Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier bibliographiqueRecensionsJean de Jésus-Marie, Le Paradis ...

Dossier bibliographique
Recensions

Jean de Jésus-Marie, Le Paradis de l'Oraison, contemplation et mortification

Bernard Hours
p. 224-225
Référence(s) :

Jean de Jésus-Marie, Le Paradis de l'Oraison, contemplation et mortification, traduction de Charles Joüye (1615), présentation, édition et annotation par Stéphane-Marie Morgain, Paris, Honoré Champion, 2017, 363 p., ISBN : 978-27-45331-39-7.

Texte intégral

1Jean de Jésus-Marie (Juan de San Pedro y Ustarroz), dit « le Calagurritain » en raison de sa naissance à Calahorra en 1564, demeure l'une des principales figures de la deuxième génération du Carmel thérésien. Formé au couvent de Pastrana dont Jean de la Croix lui-même avait été le premier maître des novices, il prononce ses vœux en 1583. En 1585, il passe à Gênes où le provincial Nicolas Doria entend renforcer le tout jeune couvent Sainte-Anne qui devient maison d'études. Il participe en 1593 au chapitre général de Crémone au cours duquel les Carmes déchaux sont érigés en un ordre distinct. La même année, il est nommé maître des novices à Gênes. Il y exerce la fonction jusqu'à la fin 1597 – début 1598, époque de son départ pour Rome où il fait partie du petit groupe chargé de la révision des Constitutions. Il y exerce également la fonction de maître des novices de 1601 à la fin 1606 – début 1607, puis de nouveau de 1608 à 1611, date de son élection comme préposé général de l'ordre. Il meurt au mois de mai 1615 un an après le terme de son généralat.

2Jean de Jésus-Marie a joué à plus d'un titre un rôle fondamental au cours de ces années charnières dans l'histoire des Carmes déchaux, dont les aspects majeurs sont bien soulignés par S.-M. Morgain dans sa brève présentation. Premier maître des novices de la future Congrégation d'Italie, dite de Saint-Élie, il est un passeur : il y infuse l'esprit du noviciat joannicrucien de Pastrana d'une part, la spiritualité thérésienne d'autre part. Son Instructio novitiorum et son Instructio magistri novitiorum sont adoptés par le septième chapitre général de 1623 comme textes de référence pour les noviciats et conserveront ce statut jusqu'à une époque récente. Enfin, il contribue puissamment à définir l’orientation missionnaire de l'ordre, comme en témoigne notamment la rédaction de l’Instructio missionum à la demande du chapitre général de 1605. Il demeure enfin un auteur prolixe, avec pas moins de soixante-dix-neuf traités de nature très variée.

3Parmi eux, la Schola di Oratione, Contemplatione, Morficatione delle Passioni & de altre materie principali della Dottrina spirituale, publiée à Gênes en 1611, dont la présente édition nous donne l'unique traduction française parue en 1615 à Paris chez Robert Foüet. Il est composé de treize traités de longueur variable, eux-mêmes articulés en « Notables », « Doutes », « Nombres » ou « Questions ». L'ensemble constitue un véritable manuel de l'oraison, à laquelle sont consacrés 9 des 13 traités. Il vise à en donner de manière efficace les fondements théologiques en s'appuyant particulièrement sur saint Thomas d'Aquin et saint Bonaventure, en puisant dans les œuvres de Thérèse d'Avila (Le chemin de perfection, Le Château intérieur, la Vie par elle-même) plutôt que de Jean de la Croix. Il entend aussi répondre à des questions concrètes telles que peuvent se les poser des novices. Il y expose l'oraison en six étapes (préparation, lecture, méditation, action de grâces, oblation, demande) omettant de manière surprenante celle de la contemplation, ce que S.-M. Morgain interprète comme le souci de mieux s'adapter à des novices en formation. Il est vrai que le ton général est celui de l'entretien et de la conversation, comme l'aurait un maître des novices avec ses jeunes religieux ou un directeur spirituel avec des laïcs, l'oraison leur étant tout autant destinée selon Jean de Jésus-Marie. Ce dernier répond par exemple à des questions très simples : « Que faut-il faire quand le sommeil nous travaille en l’oraison ? », ou encore « Que faut-il faire quant à l’oraison on voit que l’heure s’en va finir et qu’à cause des divertissements et négligences, on n’a rien fait de bon ? ». L’un des traités est consacré à l’un des thèmes les plus récurrents de la littérature spirituelle de cette période, notamment carmélitaine : la présence de Dieu. Sa lecture en sera d’autant plus utile que le Paradis a connu un grand succès et une influence certaine : outre celle présentée ici, 13 éditions en italien jusqu'en 1731, 5 en espagnol entre 1615 et...1960, une en portugais (1678), 6 en latin (1621-1772) et une en allemand (1762).

4Il faut souligner l'érudition du travail éditorial réalisé par S.-M. Morgain : outre la présentation de l'auteur et du texte, celui-ci est nourri d'un abondant apparat critique indiquant les références de Jean de Jésus-Marie et les variantes par rapport au texte italien original. Le volume comprend une liste exhaustive des éditions, une bibliographie signalant les autres œuvres de Jean de Jésus-Marie et les sources imprimées (carmélitaines et autres) utilisées pour cette édition, un glossaire, un index scripturaire. Au final, à la fois un excellent instrument de travail et un accès aisé à un texte important dans l'histoire de la spiritualité mystique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Jean de Jésus-Marie, Le Paradis de l'Oraison, contemplation et mortification »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 224-225.

Référence électronique

Bernard Hours, « Jean de Jésus-Marie, Le Paradis de l'Oraison, contemplation et mortification »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7903

Haut de page

Auteur

Bernard Hours

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Jean moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search