Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Journée Hélène RoedererLycéens et étudiants résistants l...

Journée Hélène Roederer

Lycéens et étudiants résistants lyonnais

Bruno Benoît
p. 47-60

Texte intégral

  • 1 Pour traiter ce sujet, je m'appuie sur des travaux d'étudiants, particulièrement ceux d'Isabelle Go (...)

1Non-spécialiste de cette période, je me permets de m’y aventurer car, au-delà de l’hommage à Hélène Roederer auquel j’ai voulu m’associer, je cherche dans la confrontation entre histoire et mémoire des éléments pour éclairer l’identité politique lyonnaise depuis la Révolution française. C’est pour cette raison, qu’avant d’aborder plus précisément le sujet, je tiens à rappeler quelques données locales, à mes yeux fondamentales, pour comprendre le contexte qui va se révéler très favorable à l’éclosion des mouvements de Résistance à Lyon1.

  • 2 Les "Chalier" désignent les jacobins et exagérés Iyonnais à l'époque révolutionnaire. Ce terme géné (...)

2En tout premier lieu, cette ville possède, depuis la Révolution, une mémoire politique qui imprègne fortement son histoire. Cette mémoire prend racine en 1793 quand Lyon et les Lyonnais, pour s’affranchir de la dictature des "Chalier"2 et défendre leurs libertés face à la centralisation/parisianisation, se soulèvent, les armes à la main, contre l’oppression jacobine et pour affirmer haut et fort qu’ils veulent une république à la lyonnaise. Depuis cette date fondatrice de 1793, les élites lyonnaises ont cultivé, et ce avec le soutien de la majorité de la population, cet esprit de résistance à l’oppression qui est transmis, de génération en génération, par filiation, par mariage ou au travers de tout un ensemble de réseaux de sociabilités religieuses, scolaires, universitaires, économiques et culturelles. L’esprit de résistance appartient donc à l’identité lyonnaise et en 1940, Lyon ne fait que retrouver une dimension acquise 150 ans auparavant. Cette ville a toujours offert, qui plus est, avec ses rues étroites et son entrelacs de traboules, une topographie urbaine favorable à tous les persécutés, opposants et résistants qui cherchent un refuge.

3Ensuite, dans la France de 1940 à 1944, Lyon a une situation géopolitique exceptionnelle. N’est-elle pas devenue, suite aux clauses de l’armistice, la plus grande ville de la France de Vichy qui, jusqu’en novembre 1942, est, selon les termes de l’armistice, la France libre ! De ce fait, de nombreuses personnalités parisiennes du monde des lettres et du journalisme se sont repliées sur Lyon et sont venues grossir les cercles intellectuels lyonnais, résistants ou non. Au premier rang des animateurs et organisateurs de la résistance se trouvent des professeurs de lycées et de facultés de la ville : Joseph Hours, Jean Lacroix, André Mandouze et Auguste Pinton qui servent de lien, voire de mentors, entre les mouvements de Résistance et les milieux lycéens et étudiants. Les structures universitaires lyonnaises ont été aussi enrichies par le repli, entre Saône et Rhône, d’institutions d’enseignement supérieur comme l’École libre de Sciences politiques.

  • 3 Cette nostalgie d'avoir été capitale du royaume remonterait à la Renaissance lors des guerres d'Ita (...)

4Lyon est, entre 1940 et 1944 et tout particulièrement entre 1940 et 1942, un vrai pôle intellectuel dans la France occupée. Au titre de capitale de l’esprit, il faut ajouter celui de capitale spirituelle. Le cardinal Gerlier, par sa personnalité mais aussi par le primatiat du siège de Lyon qu’il occupe, exerce un réel ascendant sur l’épiscopat français. La deuxième guerre mondiale est donc pour Lyon l’occasion de renouer avec la fonction de capitale dont elle a la nostalgie3. Lyon a un passé glorieux que sa mémoire entretient et réactive à la première occasion.

  • 4 Voir les deux Cahiers de Rhône 89, n° 15 et 16 de 1994 consacrés à la Deuxième Guerre mondiale, et (...)
  • 5 Il est bon de rappeler qu'en 1940, beaucoup plus qu'à l'heure actuelle, jeunesse est un terme plus (...)

5Il n’est donc pas étonnant qu’avec cette mémoire politique, celle de la résistance à l’oppression, et cette envie d’être capitale, Lyon s’affirme, entre 1940 et 1944, comme la capitale de la Résistance aussi bien quant à la naissance des mouvements de Résistance et de la presse clandestine que pour la guérilla urbaine anti-allemande qui éclate au cours du dernier trimestre de 19424. Dans cette ville, il n’y a rien de surprenant à ce que les lycéens et les étudiants aient été des pionniers dans l’organisation nationale des mouvements de résistance de la jeunesse lycéenne et étudiante5, même si certains mouvements conservent une spécificité et une audience locales.

6Mon propos ne se veut pas une synthèse sur la Résistance lycéenne et étudiante à Lyon, mais cherche à dégager quelques grands traits de cette Résistance dans la capitale des Gaules. Je vous propose donc plus des regards que des savoirs.

I - Premier regard : La dimension pionnière des mouvements de Résistance lycéenne et étudiante de Lyon

7Libération, Franc-Tireur et Combat sont d’essence lyonnaise. Il n’est donc pas étonnant qu’au tournant des années 1941-42, dans ce terreau résistant exceptionnel, apparaissent, à Lyon plutôt qu’ailleurs, les premiers mouvements de Résistance lycéenne et étudiante.

Au départ il y a les F. U. L

8C’est à partir de la rentrée universitaire de 1941 que l’idée de fonder des mouvements de Résistance propres au monde étudiant prend corps. Cependant, il faut attendre le printemps 1942, juin exactement, pour que trois étudiants âgés d’une vingtaine d’années - Georges Godard, étudiant en philosophie, Louis Rigal et Jacques Rollet-Andriane, étudiants en droit - lancent un journal résistant destiné aux étudiants, Libre-France. Ce journal se veut l’organe de presse des Forces Universitaires de la Libération ou F.U.L. Dans l’article de fond du numéro un, intitulé "Conscience de nous ", on peut lire les lignes suivantes :

  • 6 Libre-France, n° 1, juin 1942, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 54.

"Étudiant ! C’est à toi que Libre-France parle ! As-tu conscience de qui tu es, de ta puissance, de ta mission ?
Tu attends... Depuis des mois - des mois de misères morales- tu rumines ton humiliation et ta rage. Tu aspires à servir ta Patrie bafouée.
Ton patriotisme indigné réclame une autre tâche... La tâche sacrée de la Libération de notre pays souillé, insulté, exploité, déchiré par le Hun"6.

  • 7 Dans le n° 2 spécial de Libre-France du 15 juin 1942, Arch. privées de Mme Lallich dans I. Gourdon, (...)
  • 8 Libre-France, n° 2 spécial du 15 juin 1942, Ibidem.

9Ce numéro, tiré à dix mille exemplaires, est largement diffusé à Lyon7 , mais aussi dans toute la zone Sud. Il va donc être imité dans d’autres villes universitaires, voire par le Groupe d ‘Ordre Universitaire, d’obédience vichyste qui lance un journal Libre et France. Le groupe d’étudiants à l’origine de Libre-France et des F.U.L. s’élargit à d’autres étudiants tel Pierre Cohendy, mais aussi à des lycéens, Legouy du lycée Ampère et Denis du lycée du Parc. Dans le numéro 2 du 15 juin 1942, le cri qui est lancé : "Étudiants de France, écoutez notre appel déchirant "8 Il semble avoir été entendu, puisque des F.U.L., on passe aux F.U.J.

Puis les F. U. J.

  • 9 Dans le N° 6 des F.U.J., Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, sont indiqué (...)

10L’idée des étudiants de Libre-France était de décloisonner la Résistance lycéenne et universitaire en l’ouvrant à toute la jeunesse et en se rapprochant des mouvements de Résistance existants. De ce fait, des liaisons avec les jeunes de Libération, de Combat et de Franc-Tireur sont établies rapidement. En septembre 1942, la fusion commence avec les jeunes de Combat et en novembre de la même année les Forces Unies de la Jeunesse9 sont créées dans le but de :

  • 10 Ces deux extraits appartiennent au journal Forces Unies de la jeunesse, n° 6, avril 1943, Ibidem.

"...libérer la France et (de) préparer la jeunesse à un avenir meilleur (en unissant) la jeunesse sans distinction de classe ou d’opinions politiques".
et en lui permettant de
"... travailler efficacement à la libération du territoire"10.

  • 11 Forces Unies de la jeunesse, n° 6 d'avril 1943 et n° 11 d'août 1943.

11Le journal des F.U.J., que Combat accepte de tirer sur ses presses à partir de novembre 1942, cite cette phrase de Robespierre "Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous ", évoque "La patrie en danger " et titre "Le jour de gloire est arrivé " en faisant appel aux successeurs de Bara, Viala11... Ces références à la Révolution française, voire à la Terreur, montrent que les F.U.J. ne renient pas cette période fondatrice de l’histoire nationale et qu’elles y puisent même les références indispensables pour amener la jeunesse de France à prendre les armes pour chasser l’envahisseur nazi. Ce qui est remarquable, c’est de souligner que la Terreur, de triste mémoire à Lyon, est mise en avant ! La patrie en danger est plus forte que la mémoire anti-révolutionnaire lyonnaise.

12A la fin de 1942, les F.U.J. ne sont plus un mouvement uniquement de lycéens et d’étudiants, même si ces derniers, particulièrement ceux de la sphère lyonnaise, continuent à en contrôler le Comité directeur. Mais ce sont bien les lycéens et étudiants lyonnais qui ont montré à leurs aînés la nécessité d’unir les mouvements de jeunesse. Quand les M.U.R. apparaissent en janvier 1943, les F.U.J. deviennent tout naturellement les J.M.U.R.

Enfin les F. U. J. P

  • 12 Cette liste figure sur un tract diffusé à l'occasion du 11 novembre 1943 pour que ce jour soit "une (...)

13En octobre 1943, les F.U.J. se fondent dans les Forces Unies de la Jeunesse Patriotique ou F.U.J.P. qui regroupent les jeunes Catholiques résistants, les J.M.U.R, la Fédération des Jeunesses communistes de France, les Jeunes de l’Organisation civile et militaire, l’Union patriotique des Étudiants, le Sport libre, les Jeunes Paysans patriotes, Francs-Tireurs et Partisans, les jeunes Protestants résistants12. L’objectif des F.U.L, qui était d’unir la jeunesse résistante, est désormais réalisé. C’est donc très logiquement que le secrétariat des F.U.J.P. est installé à Lyon et que les étudiants locaux y occupent de nombreux postes de responsabilité. Cependant, à la demande même du secrétariat des F.U.J.P., est créée à Lyon, en novembre 1943, une Union des Étudiants Patriotes ou U.E.P. afin de regrouper :

  • 13 Tract "L'Union des Étudiants Patriotes est créée", Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, o (...)

"...tous les mouvements étudiants de résistance. (L’U.E.P.) se propose d’amplifier la lutte menée jusqu’ici isolément par les organisations étudiantes et d’en accroître l’efficacité. Son programme tient en un mot d’ordre : faire participer tous les Étudiants au combat libérateur de la patrie"13.

  • 14 Dans le n° 1 de Libre-France, voir supra note 6, il est écrit : "L'Université forme une unité "sui (...)

14Cette création prouve, malgré la dynamique de rassemblement amorcée depuis juin 1942, que le milieu étudiant reste très spécifique et nécessite des structures particulières14 C’est pourquoi se réunit chaque semaine, dans les caves de la Faculté des Lettres, haut lieu de la résistance estudiantine, le Comité régional de l’U.E.P. où se côtoient, entre autres, Jacques Rollet-Andriane, Gilbert Dru, Suzanne Ignace et Denyse Domenach.

15Parallèlement à l’U.E.P., les F.U.J.P. poussent, au début de 1944, à la mise en place, encore à Lyon, de l’Union Féminine Universitaire ou U.F.U. qui se présente ainsi :

  • 15 Tract de l'U.F.U., "Appel aux étudiantes", Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., (...)

"... Elle n’est pas un cercle d’étude, ni un ouvroir. Ses équipes sont des unités de combat...Elle vous rendra dignes d’êtres les descendantes des héroïnes innombrables de notre histoire’’15.

16La Résistance lycéenne et étudiante lyonnaise a bien été pionnière au sein des mouvements de Résistance de la jeunesse et a contribué fortement à son unification. Les mouvements lycéens et étudiants de Résistance confirment la place de Lyon comme capitale de la Résistance. Cependant, un certain particularisme résistant, au sein des mouvements Iycéens et étudiants, demeure à Lyon.

II - Deuxième regard : La spécificité lyonnaise de certains mouvements de Résistance lycéenne et étudiante

  • 16 Jean-Marie Domenach, Gilbert Dru. Celui qui croyait au ciel, ELF, Pans, 1947, 147 p.

17Si des lycéens et étudiants chrétiens lyonnais n’hésitent pas à s’engager dans les mouvements nationaux à l’image de Gilbert Dru16, beaucoup trouvent que les F.U.J. sont politiquement trop marquées ou n’affirment pas assez une dimension chrétienne dans la lutte. Un caractère original de l’identité politique lyonnaise est ainsi mis en avant. De ce fait, deux mouvements de résistance proprement lyonnais, tous deux chrétiens, animent les milieux lycéens et étudiants.

Le Comité inter-Fac

18Ce mouvement naît en décembre 1942 à l’instigation de Jean-Marie Domenach, étudiant à la Faculté des Lettres à partir de la rentrée 1942. Avant cette date, en tant que khâgneux, il a reçu l’enseignement stimulant de Jean Lacroix et de Joseph Hours. Avec l’aide de Georges Lesèvre, il recrute dans les différentes facultés lyonnaises et classes préparatoires, s’adressant particulièrement aux étudiants chrétiens qui hésitent encore à franchir le pas de l’engagement en Résistance, mais qui sont spirituellement préparés à la lutte par l’enseignement de maîtres à penser présents à Lyon, le père de Lubac, Stanislas Fumet ou Emmanuel Mounier, et par la fréquentation de cercles d’études, tel le cercle Péguy.

19Ce Comité inter-fac contemporain des F.U.J., reste davantage un regroupement d’énergies et de volontés individuelles - à ce titre il faut citer l’engagement d’Hélène Roederer au sein de ce Comité - qu’un véritable mouvement de Résistance structuré. Il n’a donc en rien gêné la dynamique F.U.L. - F.U.J.P. et n’a peut-être pas été étranger à la création de l’U.E.P.

La conférence Ampère17

  • 17 Voir le mémoire de Josette Roca, cité supra note 1, pp. 4 à 84.

20Cette association, apparue en 1905, ne se déclare officiellement qu’en 1908. Elle a pour mission d’aider au perfectionnement intellectuel et moral des élèves, les anciens peuvent aussi en faire partie, du lycée Ampère jusqu’en 1914, puis des lycées de Lyon après cette date. Cette association spirituelle, fondée par le père Mayet, pour résister à la laïcisation de la société, propose toute une série d’activités religieuses et non religieuses. Elle dispose d’un journal, Le Trait-d’Union. En août 1925 est nommé à sa tête un jeune jésuite lyonnais, le père Chaine, qui va, par son charisme, faire rayonner cette association. En 1941, elle dépasse les sept cent membres, dont deux cent soixante-cinq jeunes, deux cent soixante-dix grands et deux cent douze anciens. C’est avec le père Chaine que la conférence Ampère traverse la deuxième guerre mondiale.

  • 18 Les rapports entre la J.E.C., Vichy et la Résistance évoluent dans le temps. Jusqu'au printemps 194 (...)

21Sociologiquement, cette conférence Ampère regroupe des fils de la bourgeoisie lyonnaise, groupe social qui à l’époque envoie ses fils au lycée. Cette association repose sur une pratique religieuse commune (messe, retraite, cercles d’études, apostolat auprès des pauvres, voire action catholique au sein de la J.E.C.1818) et prépare ses membres à être des hommes de bien dans leur milieu, mais aussi à être des meneurs d’hommes. En 1939-1940, la conférence Ampère est perturbée par le départ de beaucoup de ses membres. La défaite en ramène beaucoup, dont le père Chaine. Le cap de la spiritualité est maintenu. Si un esprit maréchaliste anime ses dirigeants, le désir de libérer spirituellement et matériellement la France apparaît vite. La conférence Ampère devient un vivier de résistants et une plaque tournante de la Résistance permettant à de nombreux lycéens, mais aussi à des anciens, de jouer un rôle de première importance : Jean Naville, Jacques Bonvallot, Henri Deplagne, André Beau, René Gendre et tant d’autres qui vont animer, par la suite, le réseau Jacques O.S.S. dirigé par Jacques Alziary de Roquefort.

22Cette spécificité lyonno-chrétienne de certains mouvements de résistance permet de croiser histoire et mémoire et de prouver que la mémoire modérée et chrétienne de cette ville ne l’a pas empêchée de s’engager, voire même l’a poussée, très fortement dans la Résistance.

III - Troisième regard : La Résistance lycéenne et étudiante est-elle une Résistance à part entière ?

23Avant d’apporter des éléments de réponse à cette question, rappelons que dans tous les mouvements de Résistance, qu’ils soient ceux de la jeunesse ou non, il y a la volonté de réagir face à la défaite, à l’occupation, à l’asservissement. L’appel à résister a pour ambition de sauver la France du déshonneur, de la libérer de l’envahisseur en l’emportant sur l’ennemi comme nos aînés l’ont fait à Valmy ou à Verdun, de redonner un sens aux mots justice, liberté et dignité de la personne humaine, de reconstruire une France nouvelle. La Résistance est donc anti-allemande, anti-vichyste, mais aussi anti-Troisième République, rendue responsable du désastre français ; elle est politique et militaire, elle est ancrée dans le présent, comme le fait le n° 13 du journal de F.U.J. d’octobre 1943 qui salue la jeunesse corse qui vient d’être libérée, mais aussi prépare l’avenir, c’est-à-dire la libération de la France.

24Les formes de résistance sont variées, allant de la résistance intellectuelle à la lutte armée en passant par la manifestation, le renseignement et l’aide sociale et médicale. Quoi qu’il en soit, résister c’est s’engager et, pour reprendre les mots de Libre-France :

  • 19 Libre-France n° 2 spécial, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 142. Il est (...)

"Toute défaillance est une trahison, toute abstention un coup porté à notre pays"19.

25La Résistance lycéenne et étudiante a-t-elle présenté une originalité au sein de la Résistance française ? Sans pouvoir l’affirmer de façon ferme et définitive, il me semble qu’au travers de l’étude de quatre caractères, une approche plus fine de la Résistance lycéenne et étudiante peut être proposée.

1- Le premier caractère : MANIFESTER

26Manifester est un réflexe naturel chez le lycéen et l’étudiant ! Les occasions sont nombreuses de concilier tradition étudiante et action de Résistance : commémorations, fêtes nationales ou du travail, journées particulières...

a) Lorsque les manifestations rappellent l’histoire glorieuse de la France

  • 20 Gourdon, op. cit., p. 108.

27Le 11 novembre 1940 quand trois étudiants - Adrien Nemoz, Yves Lacaze et René Lyonnet - se rendent au monument aux morts du parc de la Tête d’Or20 pour rappeler la victoire française.

  • 21 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, tract des F.U.J.P.

28Le 11 novembre 1943 quand les F.U.J.P. appellent les jeunes de France à manifester pour être des dignes fils des héros de Valmy, de Verdun et de la Marne21.

b) Lorsqu’ils rappellent que la France est un pays de libertés

  • 22 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série B, B64.

29Le 1er mai 1942, de nombreux étudiants manifestent pour célébrer la fête du travail. À cette occasion, un professeur, Henri Deschamps, les stimule en criant place Bellecour : "Vive la République ". Il va même jusqu’à répondre au commissaire qui l’interroge : "J’aime la République"22.

30Le 14 juillet 1942 a lieu la dernière manifestation de grande ampleur avant la Libération ; de nombreux étudiants sont présents.

c) Lorsqu’ils s’élèvent contre la présence allemande

31Le 18 mai 1942, à l’occasion de la venue à Lyon de la Philharmonie de Berlin, les étudiants résistants et Combat appellent à empêcher le concert devant avoir lieu salle Rameau. Toute la journée des tracts sont distribués où l’on peut lire :

  • 23 Archives départementales du Rhône, 1F 28.

"Pendant que 1,5 million des nôtres périssent dans les camps allemands, alors que 200000 tombes sont à peine recouvertes... les bourreaux nous provoquent chez nous. Les Boches de Berlin ne joueront pas"23.

32Malgré cette mobilisation, la Philharmonie, grâce aux forces de l’ordre, joue en ce 18 mai 1942, mais la manifestation, par le désordre qu’elle cause, est un beau succès.

d) Lorsqu’ils protestent contre le racisme et l’antisémitisme

33Le 5 mai 1941, un boycott est organisé par les khâgneux, à la tête desquels se trouve Jean-Marie Domenach, contre la diffusion du film Le juif Süss.

34A l’occasion de ces actions de manifestation, les lycéens et les étudiants ne font pas preuve d’une originalité particulière. S’ils ne sont pas seuls à être présents, ils sont souvent à l’origine de ces manifestations ou en sont les catalyseurs.

2- Le deuxième caractère : LUTTER

35Dans cette lutte qui revêt plusieurs aspects, les lycéens et les étudiants peuvent soit mener une action autonome, soit s’associer aux mouvements de Résistance. Quoi qu’il en soit, comme le dit Jacques Rollet-Andriane, alias Karleskine, en octobre 1943 :

  • 24 Note des F.U.J. d'octobre 1943, signée Karleskine, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, o (...)

"... il faut frapper dur : militant de la Résistance pénètre-toi de l’esprit de cette lutte implacable : frapper le premier ou tomber. Réponds par la mort à la mort : tue... c’est la guerre"24.

    • 25 Le premier numéro parait en juin 1941. André Mandouze en prend vite la direction, Gilbert Dru est c (...)

    La diffusion de la presse clandestine de Libre-France à Témoignage chréien en passant par Les Cahiers de notre jeunesse25. Hélène Roederer s’engage fortement dans la distribution de T.C.

  1. La direction et l’encadrement des mouvements lycéens et étudiants comme l’assument Gilbert Dru ou Suzanne Ignace.

    • 26 Tract de l'U.E.P., voir supra note.

    L’aide aux réfractaires du S.T.O. Dans le tract de création de l’U.E.P., il est écrit : " Pas un seul d’entre nous ne doit partir en Allemagne ‘‘26.

  2. La participation à des réseaux de Résistance. Nombreux sont les étudiants à être membres d’un réseau comme le réseau de renseignements Jacques O.S.S. ou le réseau Navarre.

    • 27 Dans le journal des Forces Unies de la jeunesse n° 13 d'octobre 1913. Arch. privées de Mme Lallich, (...)

    Le sabotage et la destruction des usines travaillant pour l’Allemagne. Le n° 13 des F.U.J. félicite les patriotes, encourageant ainsi les étudiants à suivre cette voie, qui ont endommagé les usines Lumière ou Berliet27.

    • 28 Jean Brenas attaqua le commissariat du Puy pour y prendre des armes, Arch. privées de Mme Lallich, (...)

    L’organisation d’équipes de combattants du type milices universitaires ou groupes francs de libération dont l’étudiant en droit Jean Brenas, membre de J.M.U.R., fait partie28. Certains étudiants, comme Jacques Rollet-Andriane, un des fondateurs de Libre-France, appartiennent aux maquis et participent aux combats de la Libération.

36Dans l’aspect lutte, les lycéens et étudiants ne sont pas seulement une force d’appoint de la Résistance, ils occupent une place originale, même si leur lutte se confond avec celle de leurs aînés.

3- Le troisième caractère : DÉFENDRE

37En défendant la République et la culture française, les lycéens et les étudiants rappellent qu’ils sont des citoyens conscients que l’un des enjeux de cette guerre est idéologique. Ils affirment également, par la même occasion, leur spécificité.

a) La défense de la République

  • 29 Voir supra note 23.
  • 30 Tract de l'U.E.P. du 5 mars 1911, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 21.

38La note n° 13 des F.U.J. d’octobre 1943, dans un article : "Le fascisme crève, vive la République "29, évoque la République, mais la République souhaitée n’est pas un retour à la IIIè. En effet, un tract de l’U.E.P. du 5 mars 1944 déclare : "...il ne saurait être question de retourner à la formule d’hier "30, en l’occurrence la Troisième République rendue responsable du désastre. Ce double rapport à la République : oui à la République, non à un retour à la Troisième République, est l’opinion dominante dans les milieux résistants étudiants.

b) La défense de la culture française

39La culture française est l’héritière du christianisme et des Lumières et l’Université en est la garante. Le système nazi qui a compris que l’Université est un lieu de résistance multiplie les attaques à son égard :

  • 31 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, tract des F.U.J. de 1944 intitulé : " (...)

"La Gestapo veut en finir avec l’Université, ce foyer de civilisation et de résistance patriotique, cette éclatante négation de la barbarie destructrice nazie"31.

40Cette défense de la culture universitaire est bien une dimension propre de la Résistance lycéenne et étudiante, à laquelle il faudrait ajouter celle des enseignants, qui se trouve investie ainsi d’une mission de sauvetage ! L’élimination d’Henriot est donc saluée comme une libération avant la lettre.

41Dans ce troisième aspect, celui de la défense, la Résistance lycéenne et étudiante montre une dimension originale qui dépasse la simple action de Résistance contre l’occupant.

4- Le quatrième caractère : RÉFLÉCHIR

42Les étudiants, par leur formation et leur jeunesse, formulent des voeux pour la France de l’après-Libération. Cette réflexion est le fruit d’échanges avec leurs professeurs, mais aussi d’échanges entre eux. Tous aspirent a des changements et pensent que la France après la guerre sera :

a) Une France nouvelle

43L’U.E.P. déclare en mars 1944 :

  • 32 Tract de l'U.E.P. du 5 mars 1944, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 22.

"Nous sommes des révolutionnaires, les doctrines de chacun de nous ont quelque chose de commun, la volonté de liquider une forme de société... s’il le faut par la violence"32.

44On retrouve l’esprit du Conseil national de la Résistance. Cette opinion est partagée par la majorité, pour ne pas dire l’unanimité des résistants. Certains, les étudiants communistes, vont même jusqu’à vouloir une France à l’image soviétique :

  • 33 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C76K, tract des étudiants communistes de Ly (...)

"Les Français veulent participer activement à la construction d’une cité saine, prospère, progressiste, à l’image des Républiques socialistes soviétiques"33.

b) Une France de citoyens

45Le journal des F.U.J. de mai 1943 affirme que :

  • 34 Journal des Forces Unies de la Jeunesse, n° 7, mai 1943, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gour (...)

"La France, pour nous, est autre chose qu’un parti, qu’une race, qu’un homme. Notre chef, le général de Gaulle, n’est que le symbole de cette France combattante. La France est un sol, des hommes"34.

46Les étudiants refusent le parlementarisme, mais s’élèvent aussi contre les ambitions individuelles et rêvent, l’utopie contribue à l’ardeur résistante, d’une France libérée des trusts et de tous les privilèges. Une nouvelle "nuit du 4 août" est donc évoquée !

47Les étudiants, malgré les leçons de l’Histoire, ont une vision idéaliste de la France à la Libération et, en cela, leur lutte contre l’occupant allemand et le barbare nazi participent au thème d’une France qui, après-guerre, sera nouvelle et éloignée des magouilles de la Troisième République.

48La Résistance lycéenne et étudiante, au terme des trois regards portés sur elle, revêt une certaine spécificité, même si elle appartient pleinement à la Résistance. Ces mouvements lycéens et étudiants ont, de ce fait, subi fortement la répression nazie. Les noms d’Hélène Roederer, de Gilbert Dru, de Fernand Belot et de beaucoup d’autres, morts en déportation, en prison ou abattus en pleine rue, sont là pour en témoigner. Le tribut de sang a été particulièrement élevé en 1944 qui est aussi l’année de la Libération. Ténèbres et lumières se côtoient !

  • 35 Cet article s'est voulu plus défricheur que détenteur de vérités. De plus, il y a un réel déséquili (...)

49Nul ne doute du statut de capitale de la Résistance acquis par Lyon durant la guerre. Cet article, avec ses limites clairement énoncées dès le début35, ne fait que confirmer cette dimension identitaire lyonnaise acquise, sur le plan politique, depuis la Révolution. À Lyon, les chemins de l’histoire résistante croisent ceux de la mémoire politique et spirituelle de la ville.

Haut de page

Notes

1 Pour traiter ce sujet, je m'appuie sur des travaux d'étudiants, particulièrement ceux d'Isabelle Gourdon, La résistance dans les Iycées et les universités de Lyon (1940-1945), Mémoire de fin d'études de l'IEP de Lyon, sous ma direction, 1993, 163 p. (Mlle Gourdon a eu accès aux archives privées de Madame Lallich, née Domenach) et de Josette Roca, Un mouvement Iycéen de Lyon, la conférence Ampère 1905-1962, Mémoire de maîtrise de l'Université de Lyon 2, sous la direction de X. de Montclos, 1983, 181 p.

2 Les "Chalier" désignent les jacobins et exagérés Iyonnais à l'époque révolutionnaire. Ce terme générique est formé sur le nom de leur chef Joseph Chalier (1747-1793). Voir à ce propos Takashi Koï, Les "Chalier" et les sans-culottes lyonnais, thèse de IIlè cycle, Université Lyon 2, 1974, 192 p., non publiée et Bruno Benoît et Roland Saussac, Guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799), Ed. de Trévoux, 1988, 192 p.

3 Cette nostalgie d'avoir été capitale du royaume remonterait à la Renaissance lors des guerres d'Italie, mais aussi à l'époque romaine quand Lyon s'appelait Lugdunum. Consulter Histoire de Lyon, Tome I, De l'Antiquité au Moyen Age, sous la dir. de André Pelletier et Jacques Rossiaud, Horvath, 1990, 478 p. ; Tome II, Du XVIe siècle à nos jours, sous la dir. de Françoise Bayard et Pierre Cayez, Horvath, 1990, 479 p. Depuis octobre 1994, existe un hebdomadaire intitulé Lyon Capitale.

4 Voir les deux Cahiers de Rhône 89, n° 15 et 16 de 1994 consacrés à la Deuxième Guerre mondiale, et le n° 3-4 de 1994 des Cahiers d'histoire consacré à la Libération de Lyon.

5 Il est bon de rappeler qu'en 1940, beaucoup plus qu'à l'heure actuelle, jeunesse est un terme plus large que lycéens et étudiants, d'où ma précision !

6 Libre-France, n° 1, juin 1942, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 54.

7 Dans le n° 2 spécial de Libre-France du 15 juin 1942, Arch. privées de Mme Lallich dans I. Gourdon, op. cit., p. 14, il est écrit : "Le premier numéro de Libre France a été bien accueilli ... À ce propos, félicitations à nos groupes de diffusion... Inscriptions géantes, collage du journal, tracts... Pour ne citer qu'un détail pittoresque, le lever du drapeau dans la cour d'honneur du Iycée du Parc, avec pour décor, les murs couverts de bas en haut de slogans tracés en énormes caractères ...".

8 Libre-France, n° 2 spécial du 15 juin 1942, Ibidem.

9 Dans le N° 6 des F.U.J., Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, sont indiqués pour avril 1943 qui sont les F.U.J. : les Jeunes des mouvements de Résistance unie (Libération, Combat, Franc-Tireur), le Front patriotique des jeunes, les Jeunes chrétiens résistants.

10 Ces deux extraits appartiennent au journal Forces Unies de la jeunesse, n° 6, avril 1943, Ibidem.

11 Forces Unies de la jeunesse, n° 6 d'avril 1943 et n° 11 d'août 1943.

12 Cette liste figure sur un tract diffusé à l'occasion du 11 novembre 1943 pour que ce jour soit "une journée d'union, d'espoir et de lutte", Arch privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 110.

13 Tract "L'Union des Étudiants Patriotes est créée", Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 60.

14 Dans le n° 1 de Libre-France, voir supra note 6, il est écrit : "L'Université forme une unité "sui generis" et c'est pourquoi elle a besoin de former des groupements distincts ".

15 Tract de l'U.F.U., "Appel aux étudiantes", Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 63.

16 Jean-Marie Domenach, Gilbert Dru. Celui qui croyait au ciel, ELF, Pans, 1947, 147 p.

17 Voir le mémoire de Josette Roca, cité supra note 1, pp. 4 à 84.

18 Les rapports entre la J.E.C., Vichy et la Résistance évoluent dans le temps. Jusqu'au printemps 1942, la J.E.C a une attitude maréchaliste. Les projets de Vichy quant à une jeunesse unique, puis le S.T.O. poussent la J.E.C. vers la Résistance. Gilbert Dru est membre de la J.E.C., ce qui prouve, qu'individuellement, des jécistes sont entrés tôt en Résistance.

19 Libre-France n° 2 spécial, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 142. Il est dit dans le même article que pendant l'été, les étudiants doivent agir, en galvanisant les tièdes et en organisant des groupes de Résistance, pour vaincre et libérer la patrie.

20 Gourdon, op. cit., p. 108.

21 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, tract des F.U.J.P.

22 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série B, B64.

23 Archives départementales du Rhône, 1F 28.

24 Note des F.U.J. d'octobre 1943, signée Karleskine, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 72.

25 Le premier numéro parait en juin 1941. André Mandouze en prend vite la direction, Gilbert Dru est chargé de la diffusion et Jean-Marie Domenach des rapports avec les lecteurs. Cette revue est proche de la J. E. C.

26 Tract de l'U.E.P., voir supra note.

27 Dans le journal des Forces Unies de la jeunesse n° 13 d'octobre 1913. Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 17. Il est intéressant de noter que la destruction de ces usines par les Résistants, plutôt que par les aviateurs alliés, permet d’éviter des victimes civiles.

28 Jean Brenas attaqua le commissariat du Puy pour y prendre des armes, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 21.

29 Voir supra note 23.

30 Tract de l'U.E.P. du 5 mars 1911, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 21.

31 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C761, tract des F.U.J. de 1944 intitulé : "Les défenseurs de la civilisation assassinent les élites intellectuelles ".

32 Tract de l'U.E.P. du 5 mars 1944, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 22.

33 Archives départementales du Rhône, Fonds Ruby, série C, C76K, tract des étudiants communistes de Lyon : “À la pointe du combat pour la libération de la France".

34 Journal des Forces Unies de la Jeunesse, n° 7, mai 1943, Arch. privées de Mme Lallich, dans I. Gourdon, op. cit., p. 23.

35 Cet article s'est voulu plus défricheur que détenteur de vérités. De plus, il y a un réel déséquilibre entre la connaissance du monde étudiant et du monde lycéen. Est-ce simplement une question d'âge ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Benoît, « Lycéens et étudiants résistants lyonnais »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 47-60.

Référence électronique

Bruno Benoît, « Lycéens et étudiants résistants lyonnais »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7299

Haut de page

Auteur

Bruno Benoît

Centre Pierre Léon – Institut des Études Politiques de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search