Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3MélangesSoutenances de thèseAugustin Sagne, Évolution des str...

Mélanges
Soutenances de thèse

Augustin Sagne, Évolution des stratégies missionnaires chrétiennes protestantes (SMEP) et catholiques (SCJ) dans le Mungo et à l’ouest Cameroun 1917-1964, Université Jean Moulin - Lyon 3

Thèse pour le doctorat conjoint d’histoire et de théologie
Claude Prudhomme
p. 80-81

Texte intégral

Jury : Etienne Fouilloux (Président, Lyon 2), Jean Comby (Université catholique de Lyon), Bruno Hubsch (Université catholique de Lyon), Jean-Dominique Durand (Lyon 3), Jean-Francois Zorn (Faculté de théologie protestante de Montpellier), Claude Prudhomme (Lyon 2, rapporteur), 4 juillet 1995

1L’objectif de M. Sagne est clairement délimité par le titre de son travail : procéder à une étude méthodique de l’action missionnaire catholique et protestante dans l’Ouest du Cameroun. Bien informé des travaux existants, le chercheur a choisi un secteur géographique mal connu, au contraire d’autres régions du pays. Il a surtout eu le souci de renouveler les approches traditionnelles, attachées à une seule confession chrétienne, par une comparaison systématique des démarches protestantes et catholiques. Il suit en effet l’action symétrique de la SMEP (Société des Missions Évangéliques de Paris) et des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus (ou Dehoniens), au temps de l’établissement des Églises (1917-1940), puis de l’émergence d’Églises locales (1945-1965). Grâce à un plan chronologique et thématique, le lecteur peut repérer à tout moment ce qui distingue ou rapproche les missions chrétiennes. Ce montage en parallèle démontre qu’il ne faut pas être dupe des apparences et des discours des acteurs. Par leurs buts, par les moyens mis en œuvre (écoles, œuvres sociales, mouvements), par le recours à des auxiliaires indigènes, par la volonté de former un corps de pasteurs ou de clercs indigènes, par leur commune méfiance à l’égard des coutumes, etc..., missions catholiques et protestantes sont beaucoup plus proches l’une de l’autre qu’elles ne l’affirment ou ne l’imaginent.

2Engagé lui-même dans l’Église catholique, M. Sagne n’a pas cherché à tirer du passé un plan d’action pastorale pour aujourd’hui. Il a eu soin d’appliquer un égal regard critique aux deux systèmes missionnaires. Il a rencontré des témoins des deux expériences et a su les interroger par une vaste enquête orale sur leur vision respective de l’autre confession, sans masquer les rivalités que le discours oecuménique actuel aurait pu conduire à minimiser. L’impressionnante liste des témoins interviewés laisse imaginer qu’il y a là une matière vivante susceptible d’autres exploitations. D’une manière générale, l’auteur recourt aux sources écrites et aux sources orales avec une précision et une rigueur qui font rarement défaut. L’ensemble nous vaut une information très souvent neuve et toujours concrète, qui met face à face le projet des missionnaires européens, l’action sur le terrain et les réactions des populations africaines.

3Les trois parties mettent en évidence l’évolution des stratégies missionnaires et leur adaptation progressive au terrain. La première partie rappelle les origines des missions dans le Kamerun allemand. Elle nous épargne les développements généraux et rituels sur l’histoire et la géographie du pays, décrit l’héritage allemand, puis la relève coloniale et missionnaire par les français. Plus que les déclarations générales, on retiendra ici les similitudes dans les objectifs et les méthodes de l’action missionnaire, dont la mise en œuvre suppose un large appel à des Auxiliaires" autochtones. La seconde partie nous introduit au cœur du sujet et décrit l’établissement des Églises. Elle apporte une information riche et concrète sur les méthodes catéchétiques, la lutte contre les coutumes et les solutions apportées à la question fondamentale de la traduction des textes fondateurs dans une langue africaine. Elle ne résout cependant pas l’énigme que constitue le choix catholique : comment une langue véhiculaire artificielle, quasiment inconnue dans la région, le pidgin, a-t-elle pu constituer un instrument efficace d’évangélisation ? Cette situation semble contredire tous les discours sur la nécessité d’une adaptation, au moins linguistique. Le travail réussit dans cette étape à nous faire pénétrer à l’intérieur de l’expérience autochtone et aide à saisir les mécanismes d’adhésion et d’engagement au sein des Eglises. La troisième partie décrit l’émergence d’Eglises camerounaises au lendemain de la deuxième guerre mondiale et la passation des pouvoirs autour de 1960. Formulation peut-être optimiste puisque le propos met en évidence la difficulté d’accéder à une véritable prise en charge autochtone malgré le mot d’ordre d’indigénisation des personnels. Le poids de l’histoire continue à peser lourdement sur les jeunes Églises au lendemain des indépendances, y compris quand il s’agit d’inaugurer entre protestants et catholiques des relations fondées sur le dialogue œcuménique, et non plus la compétition. L’étude confirme en particulier le poids du contexte politique, le rôle joué au Cameroun par un mouvement nationaliste précoce et puissant dont l’UPC (Union des Populations du Cameroun), fortement implantée dans la région étudiée, est l’expression principale.

4Ce travail solide témoigne de la vitalité d’une histoire des missions chrétiennes qui évite les généralisations simplificatrices et les discours préfabriqués. Son apport est souvent novateur pour la compréhension des mécanismes d’adhésion individuelle ou collective à une confession chrétienne. On regrettera seulement que le cadre de la nouvelle thèse ne favorise guère des comparaisons avec d’autres expériences africaines, voire camerounaises (pays beti). Par ailleurs le fait de privilégier le rapport missionnaire entre Eglise-mère en France et Eglise-fille en mission gomme parfois l’importance des liens inter-ecclésiaux horizontaux ou le rôle de Rome dans le catholicisme. On peut enfin déplorer dans les conclusions une certaine timidité qui tranche avec la fermeté des analyses. Ainsi le recours constant à la peur de l’enfer dans la pastorale : on aimerait savoir pourquoi l’auteur affirme qu’il n’entraîne pas pour autant un sentiment de culpabilité chez les fidèles (p. 11). De même l’usage de l’expression “chose de Dieu” pour désigner le message évangélique et l’Église, notamment dans le Notre Père, mériterait d’être exploré dans ses implications théologiques et pastorales. Mais au total ce travail illustre la fécondité d’une démarche qui s’appuie à la fois sur les sources écrites et orales, pratique une comparaison méthodique, s’attache à l’étude du terrain et vise à entrer au cours de l’expérience religieuse. Le lecteur y découvre une "inculturation", ou une "contextualisation" en marche, par ou contre la volonté missionnaire, bien avant que ces concepts ne fussent élaborés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Augustin Sagne, Évolution des stratégies missionnaires chrétiennes protestantes (SMEP) et catholiques (SCJ) dans le Mungo et à l’ouest Cameroun 1917-1964, Université Jean Moulin - Lyon 3 »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 80-81.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Augustin Sagne, Évolution des stratégies missionnaires chrétiennes protestantes (SMEP) et catholiques (SCJ) dans le Mungo et à l’ouest Cameroun 1917-1964, Université Jean Moulin - Lyon 3 »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7345

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

Centre André Latreille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search