Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier bibliographiqueRecensionsMarie-Claude Tucker, Professeurs...

Dossier bibliographique
Recensions

Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l’édit de Nantes à la Révocation

Boris Noguès
p. 233-234
Référence(s) :

Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l’édit de Nantes à la Révocation, Paris, Honoré Champion, 2020, 407 p., ISBN : 978-2-74-535338-2.

Texte intégral

1Marie-Claude Tucker s’est spécialisée depuis plusieurs années dans l’étude de la présence écossaise à l’intérieur du monde académique français, notamment depuis sa thèse publiée en 2001 sous le titre Maîtres et étudiants écossais à la faculté de droit de l’université de Bourges (1480-1703). Elle nous propose aujourd’hui de se pencher sur le volet réformé de ce monde académique, à travers l’étude des Écossais venus enseigner dans les académies protestantes au xviie siècle. L’entreprise s’inscrit donc d’une certaine manière dans les tendances très actuelles de l’histoire transnationale des savoirs, bien que cette inscription de fait ne soit pas explicitement revendiquée ni même posée. La démarche est en tout cas courageuse, car elle suppose de pallier les immenses lacunes documentaires qui touchent ces académies protestantes, leurs archives ayant été en grande partie délibérément détruites au moment de la révocation de l’Édit de Nantes. M.-C. Tucker s’est efforcée de surmonter cette difficulté par la mobilisation de sources externes aux académies et le recours aux dictionnaires biographiques disponibles. Ceci lui a permis de retrouver 53 de ces professeurs écossais qui ont exercé dans huit académies et d’en esquisser une prosopographie (évidemment non exhaustive).

  • 1 Le total des classes occupées est supérieur à 53 car les individus occupent plusieurs postes.

2Que nous apprend l’étude de ce groupe ? On constate d’abord que les arrivées les plus nombreuses se concentrent dans le premier quart du xviie siècle, les difficultés (en particulier financières) que connaissent les académies après les années 1630 apparaissant comme le principal facteur qui limite par la suite l’attractivité de ces institutions. Comme le montre l’auteure, les professeurs écossais représentent à cette période une part importante du personnel enseignant. Entre 1600 et 1620, dans la discipline où ils sont particulièrement présents, la philosophie, ils sont toujours plus nombreux que les Français, dans toutes les académies, exerçant même « une sorte de monopole » sur la matière à Sedan. Ils bénéficient d’une réputation collective flatteuse, qui leur permet d’enseigner la philosophie comme on l’a dit (41 cas), mais aussi le grec (16 exemples), ce qui correspond à des compétences relativement rares (surtout pour le grec), dans des disciplines où les Français peinent à recruter. Elles les situent en tout cas au sommet de la hiérarchie des classes des académies, théologie mise à part. En revanche, les professeurs de théologie (10) comme ceux des plus petites classes sont relativement sous-représentés parmi ces Écossais1. On a donc ici affaire à une assez nette spécialisation des Écossais sur un segment du cursus. Autre trait caractéristique du groupe, qui témoigne de leur bonne intégration académique, nombreux sont ceux qui exercent des responsabilités administratives, avec par exemple treize principaux issus de leurs rangs. Du côté personnel aussi, l’intégration paraît réussie, avec plusieurs professeurs qui épousent des filles de la notabilité protestante locale. Certains restent en place plus de trente ans, comme Alexander Blair à Orthez (1585-1620), Robert de Vimes (1603-1633) et William Duncan (1606-1636) à Montauban, ou Mark Duncan (1606-1640) à Saumur, signe supplémentaire d’une acclimatation réussie. Et les retours au pays sont finalement peu nombreux (9). Bref, se dessine au fil du livre la migration numériquement limitée mais généralement heureuse d’une élite enseignante.

3On exprimera pour finir deux regrets principaux. Si la construction d’ensemble de l’ouvrage est logique, partant d’une présentation générale du contexte (les académies françaises, l’éducation en Écosse), pour aller vers une description des carrières enseignantes puis des éléments biographiques personnels, le découpage en sept grandes parties et 44 chapitres différents est excessif. Loin de renvoyer à une remarque formelle, on constate que ce choix conduit trop souvent à proposer des chapitres minuscules de deux pages, dans lesquels les choses sont plus évoquées qu’analysées réellement, et sans que ne se développe une réflexion d’ensemble. Même dans les chapitres (un peu) plus longs, le discours est éclaté par institution ou par individu, sans tentative de construction d’une interprétation globale ou d’une problématisation. Significativement, l’intégralité des chiffres et données qui figurent dans ce compte rendu sont le résultat de comptages qui ont dû être faits par l’auteur de celui-ci. M.-C. Tucker s’en tient ainsi le plus souvent à une restitution purement descriptive des données collectées, très peu agglomérées, traitées ou mises en perspective. Ce qui rejoint un second regret. Si M.-C. Tucker mobilise largement la bibliographie ancienne sur les académies protestantes et sur l’histoire des réformés français en général, manque trop souvent l’appui des travaux récents concernant l’histoire des collèges, des universités, des sciences, des diasporas, etc. L’ouvrage aurait certainement apporté ainsi une plus-value scientifique plus significative que le simple signalement de ces carrières écossaises.

Haut de page

Notes

1 Le total des classes occupées est supérieur à 53 car les individus occupent plusieurs postes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Noguès, « Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l’édit de Nantes à la Révocation »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 233-234.

Référence électronique

Boris Noguès, « Marie-Claude Tucker, Professeurs et régents écossais dans les académies protestantes en France. De l’édit de Nantes à la Révocation »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7923

Haut de page

Auteur

Boris Noguès

LARHRA UMR 5190
ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search