Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Journée Hélène RoedererHélène Roederer et la résistance ...

Journée Hélène Roederer

Hélène Roederer et la résistance étudiante à Lyon

Bernard Comte
p. 35-38

Texte intégral

1La précédente livraison du bulletin (1995) a relaté la journée d’études organisée par nos deux Centres de recherche en histoire religieuse le 10 mai 1995, à l’initiative des Professeurs Michel Laferrère et Jean-Dominique Durand, en hommage à Hélène Roederer et à travers elle aux nombreux étudiants lyonnais qui ont été engagés dans la Résistance, victimes de la répression ou de la persécution raciale. Hommage sous forme d’activité historienne, associant les témoignages d’acteurs (parents, camarades d’études, compagnons et compagnes de résistance et de déportation d’Hélène Roederer) aux travaux d’historiens sur divers aspects de la Résistance étudiante à Lyon.

  • 1 La brochure publiée par les soins du doyen Michel Laferrère à l'occasion du quarantième anniversair (...)

2Hélène Roederer, souvent évoquée mais en réalité peu connue11 est issue d’une famille aisée, catholique et d’origine alsacienne. Sortie à dix-sept ans du lycée de Saint-Etienne avec un double baccalauréat de mathématiques et de philosophie, elle entame en 1938 à la Faculté des Lettres de Lyon des études d’histoire, qu’elle mène jusqu’à la préparation de l’agrégation en 1942-43. Héritière du patriotisme intransigeant de sa famille, formée au dévouement désintéressé par son activité de cheftaine dans le scoutisme, elle manifeste dès l’armistice son opposition intraitable à la domination du vainqueur et sa volonté d’engagement actif. Son camarade de faculté Adrien Nemoz l’embauche au début de 1942 pour la diffusion des Cahiers du Témoignage chrétien clandestins, puis l’aiguille vers la bibliothécaire Suzanne Guyotat ; celle-ci est chargée par Philippe Viannay d’implanter en zone sud un réseau de diffusion de Défense de la France, le journal clandestin qu’il publie à Paris dans un esprit de résistance morale et patriotique. Hélène Roederer devient une des principales responsables du mouvement de ce nom en zone sud, recrutant des condisciples et s’engageant entièrement dans l’activité clandestine, de la diffusion des journaux aux faux papiers et au "Comité inter-Fac" de lutte contre la réquisition du STO en 1943. Ayant suivi, à l’automne 1943, sa famille dans la région parisienne, elle devient agent de liaison pour le centre clandestin du mouvement "Défense de la France", tenant le calendrier des rendez-vous et ouvrant la maison familiale aux réunions du comité directeur. En juin 1944, elle suit les responsables dans le maquis de Seine-et-Oise, y remplit à sa demande des missions militaires et participe aux combats. Arrêtée porteuse d’une arme, elle est déportée en août à Ravensbrück. Elle donne à ses compagnes l’exemple de sa joyeuse crânerie et le soutien de son talent de musicienne ; sauvée du typhus dans l’hiver par leur amitié (celle surtout de Marie-Claude Vaillant-Couturier), elle meurt d’épuisement à vingt-quatre ans le 10 mai, au lendemain de la libération du camp.

3La personne et le parcours d’Hélène Roederer inspirent à l’historien nombre de réflexions, et d’abord sur les motifs et les caractères de son engagement de résistante. Les sources en sont typiquement non politiques, pas directement religieuses non plus ; c’est à l’origine un réflexe patriotique, en continuité avec la culture familiale (à l’opposé de la "stratégie de sécession" relevée dans d’autres cas par Olivier Wieviorka), qui anime la jeune fille, et c’est la vigueur de son caractère audacieux et indomptable qui en fait une militante exemplaire. Seul antécédent connu, la pratique des responsabilités dans le mouvement des Guides de France : si elle s’en éloigne après 1940, n’ayant pu y faire partager son refus de s’incliner devant le régime issu de l’armistice, elle y a exercé et mûri auparavant ses qualités d’initiative, de discipline et de ténacité. Se greffent ensuite sur l’option initiale l’influence de maîtres de la Faculté (Marrou et Mandouze surtout) et les rencontres, les amitiés, qui fournissent appuis et encouragements, proposent filières et modalités d’action. Les convictions chrétiennes d’Hélène Roederer marquent sa personnalité, le style de son action et sa conduite en déportation, elles ne paraissent pas avoir commandé son choix initial pour la Résistance. Son parcours diffère en cela de celui des anciens lecteurs et amis de Sept et de Temps présent, des membres de la JEC et JECF ou des militants de la Jeune République, conduits à la Résistance spirituelle, autour de "Témoignage chrétien" surtout, par une réflexion essentiellement religieuse.

  • 2 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la France. Défense de la France 1940-1949, éd. du Seuil, 19 (...)
  • 3 Voir les actes du colloque de Clermont-Ferrand "Etudiants, Universitaires et Universités de France (...)

4D’autres thèmes ont été abordés au cours de la journée d’étude du 10 mai 1995, comme le rôle spécifique des femmes dans la résistance étudiante et leur sort en déportation. Ne pouvant reproduire toutes les communications, on en a retenu ici trois, qui traitent de sujets bien différents, reliés par la personne d’Hélène Roederer. Son frère Charles évoque ce milieu familial qui l’a marquée et auquel elle est restée très liée, même si ses activités clandestines sont évidemment restées mystérieuses aux yeux de ses jeunes frères et soeurs. Bruno Benoît présente un tableau d’ensemble et propose une série de regards sur la résistance des lycéens et des étudiants à Lyon ; si certains aspects en sont bien connus, comme la Faculté des Lettres, les chrétiens, les activités liées aux grands mouvements, sur d’autres les enquêtes restent à mener ou à compléter, il en suggère les thèmes et les pistes. Enfin Olivier Wieviorka, sortant du cadre lyonnais, tire de son expérience d’historien du mouvement "Défense de la France"2 des réflexions sur les motifs et les formes de l’engagement des étudiants dans la Résistance. Rien d’exhaustif dans l’association de ces trois études, mais un exemple de la diversité et de la richesse du travail historique, fait et à faire, sur les étudiants des années de guerre3.

Haut de page

Notes

1 La brochure publiée par les soins du doyen Michel Laferrère à l'occasion du quarantième anniversaire, comportant une notice biographique et de précieux témoignages, est malheureusement épuisée (Hélène Roederer, étudiante et résistante 1921-1945, Lyon, L'Hermès, 1985, 32 p.).

2 Olivier Wieviorka, Une certaine idée de la France. Défense de la France 1940-1949, éd. du Seuil, 1995, 497 p.

3 Voir les actes du colloque de Clermont-Ferrand "Etudiants, Universitaires et Universités de France pendant la Seconde Guerre mondiale" (1993) publiés sous la direction d'André Gueslin, Les Facs sous Vichy, Clermont-Ferrand, Publications de l'Institut du Massif central - Université Blaise Pascal, 1994, 371 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Comte, « Hélène Roederer et la résistance étudiante à Lyon »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 35-38.

Référence électronique

Bernard Comte, « Hélène Roederer et la résistance étudiante à Lyon »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7280

Haut de page

Auteur

Bernard Comte

Centre André Latreille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search