Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Dossier bibliographiqueRésumés et notices brèves

Dossier bibliographique

Résumés et notices brèves

p. 235-244

Texte intégral

Valérie Aubourg, Olivier Chatelan, et al. (dir.), Les chrétiens à Lyon en mai 68

Valérie Aubourg, Olivier Chatelan, Jean-François Cullafroz, Étienne Fouiloux, Daniel Moulinet, Claude Prudhomme (dir.), Les chrétiens à Lyon en mai 68, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2020, 148 p., ISBN : 978-28-13003-51-5

1Les évènements des mois de mai et juin 1968 ont profondément affecté la société française. Catholiques et protestants n’ont pas échappé à ce contexte de crise et de réflexion. Cet ouvrage collectif apporte des éclairages sous la forme de synthèses et d’études de cas destinées à enrichir et à discuter la faible place occupée dans l’historiographie française par la question de l’engagement des chrétiens lyonnais au cours de ces semaines. Si, dans le tumulte de la rue et des prises de parole, la composante confessionnelle (l’agir en tant que chrétien) est relativement peu visible, il n’en demeure pas moins que des catholiques et des protestants sont bien présents, à titre davantage individuel, dans les mouvements de 1968. Le choc en retour sur les Églises et sur les trajectoires des clercs ou des laïcs engagés méritait une étude dans une cité marquée par l’héritage du catholicisme social, la diversité de ses établissements de formation et le poids des cultures ouvrières et patronales.

2Après une mise en perspective historiographique qui replace le sujet dans la conjoncture plus large des années postconciliaires (Étienne Fouilloux), le livre propose deux tableaux successifs de la scène lyonnaise (Olivier Chatelan et Jean-François Cullafroz), avant puis pendant les évènements de mai-juin 1968, lesquels sont observés par les organisations catholiques avec une mansuétude assez singulière. Plusieurs lieux de la présence chrétienne à Lyon et dans sa banlieue proche sont ensuite passés en revue.

3Le bilan est contrasté mais la traversée du printemps 1968 ne laisse aucune institution indemne. L’élaboration de nouveaux statuts est le principal effet des évènements pour les étudiants et les professeurs des Facultés catholiques, favorables à la création d’une Assemblée d’Université tout en ménageant l’autorité du recteur et des évêques (Daniel Moulinet). L’École préparatoire de théologie protestante de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or adopte plusieurs réformes pédagogiques et n’évite pas des épisodes de contestation autour du culte, mais faute d’une réflexion au sein des instances de l’Église réformée de France sur l’effervescence qui l’a agité, l’établissement entre dans une phase de déclin (Jean-François Zorn). Mathilde Dubesset propose un regard rétrospectif sur la façon dont les années 68 ont imprimé leur marque sur les femmes catholiques et protestantes, actrices à part entière des évènements mais bien souvent invisibilisées dans les mémoires. L’éloignement de la pratique religieuse qui caractérise beaucoup d’entre elles, à l’épreuve de l’encyclique Humanae vitae, n’a pas nécessairement signifié une perte de la foi. Tangi Cavalin décrit comment la contestation qui secoue le couvent d’études de la Tourette s’inscrit dans les héritages de la province dominicaine de Lyon. Un bilan des conséquences de mai-juin sur la Compagnie de Jésus est dressé par Valérie Aubourg, pour le scolasticat de Fourvière et pour les différentes communautés de l’agglomération. En conclusion, Jean-Dominique Durand tire les enseignements de ces contributions et appelle à prolonger l’effort de recherche en continuant à tirer profit de l’ouverture encourageante des archives de l’Église à l’échelle locale. La seconde partie du livre rassemble une série de témoignages sur l’engagement de chrétiens et de chrétiennes (Pierre Clément, Gérard Danière, Marie Delizy, Marie-Joëlle Felber, Paul Grange, Max Pfalzgraf, Francis Pithon et René Valette), sous la forme d’entretiens menés par Claude Prudhomme.

Claude Billot, Sabine Rousseau, Henri Burin des Roziers

Claude Billot, Sabine Rousseau, Henri Burin des Roziers : sur les fronts de l'injustice : militer après 68 en Haute-Savoie, Nancy, Arbre bleu, 2020, 260 p., ISBN : 979-10-90129-38-2

4Évacuations de camps de gens du voyage, migrants abandonnés dans la montagne, scandales phyto-sanitaires, violences policières... Les années 2000 n’ont pas inventé la négation des droits humains. Dans les années 1970, à Annecy et en Haute-Savoie, des hommes et des femmes se mobilisent pour redonner de la dignité à ceux qui sont rejetés aux marges de la société des Trente Glorieuses finissantes : clochards chassés du centre-ville d’Annecy, gens du voyage expulsés des terrains vagues, travailleurs maghrébins exploités dans les forêts des massifs préalpins ou dans les usines de décolletage de la vallée de l’Arve, logés sous toile ou dans des taudis, malades victimes de malversations financières, petits éleveurs ruinés par des firmes agro-alimentaires toutes-puissantes.

5Autour du dominicain Henri Burin des Roziers qui vécut à Annecy de 1971 à 1978, des militants d’origine chrétienne et des militants maoïstes font l’expérience, ensemble, sur le terrain, de luttes sociales porteuses d’humanité. Le Comité Vérité Justice d’Annecy et d’autres comités locaux de soutien aux victimes blessées dans leur corps multiplient les actions pour dénoncer des situations concrètes d’injustice : tracts en direction de l’opinion publique, pétitions et manifestations à l’adresse des autorités locales, articles dans la presse nationale, tribunes publiques où chacun peut témoigner et surtout, sous l’impulsion d’Henri Burin des Roziers qui deviendra l’avocat des paysans sans-terre en Amazonie dans les années 1980, le recours à la justice pour faire valoir les droits bafoués des opprimés.

6Ce livre retrace l’engagement de militants qui ont vécu dans les années 1970 les combats d’aujourd’hui.

Bernard Comte & Madeleine Comte, Le père Fraisse (1912-2001)…

Bernard Comte & Madeleine Comte, Le père Fraisse (1912-2001). Les combats d'un jésuite foudroyé, Lyon, LARHRA, 2020, 192 p., ISBN 979-10-91592-26-0

7Sans avoir été alerté auparavant, il est sanctionné par le Visiteur de la Compagnie de Jésus qui l’accuse de ne pas donner aux étudiants le sens de l’autorité hiérarchique. Il est exilé à Nice avec interdiction de s’occuper d’étudiants et de tout ministère à Lyon. Fin 1960, son retour à Lyon n’est qu’une demi-mesure : il ne sera jamais réhabilité et plusieurs affaires douloureuses montrent qu’il est resté suspect aux yeux de certains de ses confrères.

8Son cas est un exemple frappant de l’impact sur l’Église de France du raidissement romain à la fin du pontificat de Pie XII. En effet, une pratique « totalitaire » de l’obéissance religieuse a souvent eu de lourdes conséquences humaines. Cette autorité condamnait, souvent sur la base de dénonciations, sans possibilité pour l’accusé de connaitre son dossier (secret) et donc de se défendre. L’expérience douloureuse du P. Fraisse met en lumière certains fonctionnements d’une Église de guerre froide qui pouvaient provoquer de graves abus.

9Son ami et défenseur le P. Ganne opposait la conception d’une autorité respectueuse de la justice et des droits de la conscience, conscience chère à Newman qui était une référence majeure pour le P. Fraisse. Et il prêchait aussi une Église ouverte au monde

10Aujourd’hui le cléricalisme est mis en question : la vie du P. Fraisse semble y avoir échappé. Son comportement, sa théologie mais aussi l’importance de ses amitiés avec des laïcs et leur rôle dans l’élaboration de sa pensée anticipent la période post-conciliaire. Témoins les deux premiers livres posthumes du P. Ganne qu’il a publiés, non sans difficultés : Qui dites-vous que je suis ? Leçons sur le Christ et Le don de l’Esprit : leçons sur l’Esprit saint.

Bruno Dumons (dir.), Femmes et catholicisme en Europe (1960-1970)

Bruno Dumons (dir.), Femmes et catholicisme en Europe (1960-1970), Berne, Peter Lang, 2020, 224 p., ISBN : 978-28-07613-03-4

11Le « moment 68 » constitue un temps de grand bouleversement social et culturel dans les sociétés occidentales. Les communautés religieuses n’ont pas échappé à ce séisme sociétal. Parmi les secousses qui ébranlent l’Église catholique durant ces premières « années conciliaires », se distingue une révolution plus invisible que silencieuse, celle que les femmes catholiques ont imposée à l’institution ecclésiale. Cette « armée de réserve », composée de pratiquantes et de militantes, avait jusque-là érigé un « catholicisme au féminin ».

12Or, l’aggiornamento conciliaire ne les concerne guère. Leurs paroles sont tues, leurs présences silencieuses tout au plus tolérées. C’est ignorer la lame de fond qui bouleverse les mondes sociaux et culturels de plusieurs générations de femmes européennes des années 1960. Celles de confession catholique sont particulièrement ébranlées. Des pratiques en baisse fournissent une explication à la « rupture de la pente religieuse de 1965… » et la réception d’Humanæ Vitæ (1968) engendre autant de révoltes que d’incompréhensions.

13Ce « coup de grâce » libère une parole et de nouveaux comportements pour la décennie suivante.

14L’impact de ce « moment 68 » n’a guère été étudié en ce qui concerne les femmes catholiques européennes, tant dans leurs manières de vivre que leurs rapports à l’institution ecclésiale. Cinq angles d’approche thématique sont ici abordés : fécondité et sexualité ; paroles et journaux intimes ; congrégations religieuses ; mouvements et organisations ; féminisme. La perspective européenne de ce livre est pour la première fois envisagée pour une telle problématique.

Jean-Dominique Durand et al., Un pape et ses images. Pie XII…

Jean-Dominique Durand et al., Un pape et ses images. Pie XII, entre silences et discours, Namur, Presses universitaires de Namur, 2021, 108 p., ISBN : 978-23-90291-10-7

15Aujourd’hui, le simple fait d’évoquer la figure de Pie XII conduit souvent à déclencher des réactions épidermiques. Ne serait-il pas l’exemple même du conservatisme théologique ? L’ennemi de la recherche et de l’évolution ? N’est-il pas ce pape dont les silences durant la Seconde Guerre suffisent à le discréditer aux yeux de bon nombre de nos contemporains ? Se défiant des opinions et des images toutes faites, il convient d’affronter ces questions en leur donnant une réponse fondée sur des bases historiques rigoureuses.

16Cet ouvrage collectif, fruit d’une rencontre tenue à l’Université de Namur entre trois historiens, un théologien et deux philosophes, entend revisiter, loin de tout esprit polémique, certains aspects fortement discutés du pontificat de Pie XII et décrypter l’évolution des images qu’on a pu, au cours du temps, se faire d’Eugenio Pacelli. Avec un regard critique qui n’esquive en rien les ambiguïtés d’une époque bouleversée, les auteurs mettent en évidence la complexité, mais aussi les richesses de la vie et de la pensée d’un pape qui ne cadre pas exactement avec les images naïves que certains s’évertuent à donner de lui.

Sylvène Édouard (dir.), Saintetés politiques du ixe au xviiie siècle…

Sylvène Édouard (dir.), Saintetés politiques du ixe au xviiie siècle. Autour de la Lotharingie-Dorsale catholique, Paris, Classiques Garnier, 2019, 296 p., ISBN : 978-24-06096-48-1

17L’espace lotharingien, espace de la frontière, où pouvoirs civils et religieux sont intriqués, illustre l’enjeu de la sacralité comme instrument de la légitimité du pouvoir par le moyen de la sainteté, dont les normes créent une représentation mentale nourrie de pratiques institutionnelles, linguistiques et dévotionnelles.

18Ce volume d’actes, né de la rencontre de plusieurs spécialistes d’histoire religieuse, organisée au sein de l’ANR LODOCAT (Chrétientés lotharingiennes et Dorsale catholique ixe-xviiie siècle / coordination Christine Barralis de l’université de Lorraine), éclaire les enjeux politiques de la sacralisation de l’espace par la sainteté, selon un jeu d’échelles allant de la polarisation à l’universalité. L’ordre des contributions, couvrant un temps long du ixe au xviiie siècle, permet de suivre l’évolution des enjeux de sacralité et d’identité autour de l’usage politique des saints patrons, des pèlerinages mariaux ou encore des saints dynastiques qui s’inscrivent, dès le milieu du xvie siècle, dans un espace fortement hispanisé de circulations des modèles et des objets, du fait des possessions espagnoles inscrites dans la Dorsale catholique.

Étienne Fouilloux, Yves Congar (1904-1995)

Étienne Fouilloux, Yves Congar (1904-1995), Paris, Salvator, 2020, 150 p., ISBN : 978-27-06720-13-0

19Avec Henri de Lubac, Marie-Dominique Chenu, Xavier de Montcheuil et quelques autres, le dominicain Yves Congar (1904-1995) fut l’un des théologiens majeurs qui, par ses travaux, a préparé et inspiré le concile Vatican II, événement-clé de notre temps. À travers cette biographie de référence, Étienne Fouilloux déploie les quatre vocations d’un penseur fécond, tout à la fois sacerdotale, dominicaine, ecclésiologique et œcuménique. Marquée par les drames du xxe siècle, les deux guerres et la captivité, la vie du père Congar frappe d’abord par son immense travail et sa créativité théologique, illustrée notamment par ses publications sur l’unité des chrétiens, la vocation de l’Église, la place des laïcs et celle de l’Esprit Saint. Mais ce riche parcours reste traversé aussi, blessé même, par des tensions intérieures, l’œuvre du dominicain ayant souffert de fortes suspicions et censures dans les années précédant le Concile. Jusqu’au bout, le père Congar restera pourtant un théologien passionné et sensible, libre face aux tentations extrêmes et aux idéologies. Au-delà de son destin propre, c’est toute une tranche de l’histoire contemporaine du catholicisme que nous découvrons ici, entre crises et renouveaux, secousses et signes d’espérance.

Henri Hours, Le retour de Lyon sous l’autorité royale…

Henri Hours, Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597), Présentation Pierre-Jean Souriac, Lyon, LARHRA, 2020, 359 p., ISBN 979-10-91592-25-3

20Ce livre d’Henri Hours (1926-2017), Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597), fait partie des textes importants de l’historiographie lyonnaise, fréquemment cité, mais au final rarement lu car jusqu’à ce jour inaccessible sans passer par l’auteur ou ses proches. Il s’agit donc ici de réparer cette lacune et de proposer, près de 70 ans après sa rédaction, une édition qui se veut la plus fidèle au texte original tout en l’insérant dans les grandes orientations historiographiques de l’histoire de la Ligue. Le lecteur trouvera dans ces pages le texte intégral, l’appareil critique, les annexes, l’état des sources et la bibliographie tels qu’ils ont été établis par l’auteur en 1951. L’introduction revient sur les enjeux problématiques soulevés par l’étude d’Henri Hours et une bibliographie mise à jour vient compléter l’appareil critique déjà riche de l’ouvrage initial. Il ne s’agit pas tant d’actualiser ce travail d’historien que de l’inscrire dans une chaîne historiographique dont il est un des maillons.

21L’objet du livre est à la fois simple et complexe. Simple parce qu’il traite de quatre années cruciales dans l’histoire des guerres de Religion, quatre années qui virent le passage d’une situation de révolte à une situation de soumission. Ardemment ligueurs depuis février 1589, les Lyonnais revinrent à l’obéissance au roi entre septembre 1593 et février 1594. Il fallut ensuite réorganiser les rapports politiques internes à la ville et rétablir une relation avec un souverain honni pendant quatre ans : ce fut le travail tant des Lyonnais que des hommes du roi dont Pomponne de Bellièvre entre 1594 et 1597. Ce livre est donc l’histoire d’une soumission et d’une reprise de dialogue entre une ville et son autorité souveraine. Et c’est dans cette reprise de dialogue que réside toute la complexité de la situation. Henri Hours cherche à traquer quasiment au jour le jour les prises de position des différents acteurs, les moments d’attente, de basculement, soulignant les intérêts contradictoires qui s’affrontent. Lyon, ville catholique, ville ligueuse opposée au principal chef ligueur de la région, le duc de Nemours, se soumet à un souverain dont elle doute de la conversion et continue à revendiquer une catholicité intransigeante. Ambiguïté et contradictions sont à toutes les pages de ce livre. Peut-on se soumettre à Henri IV tout en interdisant l’entrée de la ville à tout calviniste ? Peut-on être encore ligueur tout en pactisant avec les troupes d’Henri IV et en emprisonnant le lieutenant nommé par Mayenne ? C’est cet écheveau de paradoxes et de contradictions apparentes que tente de démêler ce travail.

Boris Klein, Philippe Martin, Sébastien Roman, L’Europe des superstitions

Boris Klein, Philippe Martin, Sébastien Roman, L’Europe des superstitions. Une anthologie : xvie-xxe siècle, Paris, Cerf, 2020, 546 p., ISBN : 978-2204141727

22« Je ne suis pas superstitieux : cela porte malheur. » Absurde, la boutade d’Alphonse Allais ? Pas si sûr. Il n’y a pas de définition claire et sûre de la superstition. Mais il existe une multitude de discours destinés à la détruire, la combattre et la disqualifier.

23D’où cette anthologie qui, dressant l’histoire et la géographie du mot, établit un panorama complet de la culture globalisée. Qui, de la Renaissance à aujourd’hui, en passant par la Réforme, les Lumières, le Romantisme, la Belle-époque, dessine un tableau exhaustif de la modernité conquérante. Qui, de l’Europe à tous les continents, établit une recension détaillée de la confrontation des civilisations.

24Une anthologie qui, entre descriptions et caricatures, critiques et injures, découvertes et préjugés, enrôle à son service Montaigne, Spinoza, Descartes, Bayle, Kant, Bergson et Nietzsche, mais aussi Luther, Goethe, Sand et Hugo, et encore les écrivains voyageurs, scientifiques ou polémistes, non sans réserver quelques surprises dont Frazer, l’anthropologue défenseur des « sauvages » et de leurs « crédulités ».

Yves Krumenacker, Penser l’histoire religieuse au XXIe siècle

Yves Krumenacker, Penser l’histoire religieuse au xxie siècle, Lyon, LARHRA, 2020, 326 p., ISBN 979-10-91592-28-4

25L’histoire est aujourd’hui très éclatée, chaque secteur ayant ses traditions, sa propre historiographie, ses références. L’histoire religieuse n’y échappe évidemment pas. Mais le pire serait que les différentes spécialisations historiques s’ignorent, alors qu’elles ont beaucoup à apprendre les unes des autres. C’est cette question qui était au cœur du colloque de la Commission Internationale d’Histoire et d’Étude du Christianisme, tenu à Lyon du 11 au 13 juin 2019. Des historiennes et historiens d’une douzaine de pays différents ont cherché à montrer comment d’autres disciplines historiques, histoire du temps présent, histoire transnationale et globale, histoire économique, histoire du livre, histoire de la justice, histoire numérique, histoire des savoirs, histoire du genre, avec leurs apports et leur méthodologie propres, peuvent féconder l’histoire religieuse. Ils ont également montré l’intérêt de confronter des traditions historiographiques nationales différentes. Ce livre en est le résultat, avec des chapitres qui sont à la fois des réflexions méthodologiques et des études de cas allant du xvie au xxie siècles dans des pays catholiques, protestants et orthodoxes. Il espère ainsi contribuer à une réflexion sur la manière dont on peut faire de l’histoire religieuse au xxie siècle.

Yves Krumenacker et Noémie Recous (dir.) Le Protestant et l’Hétérodoxe…

Yves Krumenacker & Noémie Recous (dir.) Le Protestant et l’Hétérodoxe. Entre Églises et États (xvie-xviiie siècles), Paris, Classiques Garnier, 2020, 357 p., ISBN : 978-24-06097-02-0

26Ce livre pose la question de l’autorité religieuse et du lien entre Églises protestantes et États à l’époque moderne : qui peut définir l’orthodoxie ou l’hétérodoxie, avec quels critères et dans quelle mesure ces décisions sont-elles suivies, ou non, par les États ? Alors que le catholicisme est théoriquement uni autour du pape, le protestantisme, jugé hétérodoxe par l’Église de Rome, s’est rapidement divisé en différents courants qui se sont progressivement définis comme des orthodoxies, générant ainsi leurs hétérodoxies. Le rapport entre Églises et États variant selon les lieux et les confessions, il n’y a pas de consensus désignant une autorité légitime pour imposer les normes et les faire respecter. Partant de là, dix-huit auteurs, de six pays différents, proposent dans ce livre des réflexions sur l’autorité religieuse au sein du monde protestant et sur le lien entre Églises et État dans différents pays européens : France, Angleterre, Écosse, Saint Empire, Provinces-Unies, Suisse, Italie, Croatie. Il s’agit de préciser, pour la période moderne, d’où émergent les volontés de fixer l’orthodoxie et combattre l’hétérodoxie, selon quels critères, et en entretenant quels liens avec les États. La juxtaposition d’exemples pris dans des pays divers et concernant différentes confessions montre que l’hétérodoxie concerne la pratique, la manière de vivre sa foi autant que les idées et qu’elle a des dimensions politiques et sociales qui ne peuvent qu’attirer l’attention des autorités politiques. Aux normes précisées par des confessions, des ordonnances, des coutumes, des disciplines, des catéchismes, répondent des stratégies de contournement, d’évitement, de négociation. Mais la confrontation est toujours possible et peut aller d’une simple disqualification à une véritable répression. C’est cette gamme extrêmement variée de jeux entre orthodoxies et hétérodoxies qui se dégage du livre, issu d’un colloque tenu à Lyon en juin 2017.

Philippe MARTIN (dir.), Saintetés vosgiennes

Philippe Martin (dir.), Saintetés vosgiennes ; construction et reconstructions, Haroué, Gérard Louis, 2020, 192 p. ISBN : 978-2357631618

27Il est des lieux, en Lorraine comme ailleurs, où souffle l’esprit, des lieux qui naturellement attirent femmes et hommes épris de vérité, de foi et de solitude.

28Dans les Vosges, au carrefour de deux vallées, le Saint-Mont avec ses fondateurs : Romaric, Amé, Claire, Gerbetrude et Sabine et ses religieux est à l’origine d’une christianisation locale qui depuis le viie siècle s’est propagée sur un large territoire.

29Au cours des siècles suivants, l’éclosion de la sainteté se fait à tout moment. Ainsi de Jeanne d’Arc, héroïne de la guerre de Cent Ans, canonisée en 1920, de saint Pierre Fourier (1565-1640) ou de Joseph Formet (1724-1784), dit Frère Joseph, l’ermite de Ventron...

30Les saints vosgiens sont mobilisés pour toutes les causes. Ils suscitent d’abord la piété. Comme partout, ils manifestent des vertus. Ce sont des modèles à imiter. Le message de foi et de vie qu’ils délivrent est sans cesse renouvelé tant il doit correspondre à l’époque de ceux qui l’écoute. Le fonds du récit est toujours le même, mais la pastorale qui le porte est actualisée. De grandes cérémonies sont nées pour les honorer, la plus célèbre étant celle des Kyriolés de Remiremont. Ces saints sont bien ancrés dans le terroir.

Roberto Morozzo Della Rocca, Laïcité et christianisme chez Émile Poulat

Roberto Morozzo della Rocca, Laïcité et christianisme chez Émile Poulat, Postface Andrea Riccardi, L’Église catholique : objet de recherche et histoire personnelle, Lyon, LARHRA, 2020, 151 p., ISBN : 979-10-91592-27-7

31Émile Poulat, sociologue, historien, intellectuel inclassable, que l’on ne peut jamais cataloguer a priori, a marqué durant sa longue vie (Lyon 1920 – Paris 2014) le débat français et européen jamais épuisé sur le rapport entre laïcité et religion, entre modernité et christianisme. Dans ce livre sont discutés les sujets de fond de sa production scientifique, ainsi que sa méthode de travail fondée sur une froide objectivité opposée aux passions subjectives par ailleurs incontournables, sans lesquelles son œuvre aurait probablement été moins féconde. Dans la construction de ses principales thèses qui en ont fait un intellectuel dérangeant, Poulat a toujours récusé les lieux communs, à commencer par les schémas dualistes d’explication de la politique et de la religion en termes de droite/gauche, conservatisme/progressisme, archaïsme/ modernité, foi/athéisme. Il en résulte une œuvre hors des schémas habituels, qui pose plus de questions qu’elle n’apporte des certitudes, et pourtant fascinante pour qui recherche un surplus de profondeur interprétative au-dessus de la mêlée. Dans ce livre, on avance sur une double voie, entre le chercheur Poulat et l’homme Poulat, en éclairant le lien entre les deux, pour montrer la cohérence de son œuvre et de sa vie.

Julie Piront & Adriana Sénard-Kiernan, Bâtir pour Dieu…

Julie Piront & Adriana Sénard-Kiernan, Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieux et religieuses xviie-xviiie siècles, Lyon, LARHRA, 2020, 169 p. + cahier couleur 16 pl., ISBN : 979-10-91592-20-8
Version numérique : https://books.openedition.org/​larhra/​6457

32À partir de la seconde moitié du xvie siècle, les ordres religieux, créations nouvelles ou réformes d’ordres anciens, se multiplient dans les villes de l’Europe catholique où ils bâtissent églises, collèges et monastères. Si l’apport des architectes laïcs à ces entreprises est bien connu, celui des religieux, et plus encore des religieuses, est resté au second plan de la production architecturale. Pourtant, ces hommes et ces femmes ont été les chevilles ouvrières de ces chantiers, concevant des projets, des plans ou des croquis d’architecture, surveillant les travaux et expertisant les édifices. Mettant leurs connaissances et leurs compétences au service de leur ordre – et parfois d’autres – ils et elles ont pleinement pris part à l’intense activité constructive qui caractérise les xviie et xviiie siècles.

33Afin de réhabiliter les œuvres de ces hommes et de ces femmes, une journée d’étude s’est tenue en avril 2017 à l’Université de Lyon 3 dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » du LARHRA. Richement illustrées, les contributions de ce volume interrogent le métier des religieux et religieuses architectes en France, dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Si leurs formations restent pour la plupart méconnues, leurs talents sont attestés par l’étude de leurs carrières et de leurs réalisations (malheureusement fréquemment démolies ou transformées), mais aussi et surtout par les archives et les sources iconographiques. Éclairage complémentaire, la dernière contribution analyse le rôle des marguilliers dans la construction des églises paroissiales de Paris pour lesquelles les compétences des membres de la communauté ont également été mobilisées et mises à profit.

Christian Sorrel, Le catholicisme français de la Séparation à Vatican II…

Christian Sorrel, Le catholicisme français de la Séparation à Vatican II. Un chemin d'histoire, Paris, Karthala, 2020, 412 p., ISBN : 978-28-11127-45-9

34Des religieux sur les routes de l’exil… L’épiscopat français reçu en corps au Vatican… Les documents de la couverture bornent le chemin d’histoire du catholicisme français que le livre propose, entre les crises qui opposent l’État et l’Église catholique à l’aube du xxe siècle et le concile Vatican II. Les vingt-quatre chapitres analysent des événements, des groupes, des personnalités, des débats pour revisiter soixante-dix années souvent agitées.

35Le premier ensemble est centré sur les crises et les ruptures des décennies 1900 et 1910, de l’offensive contre les congrégations religieuses à la Première Guerre mondiale en passant par la loi de séparation de 1905 qui entraîne des transformations décisives pour l’Église catholique en France.

36Le deuxième ensemble explore les voies du changement dont les formes sont très diverses dans le demi-siècle qui suit la « guerre des deux France » : mobilisations militantes, initiatives pastorales et missionnaires, pensée et action sociales, affrontements intellectuels.

37Le troisième ensemble aborde les années 1960 et 1970 marquées par l’événement Vatican II et ses conséquences durables en observant la participation française au concile, les changements diplomatiques et politiques, les tensions ecclésiales et sociales dans la France gaullienne confrontée à Mai-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Résumés et notices brèves »Chrétiens et sociétés, 27 | 2020, 235-244.

Référence électronique

« Résumés et notices brèves »Chrétiens et sociétés [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 19 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/7926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.7926

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search