Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4MélangesDe Fourvière au bout du monde

Mélanges

De Fourvière au bout du monde

Exposition du Musée Historique de Lyon (octobre-novembre 1996)
Claude Prudhomme
p. 111-112

Parmi les nombreuses manifestations qui ont marqué le centenaire de l’inauguration de la basilique de Fourvière à Lyon, l’exposition organisée par Simone Blazy au Musée historique de Lyon (Musée Gadagne) a délibérément choisi l’ouverture aux mondes extérieurs. Sous le titre “ De Fourvière au bout du monde ”, l’exposition a mis en scène le rôle central joué par Fourvière et Lyon dans le réveil missionnaire français. Haut lieu de la piété mariale et, depuis le passage de Pie VII en 1805, de la dévotion au pape, la chapelle de Fourvière devient pour beaucoup de missionnaires au cours du siècle le cadre idéal pour contracter un engagement définitif. C’est là que se réunissent en 1816 douze jeunes prêtres pour consacrer leur vie à la Vierge. Ils promettent de fonder une congrégation religieuse qui prendra corps dans les années 1830 avec la Société de Marie. Les premiers maristes célébrent la messe dans la chapelle avant de s’embarquer vers la lointaine Océanie, à l’image du père Chanel (1803-1841), futur martyr, qui suspend au cou de l’Enfant Jésus porté par la Vierge un cœur en vermeil contenant les noms des partants. C’est dans la même chapelle que Mgr de Marion Brésillac (1813-1859) se voue avec six autres prêtres aux Missions africaines le 8 décembre 1856. La visite au sanctuaire deviendra un véritable rite dans la vie de la société des Missions africaines de Lyon. On retrouve le même climat spirituel marial dans la genèse d’une troisième initiative missionnaire, l’Œuvre de la Propagation de la foi. Sa conceptrice, Pauline Jaricot, s’installe au pied du sanctuaire et s’efforce de faire de cet espace une colline sainte vouée aux pèlerinages et occupée par des congrégations religieuses.

Fourvière a donc joué un rôle décisif dans la promotion de Lyon au rang de capitale des missions jusqu’à la première guerre mondiale. Cet intérêt pour les mondes extérieurs n’est d’ailleurs pas un monopole des milieux ecclésiastiques puisque dans le même temps, avec d’autres objectifs, les milieux d’affaires lyonnais s’intéressent aux nouveaux marchés qui s’ouvrent, notamment en Asie orientale.

C’est tout cet environnement religieux et temporel qui était évoqué dans un premier temps par l’exposition, à travers une iconographie tirée des collections du Musée historique. Cependant, si les liens sont incontestables entre les deux mondes, celui de la mission et celui du commerce, avec des associations relais comme la Société de géographie de Lyon, ils restent limités à de petits groupes, relèvent des services échangés plus que d’une collaboration organisée, à l’exception de la coopération universitaire entre Lyon et Beyrouth. Les réseaux missionnaires, malgré leur vitalité et leur remarquable capacité à mobiliser les fidèles dans les milieux populaires, ont du mal à susciter l’intérêt de l’ensemble de la société civile lyonnaise. Cela explique en partie pourquoi une centaine d’objets présentés dans l’exposition dort encore dans les réserves du Muséum d’Histoire naturelle. Les pièces rapportées par les missionnaires, pour la grande majorité choisies dans la collection de la Propagation de la foi, pour un petit nombre du Musée des Missions africaines, sont pourtant un remarquable témoignage du chemin qui conduisit les missionnaires à la découverte de l’Autre. A l’exemple de la société des Missions africaines qui poursuit dans son musée, créé dès 1863, une politique volontariste de promotion de ses collections, on ne peut que souhaiter un effort parallèle des collectivités locales avec la constitution d’un véritable musée ethnographique à Lyon. Il est urgent de valoriser ces statues, œuvres d’art, produits de l’artisanat, qui viennent aussi bien d’Afrique que d’Océanie, d’Asie et d’Amérique, évoquent les activités culturelles et religieuses comme la vie quotidienne et matérielle.

Le catalogue de l’exposition est toujours disponible au Musée historique de la Ville de Lyon (Musée Gadagne) sous le titre Le rayonnement du catholicisme lyonnais. De Fourvière au bout du monde, 93 p., nombreuses illustrations. Préfacé par Simone Blazy, conservateur, il comporte une introduction historique et ethnographique (Claude Prudhomme et Laurick Zerbini), puis une présentation méthodique de chaque objet, avec une sélection photographique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search