Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Tensions catholiques franco-allem...

Tensions catholiques franco-allemandes au lendemain de la Grande Guerre

Lalao Soa Adonis Tsiarify
p. 143-161

Résumés

À partir des documents des archives du ministère français des Affaires étrangères et ceux de l’Auswärtiges Amt, l’article analyse les tensions catholiques franco-allemandes au lendemain de la Première Guerre mondiale. Chronologiquement, l’étude s’intéresse à la première moitié des années vingt, entre la signature du Traité de Versailles et les accords de Locarno. Cette période se révélait critique, en ce sens que le risque des nouveaux affrontements entre la France et l’Allemagne fut énorme. Dans ce contexte tendu de l’après-guerre, les relations entre les catholiques allemands et français furent marquées par des sentiments patriotiques contradictoires malgré le fait de partager les mêmes convictions religieuses. La longue et complexe histoire de conflits franco-allemands avait influencé l’attitude des membres du clergé des deux côtés du Rhin. Tant en Allemagne qu’en France, le milieu ecclésiastique devenait un terrain de lutte d’influence. Le contexte tendu de l’après-guerre n’offrait pas un environnement propice permettant de dissocier la politique nationale et l’appartenance religieuse. Ce constat montre que les répercussions des bouleversements de l’après-guerre ne se réduisaient pas aux seules dimensions politiques, économiques, démographiques, spatiales, etc., mais touchaient également le domaine du religieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le pacte de la SDN a été signé par 32 États le 28 avril 1919 ; il est entré en vigueur avec le tra (...)
  • 2 Claire Aslangul, « De la haine héréditaire à l’amitié indéfectible », Revue historique des armées, (...)

1À la fin de la Grande Guerre, plusieurs pays se sont mobilisés pour promouvoir une paix durable axée sur des relations pacifiques entre les nations. La naissance de la SDN1 attestait la volonté internationale de rompre avec la logique des affrontements. Malgré cette nouvelle orientation, les relations entre la France et l’Allemagne étaient tendues. L’imaginaire collectif des deux pays restait imprégné par le mythe des « ennemis héréditaires » qui se déployait des deux côtés du Rhin depuis la fin de la guerre de 18702. Les tensions entre les deux nations étaient multidimensionnelles et touchaient le domaine religieux. Considéré comme un moyen de consolider les influences internationales, ce terrain était également celui de la concurrence.

2C’est dans ce contexte que le présent article examinera les enjeux supranationaux de quelques affaires religieuses. Il prend appui sur les archives du ministère français des Affaires étrangères (La Courneuve) et de l’Auswärtiges Amt (Berlin). L’objectif est de montrer comment la politique nationale et internationale influence les corps religieux. Les relations conflictuelles entre l’Allemagne et la France dans l’immédiat après-guerre, avec les difficultés diverses qui en découlent, constituent un exemple éclairant. Des clercs français et allemands s’activaient pour soutenir la politique et les intérêts de leur pays. Cette situation manifeste la tendance de la religion à franchir la frontière du spirituel pour peser sur les rapports de force entre les pays.

  • 3 « Les relations franco-allemandes entre 1870 et 1945 à travers la littérature contemporaine » [En (...)
  • 4 Pour le contexte, lire Christian Sorrel, « Le Saint-Siège, la République et les catholiques frança (...)

3En raison de la complexité de ce thème, on entend appuyer la réflexion sur des faits choisis afin de comprendre aisément les répercussions des concurrences franco-allemandes sur les affaires religieuses. Chronologiquement, l’étude se limite à la première moitié des années 1920, plus précisément entre la signature du traité de Versailles et les accords de Locarno. Il s’agit d’une période critique de l’immédiat après-guerre, où le risque d’affrontement fut énorme. La menace trouva son apogée avec l’occupation de la Ruhr par les troupes franco-belges en 1923. Certes, « il serait erroné de considérer l’inconstance de [la relation franco-allemande entre 1870 et 1945] d’une façon absolue, c’est-à-dire de croire que durant certaines phases, elle fut exclusivement mauvaise et durant d’autres phases exclusivement bonne3 ». La relation était aux multiples facettes. Elle ne peut pas être mesurée à l’aune d’un seul indicateur au risque de faire une caricature. Cependant, des tensions dominaient les rapports entre la France et l’Allemagne durant la première moitié des années 1920. L’article comportera deux parties. La première sera consacrée à l’analyse de discours de clercs français qui soutiennent la politique de rigueur de la France à l’égard de l’Allemagne, tandis que la seconde abordera les réactions du milieu catholique allemand4.

Des clercs catholiques français face à la crise

4Dans la période critique des relations franco-allemandes de l’entre-deux-guerres, des membres du clergé français se ralliaient à la politique de rigueur et de méfiance de la France à l’égard de l’Allemagne. L’affaire de l’assemblée catholique allemande qui aurait dû se réunir à Cologne en 1923 en est un exemple éclairant. Des membres du clergé français, en l’occurrence l’abbé Wetterlé et Mgr Rémond, ont protesté contre cette assemblée. Ils entamèrent des démarches pour l’empêcher, car ils y voyaient une propagande antifrançaise.

L’abbé Wetterlé, dans la logique d’une politique pro-française

  • 5 Né à Colmar le 2 avril 1861 et décédé à Ouchy (près de Lausanne) le 24 juillet 1931, Émile Wetterl (...)
  • 6 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 369, Questions Religieuses, juillet 1923-décembre 1 (...)
  • 7 Ibid., télégramme de l’ambassade de France à Berlin. Duplicata, Berlin, le 11 août 1923, p. 69.
  • 8 Ibid., le consul Heinrich Maus, « La 63e assemblée des catholiques allemands interdite », la versi (...)

5La crise de la Ruhr amplifiait les tensions entre les clergés allemand et français comme le montrait la lettre de l’abbé Wetterlé, député du Haut-Rhin5. Datée du 7 avril 1923, elle fut adressée à Poincaré président du Conseil et ministre des Affaires étrangères. Le prêtre rapportait l’intention de l’évêque de Trêves, Mgr Franz Rudolf Bornewasser (1886-1951), d’organiser un congrès catholique allemand ; il dénonçait le soubassement politique du projet. Prévue à Cologne du 26 au 28 août 1923, cette rencontre fut annulée à la demande du ministère allemand des Affaires étrangères. Le commandant de l’Armée du Rhin, le général Degoutte (1866-1938), dans une dépêche du 6 juillet 1923, informait Poincaré de son annulation6 qui provenait des pressions des puissances d’occupation, notamment la France et la Grande-Bretagne7. Il faut se rappeler que Cologne se trouvait dans une zone d’occupation britannique. Il est par ailleurs important de noter que la presse allemande, en l’occurrence la Kölnische Volkszeitung, publia le message d’Heinrich Maus, président du comité local de préparation du congrès, annonçant cette annulation faute de l’autorisation des forces d’occupation (Haute Commission Internationale des Territoires Rhénans). L’annonce datait du 12 juillet 19238.

  • 9 Ibid., « Copie de la lettre de Monsieur l’abbé Wetterlé, député du Haut-Rhin, à Monsieur le présid (...)

6L’abbé Wetterlé jugeait que le congrès catholique allemand était une occasion durant laquelle les catholiques allemands auraient abordé aussi bien les questions politiques que les questions religieuses ; le rassemblement serait un prétexte permettant de traiter le problème de l’occupation de la Ruhr par la France et la Belgique, la présence des Alliés en Rhénanie et de la SDN dans la Sarre et surtout d’inciter les gens à la résistance passive. L’abbé Wetterlé insistait auprès du président du Conseil pour que le gouvernement avertisse les évêques de Trêves et de Spire et leur clergé qui s’engageaient dans la politique et se livraient à une campagne antifrançaise au lieu de s’investir exclusivement dans leur mission spirituelle9.

  • 10 « La construction de l’identité alsacienne/3 » [en ligne]. http://archives.bas-rhin.fr/sources/pdf (...)
  • 11 S. C. Preibusch, Verfassungsentwicklungen im Reichland Elsaß-Lothringen 1871-1918, 2006, p. 485.
  • 12 C. J. Fischer, Alsace to the Alsatians ?, New York-Oxford, 2010, p. 130.

7La position de l’abbé Wetterlé reposait sur sa lutte contre le pangermanisme. Déjà, à l’époque où l’Alsace était sous administration allemande, il s’insurgeait contre la « germanisation à la prussienne10 » qu’il considérait comme un échec. Alors qu’il était député au Reichstag et à la Délégation11, il se positionnait en faveur de la France dans sa vision politico-culturelle en Alsace12. Dans cette perspective, il n’est pas surprenant qu’il ait été contre la tenue du congrès catholique allemand à Cologne. L’autoriser nuirait à l’intérêt français dans les pays de la Rhénanie et de la Ruhr.

La stratégie de Mgr. Rémond

  • 13 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 369, Questions Religieuses, Juillet 1923-Décembre 1923, An (...)

8À l’instar de l’abbé Wetterlé, Mgr Rémond, aumônier général à l’Armée du Rhin, se positionnait contre le congrès catholique allemand qui devait se tenir à Cologne en 1923. Pour lui, il s’agirait d’une « manifestation nationaliste13 » et, par voie de conséquence, une propagande antifrançaise outre-Rhin. Mgr Rémond fut favorable à son interdiction, alors que le gouvernement britannique adoptait une position moins rigide. Comme nous l’avons signalé, Cologne, où aurait dû se tenir la rencontre, se situait dans la zone d’occupation britannique. Cette situation ne permettait pas à la France de l’interdire directement ; l’aval de la Grande-Bretagne s’avérait nécessaire. Il est intéressant de signaler qu’il existait un fossé entre Paris et Londres à ce propos :

  • 14 Ibid.

Pour éviter la tenue de cette assemblée qui ne serait qu’un prétexte à une manifestation nationaliste, le Président du Conseil a fait demander au Cabinet de Londres, puisque Cologne est située dans la zone britannique, de prendre auprès du Saint-Siège l’initiative d’une démarche appuyée par nous en vue d’obtenir que le Congrès catholique allemand ne se réunît pas à Cologne. Le Gouvernement britannique n’a donné aucune suite aux démarches faites auprès de lui en ce sens. Il a par contre chargé son représentant à Berlin d’indiquer au Gouvernement du Reich les raisons rendant peu désirable la tenue à Cologne du Congrès catholique allemand14.

9Londres, contrairement à Paris, était moins sensible à la tenue du congrès catholique allemand à Cologne. La position britannique poussait Mgr Rémond à proposer une stratégie pour contourner la décision de la Grande-Bretagne et obtenir l’annulation du congrès. Il considérait qu’interdire aux Allemands venant des zones non occupées de se rendre dans les territoires occupés permettait d’empêcher leur assemblée dans la Rhénanie.

  • 15 Ibid.

Il paraîtrait difficile que le Gouvernement français prît l’initiative de la démarche qu’il avait suggérée au Gouvernement britannique puisque Cologne est située dans la zone anglaise. Mgr Rémond suggère donc qu’aucune démarche ne soit faite à Rome, mais que, sous un prétexte quelconque, le Haut-Commissaire français à Coblence et le Général Degoutte prennent des mesures pour empêcher l’entrée dans les Territoires occupés aux Allemands venant de l’Allemagne non occupée. Il suffira d’un incident quelconque pour prolonger ou rétablir jusqu’à une époque postérieure à cette date fixée pour la réunion du Congrès l’interdiction existant à l’heure actuelle à cet égard15.

10La stratégie de Mgr Rémond s’inscrit dans une logique patriotique, dont l’objectif fut d’empêcher les catholiques allemands d’éveiller le ressentiment contre la France. Elle trouve son fondement dans sa conviction de soutenir la politique de son pays dans les territoires rhénans. Certes, sa position est prévisible. Il ne faut pas oublier qu’il est un ecclésiastique et un militaire ; sa qualité d’aumônier militaire ne lui permet pas de contredire ou de dénoncer la politique de la France. Mais la position de Mgr Rémond manifeste à quel point la conviction religieuse et le sentiment national s’imbriquent dans le contexte des rivalités franco-allemandes. Les ecclésiastiques des deux pays partagent les mêmes convictions religieuses ; cependant, ils se heurtent face à la politique concernant les intérêts nationaux.

11Par ailleurs, un rapport anonyme datant du 1er mai 1923 sur sa visite chez M. Laroche relate le ralliement de Mgr Rémond à la politique rhénane de la France :

  • 16 Ibid., p. 84.

L’aumônier général de l’armée du Rhin est venu voir M. Laroche. Il lui a parlé d’abord de la situation dans la Sarre et de la campagne que fait contre nous l’évêque de Trêves. Le bas clergé sarrois ne demande qu’à vivre en paix avec nous et nous est plutôt sympathique. Mais l’évêque et le haut clergé, d’une manière générale, sont des fonctionnaires du Reich qui terrorisent leurs subalternes. Mgr Rémond a, d’autre part, signalé que l’archevêque de Cologne préparait pour Rome un grand rapport qui comporte 29 pages de machine à écrire et qui a été vu chez lui par un des prêtres dépendant de Mgr Rémond. Ce rapport est destiné au Pape et porte sur les exactions commises par les Français dans la Ruhr. Mgr Rémond pense qu’il serait bon de prendre ses précautions en conséquence à Rome et dans la Ruhr en vue d’en prévenir l’effet. Il souhaite que Mgr Touchet, qui a déjà répondu aux observations de l’archevêque de Cologne, soit désireux, dès qu’il aurait des éléments de réfutation, de faire une réponse définitive. Mgr Rémond estime personnellement qu’il serait préférable de faire parvenir cette réfutation à Rome ou encore d’utiliser la presse catholique, par exemple, la Croix. Il a déjà, lui-même, des documents qu’il peut publier. Il est prêt à le faire, si le gouvernement le croit utile. En tout cas, il est indispensable de ne pas laisser la campagne de Mgr Schulte sans réplique16.

  • 17 Marie Levant, « Mgr Testa, envoyé spécial en pays rhénan (1923-1924) », Laura Pettinaroli (éd.), L (...)

12Ce rapport était établi au moment où la bataille diplomatique à la suite de l’occupation de la Ruhr battait son plein. La paix entre la France et l’Allemagne intéressait le Saint-Siège, de telle sorte que ce dernier envoya en Rhénanie et dans la Ruhr, le 20 mars 1923, un visiteur apostolique en la personne de Mgr Testa17. De son côté, l’archevêque de Cologne, le cardinal Schulte, se rendit au Vatican pour plaider la cause allemande. Son voyage fut mal accueilli par l’autorité française qui fut convaincue de la légitimité et de la légalité de l’occupation de la Ruhr ; il s’agissait d’un moyen de contraindre l’Allemagne à honorer les obligations que lui imposait le traité de Versailles. Cela veut dire que, sur le plan international, le voyage du cardinal Schulte n’apportait à la France que de l’inquiétude.

  • 18 Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands…, op. cit.
  • 19 Ibid., p. 488-503.
  • 20 « Kardinal Michael von Faulhaber (1869-1952) » [en ligne]. Disponible sur : http://www.erzbistum-m (...)
  • 21 Konrad Adenauer (1876-1967) présida l’assemblée générale des catholiques allemands de 1922. À l’ép (...)

13Au-delà des questions ecclésiales, les congrès catholiques allemands abordaient des thèmes politiques18. Il en ressort qu’il y eut une idée nationaliste derrière ce rassemblement. Les conférenciers tinrent des discours hostiles à la France en raison du traité de Versailles. Ils considèrent le gouvernement français comme l’ennemi de la religion catholique. L’accusation s’accentua surtout dans les années 1920. Les congressistes entraient aussi en conflit avec les catholiques français, qu’ils accusaient d’agir en fonction des considérations nationales19. Une telle critique fut saisissante lors de l’assemblée générale des catholiques allemands qui se tint à Munich du 27 au 30 août 1922, durant laquelle les intervenants, notamment l’archevêque de Munich, le cardinal Michael von Faulhaber20, et Konrad Adenauer21, interpellèrent les catholiques français sur leur passivité face à la politique anticatholique de la France dans les pays rhénans. Sur ce point, Adenauer lança cet appel à la réconciliation :

  • 22 Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands…, op. cit., p. 493.

Je m’adresse encore tout particulièrement aux catholiques français : la France nous martyrise, la France nous torture, nous qui sommes aussi vos frères dans la foi ! […]. Croyez-nous, la France se trompe, il existe d’autres moyens pour elle d’obtenir ce qui lui revient de droit. Venez vers nous, vous catholiques français, laissez-nous trouver ensemble un moyen qui puisse aider nos deux pays22 !

14Plus qu’un évènement ecclésial et religieux, le congrès catholique allemand revêt une dimension politique. À force de s’intéresser aux préoccupations et soucis fondamentaux de l’époque, il englobait plusieurs domaines. Le sentiment d’appartenance nationale avait motivé les congressistes à aborder des thèmes sensibles, tels que le traité de Versailles et la politique de la France à l’égard de l’Allemagne. En effet, on comprend que le clergé français qualifiait le congrès de politique qui inciterait les participants à haïr la France. Le rassemblement aurait favorisé la propagande antifrançaise et déclenché des troubles à l’ordre public. En bref, vu l’impact politique du congrès prévu à Cologne et le contexte tendu de l’immédiat après-guerre, les clergés et les différents services français firent leur possible pour l’annuler. La réaction du clergé français face à l’initiative de leurs confrères allemands est à situer dans ces circonstances.

Le milieu catholique allemand face à la crise

15Plusieurs documents reflètent l’incompréhension réciproque entre le milieu catholique allemand et le milieu français face à la question d’ordre politique. Chacun a adopté un langage contradictoire et polémique pour soutenir les intérêts nationaux.

La presse catholique allemande

  • 23 « Die vom deutschen Reich abgetrenten Gebiet hatten bei der letzten Konfessionszählung eine Bevölk (...)

16Dans son édition du 12 avril 1923, en pleine crise de la Ruhr, les
Nachrichten aus dem katholischen Deutschland publiaient une analyse sur la situation ecclésiale et économico-sociale de la Rhénanie et de la Ruhr. Il s’agit d’une presse trilingue, à savoir allemande, française et anglaise, éditée par le centre d’information de l’archidiocèse de Cologne. Intitulé « Die Rhein-Ruhr-Frage als Lebensfrage des Katholizismus » (La question Rhin-Ruhr comme question vitale du catholicisme), l’article relatait la baisse du nombre des fidèles catholiques dans la Rhénanie et dans la Ruhr : avant la guerre (1914-1918), 36,7% de l’ensemble de la population du Reich était catholique ; l’effectif diminuait à 33% en 1923, alors qu’il aurait dû augmenter à 37 à 40% vu le grand nombre d’enfants nés de famille catholique. L’article résultait d’une étude des statistiques d’avant et d’après la guerre. L’auteur estimait que le traité de Versailles, à l’origine de l’amputation territoriale de l’Allemagne, arrachait à l’Église catholique environ 20% de ses fidèles, alors que les réformés ne présentaient qu’environ 5% de perte23.

17L’analyse montre que le combat politique contre le traité de Versailles avait été mené sur le terrain médiatique et confessionnel. L’article manifestait une position politico-religieuse par laquelle l’archidiocèse de Cologne attestait la nuisance de la politique française dans la Rhénanie et la Ruhr pour les intérêts catholiques allemands. Le but était de donner une dimension internationale aux problèmes des catholiques de ces régions. Ainsi, l’auteur commença-t-il par écrire :

  • 24 « Man kann nicht leicht die Schädigung, die der Vertrag von Versailles dem Katholizismus in Deutsc (...)

On ne peut pas facilement évaluer de façon suffisante les préjudices qu’avait causés le traité de Versailles au catholicisme en Allemagne ; et encore moins les dangers que peut causer l’actuelle politique ruhro-
rhénane de la France et de la Belgique [au catholicisme en Allemagne]. Il s’agit d’une question vitale pour le catholicisme allemand, et on peut ajouter qu’en réalité, ce qui se passe actuellement est une sérieuse question vitale pour tout le catholicisme24.

  • 25 La baisse du nombre des catholiques ne concernait pas ces deux zones seules, mais l’ensemble du Re (...)
  • 26 G. Haelling, « Importance de la Ruhr pour la Benelux », Politique étrangère, n° 1, 14e année, 1949 (...)
  • 27 « Die gefährdeten Gebiete sind nicht nur zahlenmäßig die Hauptgebiete der kath. Kirche in Deutschl (...)

18Il s’agit aussi bien d’une critique du traité de Versailles que de l’occupation de la Ruhr. Les deux éléments furent considérés comme les principaux facteurs de la baisse de l’effectif des catholiques dans la Rhénanie et la Ruhr25. Même si l’enjeu fut en premier lieu religieux, il fut également économique et politique. La région était une zone charbonnière et métallurgique d’une grande importance, et par voie de conséquence un point stratégique pour l’économie26. L’Église y avait des intérêts économico-religieux, en ce sens qu’il s’agit d’une région à majorité catholique, et où se trouvait le centre des principaux organismes catholiques allemands27.

19Par ailleurs, l’article laisse entendre que la politique de Paris à l’égard de l’Allemagne freinait le rayonnement du catholicisme allemand. Les critiques allaient préoccuper le prélat français qui les contestait. En témoigne la réplique de l’archevêque de Rouen, Mgr André de la Villerabel (1864-1938). Il estimait que la résistance passive provoquait des problèmes socio-ecclésiaux dans la Ruhr. Dans ce cadre, il envoya une lettre au président du Conseil, Poincaré, afin d’obtenir l’autorisation de répondre publiquement à l’accusation du milieu catholique allemand :

  • 28 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « (...)

Hier, j’ai reçu de Son Éminence le Cardinal Archevêque de Cologne la feuille ci-incluse : Écho de l’Allemagne Catholique. Elle renferme un long réquisitoire contre l’attitude de nos soldats dans la Ruhr. Répandue dans tout l’univers, elle fera, n’en doutez pas, un tort considérable à notre pays […]. Ce serait une faute, à mon avis, de négliger cette propagande antifrançaise, qui faussera l’opinion catholique déjà très inclinée à nous juger défavorablement […]. Nous qui connaissons les événements par des informations sûres, nous gémissons de cette déformation passionnée de la réalité. Les évêques étrangers qui recevront l’Écho de l’Allemagne Catholique accepteront ce réquisitoire sans hésitation, à cause de l’autorité des signataires, et nous n’aurons pas le droit de nous plaindre de leur attitude, si nous ne les éclairons pas. Autant je crois inutiles les provocations, autant j’estime qu’un exposé simple et clair, sans polémique, de notre attitude vis-à-vis du culte catholique et de la hiérarchie ecclésiastique nous attirera la confiance et la sympathie de l’étranger. Une feuille analogue à l’Écho de l’Allemagne Catholique confiée à un rédacteur autorisé qui la rédigerait avec précision et sérénité, traduite au besoin en anglais et en espagnol, remplirait utilement cet office28.

  • 29 Ibid.

20La lettre de Mgr de la Villerabel s’inscrit dans la double logique de défendre les intérêts catholiques français et ceux de la France face à l’accusation allemande. Elle révèle une image du catholicisme français patriotique, se souciant des intérêts de la République. Il s’avère nécessaire de rappeler que le souvenir de la politique anticléricale du gouvernement d’Émile Combes restait encore vif au moment où Mgr de la Villerabel s’adressait au président du Conseil. D’ailleurs, il rappela ce fait en mentionnant dans sa lettre l’anticléricalisme du gouvernement Combes qui entraîna un jugement négatif envers le catholicisme français29. Celui-ci résultait de l’inertie de l’Église catholique française face à la politique anticatholique du gouvernement. C’est sous cet angle qu’il faudrait le comprendre. Mgr de la Villerabel s’efforçait de défendre la cause des catholiques français et la politique de la France face aux reproches formulés par le milieu catholique allemand.

  • 30 Ibid.

21Les accusations et contre-accusations des deux côtés du Rhin révèlent un esprit de concurrence dans les deux milieux catholiques. Animés d’un sentiment patriotique, les prélats français et allemands adoptaient un jugement contradictoire, tout en partageant la même conviction religieuse : pour le milieu catholique allemand, les difficultés socio-ecclésiales dans la Rhénanie et la Ruhr étaient la conséquence du traité de Versailles et de l’occupation de la Ruhr. En revanche, pour le milieu catholique français, « les maux proviennent des ordres de résistance donnés par le gouvernement du Reich30 ». Le discours contradictoire trouve sa source dans la cause politique nationale que chacun voulait défendre. Les deux camps visaient à influencer l’opinion internationale en faveur de leur pays.

22La divergence d’idées entre les deux milieux ne datait pas des années 1920. À titre d’illustration, pendant les hostilités, naissent au sein des catholiques français des associations qui défendent les intérêts de la France face à l’Allemagne dont le Comité catholique des amitiés françaises à l’étranger fondé en 1915.

  • 31 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, L (...)

23Le comité avait publié une réponse à l’article de Nachrichten aus dem katholischen Deutschland. Il interprétait la cause des difficultés du catholicisme dans la Rhénanie et la Ruhr en ces termes : « Si les influences catholiques se trouvent présentement moins puissantes en Allemagne, c’est parce qu’elles avaient été accrues, autrefois, par un procédé injuste : la conquête31. » Dans ce sens, la perte de vitalité du catholicisme allemand serait la conséquence de la guerre.

  • 32 Ibid.

24Par ailleurs, le comité avançait l’idée que le fond du problème, contrairement à ce que pense la partie allemande, n’était ni le traité de Versailles ni la politique rhénane de la France, mais la résistance passive et l’attitude belliqueuse outre-Rhin. La France aurait le droit de punir l’Allemagne de l’injustice qu’elle lui a infligée, « car la guerre n’a pas seulement le caractère de justice commutative, mais aussi de justice vindicative. [La France] peut légitimement demander tout ce qui paraît nécessaire pour conserver la paix dans l’avenir et aussi pour l’assurer32 ». Le passage reflète l’incompréhension mutuelle entre les catholiques allemands et français face à la question d’ordre politico-national et international.

L’appel du cardinal Schulte, une propagande anti-française ?

25Né le 4 septembre 1871 à Haus Valbert, un petit village près d’Ödingen (Lennestadt), dans l’État fédéral de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le cardinal Schulte fut l’un des plus engagés des chefs de l’Église catholique allemande dans la lutte contre l’occupation de la Ruhr en 1923. Évêque de Paderborn en 1909, archevêque de Cologne en 1920, il fut créé cardinal le 7 mars 192133.

26Les autorités françaises étaient convaincues que l’action de l’archevêque de Cologne était un véritable engagement politique. Dans sa dépêche du 18 avril 1923, Paul Tirard, haut-commissaire de la France dans les provinces du Rhin, informa le Quai d’Orsay de l’appel au patriotisme lancé par le cardinal, appel qui symbolisait la protestation de prélats rhénans en particulier, allemands en général contre le traité de Versailles et la fermeté de Paris à l’égard de Berlin. Il s’inscrivit dans la mobilisation générale en Allemagne pour la révision de ces accords de paix. Voici un extrait du discours du cardinal Schulte lors de la manifestation en faveur de l’école confessionnelle dans les régions occupées, où il critiqua la France :

  • 34 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, Décembre 1918-Mars 1923 (...)

Mes chers archidiocésains de Cologne ! À une heure profondément grave, nous nous sommes réunis ici pour une raison extrêmement grave elle aussi. Oui, l’époque actuelle est grave ! Les événements quotidiens, sous l’impression desquels nos esprits se trouvent en ce moment, ont illustré d’une façon frappante une parole de l’épiscopat allemand, écrite en 1919, après la Révolution et après ce qu’il est convenu d’appeler la paix de Versailles. Cette parole disait que maintenant, après la fin horrible, il fallait craindre une horreur sans fin. Sans se soucier de la justice, du droit des peuples, de la désapprobation de leurs anciens et meilleurs alliés, sans se soucier même de la protestation et de répugnances dans leur propre pays, les dirigeants actuels de la France ont attaqué, par une offensive guerrière, notre peuple sans défense, nos proches compatriotes de la région industrielle westphalo-rhénane. La paix de Versailles elle-même, que récemment la grande encyclique de Notre Saint-Père a qualifiée, avec l’approbation du monde entier, exceptée de la France, de paix absolument contraire à la paix véritable, même cette pseudo-paix de Versailles a été violée et rompue par la présente attaque. L’esprit de haine et de vengeance qui régnait à l’époque de la signature de la paix et qui basait ses cruelles conditions sur la culpabilité unilatérale de l’Allemagne, est une passion qui ne connaît pas de répit. Sous sa direction violente et aveugle, les derniers actes deviennent encore plus désastreux que les premiers. Notre peuple doit assister à cette injustice, impuissant et sans défense. Mes chers catholiques colonais, nous ne deviendrons pas craintifs et inquiets pour cela. Dieu ne laissera pas les arbres français pousser jusque dans le ciel. […] Les plans ennemis les plus redoutables se briseront finalement contre la fidélité inébranlable du peuple allemand envers l’État et le Reich ! Que notre peuple se redresse enfin, se souvienne de son devoir, oublie les querelles intestines et se crée à nouveau un honneur et une considération par son unanimité : c’est cela qui nous aidera le mieux à rendre au monde la paix qu’il ne trouvera jamais en suivant les voies françaises34.

  • 35 Jean-Pierre Bois, « L’opinion catholique rhénane devant le séparatisme en 1923 », Revue d’histoire (...)

27Pour l’archevêque de Cologne, la crise de la Ruhr est une violation manifeste de la paix de Versailles. Elle reflète un acte de vengeance. Le cardinal Schulte vise à cimenter l’unité du peuple allemand dans la lutte contre la France. À la même époque, des hommes politiques français encourageaient les mouvements séparatistes allemands, afin de faire éclater l’Allemagne. Selon Jean-Pierre Bois, c’est même « la poussée française qui provoqua un réveil du séparatisme en 1923, facilement alimenté par la misère et la catastrophe financière qui découlent de la résistance passive35 ».

Le cardinal Schulte accusé de la haine

28L’appel du cardinal Schulte a provoqué Paris qui, craignant des troubles, suivait de près l’évolution de la situation. Paul Tirard a condamné la position du cardinal Schulte. Il l’a considérée comme une incitation à la haine à l’encontre de la France et des Français. Dans une dépêche du 18 janvier 1923, il a informé le Quai d’Orsay de l’action de l’archevêque de Cologne et de Mgr Bornewasser, évêque de Trêves :

  • 36 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, Décembre 1918-Mars 1923 (...)

J’ai communiqué à Votre Excellence le texte de l’allocution tendancieuse que Son Eminence le Cardinal Archevêque de Cologne a cru devoir prononcer à l’occasion du Premier de l’An devant le Clergé de sa Métropole. L’entrée des troupes françaises dans la Ruhr vient de donner à ce prélat l’occasion d’une protestation nouvelle contre la politique de violence du Gouvernement Français. L’Évêque de Trêves a publié dans son bulletin religieux une ordonnance analogue et ordonné des prières publiques à l’effet d’obtenir que les temps de l’affliction soient abrégés […]. L’attitude adoptée par Mgr Schulte et son suffragant entretient dans une population et un clergé dociles une excitation antifrançaise que rien ne justifie. […]. Il me semble qu’il y aurait opportunité à saisir le Saint-Siège, par l’intermédiaire de Notre Ambassade auprès du Vatican, de l’attitude intolérable des deux prélats rhénans, qui usent de leur haute autorité morale pour développer parmi un grand nombre de catholiques une mentalité préjudiciable à la sécurité des troupes et à la réconciliation des peuples36.

29Le cardinal Schulte a incarné la protestation du milieu catholique contre l’occupation des territoires allemands en sa qualité d’archevêque métropolitain de Cologne. Face à la crise humanitaire dans laquelle se trouvent les habitants de la région du Rhin et de la Ruhr, il tente d’éveiller la solidarité des catholiques du monde. Le 27 octobre 1923, il a lancé cet appel :

  • 37 Ibid., Charles Josef Cardinal Schulte, Archevêque de Cologne, « Appel aux catholiques de l’étrange (...)

De jour en jour grandit l’horrible famine qui afflige mon archevêché au Rhin et à la Ruhr. Le manque de travail et le désordre y ont paralysé toute la vie économique et la misère de la population, qui compte par millions, va augmentant toujours. Ce qui me force à m’adresser publiquement aux catholiques de l’étranger. Je suis navré à la vue de cette immense détresse dont, jour par jour, je suis le témoin attristé. Dans mes tournées épiscopales, le clergé et l’autorité civile me supplient avec instances de tenter tous les moyens en mon pouvoir pour conjurer si possible la catastrophe qui semble imminente. Une révolution sanglante, la mort décimera un peuple livré au désespoir. […] Envoyez-nous surtout des vivres pour nos grandes cités et nos centres industriels ; envoyez-nous aussi, à mesure que l’hiver approche, des vêtements et du charbon 37 !

30L’appel de l’archevêque de Cologne avait une portée spécifique dans le contexte tendu de l’immédiat après-guerre. Certes, le prélat a souligné la neutralité de son action dans son communiqué du 27 octobre 1923, en déclarant :  

  • 38 Ibid.

Cet appel que je fais est absolument étranger à toute politique intérieure et extérieure, il ne veut accuser personne. Ce qui m’inspire, c’est uniquement la conviction intime qu’il est de mon devoir d’évêque d’être le père de mes ouailles et de tenter pour eux l’impossible en ces temps d’indicibles souffrances38.

  • 39 AMAE, 78CPOM/34.1/III, Z-Europe/Allemagne, n°369, Questions Religieuses, juillet 1923-décembre 192 (...)

31Mais son initiative acquit une signification tout autre, puisqu’elle était interprétée comme l’instrumentalisation de l’humanitaire à des fins patriotiques. Cela dit, le cardinal Schulte se voulait être impartial et libre de la politique, Mgr Rémond qualifiait son appel d’une « offensive possible des Allemands contre la France sur le terrain humanitaire39 ».

32L’initiative du cardinal Schulte le plaçait dans une situation délicate, car les tensions entre l’Allemagne et la France éclipsaient la neutralité de son engagement humanitaire. Aux yeux de l’épiscopat français, son appel avait une visée politique ; il s’agissait de prouver sur la scène internationale que la France ignorait le problème socio-humanitaire des pays rhénans et de la Ruhr. Par ailleurs, pour les autorités françaises, les Échos de l’Allemagne catholique étaient un support médiatique de la province ecclésiastique de Cologne pour discréditer l’action franco-belge et innocenter l’Allemagne :

  • 40 AMAE, 78CPOM/34.1/III, Z-Europe/Allemagne, n° 368, Questions religieuses, avril 1923-juin 1923, «  (...)

Les Échos de l’Allemagne catholique, publication éditée à intervalles irréguliers par le service de renseignement auprès du Secrétariat du Vicaire Général de Cologne, avec l’approbation épiscopale, ont, en réalité, un caractère purement politique. Leur objet est de discréditer sous tous les prétextes l’action de la France et de la Belgique et de présenter, par contraste, l’Allemagne comme une victime innocente et persécutée. Il s’agit, en dernière analyse, de retourner contre ces deux Puissances les accusations dont les Allemands ont été l’objet pendant la guerre pour leur occupation de la Belgique et du nord de la France40.

33Le souci humanitaire du cardinal Schulte plaçait Paris dans une situation délicate, de telle sorte que la France avait assoupli sa politique rhénane. L’archevêque de Cologne se sentait non seulement chargé de veiller aux affaires religieuses de sa province ecclésiastique, mais aussi à son développement socio-économique. Ce sentiment de devoir explique sa protestation contre l’occupation des territoires allemands par les alliés.

L’inconciliable position de l’épiscopat français et allemand

  • 41 Ibid., Cardinal Schulte, Mgr Johannes et Mgr Kaspar, « Appel des évêques allemands à l’étranger », (...)
  • 42 Ibid.

34Le 3 mars 1923, le cardinal Schulte, Mgr Johannes, évêque de Munster, et Mgr Kaspar, évêque de Paderborn, publièrent une circulaire où ils dénoncaient l’occupation des territoires allemands. Ils soulignaient la disponibilité du gouvernement allemand à honorer, dans la mesure du possible, les exigences des vainqueurs, tout en refusant de porter seuls la responsabilité dans le déclenchement de la guerre. Ils accusaient la France et la Belgique d’occuper injustement la Ruhr41. Leur position rimait avec l’opinion courante en Allemagne à l’époque. Il s’agit de la revendication de révision du traité de Versailles qui était considéré comme source de « désastre national42 ». Dans cette perspective, les convictions religieuses et l’engagement politique se rencontrent dans la lettre des évêques allemands. L’objectif fut de prouver la responsabilité de la France face à la misère subie par les Allemands au lendemain du premier conflit mondial.

35La Grande Guerre et les conflits franco-allemands qui s’ensuivirent avaient laissé des séquelles dans les rapports entre les peuples allemand et français. Ces séquelles se répercutaient dans le milieu catholique, comme en témoigne la déclaration des évêques des régions du Rhin et de la Ruhr le 3 mars 1923 :

  • 43 Ibid.

Préoccupés par la misère et la détresse croissante des régions nouvellement envahies du Rhin et de la Ruhr, les soussignés évêques des diocèses auxquels appartiennent ces régions se sont rencontrés dans une consultation à Paderborn. Dans cette ville s’est trouvé pendant toute la durée de la guerre le bureau de secours des évêques allemands qui, guidé par une charité chrétienne et désintéressée, a porté consolation et secours à des milliers de Français et de Belges, ainsi qu’à leurs familles frappées par les malheurs de la guerre. Le peuple allemand, qui ne peut pas être rendu responsable de la guerre, a supporté cette épreuve pendant quatre ans comme une fatalité en donnant son bien et en versant son sang en soumission à l’autorité légale pour n’aboutir finalement qu’à un désastre national. La révolution, avec toutes ses horreurs dont la nation ne peut commencer à se refaire que très lentement, fut suivie du soi-disant traité de paix de Versailles. Les duretés et les charges intolérables de ce traité achevèrent de [d’écraser] notre nation complètement. La misère que ce traité a apportée sur notre peuple crie vengeance au Ciel, d’autant plus qu’elle affecte surtout ceux qui n’ont eu aucune part à la guerre43.

  • 44 Jean-Claude Favez, Le Reich devant l’occupation franco-belge de la Ruhr en 1923, Paris, 1969, p. 9 (...)

36La crise de la Ruhr suscita en Allemagne un ressentiment collectif contre la France qui se manifestait par des protestations publiques44. Pour les Français, en occupant le bassin de la Ruhr, la France n’avait fait qu’appliquer le traité de Versailles ; Paris agit dans le cadre de la légitimité et de la légalité. En revanche, le public allemand, dont le milieu catholique, avait une lecture différente de la réalité et dénonçait l’illégalité de la décision du gouvernement français, avec son allié belge, d’envahir la Ruhr.

  • 45 Paul Droulers, Politique sociale et christianisme, Paris, 1981, p. 137-138.

37Dans cette atmosphère de tensions, les épiscopats français et allemands étaient divisés sur la question de la paix et de la relation entre l’Allemagne et la France. « Les longues années de conflits entre les deux pays longtemps ennemis surexcitaient l’opinion catholique et faisaient vibrer le sentiment mêlant le patriotisme et un nationalisme parfois haineux45 ». La réponse du cardinal Stanislas Touchet, évêque d’Orléans, à la circulaire de l’archevêque de Cologne, de l’évêque de Münster et de celui de Paderborn en témoigne ; elle est datée d’Orléans le 19 avril 1923 :

  • 46 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Son Ém (...)

J’ai reçu, il y a quelques jours, une circulaire écrite à Paderborn, le 3 mai 1923, signée de Votre Éminence et des évêques de Munster et de Paderborn. Cette pièce imprimée m’est parvenue, Éminence, par les soins de votre vicaire général, rédacteur « avec approbation épiscopale » des Échos de l’Allemagne catholique. […] L’objet fondamental de votre circulaire est une protestation contre le traité de Versailles, dont l’inexécution a décidé l’occupation de la Ruhr. Et il faut bien que vous essayiez de détruire la valeur de cet instrument diplomatique, car nous ne faisons qu’user des facultés qu’il nous confère. […] La journée où l’on voudrait réviser le traité de Versailles, on ne pourra le faire sans l’agrément des nations signataires, spécialement la France et la Belgique. Soyez-en convaincus, Éminence, si ce fait se produit jamais, dans la mesure où nos gouvernements y auront consenti, nous accepterons la réformation. D’ici-là, le traité de Versailles vaut. Vous et vos vénérés collègues faites état de réparations déjà accomplies estimées par vous à une très haute somme. En quoi vous vous posez en contradiction avec les hommes d’État de la France et de la Belgique. Ceux-ci sont d’honnêtes gens et ils déclarent que nous avons avancé, pour les réparations de nos provinces injustement et abominablement ravagées par les armées allemandes, des sommes qui défient l’imagination, écrasent nos budgets, mettent en danger nos intérêts vitaux et n’ont jamais été remboursées par les auteurs des dommages. Ils ne nous trompent pas. Vous êtes des débiteurs : il faut payer. Ils veulent vous faire payer : nous vous déclarons sans ambages que c’est notre droit de nation qu’ils agissent ainsi, que c’est le devoir de conscience de vos compatriotes de s’exécuter. Nous savons la chose possible, et je n’hésite pas à vous dire ma solidarité absolue, doctrinale et politique, dans la circonstance, avec le gouvernement de la République française46.

38L’appel des évêques d’outre-Rhin et la réponse de l’évêque d’Orléans reflètent l’esprit patriotique qui habite les milieux catholiques franco-allemands dans l’immédiat après-guerre. Auteur de La sainte de la patrie et artisan de la réussite des procédures canoniques de la béatification en 1909 puis de la canonisation en 1920 de Jeanne d’Arc, symbole de la résistance de la France face à l’ennemi, le cardinal Touchet est connu pour son nationalisme ardent. Par ailleurs, certains évêques allemands, dont Mgr Ludwig Sebastian, évêque de Spire de 1917 à 1943, et Mgr Ludwig Maria Hugo, évêque de Mayence entre 1921 et 1935, gardaient un silence prudent à l’égard des tensions franco-allemandes. En témoigne ce rapport de Paul Tirard, haut-commissaire de la France dans les provinces du Rhin :

  • 47 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, décembre 1918-mars 1923 (...)

L’attitude de protestation adoptée par Mgr Schulte et par son suffragant entretient dans une population et un clergé dociles une excitation anti-française que rien de justifie. L’épiscopat allemand tout entier aurait, à l’occasion des fêtes de Noël et du Jour de l’An, reçu des instructions précises du Gouvernement Allemand, à l’effet d’exhorter les fidèles à rester attachés à la mère-patrie et à réprouver la politique rhénane de la France. Les Évêques de Spire, de Mayence ne semblent pas avoir jusqu’à présent obéi aux suggestions gouvernementales. Ils ont observé un silence très digne et donné par là un exemple d’indépendance pastorale47.

  • 48 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Appel (...)
  • 49 Ibid., A. Pironneau, « L’archevêché de Cologne centre de propagande. Les Échos de l’Allemagne cath (...)

39La presse française porta une grande attention à la réaction des évêques allemands. Dans son édition du 6 juin 1923, L’Écho de Paris publia l’article d’André Pironneau intitulé « L’archevêché de Cologne centre de propagande » après l’appel de l’épiscopat allemand publié dans Les Échos de l’Allemagne catholique du 27 mars 192348. L’auteur le caractérisait comme une propagande allemande contre le traité de paix et le gouvernement français49. Ce point de vue montre que, pour l’opinion publique française, le milieu catholique allemand s’associait à la campagne contre la France et les intérêts français menée par Berlin.

40L’analyse des documents conservés dans les archives diplomatiques de La Courneuve et de Berlin a mis en évidence que, dans la première moitié des années 1920, les relations entre les ecclésiastiques des deux pays ont été perturbées par des sentiments patriotiques contraires, malgré le fait de partager les mêmes convictions religieuses. La volonté de puissance de leur pays les a conduits à s’investir sur le terrain politique. L’héritage laissé par une longue et complexe histoire de conflits franco-allemands a dicté leur attitude. Par ailleurs, le contexte tendu de l’immédiat après-guerre n’offrait pas un environnement propice à la distinction de la politique nationale et de l’appartenance religieuse. Tant en Allemagne qu’en France, le champ religieux et le milieu ecclésiastique devenaient un terrain de la lutte d’influence internationale. Malgré l’universalité du catholicisme, le patriotisme prenait le pas sur le sentiment d’appartenance à un corps religieux universel.

Haut de page

Notes

1 Le pacte de la SDN a été signé par 32 États le 28 avril 1919 ; il est entré en vigueur avec le traité de Versailles le 10 janvier 1920.

2 Claire Aslangul, « De la haine héréditaire à l’amitié indéfectible », Revue historique des armées, 256, 2009. [http://rha.revues.org/6802].

3 « Les relations franco-allemandes entre 1870 et 1945 à travers la littérature contemporaine » [En ligne] http://www.dfi.de/pdfDateien/Ausstellung/KatalogFmini.pdf. Consulté le 20.10.2016.

4 Pour le contexte, lire Christian Sorrel, « Le Saint-Siège, la République et les catholiques français (1918-1924) », dans Marc Agostino (dir.), Santa Sede e cattolici nel mondo postbellico 1918-1922. Raccolta di studi nel centenario della conclusione della Prima Guerra Mondiale, Città del Vaticano, Libreria Editrice Vaticana, 2020, p. 391-415.

5 Né à Colmar le 2 avril 1861 et décédé à Ouchy (près de Lausanne) le 24 juillet 1931, Émile Wetterlé fut député du Haut-Rhin du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924. Il fut élu à la Chambre des Députés sous l’étiquette de l’Entente républicaine démocratique. Voir Christian Baechler, « Wetterlé Émile », dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 2 L’Alsace, Paris, Beauchesne, 1987, p. 458-460.

6 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 369, Questions Religieuses, juillet 1923-décembre 1923, note du général Degoutte, commandant de l’Armée du Rhin au président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Düsseldorf, le 6 juillet 1923, p. 56.

7 Ibid., télégramme de l’ambassade de France à Berlin. Duplicata, Berlin, le 11 août 1923, p. 69.

8 Ibid., le consul Heinrich Maus, « La 63e assemblée des catholiques allemands interdite », la version française du Haut-Commissariat de la République Française dans les provinces du Rhin, Coblence, le 18 juillet 1923, p. 59-60. Marie-Emmanuelle Reytier affirme que les forces d’occupation ont interdit la tenue du congrès catholique allemand prévu à Cologne, Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands et la République de Weimar, thèse, Université Jean Moulin Lyon 3, 2004, p. 500.

9 Ibid., « Copie de la lettre de Monsieur l’abbé Wetterlé, député du Haut-Rhin, à Monsieur le président du Conseil, ministre des Affaires étrangères », Paris, le 7 avril 1923, p. 9.

10 « La construction de l’identité alsacienne/3 » [en ligne]. http://archives.bas-rhin.fr/sources/pdf/1911_p13.pdf. (consulté le 28.01.2014).

11 S. C. Preibusch, Verfassungsentwicklungen im Reichland Elsaß-Lothringen 1871-1918, 2006, p. 485.

12 C. J. Fischer, Alsace to the Alsatians ?, New York-Oxford, 2010, p. 130.

13 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 369, Questions Religieuses, Juillet 1923-Décembre 1923, Anonyme, « Visite de Mgr Rémond à M. de Lacroix », le 17 juillet 1923, p. 44.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 84.

17 Marie Levant, « Mgr Testa, envoyé spécial en pays rhénan (1923-1924) », Laura Pettinaroli (éd.), Le gouvernement pontifical sous Pie XI : pratiques romaines et gestion de l'universel, Rome, EFR, 2013, p. 117-136.

18 Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands…, op. cit.

19 Ibid., p. 488-503.

20 « Kardinal Michael von Faulhaber (1869-1952) » [en ligne]. Disponible sur : http://www.erzbistum-muenchen.de/Page001904.aspx. (Consulté le 28.01.2014).

21 Konrad Adenauer (1876-1967) présida l’assemblée générale des catholiques allemands de 1922. À l’époque, il était maire de Cologne.

22 Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands…, op. cit., p. 493.

23 « Die vom deutschen Reich abgetrenten Gebiet hatten bei der letzten Konfessionszählung eine Bevölkerung von 6471581 Seelen, davon 4495953=ca. 70% Katholiken, 1873618=ca. 29% Protestanten und 102460 Juden u.a. Vor dem Krieg machten di Katholiken 36,7% der Gesamtbevölkerung aus, eine Zahl, die in Folge der größeren Kinderzahl bei den Katholiken heute auf 37% gestiegen wäre und in nicht ferner Zeit auf 40%=zwei Fünftel des deutschen Volkes erreicht hätte. Durch die Abtrennungen sind die Katholiken auf 33% zurückgeworfen. Wenn man das Saargebiet, das rechtlich noch dem deutschen Reichen gehört, tatsächlich aber der deutschen Verwaltung entzogen ist, abzieht, sind es nur noch 32, 6%. So hat Versailles der kath. Kirche in Deutschland mehr als ein Fünftel ihres ganzen Bekenntnisses (genau 20, 6%) entrissen, dem protestantischen Teil dagegen nur ein Zwanzigstel (5, 1%) », dans AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Die Rhein-Ruhr-Frage als Lebensfrage des Katholizismus », Nachrichten aus dem Katholischen Deutschland, Jg. 1, n° 3, 13. April 1923.

24 « Man kann nicht leicht die Schädigung, die der Vertrag von Versailles dem Katholizismus in Deutschland gebracht hat, groß genug einschätzen, erst recht nicht die Gefahren, mit denen die gegenwärtige französisch-belgische Rhein-Ruhr-Politik ihn bedroht. Es handelt sich um nicht mehr noch weniger als Lebensfrage des deutschen Katholizismus und, man darf hinzufügen, die ernsteste Weltfrage des Katholizismus überhaupt, die gegenwärtig besteht » dans ibid.

25 La baisse du nombre des catholiques ne concernait pas ces deux zones seules, mais l’ensemble du Reich, car certains territoires perdus au lendemain de la Première Guerre mondiale étaient majoritairement peuplés par des catholiques. Il s’agit par exemple de la Pologne et d’une partie du Reichsland Alsace-Lorraine.

26 G. Haelling, « Importance de la Ruhr pour la Benelux », Politique étrangère, n° 1, 14e année, 1949, p. 49-62.

27 « Die gefährdeten Gebiete sind nicht nur zahlenmäßig die Hauptgebiete der kath. Kirche in Deutschland, sondern vor allem auch das Herz ihres lebendigen Organismus. Das Rheinland und das rheinisch westfälische Industriegebiet spielen im deutschen Katholizismus und, wenn wir recht sehen, im Weltkatholizismus eine ganz eigene Rolle. Es ist zweifellos eines der höchst entwickelten Gebiete Europas. Ganz offensichtlich ist das hinsichtlich des wirtschaftlichen Lebens. Landwirtschaft, Handeln und Industrie sind in einer seltenen Weise gleichmäßig in größter Blüte. Eine große Stadt reicht sich an die andere. Großstädte und Industrialisierung haben sich sonst als große Verderber des religiösen Lebens gezeigt. Im Rheinland und rheinisch westfälischen Industriegebiet hat die kath. Kirche die ungeheure Aufgabe, die ihr durch die modernen Verhältnisse erwuchs, frühzeitig erkannt, und so ist seit der Mitte des vorigen Jahrhunderts gerade in diesen Gebieten ein Kampf um die Behauptung des ererbten katholischen Gebietens und die Durchdringung des modernen Lebens mit katholischem Geiste geführt worden, wie ihn größer die neuere Geschichte der Kirche vielleicht nicht kennt ».

28 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Lettre de Mgr. André de la Villerabel, archevêque de Rouen, au Président du Conseil, Poincaré, Rouen, le 14 avril 1923 ».

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, Le Comité Catholique des Amitiés Françaises à l’étranger, « Les Français dans la Ruhr. Secondes réponses aux Catholiques allemands ».

32 Ibid.

33 M. Weitlauff, « Schulte Kardinal Joseph », dans NDB, n° 23, 2007, p. 690-691 [http://www.deutsche-biographie.de/pnd11900609X.html]. Consulté le 07 janvier 2014.

34 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, Décembre 1918-Mars 1923, Allocation de l’archevêque de Cologne, « Fidélité inébranlable au peuple et au Reich ». Extrait de la Kölnische Zeitung du 15 janvier 1923. Traduction française du Haut-Commissariat de la République Française dans les Provinces du Rhin.

35 Jean-Pierre Bois, « L’opinion catholique rhénane devant le séparatisme en 1923 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 21, n° 2, 1974, p. 222.

36 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, Décembre 1918-Mars 1923, Monsieur Paul Tirard, Haut-Commissaire de la République française dans les provinces du Rhin, à Monsieur Raymond Poincaré, Ministre des Affaires étrangères, « L’épiscopat rhénan et l’occupation de la Ruhr », Coblence, le 18 janvier 1923, p. 235.

37 Ibid., Charles Josef Cardinal Schulte, Archevêque de Cologne, « Appel aux catholiques de l’étranger », Cologne, le 27 octobre 1923, p. 128.

38 Ibid.

39 AMAE, 78CPOM/34.1/III, Z-Europe/Allemagne, n°369, Questions Religieuses, juillet 1923-décembre 1929, Mgr Paul Rémond, l’Aumônier inspecteur, « Lettre à Monsieur Louis Canet, Chargé des Affaires Religieuses au Ministère des Affaires Etrangères », Mayence, le 29 novembre 1923, p. 139.

40 AMAE, 78CPOM/34.1/III, Z-Europe/Allemagne, n° 368, Questions religieuses, avril 1923-juin 1923, « Note anonyme », p. 203.

41 Ibid., Cardinal Schulte, Mgr Johannes et Mgr Kaspar, « Appel des évêques allemands à l’étranger », Échos de l’Allemagne catholique, 1ère année, n° 1, le 27 mars 1923, p. 81.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Jean-Claude Favez, Le Reich devant l’occupation franco-belge de la Ruhr en 1923, Paris, 1969, p. 97-100.

45 Paul Droulers, Politique sociale et christianisme, Paris, 1981, p. 137-138.

46 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Son Éminence le Cardinal-Évêque d’Orléans à son Éminence le Cardinal-Archevêque de Cologne et à NN. SS. les Évêques de Munster et de Paderborn », Orléans, le 19 avril 1923, p. 55.

47 Paris, AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 367, Questions Religieuses, décembre 1918-mars 1923, M. Paul Tirard à M. Raymond Poincaré, « L’épiscopat rhénan et l’occupation de la Ruhr », Coblence, le 18 janvier 1923, p. 236.

48 AMAE, 78CPCOM 34.1, Z-Europe/Allemagne, 368, Questions Religieuses, Avril 1923-Juin 1923, « Appel des évêques allemands à l’étranger », Échos de l’Allemagne catholique, 1ère année, n°1, le 27 mars 1923, p. 81.

49 Ibid., A. Pironneau, « L’archevêché de Cologne centre de propagande. Les Échos de l’Allemagne catholique », Écho de Paris, le 6 juin 1923, p. 235.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lalao Soa Adonis Tsiarify, « Tensions catholiques franco-allemandes au lendemain de la Grande Guerre »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 143-161.

Référence électronique

Lalao Soa Adonis Tsiarify, « Tensions catholiques franco-allemandes au lendemain de la Grande Guerre »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7614

Haut de page

Auteur

Lalao Soa Adonis Tsiarify

Université de ToamasinaLARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search