Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3MélangesColloquePratiques chrétiennes sur le terr...

Mélanges
Colloque

Pratiques chrétiennes sur le terrain social

France-Allemagne XIXe-XXe siècles
Denis Pelletier et Isabelle von Bueltzingsloewen
p. 73-76

Texte intégral

1Organisée conjointement par la Mission historique française en Allemagne (MHFA) et par trois centres de recherche lyonnais, le Centre André Latreille, l’Institut d’Histoire du Christianisme et le Centre Pierre Léon d’Histoire économique et sociale, la table-ronde "Pratiques chrétiennes sur le terrain social. France-Allemagne XIXe-XXe siècles" s’est tenue les 30 et 31 mai 1996 dans les locaux du Max Planck Institut für Geschichte à Göttingen. En quatre demi-journées successivement présidées par Étienne François, Jochen-Christoph Kaiser, Claude Langlois et Étienne Fouilloux, elle a réuni quatorze intervenants français et allemands. L’objectif initial était double : croiser, sur un terrain qui leur est commun, les approches des historiens du social et des historiens du christianisme ; poursuivre à partir d’un axe de recherches spécifique une démarche comparative qui a fait déjà l’objet de plusieurs tables-rondes à la MHFA. L’étendue du domaine couvert imposait des choix, et supposait un double effort de la part des participants : partir d’exemples concrets centrés sur les pratiques davantage que sur les discours tenus par les Eglises et les institutions caritatives ; donner à leur intervention une dimension réflexive qui permette d’amorcer la comparaison franco-allemande dans les débats qui suivraient.

2À l’issue des deux introductions historiographiques (J.-C. Kaiser, D. Pelletier), Etienne François soulignait la convergence récente entre les deux traditions de recherche à partir de prémisses pourtant différentes. En Allemagne, l’histoire du christianisme se dégage désormais des approches institutionnelles qui ont cours dans les Facultés de théologie, pour s’interroger sur l’inscription sociale des pratiques religieuses et caritatives. En France, l’histoire sociale voit ses centres d’intérêts se déplacer de l’étude des grands mouvements sociaux vers celle de la formation des identités collectives, au prix d’un intérêt accru pour le fait religieux qui permet désormais une rencontre plus aisée avec l’histoire religieuse.

3La confrontation s’est rapidement portée sur le terrain de la modernité technique et des rapports qu’elle entretient chez les chrétiens sociaux avec le projet de reconquête de la société. L’efficacité des institutions caritatives et leur capacité à répondre à une demande sociale apparaît nettement dans le cas des soeurs soignantes et des hôpitaux confessionnels, traités côté français par Olivier Faure, côté allemand par Isabelle von Bueltzingsloewen : celle-ci a montré en particulier comment la médicalisation précoce des hôpitaux confessionnels au XIXè siècle contredit l’équivalence généralement établie entre laïcisation et modernisation. Ce souci de modernité peut prendre d’autres visages : il est adaptation de la charité bourgeoise traditionnelle à l’évolution des formes de la pauvreté chez les confrères de Saint-Vincent-de-Paul (Bruno Dumons), renouvellement des institutions caritatives paroissiales à travers l’institution du diaconat protestant étudié par Patrick Harismendy de 1850 à 1930, invention d’un mode d’éducation par le jeu dans les patronages catholiques français de la première moitié de ce siècle (Dominique Dessertine), rationalisation des formes d’intervention et élaboration d’une Caritaswissenschaft ("science caritative") au sein du Caritasverband allemand (Catherine Maurer). Il n’exclut pas le maintien d’un idéal de moralisation de la société particulièrement net sur le terrain de la lutte contre la prostitution et l’immoralité ouvrière étudié pour l’Allemagne par Isabel Lisberg-Haag : là, la valorisation du travail et la sauvegarde des valeurs familiales sont au coeur d’un militantisme qui est avant tout masculin et conservateur. Le rapport entre mission et action caritative diffère de part et d’autre du Rhin. Alors que la Bahnhofsmission (Bruno W. Nikles) dans les gares et la Wandererfursörge (Ewald Frie) pour les ouvriers migrants s’efforcent de saisir la société industrielle dans les lieux clés de sa mobilité géographique, l’intervention de Tangi Cavalin sur la mission ouvrière des Boucles de la Seine a mis en évidence le projet original d’une immersion des prêtres dans le monde ouvrier lui-même.

4Les débats ont surtout conduit Ewald Frie à souligner combien les intervenants français étaient plus optimistes que leurs homologues allemands, y compris lorsqu’ils travaillent sur l’Allemagne, quant à la capacité des chrétiens à répondre efficacement à une demande sociale. Le débat tient essentiellement au contenu donné à la notion de modernisation. L’école historique allemande est tributaire des débats sur la théorie weberienne de la modernisation, qui a longtemps servi à maintenir les confessions religieuses dans un rôle de frein social et politique. L’équivalence souvent tacite chez les Français entre modernisation et rationalisation du caritatif se heurte dans le cas allemand à l’obstacle du régime nazi, qui fit de la rationalité technique un de ses chevaux de bataille. Rendus circonspects, les historiens allemands mettent davantage l’accent sur le rôle du biconfessionnalisme, qui favorise le compromis avec l’État en substituant à la bipolarisation à la française un dialogue à trois : la Bahnhofsmission s’inscrit ainsi très tôt dans un cadre interconfessionnel. En outre, les interventions d’Ewald Frie sur la Wandererfürsorge et d’Andreas Wollasch sur le KFV (Katholischer Fürsorgeverein für Mädchen, Frauen und Kinder) ont mis en évidence la connivence entre élites chrétiennes et élites municipales et régionales, qui recrutent dans les mêmes milieux voire les mêmes familles. La crise récente du modèle allemand d’État-Providence, dans lequel les Églises ont été très impliquées à travers les deux grandes centrales d’action caritative que sont l’Innere Mission et le Caritasverband, contribue dès lors à renforcer le doute sur la modernité du christianisme caritatif.

5En France, c’est au contraire l’affrontement avec l’Etat laïque, jacobin et centralisateur qui a dominé les recherches sur le catholicisme social. Utilisé par l’école historique française de manière plus empirique, en particulier depuis les travaux de Claude Langlois sur les congrégations féminines du XIXe siècle, le concept de modernisation a permis, à l’inverse du cas allemand, de relativiser sur le terrain des pratiques ce conflit politique et institutionnel entre l’Église et la modernité. L’hôpital comme les patronages montrent que l’opposition quant à la conquête des âmes ou des esprits n’empêche pas de se rejoindre dans le même combat pour l’hygiène et la santé des corps. La table-ronde a ainsi mis en évidence la nécessité de ne pas exagérer l’étanchéité des frontières. Entre les confessions, mais aussi entre mouvements chrétiens et laïques, les modèles d’action sociale ne cessent de circuler au long de ces deux siècles. Ils circulent aussi de part et d’autre du Rhin, sous forme d’emprunt comme le montre le Caritasverband, mais aussi de manière conflictuelle à travers l’affrontement franco-allemand dont Bernard Delpal a souligné les implications dans les débats du CICR autour de la guerre de 1870. C’est donc en étudiant chaque tradition nationale au miroir de l’autre que la démarche comparative peut espérer ouvrir des perspectives neuves à la recherche historienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Pelletier et Isabelle von Bueltzingsloewen, « Pratiques chrétiennes sur le terrain social »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 73-76.

Référence électronique

Denis Pelletier et Isabelle von Bueltzingsloewen, « Pratiques chrétiennes sur le terrain social »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7321 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7321

Haut de page

Auteurs

Denis Pelletier

Centre André Latreille

Articles du même auteur

Isabelle von Bueltzingsloewen

Centre Pierre Léon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search