Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier bibliographiqueRecensionsSylvie Daubresse, Conjurer la di...

Dossier bibliographique
Recensions

Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563)

Fabien Salesse
p. 220-223
Référence(s) :

Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563), Ceyzérieu, Champ Vallon, Collection Époques, 2020, 464 p, ISBN 979-10-26708-88-9.

Texte intégral

  • 1 Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005.
  • 2 Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la réforme (1555-1563 (...)
  • 3 Ibid., p. 9.

1Avec la rigueur et la précision qu’on lui connaît depuis sa thèse et la version publiée de celle-ci1, Sylvie Daubresse nous invite à s’immerger avec elle dans les archives du Parlement de Paris afin de mieux saisir l’esprit, la culture et les méthodes de travail des hommes composant cette institution ; mais aussi pour mieux appréhender la société et la montée des troubles qui l’agitent durant les années 1555-1563 auxquelles elle circonscrit son étude. Le choix de cette séquence chronologique lui permet de suivre trois phases totalement différentes : la politique de répression menée par Henri II jusqu’à sa mort accidentelle, la recherche de conciliation menée par la régente Catherine de Médicis en 1560 et 1561, puis l’éclatement de la guerre en mars 1562 et les effets de celle-ci. Grâce à un patient dépouillement des différents types de documents produits par le Parlement et à la recherche opiniâtre et couronnée de succès de certaines sources dont les historiens précédents regrettaient la perte, Sylvie Daubresse élabore près de 1320 fiches compilées dans une base de données lui permettant de suivre au mieux, sur la période donnée, le parcours des hommes et femmes poursuivis lors d’un procès criminel pour « fait de religion », terme plus neutre et utilisé bien davantage par les membres du Parlement que celui d’ « hérésie ». Ce corpus documentaire permet à l’historienne de bâtir « un projet de « micro-histoire temporelle »2 permettant de se rapprocher « des réalités et des enjeux essentiels auxquels est confronté un individu à une époque de dissension religieuse. Jusqu’où peut-on aller pour défendre ses convictions religieuses ? Le choix est-il uniquement entre soumission ou martyre ? »3 et de mieux comprendre les mécanismes de déclenchement de la première guerre civile.

  • 4 Ibid., p. 7.

2« Habemus legem » réplique le président Christophe de Thou au pasteur Macar, en 1558, lorsque celui-ci lui affirme qu’il aura à rendre compte des condamnations prononcées devant Dieu : appliquer la loi du roi est le principe cardinal d’une institution que Sylvie Daubresse n’hésite pas à qualifier de justice du roi car le Parlement de Paris « rend des arrêts au nom du roi, source de toute justice. Le Parlement représente le roi depuis que le souverain est de moins en moins présent à la cour si bien que cette dernière est conduite à rendre une justice à la fois déléguée et souveraine » 4. À travers de nombreux exemples, l’auteur montre que c’est la conscience de cet état de fait qui conduit ces magistrats à un travail de définition scrupuleux des charges pesant contre les prévenus et les termes qui les désignent afin de rendre les jugements les plus équilibrés possibles. Ainsi, au début de l’année 1559, le président Pierre Séguier signe un arrêt commuant en bannissement les peines capitales prononcées contre quatre prévenus accusés d’être des « sacramentaires » niant la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. Mû par un souci de précision juridique, Séguier n’est pas convaincu que les personnes déférées devant lui en appel et qui se bornent à refuser d’aller à la messe, puissent être désignés ainsi et tomber sous le coup de la peine capitale prévue pour eux. Ce n’est pas le moindre des mérites de l’auteur que de nous permettre par une analyse pointue de cas successifs de nous permettre de mieux saisir la méthode de travail et la philosophie de magistrats que le souci de rigueur pousse souvent à la mitigation des peines faute de preuves et non par complaisance envers les suspects de protestantisme qui leur sont déférés.

3Mais le temps de la justice n’est pas le temps de la politique royale ni celui de l’affrontement théologique. Désireux de réprimer très fermement et très rapidement l’hérésie, Henri II s’irrite à plusieurs reprises de la lenteur du traitement des affaires et de la modération des arrêts rendus. De même, lors d’une affaire concernant le marchand bourgeois Nicolas Croquet, Charles IX et Catherine de Médicis tentent d’intervenir à deux reprises contre les procédures intentées en accusant leurs magistrats d’aller contre leur politique de conciliation ! Dans les deux cas, les membres du Parlement persistent dans la voie qu’ils se sont tracés et se fient à leurs procédures. S’il y a dialogue permanent entre la monarchie et le principal organe de sa justice, les incompréhensions et les désaccords peuvent être grands. Grâce à l’exhumation de documents que l’on croyait perdus, Sylvie Daubresse éclaire magnifiquement un des épisodes les plus violents de l’histoire parlementaire : la mercuriale du 10 juin 1559 qui aboutit à l’arrestation de plusieurs parlementaires comme Anne de Bourg et Louis du Faur. En désaccord avec l’arrêt Séguier évoqué précédemment, le roi se rend à cette séance plénière où les magistrats se voient formellement rappeler leurs devoirs. Au delà de la question sacramentaire, c’est la politique religieuse d’Henri II qui est remise en cause par une partie des magistrats considérant que la définition de ce qu’est l’hérésie reste trop floue pour leur permettre de bien juger. Une part importante des conseillers considère aussi que la répression impitoyable n’est pas une solution efficace et qu’il serait plus expédient de convoquer un concile général réformant les abus de l’Église pour parvenir à retrouver l’unité religieuse. En effet, contrairement aux accusations des catholiques radicaux, ces magistrats ne sont pas mus par une vive sympathie pour les réformés : le scepticisme affiché par une partie de l’institution à l’égard de l’édit d’Amboise de mars 1560 le montre bien : si la clémence affirmée par le souverain est approuvée, celle-ci devrait avoir pour corollaire une forme de sévérité imposant néanmoins des pénitences voire une abjuration publique et une profession de foi catholique. Tout au long de ces sept années, l’auteur montre bien que le principal reproche fait à la monarchie par les parlementaires parisiens réside dans ses atermoiements, ses revirements voire ses reniements qui attisent l’inquiétude et la violence de catholiques de plus en plus inquiets, comme la confiance et le désir d’affirmation publique de protestants qui hésitent de moins en moins à organiser conventicules et à paraître armés. Tout cela met en difficulté des magistrats désireux avant tout de bien juger et d’éviter les troubles à l’ordre public, les désordres et la sédition plutôt que d’essayer de démasquer les convictions théologiques des prévenus.

  • 5 Ibid., p. 413.

4Pour autant, les parlementaires parisiens ne sont pas imperméables aux débats du temps et un groupe de partisans d’une répression sans ambages se forme autour du conseiller Louis Gayant, du procureur général Gilles Bourdin, des présidents François de Saint-André et Pierre Minard (qui meurt assassiné) quand les présidents Christophe de Thou ou Pierre Séguier incarnent le camp de la modération. Malgré ces désaccords internes, qui peuvent se transformer en déchirements allant jusqu’au procès entre Fichard et du Harlay, les hommes du Parlement cherchent à maintenir leur cap et leurs procédures mais leur « légalisme se trouve de plus en plus en déphasage avec une réalité qui ne veut pas s’encombrer de scrupules juridiques » 5.

  • 6 Ibid.

5Dans une troisième partie passionnante, Sylvie Daubresse nous montre ainsi des magistrats emportés dans la guerre civile mais refusant d’abandonner leur vocation à dire le droit et la loi. Avec plus ou moins de succès selon les cas étudiés, ils cherchent à « exercer une justice immuable afin de rétablir un minimum d’ordre pour que le pays ne sombre pas dans l’anarchie » 6. Comme avant la guerre civile et malgré les heurts et le manque de moyens humains, ils continuent à défendre les droits à la défense de l’accusé, le droit de propriété. On voit ainsi les protestants se saisir de plus en plus de la possibilité de récuser certains juges et la mise en exergue des droits accordés à l’accusé est extrêmement intéressante.

  • 7 Ibid., p. 321.

6Dans une dernière partie moins chronologique, l’historienne déploie de nouveau une multitude de cas concrets pour analyser l’activité judiciaire à travers la typologie des différentes peines prononcées et la sociologie des accusés. L’auteur montre notamment le rôle pondérateur du Parlement de Paris dans l’administration de la peine, pas seulement dans les cas pour « fait de religion », par rapport aux juridictions inférieures « proches du lieu de délit et de ses conséquences, directes et indirects, proches de la colère d’une famille, d’une population qui vit au plus près des faits, avec une tâche essentielle qui est d’assurer la paix publique »7. Mais cette modération bienvenue pour la plupart des accusés n’est pas toujours comprise en ces temps d’accentuation du conflit et le fait que les arrêts rendus ne soient pas motivés contribue souvent à accentuer la colère et le sentiment d’une justice laxiste.

7Avec une multitude d’études de cas qui constituent autant « d’éclats de vie », c’est finalement l’histoire de cette incompréhension de plus en plus grande entre les justiciables et l’institution judiciaire que nous livre ici Sylvie Daubresse. Elle nous permet également d’avoir une vue encore plus précise et concrète de la montée des violences et donne une ampleur nouvelle et bienvenue à la lecture d’événements connus comme l’affaire de la rue Saint-Jacques en 1557, les rassemblements au Pré-aux-clercs de 1558 ou le tumulte de l’église Saint-Médard en 1561.

8Ce livre clair et foisonnant sera aussi utile grâce à ses annexes de grande qualité, notamment un index des noms de personnes qui sera extrêmement précieux, au vu de la multitude d’individus passant dans les dossiers évoqués, pour tout chercheur poursuivant une recherche prosopographique le conduisant dans l’immense ressort de cette institution, représentant la moitié de la superficie du royaume et 8 à 9 millions de personnes.

Haut de page

Notes

1 Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005.

2 Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la réforme (1555-1563), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019, p. 11.

3 Ibid., p. 9.

4 Ibid., p. 7.

5 Ibid., p. 413.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 321.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Salesse, « Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563) »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 220-223.

Référence électronique

Fabien Salesse, « Sylvie Daubresse, Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7898 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7898

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search