Skip to navigation – Site map

HomeNuméros3MélangesExpositionUn mois Maritain à Lyon

Mélanges
Exposition

Un mois Maritain à Lyon

Madeleine Comte
p. 77-78

L’exposition "Jacques et Raïssa Maritain, Les grandes amitiés" a été présentée en mars 1996 à l’Hôtel de Ville de Lyon. Due à la Galerie du Château d’eau de Toulouse dirigée par Frédéric Ripoll, elle réunit des documents concernant les amis et relations des Maritain. À l’initiative de l’association parisienne "Art et pensée", cette présentation a été accompagnée par un important cycle de conférences, prononcées en des lieux et devant des publics bien différents.

Au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation, une soirée sur "Maritain et la Résistance chrétienne", animée par Bernard Comte (La Résistance chrétienne à Lyon) et Michel Fourcade (Maritain inspirateur de la Résistance), a montré comment les prises de position du philosophe exilé aux Etats-Unis et ses textes ont encouragé et guidé les Résistants de l’intérieur.

À l’Université Jean Moulin-Lyon 3, l’Institut d’histoire du christianisme et le Centre André Latreille ont organisé avec le Goethe Institut de Lyon une conférence à trois voix sur "Maritain prophète hors de France". Bernard Doering a évoqué ses relations en Amérique du Nord, plus étroites avec des personnalités marginales (Dorothy Day, Walter Lippmann) qu’avec le catholicisme officiel, et sa contribution à la reconnaissance des catholiques dans la vie politique américaine. Olivier Compagnon a souligné combien le nom de Maritain reste connu dans certains pays d’Amérique latine, bien plus qu’en France ; si ses positions sur la guerre d’Espagne ont suscité d’intenses polémiques, les partis démocrates chrétiens d’aujourd’hui continuent à se réclamer de lui. Enfin Jean-Dominique Durand a relevé un phénomène analogue en Allemagne et en Italie : dès l’entre-deux-guerres, l’abbé Montini, le futur Paul VI, traduit Trois Réformateurs ; Maritain a été "une lueur consolante dans le crépuscules des années grises et sombres" (R. Mazzini) en inspirant la résistance aux dictatures puis la reconstruction après la guerre. Il peut être considéré comme un des pères de l’Europe, et sa pensée est une source d’inspiration pour la Démocratie chrétienne (voir Bernard Hubert (dir.), Jacques Maritain en Europe - La réception de sa pensée, Beauchesne, 1996).

À la Bibliothèque municipale, Jean-Luc Barré a présenté son livre récent Jacques et Raïssa Maritain. Les mendiants du ciel (Stock). Cette biographie met particulièrement en valeur la vie religieuse des Maritain, à partir de la conversion, et l’extraordinaire richesse et diversité de leurs relations et de leurs centres d’intérêt ; ces aspects sont illustrés par d’abondants extraits de leur correspondance. On aurait souhaité cependant un éclairage plus précis sur l’évolution des années vingt, la rupture avec Maurras et l’Action française, et plus généralement l’influence du philosophe.

Une conférence de Patrick Laudet, à l’Externat Sainte-Marie, accompagnée de lectures de textes et de poèmes, a évoqué les artistes amis des Maritain (Chagall, Cocteau, Rouault, Satie et combien d’autres ont fréquenté la maison de Meudon) et l’oeuvre poétique de Raïssa.

Une soirée copieuse a été consacrée, à l’Université catholique, à "Jacques Maritain et la philosophie du XXe siècle". Le père Emonet a présenté avec chaleur les raisons philosophiques, puisées dans le thomisme, de la passion de Maritain pour l’art, en particulier pour Rouault, "la vertu d’art à l’état pur". Bernard Bély a analysé comment Maritain, à partir de son engagement contre le nazisme et les autres totalitarismes, s’est impliqué dans la question des droits de l’homme : il a cherché à les fonder sur la loi naturelle, et il a participé à la rédaction de la Déclaration universelle de 1948. Marie-Etiennette Bély a étudié chez Maritain la personne, être qui se sait exister, apte à la communication et ouvert sur l’absolu, et Emmanuel Gabelliéri a présenté sa métaphysique.

La dernière manifestation du cycle était d’un autre style : dans son église Saint-Nizier, le père Jean-Michel Garrigues a présenté une méditation sur "la physionomie spirituelle des Maritain : l’esprit dur et le coeur tendre".

On dispose aujourd’hui, sur les Maritain, de nombreuses publications, outre le livre cité de J.-L. Barré. Les grandes amitiés ont été rééditées (Éd. du Carmel) et les 15 volumes des Oeuvres complètes de Jacques et Raïssa sont maintenant disponibles (Éd. Saint-Paul). Les Cahiers Jacques Maritain dirigés à Kolbsheim par René Mougel viennent de publier l’étude de Michel Fourcade "Jacques Maritain inspirateur de la Résistance" (n° 32, juin 1996). Les textes de Maritain sur les Juifs ont été réunis dans L’impossible antisémitisme (Desclée de Brouwer, 1994) avec une intéressante préface de Pierre Vidal-Naquet qui retrace l’évolution de sa pensée ; on a regretté que ce dernier ait dû renoncer pour raisons de santé à donner à Lyon la conférence initialement prévue sur ce thème.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search