Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27« Ceulx de la nouvelle oppinion »...

« Ceulx de la nouvelle oppinion » : enjeux et conséquences de la désignation des protestants durant la première partie des guerres de Religion en Basse-Auvergne (1562-1577)

Fabien Salesse
p. 5-30

Résumés

La constitution d’une liste des protestants locaux puis son utilisation pour des motifs sécuritaires sont des étapes majeures dans l’accomplissement d’un processus de différenciation. Celui-ci commence lorsque nommer l’autre devient un acte de dénonciation en le montrant à tous pour sa différence et non plus pour ce qui le réunit aux autres.
Pour le roi et ses représentants dans les provinces, qui demandent aux élus municipaux d’opérer une telle désignation, ces informations sont essentielles afin d’affermir l’autorité monarchique et de mieux appréhender les forces du camp réformé lors des épisodes de troubles. Mais, justement parce qu’ils sont les mieux à même de déterminer qui est protestant et d’établir le degré de dangerosité potentielle de chacun des réformés au sein de la cité, les élus municipaux et leurs conseillers ne sont pas des acteurs totalement écrasés dans le rapport de force politique. Leur connaissance fine du terrain, la capacité à produire de l’information qui en découle, font d’eux des interlocuteurs incontournables pour la monarchie. S’ils peuvent donc espérer obtenir de celle-ci des prérogatives ou des avantages supplémentaires, ces édiles ont bien conscience aussi que de telles nominations formalisent une fracture confessionnelle au sein de la communauté et participent à la fragmentation d’une cité dont ils doivent garantir la cohésion. Ainsi, dans la désignation précise, voire écrite, de certains membres de la communauté comme réformés s’entremêlent des enjeux religieux, politiques mais aussi sociaux, éthiques et même économiques pour ceux qui sont ainsi dénoncés.
Nous nous proposons de les analyser au prisme de deux villes moyennes qui sont néanmoins les plus importantes de la province de Basse-Auvergne : Clermont et Riom. Engagés par ailleurs dans une compétition pour la suprématie régionale, l’échevinat clermontois et le consulat riomois cherchent tous deux à maintenir un équilibre difficile entre les attentes de la monarchie, du clergé et de leurs concitoyens dans des villes où tout le monde se connaît et où la dénonciation d’un membre de la communauté civique a davantage de retentissement que dans des cités plus grandes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Grégorio Salinero et Christine Lebeau, Pour faire une histoire des listes, Mélanges de la Casa de (...)
  • 2 Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La dispute, 2007.

1Dans l’introduction de leur volume des Mélanges de la Casa de Velázquez initiant un travail d’envergure sur l’histoire des listes à l’époque moderne, Grégorio Salinero et Christine Lebeau évoquent à raison les années de la Ligue comme une période phare où se joue une « guerre des listes » dans laquelle « les effets et la place des listes constituent un enjeu politique à part entière1 ». Si l’observation se porte sur l’ensemble de la période des guerres de religion, cette « technologie intellectuelle2 » censée produire de la rationalité et de l’ordre est souvent utilisée, notamment au sein des villes, pour répertorier les protestants. Si établir des listes nominatives de concitoyens est une pratique administrative déjà existante, notamment pour opérer les prélèvements fiscaux ordinaires et extraordinaires, élaborer des listes de réformés représente une adaptation du dispositif moins dans la forme que dans la posture qui est sous-tendue. Malgré le caractère désagréable de la ponction financière pour les individus concernés, voir son nom coucher sur la liste de ceux qui vont être imposés est un acte d’inclusion, au sein de la communauté locale ou de celle des sujets du roi de France, ce qui génère des droits et des obligations. En revanche, élaborer des listes de réformés conduit à nommer clairement des individus que leur foi religieuse rend indigne d’une confiance civique totale. En désignant sans ambages ceux dont l’engagement dans le protestantisme est avancé, la liste dénonce des hérétiques mais aussi, aux yeux de tous et de manière irrévocable, des traîtres potentiels. Elle devient un artefact placé au cœur d’un processus de différenciation. Comme le souligne Chrystel Bernat,

  • 3 Chrystel Bernat, Hubert Bost (dir.), Énoncer/dénoncer l’autre. Discours et représentations du diff (...)

la désignation énonce et dénonce tout à la fois, soulignant l’altérité de l’errant comme pour se conforter dans la certitude d’être quant à soi dans la Vérité. Ce faisant, elle crée et repose sur des représentations et des imaginaires auxquels l’historien doit prêter attention3.

  • 4 Pour Mark W. Konnert, cette intensité accrue des relations interpersonnelles est une des raisons e (...)
  • 5 André-Georges Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Éditions Volcans, 1975.
  • 6 Josiane Teyssot, Riom 1212-1557. Capitale et Bonne Ville d’Auvergne, Nonette, Créer, 1999. Pour l’ (...)

2Constituer une liste, puis s’en servir, sont des étapes majeures dans l’accomplissement d’un processus de différenciation qui commence lorsque nommer l’autre devient un acte de dénonciation en désignant à tous sa différence. Plutôt que de porter notre regard sur la liste elle-même, les noms qu’elle comporte ou le nombre d’individus qu’elle porte, il nous est apparu pertinent de réfléchir aux étapes qui mènent à la production d’un tel objet pour comprendre la violence symbolique, politique et sociale engendrée par la désignation nominative des protestants comme par ce cap supplémentaire dans la segmentation du groupe qu’est la mise en forme de ces noms sur une liste. Nous avons choisi d’observer cela dans des villes de petite envergure où la mise en avant d’un patronyme a d’autant plus de force et de signification que chacun se connaît personnellement4. Peu touchée par le protestantisme, à quelques rares exceptions comme Issoire ou Thiers, structurée par un maillage de petites cités abritant des communautés protestantes réduites, la Basse-Auvergne de la première partie des guerres civiles, de 1562 à son paroxysme constitué par le siège d’Issoire en 1577, constitue ainsi un terrain d’observation propice. Notre étude se concentre sur les deux principales villes de la province, alors en rivalité pour se voir reconnues comme « Principale et capitale d’Auvergne » : Clermont et Riom. C’est alors la ville épiscopale, d’où fut lancée la première croisade par Urbain II, qui a un temps d’avance grâce à Catherine de Médicis. En 1551, la reine fait passer la ville sous contrôle royal direct, l’évêque devant dès lors se cantonner à ses fonctions religieuses, et la comble de bienfaits afin de montrer la force de l’autorité et de la faveur monarchique. La ville accueille alors une sénéchaussée, le consulat y est rétabli en 1552 puis une décision royale du 18 octobre 1556 élève ce corps de ville en échevinat de quatre membres (puis trois à partir de 1559)5. Cette ascension fulgurante affaiblit l’aura de Riom située à une vingtaine de kilomètres. Dirigée par un consulat de quatre personnes, la capitale du Duché d’Auvergne compte alors entre dix et douze mille habitants et s’appuie, depuis plus de neuf siècles, sur des institutions judiciaires et financières qui font le dynamisme de la ville6. Celle-ci dispose alors d’une sénéchaussée, d’un siège présidial, d’une élection ainsi que d’une généralité des finances. Les deux cités abritent de petites communautés réformées dont la représentation politique officielle est inexistante dans les institutions locales sans que leur influence ne soit inexistante. L’attitude des deux corps de ville à leur égard nous permettra d’aborder, dans un premier temps, les différents enjeux qui s’entremêlent lorsque la collectivité doit choisir ou non de désigner une partie des siens, révélant ainsi le sens ou l’intensité de ses engagements. Dans un second temps, nous nous pencherons sur les conséquences concrètes de ces énonciations sur les protestants des deux villes.

3Depuis la prise de Lyon par le baron des Adrets et ses hommes dans la nuit du 29 au 30 avril 1562, le pouvoir royal exige un renforcement général des défenses et son représentant en Basse-Auvergne, le gouverneur Gaspard de Montmorin Saint-Hérem, s’y emploie activement. S’il a d’abord informé par écrit les représentants des principales villes de la province de la décision monarchique d’installer des garnisons dans un certain nombre de châteaux ; il se déplace durant le mois de mai 1562 pour rencontrer les élus afin d’évoquer de vive voix les mesures à prendre contre les protestants. Celles-ci ne recueillent pas l’assentiment du corps de ville clermontois qui le prie, au contraire,

  • 7 Archives Départementales du Puy-de-Dôme (désormais A.D.P.D.), 3 E 500/202, conseil du 31 mai 1562.

de ne pas executer sa commission a l’encontre de ceulx qui sont de la nouvelle religion, de ne les poinct espolher d’armes, de tant que certainement on ne les cognoist et ce pourroit engendrer scisme entre les habitans, n’estans poinct certains quelz ilz sont7.

  • 8 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au xvie siècle, Par (...)
  • 9 Archives Municipales de Riom (Désormais A.M.R.), BB9, consulat du lundi 25 janvier 1574, f°62r°. L (...)
  • 10 Jean-Eric Iung, « Le poids des guerres de Religion en Basse-Auvergne : la nourriture des troupes r (...)
  • 11 Sur la façon d’aborder les délibérations d’assemblées politiques : Caroline Fargeix, Les élites ly (...)
  • 12 Composée de treize villes disposées sur l’axe central de la province, le long de l’Allier, l’assem (...)
  • 13 A.M.R., BB9, consulat du 16 février 1574, f°74r°.
  • 14 A.M.R., BB9, consulat du 19 février 1574, f°79v° et 80r°.
  • 15 Ambroise Tardieu, Histoire de la ville de Clermont-Ferrand, Moulins, 1870, p. 75.
  • 16 A.D.P.D., 3 E 500/206, conseil du 6 juillet 1566.

4Les échevins affirment leur incompétence face à la gravité de ce qui leur est demandé. En effet, appliquer des mesures uniquement contre les réformés sous-entend que l’on est capable de les nommer individuellement, de les désigner comme étant des individus dont l’ensemble de la communauté doit se méfier puisque les représentants qu’elle s’est choisie pour défendre ses intérêts le disent. Les édiles clermontois refusent de prendre la responsabilité de marginaliser une partie de leurs concitoyens, de délimiter concrètement, charnellement, la frontière confessionnelle entre les individus. Responsables de l’unité municipale, ils refusent d’être ceux qui diront officiellement que celle-ci n’est plus, encore moins de nommer ceux à cause de qui elle n’est plus et que vient donc le temps de l’exclusion d’une partie de ceux qui étaient hier des « frères, amis et concitoyens » comme le proclament certains pactes d’amitié qui se rédigent dans d’autres cités8. S’ils insistent de manière un peu surjouée sur leur inaptitude à savoir, sinon à déterminer, qui est protestant ou qui ne l’est pas, c’est pour mieux souligner que sonder les âmes et les cœurs, détecter les subtilités doctrinales qui permettraient de trancher sur l’appartenance religieuse d’un homme ou d’une femme relève davantage du ministère des autorités religieuses que du mandat des autorités civiques. Si l’insistance de plus en plus ferme du gouverneur conduit néanmoins les échevins à ordonner l’expulsion des protestants hors de la ville en juillet 1562, l’argument d’une guerre qui serait davantage celle du clergé que celle du corps de ville, du croyant que du citoyen revient plusieurs fois dans ces années de troubles et révèle les tensions entre les deux parties. En janvier-février 1574, le consulat riomois est mis sous pression par le gouverneur qui exige « que lesdicts consulz heussent a fere nomination des gens suspectz de la religion9 » et tente d’obtenir de grosses sommes d’argent pour lever des soldats et mener la guerre10. Les consuls usent de manœuvres dilatoires, sur lesquelles nous reviendrons, pour ne pas avoir à répondre à la première demande et tentent de réduire le montant total de l’assiette à verser au gouverneur. Lorsque ce dernier obtient du roi une commission royale pour lever l’intégralité des sommes qu’il désire, l’exaspération du consulat se fait sentir jusque dans les pages pourtant souvent policées des délibérations consulaires11. Ainsi, les représentants envoyés à l’assemblée provinciale des Bonnes Villes12 qui aura à évoquer ces questions sont enjoints à demander que le clergé s’engage davantage, notamment financièrement, « actendu que c’est leur cause aussi bien que celle dudict peys13 ». Trois jours plus tard, un nouveau consulat est convoqué pour faire un point sur l’évolution de la situation et annoncer la tenue de l’assemblée provinciale le dimanche suivant : il est à nouveau demandé aux délégués riomois d’insister pour que le clergé soit davantage mis à contribution « actendu que c’est leur cause plus que (c’est nous qui soulignons) celle dudict tiers estat14 ». La gradation entre les deux notations montre bien l’ampleur du ressentiment d’un corps de ville qui voit la cohésion civique vaciller et la santé financière de la cité péricliter alors qu’ils sont garants de la vigueur de l’une comme de l’autre. Si la tension entre le clergé et le corps de ville repose en grande partie sur le refus des ecclésiastiques de contribuer aux impositions, les consuls soulignent que cela pose la question du sens de l’engagement de chacun dans ces conflits. La question du difficile équilibre entre le respect de l’engagement religieux et celui de l’engagement civique est aussi extrêmement présente à Clermont où les tensions sont fortes entre un clergé désireux d’engager toutes les forces de la cité dans le combat contre la Réforme et un corps de ville plus mesuré. Dès 1552, le chapitre cathédral envoie un notaire aux consuls clermontois pour les sommer de découvrir et expulser tous les calvinistes qui se trouvent dans la ville15. En 1566, le conseil de ville évoque la virulente charge dont il a été la cible de la part du théologal Fournier en chaire : celui-ci n’a pas hésité à désigner publiquement les échevins clermontois comme manquant à leurs responsabilités en faisant preuve d’une modération coupable dans la lutte religieuse. Lors de son sermon, il « auroit parlé aultrement qu’il n’est porté par l’évangile, mesdisant des principaulx de ladicte ville et que ceulx qui les suyvent et fréquentent sont excommuniez ». Deux échevins se déplacent officiellement auprès du chapitre pour un recadrage ferme16. Les tensions entre le chapitre et le corps de ville demeurent toutefois latentes durant toute la période des guerres civiles et ressurgissent parfois lors de vives escarmouches. En pleine sixième guerre de religion, alors que les troupes catholiques du duc d’Anjou viennent de reprendre la Charité, des représentants du chapitre viennent porter des remontrances en séance du conseil de ville

  • 17 A.D.P.D., 3 E 500/217, conseil du 4 mai 1577.

concernant quelques propotz qui ont esté tenuz a la porte du Cerf par aucuns cappitenes de ladicte ville a l’endroict de certains particulliers chanoynes ou aultres gens d’esglize, lesquelz sieurs du chappitre presans ou la pluspart d’iceulx et par la veoix de monsieur l’abbé Mauguin, ont verballement et au long faict entendre tous lesdicts propotz profferés et prié les comparans au presant conseil d’y pourveoir et obvier a quelque sedition et vivre en paix et amytié les ungs avec les autres et se reunir par ensemble et ne se sepparer les ungs d’avec les aultres ainsi qu’il a esté faict et observé cy devant pour les raisons que ledict sieur abbé a declairees audict presant conseil17.

5Les délégués du chapitre reprennent le discours municipal construit autour de la cohésion urbaine pour exacerber la composante confessionnelle de celle-ci, au moins dans l’espace public. En établissant avec précision les railleries, voire les insultes subies, ils se désignent comme les victimes et les symboles d’une unité confessionnelle et civique menacée par certaines personnes qu’ils prennent soin d’identifier précisément devant le conseil de ville. Les noms des personnes visées ne sont pas mentionnés dans la délibération et n’ont, peut-être, même pas été cités lors de la plaidoirie du chapitre mais c’est tout comme : il n’y a qu’un ou deux capitaines au maximum à la porte du Cerf et les échevins au moins les connaissent bien puisque ce sont eux qui actent leur nomination. C’est bien tout l’intérêt de la formulation choisie par les ecclésiastiques : ne laisser aucun doute quant à l’identité des individus tout en insistant sur la responsabilité du corps de ville. Au début du mois de mai 1577, cette assemblée n’a pas encore pris de mesures spécifiques contre les protestants et il est donc possible que les capitaines concernés par l’affaire le soient, ce qui constituerait un argument de poids dans l’argumentation du chapitre. C’est donc à une double responsabilité que les membres du clergé présents renvoient le conseil de ville : celle d’avoir nommé, à des postes importants pour la sécurité collective, et en connaissant leur point de vue, des hommes capables de paroles hostiles à l’égard des représentants de l’Église ; et celle de les sanctionner pour ces propos, donc de reconnaître la gravité de ceux-ci pour la cohésion communautaire et la légèreté qui a présidé à leur nomination. Insidieusement, le chapitre cherche à conduire les échevins et leurs conseillers à user davantage de leurs pouvoirs dans la lutte religieuse et à durcir leur engagement dans la répression confessionnelle. La réponse de ceux-ci ne manque ni d’habileté ni de fermeté. Les délégués se retirant de la salle et de la maison commune, le conseil décide de leur envoyer une délégation composée notamment du lieutenant général du roi et des échevins pour affirmer au chapitre clermontois

  • 18 Ibid.

l’intention et vollanté que la ville a de vivre en paix et amytié avec eulx et ne se sepparer aucunement en satisfaizant de leur part a ce qu’ilz sont tenuz comme amplement ilz leur feront entendre […] et lesquelz sieurs du chappitre seront priez de leur faire responce et icelle bailler par escript mesmes touchant la contribution des fraiz qui ont esté faictz pour la conservation de ladicte ville18.

6Si le regret d’une participation financière jugée insuffisante de la part du clergé est récurrent dans les discours des corps de ville en Auvergne comme dans de nombreuses villes catholiques de France, sa manifestation dans cette situation précise permet opportunément au corps de ville de se sortir de la mise en demeure. En premier lieu, l’envoi d’une délégation officielle vers les remontrants pour leur tenir un tel discours montre que les échevins et leur conseil n’ont pas apprécié du tout que l’on vienne les « chapitrer » quant à ce qu’il était nécessaire de faire ou pas pour maintenir l’unité civique en ces temps incertains. Elle constitue une manifestation cinglante de la puissance et de l’autorité d’un corps de ville, devenu échevinat par volonté royale (comme le souligne la présence du lieutenant général), venant avec hauteur et malice désigner le chapitre lui-même comme contrevenant bien davantage à l’unité civique et affaiblissant la sécurité de tous, en refusant de contribuer financièrement à la défense de la ville, que les deux capitaines injurieux qui se trouvaient en poste à la porte du Cerf. Ironiquement, il est demandé lors du conseil du 10 mai si une réponse écrite du chapitre est parvenue au conseil, ce qui n’est pas le cas. Les deux capitaines incriminés ne seront pas davantage inquiétés.

  • 19 A.D.P.D., 3 E 500/203, conseil du 22 avril 1563.
  • 20 A.D.P.D., 3 E 500/206, conseil du 27 juin 1766.
  • 21 Guillaume Majour,Apologie des chanoines de la cathédrale et des citoyens de la ville de Clermont c (...)

7Pour autant, les échevins clermontois comme les consuls riomois s’affirment bien comme les administrateurs catholiques de cités dont l’identité l’est tout autant. En 1563, après la paix d’Amboise, le conseil de ville clermontois s’interroge quant à l’opportunité pour ses représentants à l’assemblée régionale de plaider pour l’envoi d’une délégation vers le roi afin d’exempter l’Auvergne « de la réception des ministres ordonnez par son eedict mesmes en la ville d’Issoire, en considération de ce que ladicte ville ne les veut recepvoir, s’il plaise ainsi à sa magesté ». La délibération conclut qu’il est bon de s’en remettre à la décision qui sera prise lors de l’Assemblée des Bonnes Villes d’Auvergne mais insiste de nouveau sur le fait que la cité et ses administrateurs n’entendent « recepvoir aucun ministre de la nouvelle relligion ains contenir de vivre les habitans d’icelle au mesme reppoz, union et relligion qu’ilz ont faict par cy devant19 ». Si le corps de ville refuse de désigner les membres de la petite communauté de réformés qui vit dans la cité afin de ne pas briser l’union de celle-ci, il est pour lui encore plus inacceptable que ceux-ci se désignent d’eux-mêmes en allant ouvertement au prêche à Clermont ou dans la ville d’Issoire. De même, en 1566, l’échevinat et le chapitre collaborent pleinement pour lancer une grande offensive contre le protestantisme. Les échevins annoncent, par cri public, et non par annonce personnelle ou en désignant formellement des récipiendaires privilégiés au message, « que l’on obviera que aucunes assemblees se facent en la present ville et cité de Clermont pour faire presches ou autre exercice de religion nouvelle pretandue reformee » et interdit l’enseignement réformé donné par quelques femmes de la ville. De même, les protestants se voient interdits de « tenir estaulx ou bouticques ouvertes […] les jours de festes chomables commandees et ordonnees estre festees par l’esglize catholicque romaine20 ». Dans le même temps, le chapitre orchestre une offensive de prédication massive : le conseil de ville soutient cette fois-ci le théologal Fournier en annonçant qu’il fait le catéchisme tous les mardis de midi à une heure dans la chapelle de Saint-Nicolas du cloître tandis que les chanoines envoient des missionnaires, en ville mais aussi dans les alentours de celle-ci pour prêcher la parole catholique, et surveillent la diffusion éventuelle de livres réformés21. Les consuls travaillent au maintien de la cohésion civique en veillant à supprimer de l’espace public les paroles, les gestes et les marques qui disent ouvertement l’existence d’une fracture confessionnelle, incarnent et matérialisent celle-ci alors que les élites politiques de la cité ont l’espoir que si on la tait, ou si l’on ne peut la dire de manière tangible, le pire n’adviendra peut-être pas. Le chapitre cherche à œuvrer contre ce qui fait l’essence du réformé : la construction de la foi. Les consuls ne sont pas sommés d’intervenir dans ce dernier domaine et de dire qui est ou non porteur de cette foi. Dans ces conditions, la collaboration est possible en dépit des tensions car le conseil et les échevins ne sont pas enjoints à sortir de la sphère de compétences qu’ils estiment être la leur.

  • 22 A.D.P.D., 3 E 500/214, conseil du 13 janvier 1574.
  • 23 Ibid., f°57r°.

8Avec les représentants de l’autorité monarchique, les conseils de ville cherchent le plus souvent à gagner du temps tout en témoignant de leur loyalisme le plus absolu. Bien souvent, les avertissements envoyés par Saint-Hérem ou d’autres personnes influentes de Basse-Auvergne ne suscitent que quelques remerciements envoyés à l’auteur des avertissements et la promesse « qu’on se tiendra le plus possible sur ses gardes pour obvier a toutes surprinses et que lesdicts sieurs eschevins et capittenes de ladicte ville donrront le meilleur ordre que faire se pourra a la garde d’icelle22 » sans qu’aucune mesure supplémentaire ne soit prise. Parfois, échevins clermontois ou consuls riomois prennent la précaution d’envoyer des espions vers les lieux mentionnés dans les alarmes pour vérifier les informations qui leur arrivent. Lorsque le danger extérieur devient plus important et les pressions des autorités plus fortes, les conseils de ville peuvent user de stratégies dilatoires plus élaborées. Ainsi, le consulat riomois est réuni le 11 juin 1568 car le président Dubourg et le gouverneur en appellent à la mise en défense de la ville. Des avertissements royaux alertent sur un passage du seigneur de Dandelot avec 700 à 800 chevaux en vue d’opérer une jonction avec les hommes du seigneur de Montrevel. Charles IX demande instamment aux autorités provinciales et municipales de se mettre en état de défense maximale et notamment « si ledict president et lesdictz consulz voient que ceulx de la nouvelle religion fissent samblant de s’enlever, mande ledict sieur gouverneur de les saisir et empescher qu’ilz ne sortent de ce pays23 ».

  • 24 Ibid.

9Sous l’autorité et la tutelle du président de la cour des Aides, les consuls doivent donc, le cas échéant, prendre la responsabilité de désigner comme protestants et d’emprisonner certains de leurs concitoyens. Considérablement ennuyés par cette éventualité, les consuls demandent « esdicts conseilhers sus nommez de leur conselher ce qu’ilz ont sur ce a faire pour le service de sadicte mageste et conserver la ville en son obeyssance comme elle a este tousjours24 ». Après ce rappel du loyalisme de la ville comme de l’autonomie de son conseil municipal, les délibérations mentionnent plusieurs mesures défensives notamment contre les protestants étrangers. Ostensiblement désireux de ne pas contrevenir aux volontés du gouverneur et du roi, les conseillers suggèrent aussi des mesures contre les réformés de la communauté riomoise :

  • 25 Ibid., f°57v° et 58r°.

de tant que ceulx de la nouvelle religion habitans de ceste ville font assemblees jour et nuict ordinairement, frequentans les estrangiers de ladicte nouvelle religion, lesdicts consulz, par aucthorité de justice, fairont publier a son de trompe et defandre a eulx tous de ne faire assemblees soient de jour ou de nuict ou pour quelque asfaire que ce soict en maisons ou rues en plus grand nombre que de troys sur les peines et suivant les lectres de sa magesté et dudict sieur gouverneur et pour ce faire, lesdicts consulz se retireront a justice25.

10Le conseil manifeste ostensiblement son respect du roi, du gouverneur et de l’institution judiciaire qui réside dans la ville et lui confère une part importante de son dynamisme et de son prestige. Pour cela, il donne tous les signes d’une volonté pleine et entière de collaborer avec cette dernière, y compris en restreignant les libertés des protestants locaux quand bien même l’éventualité d’un emprisonnement de ceux-ci n’est pas évoquée. Cette bonne volonté affichée n’est pour autant pas réellement suivie d’effets : la séance ne se tenant qu’en présence de sept conseillers de la ville en plus des consuls Ymbert et Soubrany, ces derniers

  • 26 Ibid., f°58r°.

n’ont vollu faire acte et resolution de consullat pour n’estre nombre susfizant mais requis en faire acte des advis des adcistans et sellon icelluy pourvoir pour la promptitude des affaires […] et ont proteste contre ceulx qui n’ont vollu venir au conseilh de tous perilz et dommaiges qui en pourront advenir26.

  • 27 Ibid., conseil du 15 juin 1568, f°58 et 59.

11Lors du consulat suivant, le mardi 15 juin 1568, l’affaire n’est même pas évoquée27. Elle ne l’est pas plus lors des consulats suivants. Une partie du conseil municipal a donc tout mis en œuvre pour gagner du temps face aux exigences du roi et de ses représentants.

12De même, durant un mois de février 1569 bien paisible en Auvergne malgré le déroulement de la troisième guerre civile, les échevins et leurs conseillers cherchent à calmer les choses lorsque Saint-Hérem exige un renforcement drastique des mesures de garde au regard des informations alarmantes qu’il prétend avoir sur les velléités réformées de prendre par surprise certaines villes de la province, dont la cité épiscopale. Celui-ci annonce notamment aux échevins

qu’il trouveroit bon que nul de ceulx de la relligion nouvelle pretendue reformee ayant porté les armes contre ladicte maiesté sortist hors de ladicte ville et qu’ilz se retirassent à l’heure de six de soir et ne sortissent que a l’heure de six de matin.

13Dubitatif quant à la réalité du danger évoqué, le conseil de ville accepte de retirer de la garde des murailles les réformés notoires mais n’accepte pas d’alarmer inutilement la population ou d’accroître les tensions au sein du corps social en mettant en vigueur des mesures stigmatisantes comme un couvre-feu pour les seuls réformés. Il est ainsi délibéré qu’on ne fera aucune sentinelle, ni tour de garde, ni ronde

  • 28 A.D.P.D., 3 E 500/208, conseil du 16 février 1569.

de tant que, gràces à dieu, les occasions ne se presentent et pour le regard de ceulx qui ont porté les armes contre ladicte maiesté, a esté advisé que de tant que la pluspart est desja a Montferrand pour raison de ladicte foyre, que pour le presant n’en sera decleree aucune chose. En ladicte foyre passee, lesdicts sieurs eschevins leur feront entendre le commandement de mondict seigneur de Sainct Herem et leur enjoindront d’icelluy entretenir et observer28.

14La foire de Montferrand sert ainsi diplomatiquement de prétexte pour neutraliser les velléités sécuritaires de Saint-Hérem sans pour autant lui opposer un refus frontal puisqu’il est bien stipulé que ses volontés seront mises en pratique si la situation le requiert toujours. Il est d’ailleurs précisé que les réformés seront informés de ce que la décision prise est la sienne et n’émane en rien d’une volonté propre du corps de ville. Les quelques jours de répit ainsi obtenus permettent effectivement de surseoir à ces mesures plus strictes durant quelques semaines.

  • 29 A.M.R., BB9, conseil du 17 janvier 1574, f°55r°.

15Une autre manière de gagner du temps réside dans le choix du registre ou de la liste devant servir d’outil pour désigner les réformés auvergnats contraints par des mesures coercitives. Avec les autorités civiles et judiciaires aussi se pose la question de la responsabilité endossée par l’institution qui élabore un tel instrument, couche un à un sur le papier les noms de ceux qui sont considérés comme suspects. Le dimanche 17 janvier 1574, suite à des rumeurs d’attaques imminentes des réformés contre les principales villes d’Auvergne, le consulat riomois est réuni pour statuer sur les lettres de Saint-Hérem exigeant des membres du siège présidial et des consuls « de se saisir de tous ceulx de la religion et suspectz et les mectre en prison sans leur fere mal29 ». L’assemblée décide de se tourner vers le procureur du roi :

  • 30 Ibid., f°55v°.

le priant et sommant de communicquer a messieurs du siege presidial le roolle qu’il a ou doibt avoir du nom et surnom de ceulx de la religion habitans de ceste ville pour les cognoistre, et executer par lesdicts seigneurs dudict siege presidial et procureur du roy le contenu en la lectre dudict sieur gouverneur asfin que a ladicte ville ne soict impute aulcune negligence de fere tout debvoir pour le service du roy comme elle a este tousjours et est encores asfectionnee au service de sa mageste30.

16S’il existe une liste des protestants riomois, elle n’est en aucun cas produite par les autorités de la ville mais par le représentant de l’autorité royale qui doit la fournir et assumer la désignation des personnes qui seront ensuite visées par les opérations d’arrestation. Tout juste, pour ne pas donner le sentiment de se défausser complètement sur le procureur du roi et sur la cour des Aides, le conseil consent-il à donner deux noms et de vagues indications : un certain Jehan Roche est présenté par certains membres de l’assistance « comme estant suspect de la religion, ainsi que aulcuns ont dict en ceste compaignie, ne doibt estre appele en guect ne en porte pour obvier a inconveniant ». Il est aussi considéré nécessaire

  • 31 Ibid., f°56r°.

qu’on doibt oster de sa charge Couchon Demuzat qui est de la religion et le mectre ailleurs en garde et neanlmoins, visiter le logis de monsieur Reynauld ou ledict Couchon mect ses bledz. Aussy sera vizite une autre maison ou y a ung canal dans terre respondant aux murailles de la ville comme il a este dict par aulcuns de ceste compaignie31.

17Le recours au procureur du roi permet ainsi au consulat riomois de gagner du temps, ce que ne goûtent guère les autres institutions : les consuls sont convoqués au siège présidial en présence du gouverneur, le 23 janvier, et sont sommés de se réunir de nouveau pour désigner les réformés riomois et exécuter les demandes faites. Assemblé le 25 janvier, le consulat montre des signes de division mais délibère à la majorité

  • 32 Ibid., conseil du 16 février 1574, f°63r°.

que pour le regard de ceulx de la relligion nouvelle, qu’il ne y scauroict bonnement oppigner que premier monsieur le gouverneur de ce pays n’eust faict responce a messieurs du siege presidial a la lectre que lesdicts seigneurs leur ont envoyee pour raison dudict faict, duquel sieur gouverneur ilz attendent la decleration et responce a ladicte lectre. Attendant laquelle responce, a este conclud par les susdicts adcistants excepte que par messieurs de la justice qui n’ont sur ce voullu oppigner ne bailler advis, que ladicte ville perciste au deliberatoire precedant faict sur la nomination desdicts de la nouvelle relligion32.

18Pour gagner du temps quant à l’emprisonnement d’une partie de leurs concitoyens tout en manifestant leur loyalisme vis-à-vis de la monarchie, les consuls semblent en appeler à la verticalité du pouvoir, à ses mécanismes et préséances. La défense est habile et fonctionne. Dans les semaines et mois qui suivent, plusieurs mesures visant les réformés sont prises sans qu’ils ne soient pour autant emprisonnés en nombre.

19À l’image du courroux manifesté par le gouverneur et les membres du siège présidial vis-à-vis du consulat riomois, ces manœuvres irritent les représentants royaux qui usent parfois de menaces à peines voilées. En juin 1572, ce sont les émissaires clermontois envoyés saluer le seigneur de Sarlan dès son arrivée à Clermont qui en sont l’objet. Celui-ci déclare « la bonne volonté que mondict sieur le premier porte a ladicte ville et aussi qu’il avoyt soupson sur quelques ungs d’icelledicte ville, disant qu’il ne treuvyt que ceulx qu’elle ne fut décorée de quelque bien que se presantoit ».

20Alarmés par une telle déclaration, les émissaires en réfèrent aux échevins qui convoquent en urgence un conseil. Ce dernier décide à l’unanimité d’envoyer auprès de Sarlan une délégation composée de tous les échevins et de leurs prédécesseurs

  • 33 A.D.P.D., 3 E 500/212, conseil du 13 juin 1572.

pour luy fere entendre que ladicte ville ne desire aultre chose que se gouverner en tous les afferes qui la concerneront et se presenteront pour la decoration et accroissement des aucthoritez d’icelle sellon son commandement et volonté, le suppliant de croyre qu’il n’y a habitant en ladicte ville qui ne soit fort affectionné pour le bien d’icelle et qu’il lui plaise n’avoir mauvaise oppinion d’aucuns desdicts habitans33.

21Si le conseil de ville tient bon et réaffirme la bonne fidélité civique de la ville, la réaction unanime et la constitution de la délégation suffisent à rendre compte de l’inquiétude suscitée par une telle déclaration : Sarlan est une pièce importante dans la partie d’échecs que se livrent par ailleurs Clermontois et Riomois.

22En effet, dès le consulat clermontois du 23 octobre 1563, il est annoncé

  • 34 A.D.P.D., 3 E 500/202, conseil du 23 octobre 1563.

que l’on a entendu que le Roy en son conseil privé estoit en délibération desmembrer le parlement de Paris et en ériger ung en Auvergne pour le soulagement de ses subgectz. Ce que messieurs de Riom poursuyvent de l’avoir pour la décoration de leur ville et augmentation d’icelle. Sur quoy a este delibere et conclud qu’il sera script a monseigneur le Maistre de Sarlan et icelluy supplyé, le cas advenant, en advertir ladicte ville et icelle avoir en recommandation comme estant douhée de tout ce qu’il appartient pour recevoir tel bien et pour la commodité de tout le pays34.

23Les élites économiques et politiques de la cité sont à l’affût pour accueillir une institution qui leur permettrait de consolider encore davantage leur domination politique. Mais les Riomois se lancent avec d’autant plus d’ardeur dans la bataille qu’un arbitrage envoyant le Parlement auvergnat à Clermont signifierait probablement, à court ou à moyen terme, un déménagement des institutions de leur cité vers la ville de Catherine de Médicis pour rationaliser les démarches judiciaires. En obtenant l’implantation du Parlement, les élites riomoises réussiraient en revanche un coup politique et économique majeur en devenant la capitale judiciaire incontestée de la province, capable de faire pièce aux ambitions clermontoises. Au sein des deux cités se construit donc une diplomatie intérieure à multiples canaux visant à faire progresser sa cause auprès du souverain et de son conseil privé. Dans ce jeu, monsieur de Sarlan est un des atouts-maîtres des Clermontois.

24C’est à l’aune de ce contexte régional qu’il convient également d’observer le positionnement adopté par les deux pouvoirs locaux et leurs différences d’approches. Lors des tensions du début de l’année 1574 évoquées ci-dessus, les consuls riomois demandent à ce que chaque étape de la procédure devant conduire à l’élaboration d’une liste nominative des protestants de leur ville soit respectée. C’est une manière de temporiser qui fonctionne, puisque les édiles locaux ne rédigent finalement pas cette liste, mais aussi un rappel de l’ordonnancement d’une mécanique judiciaire les avantageant dans la mesure où la cour des Aides sise dans leur ville y joue un rôle majeur. En plaidant pour le respect sourcilleux des formes, c’est l’expérience et la compétence des élites riomoises en matière juridique qui sont rappelées comme le caractère incontournable de leur ville dans ces matières.

  • 35 Jérémie Foa, « La ‘pacification de la paix’ ? La mission du Maréchal de Vieilleville à Clermont en (...)
  • 36 Ibid., p. 248-251.

25C’est cette crédibilité judiciaire que les Clermontois essaient de construire différemment en novembre 1570, devant les membres de la commission chargée de veiller à la bonne application de l’édit de Saint-Germain menée par le maréchal de Vieilleville35. La troisième guerre de religion conduit à un accroissement des tensions au sein de la cité dont l’acmé réside dans le meurtre du réformé Gilbert Douxsainct brûlé vif par la foule pour avoir, selon les dires des hommes rapidement emprisonnés par les échevins pour ces faits, jeté des pierres sur le saint-sacrement lors de la procession de la Fête-Dieu exaltant l’identité catholique de la ville de Clermont. Jérémie Foa souligne pourtant que, lors des audiences menées par le maréchal de Vieilleville et ses adjoints, les problèmes de coexistence confessionnelle ne sont pas au cœur des doléances présentées par les échevins. Désireux de montrer une ville sous contrôle, ils portent plutôt un ensemble de propositions, validées par l’assemblée des Bonnes Villes d’Auvergne, par lesquelles les édiles clermontois s’affirment partisans de la réforme… du système judiciaire provincial dont ils dressent la liste des dysfonctionnements constatés36. En se mettant en avant comme les thuriféraires d’une transformation nécessaire du système afin d’accéder à une justice royale plus efficace, les échevins plaident évidemment pour faire de Clermont l’épicentre de cette redéfinition judiciaire, et donc le lieu idoine pour installer le Parlement à venir.

26L’affirmation des prérogatives de police et justice clermontoises se fait parfois de manière plus frontale. En janvier 1574, des troupes catholiques remportent à Nonette une victoire qui leur permet de reprendre le château local et de faire prisonniers un certain nombre de protestants, dont certains sont clermontois. La ville dépêche immédiatement deux hommes, dont le substitut du procureur du roi et de la reine en la sénéchaussée de Clermont, Me Pol de Brion, pour lui faire entendre

  • 37 A.D.P.D., 3 E 500/215, f°14v°, conseil du 23 janvier 1574 et f°17r° et v°, conseil du 25 janvier 1 (...)

tout ce que est des deppandances de la jurisdiction de la presante ville et conservation d’icelle asfin que n’y soit faict aulcune entreprinse et mesmes pour le faict des prisonniers qui sont a Nonette, estans du ressort de la seneschaucee de la presante ville37.

  • 38 Gilles Rouchon, « Liste des protestants de Clermont (Auvergne) 1567-1574 », Revue d’Auvergne, 1921 (...)
  • 39 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°40v° et 41r°, conseil du 15 septembre 1569.

27Contrairement aux consuls riomois, les échevins ne croient pas à l’efficacité ou à la légitimité plus grande d’une liste émanant des institutions judiciaires. Ils finissent par céder aux injonctions du gouverneur en faisant élaborer une liste nominative de protestants38 par l’autorité politique urbaine mais ils cherchent absolument à en rester maîtres. Ainsi, le rôle des « suspectz de la religion » a été réalisé par les membres du conseil, signé par le secrétaire de ville et remis en mains propres aux échevins qui le conservent sous clé39. De même, lorsque cette liste est insérée dans un registre, le 30 janvier 1574, elle ne l’est pas à l’intérieur d’un registre de délibérations échevinales mais d’un autre où sont compilés les procès-verbaux des conseils de guerre réunissant un nombre de protagonistes plus restreint et dont le caractère est nettement plus officieux. Il est vraisemblable que ces derniers registres n’étaient pas alors conservés avec les délibérations de la ville pour éviter tout désagrément. Ainsi, même si un rôle des protestants existe, les échevins se portent garants de sa préservation et de son caractère confidentiel. Ils assument aussi lorsque cela conduit à des opérations de police. Dans un autre cahier conservant des délibérations du conseil de guerre clermontois, les présents à celui du 12 septembre 1569 décident ainsi que

  • 40 Ibid., f°34v°, conseil du 12 septembre 1569.

ceulx de la pretandue relligion nouvelle ayant porte les armes contre sa maiesté ne sortiront hors ladicte ville et que leurs maisons seront visitées promptement pour scavoir s’il y a quelques gens caches dedans icelles et quelles armes il y a. Le tout par commandement de monseigneur de St Herem et suyvant son advis, lequel sera supplié par lesdicts sieurs eschevins de leur bailher ung gentilhomme pour les accompagner faisant ladicte visite40.

28Un échevin est présent pour superviser ces opérations afin de bien marquer la compétence de la ville mais un gentilhomme est demandé afin de montrer que cette opération, relevant de la compétence des échevins, s’effectue à l’instigation de Saint-Hérem qui craint pour les principales villes de la province suite à la prise d’Aurillac.

29La liste constituée par le corps de ville n’est pas exhaustive et cette incomplétude même est mise en avant pour obtenir le calme. Alors que sont menées en ville les opérations évoquées précédemment, le conseil de guerre décide que

  • 41 Ibid., f°39v°, conseil du 14 septembre 1569.

les ampres nommes Ymbert Robin, monsieur l’esleu Currier, Jehan Veyron, Me Jehan Guerin, André La Mothe, Annet Robellot, Jehan Bastice, Pierre Bastice, Francoys Robert, Anthoine Anthoine, Me Guillaume Tournaire, Me Pons Vault, Me Jehan Parduis, Me Michel Noelas, Me Estienne La Ville, Jehan Pascal, Me Pierre Barzet, Michel Ceberet, monsieur l’esleu Ceberet seront admonestés par messieurs les eschevins chacun en sa paroisse avec leur cappitaine contenir modestement et sagement avec les habitans de ladicte ville sans tenir propoz seditieulx ou scandaleux sur peyne d’estre reputez suspectz et mis au nombre d’iceulx41.

  • 42 Ibid., f°38v° et 39r°.

30Néanmoins, le conseil de ville est contraint d’avoir recours aux autres institutions judiciaires au cours de cette semaine de tensions. Lorsqu’un cordonnier nommé Faveyrat est accusé d’avoir déclaré à Saint-Hérem en personne « qu’il n’y auroyt honneur qui le peult soustenir et vouloyt estre pugny corporellement », les membres du conseil de guerre refusent de recevoir l’accusateur principal et demandent que soient « pryé et requis messieurs de la justice de proceder contre ledict Faveyrat extraordinairement ainsi que le cas le requierra42 ». 

31Nommer l’adversaire confessionnel, le désigner formellement que ce soit lors d’une procédure, sur une liste ou un rôle est loin d’être un simple acte de police à visée interne. Parce qu’ils engagent la totalité de l’être visé et que cette désignation peut être rendue publique lors d’une opération de contrôle ou de saisie, démontrant le soupçon accru que l’on fait peser sur un individu ou un foyer, les documents qui s’y rattachent se trouvent au carrefour du religieux et du politique voire de l’éthique, ce qui explique la fréquente réticence des pouvoirs municipaux à les élaborer. Mais, parce que leur connaissance profonde de la ville qu’ils administrent en fait les plus à même de le faire alors que le pouvoir monarchique en a besoin en ces temps de crise où il cherche à approfondir son autorité, les édiles disposent ici d’un atout majeur dans la redéfinition en cours entre les différents niveaux de pouvoir. Cependant, échevins comme consuls ont bien conscience d’évoluer sur une ligne de crête car désigner formellement, nommément certains de ses administrés comme faisant partie des « suspectz de la nouvelle religion », ayant porté les armes contre le roi ou non, les expose à des restrictions de libertés et un affaiblissement économique proportionnels à la proximité et l’intensité des conflits mais peut aussi conduire les responsables de la cité à prendre des décisions très graves.

  • 43 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°40r°, conseil du 14 septembre 1569.
  • 44 A.D.P.D., 3 E 500/214, f°38r°, conseil du 16 janvier 1574.

32La mesure la plus fréquemment utilisée est l’éviction des hommes réformés de la garde de la ville et de ses murailles. Souvent temporaire, cette mesure de précaution a néanmoins un impact symbolique fort : elle désigne ostensiblement ceux en qui on peut avoir pleinement confiance ou non pour défendre les intérêts de la cité, ceux avec qui on est ou pas en sécurité. Ainsi, après la prise d’Aurillac en septembre 1569, les échevins utilisent immédiatement la liste en leur possession pour faire signaler aux personnes concernées qu’ils « ne seront employés aux gardes desdictes portes ne aultres asfaires ains seront tenus bailler homme capable en leur lieu »43. À la vexation et la stigmatisation de la mise à l’écart du corps civique s’ajoute celle de devoir désigner son remplaçant, celui qui est plus digne de confiance que soi-même. Souvent confrontés à des difficultés pour obtenir une garde de la ville rigoureuse, les édiles ne prennent pas ces mesures facilement car elles les conduisent à se priver potentiellement d’hommes qui exercent réellement leurs obligations. L’indignité personnelle peut même parfois être étendue à un groupe dont plusieurs membres seraient réformés comme lorsque les responsables clermontois décident de doubler la garde « a laquelle n’accistera aulcun laboureur »44. Les fouilles de maison supervisées par les autorités locales, les confiscations d’armes désignent aussi les personnes visées à la méfiance du reste de la population.

  • 45 A.M.R., BB8, f°101r°, consulat du 4 février 1569.

33La mise à l’écart du corps civique s’accompagne aussi, le plus souvent, de restrictions dans la liberté de circulation, notamment par l’instauration d’un couvre-feu auquel doivent se soumettre les personnes désignées. À Riom, en février 1569, il est acté que « l’on fera contenir en paix ceulx de la nouvelle religion habitans de ceste ville et qu’ilz ne alyent par la ville de nuict45 ». Quelques mois plus tard, à Clermont, les réformés sont sommés de

  • 46 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°39r°, conseil du 14 septembre 1569.

se retirer en leurs maisons, quelque occasion qui se présente […] et ne sortiront de leurs maisons qu’il ne seroyt l’heure de sept heure du matin et se retireront heure de cinq heure du soir pour le presant moys, sans aucune exception de personnes quant ausdicts suspectz soyt qu’ilz ayent faict leur Pasques ou non46.

  • 47 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°52r° et v°, conseil du 30 octobre 1569. Ussel est une ville de Corrèze si (...)

34Lorsque la situation devient vraiment critique ou intenable politiquement pour les élus de la cité face au gouverneur, ces privations de liberté peuvent se muer en emprisonnement. Ce basculement peut être très rapide. Le 30 octobre 1569, un conseil de défense restreint se réunit à Clermont pour statuer quant à l’avancée de Coligny qui s’acheminerait vers l’Auvergne avec 2000 cavaliers « et est ja à Ussel ». Il est convenu que « ceulx de la religion qui ont porté les armes contre le roy et aultres nommes a ung roolle mys es mains de Rasson seront […] fermes en leurs maisons47 ». Le soir même, un nouveau conseil est réuni et édicte plusieurs articles dont le premier énonce

  • 48 Ibid., f°54r° et v°.

que ceulx qui ont porté les armes seront restrainctz en prison ferme et les aultres qui n’ont porté les armes et qui sont escriptz au roolle ayant faictz profection de la religion demeureront fermés dans leurs maisons de jour et de nuict. Et seront lesdicts emprisonnez mis dans la tour de la monnoye. Des aultres qui n’ont porte les armes, leurs femmes qui sont catholiques sortiront a leurs affaires comme auparavant et non les aultres qui sont huguenotes ou suspectes. Ceulx de la religion seront désarmés et leurs armes mises en la maison de la ville48.

  • 49 Ibid., f°57r°, conseil du 31 octobre 1569.
  • 50 Ibid., f°73v° et 74r°, deuxième conseil tenu le 8 novembre 1569 à 20h.
  • 51 Jérémie Foa, « Les droits fragiles. L’insécurité juridique des huguenots au temps des guerres de R (...)

35Les conditions de l’emprisonnement font l’objet d’échanges entre le corps de ville et les réformés inscrits sur le rôle : ainsi, à la demande « de ceulx de la religion qui ont esté restrainctz en prison », il est convenu qu’il leur sera permis « d’avoir des litz et des vivres telz qu’ilz voudront a leur despens » et qu’ils seront gardés « de six hommes pour la nuict et s’ilz en veullent pour les servir, leur en sera bailhé a leurs despens49 ». Ce dialogue entre l’institution échevinale et les prisonniers n’est jamais rompu. Ainsi, une semaine plus tard, le conseil évoque des requêtes multiples présentées « par ceulx qui sont prisonniers dans la tour de la monnoye et prisons de la royne » mais aussi « ceulx qui sont prisonniers en leurs maisons » qui ont fait une autre requête écrite ainsi que « ceulx qui sont absentz et hors de ladicte ville estans prisonniers de la religion pour rentrer dans icelle50 ». Ce dialogue maintenu témoigne de ce que, comme les catholiques emprisonnés ailleurs, les réformés clermontois ne cessent d’être reconnus par leurs édiles comme des citoyens de la cité. Même si la libération leur est refusée au vu de la situation et que l’on réaffirme la nécessité d’enfermer à nouveau ceux qui auraient brisé le confinement chez eux, ces échanges sont les symboles du maintien d’un lien civique et de la possibilité de se voir reconnaître certains droits51. Une dizaine de jours plus tard, une nouvelle requête est présentée par les protestants emprisonnés

  • 52 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°79r°, conseil du 19 novembre 1569.

pour estre relaschés de prison en consideration de ce qu’ilz n’ont moyen de vivre, eulx estans detenuz prisonniers et sont la pluspart malades comme aussi ceulx qui sont dehors ausquelz a esté prohibé l’entree de ladicte ville, requerant leur estre permis d’y entrer52.

36Après trois semaines de détention, la situation sanitaire et pécuniaire des prisonniers semble s’être fortement dégradée. Sans exclure totalement une dramatisation à dessein pour obtenir l’élargissement souhaité, une dégradation progressive causée par une perte de moyens financiers est très possible dans la mesure où les deux listes dont nous disposons regroupent principalement des petits commerçants et des artisans pour lesquels cette désignation a aussi des conséquences économiques très fortes.

37La mise en guerre de la cité entraîne des coûts et des désagréments supplémentaires que l’on envisage parfois faire supporter par les petites communautés réformées locales. En 1569, c’est Saint-Hérem en personne qui propose que la solde des soldats qu’il souhaite voir lever « soit aux despens de ceulx de la nouvelle religion et que a ceste fin il obtiendra lectres ». Le consulat cherche plutôt à éviter la levée de troupes mais estime que, si le représentant du roi dans la province estime celle-ci nécessaire, « fault que ce soit aux despens de ceulx de la nouvelle religion » et l’encourage donc à demander des lettres à qui de droit. L’affaire doit néanmoins se traiter au niveau de l’assemblée provinciale des Bonnes Villes d’Auvergne où les voix protestantes se font davantage entendre grâce aux délégués de villes comme Saint-Pourçain ou Issoire. C’est ce qui conduit Saint-Hérem à essuyer un premier refus dans une ambiance tendue en mai 1569, lorsqu’il propose la levée de sept compagnies de soldats dont la solde pourrait être financée par les protestants auvergnats ainsi qu’il entend le demander à Monsieur. Afin que cette forme de financement soit adoptée par l’assemblée, Saint-Hérem souligne qu’il faudra en outre payer les vivres de ces compagnies. Imposer le financement de la soldatesque par les communautés protestantes auvergnates est donc présenté comme une forme de respiration pour les finances des treize villes présentes et leur plat-pays. En dépit du rejet de sa proposition, le gouverneur la réitère la semaine suivante. Les délégués de l’assemblée font, cette fois-ci, mine d’accepter tout ce que souhaite Saint-Hérem. Nommant même des hommes pour préparer avec lui la requête à présenter au frère du roi, ils soulignent dans le même mouvement « la difficulté qu’il y avoit à tenir l’estat des debiteurs » et demandent à leurs représentants auprès de Monsieur de souligner cette difficulté. Ce qui les conduit à préciser que

  • 53 Ibid., Assemblée du 9 juin 1569.

ou les deniers de ladicte augmentation de solde ne seroient portes par ceulx de la relligion et que, a cest effect, on ne pourroict obtenir lectres de mondict sieur frere du roy, qu’ilz (les deniers de la solde) seront portez et supportez par ledict tiers estat53.

38À l’échelle provinciale cette fois-ci, Saint-Hérem se voir donc opposer la difficulté à désigner les réformés comme argument majeur pour contrevenir à ses ordres. Objet de savoir et de pouvoir, la liste est un outil à double tranchant. Généralement demandée à des subalternes par les échelons supérieurs du pouvoir afin d’avoir une vue d’ensemble d’une situation, elle peut aussi s’avérer être un atout particulièrement efficient dans le jeu des autorités locales pour obtenir une considération politique plus forte.

  • 54 A.M.R., BB 8, f°131r° et v°., consulat du 8 juin 1569.

39Il n’y a donc pas d’imposition massive sur les protestants auvergnats durant les guerres civiles. De même, il ne semble pas que ceux-ci soient forcés d’accueillir en priorité les troupes de garnisons stationnant éventuellement au sein de la cité, comme l’envisage pourtant le consulat riomois en juin 156954. En revanche, réformés clermontois et riomois sont bien contraints de payer la solde de ceux qui les remplacent lors de la garde. Leurs armes mais aussi leurs biens peuvent être confisqués et utilisés au service de la collectivité le temps de leur confinement ou de leur emprisonnement comme à Clermont où le conseil de guerre décide que

  • 55 A.D.P.D., 3 E 500/209, conseil du mardi 1er novembre.

les armes et chevaulx de tous ceulx de la religion qui sont nommes et escriptz au roolle estant devers lesdicts eschevins seront prinses et saysyes et lesdictes armes mises en la maison de ceans et les chevaulx employes pour le service de la ville55.

40Surtout, les demandes de libération pour raisons économiques se multiplient à mesure que la durée de l’emprisonnement s’étire. En octobre 1569, les vendanges sont notamment au cœur des préoccupations de nombreux captifs et reclus, à Clermont comme à Riom où le consulat essaie de trouver un modus vivendi entre la fermeté que requiert le temps de guerre et la préservation des intérêts économiques de la cité en acceptant

  • 56 AM.R., BB 8, f°165r°, consulat du 2 octobre 1569.

que les femmes desdicts de la religion nouvelle sortent de ceste ville durand quinze jours pour faire leurs vendenges et baptre leurs bledz qui sont hors la ville, a la charge de ce remectre dans ladicte ville en l’estat qu’elles sont et de faire mectre leurs bledz et vin dans icelle et pour ce fere balheront caultion56.

41Du côté clermontois, le conseil de guerre arrête un règlement qui se veut plus ferme mais cherche néanmoins à maintenir un minimum économique vital pour les membres désignés de la communauté protestante également grâce aux femmes : celui-ci établit en effet que

  • 57 A.D.P.D., 3 E 500/209, deuxième conseil tenu le 30 octobre 1569, après souper.

que ceulx qui ont porté les armes seront restrainctz en prison ferme et les aultres, qui n’ont porté les armes et qui sont escriptz au roolle ayant faictz profection de la religion, demeureront fermés dans leurs maisons de jour et de nuict. Et seront lesdicts emprisonnez mis dans la tour de la monnoye Des aultres qui n’ont porte les armes, leurs femmes qui sont catholiques sortiront a leurs affaires comme auparavant et non les aultres qui sont huguenotes ou suspectes57.

  • 58 A.M.R., BB 8, f°171v°, consulat du 24 novembre 1569.
  • 59 A.D.P.D., 3 E 500/209, conseil du 23 septembre 1569.

42La qualité sociale des emprisonnés ne change pas forcément beaucoup à l’affaire : lorsque messieurs de Murat et Redonchat se retrouvent dans les geôles riomoises, ils s’adressent directement à leurs contacts du siège présidial pour être libérés afin « de pourveoir a leurs asferes et negociations ». La requête est directement transmise au consulat qui évoque la demande et son cheminement… mais oublie d’y apporter une réponse lors des délibérations58. Dans la cité épiscopale, lorsque messires Etienne Vachier, François et Jean Boudetz, mademoiselle de Reddon et Michel Esparvier demandent à être élargis pour vaquer à leurs affaires, l’échevinat les place devant un choix civique fort en leur répondant qu’en dépit de leur inscription « au roole des suspectz, ladicte ysseue de ladicte ville leur sera permise sans qu’ilz puissent plus reentrer en icelle pour quelque cause que se soyt jusques a tant que les troubles dureront et qu’il sera ordonné par ladicte ville »59. Plus aucune requête n’émanant de ces personnes durant la troisième guerre de religion, il est vraisemblable qu’elles aient fait le choix de l’exil temporaire.

43Au nom de la cohésion civique, ce sont parfois les corps de ville eux-mêmes qui prennent la décision d’exclure et de bannir un de leurs concitoyens. Lors de tous les épisodes de tensions, à Riom comme à Clermont, les étrangers sont systématiquement désignés en premier lieu comme les sources potentielles de danger contre la communauté civique et exclus en même temps que la garde des portes et des murailles est renforcée. Mais les conseils de ville décident parfois de prendre de telles mesures contre certains de leurs concitoyens au nom du bien commun. Ainsi, en septembre 1569, alors que les réformés clermontois doivent rester retirés chez eux entre cinq heures du soir et sept heures du matin, la garde a interpellé « ung habitant nommé Saulvat, lequel par cy devant a faict plusieurs actes contreres a la religion catholique ». Il est « chassé hors de ladicte ville sans y plus le recepvoir ». De même, il est statué

  • 60 Ibid., conseil du 12 septembre 1569.

que Annet de la Prarre, Maupré et Bouleye, habitans aux faulxbourgs, pour le mauvaiz rapport faict au presant conseil […] l’entree de ladicte ville leur sera desfendue et de tenir logis ne taverne a peyne d’amande, de pugnition corporelle et d’estre banys d’icelle ville60.

  • 61 Ibid., conseil du 15 septembre 1569.
  • 62 Ibid., conseil du 31 octobre 1569.

44Alors que la prise d’Aurillac par les réformés a accru le sentiment d’urgence et accéléré la constitution d’une liste à disposition des échevins clermontois, certaines questions socialement épineuses se posent : l’échevinat s’interroge ainsi longuement pour savoir ce qu’il convient de faire avec les domestiques d’éminents catholiques dont la foi serait moins affirmée que celle de leurs employeurs. Dans un premier temps, la distinction habituelle prévaut puisqu’il est décidé que « les maisons seront suyvies et les serviteurs suspectz et incogneuz chasses de la ville et aultrement pourveuz a ceulx qui demeureront au service de leurs maistres61 ». Cette tolérance est toutefois battue en brèche parfois : un serviteur du seigneur de Ravel, dénommé Blaize, est arrêté et emprisonné un mois et demi plus tard pour avoir « porté les armes contre le roi62 ». Lorsque le conseil de guerre décide de mettre un terme à l’emprisonnement des réformés locaux, au milieu du mois de novembre, il est statué que

  • 63 Ibid., conseil du 19 novembre 1569.

neanlmoingtz, pour le regard du serviteur de l’esleu Curier, sera chassé hors ladicte ville avec inhibitions de ne rentrer poinct dans ladicte ville et quant à Saulnat, luy sera signisfié comme, par ordonnance de ladicte ville, il est bany d’icelle et des appartenances avec inhibitions de ne se trouver a peyne du fouet et plus griefves peynes se fere se doibt63.

  • 64 A.D.P.D., 3 E 500/212, conseil du 16 janvier 1574.

45Certains cas sont régulièrement abordés par le conseil de ville à chaque période de conflictualité ou de tensions. C’est le cas de l’armurier Symon le gros. Désigné sur la liste clermontoise comme ayant porté les armes contre le roi en 1567, il compte à nouveau parmi les réformés faits prisonniers après les combats autour du château de Vasseil en janvier 1574. Les armes de son magasin sont alors saisies par la justice mais aucune décision n’est prise contre lui. Au contraire, les échevins clermontois s’estiment tributaires de son sort comme de celui des autres Clermontois pris dans cette attaque64. Lors de la cinquième guerre civile, alors que la situation nationale est plutôt favorable aux réformés et à leurs alliés, et que le vicomte de Turenne semble venir en Auvergne, sa situation est de nouveau évoquée par le seigneur de Fontenilles. Sollicité par les échevins pour prendre la tête de la défense de la ville en cette période difficile et venu leur faire un point sur la situation heurtée en Limousin, notamment la prise de Périgueux par les réformés, il

a pryé lesdicts comparans de permectre que Me Symon le gros, armeurier, lequel est arrivé seullement despuis deux jours, se puisse retirer en ladicte ville avec sa femme et familhe et y travailler comme il avoit de coustume, s’asseurant qu’il ne y adviendra aulcune faulte.

46Soucieux de plaire à celui qu’il estime le mieux à même de préserver la cité de toute offense, le conseil de ville le remercie des informations délivrées et l’assure que ses recommandations seront suivies mais répond sèchement que

  • 65 Ibid., conseil du 5 septembre 1575.

quant audict Symon le gros, armeurier, a esté resollu pour les raisons desduictes au presant conseil qu’il luy sera enjoinct de vuyder et sourtir hors ladicte ville a peyne de prison et aultres punitions qu’il apartiendra65.

  • 66 Ibid., conseil du 24 novembre 1575.
  • 67 Sur la reprise d’Issoire et les enjeux nationaux et locaux de ce siège, qu’il me soit permis de re (...)

47Capable de mobiliser d’importants soutiens, le banni ne s’avoue pas vaincu et continue les démarches pour réintégrer la cité épiscopale. Le mois suivant, le conseil de ville délibère sur une requête écrite déposée par celui-ci et l’enjoint de se pourvoir devant le sénéchal ou son lieutenant pour obtenir une décision66. Les relations ne s’améliorent pas entre le requérant et l’échevinat dans les mois qui suivent. En juin 1576, le concierge de la prison de Clermont, Anthoine Laporte demande « a ce qu’il plaise a la ville luy payer le geolage et droict de garde de Symon le gros, armeurier, demeuré ez prisons de la reyne il y a entour neuf moys soubz la garde dudict Laporte, ou les anticques eschevins l’annee derniere l’avoient faict conduire ». La somme de 7 livres 10 sols est accordée au concierge mais aucune discussion n’est évoquée quant à l’opportunité de le sortir de prison. Il y parvient néanmoins et réussit à se rendre à Issoire, dominée par les protestants depuis sa prise par le capitaine Merle et ses troupes le 15 octobre 1575. Alors que les troupes royales menées par le duc d’Anjou viennent mettre le siège devant la ville après la reprise et le pillage de La Charité67, c’est la femme de Symon le gros qui vient devant le conseil de ville pour tenter de faire le lien et présenter une requête afin de « luy permettre l’entree d’icelle pour y demeurer et resider comme elle faisoit auparavant que son mari retira en la ville d’Issoire ». Conscients qu’autoriser le retour de l’épouse rendrait bien plus difficile de s’opposer au retour du mari, le conseil répond sèchement

  • 68 A.D.P.D., 3 E 500/218, conseil du 5 mai 1577.

que l’entrée de ladicte ville luy sera interdicte et defandue et le semblable a tous aultres qui estoient dans ladicte ville d’Issoire auparavant la reprinse d’icelle et enjoinct a tous que pourroient estre venus en la presante ville de vuyder et sortir hors d’icelle soubz telle peynes, punitions et amandes qu’il apartiendra68.

  • 69 Julien Alerini, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie », Mélanges de la Casa de Velázqu (...)

48Encore plus dans des cités de petite taille comme celles de l’Auvergne du xvie siècle, la liste dressée se situe au carrefour d’enjeux politiques, économiques, sociaux et éthiques majeurs tant pour les élites urbaines au pouvoir que pour l’ensemble de la communauté. Accepter ou non d’en établir une, choisir les noms que l’on y couche et les vocables pour les désigner, se décider à y recourir ou la laisser dans un tiroir revient à questionner de manière répétée le niveau de consensus qui existe entre le pouvoir royal et ses représentants dans les provinces, les élites locales assumant les charges édilitaires, les membres du clergé et l’ensemble de la communauté. De la même manière que la mise en liste des dommages causés par la guerre en Savoie ne répond pas uniquement à une nécessité comptable de l’État mais s’inscrit également dans un rapport politique entre le duc, ses sujets et les cours souveraines69, faire celle de ses concitoyens réformés à l’intention des représentants du pouvoir royal constitue une forme de reconnaissance de la légitimité de l’autorité royale à connaître chaque recoin du territoire et des consciences locales. Longtemps habitués à une importante autonomie dont témoigne la pérennité remarquable de l’assemblée des Bonnes Villes d’Auvergne où leurs deux villes jouent un rôle essentiel, les édiles clermontois et riomois acceptent de se soumettre davantage à l’ordre royal mais cherchent à en obtenir un contre-don : un Parlement. Cela ne va cependant pas sans réticences car, même si quelques incidents surviennent, échevins et consuls parviennent sans trop de difficulté à assurer une gestion sereine de la coexistence confessionnelle et à maintenir l’ordre social entre la majorité catholique de leurs concitoyens et la minorité réformée. Garants de la cohésion civique dans des villes de quelques milliers d’individus où l’interconnaissance est forte, la liste qu’on leur demande de constituer ne leur apparaît pas comme un outil de contrôle utile pour ramener le calme mais comme la formalisation crue d’un dissensus au sein de la cité. Ils se montrent extrêmement réticents à désigner des hommes et des femmes connus de tous comme des individus en qui il n’est pas possible d’avoir civiquement foi en raison de leurs croyances religieuses. L’utilisation de ces listes n’intervient d’ailleurs jamais suite à des événements survenus à l’intérieur des murs de ces deux cités mais bien lorsque le fracas du monde extérieur se fait plus fort notamment lorsque des villes comme Aurillac ou Le Puy tombent aux mains des protestants. Pour ceux dont le nom est couché dessus, l’existence d’une telle liste signifie une aggravation toujours possible des mesures préventives de sécurité décidées par les conseils de ville pouvant aller jusqu’à un bannissement temporaire ou définitif.

Haut de page

Notes

1 Grégorio Salinero et Christine Lebeau, Pour faire une histoire des listes, Mélanges de la Casa de Velázquez, 2014, 44-2, p. 9-13.

2 Jack Goody, Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La dispute, 2007.

3 Chrystel Bernat, Hubert Bost (dir.), Énoncer/dénoncer l’autre. Discours et représentations du différend confessionnel à l’époque moderne, Turnhout, Brepols, 2012, p. 5.

4 Pour Mark W. Konnert, cette intensité accrue des relations interpersonnelles est une des raisons expliquant le moindre recours aux violences collectives dans les petites villes. Avant d’être un protestant, l’Autre confessionnel y est un voisin, un collègue, un compagnon de fête ou de jeu. Cf. M. Konnert, « La tolérance religieuse en Europe aux xvie et xviie siècles. Une approche issue de la psychologie sociale et de la sociologie », dans Thierry Wanegffelen (dir.), De Michel de l’Hospital à l’Édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002, p. 97-113.

5 André-Georges Manry, Histoire de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Éditions Volcans, 1975.

6 Josiane Teyssot, Riom 1212-1557. Capitale et Bonne Ville d’Auvergne, Nonette, Créer, 1999. Pour l’estimation de la population riomoise au début du xvie siècle, voir p. 284-285.

7 Archives Départementales du Puy-de-Dôme (désormais A.D.P.D.), 3 E 500/202, conseil du 31 mai 1562.

8 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au xvie siècle, Paris, Le Seuil, 1997, p. 122-132 ; Id., « Peace must come from us : Friendships Pacts between the confessions during the Wars of Religion » dans Ruth Whelan, Carol Baxter (éd.), The Edict of Nantes and its Implications in France, Britain and Ireland, Dublin, Four Courts Press, 2003, p. 92-103. Le dossier des pactes d’amitié a été repris et approfondi par Jérémie Foa, « Quelques mots d’amour entre catholiques et protestants du Sud-Ouest au temps des guerres de Religion », Moreana, 2008, n°173, p. 29-40 ; Id., « Retour à Lectoure », dans Fabien Salesse (éd.), Le bon historien sait faire parler les silences. Hommages à Thierry Wanegffelen, Toulouse, Méridiennes, 2012, p. 331-358 ; Id., « Protestants et catholiques n’ont-ils rien en commun ? Politisations ordinaires au temps des guerres civiles de Religion », Politix, 2017, n°119, p. 31-51.

9 Archives Municipales de Riom (Désormais A.M.R.), BB9, consulat du lundi 25 janvier 1574, f°62r°. Les consuls ont été convoqués le 23 janvier au siège présidial pour s’entendre lire des lettres du gouverneur Saint-Hérem portant ses exigences quant à la mise en défense de la ville et au soutien financier à apporter à la guerre.

10 Jean-Eric Iung, « Le poids des guerres de Religion en Basse-Auvergne : la nourriture des troupes royales de 1567 à 1588 », dans Mélanges offerts à Pierre-François Fournier à l’occasion de son centième anniversaire, Clermont-Ferrand, 1985, p. 83-111.

11 Sur la façon d’aborder les délibérations d’assemblées politiques : Caroline Fargeix, Les élites lyonnaises du xve siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon, d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Boccard, 2007. Lire aussi Fabrice Micallef, « Guerre civile et épreuve délibérative. Les assemblées provençales au début des troubles de la Ligue (1585-1588) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2015, n° 62-1, p. 127-146.

12 Composée de treize villes disposées sur l’axe central de la province, le long de l’Allier, l’assemblée des Bonnes Villes d’Auvergne représente le tiers état depuis le xive siècle. Contrairement aux états provinciaux, elle a su conserver au xvisiècle une vitalité attestée par la fréquence de ses convocations. Sur son rôle d’intermédiaire incontournable entre les villes et la monarchie, notamment sur les questions de fiscalité ou de défense, on se reportera avec profit à la thèse de Jean-Pierre Livet, L’assemblée des Bonnes Villes d’Auvergne : pouvoir local et pouvoir central (1552-1594), Thèse de doctorat de l’université Aix-Marseille I dirigée par Gabriel Audisio, 3 vol., 2003.

13 A.M.R., BB9, consulat du 16 février 1574, f°74r°.

14 A.M.R., BB9, consulat du 19 février 1574, f°79v° et 80r°.

15 Ambroise Tardieu, Histoire de la ville de Clermont-Ferrand, Moulins, 1870, p. 75.

16 A.D.P.D., 3 E 500/206, conseil du 6 juillet 1566.

17 A.D.P.D., 3 E 500/217, conseil du 4 mai 1577.

18 Ibid.

19 A.D.P.D., 3 E 500/203, conseil du 22 avril 1563.

20 A.D.P.D., 3 E 500/206, conseil du 27 juin 1766.

21 Guillaume Majour, Apologie des chanoines de la cathédrale et des citoyens de la ville de Clermont contre les nouveaux egaremens de M. l’Abbé Fayet, par Guillaume Majour, prêtre, docteur de Sorbonne et chanoine de l’Église de Clermont, Clermont, P. Boutaudon, 1713, p. 238 et suivantes.

22 A.D.P.D., 3 E 500/214, conseil du 13 janvier 1574.

23 Ibid., f°57r°.

24 Ibid.

25 Ibid., f°57v° et 58r°.

26 Ibid., f°58r°.

27 Ibid., conseil du 15 juin 1568, f°58 et 59.

28 A.D.P.D., 3 E 500/208, conseil du 16 février 1569.

29 A.M.R., BB9, conseil du 17 janvier 1574, f°55r°.

30 Ibid., f°55v°.

31 Ibid., f°56r°.

32 Ibid., conseil du 16 février 1574, f°63r°.

33 A.D.P.D., 3 E 500/212, conseil du 13 juin 1572.

34 A.D.P.D., 3 E 500/202, conseil du 23 octobre 1563.

35 Jérémie Foa, « La ‘pacification de la paix’ ? La mission du Maréchal de Vieilleville à Clermont en Auvergne (1570) », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, 2005, vol. 151, p. 231-264.

36 Ibid., p. 248-251.

37 A.D.P.D., 3 E 500/215, f°14v°, conseil du 23 janvier 1574 et f°17r° et v°, conseil du 25 janvier 1574.

38 Gilles Rouchon, « Liste des protestants de Clermont (Auvergne) 1567-1574 », Revue d’Auvergne, 1921, t. XXXVIII, p. 145-158.

39 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°40v° et 41r°, conseil du 15 septembre 1569.

40 Ibid., f°34v°, conseil du 12 septembre 1569.

41 Ibid., f°39v°, conseil du 14 septembre 1569.

42 Ibid., f°38v° et 39r°.

43 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°40r°, conseil du 14 septembre 1569.

44 A.D.P.D., 3 E 500/214, f°38r°, conseil du 16 janvier 1574.

45 A.M.R., BB8, f°101r°, consulat du 4 février 1569.

46 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°39r°, conseil du 14 septembre 1569.

47 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°52r° et v°, conseil du 30 octobre 1569. Ussel est une ville de Corrèze située à une centaine de kilomètres de Clermont.

48 Ibid., f°54r° et v°.

49 Ibid., f°57r°, conseil du 31 octobre 1569.

50 Ibid., f°73v° et 74r°, deuxième conseil tenu le 8 novembre 1569 à 20h.

51 Jérémie Foa, « Les droits fragiles. L’insécurité juridique des huguenots au temps des guerres de Religion », Revue d’histoire moderne & contemporaine 2017, n° 64-2, p. 93-108.

52 A.D.P.D., 3 E 500/209, f°79r°, conseil du 19 novembre 1569.

53 Ibid., Assemblée du 9 juin 1569.

54 A.M.R., BB 8, f°131r° et v°., consulat du 8 juin 1569.

55 A.D.P.D., 3 E 500/209, conseil du mardi 1er novembre.

56 AM.R., BB 8, f°165r°, consulat du 2 octobre 1569.

57 A.D.P.D., 3 E 500/209, deuxième conseil tenu le 30 octobre 1569, après souper.

58 A.M.R., BB 8, f°171v°, consulat du 24 novembre 1569.

59 A.D.P.D., 3 E 500/209, conseil du 23 septembre 1569.

60 Ibid., conseil du 12 septembre 1569.

61 Ibid., conseil du 15 septembre 1569.

62 Ibid., conseil du 31 octobre 1569.

63 Ibid., conseil du 19 novembre 1569.

64 A.D.P.D., 3 E 500/212, conseil du 16 janvier 1574.

65 Ibid., conseil du 5 septembre 1575.

66 Ibid., conseil du 24 novembre 1575.

67 Sur la reprise d’Issoire et les enjeux nationaux et locaux de ce siège, qu’il me soit permis de renvoyer à Fabien Salesse, « Un châtiment instrumentalisé ? La reprise d’Issoire par les troupes royales en 1577 » dans Patrick Gilli et Jean-Pierre Guilhembet (dir.), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne), Turnhout, Brepols, 2012, p. 373-386.

68 A.D.P.D., 3 E 500/218, conseil du 5 mai 1577.

69 Julien Alerini, « Mettre en liste les foules de guerre en Savoie », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2014, 44-2, p. 119-137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Salesse, « « Ceulx de la nouvelle oppinion » : enjeux et conséquences de la désignation des protestants durant la première partie des guerres de Religion en Basse-Auvergne (1562-1577) »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 5-30.

Référence électronique

Fabien Salesse, « « Ceulx de la nouvelle oppinion » : enjeux et conséquences de la désignation des protestants durant la première partie des guerres de Religion en Basse-Auvergne (1562-1577) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7644

Haut de page

Auteur

Fabien Salesse

LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search