Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Genre et religionLes mariages des pasteurs en Viva...

Genre et religion

Les mariages des pasteurs en Vivarais (1721-1757)

The marriages of pastors in Vivarais (1721-1757)
Sarah Rouvière
p. 93-110

Résumés

À la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685, le culte protestant est interdit en France. Pourtant, beaucoup se retrouvent pour des cultes clandestins ; il y a donc une résistance protestante. Les communautés clandestines sont cependant dépourvues de pasteurs. Trente ans après, sous l’impulsion d’Antoine Court, les Églises protestantes s’organisent. En Vivarais, le premier synode est convoqué en 1721 et Pierre Durand devient le premier ministre de la région en 1726. Les Églises de la province vivront sous la répression jusqu’en 1757, quand une tolérance de fait s’établit. Sur les treize pasteurs exerçant jusqu’à cette date, seuls six se marient pendant leur ministère en Vivarais. Les premiers mariages de ministres, dans les années 1720 et 1730, semblent être bien acceptés par leurs collègues. Mais après que deux pasteurs de la province sont tués par les autorités en 1739, les pasteurs n’apprécient guère que l’un d’entre eux se marie. En effet, un mariage a d’importantes conséquences sur la vie personnelle et professionnelle d’un ministre, prenant du temps et entraînant des coûts financier, sécuritaire et émotionnel. Une vie de famille dans le contexte répressif de la période dite du « Désert » peut devenir un fardeau trop lourd et trop dangereux à porter pour un ministre et mener à son exil à l’étranger ou à son arrestation. Les cadres de la résistance, craignant de perdre des pasteurs dans des provinces qui sont déjà en sous-effectif, les encouragent au célibat. Bien que les ministres gardent ces recommandations (purement pratiques et non-théologiques) en tête, ils ne s’abstiennent pas de se marier s’ils rencontrent une femme qu’ils souhaitent épouser.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Julien Leonard, Être pasteur au xviie siècle : le ministère de Paul Ferry à Metz, 1612-1669, Rennes (...)
  • 2 Susan C. Karant-Num, « The Emergence of the Pastoral Family in the German Reformation : The Parsona (...)
  • 3 J. Léonard, op. cit., Être pasteur..., p. 96.
  • 4 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France, xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 709.

1Avec la Réforme, le mariage du clergé (protestant) devient non seulement une possibilité mais aussi « un moyen d’édifier […] les fidèles1 ». Aux xvie et xviie siècles, les pasteurs, dont les vies privées sont scrutées attentivement, doivent « concilier bonne prédication et bonne vie » en se comportant de manière exemplaire ; leur vie de famille doit être un modèle pour les fidèles2. Peu, en France, ne ressentent pas le besoin de se marier3. Mais avec la Révocation de l’Édit de Nantes et l’exil des pasteurs refusant de se convertir sous quinze jours, l’organisation des communautés protestantes françaises change drastiquement. Pendant cette période, dite du « Désert », où le culte protestant est interdit en France, une minorité considérable fuit à l’étranger ; les autres restent dans le pays et se convertissent au catholicisme4. Pour beaucoup cependant, cette conversion n’est qu’une façade pour cacher la foi protestante qu’ils gardent en secret. Ils se rassemblent pour célébrer des cultes clandestins, appelés assemblées ; il y a donc une résistance protestante, mais qui se retrouve sans pasteurs.

  • 5 Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIe siècle, Paris, H. Champi (...)
  • 6 Pierre Rolland, Dictionnaire du Désert huguenot : La reconquête protestante, 1715-1765, Paris, Les (...)

2Au début du xviiie siècle, un Vivarois nommé Antoine Court pense que ce manque de leaders spirituels ayant reçu une formation théologique est, entre autres, responsable de l’éloignement des bases théologiques du protestantisme français. Afin de corriger cela, il entreprend, avec quelques coreligionnaires, d’organiser la résistance protestante et d’unifier les Églises du Désert en établissant une discipline commune. En Vivarais, qui correspond à l’Ardèche actuelle, elle sera appliquée à partir de 1721. Afin que les communautés protestantes de France soient à nouveau encadrées par des pasteurs, un séminaire est créé à Lausanne en 1726 pour former des étudiants français en théologie. Après deux ou trois années d’étude, ils deviennent ministres et sont renvoyés clandestinement en France. Selon les besoins du terrain, certains sont nommés pasteurs avant l’ouverture de ce séminaire ; c’est le cas de Pierre Durand qui devient le premier ministre du Vivarais en 1726. Jusqu’en 1757, ils seront treize dans la province5. Certains y passeront toute leur carrière, d’autres seront transférés dans d’autres régions, d’autres encore fuiront à l’étranger. À partir de cette année, et suite à « un accord informel »6 conclu avec le Commandant militaire en chef du Languedoc, une tolérance de fait s’établit, entre autres, en Vivarais : il n’y aura pas de répression contre les protestants tant que les assemblées se tiennent de façon discrète et à l’écart des villes.

  • 7 Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit. ; P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit. Comme les protest (...)
  • 8 Ibid.

3Parmi ces treize pasteurs, six se marient alors qu’ils exercent leur ministère en Vivarais et un se marie après notre période d’étude (une fois que les protestants jouissent d’une tolérance de fait). Enfin, cinq semblent être restés célibataires7. Presque la moitié des pasteurs (46 %) se sont donc mariés dans un contexte de répression. Ces chiffres sont légèrement supérieurs à ceux du Dauphiné (36 %) et en-dessous de ceux des Cévennes (66 %)8. Une approche statistique est cependant difficile à entreprendre car les échantillons sont très petits et les informations importantes (notamment la date de mariage) ne sont pas connues pour tous les pasteurs des Cévennes et du Dauphiné. La découverte d’un changement de statut marital pour un pasteur peut entraîner une grande variation dans les chiffres. Cependant, ces statistiques montrent bien que le mariage pastoral n’était pas aussi répandu pendant la période du Désert qu’il ne l’était avant la Révocation de l’Édit de Nantes.

4Ces chiffres suggèrent donc que, loin des débuts de la Réforme, le ministère n’est pas perçu de la même manière dans les communautés protestantes clandestines du Désert : le mariage n’apparaît plus comme une condition importante à l’exercice du ministère. Afin de mieux comprendre la place du mariage et du couple dans la vie des ministres du Désert, nous proposons d’étudier comment sont perçus les mariages des pasteurs du Vivarais par leurs collègues, du premier synode de la province (1721) jusqu’à la tolérance de fait (1757).

Les pasteurs du Vivarais et leurs épouses

  • 9 Lettre de Durand à Pierre Corteiz, 07/06/1721, Ms. Court 1/II, 229-230 ; Lettres de Durand à Court, (...)

5Pierre Durand est le premier des pasteurs vivarois à se marier. Son épouse, Anne Rouvier, est une amie de longue date. Leurs familles se connaissent depuis longtemps ; Durand reçoit d’ailleurs son courrier chez les Rouvier9. Leurs fiançailles sont annoncées aux Églises du Vivarais en 1724, alors qu’il n’est encore que prédicateur :

  • 10 Lettre de Durand à Court, 01/01/1725, Ms. Court 1/III, 136-137, Collection Antoine Court, BGE, cité (...)

Au synode dernier, je révélai la promesse qui est entre votre germaine et moi. […] Cette affaire est entre les mains de bons anciens qui ont charge d’en avoir soin, et les lois les plus sévères ne me sont pas gênantes lorsque c’est pour le bien de l’état et l’édification du public. Je vous dirai pourtant qu’on me permet de la voir quand je veux10.

  • 11 Ibid., p. 114.
  • 12 Ibid.
  • 13 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 20.
  • 14 Bénédiction du mariage entre Anne Rouvier et Pierre Durand, 11/03/1727, citée dans É. Gamonnet, Pie (...)
  • 15 Lettres de Durand, 23/11/1730-05/01/1732 citées dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 19 (...)
  • 16 Entre autres : Lettre de Duvernet à Dubos, 22/11/1732, Ms. Court 18/AA, p. 260 ; Lettre de Lassagne (...)
  • 17 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 402.

6Bien que leader spirituel dans sa province, Durand est soumis à la supervision des anciens : en tant que futur pasteur, il doit avoir un comportement exemplaire avec sa fiancée. Comme leurs prédécesseurs des xvie et xviie siècles, les ministres doivent être un exemple de mœurs dans tous les aspects de leur vie, y compris dans leurs relations avec les femmes qu’ils fréquentent. Durand est d’ailleurs encouragé à se marier rapidement : « J’oubliais de vous dire, cher ami, qu’au synode l’on voulait que je finisse mon mariage. Moi, j’y accordais11 ». Est-ce par souci d’éviter les rumeurs qu’on lui demande de se marier rapidement ? Est-ce plutôt pour que Rouvier et Durand forment un couple modèle au plus vite ? Il est difficile de le savoir. Il est finalement décidé d’attendre que la situation soit moins tendue, car la sécurité du couple est prioritaire : « on fut d’avis puis après d’attendre pour voir si les affaires ne se feraient pas meilleures »12. Après la publication d’une déclaration royale « qui réaffirme les précédents édits publiés »13 contre les protestants et ajoute quelques nouvelles modalités, on craint un durcissement de la répression. Le mariage d’un prédicateur si connu dans sa province attirerait beaucoup d’attention. Rouvier et Durand, désormais pasteur, attendent finalement plus de deux ans et se marient au printemps 1727. Leur union est bénie par un pasteur du Dauphiné « selon la forme et liturgie de la Religion chrétienne et réformée »14. Alors que les autorités intensifient leurs recherches de Durand et que son père et sa sœur sont arrêtés, son épouse part en Suisse en 1730. Le ministre est soulagé, mais reste préoccupé par ses enfants qui, jugés trop jeunes pour effectuer un si long voyage, sont placés en pension en Vivarais15. Il est arrêté puis pendu en 1732. Les autres prédicateurs de la province se préoccupent alors grandement de sa veuve16, qui obtient une pension en Suisse17.

  • 18 Lettre de Ladreyt à Peirot, 24/09/1739, Ms. Court 17/F, f. 177, Collection Antoine Court, BGE.
  • 19 Notice du mariage entre Jean-Gabriel Fauriel et Paule Escoulens, 11/11/1737, Registres protestants  (...)
  • 20 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 303 ; Odette Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre) dit Lassagn (...)
  • 21 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 42.

7Jean-Gabriel Fauriel, dit Lassagne, épouse Paule Escoulens. Voici comment est décrite leur rencontre : « elle ajouta que l’ordre qu’on avoit donné pour la faire mettre dans un couvent, joint aux soins que les dragons de la Mareschaussée avoient pris pour la capturer lui avoit fait prendre le partit de la fuite, que dans sa retraite, elle avoit trouvé ce ministre & qu’ils sétoient maries ensemble »18. Leur union est célébrée en 1737. À l’inverse des notices de mariage des laïcs qui sont rédigées en français dans le registre clandestin, la leur est écrite avec l’alphabet grec afin de protéger le prédicateur et sa famille : si ce registre tombe entre les mains des autorités, celles-ci peineront à la déchiffrer19. Leur mariage n’a pas laissé de trace dans la correspondance pastorale disponible aux archives, mais beaucoup de documents parlent de Paule Escoulens lorsque le couple est arrêté en 1739. Lassagne, blessé lors de son arrestation, succombe à ses blessures en prison. Son épouse, enceinte, s’échappe de captivité avec Anne Lapra, qui avait hébergé le couple avec son mari et qui est également enceinte. Après avoir trouvé refuge et accouché en Velay, Escoulens rejoint la Suisse, où elle recevra une pension en tant que veuve de pasteur20. L’année 1739 est un coup dur pour la résistance du Vivarais : en plus de Lassagne, un autre pasteur de la province est tué. La résistance vivaroise en ressort affaiblie, avec un seul pasteur en activité dans la province, Jean-Pierre Fauriel, frère de Lassagne21.

  • 22 Notice du baptême de Philippe Louis Isaac Fauriel, 03/12/1741, Registres protestants : Pasteur Fran (...)
  • 23 Sa mère, Marie Lascourt, porte le même nom que la marraine de Philippe Fauriel. Nous pensons donc q (...)
  • 24 O. Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre) dit Ladreyt » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Samuel Mours estime qu’il s’agit du frère aîné. Cela semble se confirmer, car la fille de Jean-Pier (...)

8Ce dernier, surnommé Ladreyt, se marie à Jeanne Mours au plus tard en 1741, puisqu’elle accouche de leur fils cette année-là22. L’épouse de Ladreyt semble être née en 172123 et décède en 175324. Le ministre s’établit, après le baptême de son fils, à l’étranger avec sa famille25. D’après Odette Autrand, c’est le second mariage de Ladreyt26. Il existe, dans les registres, une notice de mariage entre Jean-Pierre Fauriel et Jeanne Chapelle en 1733, mais il s’agirait plutôt du frère aîné de Lassagne et Ladreyt, qui porte le même prénom que le ministre27. Le premier mariage de Ladreyt n’a laissé aucune trace écrite ; il se peut qu’il y ait eu confusion avec celui de son frère aîné car le fait qu’ils portent le même prénom complique beaucoup les recherches dans les registres.

  • 28 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. II.
  • 29 Ibid., p. 284.
  • 30 O. Autrand, « Vernet (Alexandre) » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 379.

9Suite à la mort de Lassagne, de nouveaux ministres arrivent et la résistance reprend des forces, d’autant qu’il n’y a presque plus de répression de 1743 à 174528. Le pasteur François Coste épouse une demoiselle Vernet en 174329. Réfugiée en Suisse, elle est originaire de la région d’Annonay30. Un autre pasteur du Vivarais vante les qualités de Mme Coste :

  • 31 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, Ms. Court 1/XV, f. 2, Collection Antoine Court, BGE.

agées d’environ dix-huit ans, elle n’est pas si petite comme lui car elle est de ma taille, elle possede dit Mr. Coste l’histoire, la géographie, laritmétique, elle a une mémoire prodigieuse, elle seait faire toute sorte d’ouvrages a l’aiguille, de plus encore elle parle Allemand.31

  • 32 C. Lasserre, Le séminaire..., op. cit., p. 72.
  • 33 Lettre de Coste à Polier, 13/04/1745, Ms. Court 1/XVI, f. 179, Collection Antoine Court, BGE.
  • 34 Lettre de Coste à Court, 11/01/1753, Ms. Court 1/XXVI, p. 25, Collection Antoine Court, BGE.
  • 35 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 284.

10En 1745, Mme Coste souhaite rejoindre son mari en Vivarais. Celui-ci demande l’accord à son ancien professeur au séminaire, qui assure le lien avec le comité responsable des pensions versées aux pasteurs32 : « Il y a quelque tems quelle étoit dans le sentimens de retourner dans le vivarais. Voyant que nous étions alors assés tranquilles, jy donnai mon aquissement sous les conditions quelle ne partiroit point que par votre consentement »33, explique Coste. Mais huit ans plus tard, le Vivarais étant « trop dangeureux pour quils y puissent rester34 », Coste quitte la France avec son épouse et son fils et exerce son ministère dans le comté de Vaud en Suisse35.

  • 36 Réhabilitation du mariage de Pierre Peirot et Catherine de Glo de Lorme célébré le 10/01/1745, 27/0 (...)
  • 37 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 396-397.
  • 38 Odette Autrand, Pierre Coulet, David Duquenoy, Renée Picheral, « De Chalencon à Silhac », Bulletin (...)
  • 39 O. Autrand, « Peirot (Pierre) dit Pradier » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 309.
  • 40 Ce papier aurait été trouvé chez Anne Lapra et Jean-Pierre Espinas, qui ont hébergé le pasteur Lass (...)

11Pierre Peirot se marie en 1745. La seule trace que nous ayons trouvée de son mariage à Catherine de Glo est sa réhabilitation en 178836 (à partir de 1787, les protestants retrouvent un état civil grâce à l’Édit de Tolérance). À onze ans, la future épouse du ministre a été capturée par les autorités et confiée à son oncle après que sa mère a hébergé un prédicateur chez elle. De Glo réussit à s’échapper de chez son oncle, qui voulait la mettre en couvent37. Cinq ans plus tard, en 1744, elle récupère ses biens et revient habiter dans sa maison familiale38, puis épouse Peirot. Ils auront un fils, né en 176439. Par ailleurs, Peirot a peut-être été fiancé, avant ce mariage, à une certaine Anne Lapra : lors de l’arrestation de Lassagne, les autorités affirment trouver sur lui « un papier contenant dun costé une promesse de mariage signée Peyrot et Anne Lapra et de l’autre quelques reglement pour les synodes »40. Dans leurs interrogatoires, toutes les personnes arrêtées ce jour-là affirment ne pas avoir connaissance de cette promesse de mariage. On peut envisager quatre explications à cela : soit les fiançailles ont bien eu lieu et les témoins ont menti pour protéger les protagonistes, soit le mariage a été annulé au dernier moment (cela expliquerait pourquoi cette feuille semble être utilisée comme un brouillon), soit les autorités ont inventé cette promesse de mariage afin de recueillir des informations sur Peirot qui est devenu ministre un mois plus tôt (mais ce papier figure aussi sur l’inventaire des objets trouvés sur Lassagne à son arrestation), soit il s’agit d’un autre Pierre Peirot. En tout cas, si ces fiançailles ont bien eu lieu, elles n’étaient plus d’actualité en 1745, puisque Peirot épouse Catherine de Glo cette année-là.

  • 41 Samuel Mours, Portraits huguenots vivarois, Publications du Musée du Désert en Cévennes, 1948, p. 2 (...)
  • 42 O. Autrand, « Blachon (Jean) dit Châtaignier » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 6 (...)
  • 43 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 265.
  • 44 O. Autrand, « Blachon (Jean)... », Art. cit., p. 60-61.

12Enfin, Jean Blachon s’unit à Magdeleine Dubois, de dix ans sa cadette, en 174841. Ils ont quatre enfants, dont plusieurs deviendront pasteurs à leur tour, après la tolérance de fait42. Par sécurité et afin de leur donner une bonne éducation, son épouse les emmène en Suisse en 176043. Blachon les y rejoindra en 1762 et deviendra inspecteur au séminaire de Lausanne, où sont formés les pasteurs français44.

Épouses des pasteurs du Vivarais dont l’union a été célébrée
pendant leur ministère (1721-1757)

  • 45 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 301, 402 ; Y. Krumenacker, « Durand (Pierre) » dans Y. Kr (...)
  • 46 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 303 ; O. Autrand, « Fauriel (Jean-Gabriel) dit Lassagne, (...)
  • 47 O. Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre)... », Art. cit., p. 150-151 ; Notice du baptême de Jeanne Mours (...)
  • 48 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit. ; O. Autrand, Y. Krumenacker, « Coste (François) di (...)
  • 49 P. Rolland, op. cit., p. 396 ; Réhabilitation du mariage de Pierre Peirot et Catherine de Glo de Lo (...)
  • 50 O. Autrand, « Blachon (Jean)... », Art. cit., p. 60-61 ; S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op (...)

Époux

Épouse

Lieu d’origine de l’épouse

Date du mariage
(Âge F ; H)

Pierre Durand

Anne Rouvier

Serres, Vivarais

1727 (24 ; 26)45

Jean-Gabriel Fauriel dit Lassagne

Paule Escoulens

Saint-Vincent- Durfort, Vivarais

1737 (30 ; 31)46

Jean-Pierre
Fauriel dit Ladreyt

Jeanne Mours

Saint-Sauveur- de-Montagut, Vivarais

Inconnue

(14 ans
de différence)47

François Coste

Mlle Vernet

Annonay, Vivarai

Vevey, Suisse (au moment du mariage)

1743
(18 ; environ 31)48

Pierre Peirot

Catherine de Glo

Silhac, Vivarais

1745
(environ 17 ; 33)49

Jean Blachon

Magdeleine Dubois

Inconnu

1748
(environ 26 ; 36)50

Les opinions de plus en plus défavorables des pasteurs sur le mariage de leurs collègues

  • 51 Voir l’ensemble de la correspondance de Court : Collection Antoine Court, BGE.
  • 52 Lettre de Durand à Court, 02/04/1727, Ms. Court 1/IV, f. 114-115, Collection Antoine Court, BGE, ci (...)

13Comme pour leurs confrères du xviie siècle, les vies personnelles des pasteurs sont scrutées, notamment par les autres ministres du Vivarais et les personnes gérant la résistance depuis la Suisse51. Durand, le premier pasteur à se marier, est ravi d’annoncer la nouvelle à Court d’autant que son épouse est de la famille de ce dernier : « J’ai l’honneur d’être votre parent en qualité d’époux de votre germaine depuis le 10 mars. Elle se porte à merveille52 ». Nous ignorons ce que les quelques prédicateurs qui épaulent alors Durand en Vivarais pensent de ce mariage. En revanche, compte tenu de la fréquence avec laquelle le ministre mentionne son épouse dans sa correspondance, il semble assumer pleinement son union.

14Les frères Fauriel, qui se sont mariés dans les années 1730, ont laissé si peu de correspondance que nous n’avons pas trouvé de traces de l’annonce de leurs mariages dans les lettres conservées aux archives. Nous ne connaissons donc pas l’opinion de leurs collègues sur les unions respectives. Il semble peu probable que leurs mariages posent de problème aux autres ministres. En effet, Ladreyt se serait marié deux fois ; une forte désapprobation à son union l’aurait sûrement dissuadé de se remarier.

  • 53 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit.
  • 54 Lettre de Peirot à Court, 29/02/1744, Ms. Court 1/XV, f. 72, Collection Antoine Court, BGE.

15À partir des années 1740, en revanche, les opinions des pasteurs du Vivarais sur les mariages de leurs collègues se dégradent. Ainsi, lorsque Coste se marie, ses collègues craignent que cela ait un impact sur son investissement dans la résistance : « Mr. Coste s’etant ainsi marié je crains qu’il ne reste pas long tems dans ce païs, si cela arriva Mr. Peirot moi resterons seuls ici, je ne suis guere content de son procédé à nôtre égard, cependant je ne lui ai jamais fait semblant d’aucune chose »53, écrit un autre ministre de la province. Quelques mois plus tard, Peirot estime que l’épouse de Coste est responsable du manque d’implication de son collègue : « Sa femme a une si grande tendresse pour lui, quelle ne peut pas soufrir qu’il la quite »54.

  • 55 « Désubas ou Coste » selon Samuel Mours : S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.
  • 56 Pauline Duley-Haour, Désert et Refuge : sociohistoire d’une internationale huguenote. Un réseau de (...)
  • 57 Lettre de Court à Peirot (copie), 19/03/1745, Ms 479-1, p. 63, Société de l’Histoire du Protestanti (...)
  • 58 Lettres de Peirot (sans autre expéditeur) écrites à ses collègues après son mariage, Ms. Court 1/XV (...)
  • 59 Lettres de Durand écrites entre 02/04/1727 et 01/1732 (sans autre expéditeur) à ses collègues citée (...)
  • 60 Lettres de Coste (sans autre expéditeur) à ses collègues écrites après son mariage, Ms. Court 1/XVI (...)
  • 61 Lettres de Blachon (sans autre expéditeur) à ses collègues, Ms. Court 1/XXI-1/XXVIII, 07/05/1748-17 (...)
  • 62 Lettre de Ladreyt (signée Lavertu) à Dubos, 09/02/1733, Ms. Court 1/VIII, f. 171-172 ; Lettre de La (...)
  • 63 Lettres de Lassagne (sans autre expéditeur) écrites à ses collègues, disponibles dans : Collection (...)
  • 64 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.

16Malgré son mécontentement face au mariage de Coste, Peirot se marie lui aussi. Il est possible qu’il ait prévenu ses collègues oralement ou par écrit, mais que ces lettres soient depuis perdues. Quoi qu’il en soit, l’un d’entre eux, au moins, était au courant de ce mariage : Peirot et son épouse habitant tous deux en Vivarais, leur union a forcément été bénie dans leur province et par un autre pasteur55. Court qui, pour des raisons de sécurité, a fui en Suisse d’où il continue de gérer la résistance56, ne semble pas être au courant puisqu’il n’en fait aucune mention dans une lettre adressée au ministre deux mois après son mariage57. Curieusement, Peirot ne parle pas de son épouse dans les vingt-quatre lettres, adressées à Court ou à ses autres collègues, que nous avons consultées en archives58. À titre de comparaison, Durand mentionne Anne Rouvier dans treize des vingt lettres écrites à ses collègues après son mariage59, Coste parle de son épouse dans six lettres parmi les dix-huit qu’il a envoyées (presque uniquement pour des raisons de déménagement ou de pension60) et Blachon évoque la sienne dans neuf des dix lettres, écrites depuis son mariage, que nous avons consultées61. Ladreyt, lui non plus, ne fait pas mention de Jeanne Mours62 ; mais l’échantillon de lettres est si petit qu’il n’est sûrement pas représentatif de l’ensemble de sa correspondance. Quant à Lassagne, il n’a pas laissé, parmi celles que nous avons consultées, de lettre écrite lorsqu’il était marié63 (1737-1739). Même si Peirot est moins proche de Court que ne l’est Durand (Anne Rouvier étant la cousine de ce dernier) et n’a pas les mêmes besoins d’hébergement et de pension pour son épouse que Coste, cette omission reste curieuse. Peirot a-t-il réellement caché son mariage jusqu’à la fin de son ministère en France en 1772 ? Ce scénario est peu probable. En revanche, Peirot, lui-même critique du manque d’attention de Coste suite à son mariage, a sûrement souhaité démontrer que son union à Catherine de Glo n’a en rien impacté sa dévotion à son travail. D’après Samuel Mours, elle est d’ailleurs discrète et sa « très grande prudence » lui permet de résider dans sa résidence familiale, où son mari lui rend visite64.

  • 65 Lettre de Blachon à Court, 03/04/1750, Ms. Court 1/XXIII, f. 103, Collection Antoine Court, BGE.
  • 66 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, Ms. Court 1/XXIV, p. 159, Collection Antoine Court, BGE.

17Enfin, même si certains de ses collègues du Vivarais semblent être au courant du mariage de Blachon en 1748, le pasteur cache son union à Court pendant deux ans ! La première mention que fait le ministre de son épouse est en conclusion d’une lettre : « Ma femme vous prie d’agréer ses trés humbles civilités. Faites moi la grace de m’écrire le plutôt & le plus souvent que vous le pourez65 ». Il semble que le ministre, sachant que Court a appris la nouvelle par un autre moyen, a décidé de ne plus le cacher et fait comme si son mariage était une évidence. Ce dernier, en réponse, fait « un procès sur le passé »66 à son ami :

  • 67 Lettre de Court à Blachon, 14/05/1750, Ms. Court 7/XI, p. 189-190, Collection Antoine Court, BGE.

Cela etant ne vous seroit-il donc rien arrivé depuis votre lettre du 7 mai 1748, c’est a dire dans un intervalle de 23 mois qui put interesser une amitiee aussi vive & aussi tendre que la mienne ? La chose n’est pas concevable ? […] Vous avez donc pris femme : et comptez vous donc pour si peu de choses une femme qu’elle ne merite pas quon en informe un ami : je ne veux pas vous brouiller avec elle mais si jetois a sa place, je vous ferois bien voir ce que je vaut et si apres m’avoir epousée on peut ecrire a son ami, je n’avois rien de nouveau a vous aprendre.67

18En réponse, Blachon explique qu’il pensait que Court en avait déjà été informé par des connaissances mutuelles :

  • 68 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op. cit.

A legard de ce que j’avois eu l’honneur de vous écrire que depuis longtems, il ne s’etoit rien passé de nouveau dans ce païs qui meritat vôtre attention, je disois la verité ; & mon mariage […] n’auroit pas été une nouvelle pour vous. Je fus à n’en pouvoir pas douter que vous en futes informés des qu’il fut conclu. Ainsi je ne crûs pas devoir vous aprendre une chose que vous sauriez dèja. Il y avoit même eu des gens de ce païs qui vous en avoient parlé, avant & peu de tems après sa conclusion.68

  • 69 Ibid., p. 160.
  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid.

19Mais la suite de sa réponse montre son malaise et sa difficulté à assumer son union. Il se justifie longuement sur sa décision de se marier et avoue qu’il ne se serait « peut être pas tant pressé »69 de l’annoncer à Court si celui-ci n’avait pas abordé le sujet lui-même, préférant que certains de ses « amis »70 l’ignorent « encore »71. En effet, Court lui avait recommandé de ne pas se marier. Ainsi, ce ne sont pas uniquement les ministres de la province qui désapprouvent des mariages de leurs collègues, mais leur hiérarchie en Suisse.

Des coûts importants et décourageants pour les pasteurs et la résistance

20Pourquoi les mariages des ministres semblent-ils être si mal perçus par leurs collègues à partir des années 1740 ? Il est probable que ce ne soit pas leurs mariages qui posent problème, mais plutôt les coûts qu’ils engendrent sur la vie clandestine de ces ministres.

  • 72 Lettre de Duvernet, 14/09/1734, Ms. Court 18/AA, p. 310-311, Collection Antoine Court, BGE.
  • 73 Lettre de Peirot, 09/06/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 522, Collection Antoine Court, BGE.
  • 74 Lettre de Durand à Rouvier, 30/06/1731 citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 220.
  • 75 S. Mours, R. Darcissac, Deux Martyrs du Désert, op. cit., p. 158-159 ; Lettre de Duvernet, 31/05/17 (...)

21Le mariage d’un pasteur a tout d’abord un coût financier, pour lui-même et, à sa mort, pour la résistance. Une fois marié, un ministre doit subvenir aux besoins financiers de son épouse en plus des siens et, s’ils en ont, à ceux de leur(s) enfant(s). Pendant notre période d’étude, les pasteurs perçoivent une pension. Elle semble être payée par les églises locales et par les dons solidaires des huguenots installés à l’étranger que transfère Court. Nous ne savons pas comment sont réparties ces sommes ; peut-être la pension payée par les églises locales vient-elle aussi de Court. « Il y a déjà plus d’un mois & demi que mon entiere subsistance est obtenuë par les soins obligeans de nôtre tres cher ami Monsieur Court. […] Mais cette pention n’est que pour la nourriture : & vous jugez quelle ne suffit pas pour payer mille autres depenses qu’on est obligé de faire »72, explique un prédicateur du Vivarais. Peirot est du même avis : « Ce que nos Eglises nous fournissent, est si peu de chose, qu’a peine sufit il à ceux qui n’ont ni femme, ni enfans ; & qui ne font de depense que le moins qu’ils peuvent »73. Durand peine d’ailleurs à fournir de l’argent à sa femme : « Je ferai ce que je pourrai pour t’envoyer quelque chose. Mais l’argent est rare, le pays foulé, et il m’en faut beaucoup »74. Si le pasteur meurt pendant l’exercice de son ministère (quatre pasteurs sont arrêtés et tués en Vivarais entre 1721 et 1757, dont deux mariés), la résistance aide la veuve financièrement en lui obtenant une pension en Suisse75. Ce processus peut être long et compliqué et préoccupe grandement les pasteurs du Vivarais et Court, surtout après l’exécution de leur premier pasteur, Pierre Durand.

  • 76 « Relation de l’état présent des affaires qui regardent la religion dans le Vivarais pour l’année 1 (...)
  • 77 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.
  • 78 Lettre de Peirot à Court, 29/02/1744, op. cit.
  • 79 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 521, Collection Antoine Court, BGE.
  • 80 Lettre de Blachon à Court, 17/05/1755, Ms. Court 1/XXVIII, p. 290, Collection Antoine Court, BGE.
  • 81 Lettre de Blachon à Lacombe, 1739, Ms. Court 44, p. 17, Collection Antoine Court, BGE.

22Le mariage d’un ministre est aussi un engagement qui lui prend du temps. C’est, au début, une distraction qui a un impact sur son travail. Itinérants et sans domicile fixe, les pasteurs se déplacent d’église en église, en logeant chez des fidèles ou passant des nuits dans la nature. Leur emploi du temps est très chargé : en 1737, les pasteurs prêchent environ cinquante fois par an, en se rendant seulement deux fois dans une même église, sans compter les bénédictions de baptêmes et mariages76. Lorsqu’ils se marient, ils doivent donc trouver du temps pour voir leurs épouses. En effet, si elles possèdent une maison familiale dans la province, elles y logent et leurs maris ne peuvent habiter avec elles. Ainsi, Peirot ne rend visite à son épouse dans sa maison à Silhac » que rarement et en cachette »77. Avant son propre mariage, Peirot se plaint du temps que perd son collègue : « je n’ai que Monsieur Coste qui m’aide, & encore depuis son mariage, il s’en faut bien qu’il soit aussi libre, qu’il létoit auparavant »78. Lorsqu’elle arrive en Vivarais, l’épouse de Coste réside au début dans la maison de son père mais, après un moment, « elle n’y peut plus rester sans s’exposer, elle & son mari à de très grands dangers »79. Quand leurs épouses n’ont pas accès à une maison familiale, elles sont souvent contraintes d’accompagner leurs maris. C’est le cas, notamment, de Magdeleine Dubois « obligée de rouler perpétuellement80 » avec Blachon. Paule Escoulens accompagne également son mari alors qu’elle est enceinte de six mois81, car un ordre pour la faire enfermer en couvent l’a contrainte à fuir son domicile quelques années auparavant. Mais être accompagnés par leurs épouses est également une contrainte qui peut faire perdre du temps aux ministres, car l’itinérance à deux demande une plus grande organisation. Nous pouvons imaginer, par exemple, que la grossesse de Paule Escoulens ralentit le rythme de voyage de son mari.

  • 82 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, Ms. Court, 1/XXV, p. 521, Collection Antoine Court, BGE.
  • 83 É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 7.
  • 84 Lettre de Durand à Rouvier, 23/11/1730, Papiers Chiron 358/III, SHPF, citée dans É. Gamonnet, Pierr (...)

23D’autre part un mariage a un coût sécuritaire pour les ministres. Cet événement les rend plus visibles car les pasteurs sont connus de tous dans la province. La nouvelle de leur mariage peut donc se répandre très rapidement et faire beaucoup de bruit, à l’image de celui de Coste qui n’a pu être gardé secret : « nonobstant les prècautions qu’on a prises pour tenir son mariage secret tout le monde le soupçone82 ». Premièrement, les autorités peuvent utiliser les familles des ministres comme moyen de pression, à l’instar de celle de Durand, dont le père et la sœur ont été emprisonnés83. Deuxièmement, comme nous l’avons dit précédemment, si leurs épouses voyagent avec eux, il est plus compliqué pour eux de se déplacer discrètement, surtout lorsqu’elles sont enceintes ; si elles résident dans la maison familiale, leur sédentarité fait d’elles une cible facile. Enfin, en s’écrivant, les couples prennent un risque que leurs lettres soient interceptées et les mettent tous deux en danger. Durand donne de longues instructions à son épouse afin que leur correspondance soit la plus sûre possible84. Il est donc possible que Peirot ne mentionne jamais son épouse dans sa correspondance avec les autres pasteurs pour la sécurité de leur couple : en ne laissant aucune trace écrite à son sujet, il s’assure que les autorités ne puissent remonter à elle. Cela, en retour, le protège aussi, puisque les autorités ne peuvent capturer son épouse pour exercer une pression sur lui. Après qu’un quatrième pasteur du Vivarais et un ministre du Dauphiné ont été exécutés en 1745, Court a d’ailleurs encouragé Blachon à ne pas se marier, ce qui explique sa décision de ne pas le tenir informé de son mariage :

  • 85 Blachon utilise ici des abréviations afin que les autorités, si elles interceptent la lettre, ne co (...)
  • 86 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op. cit.

non que je sois faché dêtre marié & que je veuille rien vous cacher d’ailleurs de ce qui me regarde ; mais sachant vôtre manière de penser touchant les M. du D. qui se m.85 & parce que vous connoisses leur état, j’aurois voulu vous épargner bien de solicitudes sur mon compte86.

24C’est d’ailleurs sûrement ce coût sécuritaire qui fait basculer l’opinion des pasteurs sur le mariage de leurs collègues en Vivarais après 1740. La décennie précédente ayant été très meurtrière pour les ministres du Vivarais, puisque Durand en 1732, puis Lassagne et Duvernet en 1739, sont arrêtés et tués par les autorités. Après cette année, les cadres de la résistance sont particulièrement inquiets quant à la sécurité des pasteurs et de leurs proches, craignant des arrestations en cascade. Cela est renforcé avec les événements de l’année 1745.

  • 87 Lettre de Coste à Court, 26/08/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 677-680, Collection Antoine Court, BGE, ci (...)

25Avec le temps, les ministres mariés développent une préoccupation intense pour le bien-être et la sécurité de leurs familles. Ce coût émotionnel est tel qu’il peut remettre en cause l’implication des ministres dans la résistance. Presque dix ans après son mariage, Coste peine à trouver de quoi soutenir sa famille financièrement et la vie en France n’est pas facile pour son épouse. « Comment pouvoir la faire retirer elle de ce pays87 ? » demande-t-il à Court alors qu’il envisage d’accepter un poste à l’étranger. Ses difficultés sont telles que Peirot demande à Court d’intervenir pour aider son collègue :

  • 88 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, op. cit.

Il est très dificile & très ambarassant d’aller d’une maison à l’autre avec son mari & comme impossible, sur le pied où sont presentement les choses, de trouver des maisons où elle puisse se cacher, & où son mari lui puisse rendre visite. Ainsi il ne reste point dautre parti a prendre si non qu’elle se transporte dans un païs où elle n’ait rien a craindre, & où son mari pourroit la laisser avec un enfant estropié qu’ils ont, age d’environ trois ans. […] Quil est triste, Monsieur, détre dans une telle situation, & détre obligé d’en incommoder les amis par des solicitations, qui ne peuvent que les inquiéter. Mais il n’est pas possible de faire autrement. […] si par vos amis & par vos recommandations vous lui pouriés procurer un entretien pour sa femme & son enfant. Si vos soins avoient un tel succès vous redonneriés à nos Eglises un pasteur dont elles ont un pressant besoin ; mais qui sera réduit sil n’obtient point cet avantage de se refugier dans la holande ou dans l’Angleterre88.

  • 89 Lettre de Coste à Court, 11/01/1753, op. cit.
  • 90 Lettre de Blachon à Court, 17/05/1755, op. cit.
  • 91 Ibid.

26Mais un an plus tard, Coste souhaite prioriser la sécurité de sa famille : « Je me vois obligé aujourdhuy malgré moi a prendre le parti de me retirer en hollande ou bien en Angletterre pour tacher de trouver quelques secours pour l’entretient de ma famille89 », conclut-il tristement. Sept ans après leur mariage, la situation devient aussi compliquée pour Blachon et son épouse, « sans avoir aucune demeure fixe & sans ne pouvoir faire que très peu de sejour dans un même endroit90 ». Ils ont désormais quatre enfants, « tous en pention ou a nourrice, rependus en diferents endroits91 » du Vivarais. Le couple fait appel à Court :

  • 92 Ibid.

Jugez par là, mon cher Monsieur, quels doivent être nos embarats, & dans quelles craintes ne devons pas être que ces chers enfans ne soient enlevés par les ennemis à qui il est impossible de les cacher longtems quelques precaution que nous puissions prendre. […] Pourvû que je puisse faire autrement, je ne serois pas encor dans le dessein d’abandonner les Egl. de Fr., il s’en manque de beaucoup & ce ne sera certainement que le plus tard qu’il me sera possible. Néanmoins je me vois nécessité à prendre certains arrangements pour faire subsister ma famille, pour la mettre en sureté, autant qu’il se poura, & pour donner une certaine education à mes enfans.92

  • 93 Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit. ; P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit.

27Au total, quatre pasteurs, dont trois mariés, quittent la France pour s’établir à l’étranger93.

La rencontre l’emporte sur la recommandation

28À cause du contexte répressif, le mariage ne semble plus nécessaire à l’exercice du ministère, désormais clandestin, entre 1721 et 1757. Un pasteur doit toujours se comporter de manière exemplaire mais, ne vivant plus parmi ses fidèles, il n’a plus l’obligation d’être un modèle pour eux au quotidien. Même si se marier et avoir une vie de famille est compliqué pour ces ministres clandestins, leurs mariages semblent être bien acceptés au début de cette période. Après l’année charnière qu’est 1739 pour la résistance du Vivarais, ils sont plutôt encouragés à ne pas se marier.

  • 94 Ibid.
  • 95 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 401-402.
  • 96 « Les Prisonnières (Lettres E&F) », Musée du Désert, http://www.museedudesert.com/article5802.html (...)
  • 97 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit.
  • 98 P. Rolland, Dictionnaire..., op.cit., p. 396-397.
  • 99 Lettre de Magdeleine Dubois à Désubas, 12/06/1740, Ms 477/2, f. 121-122, SHPF.

29Cette évolution de la perception du mariage pastoral à partir des années 1740 est renforcée par les événements de 1745 dans la province et en Dauphiné, mais est surtout due aux conséquences qu’une union engendre sur la vie personnelle et professionnelle des ministres. En effet, les cadres de la résistance redoutent deux conséquences à ces mariages : une mise en danger aggravée par la visibilité du mariage menant à une arrestation et une exécution du ministre, ou une fuite vers l’étranger dans l’espoir d’une vie plus tranquille pour la famille pastorale. Leurs craintes ne sont pas infondées : huit des treize ministres du Vivarais quittent subitement le ministère en France (dont quatre qui émigrent à l’étranger et quatre autres qui sont tués par les autorités94). Leurs collègues en France et, comme Court, en Suisse redoutent que cet exode crée un vide dans certaines provinces où les pasteurs sont déjà en sous-effectif. Nous pouvons aussi nous demander si le profil des épouses de Coste, Peirot et Blachon, qui contraste beaucoup avec celui des femmes des premiers pasteurs à s’être mariés, ne pose pas un problème aux autres ministres. Il ne s’agit a priori pas de considérations sociales. En effet, leurs épouses semblent venir de milieux éduqués : Anne Rouvier est fille de notaire95 ; Paule Escoulens vient sûrement d’un milieu lettré, puisque des livres religieux sont retrouvés chez elle96 ; nous n’avons pas d’information sur l’origine sociale de Jeanne Mours ; Mme Coste est très éduquée97 ; Catherine de Glo vient d’un milieu noble98 ; Magdeleine Dubois maîtrise bien l’orthographe et la grammaire française dans sa correspondance99. En revanche, Mmes Coste, Peirot et Blachon sont beaucoup plus jeunes que leurs maris (voir Tableau 1). Leurs collègues craignent-ils un manque de maturité de leur part, qui ne leur permettrait pas d’assumer le rôle, de plus en plus compliqué, de femme de pasteur clandestin ?

30Quoi qu’il en soit, les recommandations de Court ne sont pas des obligations théologiques mais des conseils pratiques que les pasteurs peuvent ignorer. Les statistiques et les exemples des mariages des ministres vivarois entre 1721 et 1757 montrent bien que chaque pasteur se fait sa propre opinion sur la question, à l’exemple de Blachon :

  • 100 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op cit.

je n’ai pas oublié ce que vous me disiez […] Je men suis toujours bien souvenu. Cependant quelque deference que j’aye pour ce qui vient de vôtre part, après y avoir murement reflechi, j’ai cru devoir passer outre, sans craindre même de vous indisposer contre moi ; vous étes trop raisonnable pour cela. J’avois consulté le celebre Mr. Ostervald, j’ai consulté St. Paul & ma conscience, ensuite j’ai pris le parti qui m’a parû être le plus convenable… Notez que bien souvent l’occasion fait le laron. Si je n’avois pas connu la personne avec laquelle j’ai la satisfaction d’être uni, il se peut bien que je n’aurois pas sitôt palpité. J’en avois vû plusieurs autres qui n’avoient pas fait sur moi beaucoup d’impression ; Ce ne n’est [sic] pas que je venisse faire ici l’Eloge de ma chere moitié, il ne me conviendroit point a present, je veux seulement vous faire savoir qu’elle a été & quelle est de plus en plus selon les desirs de mon cœur. Vous voyez donc, mon cher Monsieur, que si j’ai gardé le silence sur son sujet, ce n’a pas été parce que je n’est faits pas assez de cas. Je puis dire qu’il n’est peut être guere de Mari qui ait plus de tendresse pour sa femme & par bonheur pour moi je suis parfaitement payé de retour. Ainsi vous auriez beau faire, quand même vous le voudriez, il vous seroit bien dificile de nous brouiller.100

31Après de nombreuses considérations théologiques et pratiques, c’est en fin de compte la rencontre qui prime pour Blachon et, semble-t-il, pour les autres ministres que nous avons présentés. Ils ne cherchent pas activement une épouse ; ils ne suivent pas aveuglément les recommandations de célibat non plus. Ce sont les rencontres sur le terrain qui peuvent leur faire prendre la voie du mariage et d’une vie de famille. L’origine sociale de l’épouse ou la situation de sa famille ne semblent pas importer ; les ministres n’ont d’ailleurs pas de recommandations à ce sujet. Les pasteurs choisissent leurs épouses par amour ou, du moins, par inclination. Gardons tout de même en tête que cette étude porte sur un échantillon réduit de pasteurs ; il serait intéressant de l’étendre aux provinces des Cévennes et du Dauphiné.

Haut de page

Notes

1 Julien Leonard, Être pasteur au xviie siècle : le ministère de Paul Ferry à Metz, 1612-1669, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 95.

2 Susan C. Karant-Num, « The Emergence of the Pastoral Family in the German Reformation : The Parsonage as a site of Socio-religious Change » dans Scott Dixon, Luise Schorne-Schütte (dir.), The Protestant Clergy of Early Modern Europe, New York, Palgrave and Macmillan, 2003, p. 79-99 ; J. Léonard, Être pasteur..., op. cit., p. 95-125 ; Julien Léonard, « L’histoire des femmes de pasteurs en France au xviie siècle et ses difficultés méthodologiques. L’exemple des épouses de Paul Ferry », dans Fabien Salesse (dir.), Le bon historien sait faire parler les silences. Hommages à Thierry Wanegffelen, Toulouse, Méridiennes, 2012, p. 103-118 ; Françoise Moreil, « Portrait de groupe avec dames », dans Didier Poton, Raymond A. Mentzer (dir.), Agir pour l’Église, Ministères et charges ecclésiastiques dans les églises réformées (xvie-xixe siècles), Paris, Les Indes savantes, 2014, p. 181-199.

3 J. Léonard, op. cit., Être pasteur..., p. 96.

4 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France, xvie-xxie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 709.

5 Yves Krumenacker (dir.), Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIe siècle, Paris, H. Champion, 2008 ; Claude Lasserre, Le séminaire de Lausanne (1726-1812) : instrument de la restauration du protestantisme français, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1997. Par ordre chronologique de consécration : Pierre Durand (1726), Jean-Gabriel Fauriel dit Lassagne (1730), Jacques Boyer dit Dubos (1733), Mathieu Morel dit Duvernet (1736), Jean-Pierre Fauriel dit Ladreyt (1737), Pierre Peirot dit Pradier (1739), Jacques Dunière dit Lacombe (1739), Jean Blachon dit Châtaigner (1739), François Coste dit Juston (1741), Pierre Pellissier dit Dubesset (1743), Mathieu Majal dit Désubas (1743), Antoine Gounon dit Pradon (1743), Alexandre Vernet (1752). Nous ne comptons pas les ministres ayant reçu l’imposition des mains dans une autre région et ayant séjourné brièvement en Vivarais, ni ceux ayant été nommés pasteurs en Vivarais mais n’y ayant pas exercé de ministère.

6 Pierre Rolland, Dictionnaire du Désert huguenot : La reconquête protestante, 1715-1765, Paris, Les Editions de Paris, 2017, p. 83-84.

7 Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit. ; P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit. Comme les protestants se mariaient de manière clandestine, leurs mariages étaient uniquement recensés dans les registres protestants, dont certains ont disparu. Il se peut donc que ce chiffre ait été sous-évalué.

8 Ibid.

9 Lettre de Durand à Pierre Corteiz, 07/06/1721, Ms. Court 1/II, 229-230 ; Lettres de Durand à Court, 25/09/1721, Ms. Court 1/II, 282-283 ; 18/12/1721, Ms. Court 1/II, 325-326 ; Lettre de Durand à Pictet et Court, 29/05/1722, Ms. Court 1/III, 31-32, Collection Antoine Court, Bibliothèque de Genève (désormais : BGE), Genève, Suisse, citées dans Étienne Gamonnet, Pierre Durand, restaurateur du protestantisme : lettres et écrits, Bez-et-Esparon, Études et communication, 1999, p. 78, 85, 91, 96.

10 Lettre de Durand à Court, 01/01/1725, Ms. Court 1/III, 136-137, Collection Antoine Court, BGE, citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 113.

11 Ibid., p. 114.

12 Ibid.

13 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 20.

14 Bénédiction du mariage entre Anne Rouvier et Pierre Durand, 11/03/1727, citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 151.

15 Lettres de Durand, 23/11/1730-05/01/1732 citées dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 190-255.

16 Entre autres : Lettre de Duvernet à Dubos, 22/11/1732, Ms. Court 18/AA, p. 260 ; Lettre de Lassagne à Dubos, 29/10/1732, Ms. Court 18/AA, p. 263 ; Lettre de Duvernet à Dubos, 31/01/1733, Ms. Court 18/AA, p. 271, Collection Antoine Court, BGE.

17 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 402.

18 Lettre de Ladreyt à Peirot, 24/09/1739, Ms. Court 17/F, f. 177, Collection Antoine Court, BGE.

19 Notice du mariage entre Jean-Gabriel Fauriel et Paule Escoulens, 11/11/1737, Registres protestants : Boyer et Morel, 1735-1739, PRD21, p. 116-117, diapositives 116-117, base de données de la Société des Amateurs de Généalogie de l’Ardèche (désormais : SAGA) (https://www.sagardeche.fr), https://archives.ardeche.fr/archive/resultats/protestants/n :121 ?RECH_unitid = PRD+21&type =protestants [consulté le 14/06/2021].

20 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 303 ; Odette Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre) dit Lassagne » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 151.

21 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 42.

22 Notice du baptême de Philippe Louis Isaac Fauriel, 03/12/1741, Registres protestants : Pasteur François Coste, 1741-1746 B. M., PRD17, p. 14, diapositive 17, base de données de la SAGA, https://archives.ardeche.fr/archive/resultats/protestants/n :121 ?RECH_unitid =PRD+17&type = protestants [consulté le 14/06/2021].

23 Sa mère, Marie Lascourt, porte le même nom que la marraine de Philippe Fauriel. Nous pensons donc qu’il s’agit bien de la femme de Ladreyt : Notice du baptême de Jeanne Mours, 01/05/1721, Registres paroissiaux : St Sauveur Montagut, 1670-1749, 295-01, p. 222-223, diapositives 250-251, base de données de la SAGA, https://archives.ardeche.fr/archive/resultats/paroissiaux/n :164 ?RECH_commune = %22Saint-Sauveur-de-Montagut %22&RECH_unitdate_debut =1670&RECH_unitdate_fin =1749&type =paroissiaux [consulté le 14/06/2021].

24 O. Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre) dit Ladreyt » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 151.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Samuel Mours estime qu’il s’agit du frère aîné. Cela semble se confirmer, car la fille de Jean-Pierre Fauriel et Jeanne Chapelle, baptisée une première fois au Désert, est baptisée aussi à l’Église catholique. Un ministre du Désert n’aurait pas, pour des raisons morales, fait baptiser sa fille dans une cérémonie catholique. De plus, les autorités, sachant que Jeanne Chapelle et Jean-Pierre Fauriel se sont mariés au Désert, auraient profité de la cérémonie du baptême catholique pour arrêter Fauriel s’il était prédicateur. Samuel Mours, Roger Darcissac, Deux Martyrs du Désert : Fauriel-Lassagne (1705-1739), Morel-Duvernet (1711-1739), Le Chambon-sur-Lignon, Librairie du Velay, 1939, p. 93 et 157 ; Notice du baptême de Jeanne Marie Fauriel, 08/10/1734, Registres paroissiaux : Silhac, 1732-1760, B-M-S, 314-03, p. 31, diapositive 32, base de données de la SAGA, https://archives.ardeche.fr/archive/resultats/protestants/n :121 ?RECH_unitid =PRD+19&type =protestants [consulté le 30/06/2021].

28 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. II.

29 Ibid., p. 284.

30 O. Autrand, « Vernet (Alexandre) » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 379.

31 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, Ms. Court 1/XV, f. 2, Collection Antoine Court, BGE.

32 C. Lasserre, Le séminaire..., op. cit., p. 72.

33 Lettre de Coste à Polier, 13/04/1745, Ms. Court 1/XVI, f. 179, Collection Antoine Court, BGE.

34 Lettre de Coste à Court, 11/01/1753, Ms. Court 1/XXVI, p. 25, Collection Antoine Court, BGE.

35 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 284.

36 Réhabilitation du mariage de Pierre Peirot et Catherine de Glo de Lorme célébré le 10/01/1745, 27/05/1788, Déclarations à la suite de l’édit de novembre 1787 reçues à Vernoux du 26 Mai au 27 Mai 1788 folios 636 à 845, PRT 04 4, diapositive 169, base de données de la SAGA, https://archives.ardeche.fr/archives/resultats/protestants/n :121 ?RECH_unitid =PRT+04+4&type =protestants [consulté le 09/05/2021].

37 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 396-397.

38 Odette Autrand, Pierre Coulet, David Duquenoy, Renée Picheral, « De Chalencon à Silhac », Bulletin annuel de Patrimoine huguenot d’Ardèche Commentaires et documents n° 4 : Sorties et randonnées 2003, 2004, p. 19.

39 O. Autrand, « Peirot (Pierre) dit Pradier » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 309.

40 Ce papier aurait été trouvé chez Anne Lapra et Jean-Pierre Espinas, qui ont hébergé le pasteur Lassagne. S’agirait-il donc de cette Anne Lapra ? Elle est, en tout cas, mariée à Espinas depuis 1736 : Notice du mariage entre Anne Lapra et Jean-Pierre Espinas, célébré par Lassagne, 26/10/1736, Registres protestants ; Jean Gabriel Fauriel Lassagne 1730-1739, Jean-Pierre Fauriel Ladreyt 1738-1741 BM, PRD 19, p. 261, diapositive 261, base de données de la SAGA, https://archives.ardeche.fr/archive/resultats/protestants/n :121 ?RECH_unitid =PRD+19&type =protestants [consulté le 30/05/2021] ; Interrogatoires d’Anne Lapra-Espinas, 25/08/1739, et Jean-Pierre Espinas, 28/08/1739 et 28/10/1739, 2MI307R1 (microfilm de C207), Archives Départementales de l’Hérault (désormais : AD34), Montpellier, France ; Inventaire de ce qui a été trouvé sur Lassagne au moment de son arrestation, 24/08/1739, 2MI307R1, AD34.

41 Samuel Mours, Portraits huguenots vivarois, Publications du Musée du Désert en Cévennes, 1948, p. 260-261.

42 O. Autrand, « Blachon (Jean) dit Châtaignier » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 60-63 ; P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 246.

43 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 265.

44 O. Autrand, « Blachon (Jean)... », Art. cit., p. 60-61.

45 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 301, 402 ; Y. Krumenacker, « Durand (Pierre) » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 139-140.

46 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 303 ; O. Autrand, « Fauriel (Jean-Gabriel) dit Lassagne, L’Aîné » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 150 ; Acte de baptême de Paule Escoulens, Registre catholique de la paroisse de St-Vincent-de-Durfort, Archives Départementales de l’Ardèche cité dans S. Mours, R. Darcissac, Deux martyrs du Désert, op. cit., p. 156.

47 O. Autrand, « Fauriel (Jean-Pierre)... », Art. cit., p. 150-151 ; Notice du baptême de Jeanne Mours, 01/05/1721, op. cit.

48 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit. ; O. Autrand, Y. Krumenacker, « Coste (François) dit Juston » dans Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit., p. 113-114 ; O. Autrand, « Vernet (Alexandre), op. cit., p. 379-380.

49 P. Rolland, op. cit., p. 396 ; Réhabilitation du mariage de Pierre Peirot et Catherine de Glo de Lorme, célébré le 10/10/1745, op. cit.

50 O. Autrand, « Blachon (Jean)... », Art. cit., p. 60-61 ; S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 260-261.

51 Voir l’ensemble de la correspondance de Court : Collection Antoine Court, BGE.

52 Lettre de Durand à Court, 02/04/1727, Ms. Court 1/IV, f. 114-115, Collection Antoine Court, BGE, citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 153.

53 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit.

54 Lettre de Peirot à Court, 29/02/1744, Ms. Court 1/XV, f. 72, Collection Antoine Court, BGE.

55 « Désubas ou Coste » selon Samuel Mours : S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.

56 Pauline Duley-Haour, Désert et Refuge : sociohistoire d’une internationale huguenote. Un réseau de soutien aux « Églises sous la croix » (1715-1752), Paris, Editions Champion, 2017.

57 Lettre de Court à Peirot (copie), 19/03/1745, Ms 479-1, p. 63, Société de l’Histoire du Protestantisme français (désormais : SHPF), Paris, France.

58 Lettres de Peirot (sans autre expéditeur) écrites à ses collègues après son mariage, Ms. Court 1/XVII-XXVII, 31/01/1745-24/12/1754 (hormis les Ms. Court 1/XXI, p. 717-720 et 721-724, que nous n’avons pas pu consulter), Collection Antoine Court, BGE ; Lettre de Peirot à Désubas, 2MI309R1 n° 406, f. 114, 05/10/1745, AD34.

59 Lettres de Durand écrites entre 02/04/1727 et 01/1732 (sans autre expéditeur) à ses collègues citées dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit.

60 Lettres de Coste (sans autre expéditeur) à ses collègues écrites après son mariage, Ms. Court 1/XVI-1/XXVIII, 13/04/1745-27/10/1755, Collection Antoine Court, BGE.

61 Lettres de Blachon (sans autre expéditeur) à ses collègues, Ms. Court 1/XXI-1/XXVIII, 07/05/1748-17/05/1755, Collection Antoine Court, BGE, op. cit.

62 Lettre de Ladreyt (signée Lavertu) à Dubos, 09/02/1733, Ms. Court 1/VIII, f. 171-172 ; Lettre de Ladreyt, 22/11/1739, 1/XI, f. 111-112 ; Lettres de Ladreyt à Peirot (dont une signée Lavertu), 22/02/1739 et 24/09/1739, Ms. Court 17/F, f. 175-176 et 177-178, Collection Antoine Court, BGE.

63 Lettres de Lassagne (sans autre expéditeur) écrites à ses collègues, disponibles dans : Collection Antoine Court, BGE ; SHPF ; AD34.

64 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.

65 Lettre de Blachon à Court, 03/04/1750, Ms. Court 1/XXIII, f. 103, Collection Antoine Court, BGE.

66 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, Ms. Court 1/XXIV, p. 159, Collection Antoine Court, BGE.

67 Lettre de Court à Blachon, 14/05/1750, Ms. Court 7/XI, p. 189-190, Collection Antoine Court, BGE.

68 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op. cit.

69 Ibid., p. 160.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Lettre de Duvernet, 14/09/1734, Ms. Court 18/AA, p. 310-311, Collection Antoine Court, BGE.

73 Lettre de Peirot, 09/06/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 522, Collection Antoine Court, BGE.

74 Lettre de Durand à Rouvier, 30/06/1731 citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 220.

75 S. Mours, R. Darcissac, Deux Martyrs du Désert, op. cit., p. 158-159 ; Lettre de Duvernet, 31/05/1732, Ms. Court 17/H-I, f. 377-378 ; Mémoire pour Mlle Durand, Ms. Court 17/H-I, f. 369-371, Collection Antoine Court, BGE.

76 « Relation de l’état présent des affaires qui regardent la religion dans le Vivarais pour l’année 1737, dressé par Morel, dit Duvernet », 1737, Ms. Court 17/B, p. 502, Collection Antoine Court, BGE.

77 S. Mours, Portraits huguenots vivarois, op. cit., p. 211.

78 Lettre de Peirot à Court, 29/02/1744, op. cit.

79 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 521, Collection Antoine Court, BGE.

80 Lettre de Blachon à Court, 17/05/1755, Ms. Court 1/XXVIII, p. 290, Collection Antoine Court, BGE.

81 Lettre de Blachon à Lacombe, 1739, Ms. Court 44, p. 17, Collection Antoine Court, BGE.

82 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, Ms. Court, 1/XXV, p. 521, Collection Antoine Court, BGE.

83 É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 7.

84 Lettre de Durand à Rouvier, 23/11/1730, Papiers Chiron 358/III, SHPF, citée dans É. Gamonnet, Pierre Durand..., op. cit., p. 194-195.

85 Blachon utilise ici des abréviations afin que les autorités, si elles interceptent la lettre, ne comprennent pas ce dont il parle : « les M. du D. qui se m. » signifie « les Ministres du Dauphiné qui se marient ».

86 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op. cit.

87 Lettre de Coste à Court, 26/08/1752, Ms. Court 1/XXV, p. 677-680, Collection Antoine Court, BGE, citée dans A. Picheral-Didier, « L’émigration en 1752 (Documents inédits) », Bulletin historique et littéraire, 1886, n° 35, p. 305-306.

88 Lettre de Peirot à Court, 09/06/1752, op. cit.

89 Lettre de Coste à Court, 11/01/1753, op. cit.

90 Lettre de Blachon à Court, 17/05/1755, op. cit.

91 Ibid.

92 Ibid.

93 Y. Krumenacker, Dictionnaire..., op. cit. ; P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit.

94 Ibid.

95 P. Rolland, Dictionnaire..., op. cit., p. 401-402.

96 « Les Prisonnières (Lettres E&F) », Musée du Désert, http://www.museedudesert.com/article5802.html [consulté le 15 septembre 2021].

97 Lettre de Désubas à Court, 10/11/1743, op. cit.

98 P. Rolland, Dictionnaire..., op.cit., p. 396-397.

99 Lettre de Magdeleine Dubois à Désubas, 12/06/1740, Ms 477/2, f. 121-122, SHPF.

100 Lettre de Blachon à Court, 10/02/1751, op cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rouvière, « Les mariages des pasteurs en Vivarais (1721-1757) »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 93-110.

Référence électronique

Sarah Rouvière, « Les mariages des pasteurs en Vivarais (1721-1757) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8389

Haut de page

Auteur

Sarah Rouvière

Université de Lyon Jean Moulin Lyon 3
LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search