Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4ArticlesLa démocratie chrétienne en Franc...

Articles

La démocratie chrétienne en France depuis 1945

Bilan historiographique
Christian democracy in France since 1945. A historiographic review
Laurent Ducerf
p. 31-64

Résumés

La bibliographie de la démocratie chrétienne en France est très éclatée et parcellaire. Le présent article essaye de dresser un bilan aussi exhaustif que possible des ouvrages et articles sur les différentes formations qui ont incarné cette tendance. Il prend en compte aussi bien les travaux académiques que les témoignages et publications internes aux partis politiques. Il est précédé par une rapide mise au point historiographique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a fait l'objet d'une publication en allemand, sous une forme moins détaillée (Laurent DUCERF, Die Christliche Demokratie in Frankreich seit 1945. Eine historiographische Bilanz, Historisch‑politische Miteilungen. Archiv fur Christlich‑Demokratische Politik, 1995, n° 2, pp. 313‑323) Sa publication en français a été rendue possible grâce à l'aimable autorisation du Dr Felix Becker que nous remercions chaleureusement. Cet article doit beaucoup aux conseils et aux relectures de M. Jean‑Dominique Durand.

Texte intégral

  • 1 Jean‑Marie MAYEUR, L'état de la recherche : histoire contemporaine, in Archives religieuses et rech (...)
  • 2 R.B. ROSE, Claude Fauchet, 1744‑1793 and the french revolutionary Origins of christian Democracy, A (...)
  • 3 Seul le mouvement fondé par Bidault après 1958 s'appelle Démocratie chrétienne, alors même que son (...)

1Réfléchir sur la Démocratie chrétienne en France relève d’un paradoxe : “ les idées démocrates chrétiennes [y] ont connu un grand succès, non les partis démocrates chrétiens, ”1. La Démocratie chrétienne en France s’inscrit dans une tradition ancienne, remontant au moins à Lamennais et l’Avenir, voire à la Révolution Française2. Les historiens distinguent trois grands moments de la Démocratie chrétienne en France : en 1848, au tournant du XlXe et XXe siècles et à la Libération, lorsqu’un parti démocrate chrétien, le Mouvement Républicain Populaire, fut le premier parti de France. Le présent bilan bibliographique concerne cette troisième époque, après la Deuxième Guerre Mondiale, qu’incarna le MRP et qu’a prolongé le Centre Démocrate puis le Centre des Démocrates Sociaux et aujourd’hui Force Démocrate. Le paradoxe réside dans le fait qu’à aucun moment de leur histoire, les démocrates chrétiens ne voulurent s’afficher comme tels3. De plus, de grandes différences politiques distinguent le CDS, devenu depuis 1996 Force Démocrate, du MRP. A la Libération, le MRP s’affirma à gauche, récusant la droite conservatrice et gouvernant avec les communistes et les socialistes. Après 1947, le MRP chercha à renforcer l’alliance avec les socialistes, rejetant vigoureusement les gaullistes du RPF, tout en exprimant son indépendance. L’évolution du paysage politique a conduit les centristes à faire d’autres choix puisqu’actuellement ils font parti d’une confédération de la droite libérale et européenne, I’UDF, et sont alliés aux gaullistes.

2Enfin, troisième élément brouillant un peu plus l’image de la Démocratie chrétienne française, un courant réellement démocrate chrétien mais dissident, s’inscrivant hors du MRP, du Centre Démocrate et du CDS, a existé. Il a été incarné par le parti de la Jeune République, issu de l’Entre‑deux‑guerres, qui réapparaît à la Libération autour de Philippe Serre, alors que ses principaux dirigeants, dont son fondateur, Marc Sangnier ont rejoint le MRP. D’une très faible assise électorale, ce parti n’en draina pas moins de nombreux militants catholiques préoccupés d’action sociale vers le PSU puis le Parti socialiste.

3Cependant, par-delà les contradictions apparentes du paysage politique, la Démocratie chrétienne sut affirmer en France ses aspirations profondes. Ce n’est donc pas par l’étude du jeu des partis sur l’échiquier politique qu’il est possible de mettre en valeur une cohérence de la Démocratie chrétienne mais en prenant en compte les fondements idéologiques des formations concernées. Deux grands principes, défendus par le MRP, le Centre Démocrate et le CDS, se distinguent depuis 1944 : le rejet du libéralisme comme négation de la valeur et de la dignité du travail humain, qui ne doit pas être régi par les seules lois économiques, ainsi que la profonde croyance en l’avenir européen de la France. A l’origine de ces convictions se trouve la conception d’une République pluraliste, prenant en compte non l’individu, simple citoyen face à l’Etat, mais la personne au sein de l’ensemble des communautés qui structurent son identité, que ce soit la famille, le milieu professionnel ou la culture.

4Les démocrates chrétiens français, dont la foi conditionne leur engagement, sont très attachés à ce que leur philosophie politique soit formulée hors de toute référence religieuse, dans un souci d’universalité. S’ils ont refusé l’appellation démocrate chrétienne, ce n’est pas tant par stratégie politique et peur de l’étiquette cléricale, que pour être fidèle à la distinction des plans énoncée par Jacques Maritain : faire de la politique en chrétien n’est pas mener une politique chrétienne. L’articulation entre la foi, qui relève de la vie intime et cet engagement assumé au sein d’une société sécularisée constitue le point nodal de la Démocratie chrétienne française. C’est la reconnaissance de l’originalité de cette démarche philosophique qui permet de distinguer une unité entre les différents partis qui en relèvent.

5On peut regrouper en deux catégories les ouvrages existants, d’une part les ouvrages universitaires, d’autre part les témoignages des principaux acteurs. Ces premiers viennent soit de la science politique, soit de l’histoire religieuse, mettant en perspective l’histoire du MRP avec celle de la Démocratie chrétienne en France depuis le XlXe siècle mais aussi avec celle de l’engagement des catholiques au cours du XXe siècle.

6Quant aux acteurs réfléchissant sur leurs engagements, ils ont à coeur de justifier leur combat et de faire partager leur idéal tout en essayant de comprendre les raisons de l’échec.

  • 4 Citons à titre d’exemple une lecture indispensable : René RÉMOND, Laïcité et question scolaire dans (...)

7Seuls les ouvrages ou articles portant spécifiquement sur la Démocratie chrétienne ont été retenus. Ils ne dispensent évidemment pas de recourir aux histoires générales, comme les grandes synthèses d’histoire religieuse de la France, aux monographies d’histoire locale et régionale lorsqu’elles concernent des bastions démocrates‑chrétiens, ou aux études sur des sujets connexes4.

La Démocratie chrétienne en France, approches problématiques générales

Les travaux fondateurs

8L’historiographie de la Démocratie chrétienne en France a commencé de manière polémique par un article de Joseph Hours. Cet article situe les origines de la Démocratie chrétienne dans un ultramontanisme hostile à la naissance de l’Etat moderne

  • Joseph HOURS, Les origines d’une tradition politique. La formation en France de la doctrine de la Démocratie chrétienne et des pouvoirs intermédiaires, in Robert PELLOUX (dir.), Libéralisme, traditionalisme, décentralisation, Armand Colin, 1952, pp. 79‑123.

9Cette vision, animée par une farouche hostilité à la construction européenne, a été réfutée par Etienne Borne

  • Etienne BORNE, La Démocratie chrétienne contre l’Etat ?, Terre Humaine, Juillet‑août 1952, pp. 76‑101.

10Il faut attendre une vingtaine d’années pour bénéficier d’une approche scientifique grâce aux travaux pionniers de Jean-Marie Mayeur qui ont permis de saisir la spécificité de la Démocratie chrétienne et ses liens avec le catholicisme intransigeant. Ils ont orienté l’historiographie d’une manière durable :

  • Jean-Marie MAYEUR, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne, XlXe‑XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1980, 246 pages. Cet ouvrage constitue une synthèse présentant la problématique de la Démocratie chrétienne à travers l’Europe.

  • Jean‑Marie MAYEUR, Catholicisme social et Démocratie chrétienne : principes romains, expériences françaises, Paris, Éditions du Cerf, 1986, 287 pages. Il s’agit ici d’un recueil d’articles, tous de première importance, parmi lesquels celui, fondamental, intitulé "Catholicisme intransigeant, catholicisme social, Démocratie chrétienne’’, paru dans les Annales (Mars‑avril 1972, pp. 483-499).

11Émile Poulat, sociologue et historien, s’est attaché à analyser en profondeur les courants qui ont traversé le catholicisme ces deux derniers siècles, notamment à la lumière de la question de l’intransigeantisme :

  • Émile POULAT, La démocratie mais chrétienne, in Église contre Bourgeoisie (chapitre 4), Tournai, Castermann, 1977, pp. 136‑172.

  • Émile POULAT, Pour une meilleure compréhension de la Démocratie chrétienne, Revue d’Histoire Ecclésiastique, t. LXX, n° 1, 1975, pp. 5‑38. Cet article concerne avant tout le début du XXe siècle mais sa lecture reste nécessaire pour comprendre la filiation entre catholicisme intégral et Démocratie chrétienne.

12Au confluent de l’histoire religieuse et de la science politique, les travaux de René Rémond ont eu un rôle pionnier et demeurent une lecture indispensable :

  • René RÉMOND (dir.), Forces religieuses et attitudes politiques dans la France contemporaine, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1965, 397 pages.

  • René RÉMOND, Droite et gauche dans le catholicisme français contemporain, Revue Française de Science Politique, 1958, pp. 529‑544.

  • René RÉMOND, Le vocabulaire de la Démocratie chrétienne, in Formation et aspects du vocabulaire politique français, XVII-XXe siècles, Cahiers de Lexicologie, 1969, t. II, pp. 87‑92. Ce bref article présente de manière très suggestive l’évolution de la perception de la société par la Démocratie chrétienne à travers l’étude de son champ lexical.

  • René RÉMOND, Le cas de la France, in L’Église et la Démocratie chrétienne, Communio, 1987, n° 2‑3, pp. 89‑98.

13Citons pour finir un article de Michel Launay, mêlant une approche théologique et historique, où il pointe les contradictions du MRP, symptomatiques de celles de la Démocratie chrétienne dans son ensemble. Il s’agit donc d’une lecture des plus stimulantes :

  • Michel LAUNAY, La Démocratie chrétienne existe‑t‑elle ?, Communio, 1984, n° 3, pp. 48‑64.

Les synthèses nationales

14Les premiers ouvrages datent de la seconde moitié des années Cinquante. Au moment où le MRP cherche un second souffle, menacé de devenir un parti comme les autres, empêtré dans les contradictions de la IVe République et vivant honteusement sa participation au gouvernement Pinay puis mal à l’aise au sein de la Ve République, des démocrates chrétiens jugent nécessaire de rappeler l’histoire séculaire de la Démocratie chrétienne et ses fondements intellectuels :

  • Louis BITON, La Démocratie chrétienne dans la politique française, sa grandeur, ses servitudes, Angers, Siraudeau, 1955, 170 pages. Bien qu’ancien, cet ouvrage conserve son intérêt, particulièrement pour comprendre la notion de souveraineté populaire - et non nationale - dans le programme du MRP.

  • Etienne BORNE, De Marc Sangnier à Marc Coquelin, Toulouse, Privat, 1953, 182 pages. Etienne Borne rappelle le sens du combat démocrate chrétien à travers la vie de Marc Sangnier et de son neveu.

  • Jacques MALLET, Coup d’œil sur la Démocratie chrétienne en France, Recherches et débats, mars 1959, pp. 114‑142. Jacques Mallet, qui préside actuellement l’association des amis du MRP, appartient à la génération qui a vécu l’effacement du MRP au profit du Centre Démocrate.

  • Ernest PEZET, Chrétiens au service de la Cité. De Léon XIII au Sillon et au MRP, 1891‑1965, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1965, 235 pages. Ernest Pezet a fait partie de l’équipe dirigeante du PDP qui n’a pas retrouvé un rôle de premier plan au sein du MRP.

  • Pierre‑Henri TEITGEN, La démocratie chrétienne en France, Panorama démocrate chrétien, Janvier 1969, pp. 18‑22.

  • Émile VIREL, Chrétiens pour la Démocratie, Lens, Imprimerie de la Centrale, 1977, 187 pages. L’ouvrage, préfacé par Jean Lecanuet, brosse rapidement l’histoire du combat démocrate chrétien en France de Lamennais au PDP ; il illustre le souci des centristes de ne pas oublier leurs racines.

15On peut également se reporter aux réflexions de Paul Vignaux. Ce catholique, spécialiste de philosophie médiévale, fut le principal rénovateur du syndicalisme chrétien après-guerre. Théoricien d’une laïcité qu’il veut rigoureuse, il représente un courant critique vis-à-vis de la Démocratie chrétienne :

  • Paul VIGNAUX, Démocratie chrétienne en France ?, Lumière et vie, 1977, n° 132, pp. 60‑75.

16C’est dans une veine toute différente qu’Havard de la Montagne a écrit son pamphlet, où la haine et les imprécations tiennent lieu d’arguments, I’auteur n’admettant pas que ceux qui ont applaudi à la condamnation de l’Action Française puissent se réclamer du catholicisme :

  • Robert HAVARD de la MONTAGNE, Histoire de la Démocratie chrétienne de La Mennais à Georges BidauIt, Paris, Amiot‑Dumond, 1948, 249 pages.

17Une diatribe de Lorulot illustre la répulsion - formulée dans ce texte de manière caricaturale - qu’éprouvaient les anticléricaux forcenés pour un parti qui, selon Guy Mollet, “ ne devrait pas exister ”.

  • André LORULOT, La vérité sur les prétendus démocrates chrétiens, Herblay, Éditions de l’idée libre, 1953, 64 pages.

18Après cette première période d’études engagées, la Démocratie chrétienne française est devenue un sujet de réflexion pour les historiens. R. E. M. Irving, qui a longtemps vécu en France, a surtout exploité le témoignage des démocrates chrétiens qu’il a pu rencontrer :

  • Ronald Eckford Mill IRVING, Christian Democracy in France, London, George Allen and Unwin, 1973, 308 pages.

  • François‑Georges DREYFUS, Histoire de la Démocratie chrétienne en France de Chateaubriand à Raymond Barre, Paris, Albin Michel, 1988, 430 pages.

19Deux récentes synthèses se sont attachées à décrire avec concision l’histoire politique des catholiques :

  • Bruno DUMONS, Catholiques en politique. Un siècle de Ralliement, Paris, Desclée de Brouwer, 1993, 141 pages.

  • Philippe PORTIER, Église et politique en France au XXe siècle, Paris, Montchrestien, 1993, 159 pages.

20Trois articles en forme de bilan historiographique témoignent également de ce palier atteint dans l’histoire de la Démocratie chrétienne française :

  • Danielle ZERAFFA, La Démocratie chrétienne en France. Éléments historiques, Esprit, Octobre 1988, pp. 65‑74.

  • René PUCHEU, La Démocratie chrétienne entre hier et demain, France Forum, n° 250‑251, Janvier‑Mars 1989, pp. 22‑26.

  • Pierre LETAMENDIA, La Démocratie chrétienne en France, Études, Juin 1989, pp. 745‑755.

Les synthèses européennes

21Maurice Vaussard, qui se situe dans la tradition de Marc Sangnier, a été le premier à étudier la Démocratie chrétienne dans une optique européenne permettant ainsi de très éclairants rapprochements :

  • Maurice VAUSSARD, Histoire de la Démocratie chrétienne, t. 1, France, Belgique, Italie, Paris, Le Seuil, 1956, 332 pages.

22De manière très fine, Michael Fogarty a tenté de définir les fondements intellectuels de la Démocratie chrétienne européenne, s’appuyant notamment sur l’exemple français. Son ouvrage permet d’approcher dans toute sa richesse la conception pluraliste de la démocratie :

  • Michael P. FOGARTY, Christian Democracy in Western Europe, 1820­-1953, London, Routledge & Kegan Paul Ltd, 1957, 461 pages.

23Un dossier réunit quelques éléments et chiffres importants :

  • Étude comparée des partis démocrates chrétiens en Europe occidentale, Lille, Confluent ‑ Groupe de travail [Dossier Confluent, n° 1], 1959, 70 pages.

24Une bibliographie de langue anglaise présente les ouvrages parus sur le sujet au cours des années Soixante‑Dix :

  • Geoffrey PRIDHAM, Christian Democracy in Western Europe : a bibliographical Survey, West European Politics, 1980, n° 3, pp. 431‑442.

25Pour une approche synthétique de la question, la collection “ Que sais-je ”, possède un utile volume (n° 1692) :

  • Pierre LETAMENDIA, La Démocratie chrétienne, Paris, PUF, 1993 (réédition), 127 pages.

26Du même auteur, on lira un article présentant la koinè du discours démocrate chrétien :

  • Pierre LETAMENDIA, Autour d’une vérité européenne dans la Démocratie chrétienne des années d’après-guerre, in Formation et défense des "orthodoxies" dans les Églises et groupement d’inspiration politique, Bruxelles, Léo Moulin, 1987, pp. 112‑122.

27Un colloque organisé par Hugues Portelli a fait le point sur la Démocratie chrétienne non seulement en Europe mais aussi dans le monde entier :

  • Hugues PORTELLI, Thomas JANSEN et Jean‑Claude DELBREIL, La Démocratie chrétienne, force internationale, Nanterre, Institut de Politique Internationale et Européenne, 1986, 509 pages.

28Ce colloque a été suivi par un autre passant en revue les politiques sociales des différentes formations démocrates chrétiennes :

  • Institut de Politique Internationale et Européenne, Les démocrates chrétiens et l’économie sociale de marché, Paris, Economica, 1988, 235 pages.

  • 5 Jean‑Marie MAYEUR, La Démocratie d’inspiration chrétienne en France ; Hugues PORTELLI, L'organisati (...)

29Le KADOC de Leuven a organisé en novembre 1995, sous la direction d’Emiel Lamberts, un colloque intitulé La Démocratie chrétienne dans l’Union Européenne, 1945‑1995. Ce colloque international privilégie une approche comparatiste, la Démocratie chrétienne française faisant l’objet de quatre communications5 :

  • Emiel LAMBERTS (éditeur) Christian Democracv in the European Union [1945‑1995], Leuven, Leuven University Press, 1997, 512 pages.

30Citons également l’étude sur la France qui prend place dans le vaste tour d’horizon européen dirigé par H.‑J. Veen :

  • Udo KEMPF, Frankreich, in Hans‑Joachim VEEN, Christlichdemokratische und konservative Parteien in Westeuropa, Il, Paderborn, Schöningh, 1983, pp. 125‑314.

31Un ouvrage collectif anglais fait le point sur la situation actuelle de la Démocratie chrétienne en Europe :

  • David HANLEY (dir.), Christian Democracy in Europe : a comparative Perspective, London, Pinter, 1994, 222 pages.

32La synthèse historique la plus récente, établie par Jean‑Dominique Durand, concerne l’Europe entière et présente la question sous une problématique typologique :

  • Jean‑Dominique DURAND, L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Complexe, 1995, 382 pages.

Philosophie de la Démocratie chrétienne6

  • 6 Il existe un ouvrage dont le titre peut induire en erreur (Jean LENOIR, Essai sur la Démocratie Chr (...)

33On ne peut réfléchir sur la nature de la Démocratie chrétienne en France sans se référer aux écrits et à l’influence d’Emmanuel Mounier, de la revue Esprit et de Jacques Maritain. Il n’y a pas lieu d’évoquer ici la bibliographie de ces deux philosophes qui n’ont jamais revendiqué le titre de penseurs de la Démocratie chrétienne. En revanche, c’est bel et bien cette place qu’occupe Etienne Borne (1907‑1993). Ce philosophe personnaliste, disciple d’Emmanuel Mounier, mit sa réflexion au service de la Démocratie chrétienne. Il fonda trois revues de réflexion et de débats proches du MRP puis du CDS, Forces Nouvelles, Terre Humaine puis France Forum. Cette dernière lui a rendu hommage pour ses quatre‑vingt ans ; ce numéro, au travers de témoignages et de choix de textes, constitue la meilleure introduction à la pensée et au rôle d’Etienne Borne :

  • Etienne Borne, philosophe personnaliste et démocrate engagé, France Forum, n° 239‑241, Octobre‑Décembre 1987.

34France Forum a également consacré une partie de son numéro de l’été 1993 à son fondateur, après sa disparition :

  • Mémoire d’Etienne Borne, France Forum, n° 287‑288, Juillet‑Septembre 1993, pp. 3‑54.

35On trouvera également sous le titre de Commentaires un recueil de ses différentes chroniques :

  • Etienne BORNE, Commentaires, Paris, Le Cerf, 1977, 255 pages.

36Il existe des mémoires de maîtrise sur les revues fondées par Etienne Borne et sur leur fondateur :

  • François HOURMANT, France Forum (1957‑1965) ou l’évangélisation civique, Mémoire de Maîtrise, Rennes 2, 1986.

  • Liliane DEMARS, Terre humaine, 1951‑1953. Un engagement intellectuel pour la démocratie chrétienne, Mémoire de Maîtrise, Lyon 2, sous la dir. d’Etienne Fouilloux, 1993, 186 pages.

  • Sylvain TRANOY, Etienne Borne (1907‑1993), philosophe engagé, Mémoire de Maîtrise, Lille 3, sous la dir. d’Yves‑Marie Hilaire, 1993, 109 pages.

  • 7 François GOGUEL, Christian Democracy in France, in Mario EINAUDI et François GOGUEL, Christian Demo (...)

37Le MRP lui‑même a mené un effort doctrinal important à destination de ses militants. L’intérêt de trois de ces grands textes doctrinaux est tel qu’ils méritent d’être cités ici, malgré leur diffusion très limitée puisqu’il s’agit de discours édités lors des Congrès du MRP. François Goguel voit dans les deux premiers “ les deux sources essentielles de la doctrine du MRP ”7.

  • Albert GORTAIS, Démocratie et Libération, Paris, SERP, 1947, 64 pages.

  • Etienne GILSON, Les bases doctrinales du MRP et notre conception de la démocratie, Paris, Secrétariat du groupe MRP du Conseil de la République, 1948, 15 pages.

38A ces deux textes fondateurs s’ajoutent les réflexions d’Etienne Borne en forme de bilan, dix ans après la naissance du MRP :

  • Etienne BORNE, “ 1944‑1954 ”. Le sens de notre engagement politique, Paris, [Forces Nouvelles], 1954, 32 pages.

39Plus de trente ans après, à l’occasion de la publication des souvenirs de Pierre-Henri Teitgen, Etienne Borne est revenu une nouvelle fois sur le destin du MRP et de la Démocratie chrétienne en France :

  • Etienne BORNE, Réflexions sur un témoignage, France Forum, n° 246­-249, Septembre‑Décembre 1988, pp. 19‑23.

Le MRP et le CDS

Le MRP : études générales

40Pour connaître le MRP, il convient d’abord avoir recours à ses publications propres - discours, périodiques, libelles - dont on trouve la liste dans l’indispensable recueil de Jean Charlot :

  • Le Mouvement Républicain Populaire, in Jean CHARLOT, Répertoire des publications des partis politiques français, Paris, Armand Colin, 1970, pp. 144­-177.

41Chronologiquement, la première étude sur le MRP (le titre est trompeur) est celle, en anglais, de François Goguel. Bien qu’ancienne, elle reste une lecture de base, suggestive et synthétique :

  • François GOGUEL, Christian Democracy in France, in Mario EINAUDI et François GOGUEL, Christian Democracy in Italy and France, Notre‑Dame (Indiana, USA), University of Notre‑Dame Press, 1952, pp. 107‑229.

42Le travail le plus souvent cité sur le MRP est la thèse de Pierre Letamendia, soutenue en 1975. Cette étude approfondie et très documentée reste l’ouvrage de référence pour connaître l’histoire du Mouvement bien que la version publiée reprenne sans actualisation le texte de 1975 - y compris la bibliographie - :

  • Pierre LETAMENDIA, Le Mouvement Républicain Populaire. Histoire d’un grand parti français, Paris, Beauchesne, 1995, 380 pages.

43On lira également l’analyse parue dans France Forum, qui présente les principaux apports de l’ouvrage :

  • Jean‑Dominique DURAND, Le Mouvement Républicain Populaire, France Forum, n° 309‑310, Avril‑Juin 1996, pp. 9‑13.

44On n’oubliera pas le travail de Maria‑Grazia Maiorini, en italien :

  • Maria-Grazia MAIORINI, Il Mouvement Républicain Populaire, Partito de la IV Repubblica, Milano, Giuffré, 1983, 335 pages.

45Du même auteur, on dispose également d’une étude fouillée sur l’organisation du Mouvement, tirée du travail précédent :

  • Maria‑Grazia MAIORINI, L’organizzazione del MRP nei primi anni della Quarta Reppublica (1946‑1950), Storia e Politica, 1980, n° 4, pp 695‑745.

46Sur un point particulier de l’organisation du Mouvement, les équipes jeunes, il existe un mémoire :

  • Denis TOURET, Les équipes jeunes du MRP, DES de Science Politique, sous la dir. de Maurice Duverger, Paris 1, 1964, 146 pages.

47A ces deux ouvrages s’ajoutent les travaux d’Émile‑François Callot, très analytiques :

  • Émile‑François CALLOT, Le MRP, Paris, Rivière, 1978, 443 pages.

  • Émile‑François CALLOT, L’action et l’œuvre du MRP, Genève, Slatkine, 1986, 402 pages.

48La thèse d’Henri Descamps, polémique —elle se termine par un appel à voter François Mitterrand au second tour des élections présidentielles de 1981— et sans caractère scientifique, ne présente guère d’utilité pour l’historien, si ce n’est à titre documentaire :

  • Henri DESCAMPS, La Démocratie chrétienne et le MRP : de 1946 à 1958, Paris, LGDJ, 1981, 269 pages.

49Un article récent de Danièle DRAY-ZERAFFA offre une synthèse sur l’histoire du MRP :

  • Danielle DRAY-ZERAFFA, Le MRP “ Parti de la Quatrième République ” ?, in La IVe République, histoire, recherches et archives, Historiens et Géographes, avril-mai 1997, n° 357, pp. 311-321.

50A ces ouvrages d’historiens ou de juristes s’ajoutent les études laissées par les démocrates chrétiens eux‑mêmes ; elles ont leur intérêt. Celle d’un fidèle de Georges Bidault, Robert Bichet, tout en étant un plaidoyer pro domo, est naturellement bien documentée et révélatrice du point de vue des démocrates chrétiens sur leur histoire :

  • Robert BICHET, La Démocratie chrétienne en France : le Mouvement Républicain Populaire, Besançon, Jacques et Demontrond, 1980, 391 pages.

51Barthélémy Ott a réfléchi sur les causes de la disparition du MRP :

  • Barthélémy OTT, Vie et mort du MRP. La Démocratie chrétienne est‑elle possible en France ?, Annonay, Imprimerie du Vivarais, 1978, 174 pages.

52La revue France Forum a fait paraître un numéro spécial à l’occasion du cinquantenaire de la fondation du MRP, regroupant plusieurs témoignages et analyses d’historiens :

  • Cinquantenaire du MRP, France Forum, n° 297-298, Octobre‑Décembre 1994.

53Elle a organisé en 1996 avec les “ Amis du MRP ” un colloque sur le MRP, dont les actes ont été rapidement publiés :

  • Regards sur le Mouvement Républicain Populaire (Colloque du 10 décembre 1996), France‑Forum, n° 316, Avril‑Juin 1997, 112 pages.

  • 8 François BAZIN, Le personnel politique du M.R.P. ; Pierre AVRIL, Le M.R.P. et les institutions ; Je (...)

54Ce colloque regroupe à la fois des communications d’historiens8 et les interventions des nombreux témoins présents qu’elles ont suscitées.

La naissance du MRP et sa place à la Libération

55Le meilleur moyen de comprendre la naissance du Mouvement Républicain de Libération, qui devient le MRP à la Libération, est de se reporter aux dernières pages de la thèse publiée de Jean‑Claude Delbreil :

  • Jean‑Claude DELBREIL, Centrisme et Démocratie‑Chrétienne en France. Le Parti Démocrate Populaire des origines au MRP, 1919‑1944, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990, 481 pages.

56Il existe également une étude en italien sur le débat théorique qui eut lieu à la naissance du Mouvement :

  • Massimo OLMI, Alle origini del Mouvement Républicain Populaire : movimento o partito, Mulino, 1975, n° 239, pp. 338‑358.

57A défaut, on peut également avoir recours à l’opuscule d’un ancien membre du Parti Démocrate Populaire, Raymond‑Laurent, qui eut un rôle important dans la transmission du relais entre le PDP et le MRL :

  • Jean RAYMOND‑LAURENT, Les origines du Mouvement Républicain Populaire, Paris, Édition du Mail, 1947, 71 pages.

58Fusillé par les Allemands le 27 juillet 1944, Gilbert Dru n’a pas participé à la création du MRP en tant que tel mais son manifeste de 1943 est souvent regardé comme le texte fondateur du MRP. Gilbert Dru incarne la tentative de rénovation, de la Démocratie chrétienne mûrie pendant la résistance et fortement marquée par l’expérience de l’action catholique spécialisée (Dru est un dirigeant de la Jeunesse Étudiante Chrétienne) :

  • Jean‑Marie DOMENACH, Gilbert Dru, celui qui croyait au Ciel, Paris, Elf, 1947, 169 pages. Beauchesne est sur le point de rééditer cet ouvrage avec une étude de Bernard Comte et plusieurs témoignages.

59Pour Jean‑Marie Domenach, le MRP a trahi le projet de Gilbert Dru. Comme son maître Emmanuel Mounier, Jean‑Marie Domenach a adopté une position très critique vis à vis du Mouvement :

  • Jean‑Marie DOMENACH, Petite psychologie du MRP, Esprit, Octobre 1953, pp. 657‑660.

60Deux entretiens effectués par Olivier Wieviorka avec Pierre‑Henri Teitgen et Maurice Schumann concernent le passage de la Résistance au MRP :

  • Olivier WIEVIORKA, Nous entrerons dans la carrière. De la Résistance à l’exercice du pouvoir, Paris, Le Seuil, 1994, pp. 71‑104 (Pierre‑Henri Teitgen) et pp. 137‑175 (Maurice Schumann).

61René Pucheu est revenu sur le succès spectaculaire du MRP aux élections législatives du 21 octobre 1945 et a établi une revue de presse rétrospective :

  • René PUCHEU, Cinquante ans, déjà passés...Le MRP au zénith, France Forum, n° 305‑306, octobre‑décembre 1995, pp. 35‑39.

62René Rémond a étudié la situation de la Démocratie chrétienne à la Libération à travers une approche comparative :

  • René RÉMOND, La Démocratie chrétienne en France au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale : contribution à l’étude comparative des forces politiques entre la France et l’Italie, Storia e politica, Juin‑Juillet 1975, pp. 163-­174.

63Enfin, on n’oubliera pas que la Jeune République, malgré le ralliement de Marc Sangnier au MRP en 1944, continue d’exister et refuse de se fondre dans le MRP, préférant s’allier à l’UDSR et la SFIO :

  • Jean‑François KESSLER, La Jeune République de 1919 à 1947, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1978, n° 1, pp. 61‑85.

Du MRP au CDS

64Trois thèses permettent de suivre le destin du centrisme en France, du Centre Démocrate au CDS, celle d’Alain Gauduffe commençant là où s’arrête celle de Danielle Zeraffa :

  • Jean‑Pierre LAY, Le Centre sous la Cinquième République, Thèse, Lyon 3, 1988, 766 p.

  • Danielle ZERAFFA, Du Mouvement Républicain Populaire au Centre des Démocrates Sociaux. Aspect du discours centriste entre 1962 et 1978, Thèse, Paris X, 1983, 2 volumes, 446 p.

  • Alain GAUDUFFE, Les Démocrates chrétiens en France après le MRP. Étude du Centre des Démocrates Sociaux - CDS - de 1976 à 1994, Thèse, Paris X, 1995, 830 p.

65Sur le même sujet, il existe une monographie, plus aisée à repérer que les thèses citées :

  • Bertrand ROCHER et Valérie LION, Le Centre des Démocrates Sociaux, Paris, LGDJ, 1994, 244 pages.

66On peut également avoir recours aux différents articles de science politique parus sur le sujet. La Revue Française de Science Politique (RFSP) a ainsi rendu compte périodiquement au tournant des années Soixante et Soixante‑dix de l’effacement du MRP et de l’émergence du Centre Démocrate. Les travaux sont classés par ordre chronologique :

  • Jacques MOREAU, Le XXe congrès du MRP, RFSP, Septembre 1963, pp. 715‑728.

  • Jacques MOREAU, Le Choix du MRP, RFSP, Février 1965, pp. 67‑86.

  • Jean‑Luc PARODI, Les paradoxes du Centre Démocrate, RFSP, Octobre 1966, pp. 957‑960.

  • Roland CAYROL et Jean‑Luc PARODI, Le Centrisme, deux ans après, RFSP, Février 1968, pp. 93‑106.

  • Colette YSMAL, Unité ou pluralité du Centrisme ?, RFSP, Février 1969, pp. 171‑182.

  • Colette YSMAL, Les préparatifs du Centre Démocrate, in Centre d’Études de la vie politique française contemporaine, Les élections de mars 1967, Paris, Presses de la F.N.S.P., 1971, pp. 45‑85.

  • Colette YSMAL, Adhérents et dirigeants du Centre Démocrate, RFSP, Février 1972, pp. 77‑89.

  • Elisabeth DUPOIRIER et François PLATONE, Une nouvelle étape dans le déclin du "Social‑Centrisme", RFSP, Décembre 1974, pp. 1173‑1203.

  • Colette YSMAL, Mort et pérennité du Centrisme, Projets, Février 1977, pp. 141‑151.

  • Serge SUR, L’assimilation progressive par les Centristes, in La Constitution de la Ve République, RFSP, Numéro spécial, Août 1984, pp. 828-­843.

  • François‑Georges DREYFUS, Place et poids de la Démocratie chrétienne : le CDS, un parti démocrate‑chrétien dans l’arène politique, RFSP, Décembre 1990, pp. 845‑863.

67Il faut ajouter à cette liste :

  • Danielle ZERAFFA, A la recherche du Centre dans la vie politique française, Vingtième Siècle, Janvier‑Mars 1986, n° 9, pp. 81‑96.

68Pour connaître les différents travaux universitaires de sciences politiques sur le centrisme, voir Alain GAUDUFFE, Les Démocrates chrétiens..., op. cit, p. 666 sqq.

69Enfin, ou n’oubliera pas :

  • Roland B0UDET, Le combat centriste, Paris, Epi, 1973, 151 pages. Membre du bureau du Centre Démocrate et député de l’Orne, Roland Boudet expose l’histoire du centrisme et son programme.

Le MRP et les autres partis

70Il existe peu d’études spécifiques sur ce sujet. Il est toutefois largement traité à travers certains chapitres de la thèse de Pierre Letamendia. A défaut, on peut se reporter à l’article d’Anne Sa’adah et à la thèse de V. Lemieux :

  • LEMIEUX, Le MRP dans le système politique français, Thèse de Troisième cycle, Paris, lEP 1962, 481 pages.

  • Anne SA’ADAH, Le Mouvement Républicain Populaire et la reconstitution du système partisan français, 1944‑1951, RFSP, Janvier‑Février 1987, pp. 33‑58.

71Une étude fait le point de manière malheureusement superficielle sur les difficiles et capitales relations du général de Gaulle avec le MRP :

  • Danielle ZERAFFA‑DRAY, De Gaulle et le Mouvement Républicain Populaire, in Christian BIDEGARAY et Paul ISOART (dir.), Les Droites et le Général de Gaulle, Paris, Economica, 1991, pp. 43‑56.

72On lira donc en priorité le rapport de Jean‑Marie MAYEUR sur le sujet et le débat qui a suivi dans le colloque Regards sur le MRP édité par France Forum.

73Un membre du MRP a dressé un bilan de l’action du Mouvement au sein du Gouvernement Provisoire jusqu’à la démission du général de Gaulle.

  • Jean CAYEUX, Le Mouvement Républicain sous de Gaulle, Paris, Éditions du Mail, 1946, 40 pages.

74Un ouvrage de Jean Teitgen illustre l’incompréhension qui s’installa entre les démocrates chrétiens et le général de Gaulle :

  • Jean TEITGEN, Le Gaullisme en question, Paris, Julliard, 1981, 149 pages.

75Le témoignage à deux voix de deux personnalités démocrates chrétiennes, dont l’une, Louis Terrenoire, a participé à la naissance du RPF, complète cet aperçu :

  • Pierre‑Henri TEITGEN et Louis TERRENOIRE, De Gaulle et le MRP, Espoir, 1982, n° 41, pp. 64‑80.

76Quant aux relations entre les républicains populaires et les socialistes, fondements de la Troisième force, elles ont fait l’objet d’une communication, se limitant à la fédération MRP du Pas-de-Calais et d’un mémoire de maîtrise :

  • Bruno BETHOUART, L’image de Guy Mollet chez les militants MRP du Pas‑de‑Calais, in Guy Mollet, un camarade en politique, Lille, PUL, 1987, pp. 571‑580.

  • Jérémie BIANCO, La SFIO et le MRP : des stratégies politiques à l’approche de l’élection présidentielle de 1965, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Jean-Dominique Durand, Lyon 3, 1997.

77et d’un mémoire de maîtrise sur les difficiles relations avec Mendès France :

  • Sébastien LUCAS, Pierre Mendès France et le M.R.P. 1953-1956, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Jean-Dominique Durand, Lyon 3, 1997, 203 p.

L’action du MRP

La politique intérieure et coloniale

78Le MRP a participé à quasiment l’ensemble des gouvernements de 1944 à 1954. Son œuvre, considérable, se confond souvent avec celle de la IVe République. Peu d’études mentionnent expressément l’action du MRP dans tel ou tel domaine. Seuls quelques pans de l’œuvre du MRP ont retenu pour l’instant l’attention des historiens :

  • Bruno BETHOUART, Les réformes sociales à la Libération : le poids des parlementaires MRP, Revue du Nord, Avril‑Juin 1994, n° 305, pp. 359‑390.

  • Bruno BETHOUART, Le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale : un monopole du MRP de 1950 a 1962, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1996, n° 1, pp. 67‑105.

79Bruno Béthouart a soutenu à la rentrée 1997 une habilitation à diriger des recherches sur Le MRP et la question sociale, 1944‑1967.

  • Michel LAUNAY, Le MRP, in Claire ANDRIEU, Lucette LE VAN et Antoine PROST, Les nationalisations de la Libération, Paris, Presses de la FNSP, 1987, pp. 185‑191.

80A défaut d’une étude sur la politique agricole de Pierre Pflimlin, incontestablement le grand ministre de l’agriculture de la Quatrième, on lira une étude de sociologie politique sur les liens entre le MRP et le monde paysan :

  • René PLANTADE, Le MRP, in Les paysans et la politique dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 1958, pp. 345‑360.

81Robert Lecourt a raconté les négociations menées auprès du Saint‑Siège par les démocrates chrétiens, encouragés par Guy Mollet, pour régler la question, des rapports entre l’Église et l’Etat :

  • Robert LECOURT, Entre l’Église et l’Etat. Concorde sans concordat, 1952­-1957, Paris, Hachette, 1978, 187 pages.

82A contrario, la politique indochinoise du MRP a fait l’objet de trois articles, les deux premiers se recoupant :

  • Jacques DALLOZ, Le MRP et la guerre d’lndochine, in Charles-Robert AGERON et Philippe DEVILLERS (dir.), Les guerres d’lndochine de 1945 à 1975, Cahiers de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, Juin 1996, n° 34, pp. 57‑76.

  • Jacques DALLOZ, L’opposition MRP à la guerre d’lndochine, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1996, n° 1, pp. 107‑118.

  • Frédéric TURPIN, Le Mouvement Républicain Populaire et la guerre d’Indochine, 1944‑1954, Revue d’Histoire Diplomatique, 1996, n° 2, pp. 15,‑190. Frédéric Turpin prépare une thèse sur ce sujet.

La politique européenne

83Il n’y a rien de surprenant au fait que seule la politique européenne du MRP ait fait l’objet d’une étude détaillée. A l’image des autres formations démocrates chrétiennes, le MRP participa activement à la construction européenne, comme le rappelle l’étude de Philippe Chenaux :

  • Philippe CHENAUX, Une Europe Vaticane ? Entre le plan Marshall et les traités de Rome, Bruxelles, C.A.C.O., 1990, 363 pages.

84Deux articles de Jean‑Dominique Durand étudient le rôle de la Démocratie chrétienne dans la construction européenne :

  • Jean‑Dominique DURAND, Christliche Demokratie und europäische Integration, Historisch‑politische Miteilungen. Archiv fur Christlich‑Demokratische Politik, 1994, n° 1, pp. 155‑182.

  • Jean‑Dominique DURAND, La Démocratie chrétienne et l’Europe, in Yves LEONARD (dir.), Religions et société, Cahiers Français, octobre-décembre 1995, n° 273, pp. 73‑79.

85Un ouvrage traitant de la politique extérieure du MRP fait une large part à sa politique européenne :

  • Russell CAPELLE, The MRP and the french foreign Policy, New‑York, Frederick A. Praeger, 1963, 196 pages.

86René Pucheu évoque dans un article de France Forum la ferveur européenne des démocrates chrétiens :

  • René PUCHEU, Aux commencements de la passion européiste, France Forum, n° 279‑280, juillet-septembre 1992, pp. 14‑19.

87Il existe un ouvrage étudiant l’ensemble des relations qu’ont pu avoir entre eux les partis démocrates chrétiens et, notamment, le MRP ainsi qu’un article sur le rôle des partis démocrates chrétiens dans la réconciliation franco‑allemande de l’après‑guerre :

  • Roberto PAPINI, L’lnternationale démocrate chrétienne, 1925‑1986, (traduit de l’italien), Paris, Le Cerf, 1988, 238 pages.

  • Heinz HÜTTEN u. Beate GÖDDE‑BAUMANNS, Aussöhnung zwischen Fransozen und Deutschen : die Rolle des katholischen Kirche und der christlich­demokratischen Parteien, in France‑Allemagne, 1944‑1947, Cahiers de l’lnstitut d’Histoire du Temps Présent, 1989‑1990, n° 13‑14, pp. 255‑264.

88A ces ouvrages s’ajoute un colloque sur le rôle du MRP dans la construction européenne, faisant ainsi figure d’ouvrage de référence sur la question :

  • Serge BERSTEIN, Jean‑Marie MAYEUR, Pierre MILZA (dir.), Le MRP et la construction européenne, Bruxelles, Complexe, 1993, 365 pages.

89et surtout une thèse :

  • Marc LEDORH, Les démocrates chrétiens français et la construction européenne, sous la dir. de Jean-Marie Mayeur, Paris, Institut d’Études Politiques, 1997.

90Enfin, un mémoire de maîtrise complète la bibliographie en traitant la question à I’échelon local ;

  • Jean‑François LOISTRON, Le MRP et la construction européenne, 1945‑1960 : fédérations de la Sarthe, du Maine et Loire et de la Mayenne, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. d’Elisabeth du Réau, Université du Maine, 1994, 183 pages.

Aspects régionaux

91De nombreuses études sur l’histoire locale au MRP ont été menées mais avant tout dans le cadre d’une maîtrise d’histoire ou de science politique. Or ces travaux d’étudiants de quatrième année ne sont pas diffusés et très difficilement accessibles, uniquement dans l’université où ils ont été soutenus ce qui explique que seuls quelques-uns seront ici cités. Deux instruments de travail permettent d’en connaître l’existence : la Bibliographie annuelle des travaux de Sciences politiques qu’édite la Revue Française de Science Politique avec son dernier numéro annuel la Bibliographie d’Histoire Religieuse Contemporaine. La dernière en date publiée en 1994 par Michel Lagrée, recense les mémoires de maîtrise de 1988 à 1992 et les théses de 1977 à 1992, faisant suite aux deux volumes établis par Claude Langlois et Jean‑Dominique Durand.

Le Nord‑Pas-de-Calais

92Le poids historique du Nord‑Pas-de-Calais dans l’histoire du catholicisme français et en particulier de la Démocratie chrétienne se retrouve sur le plan bibliographique. Bruno Béthouart a consacré une thèse de troisième cycle au MRP, soutenue à Lille 3 en 1980. Elle a été publiée sous une forme abrégée :

  • Bruno BETHOUART, Le MRP dans le Nord‑Pas-de-Calais, 1944‑1967, Dunkerque, Éditions des Beffrois, 1984, 165 pages.

93Bruno Béthouart a également fait paraître un aperçu succinct de son travail de maîtrise sur le MRP à Lille :

  • Bruno BETHOUART, Résumé de l’histoire du MRP dans l’arrondissement de Lille, Revue du Nord, 1974, n° 221, pp. 290‑293.

94Sa biographie de Jules Caloire (infra) contient plusieurs pages sur le MRP dans le Pas‑de‑Calais. On peut également citer deux études de presse concernant le M.R.P. dans le Nord :

  • P. CODACCIONI, Le MRP à travers le Journal Nord‑Eclair de septembre 1944 à mai 1947, Revue du Nord, 1975 n° 337, pp. 543‑561.

  • E. de HEEGER, L’image du MRP à travers la presse régionale, janvier 1946‑février 1955, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Philippe Levillain, Lille III, 1987.

La Bretagne

95II n’existe aucune vue d’ensemble de ce bastion MRP. Deux mémoires de maîtrise et un article permettent de confronter l’histoire de trois de ses départements :

  • Christian BOUGEARD, Le MRP des Côtes du Nord sous la IVe République in Charpiana/Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, Fédération des Sociétés Savantes de Bretagne, 1991, pp. 433‑442.

  • Sylvie EUGÈNE, Les démocrates chrétiens dans le Finistère de 1945 à 1958 Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de M. Geslin, Université de Brest, 1990, 178 p.

  • Soizick JARNO, Le courant démocrate‑chrétien en Loire‑lnférieure, 1945­-1962, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de M. Geslin, Université de Nantes, 1988, 253 p.

L’Aquitaine

96Deux mémoires de maîtrise traitent du MRP en Gironde et en Dordogne :

  • O. GREIL, Le Mouvement Républicain Populaire en Gironde, 1945‑1954, Memoire de Maîtrise, sous la dir. de Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, Bordeaux 3.

  • J CHANTELOUBE, Le Mouvement Républicain Populaire en Dordogne, 1945‑1958, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, Bordeaux 3, 1986, 120 p.

97On n’oubliera pas également de consulter un mémoire sur Defos du Rau (infra).

Autres régions

98Il est décevant qu’une région comme l’Alsace n’ait pas encore fait l’objet d’un travail approfondi. En attendant une étude complète, on aura recours à l’ouvrage de Jean‑Luc Hirtler, limité dans le temps et dans l’espace et à un article de Jean-Marie Mayeur :

  • Jean‑Luc HIRTLER, Le Mouvement Républicain Populaire dans le Bas-Rhin en 1945 et 1946 : histoire politique, géographie électorale, sociologie du parti, Développement et Communauté, Numéro spécial, Septembre 1970, 68 pages.

  • Jean‑Marie MAYEUR, Note introductive à des recherches sur la démocratie chrétienne en Alsace, Cahiers de l’Association interuniversitaire de l’Est, 1960, pp. 65-77.

99On possède un travail très complet sur la fédération MRP du Rhône :

  • Frédérique LOPEZ, Le Mouvement Républicain Populaire dans le département du Rhône, 1944-1958, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Jean-Dominique Durand, Lyon 3, 1993, 385 pages.

100La Loire, département voisin dont Georges Bidault a été le député, a également suscité un mémoire de maîtrise :

  • Jean ARDAIL, Le MRP dans la Loire sous la Quatrième République, Mémoire de Maîtrise, Université de Saint‑Etienne, 1970.

101La bibliographie de la fédération de la Seine est quasiment sinistrée puisqu’il n’existe aucun travail récent :

  • Michel LOISEAU, Le MRP dans la Seine, DES de Science Politique, Paris I, 1967.

102Le travail de Serge Bonnet sur la Lorraine permet d’expliquer l’échec relatif du MRP dans cette région malgré la présence de Robert Schuman et une forte tradition catholique :

  • Serge BONNET, Sociologie politique et religieuse de la Lorraine, Paris, Armand Colin, 1972, 514 pages.

Les démocrates chrétiens

Approche prosopographique

103Le MRP représente avant tout l’aboutissement d’une génération de catholiques engagés dès les années Trente dans la Démocratie chrétienne ou I’Action Catholique. Leur participation aux premiers rangs de la Résistance les place à la Libération aux premiers rangs de la vie politique, chose inconcevable moins de dix ans auparavant.

104On ne peut comprendre le MRP sans connaître ces hommes qui l’ont fait et ce phénomène si marquant de génération. La fin de la Quatrième République et le début de la Cinquième en marquent l’effacement.

105C’est cette caractéristique que François Bazin a mise en valeur dans sa thèse. Il y analyse l’ensemble des éléments biographiques des députés du MRP élus en 1945 et 1946 afin d’établir une prosopographie. Par la richesse de ses informations et le grand intérêt de la typologie qu’il établit, cet ouvrage constitue une lecture de premier ordre. Hélas cette thèse n’a pas été éditée mais François Bazin en donne un aperçu suggestif dans le colloque Regards sur le M.R.P. (France Forum) :

  • François BAZIN, Le députés MRP élus les 21 octobre 1945, 2 juin et 10 novembre 1946. Itinéraire politique d’une génération catholique, Thèse, Paris, IEP, 1981, 2 volumes, 634 folios dactylographiés.

106Il n’existe aucun travail du même ordre pour les autres législatures. Quant aux conseillers de la République et aux sénateurs, ils sont évoqués à travers deux monographies du groupe MRP, de nature fort différente :

  • Henri DIDEZ, Étude d’un groupe, DES de Sciences politiques, Paris, 1965, 130 pages

  • Barthélemy OTT, Il était une fois...le Conseil de la République, 1946­-1948, Annonay, Imprimerie du Vivarais, 1976, 208 pages. Barthélemy Ott, conseiller de la République puis sénateur, décrit en fait avant tout le groupe MRP du Conseil de la République.

107Il a également dressé le portrait de plusieurs démocrates chrétiens dans un ouvrage de souvenirs :

  • Barthélemy OTT, Hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui. IIIe, IVe et Ve Républiques, Annonay, Imprimerie du Vivarais, 1977, 255 pages (les personnalités du MRP et du Centre Démocrate sont croquées entre les pages 111 et 162).

108Il faut également signaler l’existence d’une collection intitulée "Politiques et Chrétiens", aux éditions Beauchesne, sous la direction de Jean‑Dominique Durand et Régis Ladous. Chaque ouvrage, à travers une biographie, un choix de textes et un témoignage, cherche à cerner les interactions entre la foi religieuse et l’action politique qui innervent toute vie d’un croyant engagé dans la politique. Cette collection ne se limite ni à la France, ni à la Démocratie chrétienne.

109Enfin, on ne saurait oublier l’ensemble des outils biographiques publiés ou en cours de publications dont on trouvera la liste dans :

  • Alfred FIERRO, Bibliographie analytique des biographies collectives imprimées de la France contemporaine (1789‑1985), Paris, Champion, 1986, 367 pages.

110Parmi les outils bibliographiques publiés après 1985, citons :

  • Dictionnaire des parlementaires français, 1940-1959, Paris, La Documentation Française, depuis 1988, 3 volumes parus. Ce précieux dictionnaire est exhaustif.

  • Jean‑Marie MAYEUR et Yves‑Marie HILAIRE (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, depuis 1987, 9 volumes parus. Les volumes régionaux (Alsace, Bretagne, Lille‑Flandres, Lyonnais‑Beaujolais, Limousin et Savoie), sont particulièrement utiles mêmes si tous ne fournissent pas une recension exhaustive des responsables démocrates chrétiens locaux.

  • Geneviève POUJOL et Madeleine ROMER (dir.), Dictionnaire biographique des militants, X/X-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1996, 411 pages (notices sur Paul Bacon, Robert Prigent, Maurice‑René Simonnet...).

  • Jean‑François SIRINELLI (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française au XXe siècle, Paris, PUF, 1995, 1067 pages. Ce dictionnaire combine entrées thématiques et biographiques (notices sur le MRP, le centrisme, la Jeune République et des dirigeants du M.R.P.).

  • Michel WINOCK et Jacques JULLIARD (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1996, 1258 pages (articles sur Etienne Borne et Etienne Gilson notamment).

  • Benoît YVERT (dir.), Dictionnaire des ministres (1789‑1989), Paris, Perrin, 1990, 1028 pages. Il faut vérifier les informations de cet ouvrage exhaustif, car il comporte malheureusement des erreurs.

111On n’oubliera pas les dictionnaires biographiques locaux qui peuvent compléter les ouvrages précédents. Citons :

  • Georges WEILL et alii, Députés et sénateurs de la région parisienne de 1848 à 1984, Nanterre, Archives départementales des Hauts‑de‑Seine, 1985, 445 pages.

  • Pierre SOUDAN, Le conseil général de la Haute‑Savoie : 125 ans, 309 élus, Apremont, Curandera, 1986, 325 pages.

Georges Bidault

112Georges Bidault a été assurément la personnalité la plus marquante du MRP, qu’il domine jusqu’en 1952. Son intelligence extrêmement vive, son goût pour les positions tranchées, les amitiés indéfectibles qu’il suscitait tout comme son parcours exceptionnel en font un des destins hors du commun de l’histoire de France du XXe siècle. Il n’est pas facile de cerner un personnage si complexe. Lui‑même a laissé des souvenirs décevants, car écrits dans un contexte particulier, lors de son exil brésilien. Georges Bidault nourrit alors une grande amertume vis à vis du MRP, dont la Commission Exécutive a refusé qu’il se présente à l’investiture comme Président du Conseil en mai 1958, lui préférant Pierre Pflimlin :

  • Georges BIDAULT, D’une Résistance à l’autre, Paris, Les Presses du Siècle, 1965, 382 pages.

113Il évoque également ses convictions sur l’Algérie et le combat qu’il a mené pour qu’elle demeure française dans deux livres :

  • Georges BIDAULT, Algérie : I’oiseau aux ailes coupées, Paris, La Table Ronde, 1958, 233 pages.

  • Georges BIDAULT, Le point. Entretiens avec Guy Ribeaud, Paris, La Table Ronde, 1968, 344 pages.

114Un article mêlant souvenirs et analyse, de dix ans postérieur, a été écrit dans un climat plus serein :

  • Georges BIDAULT, MRP et Croix de Lorraine, Le Journal de la France, Les Années Quarante, Paris, Librairie Jules Tallandier, 1978, t. Vl, pp. 2745‑ 2756.

115Suzanne Bidault, dont on connaît l’influence politique sur son mari a également écrit ses souvenirs. Ils sont de la même veine que ceux de son mari :

    • 9 Il existe deux autres livres de souvenirs de Suzanne Bidault, mais l'un concerne la période antérie (...)

    Suzanne BIDAULT, Souvenirs, Rennes, Ouest‑France, 1987, 158 pages9.

116Les amis de Georges Bidault ont fondé peu de temps après sa disparition une association qui publie depuis 1984 un Bulletin des Amis de Georges Bidault, riche de nombreux témoignages et documents (3 volumes parus).

117Un fidèle de Georges Bidault, Barthélemy Ott a écrit une hagiographie enflammée de l’ancien président du CNR. L’ouvrage a son intérêt, illustrant l’attachement très fort que Bidault pouvait susciter :

  • Barthélemy OTT, Georges Bidault, I’indomptable, Annonay, Imprimerie du Vivarais, 1975, 238 pages.

118Deux biographies récentes, chacune avec ses qualités et ses limites, n’ont toujours pas épuisé le sujet, même si elles permettent de bien suivre l’itinéraire de Georges Bidault :

  • Jacques DALLOZ, Georges Bidault, biographie politique, Paris, L’Harmattan, 1993, 468 pages.

  • Jean‑Claude DEMORY, Georges Bidault, 1899‑1983, Paris, Julliard, 1995, 520 pages.

119En fait, on attend toujours une biographie approfondie fondée sur les papiers Bidault que Suzanne Bidault a versés aux Archives Nationales. Cet inventaire est édité :

  • Jeanine IRIGOIN et Patricia GILLET, Papiers Georges Bidault, 457 AP, Inventaire, Paris, Archives Nationales, 1993, 77 pages.

120La politique allemande de Georges Bidault en tant que ministre des Affaires Étrangères a fait l’objet d’une thèse soutenue à l’Université de Trèves en 1981 :

  • Reinhard SCHREINER, Bidault, der MRP und die französiche Deutschlandpolitik, 1944‑1948, Frankfurt/Main, Peter Lang, 1985, 296 pages.

  • Signalons également deux articles sur sa politique italienne et arabe :

  • Maurice VAÏSSE, Georges Bidault, ministre des Affaires Étrangères (1944-1948) et l’Italie, in Jean-Baptiste DUROSELLE et Enrico SERRA (dir.), Italia e Francia (1946‑1954), Milano, Angeli, 1988, pp. 298‑ 321.

  • Jean‑Rémy BEZIAS, Georges Bidault et le Levant : I’introuvable politique arabe (1945‑1946), Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1995, n° 4, pp. 609‑621.

Les dirigeants

121Toutes les personnalités majeures du MRP n’ont pas été étudiées, loin de là. Les souvenirs constituent dès lors une source de complément, que son auteur ait eu un rôle de premier plan ou qu’il illustre une tendance de la Démocratie chrétienne. Par commodité, les ouvrages ont été classés par ordre alphabétique des personnalités dont ils font le portrait.

Noël Barrot

122Figure importante quoique discrète du Mouvement, il a été l’un des animateurs du Groupe de Spiritualité des Parlementaires Français fondé par Jules Catoire. Une plaquette, très illustrée et bien documentée, lui a rendu hommage, vingt ans après qu’il fût décédé brutalement dans l’Hémicycle :

  • Noël Barrot (1903‑1966). Images et témoignages pour le vingtième anniversaire de sa mort, Le Puy en Velay, L’éveil, 1986, 85 pages.

Robert Bichet

123Robert Bichet incarne une certaine idée de la Démocratie chrétienne. Il a écrit un recueil de pensées politiques, dans un esprit proche de celui de Georges Bidault après 1958 :

  • Robert BICHET, Réflexions et propos d’un vieil homme, Paris, La Pensée Universelle, 1991, 192 pages.

Auguste Champetier de Ribes

124Auguste Champetier de Ribes, figure dominante du PDP, illustre la mise en sommeil au sein du MRP des anciens dirigeants de l’Entre‑deux‑guerres, cantonnés dans une fonction honorifique. Malgré son cancer généralisé qui ne lui laisse que quelques mois à vivre, il est présenté par le MRP comme candidat à la présidence de la République en 1946. C’est également Champetier qui remplace François de Menthon comme procureur français à Nuremberg. Il a laissé de riches archives privées qui ont été exploitées dans le cadre d’une thèse d’histoire :

  • Philippe DAZET‑BRUN, Auguste Champetier de Ribes (1882‑1947), du christianisme social au centrisme, Thèse, Paris IV, 1995, 869 pages.

Joseph Defos du Rau

125Un mémoire de maîtrise a été consacré à Joseph Defos du Rau, figure de la Démocratie chrétienne landaise :

  • Anne CAILHEUGUE, Joseph Defos du Rau : un démocrate chrétien témoin de son siècle, 1884‑1970, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Marc Agostino, Bordeaux 3, 1995.

Joseph Fontanet

126Joseph Fontanet, qui a mené une réflexion globale sur le monde contemporain, incarne le renouvellement de la Démocratie chrétienne lors des années Soixante-dix :

  • Joseph FONTANET, Le social et le vivant, une nouvelle logique politique, Paris, Plon, 1977, 299 p.

127Un proche a retracé son destin inachevé :

  • Charles CABAUD, Joseph Fontanet, 1921‑1980, Paris, France‑Empire, 1991, 188 p.

Henri Fréville

128L’ancien maire de Rennes et sénateur MRP d’Ille‑et‑Vilaine est revenu sur son engagement politique de chrétien :

  • Henri FREVILLE, Un acte de foi : trente ans au service de la cité, Rennes, Éditions SQS, 1977, 2 volumes.

Francisque Gay

129Personnalité exceptionnelle, Francisque Gay constitue une figure emblématique de la Démocratie chrétienne. Après guerre, il participa à la création du MRP mais prit rapidement du recul vis à vis du Mouvement : combattant d’un idéal démocrate chrétien qu’il veut sans compromis, il jugeait la politique du MRP électoraliste et désapprouvait la récupération de l’électorat conservateur privé de ses partis traditionnels à la Libération. Il a exprimé ce désaccord dans un mémoire qui a grandement perturbé la sérénité du Congrès MRP de 1950 :

  • Francisque GAY, Les démocrates chrétiens à l’épreuve du pouvoir, Mémoire confidentiel, Paris, Bloud et Gay, 1950, 128 pages

130En l’absence d’une biographie approfondie de Francisque Gay, on puisera dans les ouvrages suivants :

  • Maurice CARITE, Francisque Gay, le militant, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1966, 189 pages.

  • Francisque Gay ou quarante années de combat d’avant‑garde hommages et témoignages pour le centenaire de sa naissance, 1885‑1985, Paris, Éditions du Témoignage Chrétien, 1985, 63 pages.

  • Pierre SAVARD, L’ambassade de Francisque Gay au Canada en 1948-1949, Revue de l’Université d’Ottawa, janvier-mars 1974, pp. 5‑31.

Georges Hourdin

  • 10 Il n'est malheureusement pas revenu sur son engagement politique dans ses mémoires : Georges HOURDI (...)

131On connaît Georges Hourdin comme homme de presse. Il a été également membre de la Commission Exécutive du MRP de 1945 à 1962, et, durant un an, secrétaire de son groupe parlementaire. Il évoque dans un livre d’entretien son parcours d’homme de presse démocrate chrétien10 :

  • Georges HOURDIN, Dieu en liberté, Paris, Stock, 1973, 391 pages.

Jean Lecanuet

132Dernier président du MRP, brillant candidat à l’élection présidentielle de 1965, fondateur du Centre Démocrate, Jean Lecanuet ``a été, pendant près de quarante ans, une figure de proue de la démocratie d’inspiration chrétienne,, (Jean‑ Dominique Durand) :

  • Présence de Jean Lecanuet, 1920‑1993, France Forum, n° spécial, avril 1993.

  • Jean‑Dominique DURAND, Jean Lecanuet. Une idée de la Démocratie d’inspiration chrétienne, France Forum, n° 303‑304, juillet-septembre 1995, pp. 2‑7

  • Jean LECANUET, Le combat pour l’idée, Paris, Associations des Amis du Centre Démocrate, 1994, 191 pages. Il s’agit d’un recueil de textes réunis en hommage par Jacques Latscha et Henri Bourbon.

Jean Letourneau

133Jean Letourneau partage avec Paul Coste‑Floret la responsabilité d’avoir, à travers plusieurs gouvernements, mener la politique indochinoise du MRP. Venu de l’ACJF, il appartient à la garde rapprochée de Georges Bidault qu’il suit après 1958, d’où la nécrologie suivante :

  • Jean GUITTON et Jean DANNEMULLER, Hommage à Jean Letourneau, Bulletin des Amis de Georges Bidault, 1988, n° 2, pp. 15‑32.

Jean-Marie Louvel

  • 11 “J'en veux à de Gaulle car il m'a fait connaitre la haine” a‑t‑il déclaré à B. Ott (Barthélémy OTT, (...)

134Député, maire de Caen dont il assure la reconstruction, neuf fois ministre de la Production industrielle, ce polytechnicien choisit de défendre les positions algériennes de Georges Bidault. Ce démocrate chrétien qui, selon Ott, avait toute les vertus, illustre l’exécration des fidèles de Bidault contre de Gaulle11. Il aide son ami André Pairrault, trésorier du MRP et également polytechnicien, à nouer des contacts avec le monde des affaires pour financer le Mouvement. Un mémoire de D.E.A. permet de mieux connaître cette personnalité importante :

  • Christophe MAUBOUSSIN, Jean‑Marie Louvel (1900‑1970), un industriel en politique, Université de Caen, D.E.A., sous la dir. de Dominique Barjot et André Encrevé, 1996, 2 volumes (215 et 197 pages).

  • Christophe MAUBOUSSIN est également l’auteur d’un article sur Jean‑Marie Louvel :

  • Christophe MAUBOUSSIN, Le rôle de Jean‑Marie Louvel, président de la Commission de l’équipement national lors de la nationalisation de l’électricité de 1945 à 1949, Bulletin d’histoire de l’électricité, décembre 1996, pp. 120‑148.

Pierre Pflimlin

135Pierre Pflimlin illustre parfaitement la deuxième génération du MRP, dont il prit la présidence en 1956. Il a expliqué son parcours à travers deux livres :

  • Pierre PFLIMLIN, Itinéraires d’un Européen. Entretiens avec J.‑L. English et D. Riot, Strasbourg, La Nuée Bleue, 1989, 397 pages.

  • Pierre PFLIMLIN, Mémoires d’un Européen. De la Quatrième à la Cinquième République, Paris, Fayard, 1991, 391 pages. On lira également l’analyse de cet ouvrage par Jean-Dominique Durand dans France Forum (n° 279-280, juillet‑septembre 1992, pp. 24‑28)

Alain Poher

136Peu de temps avant sa disparition, Alain Poher a fait paraître un livre de souvenirs :

  • Alain POHER, Trois fois président, Paris, Plon, 1993, 276 pages. Cette autobiographie factice, écrite par des collaborateurs, ne permet pas de saisir réellement la personnalité du président du Sénat, comme le regrette l’article de Raymond Legrand‑Lane :

  • Raymond LEGRAND‑LANE, Alain Poher, cet inconnu, France Forum, n° 315, janvier-mars 1997, pp. 45‑51.

137Deux ouvrages de journalistes reviennent sur les temps forts de la carrière politique d’Alain Poher, sa candidature à la présidence en 1969 et son double intérim en 1969 et 1974 :

  • Dominique PADO, Les 90 jours d’Alain Poher, I’intérim, la campagne présidentielle, Paris, Denoël, 1969, 311 pages.

  • Euloge BOISSONNADE, Jamais 2 sans 3 ?... ou l’étonnant destin d’Alain Poher, Paris, France‑Empire, 1986, 238 pages.

Germaine Poinso‑Chapuis

138Un colloque sur Germaine Poinso‑Chapuis est en préparation. Il aura lieu en novembre 1997 à Aix‑en‑Provence.

Robert Schuman

139Robert Schuman, du fait de son statut de “ père de l’Europe ”, a été particulièrement bien étudié. Raymond Poidevin lui a consacré une importante biographie, très fouillée :

  • Raymond POIDEVIN, Robert Schuman, homme d’Etat, 1886-1963, Paris, Imprimerie Nationale, 1986, 520 pages. On trouve page 489 la liste des études sur Robert Schuman parmi lesquelles il faut retenir le portrait de Robert Schuman dressé par un de ses collaborateurs :

  • Robert ROCHEFORT, Robert Schuman, Paris, Le Cerf, 1968, 384 pages.

140On peut également utiliser deux autre biographies récentes, plus synthétiques :

  • Raymond POIDEVIN, Robert Schuman, Paris, Beauchesne, 1988, 256 pages.

  • René LEJEUNE, Robert Schuman, 1886‑1963, Paris, Desclée de Brouwer, 1988, 206 pages.

141Enfin, les germanophones ne manqueront pas de lire :

  • Victor CONZEMIUS, Robert Schuman, Christ und Staatsmann, Hamburg, Wittig, 1985, 63 pages.

Pierre-Henri Teitgen

142Pierre‑Henri Teitgen a fait partie des fondateurs du MRP, son père ayant été lui‑même une figure importante de la Démocratie chrétienne des années Trente. Il a publié un livre de souvenirs en 1988, qui constitue une lecture indispensable :

  • Pierre‑Henri TEITGEN, “Faites entrer le témoin suivant”, 1940‑1958, de la Résistance à la Ve République, Paris, Ouest‑France, 1988, 583 pages.

Les ouvriers et les militants du MRP

143Venue de l’Action Catholique, et particulièrement de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, une génération de militants ouvriers investit le Mouvement en 1944 et 1945. Ils forment une minorité qui se marginalise de plus en plus face aux "politiques". L’entrée à l’Assemblée Nationale d’ouvriers venus du catholicisme social constitue un événement que les anciens du MRP aiment à mettre en avant, preuve que le MRP n’était pas un parti comme les autres. Il n’existe aucune étude synthétique sur ces hommes, ni sur leur figure emblématique, Francine Lefebvre “ la petite chocolatière ”. On se contentera donc d’une étude sur Paul Bacon, des mémoires de Fernand Bouxom, au titre éloquent, et surtout de la biographie de Jules Catoire, permanent syndical. Ce n’est pas un hasard si tous les trois sont issus du Nord et du Pas‑de‑Calais :

  • Alain‑René MICHEL, Paul Bacon, in La politique sociale du Général de Gaulle, Lille, Université Lille III, 1991, pp. 223‑339.

  • Fernand BOUXOM, Des faubourgs de Lille au Palais‑Bourbon, Paris, Édition du Témoignage chrétien, 1982, 192 pages.

  • Bruno BETHOUART, Jules Catoire (1899‑1988), Arras, Artois Presses Université, 1996, 352 pages.

144Il n’existe pas de travaux sur les militants démocrates chrétiens, hormis le portrait de deux d’entre eux.

145Jean Dannenmuller a rendu hommage à un fidèle à Georges Bidault :

  • Jean DANNENMULLER, Fred (Gaston Charnay), grognard de l’ombre, Bulletin des Amis de Georges Bidault, 1992, n° 3, pp. 247‑258.

146On n’hésitera pas à avoir recours aux deux témoignages d’un militant de base, qui embrasse à la fois l’histoire du MRP puis celle du Centre démocrate et du CDS :

  • Pierre LOUCHET, Au milieu du troupeau, Annonay, Imprimerie du Vivarais, 1980, 310 pages.

  • Pierre LOUCHET, Le temps des hommes, Paris, Albatros, 1986, 291 pages.

147et à celui d’Émile Coliche :

  • Un chrétien social lillois au XXe siècle : Émile Coliche. Entretiens avec André CAUDRON, Préface de Pierre PIERRARD, Lille, avril 1996.

Les exclus et les démissionnaires

148On possède plusieurs biographies et souvenirs de responsables du MRP qui, soit se sont éloignés du MRP, soit ont été exclus ou suspendus : hasard de l’édition, nécessité de justifier une position hétérodoxe ou attrait des personnalités atypiques ?

149L’un des premiers députés déçus par le MRP a expliqué à ses électeurs de Dordogne les raisons de sa déception :

  • Pierre DUMAS, Je ne serai plus député, Toulouse, Éditions du Hublot, 1946, 157 pages.

150Edmond Michelet fut un éphémère membre du MRP qu’il dut quitter en 1947 à cause de son indéfectible gaullisme. Son esprit démocrate chrétien n’en est pas moins indéniable :

  • Jean CHARBONNEL, Edmond Michelet, Paris, Beauchesne, 1988, 294 pages.

151Louis Terrenoire, dont le parcours rejoint celui d’Edmond Michelet —engagement démocrate chrétien dans les années Trente, Résistance, déportation, MRP puis gaullisme—, a rassemblé une documentation sur son ami :

  • Louis TERRENOIRE, Edmond Michelet, mon ami : souvenirs et témoignages, Paris, Nouvelle Cité, 1992, 141 pages.

  • 12 Déposé aux Archives Nationales.

152Cette grande figure de la Démocratie chrétienne, gendre de Francisque Gay, a publié partiellement son journal12. Toutefois, il concerne principalement la période du RPF :

  • Louis TERRENOIRE, De Gaulle, 1947‑1954. Pourquoi l’échec ? Du RPF à la traversée du désert, Paris, Plon, 1981, 326 pages.

153Léo Hamon a publié ses mémoires. Il a appartenu au MRP de 1944 à 1954, date à laquelle il quitta le Mouvement à cause de son hostilité à la Communauté Européenne de Défense pour rejoindre la Jeune République :

  • Léo HAMON, Vivre ses choix, Paris, Robert Laffont, 1991, 556 pages.

154Un autre démocrate chrétien atypique, Robert Buron, au parcours comparable à celui de Léo Hamon, même s’il n’a été que provisoirement suspendu, est bien connu ; outre qu’il a laissé des souvenirs, il a fait l’objet d’un mémoire de Maîtrise et d’une biographie :

  • François GILLOT, Robert Buron en Mayenne. L’enracinement d’un député MRP, 1945-1953, Mémoire de Maîtrise, Paris X - Nanterre, 1977.

  • Marcel LAUNAY, Robert Buron, Paris Beauchesne, 1993, 208 pages.

155Cette étude ne dispense pas de recourir à trois des livres de souvenirs de Buron, auxquels s’ajoute une analyse de sa correspondance privée :

  • Robert BURON, Par goût de la vie, Paris, Cerf, 1973, 112 pages.

  • Robert BURON, La Mayenne et moi ou de la Démocratie chrétienne au socialisme, Paris, Cana, 1978, 150 pages.

  • Robert BURON, Les dernières années de la IVe République. Carnets politiques, Paris, Plon, 1968, 254 pages.

  • Jacques RENARD, Vie et mort du MRP à travers la correspondance du Dr Bernard Queinnec et Robert Buron, La province du Maine, 1990, t. 4, fascicule n° 16, pp. 437‑444. Le docteur Queinnec (1890‑1983) a été conseiller municipal de Laval de 1935 à 1940 puis de 1945 à 1965.

156On n’oubliera pas Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, turbulent député MRP durant une législature, qui quitta le Mouvement avec perte et fracas, ce dont il s’est expliqué dans une conférence publiée :

  • Christine FAYAN, Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, député de Meurthe et Moselle, octobre 1945-juin 1951, Mémoire de Maîtrise, sous la dir. de Jean-Dominique Durand, Lyon 3, 1996, 182 pages.

  • Abbé PIERRE, Peuple inconnu. La démocratie chrétienne sera‑t‑elle le parti du peuple ? Pourquoi je quitte le MRP, Paris, SLO, 1950, 20 pages.

  • 13 Charles d'ARAGON, La Résistance sans héroisme, Paris, Le Seuil, 1977, 216 pages.

157Charles d’Aragon a quitté le MRP au même moment que l’abbé Pierre. Malheureusement, ses mémoires ne concernent que la période de la Résistance13. On trouvera des renseignements dans :

  • Charles d’Aragon (1911‑1986), une conscience, Revue du Tarn, 1986, n° 3, pp. 416‑441. Ce numéro comprend une biographie (Robert FABRE, Une certaine idée de l’histoire, pp. 416‑420) complétée par les nécrologies et discours d’adieux.

158Enfin, Barthélemy Boganda, prêtre et député apparenté MRP de l’Oubangui-Chari quitta le MRP en 1951 au moment même où il était relevé de ses fonctions sacerdotales :

  • Pierre KALCK, Barthélemy Boganda, “ élu de Dieu et des Centrafricains ”, Saint‑Maur des Fossées, Sépia, 1995, 218 pages

  • Jean‑Dominique PENEL (Présentation), Barthélemy Boganda. Ecrits et discours, [t. 1], 1946‑1951 : la lutte décisive, Paris, L’Harmattan, 1995, 409 pages. Cet ouvrage regroupe non seulement les textes de Boganda mais aussi les lettres qu’il recevait ainsi que les articles de presse et les correspondances à son sujet au moment même où il était député MRP.

*

* *

  • 14 Cité dans Alerte aux Catholiques, in Mouvement Républicain Populaire, Tracts de propagande du Mouve (...)
  • 15 La définition moderne du pluralisme en France a été établie par Benlamin Constant et Francois Guizo (...)

159Sans être exhaustive, la présente bibliographie permet de mettre en valeur les lignes de forces des travaux sur la Démocratie chrétienne en France mais aussi les lacunes. Grâce aux études de Jean‑Marie Mayeur et Émile Poulat, la Démocratie chrétienne en France est d’abord perçue à travers le prisme des relations entre les chrétiens et le monde moderne ; elle apparaît fondamentalement comme un rameau de l’intégralisme. Les nombreux textes doctrinaux à usage interne produits par le MRP - dont on ne peut que regretter la difficulté d’accès - confirment la profondeur de ces racines. La spécificité de la Démocratie chrétienne française au sein des autres partis démocrates chrétiens d’Europe a plusieurs fois été soulignée grâce à une approche comparative et typologique. Cette spécificité se manifeste par une attention scrupuleuse à distinguer la foi individuelle et le corps social, irrémédiablement sécularisé. Le MRP et ses successeurs se veulent laïques, comme l’affirme Robert Lecourt en mai 1945 : “ le MRP est un parti laïque qui ne saurait concevoir l’Etat autrement que laïque (...) Nous n’hésitons pas à le proclamer : la laïcité est la condition non seulement légitime mais nécessaire de la liberté ”14. La Démocratie chrétienne française rejette toute idée de défense religieuse, car elle voit dans le principe démocratique, donc dans la reconnaissance de la pluralité des opinions, le fondement de tout édifice social et politique. Cet effort doctrinal pour concilier intégralisme catholique et pluralisme démocratique n’a pas encore été suffisamment étudié. Les sources intellectuelles catholiques de la Démocratie chrétienne ont été bien explicitées mais le thème même de pluralisme, omniprésent dans le discours démocrate chrétien, renvoie à des penseurs rarement associés au MRP et à ses successeurs15". Il y a donc lieu de s’interroger sur l’influence de systèmes de pensée étrangers au traditionnel discours démocrate chrétien sur la Démocrate chrétienne française.

  • 16 Jean‑Marie BAUDOUIN, Le juge des enfants. Punir ou protéger ?, Paris, ESF Editeurs, 1990, p. 21.

160Le propre de l’étude d’un courant politique est de pouvoir faire le lien entre la doctrine et l’action. Des études thématiques de l’action des démocrates chrétiens dans tel ou tel domaine permettent d’établir ce lien. De ce point de vue, seule la construction européenne a été véritablement étudiée. Quant à l’œuvre sociale et coloniale, les travaux sont en cours. Mais que de lacunes ! Ainsi, I’épuration a été réalisée par deux Garde des Sceaux MRP, François de Menthon puis Pierre‑Henri Teitgen. C’est également un MRP, Robert Lecourt, qui a rédigé le projet loi d’amnistie pour les "épurés" voté le 5 janvier 1951. Malgré cela, nul ouvrage ne traite expressément du MRP et de l’épuration au sein d’une bibliographie pourtant fort riche. Toujours dans le domaine judiciaire, c’est aux deux premiers Gardes des Sceaux déjà cités que la France doit son aggiornamento en matière de répression de l’enfance délinquante. L’ordonnance du 2 février 1945 appartient incontestablement aux grands textes législatifs de l’après‑guerre et continue d’inspirer l’ensemble de la législation pénale des mineurs16. Là encore, la bibliographie concernant explicitement le MRP est inexistante. De même, la constitution de la Quatrième République doit beaucoup à Paul Coste‑Floret, rapporteur MRP dans la seconde Assemblée constituante. A partir de 1955, le MRP, s’estimant investi de la mission de sauver la République, réfléchit sur la possibilité de modifier la Constitution de la IVe République afin d’en améliorer le fonctionnement. L’élaboration de la Constitution de la Ve république prolonge cette réflexion, notamment grâce à Pierre Pflimlin et Paul Coste‑Floret. Pourtant, il n’existe aucune monographie d’envergure sur l’œuvre constitutionnelle du MRP, ni même une biographie de Paul Coste‑Floret. Enfin, le MRP a activement participé à la reconstruction et la modernisation du pays, en détenant à plusieurs reprises deux portefeuilles clé, I’agriculture, avec Pierre Pflimlin, et l’industrie, avec Jean‑Marie Louvel. Une synthèse confrontant les théories économiques du MRP avec ses réalisations permettrait de mieux saisir l’idée de démocratie économique à laquelle le Mouvement se montre si attaché.

  • 17 Archives Nationales, 350 AP 100.

161La vie locale des partis démocrates chrétiens souffrent également d’une bibliographie lacunaire, dont seul le Nord‑Pas de Calais émerge véritablement. Dans beaucoup de domaine, I’échelon local reste méconnu, qu’il s’agisse de la vie des fédérations, de la gestion municipale, des liens concrets avec les catholiques ou de la presse sympathisante. Ainsi, une enquête interne du MRP de 1947 met en valeur la grande variété des 52 quotidiens et hebdomadaires favorables au Mouvement17 ; la liste comprend aussi bien Ouest‑France que le modeste Courrier d’Aix‑en‑Provence (1200 exemplaires). Il y a là un vivier encore sous‑exploité. Seules les études locales permettent de saisir la sociologie de la Démocratie chrétienne, I’écho des grandes orientations nationales sur le terrain et la réaction de l’électorat et des militants.

162Enfin, comprendre la Démocratie chrétienne nécessite de connaître les hommes qui ont animé cette idée. Seule la biographie ou la prosopographie permet de saisir le lien entre la foi intime et l’action publique qu’elle conditionne. Pourtant, les hommes du MRP ont rarement fait l’objet d’études universitaires. Les autobiographies, les livres d’entretiens, les volumes d’hommages occupent trop souvent la place des approches scientifiques. Il n’existe ainsi aucun colloque portant sur un dirigeant du MRP contrairement à ce qui a été organisé pour Pierre Mendès‑France, Guy Mollet ou Paul Ramadier. Assurément, il manque un colloque Bidault qui permettrait de faire le point face à une historiographie en miettes. Aucun président du Mouvement n’a fait l’objet d’une biographie scientifique. En outre, s’il est relativement facile de trouver des renseignements sur ceux qui ont eu un mandat électif important ou ont occupé des fonctions ministérielles, on manque de travaux sur les dirigeants qui se sont investis au cœur du Mouvement, comme René Guyomard, Albert Gortais et André Colin, secrétaire général de 1944 à 1955, certainement l’une des figures clé du MRP. De tels travaux permettraient de mieux connaître la vie interne du Mouvement ainsi que les tensions et rivalités qui le parcourent, la force de “ I’esprit MRP ” faisant barrage pour quiconque adopte un point de vue extérieur.

163Cette meilleure compréhension des démocrates chrétiens nécessite de mettre en œuvre un repérage des archives privées. Les différents papiers conservés par les responsables ou leur famille constituent en effet le gisement documentaire qui permettra l’approfondissement indispensable des connaissances actuelles de la Démocratie chrétienne en France depuis 1945.

Haut de page

Notes

1 Jean‑Marie MAYEUR, L'état de la recherche : histoire contemporaine, in Archives religieuses et recherche historique, Gazette des Archives, 1994, n° 165, p. 124.

2 R.B. ROSE, Claude Fauchet, 1744‑1793 and the french revolutionary Origins of christian Democracy, Australian Journal of French Studies, 1986, n° 1, pp. 83‑101.

3 Seul le mouvement fondé par Bidault après 1958 s'appelle Démocratie chrétienne, alors même que son véritable ciment provient du nationalisme et de l'hostilité à tout recul de la présence française en Algérie.

4 Citons à titre d’exemple une lecture indispensable : René RÉMOND, Laïcité et question scolaire dans la vie politique française sous la IVe République, in La Laïcité, Paris, PUF, 1960, pp. 381-400.

5 Jean‑Marie MAYEUR, La Démocratie d’inspiration chrétienne en France ; Hugues PORTELLI, L'organisation politique ; Bruno BETHOUART, L'apport socio‑économique de la Démocratie chrétienne en France ; Yves‑Marie HILAIRE, L’influence de la Démocratie chrétienne dans la sphère de la religion, la morale et la culture en France.

6 Il existe un ouvrage dont le titre peut induire en erreur (Jean LENOIR, Essai sur la Démocratie Chrétienne et ses fondements philosophiques, Monte‑Carlo, Regain, 1954, 255 pages). En fait, le propos de l'auteur ne concerne en rien la Démocratie chrétienne telle qu'on l'entend ici.

7 François GOGUEL, Christian Democracy in France, in Mario EINAUDI et François GOGUEL, Christian Democracy in Italy and France, Notre‑Dame (Indiana, USA), University of Notre‑Dame Press, 1952, p. 123.

8 François BAZIN, Le personnel politique du M.R.P. ; Pierre AVRIL, Le M.R.P. et les institutions ; Jean-Marie MAYEUR, Le M.R.P. et le gaullisme ; Jacques MALLET, La politique européenne et internationale du M.R.P. ; Frédéric TURPIN, Le M.R.P. et l’Outre-Mer (1944-1962) ; Bruno BETHOUART, Le M.R.P. et la politique sociale.

9 Il existe deux autres livres de souvenirs de Suzanne Bidault, mais l'un concerne la période antérieure (Suzanne BIDAULT, Souvenirs de guerre et d'Occupation, Paris, La Table Ronde, 1973, 259 pages) et l’autre dresse le portrait de personnalités non démocrates chrétiennes rencontrées par Suzanne Bidault (SuzanneBIDAULT, Je n'ai pas oublié, Paris, La Table Ronde, 1971,191 pages).

10 Il n'est malheureusement pas revenu sur son engagement politique dans ses mémoires : Georges HOURDIN, Dieu m'a eu mais je me débats encore, Paris, Desclée de Brouwer, 1992, 269 pages.

11 “J'en veux à de Gaulle car il m'a fait connaitre la haine” a‑t‑il déclaré à B. Ott (Barthélémy OTT, Hommes politiques..., op. cit, p. 143).

12 Déposé aux Archives Nationales.

13 Charles d'ARAGON, La Résistance sans héroisme, Paris, Le Seuil, 1977, 216 pages.

14 Cité dans Alerte aux Catholiques, in Mouvement Républicain Populaire, Tracts de propagande du Mouvement Républicain Populaire, 1944‑1946, Bibliothèque Nationale, Recueil 4 Lb59 319.

15 La définition moderne du pluralisme en France a été établie par Benlamin Constant et Francois Guizot (André RESZLER, Le pluralisme. Aspects théoriques et historiques des sociétés ouvertes, Genève, Institut Universitaire d'Etudes Européennes, 1990, p. 5‑6)

16 Jean‑Marie BAUDOUIN, Le juge des enfants. Punir ou protéger ?, Paris, ESF Editeurs, 1990, p. 21.

17 Archives Nationales, 350 AP 100.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Ducerf, « La démocratie chrétienne en France depuis 1945 »Chrétiens et sociétés, 4 | 1997, 31-64.

Référence électronique

Laurent Ducerf, « La démocratie chrétienne en France depuis 1945 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 4 | 1997, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7260

Haut de page

Auteur

Laurent Ducerf

Institut d’Histoire du Christianisme - Université Jean Moulin – Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search