Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3MélangesSoutenances de thèseSerge Dontenwill, Du terroir au p...

Mélanges
Soutenances de thèse

Serge Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préindustrielle (milieu du XVIIè siècle - fin du XVIIIe siècle). Essai d’histoire géographique

Thèse de doctorat d’État sur travaux, Université Lumière-Lyon 2, 23 mars 1996, 14 articles regroupés en un volume de 384 pages et un texte original de 547 pages.
Jean-Pierre Gutton
p. 83-84

Texte intégral

Jury : Monsieur Jean Gallet (président), Madame Christine Lamarre (Lyon 3), Messieurs Serge Chassagne (Lyon 2), Jean-Pierre Houssel et Jean-Pierre Gutton (Lyon 2, rapporteur).

1La portion de territoire étudiée sur 150 ans est sans doute modeste (quelque 2200 km2), mais l’ambition de l’auteur est moins de faire une monographie d’histoire économique et sociale de plus que de réfléchir sur la notion d’espace social et de s’interroger sur sa pertinence pour le travail de l’historien. L’espace social est défini comme le lieu d’existence d’un groupe humain dans sa densité et ses comportements démographiques ; il est organisé autour d’une ville et intégré dans une hiérarchie de territoires et centres urbains. Après ces préliminaires méthodologiques, M. Dontenwill étudie dans une première partie "Le contenu humain de l’espace roannais". Ces pages de démographie historique analysent les sources et tentent de proposer des chiffres de densité, puis étudient les mouvements naturels et mouvements migratoires. Elles aboutissent à la distinction de quatre espaces démographiques et à mettre en évidence la recherche d’un optimum de population en fonction des modes de faire valoir et des types de cultures.

2Une seconde partie est consacrée à "La vie repliée : micro-sociétés rurales et espaces villageois". Elle passe d’abord en revue les cellules élémentaires de la vie quotidienne : habitats, structures familiales, habitations. Suit un chapitre sur les communautés d’habitants et la sociabilité villageoise qui débouche qui sur la présentation des espaces sociaux à l’intérieur des paroisses. Cette seconde partie s’achève par l’analyse de l’enjeu social que constitue l’espace rural. On lit ici de fortes pages sur les notables, la seigneurie, les intermédiaires et sur les tensions et les crises. Enfin, une troisième partie porte sur "La vie ouverte sur le pays et la région". Elle traite du rôle des petits centres urbains dans l’organisation d’espaces micro-régionaux, puis de l’influence de Roanne sur son plat pays, pour parvenir à la définition d’un pays roannais, et même, avec des limites il est vrai, d’une région roannaise. La conclusion est une réflexion sur la pérennité de la notion de pays.

3L’ensemble du travail s’appuie sur les articles antérieurs (dont certains sont fort connus, telle la biographie de Guillaume Perret, procureur fiscal, fermier de seigneurie et crédirentier), sur une forte bibliographie et sur l’ensemble des sources de l’histoire sociale : registres paroissiaux, dénombrements, enquêtes et visites de feux, rôles fiscaux, aveux et dénombrements de seigneuries, papiers de petites justices, minutes notariales et registres d’insinuations. Statistiques, tableaux et cartes, renseignent sur les densités, les catégories socioprofessionnelles, l’importance numérique des propriétaires dans les villages, les richesses des terroirs, les dîmes et les décimateurs, les structures sociales des villes. Quelques très beaux textes illustrent les développements sur les types de familles, l’endettement rural, le rôle de la seigneurie, l’espace économique de Roanne, la métrologie.

4La soutenance a permis au jury de souligner la nouveauté de la problématique et l’intérêt de cette réflexion historique sur le pays et la région pour la connaissance des faits contemporains. À cet égard, le sous-titre "Essai d’histoire géographique" est pleinement justifié. Elle a permis aussi des discussions parfois animées. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut en évoquer quelques-unes : est-il judicieux pour l’historien d’étudier ensemble un pays d’élection (Roannais) et un pays d’états (Brionnais), aux documents si dissemblables, parce qu’ils contribuent dès l’ancien régime à former une région dont la forte unité sera le fait du XXè siècle seulement ? Roanne, avec 7500 habitants, peut-elle faire figure de ville moyenne sous l’ancien régime ? Comment la croissance du capitalisme a-t-elle imposé la seigneurie au détriment du fief ? Quel est le rôle des processions dans la définition de l’espace paroissial ?

5À l’issue d’une brève délibération le jury a déclaré M. Dontenwill digne du grade de docteur ès-lettres avec la mention très honorable décernée à l’unanimité. Il y a ajouté ses félicitations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Gutton, « Serge Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préindustrielle (milieu du XVIIè siècle - fin du XVIIIe siècle). Essai d’histoire géographique »Chrétiens et sociétés, 3 | 1996, 83-84.

Référence électronique

Jean-Pierre Gutton, « Serge Dontenwill, Du terroir au pays et à la région. Les espaces sociaux en Roannais à l’époque préindustrielle (milieu du XVIIè siècle - fin du XVIIIe siècle). Essai d’histoire géographique »Chrétiens et sociétés [En ligne], 3 | 1996, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7346

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Gutton

Centre André Latreille

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search