Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Journée Hélène RoedererLe milieu familial d’Hélène Roede...

Journée Hélène Roederer

Le milieu familial d’Hélène Roederer : le contexte de son engagement

Témoignage
Charles Roederer
p. 39-46

Texte intégral

1L’enfance d’Hélène s’est passée à Saint-Chamond, ou plus exactement à Izieux, dans la grande maison affectée au directeur de l’usine des Aciéries de la Marine que notre père a dirigé de 1924 à 1943. Milieu extrêmement protégé par nature ; mais nous n’avons pas pour autant été élevés dans du coton, et si mes frères et soeurs aînés n’ont pas connu l’école primaire et ont bénéficié à ce stade d’un enseignement essentiellement dispensé à domicile, c’est au Lycée de Saint-Étienne qu’ils firent leurs études secondaires.

2En revanche, milieu patriote, très marqué par la guerre de 1914-1918, encore très proche et très importante dans la mémoire de notre père qui l’avait vécue non en jeune conscrit mais en homme fait, dans le milieu de sa trentaine : après cinq années d’activité professionnelle en Russie, il avait regagné la France à la mobilisation ; blessé et fait prisonnier, repris au cours d’une tentative d’évasion, il avait été incarcéré dans une forteresse de représailles, le réputé "Fort IX" d’lngolstadt, en compagnie d’autres officiers parmi lesquels plusieurs étaient promis à un haut destin, comme le furent par exemple Toukhatchevsky et Catroux, mais dont le plus célèbre restera Charles de Gaulle.

3La guerre terminée, il s’était trouvé en poste en Sarre, où sont nés les trois aînés de ses six enfants.

417 juin 1940. Armistice demandé mais non encore signé ; derniers combats se poursuivant encore.

5Une automitrailleuse allemande venant de Lyon vers St Étienne en élément très avancé traverse Saint-Chamond. Elle est cueillie à la sortie de la ville par un blindé léger en embuscade. Le lieutenant français responsable avait déjà pratiqué plusieurs fois le même genre d’opérations au cours de la retraite, et s’était ainsi forgé d’ailleurs une petite célébrité au sein de son arme ; le véhicule allemand est détruit au premier coup.

6Un allemand rescapé s’était mis à l’abri en bas du grand mur de soutènement qui borde à gauche l’artère principale de Saint-Chamond. Juste au-dessus, dans la rue surplombante, un ancien ouvrier de l’usine, mis à pied au début de la guerre comme militant communiste et donc réputé douteux dans une usine d’armement, observait la scène : il ne put se retenir de saisir un pavé, et, en le laissant tomber avec précision, d’assommer l’allemand.

7C’était là le genre d’acte que notre père comprenait et ne pouvait qu’approuver : le soir même, cet ouvrier était réintégré à l’usine, notamment pour qu’un alibi puisse, en cas de besoin, lui être forgé.

8Ce même 17 juin, en tout début d’après-midi, notre père avait envoyé les trois premiers de ses six enfants (dix-neuf, dix-huit et seize ans), dont Hélène, I’aînée, à la recherche du Consul d’ Angleterre à Saint-Étienne pour essayer de trouver un moyen de rejoindre l’Angleterre (l’appel de De Gaulle n’avait pas encore été lancé, mais il y avait déjà eu la déclaration de Churchill selon laquelle l’Angleterre poursuivrait la guerre).

9Clairvoyance d’un père ( il connaissait bien les Allemands tant pour les avoir combattus et avoir subi la captivité que pour en avoir ensuite dirigé dans le cadre de ses activités professionnelles, et il craignait - à juste titre, la suite l’a prouvé - que ses enfants, d’ascendance alsacienne et nés en terre allemande, ne soient considérés comme de nationalité allemande), qui montrait également par là-même quelle serait son attitude vis à vis de l’occupant, et de la part de nos parents admirable rapidité de réaction quand on pense qu’il s’agissait de mettre sur les routes leurs enfants sortant à peine de l’adolescence : notre mère, en toutes ces circonstances, fut entièrement aux côtés de notre père.

10Le Consul était déjà parti depuis plusieurs jours. Notre père envoya alors son fils, plus directement menacé que ses soeurs, à Bordeaux pour essayer de partir en bateau. Sans succès évidemment, il fallait alors des contacts très particuliers pour parvenir à s’embarquer : même des hommes politiques bien placés n’y sont pas parvenus. (Mon frère Michel rejoindra plus tard le Maroc, via l’Espagne, afin de s’enrôler. Il subira la désagréable, et ridicule, incarcération dans les prisons espagnoles. Il reviendra en France avec la Première Armée.

11Les semaines qui suivirent furent marquées par l’action intense de notre père à l’usine pour éviter que quoi que ce soit de sensible ne puisse servir aux Allemands, directement ou indirectement, et que notamment ne puisse être terminé le cuirassé "Clémenceau" dont la construction avait été entamée : les blindages, prêts à être livrés, ont été transformés, noyés au milieu de sacs de sable, en abris antiaériens.

12Les derniers chars Bl-Bis, terminés, n’avaient pu être livrés à l’armée : équipés par des ouvriers de l’usine volontaires, les uns furent pris en charge par un capitaine de blindés que la retraite avait amené là, sans mandat, et menèrent le dernier jour avant l’armistice un combat efficace dans la vallée du Rhône, les autres, quittant l’usine par la montagne alors même que la vallée était tenue par les Allemands, furent cachés dans la montagne ; la Première Armée les récupérera quatre ans plus tard au cours de son avance. Il restait cependant en souffrance de nombreux éléments qui furent eux aussi dissimulés : coupoles transformées en pavages d’ateliers, autres éléments camouflés en abris, et ce jusqu’à la fin de la guerre.

13Par ailleurs, pour éviter que l’usine ne soit condamnée à fournir des armements aux Allemands, tout en continuant cependant à assurer du travail aux ouvriers, le plus grand nombre possible de ceux-ci ont été mutés vers des petites sociétés annexes, très généralement des sociétés réfugiées de la région parisienne auxquelles l’usine fournissait des locaux. Les fabrications de locomotives ont été amplifiées, après une transformation rapide de l’atelier de montage des chars, et des fabrications annexes (clous, pelles, pioches) lancées...

14Parmi ces petites usines "filleules" destinées à disperser le personnel, mon père avait fait acheter par la société en 1941 une mine de tungstène à Leucamp, dans l’extrême sud-ouest du Cantal : ce fut pendant trois ans un lieu de rassemblement et de passage pour des quantités de jeunes menacés du STO ou pire, et un centre de recrutement pour les maquis de la région, spécialement de l’armée secrète : mon deuxième frère, André, fut un de ceux-là en mai 1944, et il prit part à ce titre à l’opération dite par dérision "Apfelkern", qui a retardé la montée en ligne de la division allemande "Das Reich", d’Aquitaine vers le front de Normandie.

15Notre père réussit même (mais in fine eut-il raison et ces canons sont-ils restés en Suisse ? ) à fabriquer pendant deux ans pour la firme suisse Oerlikon des canons antiaériens bitubes de vingt déguisés tête-bêche par paires en essieux de remorques et procurant ainsi en un seul paquet l’équipement d’une même pièce !

16On peut s’étonner d’ailleurs de ce que ces actions, menées avec la complicité de quelques responsables qui partageaient les options de notre père, n’aient, jusqu’à la fin de la guerre, jamais été dénoncées : l’ensemble de l’encadrement et du personnel de l’usine n’était pas, loin s’en faut, animé par l’esprit de Résistance ; il faut croire que l’ascendant moral de quelques actifs a suffi pour empêcher les autres de basculer, d’un pétainisme "révolution nationale", à la collaboration franche. Cet exemple se doit d’être rappelé, alors qu’il est devenu courant d’excuser petites et grandes lâchetés que connurent certains comme étant dues à l’air du temps.

17Il faut aussi rendre ici hommage à la population de Saint-Chamond, qui vous eût violemment pris à partie si votre lampe n’avait pas son verre bleu (crainte d’attirer ainsi les bombes anglaises), mais qui n’a pas suscité de Milice, et n’a pas dénoncé ce lieutenant de la R.A.F. venu, Dieu sait comment, embrasser sa mère !

18Dans ce contexte général, il faut cependant dire que notre père, qui connaissait très bien de Gaulle (profonde amitié qui datait de leur commune détention en Allemagne), et un peu Pétain, qu’en tant qu’ancien combattant de 14 il avait admiré, qui connaissait aussi les liens qu’ils avaient eu (mais aussi les confidences de de Gaulle avant la guerre "Savez-vous, Gospodine, le Maréchal, ce n’est vraiment pas ce qu’on pense ; il est décevant"), fit partie pendant un certain temps de ceux qui pensaient qu’une compréhension pouvait exister entre les deux : il lutta dès le premier jour de l’armistice contre les Allemands, pas immédiatement contre Vichy, tant qu’il ne comprit pas que la politique de Vichy conduisait irrémédiablement au déshonneur et à une capitulation totale.

19J’ai parlé de nos parents, et j’ai essayé, par quelques anecdotes et leurs réactions aux abords immédiats de l’armistice, de montrer l’exemple qui venait d’eux. Mais nous vivions au sein d’un entourage familial très uni et plus large : du côté paternel comme du côté maternel, nos familles sont d’origine alsacienne, ayant choisi la France en 1871 ; nos deux grand-pères ont connu cet exil - on peut bien employer ce mot puisque tout retour en Alsace leur fut alors interdit - l’un comme jeune homme, l’autre comme enfant.

20Notre grand-père paternel, décédé en 1945, vivait alors près de nous et passa même à Izieux quelques mois pendant la guerre. Il avait vu ses cinq fils et son gendre revenir de la guerre de 1914-1918 ; au cours des années 30, il les réunissait tous régulièrement dans de vastes locations susceptibles de les accueillir avec leurs enfants : nous étions ainsi très proches de nos cousins et Izieux restait, pour toute la parentèle, un pôle de ralliement et parfois un refuge.

21Notre famille maternelle s’était, elle, installée d’abord à Nancy, puis avait retrouvé l’Alsace en 1919, notre grand-père étant revenu à Strasbourg, chargé d’une mission de "dégermanisation" de l’Université. La famille avait ainsi retrouvé sa propriété au bord de l’Ill, à Graffenstaden, où nous avons passé l’essentiel de nos vacances d’enfants et d’adolescents avec nos cousins, oncles et tantes. Maison exceptionnelle et chérie dont la destruction en février 1942 n’a pas arrangé notre considération à l’égard de nos co-riverains du Rhin.

22C’est dire si, malgré le départ de 1871, nous restions pétris de culture alsacienne. Et au milieu de cette culture, il y a bien sûr les relations avec l’Allemand : ce cousin mal élevé, dont on comprend la langue, avec lequel on partage incontestablement une culture littéraire, artistique, et surtout musicale en ce qui concernait notre famille, mais dont on sait aussi la propension à s’imposer à table sans être invité, et qu’il faut très régulièrement combattre pour le remettre à sa place. La "grande" guerre était encore toute proche, à laquelle tous les hommes de la famille avaient participé activement : dans les événements des années 30, la génération qui nous précédait avait d’abord vu le retour du prussianisme et de l’esprit de revanche.

23Nos parents avaient des sources d’information proches sur les événements qui survenaient en Allemagne ; il n’est pas sûr pour autant qu’ils aient alors saisi ce qu’était réellement le nazisme. Ils étaient frappés par le retour du militarisme, l’embrigadement de la jeunesse, le prodigieux déploiement de la foule, manifestations redoutables des traditions teutonnes (le "Zusammenmarschieren"). Ce qu’ils avaient pu recevoir d’informations sur l’antisémitisme et ses exactions avait dû leur paraître exagéré ou parcellaire, et rattaché à un autre trait germanique traditionnel (la "Schadenfreude") couronnant le chauvinisme. Même des événements qui s’inscrivaient dans la démarche logique du nazisme (Nuit de cristal, Nuit des longs couteaux...) ne pouvaient guère être compris, vus de France, pour ce qu’ils étaient et paraissaient des épiphénomènes, convulsions involontaires de l’Histoire. Ce ne sont que les informations parvenues plus tard, au cours de la guerre, qui ont permis de comprendre où allait réellement cette Allemagne-là.

24La lutte contre l’Allemand était dans les gènes, elle n’était pas encore, alors, lutte politique contre un système probablement pas encore bien compris - la suite a d’ailleurs montré que sur cette lutte-là, la famille au sens large n’a pas conservé toute son homogénéité.

25Il n’est pas étonnant que, sur un tel terrain, notre soeur Hélène, dotée d’ailleurs dès l’enfance d’un caractère très fort, éduquée dans une famille où le sens de la responsabilité était inculqué indifféremment aux filles comme aux garçons, ait trouvé tout de suite où était sa place. Pour elle, du fait de son caractère exigeant et de sa jeunesse, la tiédeur était inconnue : les choses étaient blanches ou noires, et Vichy, né de la capitulation, était à mettre du même côté que les Allemands, l’ennemi. Son caractère entier vaudra d’ailleurs à Hélène, lors de son arrestation puis ensuite en Allemagne, d’avoir d’elle-même laissé de côté des chemins qui auraient pu lui valoir, sans honte, une autre fin : mais il lui faudra, par fidélité à elle-même, toujours braver, voire narguer, cet ennemi qu’elle combat.

26D’autres éléments sont venus s’ajouter : j’ai parlé d’éducation indifférenciée entre filles et garçons ; bien plus, Hélène avait été personnellement très frappée par plusieurs lectures montrant l’héroïsme de certaines femmes lors des deux conflits antérieurs avec l’Allemagne et elle était consciente de l’importance du rôle que les femmes pouvaient tenir, surtout à partir du moment où le combat s’installait hors d’un champ de bataille (elle avait notamment pour Louise de Bettignies une admiration profonde). Sa forte implication dans le scoutisme lui avait donné l’occasion de s’exercer aux responsabilités. Le projet de départ en Angleterre, avorté, la laissait aussi dans un grand besoin de servir.

27Dès Juillet 1940, Hélène avait été profondément frappée par le défaitisme ambiant, et d’y voir tomber des personnes pour lesquelles elle éprouvait, jusque-là, une grande admiration. Dès lors, son thème, qu’elle conservera jusqu’au bout, à Ravensbrück même, était : "Rien n’est perdu. Tant qu’on a encore des forces pour lutter". Son premier souci, son premier acte de "résistance", très individuel encore, fut celui d’apporter et de diffuser une information "positive" donnant l’idée qu’il était encore possible de changer le cours des choses : c’est l’époque des "prophéties" (Sainte Odile, Nostradamus etc...) qui circulaient alors sous forme de traits, soigneusement arrangées pour signifier cet espoir, et dont la soi-disant ancienneté ne donnait pas prise à la répression. C’est aussi la diffusion de la presse genevoise, qu’il était encore possible de se procurer en zone dite libre, et des communiqués de la BBC : notre soeur Mano se souvient d’en avoir convoyé, de la part d’Hélène, en février 1941 jusqu’au coeur de l’Auvergne.

28"Lutter contre l’attitude de vaincus", ce premier réflexe d’Hélène, ne pouvait qu’être attisé par les souplesses dorsales du gouvernement de Vichy, sans exclure la provocation : toute festivité étant interdite le 14 juillet et le 11 novembre, c’est ce jour-là qu’avec la complicité de son père elle organisa un "feu d’artifice" - maigre il est vrai, le matériel faisant défaut - dans le jardin, au vu et au su des voisins sans quoi la chose perdait tout intérêt.

29Le besoin de servir d’Hélène trouva à s’exprimer dès l’été 1940, avec l’accueil des vagues de réfugiés qu’il fallait installer à Saint-Chamond. Très vite, d’autres opportunités se présentèrent, puis ce fut, avec son installation à Lyon, la possibilité, en retrouvant à l’Université d’autres étudiants sur la même longueur d’onde, de participer à des activités moins individuelles et à plus grande échelle.

30Sa position d’aînée, son caractère affirmé, ses talents intellectuels et musicaux valaient à Hélène une place particulière au sein de la famille. Son engagement fut immédiatement compris et appuyé par son entourage : chaque fois qu’elle a eu besoin de l’aide de ses parents, elle les a trouvés sans discussion à ses côtés. La maison d’Izieux, jusqu’à notre départ en 1943, a été ouverte à tous les camarades d’Hélène. Ce fut encore le cas après l’installation de la famille dans la région parisienne, où le Comité directeur de Défense de la France s’est réuni chez nos parents régulièrement toutes les semaines, jusqu’au printemps 1944. La maison hébergera aussi, jusqu’à la libération, des camarades en difficulté ou de passage.

31En revanche, nous connaissons mal l’histoire de notre soeur au début de son installation à Lyon en 1941. Hélène, notre aînée, par définition plus mûre que nous ne l’étions - surtout les plus jeunes d’entre nous - était par caractère plus encline aux confidences envers les parents qu’envers les puînés, sur lesquels elle possédait un ascendant consensuel, mais dont elle respectait les secrets ; il est normal que la fratrie ne soit pas, à un tournant comme celui où elle se trouvait alors, la meilleure dépositaire des pensées les plus intimes.

32La suite de l’évolution d’Hélène, d’un antigermanisme historique et viscéral vers des choix politiques plus personnels et plus élaborés, a sans doute été mieux ressentie par ses camarades et ses maîtres, qui l’ont alors accompagnée, et dont quelques-uns sont ici et nous font l’honneur de nous inviter à leurs côtés ; ce sont eux qui pourront nous en parler en connaissance de cause.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Roederer, « Le milieu familial d’Hélène Roederer : le contexte de son engagement »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 39-46.

Référence électronique

Charles Roederer, « Le milieu familial d’Hélène Roederer : le contexte de son engagement »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7289

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search