Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLes réseaux ligueurs à Lyon (1589...

Varia

Les réseaux ligueurs à Lyon (1589-1594)

Catholicism Activism networks in Lyon (1589-1594)
Graziella Gentet
p. 177-198

Résumés

Lorsque Lyon bascule dans la Ligue catholique en février 1589, les chefs ligueurs s’appuient sur des individus dont l’engagement dans la Ligue est inébranlable. Les liens entre ces individus forment des réseaux qui étendent leur ramification dans toute la cité pour que les ligueurs parvenus à la tête des institutions municipales de Lyon gardent leur influence sur la population et se maintiennent au pouvoir. Cet article s’intéresse aux actions des membres de ces réseaux ligueurs lyonnais et à leur organisation pour comprendre pourquoi ils se sont engagés dans la Ligue catholique et comment ils se constituent en factions, en adhérant à des idées politiques diffusées par un discours construit.
Pour mettre en relation ces individus et pour définir les types de liens qu’ils entretiennent entre eux, les méthodes utilisées sont diverses, de la prosopographie à l’analyse égocentrée. Ces méthodes permettent de mettre en lumière les concurrences entre les factions ligueuses sur la scène politique et notamment au sein du Consulat lyonnais qui devient le lieu de tensions par excellence entre les différents groupes ligueurs. Percevoir l’organisation et l’étendue des divers types de réseaux, qu’ils soient nobiliaires, familiaux ou encore socioprofessionnels, et à partir de là définir les différentes factions ligueuses et leur poids dans la ville, c’est comprendre l’organisation de la Ligue catholique lyonnaise, comprendre ses tournants politiques et ses fractures, du basculement de la ville dans la Ligue catholique en février 1589 à son retour à l’autorité royale en février 1594, en passant par l’enfermement du gouverneur de Lyon, en septembre 1593.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Ligue, réseaux

Keywords:

League, Networks

Géographie :

Lyon

Chronologie :

Fin du XVIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Lors d’une assemblée générale réunie à l’hôtel de ville de Lyon, le 24 février 1589, l’échevin Claude de Rubys, un des ligueurs les plus actifs de Lyon et procureur général de la ville, prononce un discours évoquant les divisions provoquées par les factions :

  • 1 Claude de Rubys, Déclaration des consulz, eschevins, manans et habitans de la ville de Lyon, sur l’ (...)

Par ce que par le malheur de ce temps, la malice des hommes, la multitude de nos péchés, et la corruption des mœurs de ce siècle, notre pauvre France est divisée en tant de factions et partialités, qu’au lieu de cette France Très Chrétienne, [...] elle peut à bon droit pour le jourd’hui tout à rebours être dite une vraie tour de Babel.1 

2Claude de Rubys développe l’idée que les troubles de religion sont dus aux multiples factions qui s’affrontent et luttent pour le pouvoir. Par la notion de faction, nous entendons un ensemble d’individus qui sont mus par des engagements politiques communs et qui ont pour but de renverser le pouvoir en place. Pour Claude de Rubys, les factions ne désignent pas seulement les ligueurs et leurs différents ennemis, mais elles sont également internes à la Sainte Union. Il évoque par la suite la nécessité de s’unir pour faire face au « tyran » meurtrier, Henri III. Cette exhortation à l’union, si nécessaire qu’elle soit, reste peu efficace ; en effet, du basculement de la ville dans la Ligue en février 1589 jusqu’à la reddition à Henri IV en février 1594, la Ligue lyonnaise reste profondément divisée en factions aux engagements politiques divers et aux contours fluctuants avec des glissements de certains Lyonnais d’une faction à l’autre, selon le contexte. La situation de Lyon est en effet bien particulière : les notables lyonnais sont tiraillés entre le devoir d’obéissance à leur gouverneur, le duc de Savoie-Nemours, et leur volonté de garder une autonomie face à ce grand seigneur qui profite de la proximité des princes étrangers – notamment le duc de Savoie auquel il est apparenté – pour mener à bien ses ambitions. L’objet de cet article est de cerner l’organisation de ces factions, afin de comprendre leurs évolutions, leurs transformations, leurs permanences ou leurs dissensions.

3Pour cela, il nous faut identifier les milieux sociaux des ligueurs lyonnais afin de mieux comprendre les liens qui existent entre eux et l’engagement des individus dans les différentes factions de la Ligue lyonnaise. Cette étude sociopolitique des ligueurs lyonnais implique de s’intéresser aux réseaux qui traversent les factions ligueuses, c’est-à-dire à l’ensemble des relations qui existent entre les individus et qui forment un ensemble connecté, organisé et hiérarchisé. Les réseaux ligueurs lyonnais relèvent de différents ordres : réseaux de parentèles, d’alliance ou d’amitié, ou bien réseaux socioprofessionnels qui rassemblent d’un côté les métiers marchands de Lyon et d’un autre côté les officiers du roi, rattachés aux institutions financières (le Bureau des finances) et judiciaires de Lyon (la sénéchaussée et le siège présidial). Repérer ces différents types de réseaux ne suffit pas si l’on veut étudier l’organisation des factions ligueuses : il faut se demander quelles sont leurs hiérarchies, quelle est leur évolution et dans quelle mesure ils contraignent les individus à s’engager dans la Ligue en faveur d’une faction.

Historiographie des réseaux au temps de la Ligue

  • 2 Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594) »,(...)
  • 3 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles : morphologie sociale et luttes de faction (1559-1 (...)

4Pour mener à bien cette recherche, nous avons repris la méthode mise en œuvre par Robert Descimon dans son étude sur les ligueurs parisiens et leurs familles, sur les différents types de groupes ligueurs, sur leurs mécanismes, leurs ruptures, leurs évolutions, ainsi que sur les justifications et les arguments de chacun2. La méthode qu’il a utilisée pour analyser le degré d’engagement des individus dans la Ligue, selon leurs actions et leurs relations avec d’autres membres ligueurs, pose les premiers jalons d’une étude sociopolitique de la Ligue catholique qui permet d’analyser l’engagement des ligueurs selon leur milieu social et l’enchevêtrement de leurs différents types de liens. Elle a été reprise dans d’autres monographies urbaines, réalisées dans la même perspective : comprendre la structure et les desseins des factions qui s’affrontent3.

  • 4 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vo (...)
  • 5 Sylvie Daubresse et Bertrand Haan (dir.), La Ligue et ses frontières. Engagements catholiques à dis (...)

5Ces notions de factions qui ont marqué un moment de l’historiographie de la Ligue et qui ont permis des éclairages décisifs, ont été reprises, reformulées et approfondies dans le champ historique à travers le prisme de l’analyse en réseaux, qui fournit des outils permettant de mieux comprendre la structure interne de la Ligue. En effet, l’étude des réseaux implique l’examen des différents types de liens sociaux qui sont tissés entre les acteurs de la Ligue catholique afin de comprendre comment ces liens sociaux peuvent structurer des factions politiques, les organiser et les faire évoluer. Depuis le milieu des années 2000, Claire Lemercier a notamment développé des modèles, des outils conceptuels et des méthodes pour élaborer une démarche spécifique et problématisée autour de la notion de réseau4. La pluralité des engagements des individus et leurs hésitations définissent la réalité des factions ligueuses en posant le problème de la frontière de ces factions : leurs contours évoluent selon le contexte politique et certains individus glissent d’une faction à l’autre. Ce problème constitue le fil directeur de l’ouvrage collectif de Sylvie Daubresse et de Bertrand Haan, portant sur les individus qui ne sont pas dans une logique d’engagement car ils ne veulent entrer dans aucun camp, demeurant aux frontières de la Ligue catholique en tentant de rester fidèles au roi et à Dieu5.

6Cependant ces travaux récents sur l’engagement des individus et la formation des factions ligueuses et des réseaux qui les traversent ne concernent pas la ville de Lyon. Il n’existe pas, en effet, de monographie urbaine de Lyon centrée sur une étude sociopolitique très précise des acteurs de la Ligue lyonnaise et des types de liens qu’ils entretiennent, menant à une étude des réseaux ligueurs et de leurs rôles dans la formation et l’organisation des différentes factions.

  • 6 Françoise Bayard, « Les Bonvisi, marchands-banquiers à Lyon, 1575-1629 », Annales, Economie, Sociét (...)
  • 7 Maurice Pallasse, La sénéchaussée et le siège présidial de Lyon pendant les guerres de Religion, Ly (...)

7Certes, des études ont abordé la question des liens sociaux dans le contexte politique ligueur, comme les travaux de Françoise Bayard sur les Bonvisi, une des familles de banquiers les plus importantes de Lyon6. Son analyse montre les relations que cette famille a privilégiées lors de l’engagement décisif qu’elle devait prendre lors des troubles ligueurs. Une autre étude a été menée sur les liens sociopolitiques des ligueurs lyonnais, au sein d’une structure institutionnelle : le siège présidial de Lyon, analysé en partie dans la perspective d’établir des liens entre ses membres7. Mais le but de ces recherches n’est pas de mettre en évidence l’organisation des factions ligueuses à Lyon.

  • 8 Henri Hours, Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597), (...)

8En revanche, la thèse de Henri Hours sur le Consulat lyonnais de 1593 à 1597, rédigée en 1951, aborde différents thèmes autour des factions ligueuses, notamment en étudiant l’engagement politique des groupes socioprofessionnels des marchands et des hommes de loi présents dans le corps de ville lyonnais8. Il s’agit d’une première ébauche concernant l’organisation des factions ligueuses, cette question n’étant pas l’objet central de la thèse. Ce travail a ouvert la voie à l’élaboration de catégories d’analyse pour l’étude des ligueurs lyonnais et de leur engagement. Les thèmes développés dans la thèse d’Henri Hours, qui n’a été publiée que récemment, n’ont pas été repris depuis. L’objet de cet article est de reprendre ces catégories d’analyse qui correspondent d’un côté à des catégories socioprofessionnelles et de l’autre à des catégories fondées sur l’appartenance à une clientèle nobiliaire, en précisant leurs contours et en les appréhendant à travers la notion de réseaux.

9Ce bilan historiographique nous a permis de mettre en évidence les pistes de recherche qui ont été suivies jusqu’à présent dans le champ de l’approche sociopolitique de la Ligue. Ces études nous ont convaincue de la nécessité de mener une enquête sur les ligueurs lyonnais, en prenant comme guides les outils conceptuels de l’analyse en réseaux, puisqu’une approche systématique de ce type n’a pas encore été réalisée à propos de Lyon et que la compréhension de l’engagement des ligueurs lyonnais n’a fait l’objet que d’une ébauche. Il s’agit donc dans cet article de percevoir quels sont les différents types de liens qui unissent les ligueurs lyonnais et d’analyser leurs évolutions pendant la durée de la Ligue afin de comprendre l’impact de ces liens dans l’engagement politique des ligueurs à Lyon et par conséquent dans l’organisation des factions.

Cerner les réseaux ligueurs lyonnais au début de la Ligue

Sources et méthodes pour définir les acteurs de la Ligue lyonnaise

  • 9 Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594) »,(...)
  • 10 Archives municipales de Lyon (Désormais A.M.L.), BB124, BB125, BB126, BB127, BB128, BB129, BB130, B (...)
  • 11 A.M.L., AA108, AA109, AA110, AA111, AA139.
  • 12 A.M.L., BB125, fol. 52.

10Pour définir l’appartenance d’un individu à un réseau ligueur, il faut d’abord savoir s’il s’est véritablement engagé dans la Ligue catholique et à partir de là déterminer de quelle manière un individu est engagé. Selon les critères élaborés par Robert Descimon, des critères majeurs et des critères mineurs permettent de sélectionner les ligueurs selon leur type d’engagement. Il a appelé critères majeurs la participation à la fondation de la Ligue – à Lyon, en 1589 – et à celle des conseils du mouvement, la détention d’une charge, l’accomplissement d’une mission et le fait de dépenser de l’argent pour la cause. Les critères mineurs sont l’exercice d’une charge bourgeoise de la ville sous la Sainte Union, le fait d’être victime des proscriptions après la reddition et la participation à des activités commandées par les chefs ligueurs : service dans les armées de l’Union, présence active lors des assemblées9. Selon ces critères, nous avons retenu les noms de plus de trois cents individus qui appartiennent à la Ligue catholique, fournis par les archives consulaires qui couvrent les années 1589 à 1594. Il s’agit surtout des délibérations municipales (la série BB10) et de la correspondance municipale (la série AA11) qui donnent des indices sur les métiers des ligueurs, ainsi que sur leurs activités et leurs missions effectuées pour le compte de la Sainte Union. Ces archives nous permettent également de connaître les acteurs de la Ligue qui font partie des centres décisionnels du pouvoir. Les acteurs ciblés sont surtout les bourgeois de Lyon, la noblesse de robe et les rares nobles d’épée qui participent aux assemblées du Consulat et qui font partie des listes de proscrits au début de l’année 1594. L’étude de ces sources ne nous donne pas assez d’informations sur les actions des ecclésiastiques à Lyon. Cependant, elles nous permettent de repérer les différentes strates d’engagement qui sillonnent les centres décisionnels de la ville. En effet, les individus retenus ne sont pas tous actifs de la même manière et ne peuvent pas tous être placés sur le même plan politique. Pour définir la première strate d’engagement, seules les personnes qui correspondent au plus grand nombre de critères, majeurs et mineurs, ont été retenues. Vingt-sept personnes participent aux assemblées consulaires et aux conseils créés au début de la Ligue, c’est-à-dire le conseil d’État autour du gouverneur ligueur, le duc de Nemours, et de son frère, le marquis de Saint-Sorlin, ainsi que le conseil extraordinaire du Consulat, créé en avril 1590, pour traiter les affaires importantes de la ville12. Ces vingt-sept personnes effectuent diverses missions pour le mouvement séditieux et, pour la plupart, versent volontairement une somme d’argent pour la cause et ce à plusieurs reprises. C’est donc le noyau dur de la Ligue catholique à Lyon des années 1589 et 1590 que nous avons cerné. Nous nous sommes ensuite penchés sur une seconde strate d’engagement, toujours pour les années 1589 et 1590, en cernant un groupe d’individus qui ne participent pas à la création des conseils ni à des assemblées importantes, mais qui accomplissent des missions délicates dans et hors de Lyon, qui sont nommés par le noyau dur ligueur à des charges importantes à Lyon et qui donnent volontairement de l’argent pour la cause. Ce sont dix-huit individus qui secondent par leurs actions le noyau dur de la Ligue et qui constituent les cellules agissantes de la Ligue.

L’appartenance à différents types de réseaux

  • 13 Olivia Carpi, Une République imaginaire..., op. cit., p. 140-141.

11Le problème qui se pose ensuite est de repérer à quels types de réseaux ces individus se rattachent (réseaux socioprofessionnels, clientélaires, …) et de percevoir une logique de réseaux à l’intérieur des centres décisionnels de la ville. Si l’on se demande d’abord à quels réseaux socioprofessionnels s’intègrent les ligueurs repérés dans la première strate d’engagement, la moitié exerce une charge au sein des deux principales institutions judiciaire et financière de Lyon. On remarque des liens professionnels forts entre sept d’entre eux, qui sont sept officiers royaux : six sont conseillers au siège présidial et le septième n’est autre que le lieutenant criminel. De même, trois trésoriers généraux des finances, officiers royaux également, appartiennent à ce noyau dur ligueur. Une première logique professionnelle se dessine ici, puisque ces ligueurs se connaissent et appartiennent à un même rang hiérarchique au sein des institutions de la ville. Les personnes appartenant au monde de la marchandise et participant activement aux conseils sont huit, en nombre inférieur à celui des officiers royaux. Au contraire des ligueurs appartenant aux institutions judiciaire et financière de Lyon, ils n’apparaissent pas très soudés par des liens professionnels forts, car leurs activités sont très diverses (un drapier, un mercier, …) : il n’existe pas de connexion forte entre eux, en tout cas du point de vue d’une logique professionnelle. Enfin, on remarque l’absence de boutiquiers et d’artisans. Dans un premier temps, on peut donc penser que les officiers du roi se sont engagés dans la Ligue en suivant une logique socioprofessionnelle, l’engagement de l’un entraînant celui des autres. Cette situation est similaire à celle de la Ligue amiénoise, parmi laquelle aucun artisan n’est recensé, mais qui est caractérisée par une présence nombreuse de gens de loi qui occupent le devant de la scène, au contraire de la Ligue parisienne13.

  • 14 Claire Lemercier, » Analyse... » Art. cit., p. 91-92.
  • 15 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Bonaventure Nugo, 1604, in-fol., Bnf (...)
  • 16 Ibid., p. 413.
  • 17 Katia Béguin, Les Princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, (...)
  • 18 A.M.L., BB124, fol. 77.
  • 19 A.M.L., BB129, fol. 69.
  • 20 A.M.L., BB130, fol. 69.
  • 21 A.M.L., BB131, fol. 20.
  • 22 François Rolle, « Journal de Ponson Bernard, échevin lyonnais, 1592-1595 », Revue du Lyonnais, nouv (...)
  • 23 A.M.L., BB131, fol. 20.
  • 24 A.M.L., BB131, fol. 20.

12Mais, grâce à un second type d’analyse de ce noyau dur ligueur, nous nous apercevons que l’hypothèse de l’engagement d’un individu dans la Ligue par son appartenance à un réseau socioprofessionnel ne suffit pas, notamment parce que nous avons laissé de côté les individus appartenant au monde de la marchandise et que nous n’avons pas retrouvé de traces d’un fonctionnement en corporation de métiers au sein du noyau dur ligueur. Il faut donc chercher d’autres logiques de réseau et d’autres connexions entre ces individus. Pour les mettre en évidence, l’analyse égocentrée, c’est-à-dire centrée sur un individu, peut nous être utile. En effet, elle permet de percevoir tous les liens rattachés à cet individu et donc son appartenance à plusieurs réseaux à la fois14. Deux hommes de loi ressortent de cette analyse, parce qu’ils sont particulièrement actifs dans la Ligue, qu’ils jouent un rôle politique de premier plan à Lyon et qu’ils influencent les décisions prises par leur connexion à de nombreux types de réseaux. Il s’agit de Claude de Rubys, conseiller au siège présidial de Lyon et procureur général de la ville, et de Claude de Torvéon, lieutenant-général criminel au siège présidial. Par leur haute charge, ils sont liés à une grande partie des magistrats, avocats et autres personnels du siège présidial, et ils entretiennent avec la plupart d’entre eux un lien hiérarchique de subordination. Leur appartenance à un réseau d’amitié renforce leurs liens : Claude de Rubys souligne, dans son Histoire de Lyon15, son amitié avec Claude de Torvéon, ainsi qu’avec le conseiller Laurent de Bourg, appartenant aussi au noyau ligueur lyonnais16. Toujours dans le cadre de cette analyse, une logique clientélaire traverse également le noyau ligueur, puisque Torvéon et Rubys sont deux hommes liés au duc de Nemours. Ces liens de clientèle sont forts et très structurés, puisqu’ils impliquent des liens de dépendance aux chefs du réseau17. Claude de Rubys apparaît tout au long de la Ligue catholique comme un des soutiens principaux du duc de Nemours en participant à son conseil d’Etat à partir de mars 158918, en prononçant un discours devant les notables soutenant l’action du duc en juin 159219, enfin en affirmant les bonnes intentions de Nemours en juin 1593, lorsque le mécontentement gronde contre le duc20. Torvéon apparaît, lui aussi, comme un soutien important du duc de Nemours tout au long de la Ligue : il est exilé pour cette raison lors de la reddition de la ville21. D’autres magistrats appartenant au noyau dur de la Ligue sont également nemouristes, comme Pierre Austrain, lieutenant-particulier au siège présidial, subordonné direct de Torvéon et exilé le 9 février 159422, ou le conseiller Laurent de Bourg, exilé pour avoir organisé une assemblée chez lui en faveur du duc le 6 février 159423. Ce ne sont pas seulement les gens de loi qui appartiennent au réseau clientélaire de Nemours, mais également un certain nombre de marchands, comme les Prost, père et fils, très riches selliers, faisant partie du noyau dur de la Ligue dès l’année 1589 et expulsés de Lyon en février 159424 pour leur appartenance au réseau nemouriste. C’est ici que l’analyse égocentrée atteint ses limites en ce qui concerne Claude de Torvéon et Claude de Rubys, car nous n’avons pu découvrir dans les sources d’autres liens entre ces deux hommes et les marchands nemouristes du noyau dur de la Ligue qu’une appartenance au même réseau clientélaire. Malgré tout, cette analyse nous a permis de mettre en évidence que des réseaux amicaux et clientélaires traversent les centres décisionnels ligueurs et que des relations très diverses connectent entre eux les individus des premières strates de la Ligue.

Appartenance à de multiples réseaux et engagement dans la Ligue

  • 25 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-Espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27.
  • 26 A.M.L., BB125, fol. 13.
  • 27 A.M.L., BB125, fol. 236.

13On en vient alors à la question des raisons de l’engagement des individus dans la Ligue et des motifs qui les ont menés à privilégier un réseau plutôt que d’autres. Par exemple Claude de Rubys a choisi son appartenance à un réseau clientélaire plutôt qu’à un réseau socioprofessionnel. Son engagement dans la Ligue est d’abord lié au fait qu’il est en accord avec la politique du duc de Nemours qu’il soutient dans ses discours devant les assemblées et dans ses écrits, par exemple lorsqu’il défend une intervention étrangère25. Il est possible également que le réseau nemouriste lui permette d’élargir sa zone d’influence, hors de Lyon. En effet, au moment de la Ligue son influence s’élargit car il écrit des mémoires à la demande du duc et prononce des discours qui se diffusent jusqu’aux frontières du gouvernement de Lyon. Par exemple, il lui incombe la mission délicate de rédiger les instructions pour les députés Charbonnier et La Pie qui doivent se rendre à l’assemblée de la noblesse du Forez, en janvier 1590. Ses textes sont destinés à être lus devant cette assemblée pour convaincre la noblesse de s’unir à la cité26. Ce type de sources est révélateur des raisons de l’engagement de Rubys dans la Ligue. D’abord, grâce à l’appui du duc, son influence politique grandit à Lyon, car la portée de ses paroles influence les actions militaires et politiques menées en dehors de la ville. En outre, sa position centrale à l’intérieur des réseaux nemouristes et judiciaires et son influence politique grandissante lui permettent de profiter de gains économiques, grâce à des gages augmentés en décembre 159027 et à des sommes d’argent versées par la ville en sus de ses gages, comme en décembre 1591. Si son engagement dans la Ligue est induit par la volonté de défendre le catholicisme et par l’intime conviction qu’il faut s’insurger contre la mauvaise influence des conseillers du roi, il prend néanmoins aussi ses racines dans son attachement clientélaire au duc et dans les bénéfices que son engagement lui rapporte par des gains économiques et une plus grande influence politique.

  • 28 A.M.L., BB125, fol. 132.
  • 29 A.M.L., BB124, fol. 132.
  • 30 A.M.L., BB128, fol. 6.
  • 31 A.M.L., BB131, fol. 20.
  • 32 A.M.L., BB131, fol. 218.
  • 33 A.M.L., BB122, fol. 5, 8 et 11.

14Claude de Torvéon est un autre ligueur qui appartient aux réseaux nemouristes et au réseau socioprofessionnel judiciaire. Mais il fait d’autres choix que Claude de Rubys. Claude de Torvéon est une figure de premier plan dans la Ligue dès le mois de février 1589 : il participe à toutes les assemblées et il accomplit des missions importantes, comme sa députation aux États de l’Arbresle rassemblant la noblesse du pays en juillet 159028. Il semble très proche du duc de Nemours et des membres éminents de son réseau clientélaire, puisqu’il est appelé au conseil d’État convoqué par Nemours29 et qu’il est chargé d’assister le frère du duc de Nemours, le marquis de Saint-Sorlin, à partir de janvier 1591, à l’occasion des décisions de politique militaire du gouvernement de Lyon30. Cependant, il n’est ni emprisonné ni démis de ses charges après l’emprisonnement du duc de Nemours en septembre 1593 et lors des soulèvements de Lyon en février 1594, il est seulement enfermé chez lui et son exil ne survient que plusieurs semaines plus tard31. Il souhaite retourner à Lyon dès novembre 1594 car il craint que les troupes nemouristes ne l’emprisonnent32. Cela montre qu’il n’est pas un partisan inconditionnel du duc de Nemours. En outre, ses activités et les liens qu’il entretient avec son réseau socioprofessionnel montrent que son réseau clientélaire n’est pas premier pour lui. En effet, il s’appuie principalement sur les membres de l’institution judiciaire, en particulier sur les officiers du roi, lors des assemblées à l’hôtel de ville. Par exemple lors d’assemblées générales importantes du début de la Ligue, Torvéon est systématiquement présent, accompagné de membres de l’institution judiciaire, mais les gens de loi nemouristes les plus actifs n’en font pas partie33. Torvéon ne s’appuie donc pas sur le réseau nemouriste pour être soutenu lors de ces conseils ligueurs et de ces assemblées. Son engagement dans la Ligue catholique ne se réduit pas à son appartenance au réseau nemouriste, il semble avoir des préoccupations plus larges en lien avec son réseau socioprofessionnel, en particulier la volonté de mettre en avant les officiers du roi dans les organes décisionnels. Les raisons socioprofessionnelles de son engagement se perçoivent bien lorsque Torvéon apparaît comme l’âme d’un renouveau ligueur à la fin de l’année 1593, en s’aidant des membres de l’institution judiciaire. Par exemple le 18 décembre 1593, il se rend à l’hôtel de ville, avec Austrain et les conseillers Cazault et de Bore, deux magistrats qui ne sont pas nemouristes, pour prier les échevins de rester en charge, car plus aucun notable ne souhaite accéder à l’échevinat à cause des nombreux prêts demandés aux échevins et de l’endettement que cela entraîne. Il s’agit donc d’éviter une crise politique au sein du Consulat qui nuirait fortement au mouvement ligueur. Torvéon utilise donc son réseau professionnel pour donner du poids à ses actions. Il semble à la fois soutenir la politique du duc de Nemours et en même temps mettre en avant les officiers du roi en les présentant comme des modèles car ils sont toujours unis.

  • 34 A.M.L., BB121, fol. 10.

15La mise en avant d’un réseau plutôt que d’autres dévoile donc le type d’engagement des individus au sein de la Ligue et les raisons de leur engagement. Leur appartenance à d’autres réseaux a malgré tout aussi une certaine importance, car ces autres réseaux sont subordonnés au réseau principal qu’ils ont choisi : les autres réseaux deviennent des outils mis au service d’un réseau principal. Ainsi les réseaux familiaux et amicaux auxquels ils appartiennent sont sollicités pour le bénéfice du réseau qu’ils ont choisi. Par exemple, Claude de Rubys mobilise tout son réseau familial qui se met en grande partie au service du duc de Nemours. Son neveu, Charles de Pogges, avocat en cour de Lyon, est attaché à son oncle par un contrat : la décision du 7 janvier 1588 prise par Rubys et confirmée par le Consulat indique que Charles de Pogges a la survivance de la charge de procureur général de Lyon, en cas de décès de Rubys ou de simple résignation de celui-ci, en échange de la fidélité de son neveu à son égard et au duc de Nemours34. Cet exemple montre d’abord que les réseaux nemouristes sont préexistants à la Ligue et qu’ils basculent en grande partie dans la Ligue à la suite de leur maître, le duc de Nemours. De plus, il nous permet de voir à quel point Claude de Rubys met tout en œuvre pour accroître l’influence de Nemours dans la ville et renforcer le réseau clientélaire du duc en utilisant son propre réseau familial.

16Les analyses qui précèdent nous amènent à poser la question de la part de liberté et de la part de contrainte qui préside à l’engagement ligueur : un individu a-t-il réellement le choix de s’engager dans la Ligue ou est-il forcé à cet engagement par son appartenance à tel ou tel réseau ? On voit avec l’exemple de Charles de Pogges que son engagement ligueur est contraint par son appartenance au réseau familial de Rubys, réseau soumis à son membre le plus haut placé dans la hiérarchie sociale et politique, Claude de Rubys. Au contraire, vu leur position sociale et hiérarchique, Torvéon et Rubys sont manifestement très engagés dans la Ligue de manière volontaire et perçoivent leur appartenance à différents réseaux comme un outil essentiel pour contraindre des individus à s’engager dans la Ligue, par le biais de leurs réseaux familiaux, mais également par le biais de leur réseau professionnel au sein du siège présidial.

17Les individus repérés font ainsi partie d’un ensemble complexe de liens et de connexions avec d’autres individus. Certains, lorsqu’ils en ont la possibilité, choisissent de mettre en avant des réseaux plutôt que d’autres, en subordonnant ces réseaux, devenus secondaires dans le contexte politique de la Ligue, à des fins personnelles et politiques. Cette mise en avant d’un réseau nous donne de nombreux indices sur les raisons de l’engagement ligueur qui peut être libre, lorsque les individus prennent les réseaux auxquels ils appartiennent comme des ressources. Mais l’engagement d’un individu peut aussi être contraint, notamment lorsqu’il est en position de subordination à l’intérieur d’un ou de plusieurs types de réseaux. La position d’un individu au sein d’un réseau a donc un fort impact sur son engagement.

18Les observations qui précèdent nous conduisent à tenter de repérer l’organisation de ces réseaux et à comprendre leur articulation avec les factions ligueuses, en questionnant leur impact sur la mise en place et sur l’évolution de ces factions et en questionnant la capacité d’une faction à influencer les décisions prises au sein de la municipalité.

Réseaux ligueurs et organisation des factions

Mettre en évidence l’existence de factions ligueuses

19Grâce à l’étude des réseaux que nous avons faite jusqu’à maintenant, il est possible d’établir l’existence de factions ligueuses, structurées autour de différents types de réseaux et unies autour d’un but politique précis. C’est donc le dessein politique des ligueurs qu’il faut percevoir pour définir l’existence de factions à l’intérieur de la Ligue lyonnaise. Or, en analysant les différents types de réseaux traversant les centres décisionnels de Lyon, nous avons mis en évidence des réseaux clientélaires nemouristes dont les membres ont un lien vertical et fort avec le duc de Nemours, puisqu’ils soutiennent ses actions malgré les risques encourus. C’est le signe d’une unité de ces ligueurs autour d’un même chef et de leur adhésion aux idées politiques de ce seigneur. Nous pouvons donc parler de faction nemouriste.

  • 35 A.M.L., BB131, fol. 171.

20En étudiant l’intégralité des listes de ligueurs nemouristes établies par la ville lors de contextes politiques spécifiques (comme la reddition de Lyon), en analysant leurs activités et leurs métiers, nous avons pu mettre à jour d’autres réseaux que celui de Rubys et de l’institution judiciaire. En effet, la corporation des merciers, une des corporations les plus honorables et honorées socialement dans la cité, est une des corporations qui est la plus représentée dans ces listes35. Différents ligueurs nemouristes membres d’autres corporations sont aussi identifiés : les selliers, les drapiers et les veloutiers. Ce sont des notables de Lyon, très riches pour la plupart car ce sont toujours eux qui prêtent de l’argent à la cause ligueuse. Nous avons pu remarquer aussi la présence de nobles d’épée nemouristes qui participent aux assemblées de l’hôtel de ville et qui dirigent des compagnies envoyées par les échevins autour de Lyon.

  • 36 C. Lemercier, « Analyse... » Art. cit., p. 92 et 93.

21À partir de l’identification des acteurs des réseaux nemouristes, nous avons donc perçu divers réseaux socioprofessionnels. Pour aller plus loin dans cette analyse et établir d’autres liens que ceux liés à leur profession, il faut repérer les connexions entre ces réseaux nemouristes et connaître les relations entre chaque ligueur membre de ces réseaux. À partir d’un noyau de nemouristes ayant tissé des liens forts, il s’agit d’ajouter d’autres individus nemouristes qui leur sont liés et de déterminer les types de liens de chaque nemouriste entre eux, avec le plus de précision et d’exhaustivité possible. En tout, ce sont dix-huit nemouristes désignés comme tels par les échevins de Lyon lors des grands événements (emprisonnement du duc de Nemours en 1593 et reddition de Lyon en 1594) et faisant partie des notables lyonnais. Les types de liens entre deux individus nemouristes sont définis selon des critères spécifiques pour établir l’existence de liens plus ou moins forts et fréquents entre eux : la participation au conseil d’État organisé par Nemours, la participation aux assemblées des États provinciaux, la députation vers les villes, les missions pour le compte des échevins ou encore les contacts réguliers avec le chef de ces réseaux, le duc de Nemours. Une fois ces critères établis, il nous faut compter le nombre de liens dont un individu est le nœud, en précisant si ces liens le connectent à un autre individu de manière multiple. Ce type de méthode qui relève d’une analyse de type structural36, permet de connaître quelle est la position de chaque individu au sein des réseaux nemouristes pour savoir s’il se situe au centre du réseau ou plutôt à la périphérie et ainsi de distinguer une structure d’ensemble des réseaux nemouristes.

  • 37 A.M.L., BB125, fol. 132.
  • 38 A.M.L., BB130, fol. 106.

22À partir de ces analyses, six ligueurs peuvent être considérés comme les centres des réseaux nemouristes. Ils ont entre eux des liens forts, caractérisés par une présence commune au sein du conseil d’État de Nemours à partir de 1589, par des rencontres régulières avec Nemours et son frère, le marquis de Saint-Sorlin, par une commune participation aux assemblées très importantes, comme les États de la noblesse à l’Arbresle en juillet 159037, et par une charge d’échevin exercée pendant trois ans consécutivement et au même moment pour trois d’entre eux. Des liens d’amitié ont pu également être mis en valeur entre le baron de Vaux qui accueille chez lui François de Ruzinant lorsque ce dernier est menacé d’exil en septembre 159338. Les liens tissés entre eux se caractérisent principalement par le soutien qu’ils apportent au duc de Nemours : ils transcendent donc les réseaux socioprofessionnels, puisque deux d’entre eux sont des gens de loi (Rubys et Torvéon), deux autres appartiennent au monde marchand (Louis Prost et François de Ruzinant) et enfin les deux derniers appartiennent à la noblesse d’épée (Nicolas de Chaponnay, seigneur de l’Isle, et François Platel, baron de Vaux). Ils ont tous en commun un lien vertical fort avec Nemours et Saint-Sorlin, une haute position sociale et pour Louis Prost, un capital considérable, puisqu’il a accordé de très nombreux prêts au Consulat lyonnais pendant toute la durée de la Ligue.

  • 39 A.M.L., BB130, fol. 104.
  • 40 Archives nationales, Minutes et répertoires du notaire Claude I de Troyes, janvier 1613-1624, mai-j (...)
  • 41 A.M.L., BB128, fol. 182.

23Les réseaux qui leur sont propres sont très étendus : nous l’avons déjà vu pour Rubys et Torvéon. Il en est de même pour Louis Prost qui utilise ses réseaux familiaux comme des appuis dans la ville et entraîne ainsi son fils, Balthazar, dans son emprisonnement en septembre 159339, et pour François de Ruzinant dont la famille est liée depuis longtemps à la famille des Nemours. En effet, son père a établi un contrat en 1555 à propos d’une terre, avec Jacques de Savoie-Nemours, père de Charles-Emmanuel, gouverneur de Lyon pendant la Ligue40. Les liens clientélaires se transmettent ainsi de père en fils. L’importance de Ruzinant se perçoit à son rôle d’ambassadeur du duc de Nemours et du Consulat lyonnais, car il est député vers le duc de Savoie à plusieurs reprises pour demander du secours, vers la duchesse de Savoie, infante d’Espagne, et vers le duc de Terreneuve, gouverneur du Milanais41. Quant aux deux nobles d’épée nemouristes mentionnés ci-dessus, leurs rôles de défenseurs de la ville par la levée de compagnies leur relient à un réseau de type militaire, dont les liens entre les membres sont clientélaires, donc hiérarchiques et verticaux.

  • 42 A.M.L., BB130, fol. 104.
  • 43 A.M.L., BB130, fol. 139.

24Ces six nemouristes fervents sont liés à des réseaux secondaires familiaux ou socioprofessionnels. Un de ces réseaux a retenu notre attention : il s’agit d’un réseau périphérique constitué d’un groupe de merciers. Nous parlons de réseau périphérique car ses membres ne sont pas en lien direct avec les chefs du réseau et ne participent pas au conseil d’État de Nemours, même s’ils restent très actifs au sein de la Ligue : échevins pendant plusieurs années consécutives, ils assistent aux assemblées générales à l’hôtel de ville et remplissent des missions diverses et importantes à Lyon. Les liens tissés entre eux sont donc nombreux, fréquents et assez forts. Ce réseau périphérique est intéressant car il a finalement assez peu de liens avec les membres centraux des réseaux nemouristes. Un seul nemouriste ayant une position centrale dans la faction est lié à l’un d’entre eux : Louis Prost, que le mercier Louis de Berni est prêt à accueillir, lui et son fils, lors de l’emprisonnement du duc de Nemours, en septembre 1593, pour leur éviter la prison42. Ce fait constitue une preuve de la solidarité qui existe entre les membres d’une même faction. Le réseau auquel appartiennent les merciers est donc relégué à un rang périphérique, puisque ses membres ne participent pas au conseil d’État de Nemours qui prend les décisions importantes de la Ligue catholique. Cependant, les missions qui leur sont confiées ne sont pas secondaires pour la structure de la faction. En effet, ils font appliquer les décisions prises dans les conseils en restant proches de la population lyonnaise. Par exemple, Louis de Berni est chargé de surveiller la bonne application des droits de douane, en novembre 1593, à l’entrée de la ville43. Il est donc en contact avec des strates de la société lyonnaise qui n’appartiennent pas au monde des notables. Les membres de ce réseau périphérique jouent le rôle d’intermédiaires sociaux entre les cercles les plus hauts de la faction nemouriste et la population de Lyon.

25La faction nemouriste est ainsi constituée d’un noyau central de ligueurs liés entre eux par différents types de liens, du lien socioprofessionnel au lien amical, et unis autour de la volonté de soutenir leur maître. Les réseaux qui gravitent autour du cœur de la faction nemouriste sont nombreux et de différents types. D’un côté, on distingue les réseaux secondaires dont les membres ont une relation personnelle avec les nemouristes principaux : les réseaux familiaux s’insèrent ainsi dans la faction nemouriste par le biais d’un individu qui profite de sa position centrale pour intégrer les membres de sa famille et les mettre au service du duc de Nemours. D’un autre côté, on distingue les réseaux périphériques dont les membres sont entrés dans la clientèle du duc de Nemours sans avoir de liens spécifiques avec lui et sans faire partie des cercles décisionnels du pouvoir : dans le cas des marchands appartenant aux réseaux périphériques nemouristes, leur capital plus faible que celui des marchands qui sont au cœur de la faction les place en retrait des cercles de décisions principaux. Toutefois ils effectuent des taches importantes au sein de la Ligue. Il en est de même pour les réseaux judiciaire et financier qui obéissent au statut social et hiérarchique élevé des membres importants de la faction nemouriste.

  • 44 A.M.L., BB124, fol. 1.
  • 45 A.M.L., BB131, fol. 16.
  • 46 A.M.L., BB131, fol. 43.

26Lors de l’analyse structurale que nous avons menée, nous avons repéré des individus qui font office d’intermédiaires entre deux factions : à la fois ils s’intègrent dans la faction nemouriste en adhérant aux actions militaires et politiques du duc de Nemours et en l’assistant, et à la fois ils sont liés à d’autres factions qui ont des desseins politiques différents. C’est le cas de Torvéon dont nous avons vu le cas particulier : il utilise sa position centrale au sein des réseaux nemouristes comme tremplin pour mettre en avant les ambitions et les desseins politiques des officiers royaux qui n’ont sans doute pas, à ses yeux, une place assez importante au sein du Consulat, puisqu’en 1589, seul Jacques d’Aveyne est un officier du roi ayant une charge d’échevins44. On voit ainsi poindre un paradoxe : la position centrale de Torvéon au sein de la faction nemouriste lui permet de bénéficier d’une importance politique qu’il n’aurait pas eu autrement, cependant son mouvement en faveur d’officiers qui ne sont pas nemouristes évolue vers son éloignement des réseaux du duc. En effet, au début de l’année 1594, alors que le duc de Nemours est enfermé, Torvéon ne fait plus appel aux réseaux nemouristes pour redonner un élan ligueur, mais aux réseaux de l’institution judiciaire. Il refuse de faire appel aux troupes du colonel royaliste d’Ornano pour faire face aux ravages des troupes de Saint-Sorlin comme le souhaite une partie des notables, tout en laissant de côté le soutien qu’il avait apporté au duc jusqu’à son emprisonnement45. Il fait donc le choix de mettre en avant les membres de l’institution judiciaire de Lyon en les présentant comme un modèle à suivre, ayant à nouveau prêté serment à l’Union. Son but politique est à ce moment-là de maintenir le Consulat dans le mouvement ligueur, alors que les espoirs d’un secours militaire du duc de Mayenne commencent à s’effondrer et avec eux la continuation d’une unité ligueuse au sein de la ville. L’effritement de ses convictions nemouristes se perçoit aussi dans l’après-reddition, lorsque, contraint à l’exil, il obtient un sauf-conduit pour se rendre en lieu sûr et pour ne pas se faire attaquer par les troupes nemouristes46. C’est donc bien une nouvelle faction ligueuse qui se dessine à partir de l’enfermement du duc de Nemours et qui se structure à partir de l’institution judiciaire de Lyon. L’intermédiarité de Torvéon, lui qui est paradoxalement un personnage central de la faction nemouriste, le place à une frontière ouverte, puisque, dans un premier temps, il assure une jonction entre la faction nemouriste et les réseaux des officiers du roi ne faisant pas partie des nemouristes et que, dans un deuxième temps, il provoque une rupture entre les nemouristes et ces réseaux en créant une nouvelle faction composée des officiers royaux avec de nouveaux desseins politiques.

  • 47 A.M.L., BB124, fol. 112 ; BB129, fol. 52.

27Un autre type d’intermédiarité a pu être mis en valeur lors de l’analyse structurale : il s’agit des liens forts entre les membres nemouristes et non nemouristes d’une même corporation, celle des merciers. Nous avons repéré trois merciers nemouristes très actifs et deux merciers ligueurs mais non répertoriés comme nemouristes, Ponson Bernard et Guillaume Gella. Les types de liens entre les cinq merciers sont forts et fréquents comme le montrent les nombreuses missions qu’ils accomplissent ensemble. Guillaume Gella rencontre même le duc de Nemours à Paris et accomplit des missions importantes avec le baron de Vaux et Charles de Pogges, tous deux nemouristes47. Ce personnage tisse finalement plus de liens avec les membres importants de la faction nemouriste que les trois autres merciers appartenant à cette faction. La non-appartenance de Gella et Bernard à la faction nemouriste, malgré leurs fortes connectivités avec celle-ci, est sans doute le signe d’un refus d’adhérer aux idées véhiculées par les nemouristes. Tout comme pour le cas de Torvéon, les signes d’un rejet de la faction nemouriste sont visibles et créent une frontière-rupture entre les membres de cette faction et des ligueurs qui adhèrent à d’autres projets politiques.

  • 48 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie duc de Nemours, gouverneur du Lyonnais, Beaujol (...)
  • 49 A.M.L., BB130, fol. 139.
  • 50 A.M.L., BB128, fol. 45.
  • 51 François Rolle, Journal..., op. cit., p. 440.

28Ces frontières entre différentes factions ne correspondent pas forcément à des ruptures. Elles peuvent être poreuses lorsque des membres de factions diverses tissent des liens voire s’entraident, même si leurs desseins politiques diffèrent. Les nemouristes ont ainsi des liens assez fréquents avec l’archevêque de Lyon, Pierre d’Épinac, qui ne fait pas partie de la faction nemouriste et qui, selon une tradition historiographique ancienne48, serait le grand ennemi du duc de Nemours et donc des clients du duc. Or à plusieurs reprises, des nemouristes font appel à lui. Le mercier Amable Thierry, très attaché au duc de Nemours et combattant jusqu’en février 1594 les royalistes, se rend au conseil d’État de l’archevêque d’Épinac en novembre 1593, pour trouver une solution face au déchaînement des troupes de Saint-Sorlin près de Lyon49. Cette relation établie sur le conseil et l’entente se retrouve chez Antoine Teste, veloutier nemouriste, qui est envoyé en 1591 auprès du duc de Mayenne porter une lettre de la part de l’archevêque50. Même parmi les nemouristes ayant une position centrale dans la faction, d’Épinac est vu comme l’ultime recours pour maintenir l’union ligueuse dans la ville : le baron de Vaux, ayant accusé un individu nommé Thomas Deschamps de vouloir le convaincre d’abandonner la Ligue, fait appel à d’Épinac en janvier 1594 pour l’exiler. L’archevêque finit par emprisonner Deschamps51. Les relations entre la faction nemouriste et d’Épinac, longtemps perçues comme opposées et conflictuelles, sont en réalité bien plus fortes qu’il n’y paraît, l’une soutenant l’autre et vice versa.

29Nous avons jusque-là analysé les factions sous l’angle de leur organisation en réseaux. Nous allons maintenant aborder comment une faction réussit à assurer l’adhésion de ses membres à un même projet politique. Cette question est au cœur de son unité et l’analyse des discours tenus par ses différents représentants en est une voie d’accès privilégiée.

Discours et unité des factions

30Ces desseins politiques, dont l’exposé et la diffusion sont garants de l’unité d’une faction, sont souvent difficilement déchiffrables en raison de nombreuses zones d’ombre dans les sources. Pour les aborder, nous nous sommes appuyée sur les mémoires écrits à destination des villes et de la noblesse du gouvernement de Lyon et sur les discours des ligueurs rapportés lors des assemblées à l’hôtel de ville. La situation spécifique de Lyon comme ville-frontière, avec notamment la proximité de la Savoie et la présence d’un gouverneur, le duc de Nemours, apparenté à la maison de Savoie, rend particulièrement intéressante cette question des idées politiques qui traversent les factions.

  • 52 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27, p. (...)
  • 53 A.M.L., AA37, p. 102.

31Parmi les discours politiques que l’on peut identifier, ceux de Claude de Rubys occupent une place spécifique, en raison de leur nombre. Ses discours soudent la faction nemouriste derrière le duc de Nemours et justifient la politique du duc. Ainsi, il le soutient ardemment dans sa volonté de faire appel au duc de Savoie et au roi d’Espagne dans son texte intitulé Responce à l’Anti-Espagnol. Il défend l’action du roi d’Espagne en soulignant le bon « secours qu’il [le roi d’Espagne] présente à nos Princes pour la manutention de la Religion et de l’État » ; ce souverain intervient uniquement pour sauver la religion catholique et pour se faire « adversaire des vices et méchancetés »52. Cet écrit datant de mars 1590 justifie l’appel qui a été lancé aux forces savoyardes pendant le siège de Vienne53 et l’appel aux forces espagnoles dont il est question lors des assemblées consulaires. C’est un des axes politiques majeurs qui traversent la faction nemouriste et il s’agit donc d’un discours de soutien à la politique du duc de Nemours en même temps qu’une manière de renforcer les rangs de la faction nemouriste en justifiant l’appel à des forces extérieures au royaume. Rubys conforte également les membres de la faction lorsque le duc de Nemours commence à être gravement remis en question, par un discours prononcé à l’hôtel de ville, devant les notables de la ville, le 18 juin 1593. Il est manifestement le seul à faire un long discours en accusant les ennemis de la Ligue d’avoir « fait courir le bruit » que le duc de Nemours veut se saisir de Lyon. Les discours et les écrits de Rubys diffusent ainsi les justifications de la politique de Nemours et la défendent, afin de maintenir l’unité de la faction nemouriste.

  • 54 A.M.L., BB122, fol.26 et fol. 28.

32Rubys renforce également son influence sur la population lyonnaise et à travers elle, l’influence de la faction nemouriste et du duc de Nemours lui-même. Conscient de l’importance des discours si l’on veut être appuyé par un large cercle de concitoyens, il les adapte selon le public auquel il s’adresse. Lorsqu’il est chargé de rédiger les articles de la Ligue catholique au début du mois de mars 1589, son texte justifie le basculement dans la Ligue grâce à trois grandes idées que l’on retrouve largement dans chaque ville de France : s’opposer aux protestants en défendant la religion catholique, sauvegarder les privilèges de la ville, ainsi que se « garantir d’oppression et injure » faites par les « mauvais conseillers » du roi. Il insiste sur le fait que Lyon continue d’ « être fidèle au roi », en raison du « devoir d’obéissance » des sujets54.

  • 55 A.M.L., BB122, fol. 44.

33Mais c’est un discours complètement différent qui est rédigé par Rubys dans un mémoire destiné au conseil ligueur parisien. Le dégoût et la colère provoqués par les événements de Blois sont évoqués avec l’emploi de termes forts : il évoque une « vengeance » nécessaire contre le roi. Il attaque directement le « vilain Hérode » dans un texte plus direct que le précédent55. La rupture avec le roi est reprise dans un mémoire porté par un député de Lyon qui n’est autre que son neveu Charles de Pogges, à l’intention des villes du Forez et du Puy, toujours au début du mois de mars 1589, pour les convaincre d’entrer dans l’Union. Cette fois, même si le discours de Rubys reprend l’idée que le roi est victime de mauvais conseils, il l’accuse directement :

  • 56 A.M.L., BB122, fol. 54.

Il se montre par ses déportements fauteur des hérétiques et ennemi juré des princes, seigneurs et villes Catholiques de son royaume […]. Ayant inhumainement fait massacrer les princes qui avaient été les piliers, bases et vrais défenseurs de notre religion56.

34Dans les deux derniers textes évoqués, Rubys dévoile les véritables origines de son engagement dans la Ligue et les idées politiques qui traversent la faction nemouriste. En revanche, il ne s’adresse pas ainsi à l’ensemble de ses concitoyens, car le basculement de Lyon dans la Ligue catholique ne se fait pas dès les barricades du 24 février 1589, mais au moment de l’arrivée du duc de Nemours à Lyon, le 22 mars 1589. Pendant ce laps de temps, une partie des notables demeure opposée à la Ligue catholique, autour notamment de Guillaume de Gadagne, sénéchal de Lyon. Pour Rubys, il s’agit donc de rédiger un texte plus modéré, centré sur la défense de la religion catholique. L’adaptation de ses discours au public auquel il s’adresse montre sa volonté d’influencer le plus grand nombre possible de ses concitoyens en les rassurant.

  • 57 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27, p. (...)
  • 58 A.M.L., AA37, p. 81.

35La faction nemouriste, dont le porte-parole est Rubys, n’est pas la seule faction à recourir à l’écrit et aux discours pour renforcer l’adhésion des membres de la faction et pour influencer la population lyonnaise. D’autres discours sont perceptibles, montrant l’existence de factions qui ne sont pas aisées à définir en raison des zones d’ombres laissées par les sources. Les factions qui s’élèvent contre les axes politiques des nemouristes se manifestent à travers des libelles, tels que L’Anti-Espagnol, diffusé à Lyon en mars 1590. Rubys accuse les « hérétiques » de l’avoir diffusé57, mais rien n’est moins sûr : s’en prendre aux ennemis de la Ligue est une accusation plus consensuelle que celle qui consiste à s’en prendre à d’autres ligueurs en mettant à découvert les dissensions qui existent déjà au sein de la Ligue lyonnaise. Il est probable que ce libelle ait été diffusé par une autre faction qui se distingue des nemouristes. En effet, le recours aux troupes savoyardes est très discuté pendant l’année 1589 lors des assemblées générales et c’est sous la poussée des chefs de guerre liés aux réseaux nemouristes58, que ce recours à des forces étrangères est réalisé. Les oppositions aux idées radicales diffusées par les écrits de Rubys génèrent l’apparition de factions ligueuses plus modérées, unies autour de l’idée de s’opposer à la faction nemouriste et à sa grande influence, et autour de ligueurs qui n’ont pas la volonté de rompre avec leur devoir d’obéissance au roi et qui craignent les ingérences étrangères.

36La mise en évidence d’axes politiques dans les factions nous amène à nous interroger sur leurs dynamiques pendant la durée de la Ligue. Avec les informations recueillies sur les différents réseaux qui traversent la ville, nous pouvons percevoir le poids de ces factions dans les cercles décisionnels de Lyon et comprendre comment l’influence des factions modifie la politique ligueuse de la ville.

Évolution des factions et poids dans la ville

La faction nemouriste, prédominante à Lyon au début de la Ligue

  • 59 A.M.L., BB124, fol. 272.
  • 60 A.M.L., BB125, fol. 35, BB124, fol. 54 et 88.
  • 61 A.M.L., BB122, fol. 5.

37Au début de la Ligue catholique lyonnaise, il apparaît que les nemouristes occupent des charges qui servent les intérêts du duc de Nemours, à tel point qu’ils pèsent beaucoup sur les décisions prises au niveau politique et au niveau financier. En effet, les nemouristes accomplissent des missions importantes comme se rendre aux assemblées à l’extérieur de Lyon pour passer des accords avec les royalistes ou assister aux assemblées de noblesse. Par exemple, les cinq députés pour l’assemblée des états de la province, à l’Arbresle, le 14 septembre 1589, appartiennent à des réseaux nemouristes59. L’étendue de l’influence de la faction nemouriste se perçoit également lorsque l’on étudie les pennonages de Lyon. Il s’agit d’une organisation des habitants lyonnais pour défendre chaque quartier de Lyon militairement. Les quartiers ont chacun à leur tête un capitaine, appelé capitaine pennon, qui est le chef militaire des habitants de son quartier. Cette organisation est particulièrement importante car les échevins s’appuient sur elle pour maintenir l’ordre dans la ville et pour faire exécuter leurs décisions. Lors des événements ligueurs importants, comme les barricades du 24 février 1589, ils jouent un rôle particulier en unissant les habitants contre les royalistes, en les faisant sortir dans les rues et en leur distribuant des armes. Or, l’étude des capitaines pennons nous montre que les réseaux ligueurs sont implantés au sein de cette organisation militaire dès les mouvements pré-ligueurs, donc avant le mois de février 1589. Parmi les capitaines pennons nous retrouvons les réseaux nemouristes dont les membres dirigent trois pennonages importants de Lyon, formant un ensemble territorial important (le quartier du Change, le quartier de l’Herberie et le quartier de Saint-Nizier)60. En outre, le baron de Vaux, nemouriste fervent, exerce la charge de l’intendance et du commandement sur les pennons, le 24 février 158961. Les informations recueillies indiquent donc que les nemouristes se sont insérés dans cette organisation à la fois civile et militaire, pour renforcer leur poids et leurs réseaux dans la ville.

  • 62 A.M.L., BB122, fol. 72.

38Cependant, l’importance des nemouristes dans le basculement ligueur et dans les cercles politiques pendant le premier mois ligueur est à nuancer. Ils ne décident pas seuls des premières actions ligueuses de Lyon, loin de là. Par exemple, le 16 mars 1589, lors de la rédaction des articles visant à limiter l’intrusion du duc de Nemours dans le fonctionnement de la ville, sur dix-sept ligueurs présents, seuls six appartiennent à la faction nemouriste. Or ces articles établissent un contrat avec le duc : les ligueurs acceptent de le reconnaître comme le gouverneur de Lyon à la condition qu’il respecte les privilèges de la ville, qu’il ne « donne charge ni commandement à aucun en cette ville » sans l’accord du Consulat ou encore qu’il s’oppose à l’entrée dans la ville de partisans du duc de Savoie ou d’« un autre prince étranger »62. Une faction ligueuse modérée et affirmant son autonomie face au duc dirige donc la ville après les barricades.

  • 63 A.M.L., BB124, fol. 66 et 67.
  • 64 A.M.L., BB124, fol. 244 ; BB128, fol. .6.

39Mais le rapport de force devient rapidement favorable aux nemouristes lorsque le duc revient dans la ville le 22 mars 1589. En effet, il crée immédiatement un conseil d’État autour de sa personne et introduit des personnages faisant partie de ses réseaux : sur dix notables lyonnais qui y participent huit appartiennent à la faction nemouriste63. Même lors de la longue absence du duc de Nemours, après le mois d’août 1589, les nemouristes se maintiennent dans les cercles décisionnels : son frère, le marquis de Saint-Sorlin, qui est à la lieutenance du gouvernement de Lyon, est rapidement entouré par des membres de la faction nemouriste lyonnaise64, qui jouent le rôle d’intermédiaires entre les échevins et Saint-Sorlin. La politique menée par la ville correspond aux idées politiques de la faction nemouriste : les armées savoyardes sont appelées en renfort quelques mois plus tard et Nemours accorde des charges importantes aux membres de ses réseaux, sans demander l’autorisation à l’ensemble des échevins de Lyon. La faction nemouriste se renforce ainsi progressivement au sein de la Ligue lyonnaise. Les acteurs de factions ligueuses plus modérées doivent s’effacer devant l’influence grandissante des nemouristes dans tous les cercles politiques.

  • 65 Henri Drouot, « Les conseils provinciaux de la Sainte-Union (1589-1595) : Notes et questions », Ann (...)

40Nous ne pouvons ainsi souscrire à l’idée d’une « autonomie des échevins » vis-à-vis du duc de Nemours à partir de 1589 jusqu’en 1593, en considérant que les échevins affrontent le duc de Nemours, comme cela a pu être évoqué dans l’historiographie de la Ligue lyonnaise : « prince ligueur contre ville ligueuse »65. Certes, une partie des ligueurs ne sont pas en accord avec les buts politiques de la faction nemouriste et veulent établir un lien contractuel avec le duc. Mais l’analyse des sources que nous venons de mener montre qu’ils ne cherchent pas à en devenir autonomes ; ils cherchent plutôt sa protection.

1591 – 1593 : l’érosion de la faction nemouriste

  • 66 A.M.L., BB125, fol.240 ; BB128, fol. 262.
  • 67 A.M.L., BB130, fol. 112.
  • 68 A.M.L., AA43, p. 86.

41À partir des années 1591 et 1592, progressivement, la faction nemouriste se fragilise, ce qui favorise le retour en force d’autres factions. Les réseaux nemouristes amorcent un retrait de la scène politique lyonnaise. Le premier élément repérable est une baisse d’influence au sein du Consulat. En effet, même si les réseaux nemouristes demeurent présents en son sein, puisque pour l’année 1591 cinq nemouristes se maintiennent à la charge d’échevins, une baisse numérique pour l’année 1592 engendre une diminution de l’influence de ces réseaux dans l’institution politique principale de Lyon : seulement trois des nemouristes de l’année précédente sont en effet maintenus66. Cette baisse numérique est en partie due au fait que certains membres quittent la faction, soit en se retirant des affaires politiques de la ville, soit en basculant du côté royaliste. Par exemple, François Platel, baron de Vaux, se place en retrait de la scène politique à partir de l’année 1591. Il réapparaît dans les sources consulaires lors des mois qui suivent l’emprisonnement du duc de Nemours, pendant lesquels les échevins lui confient la protection de Lyon à travers la charge d’intendant de quatre compagnies de soldats67. Vaux reste donc ligueur mais quitte la faction nemouriste. Ce n’est pas le cas du baron de Senneçay qui bascule dans le camp royaliste : il rompt son alliance avec le duc et coupe avec son réseau familial le liant à Claude de Rubys, pour combattre les armées ligueuses, à partir du milieu de l’année 159168. Il s’agit là d’un exemple type de transfuge. La faction nemouriste est donc minée par le départ d’une partie de ses membres les plus actifs et les plus éminents.

  • 69 A.M.L., AA43 et AA45.

42Les raisons de ces retraits sont multiples. D’abord éclate une crise de confiance dans les liens clientélaires qui unissent le duc et les membres de ses réseaux, en particulier les nobles d’épée. Le sort réservé au baron de Chevrières est révélateur de cette crise. En effet, ce grand chef ligueur ayant pris Vienne et assiégé un de ses châteaux pendant plusieurs mois de l’année 1589 et ayant embrassé les axes politiques de la faction nemouriste, se retrouve emprisonné au château de Pierre-Scize pour trahison, à la fin de l’année 1590. Or, au vu des informations recueillies dans les lettres envoyées par divers grands nobles du gouvernement de Lyon, il s’agit probablement d’un complot mené par le marquis d’Urfé contre l’influence grandissante du baron de Chevrières. Le duc de Nemours, désavouant ce grand seigneur aux réseaux très étendus parmi le gouvernement de Lyon, s’est retrouvé en porte-à-faux par rapport aux nobles d’épée de ses réseaux69. En outre, à l’inverse des succès militaires des deux premières années de la Ligue lyonnaise, les expéditions militaires deviennent désastreuses à partir de 1591, tandis que les royalistes demeurent toujours très présents dans le gouvernement. Le coût de l’armée est un véritable gouffre financier, tandis que les campagnes sont ravagées par les troupes, ligueuses et royalistes, ce qui provoque un effondrement du commerce et des contestations nombreuses dans la population de Lyon. Le peu d’espoir de redresser la situation militaire a pu engendrer le retrait de nemouristes appartenant à la noblesse d’épée.

  • 70 Peter Sahlins , « Sur la citoyenneté et le droit d’aubaine à l’époque moderne. Réponse à Simona Cer (...)
  • 71 A.M.L., BB128, fol. 150 et 151.

43Devant ce recul apparent des membres de sa faction, le duc de Nemours, dès son retour dans son gouvernement de Lyon en 1592, multiplie les tentatives pour nommer des hommes sûrs à des charges importantes, pour renforcer ainsi son emprise sur la ville. Par exemple, Nemours tente de peser davantage au sein de l’institution des capitaines pennons de Lyon. Lorsque François Fortis, capitaine pennon du quartier de Saint-Vincent, meurt en juin 1591, Nemours, pour favoriser ses serviteurs, donne la charge par droit d’aubaine. Ce droit, d’origine féodale, signifie qu’un seigneur a le droit de recueillir les biens d’un étranger, un aubain, décédé sans héritiers nés en France70. Or Fortis a des héritiers, nés à Lyon, qui s’empressent de dénoncer la violation de leurs droits par le duc, soutenus par les échevins et François Faure, procureur au siège présidial de Lyon71. Le duc est donc prêt à passer outre les droits des citoyens lyonnais pour renforcer sa faction et à faire entrer ses partisans au sein de l’institution importante des pennonages pour contrôler la cité.

  • 72 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours (1567-1595), Paris, Hachette, 1 (...)
  • 73 Fabien Salesse, « La Ligue, mais à quelle échelle ? Les atermoiements des ligueurs auvergnats face (...)

44Nemours donne également des signes qui montrent sa volonté de s’ancrer davantage militairement dans le gouvernement de Lyon et aux alentours de celui-ci, dès l’année 1591. Il est en effet très présent sur ce territoire avec ses armées, il établit beaucoup de garnisons aux frontières du Lyonnais et il est alors accusé par des notables de Lyon et des habitants des Dombes de vouloir prendre la ville de Lyon. Est-ce un signe de son ambition démesurée de se tailler une principauté indépendante de la Couronne de France, comme l’affirme l’historiographie traditionnelle72 ? Certes, il a de grandes ambitions, puisqu’il souhaite diriger un vaste ensemble territorial incluant les provinces du Lyonnais, du Forez, du Beaujolais et de l’Auvergne73. Mais ne s’agit-il pas d’une stratégie politique pour préparer l’avenir et peser dans les futures négociations avec Henri IV ? Dans cette perspective, les prises des villes autour de Lyon peuvent être considérées comme une tentative de coup de force de la part d’un seigneur qui voit sa faction perdre des membres éminents et avec eux les réseaux qui leur sont attachés. Il s’agit pour lui de maintenir sa stratégie politique en s’imposant par la crainte aux notables de Lyon, sans pour autant vouloir détacher le gouvernement de Lyon du royaume de France. Ses actions sont donc le signe non pas d’une ambition démesurée, mais le signe d’un déclin de la position centrale qu’occupaient en 1589 et en 1590 les réseaux nemouristes. Cependant elles ne font en fait qu’augmenter les mécontentements au sein des notables et de la population lyonnaise envers la faction nemouriste dont le chef ne respecte pas leurs droits fondamentaux.

1591 – 1594 : le retour en force d’autres factions

  • 74 A.M.L., BB128, fol. 262.
  • 75 A.M.L., BB128, fol. 148.

45Ce déclin ouvre la voie à des factions qui demeuraient dans l’ombre avant 1591. Certes, dans les cercles du pouvoir, des ligueurs n’appartenaient pas à la faction nemouriste et nous pouvons supposer que leur refus d’entrer dans la clientèle du duc venait de convictions politiques contraires, mais nous ne pouvions pas les regrouper en factions, parce qu’aucun lien ne pouvait les connecter. La mise en réseaux de ces ligueurs n’était donc pas possible. Or, à partir de 1591, l’opposition aux membres des réseaux nemouristes croît au fur et à mesure des années. Ce sont d’abord des refus d’accès au Consulat lyonnais que l’on peut repérer dans les sources, comme celui de la fin de l’année 1591, lorsqu’une partie des notables s’opposent à l’élection de Claude de Torvéon comme échevin de Lyon, le drapier Nicolas Boullier prenant comme prétexte qu’il a trop de charges à remplir pour pouvoir mener à bien son échevinat74. Puis les oppositions au duc se font de plus en plus nombreuses au sein du gouvernement de Lyon, par exemple des députés du tiers-état du pays du Forez se rendent à Lyon en juin 1591 pour se plaindre des ravages que font les troupes du duc de Nemours75. Les mécontentements contre le duc, ajoutés au retrait de certains membres de sa faction, donnent la possibilité aux notables ligueurs qui ne sont pas d’accord avec la politique de Nemours d’exprimer leurs avis. Grâce à cela, nous pouvons définir des factions rassemblant des individus qui ont des buts politiques précis, notamment celui de renverser l’autorité du duc.

  • 76 A.M.L., BB128, fol. 22.
  • 77 François Rolle, Journal..., op. cit., p. 432.
  • 78 A.M.L., BB130, fol. 79.

46Une première faction est constituée de ligueurs très actifs dès le début de la Ligue, qui tentent de maintenir la ville dans le mouvement ligueur jusqu’en 1594. Les membres de cette faction s’opposent d’abord à la politique militaire de Nemours. Par exemple, en janvier 1591, Nemours place deux garnisons dans des villes proches de Lyon, ce qui effraie les habitants des Dombes qui s’inquiètent de voir s’installer les troupes nemouristes76. Leur discours est relayé à Lyon par le conseiller au siège présidial George Grollier, seigneur de Cazault, qui affirme que Nemours veut se saisir de Lyon77. Ce type de dénonciation est repris par le secrétaire Benoît du Troncy qui l’accuse du même grief en juillet 1593. Troncy est emprisonné par Nemours mais il est rapidement délivré par une partie des échevins qui le protègent78. Que leurs accusations soient vraies ou non, elles révèlent leur opposition aux décisions militaires de Nemours et à l’appel à des souverains étrangers. Cazault et Troncy s’opposent également à la politique financière de Nemours qui fabrique davantage d’espèces métalliques, à partir de 1592. C’est une stratégie classique mais elle aggrave la situation économique de la région car la monnaie est dévalorisée. Enfin, les deux hommes refusent la possibilité de faire appel aux troupes du colonel royaliste d’Ornano contre les troupes nemouristes menées par Saint-Sorlin qui, par vengeance, ravage le gouvernement de Lyon. La corrélation des discours des deux hommes, la protection qui leur est donnée par une partie de l’échevinat, ainsi que leur volonté de maintenir Lyon dans le mouvement ligueur sans faire appel aux troupes du colonel royaliste d’Ornano, tissent suffisamment de liens entre eux pour définir une faction de ligueurs qui s’opposent au duc de Nemours avec de plus en plus de véhémence et d’impact.

47Une autre faction peut être mise en évidence : celle dont les membres se manifestent après les événements de septembre 1593 en faveur d’un appel aux troupes du colonel royaliste d’Ornano pour protéger Lyon des ravages des troupes nemouristes. Ses membres participent activement aux barricades en faveur des troupes royalistes en février 1594 et en sont récompensés après la reddition. Ce sont des individus qui basculent progressivement dans le camp royaliste, au moins à partir de septembre 1593. Nous avons pu repérer assez précisément ces transfuges qui occupent des charges importantes. Sept d’entre eux appartiennent au monde de la marchandise sans faire partie de la même corporation, tandis que trois d’entre eux sont des officiers du roi et le dernier n’est autre que le baron de Chevrières. Si leurs liens socioprofessionnels ne sont pas forts, leur parcours politique ligueur se ressemble. Très actifs dès le début du mouvement ligueur, le lien le plus important qui les unit est finalement leur opposition progressive à la politique de Nemours qui les amène à emprunter une autre voie que celle choisie par les membres de la faction définie précédemment : au lieu de se maintenir dans la Ligue coûte que coûte, ils choisissent de se tourner vers les troupes royalistes de d’Ornano, d’entrer en contact avec lui et de préparer son entrée à Lyon le 9 février 1594.

48Ainsi, l’analyse en réseaux a permis de mettre en évidence le retour en force d’autres factions pendant les années 1594 à 1594 et de montrer que la traditionnelle opposition entre gens de loi et marchands n’a plus lieu d’être. Les marchands ne se regroupent pas en faction selon leurs corporations et si les gens de loi apparaissent unis, ce n’est pas dans le but d’une confrontation avec les corporations.

Conclusion

49L’analyse des connexions entre les individus nous a ainsi amenée à établir les différents types de liens qui les unissent et à reconstituer les réseaux auxquels ils appartiennent. Une fois ces liens établis, la position des individus au sein de ces réseaux a été analysée d’après les actions répertoriées de ces ligueurs, afin de savoir si leur position est centrale, périphérique, à la frontière du réseau étudié et s’ils sont des intermédiaires entre différents types de réseaux ligueurs. À partir de ces analyses et des informations recueillies, nous avons pu reconstituer la structure générale de la faction à laquelle ces réseaux appartiennent, en définissant les buts politiques de la faction, les moyens d’influence de ses acteurs, notamment grâce aux discours de justification qui ont pour dessein de renforcer l’unité des membres de la faction et d’influencer les autres notables ligueurs et la population lyonnaise. Nous avons pu alors mettre à jour, en partie, les raisons de l’engagement des individus au sein de la Ligue catholique.

50Une faction bien structurée a été repérée dans les analyses : celle du duc de Nemours qui fait appel à des liens clientélaires anciens au début de la Ligue. Cette faction repose donc principalement sur des réseaux clientélaires et amicaux et de manière secondaire sur des réseaux familiaux et socioprofessionnels, ses clients faisant appel à leurs propres réseaux. C’est cette faction qui s’impose après le basculement de Lyon dans la Ligue catholique et qui mène le jeu politique pendant deux ans. Son étude nous a permis de mettre en évidence l’existence d’une faction secondaire fondée sur le réseau judiciaire de Lyon et apparaissant par intermittence pendant la durée de la Ligue catholique. Les chefs de cette faction mettent en avant les officiers du roi du siège présidial en leur donnant un rôle au sein de la scène politique lyonnaise.

51D’autres factions jouent un rôle prépondérant dans le basculement ligueur et s’unissent autour de la défense de la religion catholique et des privilèges de la ville. Mais elles sont rapidement étouffées par les nemouristes. Ces factions redeviennent toutefois visibles dans les sources à partir de l’année 1591, au moment où les mécontentements autour de la politique de Nemours se font de plus en plus sentir. Elles sont composées de notables, marchands et membres des institutions financière et judiciaire de Lyon, mais aussi progressivement d’anciens nemouristes. À partir de l’enfermement du duc de Nemours, il est net qu’elles se divisent en une faction extrémiste dont les membres veulent à tout prix maintenir l’Union lyonnaise et en une faction plus modérée dont les membres passent des accords avec les royalistes et participent à la préparation des barricades de février 1594.

52L’étude des réseaux traversant la Ligue catholique, du basculement de la ville dans la Ligue catholique en février 1589 jusqu’à la reddition à Henri IV en février 1594, nous a donc permis de donner un nouvel éclairage sur les événements lyonnais. Elle n’est que le premier jalon d’une analyse des réseaux ligueurs à différentes échelles. La méthode utilisée pour cerner les réseaux lyonnais peut être utilisée à l’échelle de la région pour intégrer les différents réseaux nobiliaires et urbains du gouvernement de Lyon, ou encore à l’échelle
interrégionale, afin de placer la ville dans une autre dimension avant de l’inclure au sein des multiples réseaux urbains et nobiliaires qui traversent le royaume en ces temps troublés.

Haut de page

Notes

1 Claude de Rubys, Déclaration des consulz, eschevins, manans et habitans de la ville de Lyon, sur l’occasion de la prise des armes par eux faicte, le vingtquatriesme febvrier 1589, Lyon Jean Pillehotte, 1589, p. 3.

2 Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594) », Mémoires de la Fédération des sociétés d’Histoire et d’Archéologie de Paris et de l’Ile-de-France, n° 34, 1983, p. 7 à 300.

3 Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles : morphologie sociale et luttes de faction (1559-1595), Paris, Ecole des hautes études en sciences sociales, 1992 ; Stéphane Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Etude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1598), Grenoble, PUG, 2002 ; Olivia Carpi, Une République imaginaire. Amiens pendant les troubles de Religion (1559-1597), Paris, Belin, 2005.

4 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. n° 52-2, no.2, 2005, p. 88-112 ; Pierre-Yves Beaurepaire, Jens Häseler, Antony McKenna, Réseaux de correspondance à l’âge classique (xvie-xviiie siècle), Saint-Etienne, PU Saint-Etienne, 2006.

5 Sylvie Daubresse et Bertrand Haan (dir.), La Ligue et ses frontières. Engagements catholiques à distance du radicalisme à la fin des guerres de Religion, Rennes, PUR, 2015.

6 Françoise Bayard, « Les Bonvisi, marchands-banquiers à Lyon, 1575-1629 », Annales, Economie, Société, Civilisation, vol. 26, n° 6, novembre-décembre 1971, p. 1234-1269.

7 Maurice Pallasse, La sénéchaussée et le siège présidial de Lyon pendant les guerres de Religion, Lyon, Impr. Emmanuel Vitte, 1943.

8 Henri Hours, Le retour de Lyon sous l’autorité royale à la fin des guerres de Religion (1593-1597), Lyon, LARHRA, 2020.

9 Robert Descimon, « Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594) », Mémoires de la Fédération des sociétés d’Histoire et d’Archéologie de Paris et de l’Ile-de-France, n° 34, 1983, p. 7 à 300, p. 50.

10 Archives municipales de Lyon (Désormais A.M.L.), BB124, BB125, BB126, BB127, BB128, BB129, BB130, BB131.

11 A.M.L., AA108, AA109, AA110, AA111, AA139.

12 A.M.L., BB125, fol. 52.

13 Olivia Carpi, Une République imaginaire..., op. cit., p. 140-141.

14 Claire Lemercier, » Analyse... » Art. cit., p. 91-92.

15 Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon, Lyon, Bonaventure Nugo, 1604, in-fol., Bnf.Lk7 4297, Microfiche M.14590, p. 454.

16 Ibid., p. 413.

17 Katia Béguin, Les Princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999.

18 A.M.L., BB124, fol. 77.

19 A.M.L., BB129, fol. 69.

20 A.M.L., BB130, fol. 69.

21 A.M.L., BB131, fol. 20.

22 François Rolle, « Journal de Ponson Bernard, échevin lyonnais, 1592-1595 », Revue du Lyonnais, nouvelle série, Tome 31, 1865, p. 443.

23 A.M.L., BB131, fol. 20.

24 A.M.L., BB131, fol. 20.

25 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-Espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27.

26 A.M.L., BB125, fol. 13.

27 A.M.L., BB125, fol. 236.

28 A.M.L., BB125, fol. 132.

29 A.M.L., BB124, fol. 132.

30 A.M.L., BB128, fol. 6.

31 A.M.L., BB131, fol. 20.

32 A.M.L., BB131, fol. 218.

33 A.M.L., BB122, fol. 5, 8 et 11.

34 A.M.L., BB121, fol. 10.

35 A.M.L., BB131, fol. 171.

36 C. Lemercier, « Analyse... » Art. cit., p. 92 et 93.

37 A.M.L., BB125, fol. 132.

38 A.M.L., BB130, fol. 106.

39 A.M.L., BB130, fol. 104.

40 Archives nationales, Minutes et répertoires du notaire Claude I de Troyes, janvier 1613-1624, mai-juin 1613.

41 A.M.L., BB128, fol. 182.

42 A.M.L., BB130, fol. 104.

43 A.M.L., BB130, fol. 139.

44 A.M.L., BB124, fol. 1.

45 A.M.L., BB131, fol. 16.

46 A.M.L., BB131, fol. 43.

47 A.M.L., BB124, fol. 112 ; BB129, fol. 52.

48 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie duc de Nemours, gouverneur du Lyonnais, Beaujolais et Forez (1567-1595), Paris, Hachette, 1938.

49 A.M.L., BB130, fol. 139.

50 A.M.L., BB128, fol. 45.

51 François Rolle, Journal..., op. cit., p. 440.

52 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27, p. 10-12.

53 A.M.L., AA37, p. 102.

54 A.M.L., BB122, fol.26 et fol. 28.

55 A.M.L., BB122, fol. 44.

56 A.M.L., BB122, fol. 54.

57 Claude de Rubys, Responce à l’Anti-espagnol, Lyon, Jean Pillehotte, 1590, in-8°, Bnf., FC135-27, p. 1.

58 A.M.L., AA37, p. 81.

59 A.M.L., BB124, fol. 272.

60 A.M.L., BB125, fol. 35, BB124, fol. 54 et 88.

61 A.M.L., BB122, fol. 5.

62 A.M.L., BB122, fol. 72.

63 A.M.L., BB124, fol. 66 et 67.

64 A.M.L., BB124, fol. 244 ; BB128, fol. .6.

65 Henri Drouot, « Les conseils provinciaux de la Sainte-Union (1589-1595) : Notes et questions », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 65, N° 23, 1953, p. 428.

66 A.M.L., BB125, fol.240 ; BB128, fol. 262.

67 A.M.L., BB130, fol. 112.

68 A.M.L., AA43, p. 86.

69 A.M.L., AA43 et AA45.

70 Peter Sahlins , « Sur la citoyenneté et le droit d’aubaine à l’époque moderne. Réponse à Simona Cerutti », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2/2008 (63e année), p. 2.

71 A.M.L., BB128, fol. 150 et 151.

72 Jean-Hippolyte Mariéjol, Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours (1567-1595), Paris, Hachette, 1938.

73 Fabien Salesse, « La Ligue, mais à quelle échelle ? Les atermoiements des ligueurs auvergnats face au duc de Nemours (1590-1594) », dans Sylvie Daubresse et Bertrand Haan (dir.), La Ligue et ses frontières. Engagements catholiques à distance du radicalisme à la fin des guerres de Religion, Rennes, PUR, 2015, p. 139.

74 A.M.L., BB128, fol. 262.

75 A.M.L., BB128, fol. 148.

76 A.M.L., BB128, fol. 22.

77 François Rolle, Journal..., op. cit., p. 432.

78 A.M.L., BB130, fol. 79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Graziella Gentet, « Les réseaux ligueurs à Lyon (1589-1594) »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 177-198.

Référence électronique

Graziella Gentet, « Les réseaux ligueurs à Lyon (1589-1594) »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8425

Haut de page

Auteur

Graziella Gentet

Université de Lyon Jean Moulin Lyon 3
LARHRA UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search