Carmélites chaussées, fondées par Françoise d'Amboise.

97 Cf. ACB vol. 39 - 7 f° 391, lettre de Mme du Houx, du 28 avril 1658.

98 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 196, lettre de décembre 1658.

99 Ibid. En 1658 Mme du Houx envoie encore une autre liste comprenant les Visitandines de Vitré, cinq Augustines hospitalières de Rennes, une Dominicaine, de nouveau les Clarisses de Nantes et les Bénédictines d'Hennebont, deux Ursulines, six Carmes, un Capucin, un Minime, un Dominicain, plusieurs prêtres et quantité de laïcs, plus encore une fois les Carmélites chaussées de Rennes. Cf. ACB vol. 25, feuillet glissé entre f° 31 et 32.

100 Cf. ACB vol. 39 - 1 f° 209, lettre du 22 février 1656.

101 Cf. ACB vol. 39 - 3 f° 223, lettre du 28 janvier 1658.

102 Cf. ACB vol. 39 - 3 f° 224, lettre du 19 décembre 1659.

103 Cf. ACB vol. 39 - 10 f° 18, lettre de Calliope d'Argentré, du 4 novembre 1659.

104 Cf. ACB vol. 39 - 8 f° 380, le 20 avril 1658, la Visitandine Claude Agnès Barrin est obligée d'interrompre sa lettre "Mr Bourrée nous ayant surprises par son subit départ".

105 Surin (J. - J.), Correspondance, publiée par M. de Certeau, Paris, Desclée de Brouwer, 1966, p. 811.

106 Cf. ACB vol. 39 - 4 f° 249, lettre de Joseph Poncet, du 14 juillet 1656.

107 CF. ACB vol. 39 - 4 f° 251, lettre probablement écrite en novembre 1659.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Reconnaissances sur les chemins d’une dévotion : l’enfant-Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement »Chrétiens et sociétés, 4 | 1997, 64-95.

Référence électronique

Bernard Hours, « Reconnaissances sur les chemins d’une dévotion : l’enfant-Jésus et Marguerite du Saint-Sacrement »Chrétiens et sociétés [En ligne], 4 | 1997, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 17 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7225

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search