Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Journée Hélène RoedererÉtudiants et Résistance

Journée Hélène Roederer

Étudiants et Résistance

L’exemple de Défense de la France
Olivier Wieviorka
p. 61-72

Texte intégral

  • 1 Entretiens accordés à l'auteur, publiés in Nous entrerons dans la carrière, de la Résistance à l'ex (...)
  • 2 François Bédarida, "L'histoire de la Résistance, lectures d'hier, chantiers de demain", Vingtième s (...)

1Une fois n’est pas coutume : historiens et acteurs, en règle générale, présentent la Résistance comme un mouvement interclassiste échappant au traditionnel clivage gauche/droite." Dans la Résistance comme dans les camps de concentration, j’ai connu des gens de toute sensibilité politique. Des prêtres, des chrétiens, des gaullistes, qui n’étaient pas tous de gauche", affirme ainsi Georges Séguy. Pierre Messmer confirme que dans l’armée des ombres se retrouvent "à peu près toutes les opinions politiques françaises"1. Et François Bédarida rappelle que "loin d’être un phénomène de classe, la Résistance dans tous les pays a recruté sur une base inter-classes"2. Engagement patriotique ou antifasciste, l’entrée en résistance n’épargnerait donc aucun milieu, les valeurs nationales et/ou démocratiques marquant inégalement mais indistinctement toutes les classes sociales. Définir les liens unissant le monde étudiant à la Résistance française invite donc à rompre un constat irénique et consensuel. En se focalisant sur les étudiants, l’analyse postule en effet que ce milieu adopte face à l’engagement clandestin un comportement spécifique. Elle suggère également que la sensibilité estudiantine modèle les formes du combat résistant, deux hypothèses que l’étude de Défense de la France (DF) permettent de valider.

  • 3 Ce chiffre prend en compte les adhérents recrutés avant le 1er janvier 1942. Les statistiques sont (...)

2Créé à l’automne 1940 par quelques étudiants (Philippe et Hélène Viannay, Charlotte Nadel, Robert Salmon...) auxquels s’agrège une infirmière, Génia Deschamps, Défense de la France offre, à l’origine, l’image d’un mouvement solidement ancré dans le milieu étudiant. Composé pour un tiers de jeunes poursuivant un cursus universitaire33, il s’enracine en ses débuts au Quartier latin, les sous-sols de la Sorbonne abritant même l’imprimerie du journal entre août 1941 et septembre 1942.

3Défense de la France offre ainsi l’image d’un mouvement étudiant tant par son implantation que par son recrutement. Une affinité élective semble ainsi unir le milieu étudiant à cette première Résistance. Encore convient-il de saisir les motifs qui fondent cette connivence.

I - Les prismes de l’engagement étudiant

  • 4 Pierre Laborie, L'opinion française sous Vichy, Seuil, 1990, p. 247.
  • 5 Alain-René Michel, La JEC face au nazisme et à Vichy, Presses Universitaires de Lille, 1988, p. 32 (...)

4Les étudiants qui s’engagent refusent l’occupation parce qu’ils identifient l’Allemand comme l’ennemi prioritaire. Ce rejet se fonde soit sur une germanophobie transmise par le cercle familial, soit sur un antinazisme qui assimile l’hitlérisme à un paganisme. Certes, ces sentiments ne sont pas propres aux milieux étudiants, la population française manifestant "une hostilité viscérale à la collaboration" dès 19404 . Précisons toutefois que les premiers militants de DF semblent mieux informés des réalités allemandes que les Français dans leur ensemble, nombre d’adhérents ayant avant-guerre été influencés par la JEC. Or, cette organisation, dès 1934, ne cesse d’alerter sur le péril hitlérien, ramené, pour l’essentiel, à un paganisme menaçant5. En ce sens, les valeurs familiales comme les socialisations opérées avant-guerre dans les mouvements de jeunesse offrent aux étudiants de DF des repères suffisamment solides pour hiérarchiser leurs refus. Loin de succomber aux sirènes de l’anglophobie et de l’antibolchevisme - une tentation courante dans les milieux de droite dont les militants sont fréquemment issus -, ces résistants placent la lutte contre le Reich au centre de leurs préoccupations. Ce constat vaut sans conteste pour Hélène Roederer. D’origine alsacienne, Hélène Roederer a sans doute identifié l’Allemand comme l’ennemi traditionnel. Profondément chrétienne, elle a probablement assimilé le nazisme à un paganisme. Ceci posé, rejet n’est pas engagement et l’on peut détester l’occupant sans pour autant le combattre. En entrant à DF, des étudiants rompent précisément avec l’attentisme qui marque une majorité de Français. Mais cette rupture traduit-elle dès lors un effet d’âge ou un effet de groupe ?

  • 6 Ces statistiques, tirées de mon livre, ont été établies en recourant au fichier de l'Association de (...)

5On peut en effet estimer que l’engagement constitue le propre de la jeunesse, âge béni où la fougue se conjugue à l’insouciance. La sociologie des militants pourrait confirmer ce constat puisque les militants de DF sont, pour la plupart, peu âgés. Sur deux mille cinquante-cinq adhérents dont nous connaissons la date de naissance, mille deux cent soixante-quinze - soit 62 % - ont moins de trente printemps en 1943, les plus de quarante ans (trois cent quatre-vingt-deux individus) représentant 18,58 % des effectifs66. Défense de la France, dans cette optique, constituerait ainsi un mouvement de jeunes plutôt qu’un mouvement étudiant stricto sensu. Quelques facteurs d’ailleurs peuvent justifier cette structuration. Les charges de famille, l’insertion dans la vie active, la confiance apportée au maréchal Pétain par les anciens de la Grande Guerre..., autant d’éléments qui expliquent, peut-être, la sous-représentation des éléments âgés.

  • 7 Les dossiers des personnes arrêtées conservés au Secrétariat d'État aux Anciens Combattants (SEAC) (...)
  • 8 Antoine Prost, "Jeunesse et société dans la France de l'entre-deux-guerres", Vingtième siècle, n° 1 (...)

6Ces arguments, pourtant, ne résistent pas à l’analyse. L’examen de la population réprimée7 révèle en effet qu’un tiers des résistants arrêtés sont mariés - preuve que les charges de famille ne freinent pas nécessairement l’engagement. De même, la proportion d’inactifs reste constamment inférieure à 5 %, preuve que la vie active ne contrarie pas l’entrée en Résistance. Défense de la France, enfin, campe sur des positions maréchalistes jusqu’en novembre 1942, preuve que la confiance accordée à Pétain n’exclut pas obligatoirement le combat clandestin. D’autres éléments expliquent, par conséquent, la jeunesse des militants "les stratégies de sécession"8 entamées avant-guerre souvent.

  • 9 L'absence de fichiers (de la JEC notamment) rend tout décompte impossible. Le passage par un mouvem (...)
  • 10 Geneviève Monod, entretien avec l'auteur.
  • 11 Marianne Réau, entretien avec l'auteur.

7Avant 1940, certains enfants prennent en effet du champ par rapport à leurs parents, en militant dans des organisations de jeunesse notamment. Sans provoquer de conflits générationnels, ils revendiquent une relative indépendance à l’égard des adultes et souhaitent s’inscrire dans une sphère autonome. Le scoutisme, la JEC, voire le mouvement ajiste permettent de satisfaire ces ambitions. La jeunesse s’affirme ainsi comme une catégorie spécifique tout en évitant de rompre avec les adultes, les aînés tolérant des socialisations au fond peu subversives. Or, les militants de DF, dans une proportion inquantifiable mais semble-t-il significative9, adhèrent avant-guerre à ces organisations et prennent du champ vis-à-vis du cercle familial. L’exemple d’Hélène Roederer valide ce constat puisque l’on sait qu’avant-guerre, cette dernière milite dans le scoutisme. En ce sens, l’autonomie acquise avant 1940 colore l’engagement étudiant. Non contents d’entrer en Résistance sans solliciter l’aval de leurs parents, ils placent leur combat sous le signe d’une revendication générationnelle. "Nous étions un peu dressés contre cette génération des parents qui s’était complètement fait rouler, berner, qui nous avait élevés avec de beaux principes, mais qui, en définitive, nous mettait dans une situation qui était que notre avenir était complètement bouché et sans issue", relève Geneviève Monod, une militante parisienne10. "Ma famille était de la grande bourgeoisie", observe pour sa part Marianne Réau "et tous ces gens-là admettaient comme la seule chose possible l’armistice. Et c’est un peu, comme beaucoup de jeunes à cette époque-là, en réaction contre ce que j’entendais dire et qui me hérissait que j’ai adhéré au mouvement Défense de la France"11.

8La lutte contre l’occupant se double ainsi d’une revendication générationnelle : les jeunes se substituent à des aînés dont les défaillances sont sévèrement jugées. Certes, tous les étudiants ne reproduisent pas ce schéma, quelques enfants entrant à DF aux côtés de leurs parents. L’exemple d’Hélène Roederer contredirait donc ce schéma puisque ses parents aident Défense de la France en prêtant leur maison de Chatenay-Malabry pour les réunions du Comité directeur. Mais cette stratégie d’affirmation concerne bon nombre de résistants consultés, un quart des soixante-quatre témoins interrogés au bas mot. Notons surtout que cette volonté d’affirmation précède l’entrée dans la Résistance et ne lui est pas contemporaine. C’est parce que les militants, pour la plupart, affirment leur autonomie avant 1940 qu’ils peuvent par la suite s’engager. Les études constituent alors une forme d’affranchissement et c’est à cette aune qu’il convient d’apprécier leur incidence.

9La poursuite d’un cursus universitaire offre en effet un réel contrepoids à l’influence parentale. Les enseignements dispensés, les discussions entre amis, le statut même de l’espace universitaire, monde clos dont les parents sont exclus, permettent aux étudiants de conquérir une réelle autonomie. Ce mécanisme joue plus particulièrement pour les filles qui voient dans les études le plus sûr moyen de conquérir une future indépendance que leurs parents leur marchandent. Certes, les militantes restent minoritaires à DF puisqu’elles ne représentent que 17 % des effectifs. Mais les étudiantes sont sur-représentées dans ce groupe puisqu’elles constituent près de 10 % de la population féminine et forment la première catégorie socio-professionnelle.

10Dans cette mesure, l’engagement résistant parachève des stratégies d’émancipation entamées avant-guerre, il ne les amorce pas. L’indépendance acquise avant 1940, en desserrant la contrainte familiale, permet à la revendication générationnelle de s’exprimer librement. A la volonté de combattre un occupant - qui emprunte indifféremment les traits de l’ennemi héréditaire ou du nazi - s’ajoute la volonté de se substituer à une génération condamnée pour son impéritie. Cette affirmation traduit, dans cette mesure, un effet d’âge. Mais cette revendication générationnelle ne saurait être isolée des apprentissages qui contribuent avant-guerre à rendre autonome cette jeunesse. Tout comme certains mouvements, la JEC notamment, la poursuite d’un cursus universitaire participe de cette propédeutique, pour les filles notamment. On ne saurait dès lors dissocier effet d’âge et effet de groupe : en offrant aux individus de solides repères idéologiques et en les émancipant d’une tutelle parentale souvent jugée pesante, les études favorisent l’engagement résistant à Défense de la France. Mais elles contribuent aussi à modeler les termes de son combat.

II - Les formes du combat

  • 12 Charles Tilly, La France conteste, Fayard, 1986, p. 15.
  • 13 Bien que certains d'entre eux aient suivi une PMS et/ou combattu courageusement en 1940, Philippe V (...)
  • 14 Dino Bennamias, entretien avec l'auteur.

11Par leur histoire, leur mémoire, leur position sociale, tout groupe dispose, suivant la formule de Charles Tilly, d’un "répertoire de contestation" qui peut se définir comme "l’ensemble des moyens de revendications dont il dispose"12. Or, les étudiants apparaissent a priori fort démunis pour mener une lutte clandestine. Au rebours des militaires, ils n’ont aucune expérience du combat13 et sont donc d’une faible utilité pour monter des corps-francs ou animer des maquis. Au contraire des ouvriers ou des paysans, ils ne peuvent bloquer le processus productif par des grèves ou des sabotages. A la différence des agents de la SNCF ou des PTT enfin, les étudiants, en raison même de leur statut, n’ont pas accès à des renseignements susceptibles d’intéresser les Alliés. "Nous, des gosses de dix-huit, dix-neuf, vingt ans, on prétendait être des espions, des gens qui vont trouver des renseignements pour les envoyer aux Alliés", s’exclame Dino Bennamias, un résistant parisien. "Soyons sérieux"14. Les possibilités d’intervention se révèlent ainsi pour le moins réduites.

  • 15 Robert Salmon, entretiens avec l'auteur.

12Les pratiques clandestines impulsées par les mouvements, DF au premier chef, se révèlent en revanche congruentes à la sociologie étudiante. Défense de la France, on le sait, propose une stratégie civile qui repose sur la diffusion d’un journal puis sur la fabrication de faux papiers. Or, ces actions se révèlent adaptées et aux attentes, et aux compétences du monde étudiant. Familiers de l’écrit, ces militants connaissent en effet le poids des mots et ne jugent pas indigne de diffuser une presse clandestine. "Dès le départ, rappelle Robert Salmon, on a conçu DF essentiellement comme un journal d’opinion et même un journal de convictions. Il s’agissait, encore une fois, de mobiliser l’opinion. Il fallait commencer par remonter le moral de la population et par conséquent faire rentrer moralement la France dans la guerre, la faire sortir de cet état de “Quarante millions de pétainistes”. Il y avait bien entendu l’appel de l’Histoire, de Jeanne d’Arc, de Robespierre, du maréchal Foch. Mais il y avait surtout l’idée qu’au fond, nous avions été élevés dans le saint des saints, que les techniques apprises pour exposer et convaincre, il fallait désormais les employer à autre chose qu’à convaincre les jurys des grandes écoles. Que nous avions au fond le devoir d’utiliser, dans les circonstances où nous nous trouvions, vis-à-vis de l’opinion telle qu’elle était, les techniques littéraires qu’on nous avait apprises"15. Les étudiants interrogés ratifient dans l’ensemble ce constat de même qu’ils jugent utile la diffusion de faux papiers. Dans cette mesure, les pratiques clandestines impulsées par DF s’accordent à la sensibilité étudiante. Mais elles se révèlent également adaptées aux compétences de ce milieu.

13Certes, la composition d’un journal comme la fabrication de faux papiers requièrent une solide qualification. Mais Défense de la France s’adjoint le concours de professionnels, qu’ils soient imprimeurs (Jacques Grou-Radenez, Marcel Cornut...), fondeurs (Alain Radiguer) ou photo-compositeur (Emile Courmont). Tous offrent leur aide et surtout acceptent de former des militants qui acquièrent, somme toute rapidement, un bon niveau technique. Les ateliers typographiques sont ainsi coiffés par Charlotte Nadel, une étudiante en mathématiques dont la formation ne préparait guère aux métiers de l’imprimerie. Surtout, ces ateliers - qui exigent un réel savoir - ne mobilisent qu’une poignée d’individus - moins d’une cinquantaine.

14La compétence technique ne constitue donc pas un obstacle dirimant d’autant que la diffusion des journaux comme la distribution des faux papiers ne requièrent aucune qualification ce qui facilite l’engagement du milieu étudiant. Ajoutons enfin que le monde universitaire se prête particulièrement bien à ces actions civiles.

  • 16 Rapport signé Georges, datant vraisemblablement de 1943, Archives DF.
  • 17 Jacques Lusseyran, Et la lumière fut, Gallimard, 1953 p. 205.
  • 18 Rapport signé Jean-Claude, décembre 1943, Archives DF.
  • 19 Rapport anonyme, fin 1943 ? , Archives DF.

15Les facultés rassemblent en effet sur un espace relativement limité de fortes masses humaines ce qui facilite la tâche des diffuseurs. Un rapport anonyme datant de l’occupation confirme ce constat. "Je peux toucher jeudi soir et vendredi matin avec mes équipes les amphis de maths, chimie, bota, physio.", précise un responsable. "Il me faut au moins 300 /exemplaires/. Peux-tu me les faire parvenir mercredi à 16 h 45"16. On imagine, à l’inverse, le temps requis - et les risques encourus - par une diffusion porte-à-porte de trois cent numéros... De même, la sociabilité étudiante permet de rapidement jauger les sentiments patriotiques de ses interlocuteurs. Dans ce monde relativement clos au tutoiement facile, les opinions politiques des individus se dévoilent plus facilement que dans d’autres milieux et mettent à l’abri de mauvaises surprises. Khâgneux à Louis-le-Grand, Jacques Lusseyran est ainsi approché par ses camarades. "Nous t’avons beaucoup observé en classe depuis des mois. Tu es un bon élève - de cela, d’ailleurs, on s’en fout -, mais surtout tu as l’air de réfléchir. Je t’ai vu d’autre part distribuer des invitations que L. nous distribuait pour les conférences du cercle franco-allemand... Sennelier et moi, nous pensons que tu es patriote"17. Les militants utilisent d’ailleurs l’enceinte et la sociabilité universitaires pour recruter. Deux rapports illustrent leurs méthodes. "J’ai reçu avant hier l’accord d’un interne de cet hôpital /Saint-Louis/ qui y avait précédemment répandu nos trois derniers numéros" rapporte un responsable. "Ils ont, paraît-il fait grande impression. Les étudiants étaient en règle générale assez indifférents à la Résistance, parce qu’ils ne s’étaient jamais trouvés en présence de journaux ou de tracts. Le fait d’en avoir eu une certaine quantité les a réveillés et je pense que nous pourrons prochainement compter un groupe actif dans cet établissement"18. Autre procédure : un militant chargé de la faculté de médecine fait circuler un DF à l’hôpital Cochin. "Le radiologiste /sic/ vient le trouver une fois et lui dit : ‘c’est vous qui laissez ça’, et lui montre un DF. Lui répond par la négative jusqu’au moment où le médecin, embêté, lui demande s’il ne sait pas où il pourrait en avoir une dizaine. La suite est simple"19. Ajoutons enfin que certaines structures dont l’implantation est calquée sur la carte scolaire ou universitaire (JEC, Secours national...) facilitent la tâche du mouvement qui abrite ses coupables activités sous la respectable façade de ces institutions. Au lycée Louis-le-Grand par exemple, la JEC est pour ainsi dire noyautée par les militants de DF qui utilisent ses locaux pour se réunir discrètement. Et l’on sait que l’engagement dans la Résistance d’Hélène Roederer suit ce cheminement. Grâce à un condisciple, Adrien Némoz, elle trouve le contact avec Témoignage chrétien. Et Hélène rencontre Georges Gaillard dans un car de ramassage scolaire ce qui lui permet, en 1942, de lui proposer d’entrer à Défense de la France.

  • 20 Nous avançons ici avec prudence, les résistants remplissant avec imprécision la rubrique "professio (...)

16En ce sens, les formes du combat que propose DF s’adaptent aux attentes, aux compétences et aux sociabilités du monde étudiant. Cette osmose entre le milieu et le mouvement se reflète dans la sociologie des effectifs. Outre qu’ils constituent la première catégorie sociale représentée à DF, les étudiants forment un bon quart des mille cinq cent quarante-six militants dont la profession nous est connue. Le monde de l’université l’emporte semble-t-il sur l’univers du lycée et des classes préparatoires, l’enseignement secondaire fournissant moins de 18 % des effectifs étudiants20. Une forte corrélation semble ainsi unir le monde étudiant à Défense de la France. Il faut toutefois nuancer le propos.

  • 21 Dominique Veillon, Le Franc-Tireur, Flammarion, 1977, p. 248.
  • 22 Laurent Douzou, Le mouvement de Résistance Libération - Sud, thèse dactylo., Paris I, 1993, p. 505.

17Certes, l’homogénéité sociologique de DF traduit un réel consensus sur les pratiques proposées. Mais elle reflète aussi les origines d’un mouvement qui, pour se développer, s’appuie sur le réseau amical des premiers militants. Les dirigeants poursuivant pour la plupart leurs études et démarchant leurs condisciples, il n’est pas étonnant qu’un fort contingent étudiant domine le recrutement de DF. Un élément confirme a contrario ce constat. Franc-Tireur et Libération-Sud développent des pratiques clandestines comparables à celles que Défense de la France propose. Pourtant, le premier ne compte que 14,50 % d’étudiants dans ses rangs21, le second 7 %22. Certes, Dominique Veillon et Laurent Douzou ne recensent que les responsables des deux mouvements alors que les statistiques relatives à DF traitent l’ensemble des militants. On peut donc estimer qu’en raison de leur âge, les étudiants sont écartés des postes de responsabilités dans les mouvements sudistes ce qui suffirait à expliquer les distorsions sociologiques observées. Quoi qu’il en soit, cette distorsion existe alors que ces trois formations clandestines offrent des pratiques clandestines peu ou prou comparables.

18Seconde nuance, malgré un fort contingent étudiant, Défense de la France offre le visage d’un mouvement interclassiste où se mêlent fonctionnaires (24 %), employés (11,5 %), commerçants, artisans et patrons (11,5 %)... Ce brassage social démontre que le mouvement, né au Quartier latin, a su dépasser ses cadres originels et rallier, sur la base de ses pratiques, d’autres catégories sociales. Si le consensus sur la stratégie civile impulsée par DF reflète bel et bien les attentes d’une partie du monde étudiant, force est de constater qu’il séduit sur les mêmes bases d’autres acteurs sociaux.

  • 23 11,82 % des militants si l'on se fonde sur l'ensemble des effectifs, 22,56 % si l'on ne considère q (...)
  • 24 Michel Danchin, entretiens avec l'auteur.

19Le consensus sur la stratégie civile reste, troisième nuance, imparfait. Certes, les militants étudiants acceptent de diffuser journaux et faux papiers de même qu’ils refusent dans leur ensemble d’exécuter des Allemands isolés. Nombre d’entre eux, pourtant, rêvent d’un engagement plus actif. Une poignée de militants quitte ainsi le mouvement pour tenter de rejoindre l’Angleterre. Nombre d’adhérents, également, travaillent parallèlement pour un réseau ce qui leur permet d’associer action civile et action militaire. Ce phénomène concerne un adhérent sur dix au bas mot23 les pluri-appartenants s’orientant pour plus de la moitié vers les réseaux. Enfin, et peut-être surtout, les étudiants souhaitent vivement se battre les armes à la main dans le cadre du maquis. " À Pâques 44" rappelle Michel Danchin, un militant parisien, "Jacques Richet nous a proposés de partir au maquis. Évidemment, nous étions tous partant comme des cinglés. Parce que distribuer du papier, c’est bien mais à la longue, quand on voyait passer les paniers à salade entre la Santé et le Palais de Justice avec les gars qui gueulaient la Marseillaise ou lorsqu’on se battait avec les types du PPF, on trouvait que c’était bien mais qu’il était quand même temps de passer à des choses plus sérieuses"24. La base en général et les étudiants en particulier souhaitent donc combattre au grand jour. En créant en avril 1944 un maquis dans la région de Seine-et-Oise nord, Philippe Viannay défère donc aux attentes de nombreux militants. Mais cette décision n’est pas exempte de risques puisqu’en devenant des combattants, les étudiants rompent l’osmose qui jusqu’alors unissait milieu social et pratiques clandestines. Mal préparés à une lutte armée, les militants enregistrent des pertes sévères puisque cent quatre résistants, fusillés ou morts au champ d’honneur, disparaissent au maquis. Appelés à assurer ès-qualités la couverture sanitaire du maquis, neuf internes ou externes en médecine gagnent ainsi la Seine-et-Oise nord. Certains exigent de combattre au grand jour. Trois, fusillés par l’occupant, y laissent la vie. Hélène Roederer, on le sait, a suivi ce chemin. Rompant avec la stratégie civile qu’elle suivait jusque lors, elle accepte de participer au maquis de Seine-et-Oise nord où elle se fera arrêter en juin 1944. Elle trouvera la mort en déportation au camp de Ravensbrück.

20Par les pratiques qu’il impulse, Défense de la France assure donc une réelle osmose entre une forme d’engagement - la stratégie civile - et un milieu social - une frange du monde étudiant. Ce constat suggère que les classes sociales, en s’engageant, se rallient à des formations dont elles partagent non seulement les objectifs mais également les méthodes. La volonté de chasser l’occupant ne suffit pas à motiver l’engagement résistant. Encore faut-il s’accorder sur les moyens de le faire décamper. Sur cette double base, Défense de la France, structure un consensus qui lui permet d’attirer - et de conserver - des effectifs étudiants ce qui illustre les relations de congruence qui existent entre ce milieu et le mouvement. Ceci posé, cette congruence n’est pas parfaite. Sur la base de ses pratiques, Défense de la France rallie d’autres catégories sociales. Et les étudiants, pour la plupart, associent à une résistance civile une lutte militaire ce qui les conduit à rejoindre réseaux ou maquis. Quoi qu’il en soit, l’exemple de DF révèle qu’entre les milieux sociaux et les formes de l’engagement existent des affinités électives. Ce constat lève alors un paradoxe troublant : le caractère interclassiste de la Résistance n’est pas en fait contradictoire avec la polarisation sociale qui marque ses organisations.

Haut de page

Notes

1 Entretiens accordés à l'auteur, publiés in Nous entrerons dans la carrière, de la Résistance à l'exercice du pouvoir, Seuil, 1994 p. 243 et p. 410.

2 François Bédarida, "L'histoire de la Résistance, lectures d'hier, chantiers de demain", Vingtième siècle, n° 11, juillet-septembre 1986, p. 85.

3 Ce chiffre prend en compte les adhérents recrutés avant le 1er janvier 1942. Les statistiques sont tirées de l'ouvrage Une certaine idée de la Résistance : Défense de La France. 1940-1949, Seuil, L'Univers historique, 1996, p. 164 sq.

4 Pierre Laborie, L'opinion française sous Vichy, Seuil, 1990, p. 247.

5 Alain-René Michel, La JEC face au nazisme et à Vichy, Presses Universitaires de Lille, 1988, p. 32 sq.

6 Ces statistiques, tirées de mon livre, ont été établies en recourant au fichier de l'Association des Anciens de DF.

7 Les dossiers des personnes arrêtées conservés au Secrétariat d'État aux Anciens Combattants (SEAC) précisent en effet la situation matrimoniale des résistants, un point qui ne figure pas toujours dans les dossiers individuels de l'Association des Anciens de DF.

8 Antoine Prost, "Jeunesse et société dans la France de l'entre-deux-guerres", Vingtième siècle, n° 13, janvier 1987, p. 35-43.

9 L'absence de fichiers (de la JEC notamment) rend tout décompte impossible. Le passage par un mouvement de jeunesse n'est donc repérable que grâce aux entretiens oraux.

10 Geneviève Monod, entretien avec l'auteur.

11 Marianne Réau, entretien avec l'auteur.

12 Charles Tilly, La France conteste, Fayard, 1986, p. 15.

13 Bien que certains d'entre eux aient suivi une PMS et/ou combattu courageusement en 1940, Philippe Viannay notamment.

14 Dino Bennamias, entretien avec l'auteur.

15 Robert Salmon, entretiens avec l'auteur.

16 Rapport signé Georges, datant vraisemblablement de 1943, Archives DF.

17 Jacques Lusseyran, Et la lumière fut, Gallimard, 1953 p. 205.

18 Rapport signé Jean-Claude, décembre 1943, Archives DF.

19 Rapport anonyme, fin 1943 ? , Archives DF.

20 Nous avançons ici avec prudence, les résistants remplissant avec imprécision la rubrique "profession" de leur dossier. Certains lycéens se proclament ainsi étudiants. En revanche, les dossiers des personnes arrêtés sont, sur ce point, plus fiable. Pour les seules personnes arrêtées, le monde des lycées représente 12 % des effectifs étudiants.

21 Dominique Veillon, Le Franc-Tireur, Flammarion, 1977, p. 248.

22 Laurent Douzou, Le mouvement de Résistance Libération - Sud, thèse dactylo., Paris I, 1993, p. 505.

23 11,82 % des militants si l'on se fonde sur l'ensemble des effectifs, 22,56 % si l'on ne considère que les effectifs réprimés.

24 Michel Danchin, entretiens avec l'auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Wieviorka, « Étudiants et Résistance »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 61-72.

Référence électronique

Olivier Wieviorka, « Étudiants et Résistance »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7306

Haut de page

Auteur

Olivier Wieviorka

École Normale Supérieure Fontenay-Saint-Claude

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search