Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Luther et la papauté

Luther et la papauté

Marc Lienhard
p. 3-33

Texte intégral

  • 1 Point de vue déjà avancé en 1906 par Hans Preuss, Die Vorstellungen vom Antichrist im späteren Mitt (...)
  • 2 Luther : Leben, Schriften, Denken, Marburg, 1969, p. 68.

1Les travaux abordant les relations entre Luther et la papauté se sont multipliés ces dernières années. Mais les spécialistes divergent lorsqu’il s’agit d’évaluer la place qu’occupe le combat contre la papauté dans la vie et les conceptions de Luther. Pour les uns, la vie entière de Luther se serait réduite à la lutte contre la papauté1. Ainsi Peter Kawerau estime que "sans le combat contre le pape, Luther serait sans doute devenu l’initiateur d’une nouvelle école antiscolastique et biblique à l’intérieur de la théologie catholique, en particulier dans le domaine de la grâce et de la justification"2.

  • 3 Harding Meyer, “Das Papstamt in lutherischer Sicht”, in : Papsttum und Petrusdienst, (éd. par H. St (...)

2D’autres par contre3 font observer que les préoccupations primitives et principales de Luther concernaient la grâce et le salut plutôt que l’ecclésiologie proprement dite. Le combat antipapal lui aurait été imposé par ses adversaires.

I - Luther et Rome jusqu’en 1517

  • 4 Nous renvoyons à nos présentations dans Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Paris-Genève (...)

3Né en 1483, Luther était entré au couvent des Augustins d’Erfurt en 1505. Il n’y avait pas trouvé la paix intérieure escomptée, troublé en particulier par certaines incertitudes de la théologie occamiste4 dans laquelle il avait été formé. Elles concernaient le salut et la possibilité ou non de se disposer à l’obtention de la grâce et d’acquérir la certitude du salut. A partir de 1512 il fut appelé à enseigner la théologie à l’université de Wittenberg. Dès ses premiers cours, il s’opposa à la théologie scolastique.

4Mais l’événement qui le fera connaître du grand public sera l’élaboration, en 1517, des thèses contre les indulgences. Elles déclencheront le conflit avec Rome, qui portera en particulier sur l’autorité du pape.

  • 5 H. Preuss, op. cit., p. 107. (cf. note 1)

5Certains spécialistes ont estimé que les premiers écrits de Luther exprimaient déjà certaines réticences à l’égard de Rome. Dans son premier commentaire sur les psaumes de 1513-1514 (les Dictata), pourtant riche en approches allégoriques, Luther n’aurait jamais appliqué le mot petra (rocher) de Matthieu 16, 18 au pape, mais seulement au Christ, à l’Écriture ou à la foi5. En fait, cette interprétation spiritualisante était habituelle chez des théologiens conciliaristes qui ne rejetaient pas pour autant l’institution divine de la papauté.

  • 6 Initia juris ecclasiastici Protestantium, in Das blinde, undeutliche Wort "Kirche", Cologne, 1964, (...)

6De son côté, Johannes Heckel6 relevait que Luther parlait du plein pouvoir des clefs de Pierre et de la primauté de Rome, tête des Églises particulières, mais qu’il n’était question nulle part de "droit divin". Toutefois, cette observation n’a guère été reçue.

  • 7 WA (=édition dite de Weimar) 54, 179, 24.

7En fait, on estime plutôt aujourd’hui que les premiers écrits de Luther ne contiennent guère de critiques de la papauté qui aient dépassé ce qui était courant à son époque. Sans doute faut-il relativiser son propre témoignage datant de la fin de sa vie, en 1545 : "J’étais un papiste fanatique"7, mais ce qui est certain, c’est qu’il n’a pas critiqué particulièrement le pape avant 1517.

  • 8 Cf. G. Müller, "Ekklesiologie und Kirchenkritik beim jungen Luther", Neue Zeitschrift für systemati (...)

8Certes, dès le cours sur les Romains (1515), les critiques adressées aux clercs et à l’Église institutionnelle se renforcent par rapport au commentaire précédent8 .

9C’est par âpreté au gain que l’Évangile est annoncé et non par obéissance envers Dieu ou pour le salut des fidèles (WA 56, 424, 2-4) : "Le culte et la piété sont devenus un marché" (WA 56, 458, 3).

10Les évêques et les supérieurs des ordres nomment trop souvent des prédicateurs inaptes. Ainsi s’exprime la colère de Dieu qui, à cause de nos péchés, nous retire sa Parole et multiplie les prédicateurs bavards (WA 56, 454, 18-23). Par ailleurs, la vie des prêtres est loin d’être exemplaire. Ils sont mauvais et impies (WA 56, 477, 15-21). Il semble à Luther que les autorités civiles assument mieux leurs fonctions que les clercs (WA 56, 478, 26-32).

11Les critiques de Luther visent aussi Rome, dépassant donc celles qu’il formulait dans les Dictata. Rome est retombée dans les coutumes païennes et incite la terre entière à suivre son exemple (WA 56, 489, 11-13). Toute la Curie est dépravée (480, 10-12). Il faut améliorer le droit ecclésiastique, en particulier épurer la collection des Décrétales. Il faut simplifier le cérémonial des prières et des vêtements liturgiques. En effet, ils favorisent la vanité plutôt que la foi et l’amour (497, 12-17).

12Dans les notes prises par les étudiants et dont certaines ont été conservées, les critiques de Luther contre l’Église sont absentes. Il ne les a donc, sans doute, pas exposées dans son cours. Elles découlent, certes, de sa vision de l’Évangile, de l’Église et de la foi. Mais, soit animé de la prudente réserve et de l’humilité du moine, soit désireux de demeurer au niveau proprement doctrinal dans son enseignement et de laisser à d’autres le soin d’en tirer les conséquences pratiques, il a gardé pour lui, en 1515-1516, les critiques qu’il avait à adresser, avec d’autres contemporains d’ailleurs, à l’institution ecclésiale.

13Si la Curie lui paraît dépravée, l’institution de la papauté elle-même n’est pas mise en cause. Dans son commentaire sur les Psaumes de 1513, il avait critiqué le refus de la primauté de Rome par les Hussites.

  • 9 Par exemple Joseph Vercruysse, Fidelis populus, Wiesbaden, 1968.
  • 10 Scott Hendrix, "Luther et la papauté", Concilium 118 (1976) p. 52. L'auteur a explicité ses concept (...)

14Toutefois, un certain nombre de recherches sur les premiers écrits de Luther9 mettent en évidence un type d’ecclésiologie susceptible de fournir la base de l’affrontement ultérieur avec la papauté. Voici comment s’exprime Scott Hendrix : "Depuis l’époque de ses premiers commentaires sur les Psaumes (1513-1515) et durant les années cruciales de 1517-1520, Luther soutenait une ecclésiologie ferme qui définissait l’Église comme la congrégation des chrétiens fidèles nourris et fortifiés par la Parole de Dieu, et qui attribuait l’autorité dans cette Église à la Parole et à ceux qui la proclamaient fidèlement"10.

15Jusqu’en 1517-1518, Luther n’avait aucune raison de s’opposer à la papauté. Il ne doutait pas du fait que l’Église romaine en tant que telle était fidèle à l’Évangile et allait le rester, avec l’assistance de l’Esprit saint. D’ailleurs, en 1518 encore, il affirmait que l’Église romaine ne conservait rien qui fût contraire à l’Évangile et il critiquait le séparatisme des Hussites (WA 2, 605, 12ss).

II - Les quatre-vingt-quinze thèses11

  • 11 Texte dans WA 1, 229-238 ; trad. franç. : Controverse destinée à montrer la vertu des Indulgences, (...)
  • 12 J. Lortz, La Réforme de Luther, t.I, Paris, 1970, p. 286.
  • 13 Ernst Bizer, Luther und der Papst, Munich, 1958 p. 5 ss ; Kawerau, op. cit. p. 70.
  • 14 Wilhelm Maurer, “Der ekklesiologische Ansatz der Abendländischen Kirchenspaltung nach dem Verständn (...)

16Quel fut le rôle joué par les 95 thèses dans le conflit entre Luther et la papauté ? Un tiers des thèses évoque le rôle du pape. Un certain nombre de spécialistes tendent à y voir un tournant essentiel. "Les quatre-vingt-quinze thèses sont une attaque en règle non seulement contre la pratique décriée, mais déjà contre l’essence du pouvoir qui dispense l’indulgence"12. Plusieurs luthérologues soulignent que l’affaire des indulgences et les 95 thèses deviendront le catalyseur qui déclenchera l’affrontement avec le pape13. D’autres estiment même que le pape est déjà, en fait, l’objet essentiel du débat et que les attaques ultérieures contre la papauté ne feront que reprendre ou expliciter ce que Luther affirme dès 151714.

17Mais que dit Luther du pape ? Il ne veut pas rejeter les indulgences comme telles (thèse 71 : "Anathème et maudit soit celui qui parle contre la vérité de l’indulgence papale"), mais préciser jusqu’où s’étend le pouvoir du pape. Celui-ci peut remettre seulement les peines qu’il a lui-même imposées (thèse 5). Il y a d’autres peines, imposées par Dieu, que le pape ne peut pas remettre (thèses 20, 21). En ce qui concerne les peines du purgatoire, le pape peut seulement les remettre par voie d’intercession (thèse 26).

18Luther insiste sur la différence entre les indulgences, c’est-à-dire la remise des peines, et le don divin, c’est-à-dire l’œuvre du Christ par laquelle l’homme est réconcilié avec Dieu (thèses 33, 34, 58, 76). Le chrétien y a part "par Dieu, même sans lettre d’indulgence" (thèse 37) ; pourtant le rôle du pape (et du prêtre en général) n’est pas négligeable, dans la mesure où il annonce la rémission divine (thèse 38). En tout état de cause l’Évangile, c’est-à-dire l’annonce du pardon, est plus important que les indulgences (thèses 55, 78).

19A plusieurs reprises, Luther estime que ses thèses expriment la véritable pensée du pape : "Le pape pense nécessairement qu’il faut célébrer davantage l’Évangile que les indulgences"(thèse 55) ; le pape pense nécessairement que les œuvres de miséricorde sont plus importantes que l’achat d’indulgences (thèses 42, 74).

20Selon Luther, le pape n’est pas informé sur les abus liés aux indulgences (thèses 50, 51, 91). Il rappelle enfin des observations de bon sens faites par la population : "pourquoi le pape ne vide-t-il pas le purgatoire [par charité] ?" (thèse 82), et "pourquoi ne construit-il pas Saint-Pierre avec ses propres deniers ?" (thèse 86).

21S’agissait-il vraiment d’une remise en cause de la papauté ? Et la démarche de Luther était-elle nouvelle dans l’histoire de la tradition théologique ? Il faut constater que les premières réactions négatives se focalisèrent sur la question de la papauté. L’avis de l’université de Mayence du 17 décembre 1517 attirait l’attention sur la limitation du pouvoir du pape au sujet des indulgences. Les censeurs de Mayence conseillaient au Saint-Siège d’examiner les thèses sous cet angle. Un an plus tard, l’université de Leipzig estima, elle aussi, que l’affaire Luther, et les conceptions de ce dernier, touchaient au pouvoir du pape. Puis des adversaires de Luther tels que Prierias, Wimpina, Cajetan et Eck émirent des avis semblables.

  • 15 Erwin Iserloh, Reformation, Katholische Reform und Gegenreformation ( = Handbuch der Kirchengeschic (...)
  • 16 Humanitas - Christianitas, Mélanges Walter v. Loewenich, Witten, 1968, p. 49.
  • 17 H. Meyer, op. cit., 1975, p. 77 et op. cit., 1982, p. 111 ss.

22Relevons pourtant que certains spécialistes du 20e siècle, catholiques compris, sont moins critiques. Selon Erwin Iserloh, les thèses étaient parfaitement orthodoxes, et auraient pu être comprises comme des critiques justifiées des abus relatifs aux indulgences et comme une contribution à la discussion de questions théologiques encore ouvertes15. S’écartant de ses anciennes positions, Lortz s’est exprimé dans le même sens. Il estime que les thèses ne constituent pas une rupture théologique avec l’Église, malgré une tendance sous-jacente à relativiser l’autorité visible de l’Église16. Notons aussi l’avis d’un spécialiste protestant, Harding Meyer. Il est d’avis que "même s’il y est bien des fois question des limites du pouvoir spirituel du pape, le centre de gravité des thèses n’est pas là […] ; il s’agissait pour Luther de faire réapparaître au grand jour le message évangélique original de la grâce de Dieu en Christ, qui seule, et gratuitement, réconcilie l’homme avec Dieu"17. Selon H. Meyer, ce sont les adversaires de Luther qui, dès les débuts et sans relâche, mais à tort, ont focalisé l’attention sur la question de la papauté.

  • 18 Nous citons d'après la traduction établie par Charles Morerod, in : Cajetan et Luther en 1518, Edit (...)
  • 19 Question XXVII. Conclusions.

23Quoi qu’il en soit, Luther est obligé de s’expliquer au sujet de la papauté. Il le fera dans un commentaire des quatre-vingt-quinze thèses qu’il publiera en février 1518, les Explications (Resolutiones) des thèses au sujet des indulgences. Il y affirme en particulier que l’autorité du pape ne doit jamais être le seul argument invoqué, ni l’argument invoqué en dernier recours, stratégie qu’il reproche à ses adversaires (WA 1, 526), d’une part parce que cette autorité doit s’appuyer sur l’Écriture et sur des arguments de raison, d’autre part parce qu’elle demanderait à être sanctionnée par un concile. Ainsi Luther écrit dans la question XXVI : "Cela ne m’émeut en rien, que quelque chose plaise ou déplaise au Souverain Pontife. Il est un homme, comme les autres. Il y a eu en effet beaucoup de Souverains Pontifes auxquels ont plu non seulement des erreurs et des vices, mais même des monstruosités. En ce qui me concerne, j’écoute le pape en tant que pape, c’est-à-dire en tant qu’il parle dans les canons ou selon les canons, ou détermine [une vérité] avec un concile"18. Puis l’argument conciliariste est précisé : "Il ne relève pas du seul pape de définir (statuere) de nouveaux articles de foi, mais de juger selon les statuts sur des questions de foi. Or dans ce cas il s’agit d’un nouvel article : sa détermination appartient donc au concile universel […]. Sinon, du moment que le pape est un homme, qui peut se tromper dans la foi et les mœurs, la foi de toute l’Église souffrirait d’un péril constant"19.

24Il n’est donc pas possible d’accuser quelqu’un d’hérésie à propos d’une question qui n’avait pas été tranchée par un concile universel.

III - Les années cruciales : 1518-1519

25Dans une lettre adressée au pape par l’intermédiaire de Staupitz et accompagnant les Explications, Luther proclame son attachement au pape : "Fais vivre, fais mourir, appelle, révoque, approuve, réprouve comme il te plaira : je reconnaîtrai ta voix comme la voix du Christ gouvernant et parlant en toi" (WA 1, 529, 24-25). Dans une "protestation" jointe aux Explications, il affirme : "Je ne veux rien dire ni affirmer, si ce n’est ce qui est contenu avant tout dans l’Écriture sainte et ensuite dans [les écrits] des Pères de l’Église romaine, et dans le droit de l’Église et dans les édits du pape" (WA 1, 529, 33 - 530, 1).

  • 20 Edition moderne dans Dokumente zur Causa Lutheri (1517-1521), 1. Teil, Munster, 1988 ( = Corpus Cat (...)
  • 21 Cité par Peter Fabisch, in Katholische Theologen der Refomationszeit, Munster, 1984, p. 28.

26En juin 1518, le dominicain Silvestre Mazzolini, dit Prierias, publie un Dialogue sur les affirmations téméraires de Luther au sujet du pouvoir du pape20. Il y traite de l’autorité de l’Église et du pape, de l’infaillibilité de l’Église, du concile général et du pape dans des décisions doctrinales relatives à la foi et à la morale. Il insiste beaucoup sur la place du pape. Certes, l’Église romaine qui est la tête de toutes les Églises est représentée par le collège des cardinaux, mais de fait, en puissance (virtualiter) par le pape. L’Église romaine ne peut pas se tromper et le pape non plus quand il prend position en tant que pape, c’est-à-dire en exerçant son ministère, et qu’il fait de son mieux pour reconnaître la vérité : "Celui qui ne s’en tient pas à l’enseignement de l’Église romaine et du pape comme à une règle de foi infaillible, dont l’Écriture sainte tire aussi sa force et son autorité, est un hérétique". "Celui qui affirme au sujet des indulgences que l’Église romaine ne peut pas faire ce qu’elle fait effectivement est un hérétique"21.

27Accusé d’hérésie et de lèse-papauté, Luther fut, le 7 août, convoqué à Rome dans un délai de soixante jours, pour y répondre de l’accusation d’hérésie et de rébellion contre la juridiction ecclésiastique. Le 23 août, le cardinal Cajetan était chargé de se saisir de Luther comme d’un hérétique notoire si celui-ci ne se montrait pas prêt à se rétracter.

28Fin août, Luther fait réimprimer le Dialogue de Prierias et le munit d’une réponse. Se référant au canoniste du 15e siècle Nicolas de Tudeschi, dit Panormitanus et mort en 1445, il affirme que "le pape aussi bien que le concile peuvent se tromper" (WA 1, 656, 32). Seule l’Écriture est infaillible. De fait cependant, estimait Luther, l’Église romaine, dans ses décrets, ne s’était pas écartée jusque-là de la vraie foi. Elle s’était conformée à l’autorité de la Bible et des Pères de l’Église (WA 1, 662, 33).

29Le ton de Luther se fait plus violent dans une lettre adressée à Staupitz le 1er septembre 1518 : "Les Romains nous trompent trop et depuis trop longtemps par leurs interminables machinations, ruses et roueries, ils nous prennent pour des idiots et des balourds. Ils ne feignent même pas de bien nous traiter, mais nous insultent ouvertement et sans vergogne" (WA Br 1, n° 89, 17-19).

30Soucieuses, pour des raisons politiques, de ménager le prince-électeur de Saxe dont relevait Luther, les autorités romaines acceptèrent que ce dernier fût entendu par Cajetan en Allemagne, en marge de la diète d’Augsbourg. S’il ne se rétractait pas, il devait être livré à Rome, mais Cajetan promit au prince-électeur que, dans tous les cas, il laisserait Luther repartir librement. L’audition de Luther eut lieu les 12, 13 et 14 octobre 1518. Lors de la première entrevue, Cajetan l’engagea à rétracter ses erreurs, à promettre de ne plus enseigner de fausses doctrines et à s’abstenir de tout ce qui pouvait troubler l’Église. Luther demanda en quoi consistaient ses erreurs. Cajetan nomma deux points : la contestation des indulgences, pourtant fondées sur la bulle Unigenitus de Clément VI (1343), appelée aussi Extravagante, et affirmant que le pape pouvait, sur la base des mérites du Christ - le "trésor de l’Église" - remettre des peines temporelles. La deuxième erreur de Luther, selon Cajetan, était d’affirmer que le croyant devait avoir une certitude personnelle du salut pour bénéficier de la grâce justifiante lors de l’absolution des péchés. La discussion ne rapprocha pas les points de vue.

31Lors de la seconde entrevue avec Cajetan, en présence de plusieurs témoins dont Staupitz, Luther lut une déclaration solennelle manifestant son intention de rester fidèle à l’Église romaine et exprimant sa conviction de ne pas s’être écarté de l’Écriture sainte, des Pères de l’Église, des Décrétales et de la raison. Il ne lui était pas possible de se rétracter s’il n’avait pas été entendu et réfuté. Il était prêt à rendre compte de ses positions au légat. Il proposa que les oppositions doctrinales fussent jugées par les universités de Bâle, de Fribourg, de Louvain ou de Paris.

32Le 14 octobre, il présenta une déclaration écrite au sujet des deux points litigieux : les indulgences et la certitude du salut. Le légat menaça Luther et ses adeptes d’excommunication. "Va-t’en, rétracte-toi ou ne parais plus en ma présence".

33Pour Cajetan, deux affirmations étaient décisives : 1. Les indulgences ne concernent pas simplement les peines disciplinaires imposées par l’Église, mais toutes les peines imposées par Dieu, y compris dans l’au-delà, c’est-à-dire le purgatoire. Elles touchent véritablement le rapport de l’homme à Dieu, donc l’homme intérieur. 2. Cela est vrai parce que le pape dispose de la source du salut des chrétiens, à savoir les mérites du Christ. A la différence de Luther, il affirme qu’il n’y a pas d’accès direct à cette source, mais qu’il faut passer par le pape et par l’Église.

34Cajetan se fonde en particulier sur la bulle Unigenitus pour justifier sa position relative au trésor de l’Église et au pouvoir de la papauté.

  • 22 Cité d'après Otto Hermann Pesch, Hinführung zu Luther, Mayence, 1982, p. 108.

35Une fois de plus, la question de l’autorité d’un texte papal ou de l’autorité du pape tout court est abordée. Luther est invité à se rétracter, mais il demande des arguments tirés de la Bible, et selon le sens littéral. En effet, l’Extravagante n’utilisait l’Écriture que dans un sens allégorique (allusion à Luc 19, 20 et Matthieu 13, 44 : la parabole du trésor caché dans le champ), pour affirmer "que le trésor a été confié à Pierre et à ses successeurs pour qu’ils le distribuent aux croyants de manière salutaire"22.

36Le conflit débouche ainsi sur la question de savoir quel est le rapport entre le ministère ecclésiastique et l’Écriture sainte. Les protagonistes s’accordent pour affirmer que l’Écriture est la norme de la doctrine ecclésiastique. Mais à partir de là, des divergences se font jour. Pour Cajetan, c’est le pape qui est l’instance dernière pour une interprétation normative de la Bible. Il est impensable d’envisager une interprétation de la Bible qui s’oppose à celle du pape. Pour Luther, l’Écriture est l’instance critique, non pas contre le Magistère comme tel, mais par rapport à l’enseignement concret dispensé par la papauté.

37Il proteste contre l’affirmation de Cajetan relative à la prééminence du pape face à l’Écriture et au concile ; affirmation qui était, certes, la doctrine officielle de la Curie, mais qui était toujours controversée comme doctrine de l’Église. Elle n’était pas acceptée par la Sorbonne, par exemple.

38Selon Luther, "il peut arriver que les Décrétales soient erronées et militent contre les saintes Écritures et la charité. En effet, bien qu’il faille entendre les Décréales du Pontife romain comme la voix de Pierre […], cela ne concerne que celles qui sont en accord avec la sainte Écriture et ne s’écartent pas des décrets des Pères précédents" (WA 2, 10, 7-11). Tout en déclarant qu’"il attendait le jugement du pape", il affirma que "la vérité est maîtresse même du pape" (WA 2, 18, 2).

  • 23 Voir à ce sujet : Paul De Vooght, Les sources de la doctrine chrétienne d'après les théologiens du (...)

39Luther s’inscrivait, en fait, dans un débat mené au sein de la scolastique tardive et chez les canonistes du 15e siècle23 : Comment coordonner les deux autorités, l’Écriture et l’Église ? Selon Hermann Schüssler, une solution moyenne s’était dessinée, qui maintenait, ou essayait de maintenir le principe de la primauté de l’Écriture, tout en le conciliant avec la fonction normative d’un Magistère infaillible.

40L’Écriture est base et limite de l’enseignement de l’Église. En même temps, on souligne que l’Église trouve véritablement le vrai sens de l’Écriture, car elle peut compter sur l’aide de l’Esprit saint. Mais cette solution se heurtait à diverses difficultés, en particulier à la question de savoir si l’autorité de l’Église était déduite directement de l’Écriture ou bien si elle tirait d’ailleurs sa légitimation. Une autre difficulté surgissait à propos des organes par lesquels s’exprimait concrètement l’autorité de l’Église. Non seulement la nature et l’étendue de l’autorité papale étaient discutées, mais aussi, parfois, l’autorité des conciles, au point que l’inerrance n’était plus attribuée qu’à la congregetio fidelium, ou à un reste de croyants authentiques.

  • 24 Voir Schüssler, op. cit., 1977 p.180.

41Au moment de la crise du Grand Schisme (1378-1417) et des conciles de réforme, des voix s’étaient fait entendre qui, invoquant d’ailleurs des conceptions plus anciennes, voulaient lier la vérité et le caractère certain de la doctrine ecclésiastique non à l’autorité d’un ministère ou d’une assemblée, mais à sa conformité avec l’Écriture. Il conviendrait d’évoquer surtout, à ce propos, les thèses du canoniste déjà cité Nicolas de Tudeschi, dit Panormitanus, auquel Luther s’est référé dans ses discussions avec Prierias, Cajetan et Eck, et plus tard encore. Panormitanus a nié l’infaillibilité du pape et du concile. C’est sur la base de l’Écriture et de sa compréhension la plus adéquate que le dernier mot en matière de foi devait être dit. L’Église universelle peut se tromper en matière de foi. Mais, selon Panormitanus, elle peut être représentée seulement dans un "reste", voire même un seul individu. En cas de conflit, le seul critère reste, en fait, une meilleure base rationnelle ou scripturaire. "Panormitanus rencontra le même dilemme qu’Occam, d’Ailly et d’autres théologiens de la fin du Moyen âge. Le Magistère doit juger en cas de conflit portant sur la foi et veiller à la préservation de la fides dans l’Église. Mais, comme il ne peut être tenu pour un garant de la vérité et que l’ensemble des croyants ne représente pas une instance susceptible d’être institutionnalisée, il ne reste en dernière instance que la meilleure compréhension de l’Écriture comme norme de l’orthodoxie"24.

42Après l’entrevue avec Cajetan, deux étapes doivent être relevées :

  1. Luther s’engagea dès le 16 octobre dans la procédure qui consistait à en appeler "du pape mal informé au pape mieux informé". Il faisait valoir que la doctrine des indulgences était incertaine et qu’il y avait des points non clarifiés, ce qui rendait nécessaire et utile l’organisation d’une dispute. Rome répondit par la Constitution Cum postquam du 9 novembre 1518. Celle-ci exprimait la doctrine de l’Église au sujet des indulgences et confirmait l’interprétation de Cajetan : le pape peut, par le pouvoir des clefs, remettre au moyen des indulgences les peines afférentes au péché, en distribuant le trésor des mérites du Christ et des saints aux vivants sous la forme de l’absolution, et aux défunts sous la forme de l’intercession.

  2. Le 28 novembre, Luther en appela à un concile général. Il se fondait pour cela sur les décisions des conciles de Constance (1415) et de Bâle (1453), selon lesquels un concile, légitimement réuni, représentait la sainte Église catholique et se situait, pour les questions de foi, au-dessus du pape.

  • 25 Congar, op. cit., 1960, p. 272.

43Rappelons que, depuis le XIVe siècle, le débat sur la place respective du concile et du pape était engagé. D’un côté s’était développée une ecclésiologie qu’on peut qualifier de papaliste (par exemple chez Gilles de Rome) et qu’on retrouve au 16e siècle chez Prierias : le pape est investi de la plenitudo potestatis, il "occupe le sommet de l’Église et peut être pris pour l’Église"25.

44De l’autre côté avait émergé le conciliarisme, notamment chez Marsile de Padoue et chez Occam. Ce courant critiquait radicalement la notion de plenitudo potestatis. Le Christ seul est la tête de l’Église. Celle-ci est définie comme la totalité des fidèles croyants qui invoquent le nom du Christ. Le Grand Schisme a renforcé et traduit au niveau pratique les thèses du conciliarisme : le concile général est au-dessus du pape. Le pouvoir appartient au peuple et le concile dispose de la plenitudo potestatis : le pape peut se tromper. Il peut être jugé par le concile. Selon la théorie de la suppléance, un concile peut être convoqué par les cardinaux ou par l’empereur en cas de défaillance du pape. Le pouvoir du pape a certaines limites : il ne peut pas toucher au droit naturel par exemple. Seule l’Église universelle est infaillible. Le concile est l’Église.

  • 26 Ibid. p. 343.

45Mais force est de constater que pour toutes sortes de raisons, le conciliarisme ne s’est pas imposé. Il faut même dire qu’un véritable équilibre entre pape et concile n’a pas été trouvé. Dès lors, on assiste au retour d’une ecclésiologie papaliste. Ainsi la bulle Exsecrabiblis (1460) et la bulle Pastor aeternus (1517) mettent l’autorité du pape au-dessus de celle des conciles. Pour le théologien Juan de Torquemada, mort en 1468, le pape n’est pas une partie, mais le tout ; il faut lui attribuer l’infaillibilité. Selon Yves Congar, "l’Occident avait perdu les chances d’une théologie conciliaire satisfaisante"26.

  • 27 Ibid. p. 349.

46Cela dit, les historiens soulignent aujourd’hui la survivance, voire un regain de faveur du conciliarisme à la fin du XVe siècle et au début du XVIe. L’appel au concile gardait une certaine faveur, en particulier auprès des grandes universités comme Paris, Padoue et Bologne. On admet aussi que l’échec subi en Allemagne par la bulle Exsurge Domine qui condamnait Luther était dû au conciliarisme latent chez de nombreux évêques allemands. Même "un apologiste de la papauté comme Caspar Schatzgeyer, mort en 1527, estimait que le jugement des questions de doctrine dépasse les capacités d’un homme, cujusvis praeeminentiae, et qu’elles doivent être traitées en quelque consistorium. Son confrère Alphonse de Castro allait plus loin et tenait que le pape seul, s’il ne rassemble pas un concile, peut errer dans les questions qui intéressent la foi"27.

47On pourrait évoquer encore le traité érasmien Dialogus Julius de 1513, lui aussi conciliariste, ou, le 27 mars 1518, l’appel de la Sorbonne à la réunion d’un concile pour défendre les libertés gallicanes.

  • 28 R. Bäumer, op. cit. ,1969, p. 43 ss.
  • 29 Par exemple Ch. Tecklenburg-Johns, Luthers Konzilsidee in ihrer historischen Bedingtheit und ihrem (...)

48Luther serait-il devenu conciliariste à la fin de l’année 1518 ? C’est la thèse en particulier d’un historien et théologien catholique allemand, Remigius Bäumer28. Selon Bäumer, Luther aurait été successivement papaliste, conciliariste puis bibliciste. D’autres historiens, protestants en particulier, critiquent cette interprétation29.

49Que penser de ce débat ? On ne peut nier le fait que dans les écrits de cette période s’exprime chez Luther une certaine attente à l’égard d’un concile. Le pape doit agir avec le concile (WA 1, 582, 22). Luther se déclare prêt à se soumettre au concile. Il sera bien plus critique après 1520. En 1539 il déclare : "L’Écriture est plus sûre pour moi que tous les conciles" (WA 50, 604, 8-9), tout en continuant à exiger un concile vraiment libre. Pourtant, même si Luther semble, en 1518-1519, valoriser le concile par rapport au pape et en attendre davantage, le principe demeure : le concile ne doit pas se mettre en contradiction avec l’Écriture. Il nous semble que c’est bien là l’autorité dernière pour Luther, dès cette époque.

50En 1519, il met en question non la primauté de Rome en tant que telle, mais les arguments qu’Eck et d’autres utilisaient pour l’établir. Il s’agit d’une primauté "de droit humain" qui d’ailleurs ne s’est établie qu’au cours des derniers siècles. L’obéissance qu’on doit au pape est du même type que celle qu’on doit aux autorités temporelles selon Romains 13 et 1 Pierre 2, 13. La papauté ne fait pas partie de l’essence même de l’Église.

51Les points de vue exprimés par Luther en 1518-1519 suscitent trois questions que nous examinerons successivement :

  1. Luther s’est-il contredit ?

  2. Comment a-t-il interprété les passages bibliques classiques utilisés 3- pour fonder l’autorité du pape ?

  3. Dans quelle mesure et pourquoi a-t-il identifié la papauté avec l’Antichrist ?

1 - Luther s’est-il contredit ?

52Tout au long de ces années, et encore en 1520, voire plus tard, Luther peut dire d’un côté que la vérité est maîtresse même du pape ou que le pape pourrait bien être l’Antichrist (décembre 1518), et, presqu’à la même époque, il affirme qu’il n’est pas permis de résister à l’Église romaine et que, par amour, il ne faut pas se séparer de Rome ; dans le Manifeste à la noblesse il qualifie encore le pape de vicaire du Christ, mais pas dans le Traité sur la papauté de la même année 1520. En 1520 toujours, après une réaction violente contre "la bulle exécrable du pape", dont il est persuadé maintenant qu’il est l’Antichrist, il écrit pourtant une lettre pleine de déférence à Léon X, dans laquelle il fait la différence entre le pape lui-même et son entourage.

53Faut-il et peut-on expliquer ces "contradictions", si tant est qu’il s’agisse véritablement de contradictions ?

54Était-ce une tactique : allier la déférence dans la forme à la fermeté sur le fond ? L’argument peut s’appliquer tout au plus à l’entourage de Luther, davantage rompu aux procédés de la diplomatie et soucieux d’éviter les coups d’éclat. Ainsi il se pourrait que l’appel adressé le 16 octobre au pape ait été une concession faite par Luther à ses amis, de même que la lettre qu’il adressa au pape en octobre 1520.

  • 30 Hendrix, op. cit., 1976, p. 52.

55En fait, le problème se présente autrement : Luther peut être positif et critique à la fois. On peut estimer que la position de Bäumer repose sur un principe inutilement rigide : toute déclaration positive à propos d’une source d’autorité dans l’Église doit ou bien signifier que Luther accorde une autorité absolue à cette source (c’est-à-dire qu’il doit être papaliste, conciliariste ou bibliciste au moment de la déclaration), ou bien traduire une inconséquence de la part de Luther30.

56D’emblée, Luther se veut déférent envers la personne du pape et respectueux de son autorité. Il ne se rebelle pas à la légère ! Mais en même temps il relève ce qui, dans les voix venues de Rome, semble s’opposer à l’Évangile. Ses protestations de soumission reposent sur l’idée pour lui proprement indubitable que le pape, lorsqu’il parle, exprime bien la voix du Christ. Il mit longtemps à concevoir que l’Église romaine pût se mettre en contradiction, par son enseignement et ses préceptes, avec ce qu’il jugeait être le message de l’Écriture sainte. On notera aussi combien Luther s’est efforcé longtemps de faire la différence entre le pape et son entourage. Il a les plus grandes réticences, semble-t-il, à accuser le pape lui-même. Cela explique ses hésitations, voire ses contradictions. C’est seulement en été 1520, lorsque paraît le troisième écrit de Prierias contre Luther et qu’est promulguée la bulle Exsurge Domine, que la confiance de Luther semble se briser définitivement, avec toutefois les exceptions de la lettre à Léon X et de l’un ou l’autre passage ultérieur.

57Les "contradictions" de Luther reflètent, nous semble-t-il, le processus douloureux par lequel un homme se détache d’une autorité et d’un système de valeurs qu’au départ il n’entendait pas mettre en question. Mais, confronté au refus de Rome, quelque chose s’est brisé en lui. L’homme se voit obligé de faire un choix que, de tout cœur, il aurait voulu éviter. Éclairant est ce témoignage postérieur, de 1538 : "Ceux qui ensuite commencèrent à attaquer avec arrogance la majesté blessée du pape n’avaient pas idée de ce que mon cœur souffrit durant cette première et cette seconde année, ils ignoraient combien grande était mon humilité et combien j’étais proche du désespoir" (WA 39, I, 6, 16-19).

2 - Comment Luther a-t-il interprété les passages bibliques classiques utilisés pour fonder l’autorité du pape ?

58Il s’agit en particulier de Matthieu 16, 18-19 ; Matthieu 18, 17-18 et de Jean 21, 15-17.

59Dès le compte rendu qu’il fit, en 1518, de l’entrevue avec Cajetan (WA 2, 126), Luther récusa l’idée qu’on pourrait fonder la primauté de Rome sur Matthieu 16, 18. A ses yeux, il est faux d’affirmer qu’on ne peut être chrétien que si on est soumis au pontife romain et à ses décrets (WA 2, 20, 45). Il s’oppose donc à ceux qui voudraient lier l’Église à un lieu précis. Luther se rattache à l’exégèse des Pères pour dire que la parole du Christ, en Matthieu 16, 19, ne s’applique pas au seul Pierre, mais à tous les apôtres. Pierre a répondu au nom des autres (Matthieu 16, 16).

60En 1519, Luther est plus explicite dans l’écrit qu’il rédige pour réfuter les conceptions de Jean Eck (Resolutio Lutheriana super propositione sua decima tertia de potestate Papae ). Il s’agit de savoir, si, selon Matthieu 16, 18, Pierre a reçu seul les clefs, à l’exclusion (prae ) des autres apôtres (WA 2, 188, 1). Luther invoque l’avis des juristes qui estiment que ce passage comporte seulement une promesse faite à Pierre, le don du pouvoir des clefs s’effectuant en Jean 21. On ne peut donc se fonder sur Matthieu 16, 18, affirme Luther. Se rattachant au témoignage de l’Église ancienne, en particulier à Jérôme, Chrysostome et Augustin, il pense que ce passage ne vise pas la personne de Pierre, mais l’Église. Pierre est seulement l’organe de l’Église ou de tous les apôtres (WA 2, 188, 4 - 189, 26). En fait, le passage vise tout homme qui entend la révélation du Père et qui confesse sa foi. Le rocher sur lequel est bâti l’Église est la foi que Pierre a confessée en tant que représentant de toute l’Église. Il faut interpréter ce passage à partir de Matthieu 18, 17, qui prouve bien que c’est l’ensemble de l’Église qui reçoit le pouvoir des clefs et que le prêtre ne l’utilisera pas en fonction d’un droit qui lui serait particulier, mais au service de l’ensemble de l’Église (WA 2, 191, 16ss). On ne peut pas davantage appliquer Matthieu 16, 22ss à Pierre personnellement et à l’évêque de Rome, mais à l’Église, "la fille de Dieu qui, engendrée par la Parole de Dieu, entend la Parole de Dieu et la confesse avec persévérance jusqu’à la fin, au lieu [d’être dans la situation de Pierre] de ne pas connaître un jour les pensées de Dieu et de devoir reculer" (ibid. 191, 34).

61Si on veut appliquer à Pierre la promesse, il faut aussi lui appliquer le rejet, c’est-à-dire admettre que Pierre et ses successeurs puissent tomber et se tromper.

62Enfin, même si on appliquait Matthieu 16, 18-19 à la personne de Pierre, rien n’est dit sur les successeurs de Pierre. Au contraire, il faudrait en déduire que le pouvoir des clefs s’est éteint avec la mort de Pierre. Il vaut donc mieux appliquer le passage aux autres apôtres qu’à des soi-disant successeurs de Pierre. Et si on envisage des successeurs, autant envisager alors les successeurs de tous les apôtres.

63Tout cela ne revient pas à rejeter toute autorité du pape. Mais elle n’est plus de droit divin. Le pape est une autorité parmi d’autres qui ne s’inscrit pas au cœur même de la foi chrétienne.

3 - Le pape est-il l’Antichrist ?

  • 31 Preuss, op. cit., p. 45 ss.
  • 32 Ibid. p. 152.

64Au Moyen âge, l’idée avait surgi d’identifier tel ou tel pape avec l’Antichrist. Les spiritualistes franciscains s’étaient exprimés en ce sens, puis Wyclif et d’autres31. On souligne aujourd’hui plutôt les différences entre les vues de Luther et les conceptions véhiculées au Moyen âge, en particulier au niveau des croyances populaires. Avant Luther, c’était le plus souvent la vie dissolue de certains papes qui leur valait d’être identifiés à l’Antichrist. Luther au contraire voit l’Antichrist plutôt dans la doctrine32. Par ailleurs, il prend ses distances par rapport à l’attente d’un Antichrist personnel devant apparaître à la fin des temps. Il s’agit pour lui plutôt d’une institution ou d’une orientation donnée. Il s’en prendra à l’institution papale plutôt qu’à la personne du pape. En un premier temps d’ailleurs, il cherchait même à faire la différence entre la Curie et le pape, comme nous l’avons vu.

  • 33 H. Meyer, op. cit., 1982, p. 115.

65C’est après bien des hésitations que Luther aboutira à l’identification de la papauté avec l’Antichrist. Il exprime un premier soupçon dans une lettre du 18 décembre 1518 (WA Br 1, 270) puis y revient le 13 mars 1519 (WA Br 1, 359). Dans son explication des thèses de Leipzig et dans son écrit contre Jean Eck, le thème est également abordé et de manière de plus en plus insistante. Les convictions de Luther à ce sujet s’affirmeront plus vigoureusement dans les écrits de 1520 (WA 6, 328, 335, 498, 537). Mais, comme le signale justement Harding Meyer, Luther parle le plus souvent au mode conditionnel et hypothétique : "Si le pape établit de nouveaux articles de foi et s’il ne veut pas se conformer à l’Écriture, s’il se tient pour infaillible, il est l’Antichrist"33. Il porte alors, selon 2 Thessaloniciens 2, 4, les signes de l’Antichrist. C’est lorsqu’est connue la bulle menaçant Luther d’excommunication que Luther identifie clairement la papauté à l’Antichrist (WA Br 2, 195, 22) et qu’il s’élève violemment contre la "bulle de l’Antichrist" (WA 6, 514ss). Il appelle à lutter contre le pape "ennemi de Dieu, persécuteur du Christ, destructeur de la chrétienté et véritable Antichrist" (ibid. 629).

IV - Deux écrits majeurs de 1520

1 - De la papauté de Rome34

  • 34 Traduction française dans Martin Luther. Œuvres, t. 2, p. 13-56. Une nouvelle traduction paraîtra d (...)

66Dans ce traité, sorti de presse fin juin, Luther répond à un écrit du franciscain Alveldt qui se proposait de défendre l’institution par droit divin du siège apostolique, que Luther avait contestée.

  • 35 Une telle argumentation se retrouvera au XIXe siècle dans le traité de De Maistre sur la papauté.

67En premier lieu, ce dernier récuse la justification rationnelle et politique de la papauté. Selon l’argumentation d’Alveldt résumée par Luther, "il faut que toute communauté terrestre, si elle ne veut pas tomber en décadence, ait un chef terrestre, soumis à son chef véritable, le Christ. Donc, puisque la chrétienté entière est une communauté terrestre, il lui faut nécessairement un chef, et ce chef, c’est le pape" (WA 6, 290, 20-23)35. Luther répond : "N’est-il pas quelque peu ridicule de vouloir invoquer la raison, empruntée à l’usage des choses temporelles, et de la mettre sur le même plan que la loi divine ?" (Ibid. 290, 28 - 291, 2). A propos de l’Église, il faut argumenter avec l’Écriture et non avec la raison. Par ailleurs de nombreuses nations, tels que les Romains pendant longtemps, et maintenant les Suisses, ont vécu ou vivent encore sans chef. Si l’analyse d’Alveldt n’est pas valable au plan politique, combien moins est-elle pertinente au plan spirituel et ecclésial !

68Luther est amené, en second lieu, à récuser l’idée que la papauté découle de l’essence de l’Église. Il faut donc définir ce qu’est l’Église. L’essence de l’Église de Jésus-Christ est donnée par le fait que le Christ est son seigneur et chef ; elle est spirituelle et non visible, elle vit de la foi en la Parole du Christ qu’elle entend. Le Christ, seul chef de l’Église, ne délègue son autorité à personne et n’a pas de représentant, puisqu’il a promis aux siens d’être présent parmi eux jusqu’à la fin des temps.

69Luther ne veut pas nier par là qu’il y ait aussi une communauté des croyants physique et visible, mais la communion des saints ne s’épuise pas en elle. Par ailleurs, il ne s’agit pas de supprimer les ministères, mais de les situer en dépendance par rapport au Christ et de leur enlever toute idée de vicariat, pour laisser place au Christ lui-même qui seul infuse la foi et qui seul peut être qualifié de tête de l’Église.

70En troisième lieu, Luther récuse le recours allégorique aux passages de l’Ancien Testament concernant le sacerdoce. Il s’oppose à la démarche qui applique à la papauté ce qui est dit d’Aaron ou de Melchisedek. A la typologie Aaron-Pierre, il préfère celle d’Aaron-Christ, qui possède les véritables caractéristiques d’une telle interprétation : différence qualitative entre la préfiguration et l’accomplissement, légitimation scripturaire : le verset 10 du psaume 110, que Paul en Hébreux 5,6, et Jésus lui-même en Matthieu 22, 24, appliquent au Christ.

71En ce qui concerne les passages du Nouveau Testament relatifs à Pierre (Matthieu 18, 18-19 ; Jean 21, 15-17), Luther affirme que les clefs ont été données à Pierre en tant que représentant de toute la communauté. Et le "pouvoir" qui lui est confié se restreint à l’annonce du pardon des péchés et ne concerne aucunement la direction de l’Église. Pour ce qui est du rocher évoqué en Matthieu 16, 18, il désigne le Christ et la foi en lui et non la personne de Pierre. Quant à Jean 21, 15-17, ce passage signifie que Pierre est appelé à prêcher la parole du Christ, en tant que représentant de tous les prédicateurs, et non d’exercer un pouvoir temporel.

72Pourtant, Luther estime qu’il faut respecter le pouvoir du pape, en tant qu’expression de la colère de Dieu ; conformément à Romains 13 et 1 Pierre 2, 13, il est prêt à obéir à la papauté comme à toute autorité temporelle, mais sous deux conditions : qu’elle n’institue pas de nouveaux articles de foi et que ses actes ne s’opposent pas à l’Écriture. Il récuse la prétention de la papauté à déterminer, elle seule, la juste interprétation de l’Écriture. Luther se fonde pour cela sur 1 Corinthiens 2, 15 ("l’homme spirituel juge de tout"), le passage invoqué précisément par la papauté médiévale pour justifier sa prétention.

2 - Le Manifeste à la noblesse36

  • 36 Traduction française avec introduction de Maurice Gravier dans Martin Luther. Œuvres (voir note 32)

73Ce traité sorti de presse au mois d’avril a connu un succès immense et fut largement répandu. Le problème de la papauté y occupe une large place.

  • 37 Nous citons le texte dans la traduction de Maurice Gravier, avec de légers remaniements.

74Dans une première partie, Luther s’en prend aux "trois murailles" érigées par les romanistes pour se protéger de toute réforme : "Premièrement, quand on leur a fait craindre le pouvoir temporel, ils ont posé pour principe et déclaré que le pouvoir temporel n’avait pas de droits sur eux, mais que, par contre, le pouvoir spirituel était supérieur au pouvoir temporel. Deuxièmement, quand on leur fait des remontrances avec la Sainte Écriture, ils établissent au contraire que nul n’a le droit d’interpréter la Sainte Écriture, si ce n’est le pape. Troisièmement, qu’on les menace d’un concile et ils inventent que nul ne peut convoquer un concile si ce n’est le pape. Ils nous ont ainsi dérobé secrètement les trois verges, si bien qu’ils peuvent échapper aux critiques, et s’étant mis en sécurité à l’abri de cette triple muraille, y déployer toute leur coquinerie et leur scélératesse, telles que nous les voyons aujourd’hui. Et bien qu’ils aient été contraints de réunir un concile, ils en ont au préalable affaibli les effets en obligeant les princes à s’engager par serment à les laisser subsister tels qu’ils sont, en outre, à donner au pape pleins pouvoirs sur toutes les décisions du concile ; de la sorte, il est indifférent qu’il y ait de nombreux conciles ou pas de concile du tout, si ce n’est qu’ils nous dupent avec leurs grimaces et leurs mascarades. Ils redoutent si fort pour leur peau un vrai concile, agissant librement - et ils ont communiqué aux rois et aux princes cette inquiétude - qu’ils croient que ce serait aller contre l’ordre divin que de résister aux suggestions de leurs épouvantails artificieux et scélérats" (WA 6, 406, 23 - 407, 3)37.

75Luther attaque l’une après l’autre ces trois murailles. Il commence par souligner qu’il n’y a pas de différence entre les chrétiens sinon celles de la fonction. "Car [tout] ce qui provient du baptême peut se vanter déjà d’être consacré prêtre et évêque et pape, encore qu’il ne convienne pas à tout un chacun d’exercer une semblable fonction" (WA 6, 408, 11-15).

  • 38 WA 6, 410, 3-4.

76La tâche des prêtres et des évêques est d’annoncer la parole et d’administrer les sacrements, mais le pouvoir temporel exercé par des membres du corps du Christ38, donc des baptisés, s’exerce aussi sur le clergé. Il doit intervenir "quand le pape ou les siens prononcent des paroles ou entreprennent des actions diaboliques" (WA 6, 410, 24).

77Le second mur des romanistes est leur prétention à "être seuls maîtres de l’Écriture, [à faire croire] que le pape ne peut se tromper dans le domaine de la foi, qu’il soit méchant ou juste" (WA 6, 411, 8-11). A cette argumentation, Luther répond : "Puisque nous sommes tous prêtres, comme il a été dit plus haut, et que nous avons une seule foi, un Évangile, une seule sorte de sacrements, comment n’aurions-nous pas aussi le pouvoir d’apprécier et de juger le vrai et le faux dans le domaine de la foi ? Que devient la parole de saint Paul (1 Corinthiens 2) : ‘L’homme spirituel juge de tout et n’est jugé par personne’ et (2 Corinthiens 4) ‘Nous avons tous le même esprit de foi’ ? Comment n’aurions-nous pas, aussi bien qu’un pape incrédule, le sentiment de ce qui convient ou ne convient pas à la foi ? D’après tout ceci et beaucoup d’autres paroles de l’Écriture, nous devons être libres et courageux et ne pas tolérer que l’esprit de liberté (comme l’appelle saint Paul) soit mis en fuite par les vaines paroles du pape ; jugeons hardiment, au contraire, tout ce qu’ils font ou omettent de faire avec l’intelligence de l’Écriture que nous donne la foi et contraignons-les à suivre l’inspiration la meilleure et non pas leur propre inspiration. Jadis, Abraham fut bien obligé d’écouter sa Sarah, qui lui était pourtant plus durement soumise que nous ne le sommes à quiconque ici-bas, et l’ânesse de Balaam fut aussi plus sage que le prophète lui-même. Si Dieu a parlé par l’organe de l’ânesse contre le prophète, pourquoi ne pourrait-il pas encore parler contre le pape par l’organe d’un homme pieux ? De même, saint Paul convainc saint Pierre d’erreur (Galates 2). C’est pourquoi il convient que chaque chrétien fasse sienne la cause de la foi, qu’il comprenne la foi, la défende et condamne toutes les erreurs" (WA 6, 412, 20-38).

78La troisième muraille est constituée par l’idée qu’il appartiendrait au pape seul de convoquer ou de confirmer un concile. En fait, selon Luther et sur la base du sacerdoce universel, "quand la nécessité l’impose et que le pape est une cause de scandale pour la chrétienté, le premier qui se trouve capable de le faire doit, en tant que membre fidèle de tout le corps, travailler à la réunion d’un véritable concile libre, et nul ne le peut aussi bien que ceux qui détiennent le glaive temporel, surtout du moment qu’ils sont, comme les autres, chrétiens, prêtres, gens d’Église, qu’ils participent avec eux à tout leur pouvoir et que leur fonction et leur activité, qu’ils tiennent de Dieu, doit s’exercer librement sur quiconque, quand il est nécessaire et utile qu’elle s’exerce. N’adopterait-on pas une attitude peu naturelle si, au moment où un incendie éclatait dans une ville, chacun se tenait coi et laissait brûler de fond en comble tout ce qui peut brûler, sous le seul prétexte qu’il ne posséderait pas les pouvoirs du bourgmestre, ou encore que le feu aurait peut-être pris à la maison du bourgmestre ? Est-ce que, dans ce cas, chaque citoyen n’a pas pour devoir de mobiliser et de convoquer les autres ? Combien cette règle s’impose plus encore dans la cité spirituelle du Christ quand éclate l’incendie du scandale, que ce soit au sein du gouvernement papal ou en quelque endroit que l’on veuille ! Il en est de même quand les ennemis attaquent une ville : celui-là mérite honneur et reconnaissance qui, le premier, appelle les autres aux armes. Pourquoi ne mériterait-il pas d’être honoré, celui qui signale l’ennemi infernal et qui éveille et rassemble les chrétiens ?" (WA 6, 413, 27 - 414, 3).

79Après l’attaque contre les trois murailles dressées autour du pouvoir pontifical, Luther reprend le projet, souvent avancé au Moyen âge, d’une réforme de l’Église "dans son chef et dans ses membres". Il évoque des idées présentes dans l’air du temps, des critiques déjà avancées par des humanistes allemands comme Hutten. La première proposition s’en prend au train de vie pompeux du pape, à sa triple couronne, "alors que les plus grands rois ne portent qu’une simple couronne" (WA 6, 415, 24). Le pape et les cardinaux doivent revenir à la vie simple du Christ, se contenter d’une mitre semblable à celle des autres évêques. "C’est par la science et la sainteté qu’il devrait s’élever au-dessus des autres" (WA 6, 416, 2-3). "Il n’est pas le représentant du Christ exalté, mais du Christ crucifié" (ibid. 7-8).

80La seconde proposition vise les cardinaux qui drainent les biens des Églises vers Rome. Il faut en réduire le nombre et ils doivent être entretenus sur les biens du pape. Luther s’en prend ensuite aux déploiements de la cour papale, aux prétentions financières de la papauté, en particulier aux Annates (taxes perçues par le Saint-Siège sur les évêques et les prélats confirmés). Or, la papauté ne les utilise pas, comme elle le devrait, contre les Turcs. Il critique aussi la pratique des mois pontificaux et d’autres procédés qui attribuaient à Rome des prébendes vacantes. Il dénonce diverses pratiques financières de Rome (lors de la confirmation d’un évêque, par exemple). On est frappé par la fréquence du mot "cupidité". Luther critique aussi la disparition de "la libre élection par le chapitre ou du droit de celui qui jusqu’alors avait conféré les prébendes" (WA 6, 423, 16-17). Il vilipende la pratique des commendes et des cumuls.

81Parlant de la cour de Rome, il écrit : "Ce ne sont que ventes, achats, opérations de change et d’échange, agitation, mensonges, tromperies, pillages, voleries, forfanteries, fornication, tours de coquins ; Dieu est méprisé de toutes les manières, si bien qu’il serait impossible à l’Antichrist de régner de plus scandaleuse façon. Venise, Anvers, le Caire ne sont rien comparés à la foire et au marché de Rome, avec cette différence que là-bas on observe la raison et la justice tandis qu’ici tout marche au gré du diable lui-même" (WA 6, 425, 19-25).

82Les romanistes ont monté une boutique, c’est la maison du Datarius, ils y vendent les valeurs spirituelles, les dispenses et les autorisations de toute sorte, allant jusqu’à s’associer aux Fugger. "Si nous avons raison de pendre les voleurs et de décapiter les brigands, pourquoi laisserions-nous les mains libres à la cupidité romaine, le plus grand de tous les voleurs et de tous les brigands ? […] Presque tout ce que le pape possède est le fruit du vol et du pillage" (WA 6, 427, 18-22).

83Pour s’opposer à ce pillage, Luther propose d’abolir les Annates : aucun bénéfice ne doit plus être rattaché à Rome, il faut restituer aux autorités des diocèses leurs droits ou leur juridiction, les évêques doivent être confirmés, non par Rome mais par les deux évêques les plus proches ou par l’archevêque. C’est seulement au cas où les primats ou archevêques ne pourraient pas régler une affaire ou si une querelle s’élevait entre eux que l’affaire devrait être soumise au pape, mais non pas n’importe quelle petite affaire.

84"Il faudrait admettre que des affaires qui concernent des bénéfices ou des prébendes soient plaidées devant des évêques, des archevêques et des primats. Aussi, quand il faudrait arbitrer des conflits et des guerres, le primat de Germanie devrait tenir un consistoire général avec des auditeurs et des chanceliers qui, comme ceux de Rome, régneraient sur les "signaturae graciae et justitiae". C’est à ce consistoire qu’on soumettrait en appel et c’est là que seraient correctement réglées les causes des pays allemands, sans que l’on soit amené à recourir à d’éventuels dons ou cadeaux, car sinon les juges s’habitueraient à vendre la justice et l’injustice comme ils en sont réduits à le faire maintenant à Rome : comme le pape ne leur verse aucun traitement, ils se laissent engraisser par les cadeaux (car à Rome on ne se soucie guère de savoir ce qui est juste ou injuste, mais ce qui rapporte de l’argent ou n’en rapporte pas) ; on pourrait payer ces fonctionnaires sur les Annates ou imaginer quelque autre solution, comme sont capables de le faire les experts habiles et ceux qui possèdent de ces affaires une expérience plus étendue que la mienne. Je n’ai pas d’autre prétention que celle d’avoir réveillé l’attention et donné matière à réflexion à ceux qui ont les moyens et le goût d’aider la nation allemande à redevenir libre et chrétienne après avoir été soumise au gouvernement lamentable, païen et antichrétien du pape" (WA 6, 431, 3-18).

85Aucun bénéfice ne doit plus être attribué à Rome. Il faut supprimer les cas réservés. "Tout prêtre a le droit de remettre n’importe quel péché". Il faut réduire le train de vie de Rome, "supprimer les serments que les évêques sont contraints de prêter au pape au mépris de tout droit" (WA 6, 432, 16).

86Le pape ne doit avoir sur l’empereur aucun pouvoir, si ce n’est de l’oindre et de le couronner à l’autel. C’est une "diabolique arrogance qui commande que l’empereur baise les pieds du pape ou s’asseye à ses pieds, ou encore […] lui tienne l’étrier et les rênes […]. Une pareille entreprise du pape, arrogante et insolente à l’excès, est l’invention du diable qui, par ce subterfuge, tend à introduire progressivement l’Antichrist et à élever le pape au-dessus de Dieu, comme beaucoup déjà l’ont fait ou le font. Il n’appartient pas au pape de s’élever au-dessus du pouvoir séculier, si ce n’est seulement dans les fonctions spirituelles, telles que la prédication et l’absolution : dans les autres domaines, il doit s’incliner devant lui, comme l’enseignent Paul (Romains 10) et Pierre (1 Pierre 2), ainsi que je l’ai dit plus haut. Il n’est pas le représentant du Christ au ciel, mais seulement le représentant du Christ sur terre. Car le Christ au ciel, sous sa forme régnante, n’a besoin d’aucun représentant : de son siège il voit, fait, sait tout, il est capable de toutes choses. Mais il a besoin de lui sous son aspect de serviteur, sous lequel il parcourait la terre en travaillant, prêchant, souffrant et mourant ; eux, ils font l’inverse, ils prennent au Christ son apparence céleste et régnante pour la donner au pape et font complètement disparaître l’aspect du Christ serviteur. Pour un peu, ce serait le Contre-Christ - que l’Écriture appelle Antichrist - toute son attitude, son action, ses entreprises sont bien tournées contre le Christ, elles ne tendent qu’à supprimer et éliminer l’attitude et l’action du Christ".

87"Il est aussi ridicule et enfantin que, s’appuyant sur des raisonnements aussi mensongers et absurdes, le pape se vante dans sa Décrétale Pastoralis d’être l’héritier légitime de la dignité impériale, quand celle-ci devient vacante. Qui la lui a donnée ?" (WA 6, 433, 26 - 434, 21).

88Luther s’en prend encore à la Donation de Constantin, aux prétentions de la papauté sur les royaumes de Naples et de Sicile et à d’autres territoires. "Car le Christ dont il se vante d’être le représentant ne voulait rien avoir à faire avec le gouvernement temporel" (WA 6, 435, 19-20).

89Il faut supprimer le baise-pied, le train de vie fastueux du pape, faire cesser les pèlerinages à Rome ("plus on approche de Rome et pires sont les chrétiens"), interdire au pape d’instituer ou de confirmer de nouveaux ordres mendiants ; le pape doit accorder aux prêtres le droit de se marier, diminuer les empêchements de mariage.

90Luther dénonce encore avec vigueur la pratique de la papauté et de ses légats de "dissoudre les serments, vœux et alliances et de briser toute fidélité et tout engagement" (WA 6, 453, 6-7).

91Et le réquisitoire de Luther débouche sur une apostrophe directe de la papauté : "Entends-tu, pape, toi qui n’es pas le Très Saint Père, mais le très grand pécheur : que Dieu, du haut du ciel, détruise au plus vite ton Siège et l’abîme dans les profondeurs de l’enfer ! Qui t’a donné le pouvoir de t’élever au-dessus de ton Dieu, de ruiner et de délier ce qu’il a ordonné, et d’enseigner aux chrétiens et particulièrement à la nation allemande dont tous les historiens louent la noble nature, la constance et la fidélité, à se montrer inconstants, parjures, traîtres, scélérats et perfides ? Dieu a commandé que l’on tienne serment et observe fidélité même envers ses ennemis et tu as l’audace de supprimer ce commandement et tu prétends, dans tes Décrétales hérétiques et antichrétiennes, que tu détiens son pouvoir ; c’est Satan le Malin qui ment par ta voix et par ta plume, comme jamais encore il n’a menti, tu fais violence à l’Écriture pour la rendre conforme à ton bon plaisir. Ah ! Christ, mon Seigneur ! Abaisse ton regard, fais éclater ton jugement dernier et détruis le nid du diable à Rome : c’est là que siège l’homme dont Paul a dit qu’il s’élèverait au-dessus de toi, siégerait dans ton Église, se présenterait comme un dieu, lui, l’homme du péché, le fils de la perdition. A quoi s’emploie le pouvoir pontifical si ce n’est pas à enseigner et à développer le péché et la malice, à mener les âmes à la perdition sous le couvert de ton nom ?" (WA 6, 453, 12-27).

92Ce réquisitoire véhément appelle trois observations.

    • 39 Dans son ouvrage bien connu Martin Luther. Un destin, (1928), 5e éd. 1988, Lucien Febvre soulignait (...)

    Alors que le point de vue de Luther était, jusque là, presque exclusivement religieux, lorsqu’il remettait en question l’institution de la papauté ou le pouvoir de la papauté au sujet des indulgences, des considérations plus générales, et plus traditionnelles d’ailleurs, font irruption, déjà souvent exprimées en Allemagne, dans les gravamina des diètes ou les écrits des humanistes. Elles concernent en particulier les exigences financières de la papauté, son mode de vie, ses excès de pouvoir et ses rapports avec l’Allemagne. Tout cela explique le succès de cet écrit.39

  1. Dans plusieurs passages, Luther fait un rapprochement entre la papauté et l’Antichrist. Un pape qui étouffe la réforme à Strasbourg, qui pense à empêcher la réunion d’un concile, qui opte pour des positions contraires à l’Écriture, qui relève les hommes de leurs vœux moyennant finances : n’est-ce pas là l’Antichrist ? Luther balance entre la forme hypothétique utilisée à plusieurs reprises pour identifier éventuellement la papauté à l’Antichrist, et l’affirmation claire et nette : il est bien l’Antichrist ! " Il est absolument impossible que les choses deviennent jamais pires que le Siège romain les a faites : il foule aux pieds les commandements de Dieu, il érige les siens à la place. Si ce n’est pas l’Antichrist, qu’un autre vienne dire qui ce peut être" (WA 6, 454, 12-15).

  2. La possibilité d’une papauté rénovée n’est pourtant pas écartée totalement. Le prix en serait une autre manière de pratiquer l’exclusion : seules des erreurs doctrinales dûment établies devraient conduire à l’exclusion, et non des questions secondaires telles que la communion sous les deux espèces demandée par les Hussites.

  • 40 Maurice Gravier, in Martin Luther. Œuvres, t.II, p. 69.

93Il faut rendre aux primats et aux archevêques une autonomie relative. Luther a la vision d’une Église universelle, composée d’Églises nationales, jouissant d’une certaine autonomie et dirigées chacune par un primat. Dans l’Église d’Allemagne, par exemple - et c’est à elle déjà que Luther pense avant tout - le primat serait assisté d’un consistoire national comparable au consistoire romain, réunissant les prélats allemands assistés de juristes, et ce consistoire aurait à connaître des affaires allemandes et serait convoqué par le primat chaque fois qu’il serait nécessaire. Quel serait alors le rôle du pape dans cette nouvelle Église universelle ? Le pape et la cour romaine constitueraient l’instance suprême devant laquelle seraient portées en dernier appel les affaires que les évêques ne seraient pas parvenus à régler et les litiges qui opposeraient les uns aux autres archevêques et primats"40.

94N’oublions pas cependant que le Manifeste a paru avant que Luther ait eu connaissance de la bulle Exsurge Domine qui le menaçait d’excommunication.

V - De 1520 à 1546

95Rappelons les événements qui, en 1520 et début 1521, jalonnent la rupture de Luther avec Rome.

  • Le 15 juin 1520 avait été promulguée la bulle Exsurge Domine (Lève-toi, Seigneur, car un renard ravage ta vigne). Elle ne parvint que le 3 octobre à Wittenberg. Elle sommait Luther de se rétracter dans les soixante jours sous peine d’excommunication.

  • Luther fut stupéfait. Il eut de la peine à croire que la bulle émanait bien de Rome. Dans un écrit "contre la bulle exécrable du pape", il invita le pape et les cardinaux à faire pénitence s’ils l’avaient vraiment promulguée. Puis il excommunia le pape en proclamant que le Christ révélerait bien quelle excommunication allait s’imposer : la sienne ou celle du pape. Pourtant, il adresse encore une lettre pleine de déférence à Léon X en octobre, le mettant en garde contre la Curie.

  • Le 17 novembre il renouvela son appel à un concile en qualifiant le pape d’hérétique endurci, sujet à l’erreur, ennemi et oppresseur de l’Écriture, blasphémateur de la sainte Église et du concile. Le 10 décembre, il brûla publiquement, devant les portes de la ville de Wittenberg, la bulle Exsurge Domine ainsi que les Décrétales.

  • Le 3 janvier 1521 Rome publiait la bulle Decet Romanum Pontificem qui excommuniait Luther et ses partisans.

  • 41 H. Grisar - F. Heger, Luthers Kampfbilder, t.I-III, Fribourg en Br., 1921-1923 ; R. Bäumer, op. cit (...)

96De 1521 jusqu’à sa mort en 1546, Luther ne cessera plus de polémiquer contre la papauté. Elle est pour lui pire que les Turcs. Ceux-ci laissent aux hommes la foi, alors que le pape veut leur imposer ses mensonges (WA 8, 709, 2-6). Les arguments restent en gros toujours les mêmes. On a pu relever non seulement la grossièreté de Luther dans certains de ses écrits, en particulier dans celui de 1545 (La papauté instituée par le diable), mais aussi l’efficacité redoutable des images illustrant certaines de ses publications. Elles feront pénétrer dans de larges cercles, même non lisants, une opposition irréductible à la papauté, ridiculisée et exécrée. Qu’on pense par exemple à la dernière illustration du Passionale Christi, qui montre la descente aux enfers du pape41.

  • 42 Humanitas - Christianitas, p. 42.
  • 43 R. Bäumer, op. cit., p. 98-100.

97Autour de 1530 pourtant, un certain infléchissement de l’esprit de polémique semble se manifester. Des jugements positifs apparaissent. Face aux anabaptistes, Luther écrira en 1528 que "sous la papauté subsiste une grande partie des trésors chrétiens, voire tous les trésors chrétiens, à savoir l’Évangile, la foi, le baptême, le sacrement, les clefs, les ministères, la prière, l’Écriture sainte et tout ce qu’il faut au chrétien" (WA 26, 147, 13-14 et 37-39). Dans le Commentaire de l’épître aux Galates de 1531, Luther se déclare prêt à baiser les pieds du pape s’il reconnaît la doctrine de la justification par la foi (WA 40, I, 181). Quelques pages plus haut il affirmait déjà : "Je vénérerai aussi le pape et j’honorerai sa charge à la condition qu’il me laisse la conscience libre et qu’il ne me contraigne pas à léser Dieu lui-même" (WA 40, I, 177, 22). Selon Lortz, Luther n’aurait jamais coupé totalement le lien avec l’Église traditionnelle42. Bäumer par contre a tendance à souligner avant tout la profonde haine de Luther à l’égard de la papauté43.

98Relevons encore les affirmations de Luther à la veille de l’ouverture du concile de Trente. Il s’exprime au sujet du pape dans les Articles de Smalkalde de 1537. Les arguments ne sont pas nouveaux : la papauté n’est pas d’institution divine, le pape n’est pas la tête de la chrétienté, mais simplement évêque de Rome. L’Église a vécu cinq siècles sans pape. La papauté est inutile. Certes, la possibilité n’est pas écartée que Rome pourrait renoncer à proclamer la papauté "de droit divin", en la considérant simplement comme une institution humaine au service de l’unité. Mais Luther estime que la papauté ne serait pas prête à s’engager dans une telle orientation. Il en revient à l’identification du pape avec l’Antichrist. La polémique continuera dans l’écrit de 1545, ressenti comme scandaleux dès sa publication (et pour cause !), La papauté de Rome instituée par le diable. Il n’y envisage plus une papauté "de droit humain", mais la rejette comme une institution diabolique.

99Il se propose d’expliciter une caricature représentant le pape chevauchant un cochon auquel il présente un appât que celui-ci n’attrape jamais. Titre de l’image : le pape propose à l’Allemagne, c’est-à-dire au cochon qu’il chevauche, un concile - en fait une crotte - qu’elle n’obtiendra jamais. C’était une allusion à l’exigence présentée maintes fois au cours des diètes allemandes du 16e siècle : que le pape convoque un concile chrétien libre en Allemagne afin de clarifier et de trancher les questions religieuses en litige. En 1545 Luther écrit que "ces trois mots : libre, chrétien, allemand, sont pour le pape et la cour de Rome rien d’autre que poison pur, mort et diable" (WA 54, 208, 11). C’est pourquoi l’Église romaine interprète ces trois adjectifs de manière à les rendre inoffensifs et à empêcher la réunion d’un tel concile. Selon Luther, "libre", dans la conception romaine, signifie que le pape et les cardinaux doivent être libres de parler et d’agir sans entraves. "Chrétien" est synonyme de papiste, "allemand" signifie qu’on peut se réunir en Allemagne, mais seulement s’il y a la paix en Allemagne, ce qui n’est pas le cas puisque le pape avec ses alliances répétées avec la France et d’autres puissances hostiles à l’Allemagne rend la paix impossible.

100Il faudrait examiner encore les nombreux passages des Propos de table au sujet de la papauté. Ils ne feraient que confirmer le tableau passablement sombre que nous avons tracé. La tâche de l’historien n’est pas de juger, mais de comprendre. Nous avons tenté d’expliquer la démarche de Luther, démarche agressive d’un homme touché au plus profond de lui-même, qui se considérait comme non réfuté selon les règles, et exclu à tort de la communion avec Rome, et pour lequel la papauté incarnait la dépravation de la chrétienté à laquelle il voulait porter remède par la proclamation de l’Évangile. Les théologiens d’aujourd’hui doivent tenir compte de cet héritage historique qui pèsera pendant des siècles sur les rapports entre protestants et catholiques. En même temps, ils sont appelés à explorer les voies possibles d’un rapprochement et à s’interroger, dans cette perspective, sur l’exercice du ministère pétrinien aujourd’hui.

101Nous sommes ainsi conduits à évoquer les jugements actuels portés sur l’attitude de Luther à l’égard de la papauté.

VI - Le jugement porté aujourd’hui par les historiens et théologiens de diverses obédiences sur l’attitude de Luther à l’égard de la papauté

  • 44 Reformata Reformanda, Mélanges H. Jedin, t.I, Munster, 1969, p. 222.
  • 45 Op. cit., p. 100.

102Le jugement catholique est, dans l’ensemble, sévère. Certes, Lortz et d’autres estiment que malgré sa polémique, Luther n’a jamais rompu totalement avec l’Église romaine. Selon le même auteur, le combat de Luther aurait porté sur la papauté de l’époque qui révèle certains aspects critiquables, mais non sur la papauté comme institution idéale. Mais Lortz stigmatise la haine instinctive (triebhaft ) de Luther44 . Bäumer souligne que cette haine a beaucoup pesé sur les relations entre catholiques et protestants. Il suggère de faire des recherches sur l’impact de l’image que Luther se faisait du pape45 .

  • 46 H. Meyer, Op. cit., 1975, p. 76.
  • 47 Erwin Mühlhaupt, "Vergängliches und Unvergängliches an Luthers Papstkritik", Lutherjahrbuch 26 (195 (...)
  • 48 G. Steck, Luther für Katholiken, Munich, 1969, p. 26.

103Du côté protestant, Harding Meyer exprime bien l’opinion générale : "Cela n’aurait aucun sens et finalement aucune utilité de bagatelliser d’une manière ou d’une autre les affirmations antipapales de Luther ou de les passer sous silence". La polémique de Luther provoquera nécessairement, selon lui, un extrême sentiment de stupeur (äusserste Betroffenheit)46. Erwin Mühlhaupt s’exprimait dans le même sens en 1959. Tout en comprenant l’irritation et la déception de Luther face à des papes de la Renaissance que même les théologiens catholiques d’aujourd’hui ne peuvent que critiquer, Mühlhaupt est d’avis que le style grossier de la polémique de Luther ainsi que la plupart des images qu’il a utilisées pour discréditer la papauté sont totalement dépassés47. D’autres théologiens protestants évoquent la nécessité, pour les protestants actuels, de prendre une distance critique par rapport à la polémique de Luther48.

  • 49 “Luther und das Papsttum”, in Das Papsttum in der Diskussion, Ratisbonne, 1974, p. 73-101.

104Sur un plan proprement historique, Gerhard Müller a fait observer que les attaques de Luther ne sont pas restées sans effet. On a dû se rendre compte dans l’Église traditionnelle que certaines de ces critiques étaient fondées. Ainsi le concile de Trente exigera des évêques d’œuvrer comme des pasteurs dans leurs diocèses et non de régner comme des grands seigneurs. Et, sous l’influence de la Réformation, la papauté elle-même a connu un renouvellement après certaines déformations de la Renaissance49.

  • 50 H. Meyer, op. cit., 1975, p. 82 ss, op. cit.,1982, p. 116-119.
  • 51 Ibid. p. 118.

105Relevons enfin l’interprétation proprement théologique de la démarche de Luther. Selon Harding Meyer50, il ne suffit pas de parler, à propos de cette polémique, de mythologie dépassée ou de la haine irrationnelle que Luther portait à la papauté. Il faut s’interroger sur le noyau théologique de ses conceptions. En fait, elles expriment un reproche théologique précis que Luther et les autres réformateurs adressent à la papauté. Le texte-clef est 2 Thessaloniciens 2, 4 : l’Antichrist, c’est "l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on peut appeler Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamer Dieu lui-même". Or telle est, selon Luther, la démarche de la papauté de son temps. Harding Meyer51 cite trois critères principaux : a) la revendication de la papauté de décider de l’interprétation dernière de l’Écriture sainte et le refus de se laisser juger par elle, b) l’imposition de nouvelles lois, placées sur le même plan que la Parole de Dieu, c) l’obligation pour les chrétiens d’obéir au pape s’ils veulent être sauvés. Ainsi "la conception de la Réformation au sujet du pape vu comme l’Antichrist n’est qu’un contre-concept mythologique et polémique en rapport avec le solus ("seul") réformateur, tant au niveau du sola fide que du sola gratia et du solus Christus ".

106Pour sa part, Gerhard Müller a bien résumé ce que pourrait être la papauté selon Luther. La primauté est récusée faute de fondements bibliques et parce que l’évêque de Rome est un évêque parmi d’autres. Mais une primauté d’honneur n’est pas exclue pour autant, qui ferait du pape le porte-parole le plus important de la chrétienté occidentale dans un ministère d’unité et de direction de l’Église. Ce ministère reposerait sur la confiance des autres évêques et non sur une nécessité théologique. Mais la condition en serait que le pape remplisse véritablement cette charge comme un service et non comme un pouvoir.

107D’autre part, Luther ne pouvait pas accepter l’infaillibilité d’un homme. L’histoire lui prouvait trop clairement que les papes et les conciles s’étaient trompés. Il insista donc sur la nécessité de fonder la doctrine chrétienne sur la Bible. Mais il était toujours prêt à se subordonner à un évêque de Rome faillible. Son attaque ne portait pas sur la juridiction épiscopale ou papale en tant que telle.

  • 52 Papal Primacy and the Universal Church. Lutheran and Catholics in Dialogue V, éd. par Paul C. Empie (...)

108Notons pour mémoire, car cela dépasse le cadre de notre investigation, quelques conclusions d’un dialogue luthéro-catholique mené entre 1970 et 1978 aux États-Unis sur la papauté52 : une reconnaissance de la primauté papale semble possible aux participants luthériens "dans la mesure où une papauté renouvelée favorise la fidélité à l’Évangile et exerce de bonne manière la fonction pétrinienne dans l’Église". Au sujet de la pratique de l’autorité doctrinale, on pense pouvoir constater des convergences grandissantes. "Ni le principe de l’Écriture seule ni l’indication du caractère engageant du Magistère ne peuvent suffire. Par l’Écriture sainte, la Tradition et l’autorité magistérielle, le Saint-Esprit permet à la communauté des croyants de surmonter ses divergences au sujet de l’Évangile". Les luthériens constatent que le dogme de l’infaillibilité pontificale n’est pas central dans l’Église catholique, et ne porte pas nécessairement atteinte à l’autorité suprême de Jésus-Christ et à sa fonction rédemptrice. De toute manière, l’infaillibilité de l’Église dans sa totalité est plus importante que celle du pape. Les luthériens se demandent donc s’il ne faut pas réviser un langage polémique trop souvent employé au cours des siècles pour parler de la papauté, s’il ne convient pas de se concerter avec les catholiques à propos de déclarations doctrinales et éthiques en vue d’un témoignage commun. Enfin, la possibilité est évoquée d’établir des relations institutionnelles avec l’Église catholique pour mettre en œuvre une telle autorité doctrinale.

109Ces thèses américaines ne feraient sans doute pas l’unanimité parmi les protestants. Mais elles ont le mérite de montrer que les mentalités peuvent évoluer et que des protestants et des catholiques ont tenté, il y a vingt ans, de redéfinir en commun les rapports entre Écriture, Tradition et Magistère. Le dialogue continue, malgré certaines apparences de repli frileux.

Haut de page

Notes

1 Point de vue déjà avancé en 1906 par Hans Preuss, Die Vorstellungen vom Antichrist im späteren Mittelalter, bei Luther und in der konfessionellen Polemik, Leipzig, 1906, p. 146.

2 Luther : Leben, Schriften, Denken, Marburg, 1969, p. 68.

3 Harding Meyer, “Das Papstamt in lutherischer Sicht”, in : Papsttum und Petrusdienst, (éd. par H. Stirnimann et L. Vischer), Francfort, p. 73-90 ; du même, “Das Problem des Petrusamtes in evangelischer Sicht”, in : Das Petrusamt (éd. par K. Lehmann), Munich-Zurich, 1982, p. 110-128.

4 Nous renvoyons à nos présentations dans Martin Luther. Un temps, une vie, un message, Paris-Genève (1983), 3e éd. 1991, et Histoire du christianisme, t.VII, s.l.d. de M. Venard, Paris, 1994.

5 H. Preuss, op. cit., p. 107. (cf. note 1)

6 Initia juris ecclasiastici Protestantium, in Das blinde, undeutliche Wort "Kirche", Cologne, 1964, p. 144, note 65.

7 WA (=édition dite de Weimar) 54, 179, 24.

8 Cf. G. Müller, "Ekklesiologie und Kirchenkritik beim jungen Luther", Neue Zeitschrift für systematische Theologie 7 (1965), 100-128.

9 Par exemple Joseph Vercruysse, Fidelis populus, Wiesbaden, 1968.

10 Scott Hendrix, "Luther et la papauté", Concilium 118 (1976) p. 52. L'auteur a explicité ses conceptions dans Luther and the Papacy. Stages in a Reformation Conflict, Philadelphia, 1982.

11 Texte dans WA 1, 229-238 ; trad. franç. : Controverse destinée à montrer la vertu des Indulgences, Martin Luther. Œuvres, Genève, 1957, p. 103-112.

12 J. Lortz, La Réforme de Luther, t.I, Paris, 1970, p. 286.

13 Ernst Bizer, Luther und der Papst, Munich, 1958 p. 5 ss ; Kawerau, op. cit. p. 70.

14 Wilhelm Maurer, “Der ekklesiologische Ansatz der Abendländischen Kirchenspaltung nach dem Verständnis Luthers”, in : Fuldaer Hefte 18 (1968) ; Remigius Bäumer, Martin Luther und der Papst , Munster, 1969, p. 15 ss ; S. Hendrix, op. cit., 1976, p. 53 et 54 (cf. note 10).

15 Erwin Iserloh, Reformation, Katholische Reform und Gegenreformation ( = Handbuch der Kirchengeschichte IV), Fribourg en Br., 1967, p. 51.

16 Humanitas - Christianitas, Mélanges Walter v. Loewenich, Witten, 1968, p. 49.

17 H. Meyer, op. cit., 1975, p. 77 et op. cit., 1982, p. 111 ss.

18 Nous citons d'après la traduction établie par Charles Morerod, in : Cajetan et Luther en 1518, Edition, traduction et commentaire des opuscules d'Augsbourg de Cajetan, Fribourg en Suisse, 1994 ( = Cahiers oecuméniques 26).

19 Question XXVII. Conclusions.

20 Edition moderne dans Dokumente zur Causa Lutheri (1517-1521), 1. Teil, Munster, 1988 ( = Corpus Catholicorum 41), (33), 52-107.

21 Cité par Peter Fabisch, in Katholische Theologen der Refomationszeit, Munster, 1984, p. 28.

22 Cité d'après Otto Hermann Pesch, Hinführung zu Luther, Mayence, 1982, p. 108.

23 Voir à ce sujet : Paul De Vooght, Les sources de la doctrine chrétienne d'après les théologiens du XIVe siècle et du début du XVe siècle, Paris, 1954 ; Georges Henri Tavard, Holy Write and Holy Church. The Crisis of the Protestant Reformation, New York, 1959 ; Yves Congar, La Tradition et les traditions, Essai historique, Paris, 1960, Heiko Oberman, Spätscholastik und Reformation. Der Herbst der mittelalterlichen Theologie, Zurich, 1965, p. 335-382 ; Hermann Schüssler, Der Primat der Heiligen Schrift als theologisches und kanonisches Problem im Spätmittelalter, Wiesbaden, 1977.

24 Voir Schüssler, op. cit., 1977 p.180.

25 Congar, op. cit., 1960, p. 272.

26 Ibid. p. 343.

27 Ibid. p. 349.

28 R. Bäumer, op. cit. ,1969, p. 43 ss.

29 Par exemple Ch. Tecklenburg-Johns, Luthers Konzilsidee in ihrer historischen Bedingtheit und ihrem reformatorischen Neuansatz, Berlin, 1966.

30 Hendrix, op. cit., 1976, p. 52.

31 Preuss, op. cit., p. 45 ss.

32 Ibid. p. 152.

33 H. Meyer, op. cit., 1982, p. 115.

34 Traduction française dans Martin Luther. Œuvres, t. 2, p. 13-56. Une nouvelle traduction paraîtra dans les Ecrits choisis de Luther, éd. de la Pléiade, t.I (sous presse).

35 Une telle argumentation se retrouvera au XIXe siècle dans le traité de De Maistre sur la papauté.

36 Traduction française avec introduction de Maurice Gravier dans Martin Luther. Œuvres (voir note 32).

37 Nous citons le texte dans la traduction de Maurice Gravier, avec de légers remaniements.

38 WA 6, 410, 3-4.

39 Dans son ouvrage bien connu Martin Luther. Un destin, (1928), 5e éd. 1988, Lucien Febvre soulignait que l'histoire de Luther s'éloignait ainsi de ses intentions primitives, purement religieuses.

40 Maurice Gravier, in Martin Luther. Œuvres, t.II, p. 69.

41 H. Grisar - F. Heger, Luthers Kampfbilder, t.I-III, Fribourg en Br., 1921-1923 ; R. Bäumer, op. cit., p. 78-80.

42 Humanitas - Christianitas, p. 42.

43 R. Bäumer, op. cit., p. 98-100.

44 Reformata Reformanda, Mélanges H. Jedin, t.I, Munster, 1969, p. 222.

45 Op. cit., p. 100.

46 H. Meyer, Op. cit., 1975, p. 76.

47 Erwin Mühlhaupt, "Vergängliches und Unvergängliches an Luthers Papstkritik", Lutherjahrbuch 26 (1959), p. 57-62.

48 G. Steck, Luther für Katholiken, Munich, 1969, p. 26.

49 “Luther und das Papsttum”, in Das Papsttum in der Diskussion, Ratisbonne, 1974, p. 73-101.

50 H. Meyer, op. cit., 1975, p. 82 ss, op. cit.,1982, p. 116-119.

51 Ibid. p. 118.

52 Papal Primacy and the Universal Church. Lutheran and Catholics in Dialogue V, éd. par Paul C. Empie et T. Austin, Minneapolis, 1974, 9-42 ; “Teaching Authority and Infallibility in the Church”, in Theological Studies 39, n° 1, 1979, 113-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lienhard, « Luther et la papauté »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 3-33.

Référence électronique

Marc Lienhard, « Luther et la papauté »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7273

Haut de page

Auteur

Marc Lienhard

Université de Strasbourg II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search