Skip to navigation – Site map

HomeNuméros27Dossier bibliographiqueRecensionsPhilippe Castagnetti et Christia...

Dossier bibliographique
Recensions

Philippe Castagnetti et Christian Renoux, dir., Culture et société au miroir des procès de canonisation (xvie-xxe siècle)

Bernard Hours
p. 209-215
Bibliographical reference

Philippe Castagnetti et Christian Renoux, dir., Culture et société au miroir des procès de canonisation (xvie-xxe siècle), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2016, 194 p., ISBN : 978-28-62726-86-1.

Full text

1Ce volume composé de huit contributions se présente comme la première étape d’un projet de recherche sur l’étude de la sainteté aux époques moderne et contemporaine grâce aux procès de canonisation. Dans l’introduction, Ph. Castagnetti met en évidence un déficit historiographique par comparaison avec la période médiévale. Il concerne d’abord la méthodologie générale relative à l’exploitation de cette source, peut-être imputable en partie à la transformation des procédures depuis la création de la Congrégation des Rites en 1588 jusqu’au célèbre traité De servorum Dei beatificatione (1734-1738) du futur Benoît XIV, et à la durée des procès qui enjambent fréquemment ces modifications successives. Par ailleurs, la normalisation des enquêtes en vue de la reconnaissance de l’héroïcité des vertus, première condition de l’issue positive d’un procès, tend à noyer les informations dans une représentation préformatée. Elle a souvent suscité la méfiance vis-à-vis d’un discours aussi biaisé. Ici encore, A. Burkardt (« Des mentalités immuables ? ») souligne que les témoins sont choisis d’abord selon des critères d’honorabilité, que le contenu transcrit de leur déposition ne reflète pas fidèlement leurs propos et fait silence sur ce qui n’est pas directement utile à la cause, que la rédaction des positiones passe par un travail de nettoyage et d’homogénéisation : on ne verra jamais apparaître les pratiques médico-magiques, ce que contredit la contribution de G. Fiume (« Canonisation et piété populaire ») à propos de Benoît le More. Ph. Castagnetti, après avoir dressé un bilan historiographique (éclairé par une très utile bibliographie dans laquelle l’Italie se taille la part du lion), définit les enjeux d’une recherche de plus longue haleine. Il est relayé par la contribution de M. Caffiero (« Sainteté et conversions ») dont les premières pages lui font écho : le procès de canonisation est ainsi érigé en « source polymorphe pour l’histoire des sociétés et des cultures marquées par le christianisme », presque un objet d’histoire totale : non seulement histoire religieuse, mais également histoire politique, culturelle, sociale. Il est défini comme « fait social total » en tant qu’il suppose une mobilisation d’acteurs nombreux aux rôles et aux positions diverses, une interaction avec les autorités institutionnelles, l’inscription dans un contexte politique et culturel au sens large, la mise en discours et la représentation de sensibilités spirituelles et de dévotions.

2Quelques thèmes principaux se dégagent. En premier lieu, la question des sources. J.-Ph. Plez (« Canonisation et production documentaire ») présente méthodiquement la composition d’un corpus documentaire « océanique » à l’époque contemporaine, à partir d’une enquête portant sur les 19 diocèses des provinces de Reims, Poitiers et Tours : lieux de conservations et difficultés plus ou moins grandes d’accès (diocèses, congrégations religieuses, Vatican) ; typologie des documents dans les archives diocésaines (suppliques adressées à l’évêque et lettres postulatoires pour l’introduction de la cause en cour de Rome permettent de reconstituer son contexte initial, à la fois spirituel, politique et social ; le procès diocésain qui comprend toutes les informations nécessaires à l’évêque pour forger son opinion : témoignages, biographies, écrits du candidat à la sainteté), à l’Archivio segreto (les positiones présentent l’historique et les sources de la cause, compilent toute l’information en fonction des critères canoniques, mais aussi, depuis le xixe siècle, de la critique historique, intègrent également les doutes ou animadversiones du promoteur de la foi et les responsiones du rapporteur de la cause ; le summarium peut donner une transcription partielle des sources mais tend à n’être qu’un condensé critique avec renvoi aux documents).

3En deuxième lieu, la chronologie de la codification et des instances qui la produisent. Ph. Castagnetti, G. Fiume et Ch. Renoux (« La mystique dans les procès de canonisation ») retracent à grands traits les étapes de l’histoire de la canonisation, marquée par le triomphe progressif de l’autorité romaine sur celle des évêques. Pendant longtemps, la reconnaissance d’un culte a relevé de la compétence de ces derniers. Elle consistait à valider la dévotion aux reliques d’une personne morte en odeur de sainteté. À la fin du xe siècle, les papes prennent l’habitude de demander aux évêques qui sollicitent la confirmation de nouveaux cultes, d’effectuer une enquête attestant de la sainteté du candidat. Au xie siècle, s’installe l’habitude d’effectuer des enquêtes diocésaines sur les miracles, tandis que « canoniser » prend le sens d’inscrire un nom sur la liste des saints selon les règles de l’Église romaine. Au xiie siècle, se généralisent les enquêtes sur les vertus. Au xiiie siècle, la procédure est en place : l’enquête diocésaine sous l’autorité de l’ordinaire aboutit à la rédaction d’un procès qui est envoyé à Rome où il est examiné (révision) par les cardinaux de la Curie, afin d’éclairer la décision finale qui revient au pape. À partir de la canonisation de François de Paule en 1519, ces deux étapes se clarifient et se stabilisent en même temps que la procédure se complexifie : le procès diocésain et sa révision curiale aboutissent désormais à la simple béatification par reconnaissance de l’héroïcité des vertus et de miracles post mortem. La canonisation intervient à l’issue d’un nouveau procès sur la reconnaissance de nouveaux miracles, l’héroïcité des vertus étant définitivement acquise par la béatification. 1588 marque un tournant avec la création de la congrégation des Rites par la bulle Immensa aeterni Dei : les canonisations reprennent après une interruption d’une soixantaine d’années. Les compétences ne sont cependant pas clairement séparées entre les congrégations de l’Inquisition et des Rites : l’assesseur de la première est consulteur né de la deuxième, et jusque vers 1618, l’Inquisition s’occupe des cas de sainteté simulée et des cultes non autorisés (G. Fiume). Une troisième période, celle d’un « rythme de croisière » de la procédure, court du pontificat d’Urbain VIII à celui de Benoît XIV. La codification urbanienne joue un rôle central en affirmant le principe de la réserve pontificale. Le bref de 1634 impose pour toute cause un procès de non-culte sauf pour les cultes antérieurs à 1534, un délai de 50 ans après la mort du candidat pour l’introduction de sa cause, l’autorisation pontificale pour l’ouverture de tout procès. Les critères d’introduction d’une cause sont fixés : pureté de la doctrine, existence d’une réputation de sainteté et de miracles, absence de culte indu. Urbain VIII impose également la révision des écrits (cette dernière étant préalable à l’ouverture des procès apostoliques à partir de 1631) et autorise le rassemblement des marques de dévotion en un lieu à l’écart du tombeau. Le procès ordinaire est désormais suivi de deux procès apostoliques (in genere et in specie) qui se déroulent dans le diocèse du décès du candidat. Il revient à la congrégation des Rites de valider chaque procédure, au cours d’un débat contradictoire entre le promoteur de la foi (anidmaversiones) et les avocats de la cause (responsiones). Il y a donc cinq révisions : procès ordinaire, procès apostoliques, procès sur le non-culte, procès sur les écrits, procès sur les miracles. En cas de validation, béatification et canonisation sont prononcées en consistoire. Le modèle lambertinien, consacré par le code de droit canon de 1917, sous-tend la quatrième période qui dure jusqu’à Pie X. La dernière étape, jusqu’au pontificat de Jean-Paul II et la refonte du code de droit canon en 1983, est marquée par la disparition de la congrégation des Rites et la création en 1969 de la congrégation pour la cause des saints.

4Ph. Castagnetti (« Canonisation et expertise ») présente l’apparition des témoins ex officio à partir de la réforme de la procédure impulsée par Lambertini. Dans son traité, il ne leur avait pas consacré un développement spécifique qui aurait explicité leur statut et leur rôle, mais il les évoquait comme des témoins à la compétence utile à l’établissement des miracles et de la réputation, en donnant pour exemple les médecins et les historiens. Puis la pratique les a fait émerger comme une catégorie spécifique : ils sont identifiés en tant que tels dans les listes de témoins données dans les informationes à partir de 1740, avec quelques caractéristiques spécifiques : très minoritaires, peu impliqués dans le processus de canonisation et extérieurs au monde ecclésiastique, ils apparaissent plutôt comme des observateurs extérieurs et objectifs requis pour un jugement ponctuel. On peut donc y voir à juste titre les ancêtres des periti (experts) dont le statut est confirmé au xxe siècle, depuis la création de la section historique de la congrégation des Rites par Pie XI en 1930 jusqu’à la constitution Divinus perfectionis magister de Jean-Paul II en 1983.

5Troisième thème, la chronologie des canonisations. Les xixe et xxe siècles se signalent par l’abondance croissante des causes : pour la seule France, 220 sont instruites entre la Révolution française et 2005 (J.-Ph. Plez). B. Peyrous (« Canonisation et pastorale ») montre la spectaculaire augmentation tout au long du siècle dernier : de 152 causes en cours en 1850 à 764 en 1941, environ 1200 en 1962 et 2000 en 1999. Entre 2000 et 2007, 527 causes nouvelles ont été introduites. L’emballement de la courbe sous le pontificat de Jean-Paul II est bien connu : 482 canonisations, plus de 1300 béatifications. Si le phénomène concerne désormais tous les continents, la prédominance de l’Europe, et plus particulièrement de l’Italie, de la France et de l’Espagne persiste. De même, les congrégations demeurent les principales fabriques de sainteté, même si le xxe siècle promeut désormais des laïcs et notamment des couples mariés sur les autels. S’il propose des explications au succès d’une cause (conformité aux modèles promus par Rome, appui du Saint-Siège toutefois limité à peu de cas, influence du contexte politique), B. Peyrous ne risque aucune interprétation générale de cette inflation spectaculaire.

6Quatrième thème : l’importance décisive de la réputation de sainteté et l’action de la « base ». L’exemple de Benoît le More (G. Fiume) en fournit une excellente illustration : pour sa canonisation se mobilisent le ministre général et le protecteur de son ordre, deux archevêques successifs de Palerme, la dévotion populaire et notamment un marchand qui prend l’initiative de faire placer son corps dans une châsse et de réunir les témoignages. Alors que la procédure est interrompue par le délai de 50 ans post mortem imposé par Urbain VIII, le Sénat de Palerme déclare Benoît patron de la ville en 1652. La dévotion à Benoît est une aide puissante à l’évangélisation des esclaves noirs d’Amérique latine, comme le constate le procès rouvert en 1715 : il s’agit là d’un casus exceptus puisque l’existence d’un culte public n’est pas considérée comme une entrave à la béatification prononcée par Benoît XIV en 1743. De même, S. Spanò Martinelli (« Canonisation et identité citadine ») montre comment la ville de Bologne travaille à son panthéon : Paoletti (Archiepiscopale bononiense, 1594) donne une première liste des saints de la ville (6 martyrs, 13 confesseurs, 14 bienheureux et 13 bienheureuses) mais la cité soutient encore plusieurs causes à l’époque moderne, dont une au moins aboutit, celle de la clarisse Caterina Vigri, morte en 1463, dont le procès est ouvert après 1586 et aboutit à la cérémonie de canonisation en 1712. La ville entretient son panthéon identitaire pour mieux se vivre comme communauté de salut. Ph. Castagnetti rappelle encore le cas de Rose de Lima, symbole du créolisme et du Nouveau Monde chrétien, pour la canonisation de laquelle, en 1671, se sont mobilisées les élites péruviennes, en particulier la cour vice-royale.

7Enfin, même si l’héroïcité des vertus tend à devenir primordiale, le miracle reste au cœur de la canonisation : il est l’élément central de la réputation de sainteté de Benoît le More (G. Fiume), tant par les guérisons opérées de son vivant que par celles obtenues grâce à ses reliques. La contribution d’A. Burkardt montre la perméabilité de la procédure à l’esprit du temps, à propos du cas de Vincent de Paul, en comparant la place qu’il tient dans le procès de l’ordinaire tenu en 1705-1706 et dans l’enquête sur les miracles réalisée en 1731-1733 alors que la béatification a déjà été prononcée en 1729, sur la seule héroïcité des vertus. Outre l’évolution des miracles évoqués (moins de protections et quasi disparition des assistances spirituelles, prédominance des maladies externes sur les maux internes, spécialisation du public miraculé avec prédominance des enfants), il relève une évolution du discours dans la définition du miracle (peu évoqué par les élites, il n’est pas massif dans les témoignages issus des milieux populaires), dans la description du mal guéri (plus de facilité à expliquer le mal par des causes naturelles que par des « diableries » et des superstitions, description moins spectaculaire et plus objective des maladies), dans le récit de la guérison qui est dédramatisé, dépourvu désormais de crise préalable, du fait même de l’élimination des causes surnaturelles de la maladie telles que les possessions. Autre trait, qui n’est peut-être pas sans rapport a contrario avec le courant janséniste convulsionnaire qui se développe au moment de la deuxième enquête : le groupe des jeunes femmes célibataires n’est pas le plus nombreux. Le miracle constitue encore le cœur de la contribution de M. Caffiero, mais il s’agit dans ce cas de miracles très spécifiques qui témoignent d’un aspect souvent négligé de la Contre-Réforme catholique : l’antijudaïsme. Dans la canonisation de Pie V, la conversion du juif Elia Corcos et de 300 de ses coreligionnaires du ghetto romain et dans celle de Philippe Neri, la conversion des quatre frères Corcos sont établies comme des miracles obtenus par les deux candidats, qui attestent de leur sainteté plus efficacement que d’autres. Le même antijudaïsme imprègne encore le procès de Benoît-Joseph Labre.

8Ce volume, si bref soit-il, propose donc une intéressante initiation à l’histoire des canonisations depuis le xvie siècle, sujet sur lequel il n’existe effectivement pas encore de synthèse générale en langue française.

Top of page

References

Bibliographical reference

Bernard Hours, “Philippe Castagnetti et Christian Renoux, dir., Culture et société au miroir des procès de canonisation (xvie-xxe siècle)Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 209-215.

Electronic reference

Bernard Hours, “Philippe Castagnetti et Christian Renoux, dir., Culture et société au miroir des procès de canonisation (xvie-xxe siècle)Chrétiens et sociétés [Online], 27 | 2020, Online since 19 March 2021, connection on 18 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7888; DOI: https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7888

Top of page

About the author

Bernard Hours

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search