Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Genre et religionHistoriographie des rapports entr...

Genre et religion

Historiographie des rapports entre genre et religion à l’époque contemporaine

Historiography of the relationship between gender and religion in contemporary times
Clarisse Tesson
p. 111-121

Résumés

La cristallisation des débats autour du « mariage pour tous » sur le terrain politique a bien souvent conduit à une vision antagoniste des rapports entre catholicisme et genre. Il serait dommage que celle-ci fasse oublier les liens noués entre l’histoire du catholicisme et l’histoire des femmes et du genre dès la fin des années 1990, dont les résultats se sont rapidement avérés prometteurs. L’article se propose de retracer les grandes étapes de la rencontre entre les deux champs historiographiques en contexte français. Il s’agira non seulement de voir les lieux de rencontre possibles mais aussi de montrer en quoi le croisement a permis de revisiter l’histoire des femmes à l’époque contemporaine. L’intégration du fait religieux apporte un nouvel éclairage sur des thématiques comme la politisation des femmes mais aussi sur la « nouvelle » histoire sociale promue à partir des années 1980, qui a longtemps mis de côté les religieuses, dont le rôle dans la professionnalisation des métiers du soin mais aussi dans la naissance d’un État-providence ne saurait pourtant être ignoré. La naissance des men studies dans les années 2000 a permis de nouveaux terrains de rencontre : si la figure du prêtre a d’emblée interrogé le système de bicatégorisation des identités sexuées, celle du laïc masculin est longtemps restée dans l’ombre. Son étude permet pourtant de revisiter l’idée d’une « féminisation du catholicisme », notion-clé de l’histoire du catholicisme contemporain. Sans doute le nouvel intérêt de l’histoire des hommes et des masculinités pour la sphère privée et le domaine de l’intime permettra-t-il de nouveaux échanges, féconds, avec l’histoire du catholicisme.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

genre, Religion

Keywords:

Gender, Religion
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 2 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique », numéro spécial des Cahiers du (...)

1On fait souvent commencer l’historiographie française des rapports entre genre et religion par la thèse de doctorat de Claude Langlois sur les congrégations à supérieures générales au xixe siècle, soutenue en 1983 et publiée l’année suivante1. Mais on était alors plutôt dans ce qui constitue la préhistoire du genre, à savoir l’histoire des femmes. Car, en histoire religieuse comme dans la discipline historique en général, l’outil du genre est arrivé dans la lignée des travaux sur les femmes, comme la deuxième étape d’un cheminement. C’est à la fin des années 1980, suite à la parution de l’article de Joan Scott, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique » (paru aux États-Unis en 1986, traduit en français en 1988), que le genre, issu de la sociologie, a été intégré à la discipline historique. L’historienne américaine le définit comme « un élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes » et comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir », dans une grille d’analyse marxiste2. Dans son acception française, le genre est avant tout conçu comme un outil pour penser la différence des sexes, vue comme le résultat d’une construction sociale et culturelle au cours d’un processus historique, qui s’appuie autant sur des réalités matérielles de la condition des hommes et des femmes que sur des discours et des représentations. Françoise Thébaud en rappelle les principales problématiques dans Les mots de l’Histoire des femmes en 2004 :

  • 3 Françoise ThébaudLes mots de l’Histoire des femmes, Clio, PUM, 2004, définition donnée sur le sit (...)

Inscrit dans un partage entre nature et culture et dans une perspective constructiviste, le genre dit d’abord que la condition et l’identité des femmes ne se comprend que dans la relation aux hommes et qu’elles sont le résultat d’une construction sociale et culturelle dans un contexte donné : « LA femme » n’existe pas et la tâche de l’histoire est de comprendre l’évolution des systèmes de genre (gender system), ensembles de rôles sociaux sexués et systèmes de représentation définissant le masculin et le féminin. Le genre implique aussi qu’il n’y a pas de sexe
que féminin ; il rend visibles les hommes comme individus sexués et promeut une histoire des masculinités, d’où l’expression parfois utilisée d’histoire des genres.3

  • 4 Laure Bereni, Mathieu Trachman (dir.), Le genre, théories et controverses, Paris, Presses universit (...)

2Laure Bereni et Mathieu Trachman résument quant à eux le genre comme processus social de la façon suivante : c’est un « système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui y sont associées4 ». Le genre est donc à la fois un processus social et un outil des sciences humaines. En histoire, il est notamment utilisé pour comprendre comment se sont construites les identités sexuées.

3L’intégration de l’outil dans le champ de l’histoire religieuse s’est faite relativement tard, en raison d’incompréhensions persistantes : l’histoire des femmes et du genre s’est en partie constituée en opposition au religieux qui apparaissait comme l’un des facteurs d’oppression des femmes, en raison des définitions essentialisantes auxquelles il pouvait sembler contribuer ; en sens inverse, les historiens du religieux, souvent eux-mêmes engagés personnellement dans une confession, ont pu être réticents à l’intégration du genre, qui interroge les formes de domination masculine des institutions religieuses et qui remet en question toute une anthropologie traditionnelle avec laquelle le religieux pouvait paraître avoir partie liée. Au-delà du désintérêt, ou du malaise, des ponts ont cependant été construits des deux côtés, essentiellement à partir des années 1990, et de façon plus intense dans les dernières décennies, avec des résultats probants.

  • 5 Étienne Fouilloux, » Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », Clio. Histoire‚ femmes (...)
  • 6 Bruno Dumons, » Histoire des femmes et histoire religieuse de la France contemporaine : de l’ignora (...)

4Plusieurs bilans historiographiques sur les rapports entre l’histoire religieuse et l’histoire des femmes et du genre ont déjà été faits. On doit le premier à Étienne Fouilloux en 1995, dans un article sur « Femmes et catholicisme dans la France contemporaine » paru dans la revue Clio5. Signe d’une première rencontre entre les deux champs, cette revue d’histoire des femmes et du genre consacrait en effet son deuxième numéro au thème « Femmes et religions ». En 2002, Bruno Dumons faisait de nouveau un point sur « Histoire des femmes et histoire religieuse », alors que la même revue faisait paraître un numéro sur le thème « Chrétiennes »6. À ce stade, cependant, c’était plus l’histoire des femmes que du genre qui retenait l’attention.

  • 7 Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux obj (...)
  • 8 Sabine Rousseau, « Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre en France », dans Matthie (...)

5Les bilans historiographiques commencent à partir des années 2010 seulement à intégrer l’histoire du genre proprement dite, comme on le voit avec l’introduction que Bruno Dumons fait de l’ouvrage Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècles)7qu’il dirige avec Anne Cova (2012), ou encore avec l’article de Sabine Rousseau, « Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre », paru dans Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée (2014)8. Ce tournant correspond d’ailleurs à celui qui s’opère au même moment dans l’historiographie générale du sujet, comme en témoigne le changement de sous-titre de la revue Clio en 2013, qui passe d’« Histoire, Femmes, Sociétés » à « Femmes, Genre, Histoire ». Il n’y avait donc pas dans ce domaine de retard de l’histoire religieuse sur l’histoire générale.

6Nous nous appuierons sur ces bilans pour tenter de présenter, à notre tour, un panorama des rapports entre genre et religion, plus précisément entre genre et christianisme. Bien qu’elle précède l’histoire du genre à proprement parler, nous souhaitons intégrer l’histoire des femmes à ce tableau, puisqu’elle est la souche sur laquelle s’est développée l’histoire du genre.

  • 9 Barbara Welter, « The Cult of Womanhood: 1820-1860 », American Quarterly, 1966, 18 (2).
  • 10 Ann Douglas, The Feminization of American Culture, New York, Noonday Press, 1977.
  • 11 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914, Londres/New York, Rutledge, 1989 ; (...)
  • 12 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans le cathol (...)
  • 13 Gérard Cholvy, « “Du Dieu terrible au Dieu d’amour” : une évolution dans la sensibilité religieuse (...)

7Le croisement entre l’histoire religieuse et l’histoire des femmes et du genre a commencé aux États-Unis, dans les années 1970, avec les travaux de Barbara Welter9 ou d’Ann Douglas10, avant de se développer en France dans les années 1980. On a déjà mentionné la thèse de Claude Langlois, parue en 1984, sur les congrégations religieuses féminines au xixe siècle, à laquelle on peut ajouter les remarquables travaux de Ralph Gibson sur le catholicisme français à l’époque contemporaine11. Ceux-ci mettaient en valeur deux concepts-clés de cette historiographie, le « dimorphisme sexuel » et la « féminisation » du catholicisme au xixe siècle. Dans le sillage des travaux de sociologie religieuse lancés par Gabriel Le Bras et le chanoine Boulard dans les années 1930-1940, qui connurent leurs grandes heures dans les années 1950-1960, le regard quantitatif porté sur la pratique religieuse amenait en effet à faire le constat d’une différence de genre : les femmes sont « toujours » (Langlois) plus pratiquantes que les hommes12, constituant entre les deux tiers et les trois quarts des pratiquants réguliers pour le xixe siècle. Si l’on ajoute à cela l’explosion des congrégations religieuses féminines, dont les effectifs sont multipliés par dix entre 1808 et 1878, alors que le nombre de congrégations masculines stagne, on en tire une image d’un catholicisme français très féminin au xixe siècle. Des historiens comme Ralph Gibson ont pu corréler cette féminisation de la pratique religieuse et du « personnel » ecclésiastique à une féminisation des formes de la piété religieuse. Alors que le capitalisme faisait triompher des valeurs plutôt masculines, la religion aurait eu tendance à devenir, au xixe siècle, plus « sentimentale », donc plus « féminine » : c’est le passage tendanciel de la vision d’un Père-juge à celle du Fils-miséricorde pointé par Gérard Cholvy dans un article resté célèbre13, mais aussi l’affirmation de la piété mariale, avec les nombreuses apparitions qui jalonnent le siècle et l’accroissement des privilèges mariaux, par la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception en 1854 par exemple.

  • 14 Elisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu : trois siècles d’histoire missionnaire française, Par (...)
  • 15 Voir aussi la thèse soutenue, en 2006, par Antoinette Guise sur Thérèse de Lisieux, parue sous le t (...)
  • 16 Mathilde Dubesset, « Des femmes en mouvement. Catholiques et protestantes au XXe siècle », Cahiers (...)
  • 17 Marie-Thérèse Chéroutre, Le scoutisme au féminin : les Guides de France, 1923-1998, Paris, Le Cerf, (...)

8Les premiers travaux ont donc essentiellement consisté à faire apparaître un christianisme au féminin, la religion apparaissant comme un lieu de refuge pour les femmes. Ce sont d’abord les lieux de cette féminisation qui ont été étudiés : Élisabeth Dufourcq s’intéressait aux religieuses missionnaires14, tandis que Claude Langlois animait un séminaire à l’EPHE sur « Prières de femmes, femmes de prière » (2001)15, et que les travaux de Mathilde Dubesset portaient sur les organisations féminines et l’engagement des femmes laïques dans l’action sociale16, tandis que Marie-Thérèse Chéroutre étudiait le scoutisme féminin17. Trois domaines étaient surtout identifiés comme « féminins » dans le christianisme : la vie religieuse, la spiritualité, l’engagement social et/ou associatif. Les femmes catholiques étaient alors étudiées dans une sphère séparée de celle des hommes et qui correspond à l’univers des congrégations ou des associations non-mixtes. Tous ces travaux en venaient à l’idée qu’au fond, cette non-mixité avait permis aux femmes catholiques de trouver des lieux d’expression et d’action privilégiés, au sein d’une société française où les femmes avaient assez peu de place dans l’espace public au xixe siècle.

  • 18 Yvonne Knibiehler, Véronique Leroux-Hugon, Odile Dupont-Hesse, Yolande Tastayre, Cornettes et blous (...)

9Dans les années 1990, la réflexion s’est poursuivie avec un grand intérêt porté aux lieux de sociabilisation politique des femmes catholiques. Magali Della Sudda et Bruno Dumons mettaient ainsi en lumière un espace à mi-chemin entre le privé et le public, où les femmes ont pu faire l’apprentissage de la vie politique et d’un engagement militant, et qui n’avait pas été tellement perçu jusque-là par les historiennes du féminisme. Les organisations féminines constituées au tournant des xixe et xxe siècles, qu’elles soient politisées ou non, apparaissent en effet comme des lieux de socialisation politique. Par leur engagement dans l’action sociale, les femmes ont aussi pu jouer un rôle central dans la naissance d’un État-providence au xxe siècle, dans la professionnalisation de certains métiers du soin, dans l’avènement d’une législation autour des questions de maternité, etc. Il faut se rappeler que du côté de l’histoire des femmes, c’est justement par l’histoire de la médecine que s’est fait la rencontre avec l’histoire religieuse, en raison de la forte présence féminine, notamment de religieuses, au sein du personnel soignant. On peut penser aux travaux d’Yvonne Knibielher sur les infirmières ou sur la maternité, dès les années 1980, ou à ceux, postérieurs, d’Anne Cova18. Il fallut cependant attendre les années 1990, notamment avec le numéro fondateur déjà cité de la revue Clio (1995), pour que la question religieuse soit vraiment abordée par l’histoire des femmes.

  • 19 Bruno Dumons, Les dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Le Cerf, 2006. Voir a (...)
  • 20 Sur ces questions de féminisme, laïcité et religions, on pourra se reporter à : Michelle Zancarini- (...)

10Une distinction était opérée entre catholiques et protestantes, autour de cette problématique des formes de politisation des chrétiennes au tournant du xxe siècle. En effet, chez les catholiques, la socialisation politique s’est plutôt faite à droite, avec des mouvements comme la Ligue des femmes françaises (1901-1914) étudiée par Bruno Dumons, qui se sont constitués autour de la défense des intérêts de l’Église au moment des lois de Séparation des Églises et de l’État, donc finalement en opposition à une certaine forme de républicanisme laïque, plutôt qu’autour de revendications féminines/féministes à proprement parler19. Côté protestant, à l’inverse, le combat pour la laïcisation a poussé de nombreuses femmes à prendre la défense de la République et elles se sont, de façon générale, senties plus en phase avec les mouvements féministes nés dans un terreau républicain et laïque que les catholiques20.

  • 21 Claude Langlois, « Le catholicisme au féminin revisité »,dans Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et (...)

11La fin des années 1990 vit s’opérer un tournant dans cette rencontre entre l’histoire religieuse et l’histoire des femmes et du genre. D’une part parce que l’on commençait à intégrer, en France, l’outil du genre à la science historique. D’autre part parce que les limites de la thèse de la « féminisation » du catholicisme étaient soulignées, pour plusieurs raisons. Étienne Fouilloux montrait, dans le bilan historiographique qu’il dressait en 1995, que la corrélation faite par Ralph Gibson entre la question du dimorphisme sexuel et une « féminisation » des pratiques religieuses n’allait pas de soi, les deux séries étant certes contemporaines, mais pas forcément liées par un rapport de causalité. Il invitait par ailleurs, sans la nommer telle quelle, à faire une histoire du genre en poussant à une étude comparée des mouvements de jeunesse catholique féminins et masculins du début du xxe siècle. En effet, alors que l’Église déploie ses efforts de reconquête masculine, par l’Action catholique spécialisée ou le scoutisme, les filles elles-mêmes s’emparent de ce « christianisme de choc » et créent leurs propres mouvements, sur le modèle de ceux des garçons. Étienne Fouilloux invitait ainsi à faire une étude comparée de ces mouvements, comparaison qui s’apparente fort à une histoire du genre. En 1997, Claude Langlois lançait un appel plus explicite aux historiens du religieux pour qu’ils s’intéressent à l’outil du genre, constatant que l’histoire religieuse s’était encore trop peu penchée sur le fait féminin21. Il y avait là, à ses yeux, un « champ délaissé » à labourer, y compris avec les outils du » gender », pour combler des « lacunes dommageables » dues à une ignorance réciproque.

  • 22 Martine Sevegrand, Les Enfants du Bon Dieu : les catholiques français et la contraception au xxe si (...)
  • 23 Mathilde Dubesset, « Les figures du féminin à travers deux revues féminines, l’une catholique, l’au (...)
  • 24 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? », dans Hommes et masculinités de 1 (...)
  • 25 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Le genre du philanthrope. Pour une histoire sexuée de l’assistance (...)
  • 26 Patrick Pasture, Jan Art et Thomas Buerman (dir.), Beyond the Feminization Thesis: Gender and Chris (...)
  • 27 Élisabeth Parmentier, Les filles prodigues : défis des théologies féministes, Labor et Fides, Genèv (...)

12Quelques travaux avaient démarré, mais plutôt du côté de la sociologie, notamment avec le colloque sur les représentations du féminin organisé par l’Association française de sociologie religieuse, donnant lieu à l’ouvrage Ni Ève ni Marie : luttes et incertitudes des héritières de la Bible (1998). Françoise Lautman y soulignait une certaine ambivalence dans le discours catholique, qui reconnaît au xxe siècle le nouveau rôle social des femmes, tout en refusant de leur laisser une place dans les structures de l’Église, en exploitant des symboliques jugées immuables comme celles d’Ève ou de Marie. Une historienne comme Martine Sevegrand s’intéressait quant à elle au discours catholique sur la sexualité et la contraception, en tâchant de définir la vision singulière de la femme qu’il transmet22. Mathilde Dubesset étudiait de son côté les représentations de la femme véhiculées par deux revues, l’une catholique, l’autre protestante23. Comme on le voit, ces premiers travaux en histoire du genre s’intéressent en fait à la construction de l’identité féminine par les religions, mais pas tellement au discours masculin et aux masculinités dans l’Église. Le premier à s’y atteler est Paul Airiau, qui travaille sur l’identité du prêtre au début des années 200024. En parallèle, le genre commençait à être utilisé pour étudier la liturgie ou des pratiques religieuses comme la charité. Matthieu Brejon de Lavergnée poursuivait par exemple son étude sur la Société Saint-Vincent-de-Paul en intégrant l’outil du genre25. Au travers de ces premiers travaux, on s’apercevait alors que les représentations étaient moins strictement genrées qu’on aurait pu s’y attendre et qu’il régnait finalement plus d’ambiguïté que d’homogénéité dans ces questions d’identités26. La philanthropie apparaissait ainsi comme une pratique partagée par les hommes et les femmes, à rebours de l’image de la charité comme domaine des femmes, bien que les tâches soient réparties de façon genrée dans l’action sociale. En parallèle, la sociologue Céline Béraud initiait des recherches sur la place des femmes dans la liturgie et montrait le décalage entre l’invisibilité des femmes dans l’espace liturgique et leur place croissante dans l’animation ecclésiale, et notamment paroissiale. Le troisième volet abordé par ces premiers travaux à la croisée de l’histoire religieuse et de l’histoire des femmes et du genre était la question des contestations féministes à l’intérieur de la sphère religieuse, avec notamment les travaux d’Élisabeth Parmentier sur les premières théologies féministes27. L’accès des femmes au savoir théologique a été étudié comme moyen de contester les normes genrées dans des Églises aux structures vues comme patriarcales, avec les travaux de Françoise Lautman sur les relectures féministes de la Bible, ou de Mathilde Dubesset sur des théologiennes lyonnaises.

  • 28 A. Cova et B. Dumons, Femmes, genre et catholicisme..., op. cit., p. 9-10.
  • 29 Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna (dir.), Normes religieuses et genre : mutations, résista (...)
  • 30 Bonnie Smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989.
  • 31 Elizabeth A. Foster, African Catholic: decolonization and the transformation of the Church, Cambrid (...)

13En 2012, Bruno Dumons estimait que les trente dernières années avaient été « remarquables » pour l’histoire religieuse des femmes, bien qu’il reste encore beaucoup à défricher. Avec le nouveau prisme d’étude qu’était le genre, l’histoire du catholicisme contemporain ne pouvait plus « faire l’économie d’une réflexion sur les rapports entre masculin et féminin »28. Plusieurs chantiers étaient ainsi identifiés : la politisation et le féminisme catholique, la spiritualité et la direction de conscience, l’exercice charitable et le travail pastoral, et enfin la voie plus classique de la « féminisation du catholicisme ». Du côté de l’histoire des femmes, il notait l’importance de penser le fait religieux, longtemps ignoré, lacune partiellement comblée par les travaux de Florence Rochefort sur les féminismes et la laïcité29. Il relevait cependant que de nouvelles pistes de réflexion apparaissaient, notamment via l’histoire comparée ou transnationale, mais aussi via une histoire de la charité et de la philanthropie30. L’histoire de l’éducation rencontrait aussi l’univers des congrégations féminines, tandis que la « mission au féminin » était de plus en plus étudiée, par des historiennes comme Elisabeth Foster et Sarah Curtis31. « Désormais, écrivait Bruno Dumons, l’histoire du catholicisme constitue un objet d’études à part entière, délesté de l’histoire de l’Église de tradition apologétique, sur lequel il devient possible d’agréger les nouvelles recherches menées sur les femmes et le genre. »

  • 32 Anthony Favier et Caroline Muller, « Les Hommes catholiques, un ‘‘point aveugle’’ des études de gen (...)
  • 33 Sarah Barthélemy, « La Compagnie restaurée. Masculinités jésuites en France dans le premier xixe si (...)
  • 34 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Seu (...)

14En 2013, dans une communication commune, Caroline Muller et Anthony Favier faisaient tous deux le constat que les masculinités restaient les parents pauvres de l’historiographie sur genre et religion32. En raison de l’image-type de l’anticléricalisme masculin et de la déprise religieuse des hommes, ces derniers semblent avoir été exclus de l’étude du phénomène religieux. À l’inverse des hommes, qui auraient été touchés au xixe siècle par l’anticléricalisme contemporain à la démocratisation, les femmes seraient restées dans le giron d’un catholicisme intégraliste. Dans les années 2000, on trouve quelques travaux étrangers sur la part que le catholicisme a pris à la construction des masculinités, mais deux concepts laissent les hommes dans l’ombre, le « dimorphisme sexuel » et la « féminisation » du catholicisme, qui poussent à n’envisager la foi des hommes que pour expliquer la déprise religieuse. Les deux auteurs relèvent par ailleurs le possible biais qu’il y a à jauger de l’expérience religieuse au regard de la pratique cultuelle uniquement, alors que de nombreux hommes catholiques ont des engagements politiques ou sociaux clairement chrétiens. Ils invitent ainsi à multiplier les études de cas sur la piété des hommes catholiques, et pas seulement des prêtres, déjà bien pris en compte, mais plutôt sur les laïcs, par l’étude des modalités spécifiques de leur engagement par exemple, ou de l’éducation masculine catholique, ou encore du couple comme lieu d’interaction de genre. Considérée comme point neutre de la société, la masculinité restait donc peu étudiée, alors que des terrains comme la bourgeoisie gravitant autour de l’ACJF, le scoutisme ou encore l’Action catholique spécialisée demeuraient vierges. Les travaux accomplis en ce sens dans les historiographies étrangères (Amérique du Nord, Belgique, Pays-Bas…), par exemple sur la masculinité des jésuites restent peu connus en France33. Une telle lacune est d’autant plus regrettable que le masculin catholique semble constituer un « genre à part ». On ne retrouve guère, en effet, chez l’homme catholique les marqueurs du masculin tels qu’Anne-Marie Sohn les a définis (tabac, alcool, maisons closes, geste et rhétorique anticléricales)34. En revanche, il est invité à la tempérance et à rester vierge jusqu’au mariage. À l’inverse, la « virilité chrétienne » est demandée aux hommes comme aux femmes catholiques, ce qui semble brouiller les identités de genre telles qu’elles sont conçues dans la sphère civile.

  • 35 Anthony Favier, « Égalité, mixité, sexualité : le genre et l’intime chez de jeunes catholiques du m (...)
  • 36 Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au xixe s (...)
  • 37 Anne Jusseaume, « Soin et société dans le Paris du xixe siècle : les congrégations religieuses fémi (...)
  • 38 Josselin Tricou, « Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politique de la masculinité (...)
  • 39 Céline Béraud, Le catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels, Paris, Seuil, 2021.

15Dans les années 2010, ce souci de prendre en compte le nouvel outil du genre non plus seulement pour une histoire religieuse des femmes, mais aussi pour produire une comparaison utile des rapports masculin-féminin dans le christianisme, a donné lieu à de nouveaux travaux. Anthony Favier a ainsi soutenu une thèse en 2015 sur les questions de genre dans les milieux de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC)35, tandis que Caroline Muller a étudié la direction de conscience au xixe siècle comme observatoire privilégié de la construction des rapports de genre qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage remarqué36. D’autres poursuivent les travaux sur les problématiques entre soin et genre, très prisées aujourd’hui par certains mouvements féministes. On pense notamment aux travaux d’Anne Jusseaume sur les communautés religieuses soignantes37. Du côté de la sociologie, ce sont des sujets de tension dans le monde catholique qui ont fait l’objet de récentes études, comme celle de la masculinité au sein du clergé catholique français par Josselin Tricou38, ou celle de la crise des abus sexuels par Céline Béraud39.

Haut de page

Notes

1 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, Le Cerf, 1984.

2 Joan Scott, « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique », numéro spécial des Cahiers du GRIF intitulé Le genre de l’histoire, 1988, n° 37-38, p. 141-143.

3 Françoise ThébaudLes mots de l’Histoire des femmes, Clio, PUM, 2004, définition donnée sur le site de l’association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre : https://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/mnemosyne/le-genre/

4 Laure Bereni, Mathieu Trachman (dir.), Le genre, théories et controverses, Paris, Presses universitaires de France, 2014, p. 13.

5 Étienne Fouilloux, » Femmes et catholicisme dans la France contemporaine », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 | 1995. (https://doi.org/10.4000/clio.498)

6 Bruno Dumons, » Histoire des femmes et histoire religieuse de la France contemporaine : de l’ignorance mutuelle à l’ouverture », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 15 | 2002. (https://doi.org/10.4000/clio.66)

7 Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, xixe-xxe siècles), Lyon, Chrétiens et Sociétés, 2012, p. 7-15.

8 Sabine Rousseau, « Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre en France », dans Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda (dir.), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Cahiers de l’AFHRC, Paris, Bibliothèque Beauchesne, 2014, p. 55-70.

9 Barbara Welter, « The Cult of Womanhood: 1820-1860 », American Quarterly, 1966, 18 (2).

10 Ann Douglas, The Feminization of American Culture, New York, Noonday Press, 1977.

11 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914, Londres/New York, Rutledge, 1989 ; « Le catholicisme et les femmes en France au xixe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. LXXIX, 1993, p. 63-93.

12 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans le catholicisme français contemporain », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 2 | 1995, p. 229-260. (https://doi.org/10.4000/clio.533)

13 Gérard Cholvy, « “Du Dieu terrible au Dieu d’amour” : une évolution dans la sensibilité religieuse au xixe siècle », dans Transmettre la foi : xvie-xxe siècles, t. I : Pastorale et prédication en France : actes du 109e Congrès national des sociétés savantes, Dijon, 1984, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, CTHS, 1984, p. 141-154.

14 Elisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu : trois siècles d’histoire missionnaire française, Paris, J.-C. Lattès, 1993 ; Jacques Benoist, Le Sacré-Coeur des femmes de 1870 à 1960 : contribution à l’histoire du féminisme, de l’urbanisme et du tourisme, Paris, Éditions ouvrières, 2000.

15 Voir aussi la thèse soutenue, en 2006, par Antoinette Guise sur Thérèse de Lisieux, parue sous le titre Thérèse de Lisieux et ses miracles : recomposition du surnaturel (1898-1928), Paris, Karthala, 2018 ; Dominique-Marie Dauzet, La mystique bien tempérée : écriture féminine de l’expérience spirituelle (xixe-xxe siècles), Paris, Le Cerf, 2006 ; et sur la piété mariale, le colloque « Marie dans la liturgie » tenu à l’ICP en 2011, paru sous le titre Marie dans la liturgie : actualité de Marialis Cultus [67e session de la Société française détudes mariales, Institut catholique de Paris, 26-28 janvier 2011], Paris, Médiaspaul, 2012.

16 Mathilde Dubesset, « Des femmes en mouvement. Catholiques et protestantes au XXe siècle », Cahiers de Meylan, 2000, 2 ; « Les engagements catholiques au féminin » dans Les catholiques dans la République, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 2005, p. 103-114.

17 Marie-Thérèse Chéroutre, Le scoutisme au féminin : les Guides de France, 1923-1998, Paris, Le Cerf, 2002. Voir aussi Jacqueline Roux, Sous l’étendard de Jeanne : les fédérations diocésaines de jeunes filles, 1904-1945 : une ACJF féminine ?, Paris, Le Cerf, 1995 ; Sylvie Fayet-Scribe, « Les Associations féminines catholiques d’éducation populaire et d’action sociale de Rerum novarum (1891) au Front populaire (1936) », travail soutenu en 1988 sous la direction de Michelle Perrot ; Évelyne Diebolt, « Les associations face aux institutions : les femmes dans l’action sanitaire, sociale et culturelle, 1900-1965 », thèse soutenue en 1995 sous la direction de Michelle Perrot ; Ibid., « Femmes protestantes face aux politiques de santé publique (1900-1930) », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, janvier-mars 2000, tome 146, n° 1, p. 91-132 ; Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1914), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003.

18 Yvonne Knibiehler, Véronique Leroux-Hugon, Odile Dupont-Hesse, Yolande Tastayre, Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française (1880-1980), Paris, Hachette, 1984 ; Ibid., Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, PUF, 2000 ; Anne Cova, Au service de l’Église, de la patrie et de la famille : femmes catholiques et maternité sous la IIIe République, Paris, L’Harmattan, 2000.

19 Bruno Dumons, Les dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914), Paris, Le Cerf, 2006. Voir aussi la thèse soutenue en 2007 par Magali Della Sudda sur « Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie : socio-histoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919) », sous la direction de Laura L. Downs et Lucetta Scaraffia.

20 Sur ces questions de féminisme, laïcité et religions, on pourra se reporter à : Michelle Zancarini-Fournel, Histoire des femmes en France, Rennes, PUR, 2005, p. 124 ; Florence Rochefort, « Féminisme, laïcité et engagements religieux », dans Associations laïques et confessionnelles. Identités et valeurs, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 38.

21 Claude Langlois, « Le catholicisme au féminin revisité »,dans Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et Michèle Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la Cité (1815-1871) Grâne, Créaphis, 1997, p. 139-149.

22 Martine Sevegrand, Les Enfants du Bon Dieu : les catholiques français et la contraception au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

23 Mathilde Dubesset, « Les figures du féminin à travers deux revues féminines, l’une catholique, l’autre protestante : la femme dans La Vie Sociale et Jeunes Femmes, dans les années 1950-1960 », Le Mouvement social, 2002/1, n° 198, p. 9-34.

24 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? », dans Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Paris, Éditions Autrement, 2007, p. 192-207.

25 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Le genre du philanthrope. Pour une histoire sexuée de l’assistance au xixe siècle », dans A. Cova et B. Dumons, Femmes, genre et catholicisme..., op. cit., p. 85-103.

26 Patrick Pasture, Jan Art et Thomas Buerman (dir.), Beyond the Feminization Thesis: Gender and Christianity in Modern Europe, Leuven, Leuven University Press, 2012.

27 Élisabeth Parmentier, Les filles prodigues : défis des théologies féministes, Labor et Fides, Genève, 1998.

28 A. Cova et B. Dumons, Femmes, genre et catholicisme..., op. cit., p. 9-10.

29 Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna (dir.), Normes religieuses et genre : mutations, résistances et reconfigurations, xixe-xxe siècles, Paris, Armand Colin, 2013 ; Florence Rochefort, Le pouvoir du genre. Laïcités et religions, 1905-2005, Toulouse, PUM, 2007.

30 Bonnie Smith, Les Bourgeoises du Nord (1850-1914), Paris, Perrin, 1989.

31 Elizabeth A. Foster, African Catholic: decolonization and the transformation of the Church, Cambridge, Harvard University Press, 2019; Sarah Curtis, Educating the faithful: religion, schooling, and society in nineteenth-century France, DeKalb, Northern Illinois university press, 2000; Ibid., Civilizing habits: women missionaries and the revival of French Empire, Oxford, Oxford University Press, 2010.

32 Anthony Favier et Caroline Muller, « Les Hommes catholiques, un ‘‘point aveugle’’ des études de genre ? Réflexions sur l’étude des masculinités en contexte catholique (France, xixe-xxe », dans le cadre du colloque international sur « Histoire des femmes, histoire du genre, histoire genrée », à Saint-Denis et Pierrefitte-sur-Seine, organisé par Valérie Pouzol et Yannick Ripa les 5 et 6 décembre 2013. On peut le consulter sur le carnet Hypothèses de Caroline Muller, à l’adresse suivante : https://consciences.hypotheses.org/530. On y trouve aussi une bibliographie commentée sur genre et religion, de même qu’Anthony Favier en propose une dans son blog « Penser le genre catholique ».

33 Sarah Barthélemy, « La Compagnie restaurée. Masculinités jésuites en France dans le premier xixe siècle », dans Jean-Pascal Gay, Silvia Mostaccio et Josselin Tricou (dir.), Masculinités sacerdotales [Actes du colloque du 6-8 mars 2018, Louvain-la-Neuve], à paraître.

34 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » : la construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Seuil, 2009 ; La fabrique des garçons : l’éducation des garçons de 1820 à aujourd’hui, Paris, Textuel, 2015.

35 Anthony Favier, « Égalité, mixité, sexualité : le genre et l’intime chez de jeunes catholiques du mouvement de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC-F), dans les années 1968 et au-delà (1954-1987) », sous la direction de Claude Prudhomme, soutenue en 2015.

36 Caroline Muller, Au plus près des âmes et des corps : une histoire intime des catholiques au xixe siècle, Paris/Humensis, PUF/DL, 2019.

37 Anne Jusseaume, « Soin et société dans le Paris du xixe siècle : les congrégations religieuses féminines et le souci des pauvres », thèse soutenue en 2016, dirigée par Philippe Boutry et Jean-François Chanet.

38 Josselin Tricou, « Des soutanes et des hommes. Subjectivation genrée et politique de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980 », sous la direction d’Éric Feltin, soutenue en 2019.

39 Céline Béraud, Le catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels, Paris, Seuil, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Tesson, « Historiographie des rapports entre genre et religion à l’époque contemporaine »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 111-121.

Référence électronique

Clarisse Tesson, « Historiographie des rapports entre genre et religion à l’époque contemporaine »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8415 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8415

Haut de page

Auteur

Clarisse Tesson

Université Paris-Est Créteil
CRHEC (EA 4392)

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search