Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier bibliographiqueRecensionsMathilde Monge, Natalia Muchnik, ...

Dossier bibliographique
Recensions

Mathilde Monge, Natalia Muchnik, L’Europe des diasporas. xvie-xviiie siècles

Yves Krumenacker
p. 230-232
Référence(s) :

Mathilde Monge, Natalia Muchnik, L’Europe des diasporas. xvie-xviiie siècles, Paris, Puf, 2019, 550 p., ISBN : 978-2-13-079844-6.

Texte intégral

1Ce livre est très original en ce sens que chacune des diasporas de l’époque moderne a fait l’objet d’une littérature assez abondante, mais jamais dans une telle optique comparatiste. Et c’est ce qui fait une grande partie de son intérêt, car des mécanismes qu’on aurait pu croire liés à l’une ou l’autre des diasporas apparaissent ainsi communs à toutes ou à plusieurs d’entre elles ; ainsi ressort mieux l’originalité de chacune tout en permettant une véritable réflexion sur cette notion et d’éventuelles comparaisons avec les migrations contemporaines. Une telle entreprise suppose une parfaite maîtrise de l’historiographie, permise notamment par les spécialités d’origine différentes des deux auteures (les minorités anabaptistes pour l’une, la diaspora séfarade pour l’autre) qui se sont en outre appuyées sur les réflexions d’un séminaire de plusieurs années à l’EHESS ; les soixante-treize pages de bibliographie attestent non d’une exhaustivité illusoire, mais d’une volonté réussie de connaître en profondeur les travaux réalisés sur chacune des diasporas et les différentes approches des phénomènes étudiés. On touche en effet à l’un des problèmes majeurs de l’histoire globale (même si, en l’occurrence, elle se limite à l’Europe) : être au fait des problématiques et des recherches les plus poussées sur chacune des régions étudiées. Dans le cas précis de ce livre, il semble au recenseur que le défi est atteint – au moins pour ce qu’il connaît le mieux, la diaspora huguenote.

2Les diasporas considérées sont multiples : wallons ayant fui les Pays-Bas espagnols, huguenots ayant quitté la France au xvie siècle ou aux alentours de la révocation de l’édit de Nantes, vaudois de Savoie, séfarades expulsés de la péninsule ibérique dans les années 1490 ou fuyant l’inquisition aux siècles suivants, morisques expulsés d’Espagne, juifs germaniques voulant échapper aux pogroms d’Europe de l’Est, jacobites irlandais, anglais ou écossais qui ont suivi le roi Jacques II en exil, Grecs, Arméniens, minorités protestantes diverses (mennonites, quakers, frères moraves, etc.)… Le point commun entre ces différentes populations est le facteur religieux, ce qui les différencie de la plupart des diasporas d’aujourd’hui – même si, évidemment, les motivations des départs ne sont pas que religieuses.

3Parmi les points communs entre toutes ces diasporas, on a l’attachement à la terre d’origine, en partie contrebalancée par l’attachement à la terre d’accueil ; on peut cependant se demander combien de temps le lien à la terre d’origine dure (dans le cas des huguenots, cela dépend en grande partie du lieu d’accueil), comment il peut éventuellement être réactivé, comment il se manifeste. Cela amène à s’interroger sur le poids du trauma fondateur (un massacre, des persécutions), sur les récits mémoriels, sur le rapport à la langue, sur l’iconographie, etc. Si les réponses sont diverses, ces questions sont pertinentes pour chacune des diasporas. Parmi les éléments forts, on peut retenir l’importance de la dimension religieuse eschatologique et messianique, commune au christianisme, au judaïsme et à l’islam. Un autre point important concerne les liens sociaux. On voit que les pratiques matrimoniales sont un enjeu fondamental à la fois pour maintenir la cohérence du groupe malgré sa dispersion et pour entretenir des réseaux internationaux. Toute la question est alors de voir comment cela se conjugue avec l’existence de réseaux à fondement économique, là encore une question commune à l’ensemble des diasporas. Cela nous amène à la question des circulations, aussi bien des hommes et des femmes que des capitaux et des informations. Le livre s’intéresse par conséquent logiquement aux villes et aux ports, « métropoles diasporiques » qui structurent les réseaux, élaborent et diffusent des cultures particulières.

4Si les diasporas modernes se distinguent des diasporas contemporaines en étant surtout religieuses et culturelles, elles n’en ont pas moins un fort lien avec le politique. Se pose en effet le problème de la double fidélité, au pays d’origine et au pays d’accueil, pour des raisons d’ailleurs économiques au moins autant que religieuses ; le prendre en compte implique d’étudier les conditions d’accueil, les statuts accordés, etc. Notons au passage qu’il existe aujourd’hui une recherche très active sur ces statuts et sur la notion de droit d’asile, aussi bien en Allemagne avec Susanne Lachenicht qu’en France avec Naïma Ghermani. Ce chapitre, peut-être plus que les autres, permet de répondre à l’écueil, posé dès le premier chapitre, d’une possible essentialisation des groupes et du phénomène diasporique, en insistant sur la chronologie, sur les sous-groupes (les « segments diasporiques »), les questions très concrètes d’installation. Les auteures s’intéressent ainsi aux lieux d’habitation dans les villes, les quartiers, les rues, et montrent que les regroupements, y compris sous la forme extrême des ghettos, varient considérablement selon les lieux et les populations, et qu’ils dépendent aussi de logiques économiques ou de densités urbaines moindres laissant davantage de place pour de nouveaux arrivants. Ils n’empêchent pas de nombreuses interactions sociales dans les quartiers, les églises, les rues, les auberges, les foires, etc. Le résultat est que, partout, certains membres des diasporas peuvent acquérir le droit de bourgeoisie, appartenir à des confréries, à des corps de ville, des scuole en Italie, etc., même si bien des institutions veulent les exclure, d’où le développement de corps qui leur sont spécifiques (nations, millet, etc.) et leur donnent des droits. On a ainsi une subtile dialectique entre intégration et maintien de liens communautaires. Certains s’allient avec des familles du pays d’accueil, ont des relations d’affaires et des liens de sociabilité avec elles, ce qui peut mener à une assimilation pourtant difficile à définir précisément, tant les phénomènes de retours, les conversions multiples, les réactivations mémorielles sont nombreuses.

5Mais ces diasporas ne sont pas à étudier séparément les unes des autres, car leurs membres se rencontrent, partagent des activités, entretiennent des relations entre eux. Ce peut être des rapports de rivalité, de concurrence, mais aussi des partages de lieux, des collaborations pour défendre leurs intérêts ou des associations commerciales permettant de combiner divers réseaux marchands. Les groupes diasporiques s’influencent aussi et le modèle juif du peuple élu, repris par les huguenots, est rappelé avec raison. C’est ainsi que peuvent s’élaborer des constructions mémorielles communes.

6Ce compte rendu ne donne qu’un bref aperçu, très incomplet, de toutes les richesses de l’ouvrage qui, à partir d’un critère religieux, permet de renouveler l’histoire économique, l’histoire sociale, l’histoire de la famille, l’histoire urbaine, l’histoire des représentations. Il démontre ainsi avec brio que ces domaines sont imbriqués les uns dans les autres et qu’on ne peut pas les analyser séparément. Le livre pose aussi de nombreuses questions sur le phénomène migratoire et il est d’ailleurs nourri de travaux contemporains sur les migrations pour en tirer des problématiques, tout en sachant s’en démarquer pour ne pas sombrer dans l’anachronisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Mathilde Monge, Natalia Muchnik, L’Europe des diasporas. xvie-xviiie siècles »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 230-232.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Mathilde Monge, Natalia Muchnik, L’Europe des diasporas. xvie-xviiie siècles »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7918 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7918

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search