Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28VariaLe couvent de Beaujeu : une appro...

Varia

Le couvent de Beaujeu :
une approche du tiers-ordre franciscain à travers l’étude d’un « petit » couvent

The convent of Beaujeu :
An approach to the Franciscan Tertiary through the study of a "small" convent
Matthieu Cathalan
p. 155-175

Résumés

L’étude du tiers-ordre franciscain, dit « Picpus » fait figure de parent pauvre parmi les ordres réguliers de mendiants en France. Quelques études, qui se résument pour l’essentiel à des monographies à l’échelle d’un couvent, constituent l’essentiel de la littérature scientifique consacrée à un ordre qui souffre de surcroît d’une réputation défavorable, attribuée au XVIIIe siècle et reprise jusqu’à nos jours sans remise en question fondamentale.
Cet article propose une approche du tiers-ordre à travers l’étude monographique du couvent de Beaujeu, centrée sur les relations entre le clergé régulier et la population locale (comprenant à la fois les laïcs et le clergé séculier), en s’appuyant sur l’étude exhaustive des procès civils impliquant le couvent de Beaujeu sur les deux siècles que dure son existence, de 1627 à 1790.
L’étude de ces procès en rapport avec les relations du couvent avec les laïcs est étroitement liée à la question de la gestion temporelle du couvent dans, mais également aux conflits liés à l’assise foncière du couvent, à la délimitation du clos, et au partage du domaine public. Nous nous sommes efforcés de mettre en évidence les tiraillements, les compromis et les concessions entre les pères du couvent et le siècle. Cherchant à nuancer l’image simpliste du père Picpus querelleur, nous avons tenté de démontrer que les procès civils impliquant le couvent sont moins les indicateurs d’un conflit indépassable qu’un terrain approprié pour la recherche d’un accord, d’un modus vivendi entre les parties.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Beaujolais, Beaujeu

Chronologie :

XVIIe-XVIIIe siècles
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un résumé de l’histoire du tiers-ordre franciscain en France, nous renvoyons à Pierre Moracchi (...)

1Le présent article est tiré d’un mémoire intitulé Clôture et vie locale : Les religieux du tiers-ordre de Beaujeu face au siècle, soutenu en juillet 2021 à l’université Lyon III. Ce travail est consacré au couvent de tiercelins franciscains de Beaujeu1, dont l’existence s’étend de 1627 à 1790. La fondation de l’établissement prend place dans un mouvement plus général de dynamisme de nouveaux ordres religieux en France, entre la fin des années 1590 et la fin des années 1630. Alors que les villes font figure de terre d’élection privilégiée des nouveaux couvents, les ordres religieux adaptent leur stratégie d’implantation, à mesure que les grandes et moyennes villes sont saturées par les nouvelles fondations : leur horizon de conquête devient, autour de 1630, la petite ville. La fondation du couvent de Beaujeu prend place dans le contexte de ce second mouvement, orienté vers les gros bourgs semi-ruraux, qui achève de mailler le territoire avec des établissements plus petits, adaptés aux ressources parfois limitées des lieux d’installation, mais qui n’abandonnent pas pour autant l’ambition de faire vivre leur idéal de vie régulier. La petitesse démographique de Beaujeu pose cependant la question des ressources dont dispose le couvent, lesquelles reposent pour partie sur les revenus de la quête et de la charité des particuliers : l’enjeu de l’implantation dans une petite ville est donc, à terme, celle de la viabilité de l’établissement religieux.

2La question des rapports entre le couvent et la population, alors même que l’installation de celui-ci relève d’une initiative du tiers-ordre franciscain, nous a paru déterminante pour comprendre les conditions d’implantation et d’existence du couvent. Plutôt qu’une monographie exhaustive d’un établissement religieux, nous avons donc choisi d’orienter notre approche, de manière plus spécifique, sur les rapports entre les réguliers et la population locale, aussi bien des laïcs que du clergé séculier.

3Cette approche nous a paru pertinente dans la mesure où le tiers-ordre, relativement délaissé par les études en histoire religieuse, s’avère en définitive assez mal connu en comparaison des autres branches de la famille franciscaine. La réputation médiocre traînée par les Picpus a été reprise, y compris par les historiens contemporains, sans qu’aucune étude d’envergure ne soit venue seulement la nuancer. L’idée d’une recherche centrée sur les rapports entre les pères Picpus et le siècle (cela incluant aussi bien les laïcs que le clergé séculier) découle directement de la conscience de cette lacune. Nous avons jugé ici qu’une étude à l’échelle d’un couvent était susceptible de mettre en évidence, par une approche « au ras du sol », la réalité ordinaire des rapports entre réguliers et population.

4En outre, nous avons vu dans le couvent de Beaujeu l’occasion d’étudier un « petit » couvent, alors même que ces derniers, faute d’une documentation conséquente, sont ordinairement difficiles à étudier en profondeur : l’intérêt du couvent de Beaujeu, qui profite d’une documentation abondante, est donc de pouvoir étudier un petit établissement religieux, dans sa spécificité.

5Nous avons fait le choix d’appuyer notre travail sur les nombreux dossiers de procès conservés par le couvent de Beaujeu. Ces procès, étalés dans le temps sur l’ensemble de l’existence du couvent (de 1631 à 1776 précisément) témoignent des frictions, des conflits nombreux, mais aussi des compromis qui ont eu cours entre les religieux du tiers-ordre et les acteurs de la vie locale de Beaujeu : voisins du couvent, officiers royaux et princiers, notables, clergé séculier. La variété des procès dans lesquels le couvent de Beaujeu se retrouve engagé nous offre un panel assez large des situations de contact entre les pères du tiers-ordre et le monde extérieur : ceux-ci nous offrent un miroir certes déformant, mais néanmoins précieux pour comprendre la vision réciproque que les habitants et les religieux ont les uns des autres, nous permettent de comprendre, à travers les compromis auxquels ils donnent lieu, ce qui est acceptable ou non, de part et d’autre : ils nous donnent un aperçu des priorités propres à chacun des acteurs. La part importante des procès liés à la perception de droits fonciers ou rentiers par le couvent, qui relèvent directement de la gestion matérielle du couvent, nous a également amené à prendre en compte les sources comptables : la conjonction de ces deux corpus de sources nous a en effet conduit à supputer un lien entre la situation financière du couvent, qui se dégrade au xviiie siècle, et une multiplication concomitante des procès. Enfin, les actes de fondation du couvent, et tout particulièrement les délibérations municipales conservées par le couvent nous ont paru utiles pour comprendre le regard porté par les habitants sur le couvent. Ils nous donnent une idée plus exacte des conditions matérielles d’installation du couvent et nous renseignent également sur l’attitude et les attentes des notables et de la population au moment de la création du couvent. Des raisons similaires, liées à l’étude de l’assise matérielle et des attentes de la population, nous ont également poussé à compléter notre corpus de sources à l’aide des fondations de messes passées en faveur du couvent.Des conditions d’installation qui pèsent sur l’assise économique du couvent

Des conditions d’installation qui pèsent sur l’assise économique du couvent

Un environnement déjà très pourvu en maisons religieuses

6Le couvent de Beaujeu s’installe dans un bourg qui abrite de longue date d’autres établissements religieux, dont une collégiale fondée au xe siècle, et dans le contexte plus général d’un évêché qui abrite déjà une population religieuse conséquente et en forte expansion, dans la mesure où les implantations d’ordres religieux se multiplient en ce début de xviie siècle.

  • 2 Jacques-Guillaume Trolieur de la Vaupierre, Histoire du Beaujolais, manuscrits inédits des xviie et (...)
  • 3 Antoine Garreau, Description du gouvernement de Bourgogne, Dijon, chez A. de Fay, 1717, p. 104109.

7Incontournable, l’abbaye de Cluny exerce toujours au sein du diocèse une attraction solide sur les vocations religieuses au début du xviie siècle et a essaimé un dense réseau de prieurés et de communautés dans le Mâconnais et le Beaujolais, de taille souvent respectable2. L’élément régulier le plus significatif est cependant représenté dans le diocèse par les couvents de mendiants, dont les fondations se multiplient à la faveur du retour au calme consécutif aux guerres de Religion et viennent s’ajouter aux anciens couvents des Jacobins et des Cordeliers déjà établis à Mâcon3. Dans ces nouvelles installations, on peut citer de manière non exhaustive : Capucins et Minimes à Mâcon, Récollets à Cluny, complétés en 1632 par la fondation d’un couvent de Minimes à La Clayette. Outre ces maisons religieuses qui maillent le diocèse de Mâcon, l’existence à Beaujeu même d’une collégiale, susceptible de drainer les donations, impose une contrainte économique supplémentaire.

  • 4 Archives Départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML), 8 H 107 : Délibération de la (...)
  • 5 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle : les franciscains récollets de la Province de L (...)
  • 6 Pierre Moracchini, « Tertiaires réguliers de Saint-François (hommes) », op. cit., p. 158.
  • 7 ADRML, 8 H 107 : Extrait des registres du conseil de Gaston d’Orléans, 22 juillet 1627.
  • 8 ADRML, 8 H 107 : Commission de l’évêque de Mâcon, 26 avril 1628.

8L’installation d’un énième couvent de mendiants ne manque donc pas de susciter l’inquiétude de l’évêque de Mâcon quant à la viabilité de la future maison de Beaujeu,4 manifestation d’une méfiance, assez habituelle, des autorités publiques (corps de ville, agents royaux ou ecclésiastiques) envers la multiplication des couvents d’ordres mendiants dont les principales ressources sont la quête et la charité publique.5 L’évêque de Mâcon fait le choix de conditionner la délivrance des lettres d’établissement pour le couvent à la capacité de la part de celui-ci à se subvenir, ce qui implique dans ses termes au moins 60 livres de rente pour chaque religieux du couvent, pour entretenir un total de quatre ou cinq frères. L’exigence n’est pas insurmontable a priori, le tiers-ordre franciscain étant tenu par un vœu de pauvreté qui autorise la possession de biens en commun par les couvents6 et l’établissement de rentes (similaire en ce sens à celui des conventuels), la condition posée par l’évêque est compatible avec ses statuts. Le patronage du duc d’Orléans permet de doter sans trop de peine les tiercelins des rentes exigées par l’évêque,7 lequel, devant ces nouvelles garanties donne son autorisation pour la fondation. L’opération du plantement de la croix est menée en grande pompe, en présence des habitants et des religieux du chapitre, qui accompagnent en procession les religieux8.

La prudence des habitants

9Outre la prudence des autorités épiscopales et la présence des maisons religieuses voisines, le couvent de Beaujeu doit composer dans son installation avec une communauté d’habitants qui, si elle accueille chaleureusement les pères franciscains et leur apostolat réconfortant, laisse voir qu’elle n’entend pas s’impliquer financièrement dans la fondation du couvent, ou du moins qu’elle n’entend pas y consacrer des ressources nouvelles.

  • 9 ADRML, 8 H 107 : Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626.

10Il faut préciser que ce sont les religieux du tiers-ordre de la province Saint-Louis de Lyon qui avaient, à l’origine, sollicité les habitants de Beaujeu de leur permettre de s’installer, et de leur fournir au moins un hospice en attendant la construction de leur couvent. Cette sollicitation avait conduit les échevins à accéder à la demande des pères franciscains et de leur attribuer la chapelle Notre-Dame, appartenant à l’Hôtel-Dieu, et une petite maison attenante pour établir leur première retraite et planter leur croix, à titre charitable9, en y associant pour l’entretien du couvent une rente de 160 livres, prise sur le revenu de l’Hôtel-Dieu. La proposition des échevins est assez significative de leur souhait de ne pas investir de ressources supplémentaires pour l’entretien du couvent : ces derniers choisissent plutôt de divertir des rentes déjà attribuées par la ville pour les œuvres de charité.

  • 10 Les recteurs de l’Hôtel-Dieu sont pour la plupart des notables locaux, marchands ou officiers de la (...)
  • 11 Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626, cit.
  • 12 ADRML, 8 H 107 : Supplique des habitants de Beaujeu à la Duchesse d’Orléans, 1627.

11Devant l’opposition farouche des recteurs de l’Hôtel-Dieu à ce transfert de rente, les religieux du tiers-ordre préfèrent cependant renoncer à celle-ci, tout en réitérant leur demande auprès des échevins de favoriser leur accueil et leur accorder un hospice en attendant de pouvoir bâtir leur couvent. Conscients de la nécessité de ménager les susceptibilités locales pour pouvoir s’établir, les religieux savent que leur intérêt est aussi de ne pas s’aliéner les recteurs de l’Hôtel-Dieu, qui figurent au nombre des notables locaux,10 et peuvent compter à l’avenir parmi les potentiels mécènes du couvent. Ce recul et cette nouvelle demande, acceptée par les échevins, reçoivent cette fois-ci l’accord des recteurs de l’Hôtel-Dieu, ralliés par conséquent à la fondation du couvent.11 Les religieux sont également invités à visiter chaque dimanche l’Hôtel-Dieu, pour « exhorter et conforter les malades et lesdits habitants », ainsi qu’à assurer le service de la chapelle qui leur est confiée. Le réconfortant apostolat franciscain s’avère en définitive plébiscité par les notables et les recteurs de Beaujeu. Pour autant, cette nouvelle délibération n’inclut aucune compensation financière pour les religieux du tiers-ordre : malgré leur satisfaction à accueillir les pères du tiers-ordre, les habitants de Beaujeu se refusent à avancer les fonds pour l’établissement de leur maison religieuse. Cette intention ferme de ne pas engager les ressources de la communauté se retrouve dans la requête que présentent à la même époque les échevins de Beaujeu à la Princesse de Montpensier, où ils soulignent l’affection et l’admiration qu’ils portent aux pères du tiers-ordre, dont ils espèrent « de bons et salutaires consolations spirituelz, pour leur soulagement et consolation en leur affliction »12, tout en s’empressant d’ajouter qu’ils n’ont pas les moyens de fonder la maison des religieux et qu’ils en font appel à la pieuse libéralité de la Princesse et Baronne de Beaujolais.

  • 13 Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626, cit.
  • 14 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 51.

12Quoiqu’apparemment contents des services des franciscains, les habitants de Beaujeu ne se sont pas décidés à leur accorder un blanc-seing pour leur installation. Les concessions qui leur ont été accordées témoignent certes du souci de faciliter l’installation des religieux, mais se distinguent par leur caractère provisoire, qui rend l’installation des religieux éminemment précaire. Les motivations qu’ont exposé les religieux lors de leur sollicitation auprès des habitants de Beaujeu ont pu en effet laisser ces derniers perplexes : le souhait des pères du tiers-ordre de s’installer à Beaujeu trouve son origine dans le souhait de ceux-ci d’établir une étape sur la route entre leur couvent provincial de La Guillotière, d’une part, et leurs couvents de Charolles et Digoin d’autre part13. Ce souci d’établir des étapes sur les itinéraires entre deux couvents a également été mis en évidence, dans le cas des Récollets, par Frédéric Meyer14. La question a dû traverser les esprits des habitants de Beaujeu : la maison abritera-t-elle des religieux dédiés au service de la communauté, ou ne sera-t-elle qu’un lieu destiné à l’hébergement temporaire des moines de passage ? Ces considérations poussent les habitants à mettre des conditions aux concessions accordées aux religieux. Le service religieux des malades de l’Hôtel-Dieu et la confection de l’eau bénite le dimanche sont un moyen de s’assurer de leur présence continue et de la permanence de l’établissement. En outre, les échevins se désengagent résolument de toute responsabilité concernant la construction du couvent : les religieux doivent en assurer la construction avec les ressources qu’ils parviendront à tirer de la charité des particuliers.

13Peut-on alors parler d’une méfiance de la part des habitants ? Le mot est fort et injustifié, au vu des liens établis entre les religieux du tiers-ordre et certains particuliers de Beaujeu, avant même l’établissement de leur couvent. Le comportement des habitants se rapproche plutôt de celui d’une petite communauté qui, quoique heureuse d’accueillir une communauté de franciscains, compte ses sous et veut prendre toutes les garanties possibles pour éviter une déconvenue. D’où une accumulation de préventions à l’égard des religieux, qui pourraient presque paraître vexatoires à nos yeux, mais qui se comprend si l’on considère le poids que doit constituer l’implantation d’un couvent de religieux pour une petite localité.

La nécessité de marquer son territoire face à la communauté d’habitants

L’assise foncière

14Alors que le couvent de Beaujeu semble trouver un début de stabilité, l’amorce de la constitution du clos fait entrer l’établissement dans un nouveau régime de rapports avec les habitants : le partage de l’espace et les rapports de voisinage rythment, pendant près de deux siècles, les relations entre les religieux du tiers-ordre et la population. L’installation du couvent dans les faubourgs, au milieu des jardins particuliers, connaît toutes les problématiques liées à l’établissement de la clôture : délimitation des parcelles, partage des murs mitoyens, réduction des enclaves. De fait, la constitution de l’assise foncière du couvent est un processus long, qui s’étale sur plusieurs décennies, et dans lequel les conflits et les arbitrages tiennent une part importante. Le couvent, après la fin des travaux de l’église en 1658, devient un élément ordinaire du paysage urbain, les pères du tiers-ordre étant régulièrement associés aux processions et manifestations qui scandent l’année liturgique. Pour autant, bien que le couvent et son église soient un lieu familier aux fidèles, les pères du tiers-ordre entendent rester vigilants quant à la délimitation de leur espace réservé : cette dialectique entre la défense de la clôture monastique et l’intégration des franciscains dans la vie locale est un marqueur fort au cours des deux siècles d’existence du couvent

15On peut dire un mot sur les motivations des laïcs qui cèdent leurs terrains au couvent de Beaujeu. Que la cession soit gratuite ou vénale, celle-ci se mêle souvent du souhait (ou du moins de l’apparence) d’une action charitable en favorisant l’implantation d’une maison religieuse à Beaujeu. La donation du notaire Simon Bleton en 1637 est un modèle de ce genre de donations à moitié désintéressées : il cède à cette occasion une ancienne vigne en échange d’une fondation de messe et de l’installation d’un banc réservé pour sa famille dans l’église. La cession de terrains en faveur du couvent peut être une manière avantageuse d’acquérir, à peu de frais, une marque de notabilité. Les actes de cessions gratuites de parcelles sont liées, systématiquement, à des fondations de messes. Il arrive, en outre, que des particuliers qui cèdent une parcelle contre argent consentent en faveur du couvent à une remise « par charité ».

  • 15 ADRML, 8 H 107 : Remontrance et réquisitoire des habitants de Beaujeu avec descente de lieux des ha (...)
  • 16 ADRML, 8 H 107 : Reconnaissance du sieur Thévenon en faveur des pères du tiers-ordre, 16 juillet 16 (...)
  • 17 ADRML, 8 H 107 : Reconnaissance de Jean Saint-Maurice en faveur des pères du tiers-ordre, 20 févrie (...)

16Il semble que les conflits survenus à l’occasion de la constitution du clos, aient poussé le couvent à systématiquement consulter le voisinage pour la délimitation de son clos, voire à solliciter l’arbitrage des autorités urbaines. C’est le sens de la démarche des pères du couvent lorsqu’ils s’adressent en 1682 aux notables de Beaujeu au sujet de la clôture de la vigne attenante à leur couvent15 et sollicitent l’avis des échevins, de notables et d’agents du pouvoir princier (prévôt et procureur fiscal) pour délimiter au cordeau l’emplacement des fondations de leur futur mur de clôture. Considérant que ce mur est appelé à border un sentier public, on conçoit que les religieux du couvent cherchent ici à se prémunir de toutes plaintes. Dans une logique similaire, les religieux sollicitent l’arbitrage du prévôt en 1686 pour le côté au bord du ruisseau, pour éteindre définitivement un contentieux qui les oppose, depuis près de quarante ans, aux frères Barjot, leurs voisins, et étouffer toute possibilité de contestation ultérieure. Le couvent mobilise donc de manière intelligente les ressources du droit pour parachever son installation et régler les éventuels conflits qui y seraient liés. Dans un même état d’esprit, les pères franciscains privilégient la discussion avec leurs voisins au sujet des murs mitoyens : le couvent partageant un mur de clôture avec les fours banaux de Beaujeu, plusieurs conventions furent passées avec des particuliers au sujet de l’usage de ce mur mitoyen16, accords qui subsistent, de manière quasiment inchangée, au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle17. La stratégie des religieux du couvent de Beaujeu, qui consiste à rechercher un consensus avec leurs voisins, se concrétise par des accords stables dans la durée, signe de la possibilité, pour les deux parties, de trouver un modus vivendi mutuellement satisfaisant. L’image du père Picpus querelleur appelle donc une sérieuse nuance : le conflit n’est pas une fin en soi pour les pères du tiers-ordre qui savent, à l’évidence, rechercher le compromis avec leurs voisins. De fait, après la fin du xviie siècle, nous ne retrouvons plus de trace de contestations ayant trait aux délimitations du clos, signe que tous les sujets d’achoppement avec le voisinage ont été éteints.

L’église

  • 18 On trouve plusieurs exemples de ces installations de bancs dans les fondations de messes faites en (...)

17L’engouement des fidèles envers l’église des religieux du tiers-ordre se manifeste particulièrement dans les contrats testamentaires passés en faveur du couvent de Beaujeu, en particulier par les installations de bancs. Il semble que certaines familles trouvent au xviie siècle dans le nouveau couvent un exutoire pour marquer leur statut social, entre autres par l’installation de bancs réservés18. Ces installations témoignent au moins de l’existence de fidèles habitués, fréquentant régulièrement l’église du couvent (ou du moins cherchant à s’en donner l’image) : c’est un signe de l’ancrage que prend le couvent parmi la communauté des habitants.

  • 19 Diane Demangeat, Un ordre mendiant dans la ville : les franciscains du tiers-ordre au faubourg de (...)
  • 20 ADRML, 8 H 120 : Donation testamentaire de Claude Saugnard, 14 Juillet 1629.

18Dans le cas des inhumations, le constat est en revanche plus mitigé : on ne retrouve pas, au contraire du couvent de la Guillotière19, de mention certaine de l’enterrement d’un laïc dans l’église du tiers-ordre de Beaujeu. Les habitants de Beaujeu ne semblent guère intéressés par les franciscains pour leur service funéraire : hormis le testament de Claude Saugnard, passé dans le contexte très particulier de la peste de 162920, un seul autre testament, daté de 1643 sollicite les pères du tiers-ordre en ce sens. Pour autant, il est plus qu’incertain que les enterrements aient réellement eu lieu dans l’église du couvent, dans la mesure où celle-ci n’est pas encore achevée à cette date (elle ne sera consacrée qu’en 1658). En outre, on ne retrouve par la suite aucune autre demande d’inhumation dans l’église du couvent de Beaujeu, y compris après son achèvement. Ce silence des sources laisse supposer que les habitants de Beaujeu sont assez peu intéressés par les services funéraires proposés par les pères du tiers-ordre. L’église paroissiale et les chanoines de la collégiale semblent déjà largement satisfaire le service funéraire de la population. En définitive, il est peu vraisemblable qu’une réelle concurrence se développe à Beaujeu entre les clergés séculier et régulier autour des enterrements : pour autant, si une telle concurrence a émergé, elle a clairement tourné en la défaveur des réguliers.

  • 21 ADRML, 8 H 118 : Procès-verbal dressé par les pénitents du Saint-Sacrement de Beaujeu, 10 juin 1692

19L’église du couvent est également utilisée par les confréries de Beaujeu à l’occasion des processions et autres manifestations de piété publique. C’est en particulier le cas à l’occasion de la Fête-Dieu, au cours de laquelle la procession, menée par la confrérie du Saint-Sacrement, a pour habitude de venir adorer ledit saint sacrement, exposé dans l’église du couvent21. Fondée en 1659, la confrérie anime les processions à Beaujeu, en bonne entente avec les religieux du tiers-ordre pendant près de trente ans, ceux-ci ouvrant leur église à cette occasion. Néanmoins, lors de la procession de 1692, les tiercelins, outrés par la désinvolture du chanoine Barjot, recteur des confrères, qui avait jugé que la tradition de la procession était suffisamment établie pour qu’il soit inutile de demander leur avis aux pères franciscains pour l’usage de leur église, refusent obstinément d’ouvrir l’église de leur couvent en présence des confrères. Les religieux du tiers-ordre n’ont accepté de sortir et de bénir la foule qu’après le départ des confrères, en signe de désapprobation. L’enjeu est ici particulièrement grave, il s’agit précisément pour les tiercelins de conserver la maîtrise sur leur église, un espace, certes fréquenté par les fidèles, mais qui demeure leur propriété, et dont l’ouverture en dépit de leur consentement signifierait une violation de la clôture monastique.

  • 22 ADRML, 8 H 120 : Donation sous seing privé de la veuve Brac, 3 mai 1692.

20Le conflit entre le couvent et les confrères est d’ailleurs à situer dans un contexte où les relations sont particulièrement tendues entre le couvent et une partie des habitants : plusieurs donations sous seing privé sont passées à cette époque en faveur du couvent de manière secrète, les donateurs déclarant explicitement vouloir dissimuler leurs bonnes œuvres au yeux du public22. De fait, le couvent conserve à cette date des fidèles toujours prêts à donner en sa faveur, mais doit faire face à l’hostilité déclarée d’au moins une partie des habitants, vraisemblablement en lien avec le conflit qui l’oppose à la confrérie des pénitents.

  • 23 ADRML, 50 H 125 : Accord entre la confrérie des Pénitents de Beaujeu et Franciscains Picpus.
  • 24 ADRML, 8 H 132 : Livre des recettes et des dépenses du couvent de Beaujeu, fol. 2 v°.

21La résolution de ce conflit ne semble subvenir qu’après la mort du recteur de la confrérie : c’est en effet en 1700, par un acte d’assemblée, que les confrères reconnaissent que l’ouverture de l’église du couvent se fait « librement, volontairement et sans obligation »23. Passé cette date, les relations entre le couvent et les différentes confréries de Beaujeu s’apaisent durablement : plusieurs mentions de services religieux assurés par les pères du couvent auprès des dites confréries l’attestent. À une date aussi tardive que 1764, le couvent assure la desserte régulière de la chapelle des pénitents du Saint-Sacrement, signe de bonnes relations retrouvées24. Le conflit entre le couvent et les confrères semble surtout avoir été l’affaire d’un contentieux personnel : il trouve sa résolution avec la disparition des personnes impliquées.

La gestion de l’eau et les prélèvements sur le domaine public

  • 25 ADRML, 8 H 107 : Supplique des religieux de Beaujeu à l’évêque de Mâcon, 1er février 1634.

22Le couvent des pères du tiers-ordre s’est établi à sa fondation aux abords du ruisseau Cordat, qui arrosait alors les faubourgs de Beaujeu25. Outre l’évidence triviale, qui est que les religieux ont tout simplement construit leur couvent là où il existait des terrains constructibles, on peut penser que l’implantation de la maison n’en a pas moins été soigneusement réfléchie pendant les sept années que dure la résidence des religieux, entre 1627 et 1634, jusqu’à la pose de la première pierre de leur couvent. La présence du ruisseau a probablement constitué à ce titre un facteur décisif dans le choix du site. L’accès à l’eau courante du ruisseau est d’une part un confort certain dans le cas d’une communauté monastique pour les usages du quotidien. Autre point d’intérêt, crucial pour les religieux, l’eau sert également à la culture des jardins, c’est-à-dire à la simple subsistance vivrière du couvent. La disponibilité de grandes quantités d’eau dans l’enceinte même de la clôture monastique a donc dû pour partie au moins décider de l’implantation de la maison religieuse.

  • 26 ADRML, 8 H 122 : Requête des pères du tiers-ordre contre Jean-Pierre Robat, marchand de Beaujeu, 2 (...)
  • 27 ADRML, 8 H 131 : Le second procès lié à ce droit de prise d’eau, qui s’est déroulé entre 1752 et 17 (...)

23Dans tous les cas, la prise d’eau dans le ruisseau a très rapidement été considérée comme un droit tacite par les religieux, qui s’en sont servi sans encombre pendant près d’un siècle pour l’arrosage des jardins potagers de leur couvent, ainsi que pour « la conservation de leurs poissons »26. Cette certitude du droit acquis a cependant volé en éclat dans les années 1730, à l’occasion d’un procès qui a opposé les pères du tiers-ordre à un propriétaire voisin, justement au sujet du droit de prise d’eau dans le ruisseau. L’ampleur prise par le procès, et les sommes investies dans celui-ci par le couvent sont sans commune mesure avec les autres contentieux dans lesquels le couvent a pu être engagé par le passé27. Elle semble indiquer dans tous les cas l’importance fondamentale que les religieux accordent à cette prise d’eau, qui participe elle aussi au précaire équilibre économique du couvent.

  • 28 Les pères écrivent à cet effet en novembre de la même année à Jonnery, leur procureur ordinaire au (...)
  • 29 Mariam Hadj Ammar faisait le constat, dans le cas des couvents lyonnais, que le facteur financier é (...)

24La démarche des religieux du couvent de Beaujeu semble dictée ici par l’inélasticité de leur condition économique qui fait qu’une privation, si petite soit-elle, devient très vite lourde à soutenir pour leur couvent. Malgré la sentence rendue en leur défaveur en septembre 1756 par la prévôté, il semble même que les pères du couvent aient envisagé très sérieusement de se pourvoir en appel au bailliage28. Ce procès témoigne de l’engagement des religieux dans une affaire dont l’ampleur est à première vue sans commune mesure avec l’enjeu (on parle ici d’un conflit s’étalant sur près de vingt ans, qui a produit un dossier de près de 500 pages, et a coûté en tout près de 700 livres au couvent), mais qui a pris ici, à peu de choses près, les allures d’une lutte à mort. Un tel investissement, en temps et en argent, est tout simplement exceptionnel29 et témoigne de l’importance fondamentale que le couvent de Beaujeu accorde à la question des prises d’eau. De fait, alors même que le couvent semble ordinairement enclin à rechercher la conciliation dans les conflits où il se trouve impliqué, cette attitude jusqu’au-boutiste ne manque pas d’interpeller : elle est probablement à mettre sur le compte de la part que jouent les prises d’eau dans l’économie du couvent. L’eau, qui sert aussi bien pour les usages quotidiens de la maison que pour les cultures du jardin, apparaît comme vitale : la chose justifie certainement, aux yeux des pères, l’acharnement à défendre leur bien.

  • 30 ADRML, 8 H 113 : Requête du seigneur de Brion auprès du bailliage de Villefranche, 19 juin 1674.
  • 31 ADRML, 8 H 113 : Sentence du bailliage de Villefranche, 5 février 1675.

25En dehors du droit de prise d’eau dont les religieux bénéficient, nous l’avons vu, à titre tacite jusqu’en 1730, puis par convention après cette date, le couvent de Beaujeu s’est vu accorder, au cours de son existence, divers droits de prélèvement à titre charitable, essentiellement dans les rivières, lesquels soulèvent à l’occasion des protestations de riverains s’estimant lésés. C’est le cas en 1674 lorsque Jacques Armand, seigneur de Brion, porte une requête devant le bailliage de Villefranche30 pour se plaindre de ce que les Révérends pères du couvent de Beaujeu, assistés de « complices » (en fait des manœuvres, engagés pour l’occasion par les pères du couvent), ont creusé le lit de la rivière Ardières pour y prendre du sable, aux abords de sa parcelle et à son insu. Du fait de l’action des religieux, l’eau de la rivière menacerait son terrain. Il semble surtout que les religieux, ici dans leur bon droit, aient manqué de tact en omettant de prévenir les riverains de leurs travaux. La sentence du bailliage donne raison aux religieux, jugeant que les réparations du couvent relèvent de « l’interest du publicque » : l’utilité sociale du couvent justifie ici le souci de charité à son égard. Les religieux reçoivent confirmation de la permission de prendre autant de sable que bon leur semble, aux lieux qui leur seront indiqués, et ce en dépit de toutes les oppositions qui pourront être formées à leur encontre31.

  • 32 ADRML, 8 H 123 : Requête de Philibert Barjot au prévôt de Beaujeu, 20 janvier 1653.
  • 33 ADRML, 8 H 123 : Adresse de Philibert Barjot aux pères du tiers-ordre de Beaujeu, 18 juin 1666.
  • 34 ADRML, 8 H 123 : Sentence du bailliage de Mâcon, 21 août 1668.

26Autre cas de conflit lié à des prélèvements sur le domaine public, l’extraction des pierres charriées par le ruisseau Cordat est l’objet de conflits répétitifs dans les années 1650 et 1660 entre les pères du tiers-ordre et les frères Philibert et Jean Barjot, également riverains du ruisseau. Les deux parties ayant en effet besoin des pierres pour la construction et le renforcement des murs de soutènement le long du ruisseau, sujet à des crues fréquentes, les pierres extraites sont âprement disputées. Les litiges successifs vont du vol pur et simple des pierres (c’est le cas en 1653 lorsque Barjot accuse les pères du couvent de Beaujeu d’avoir dérobé en son absence les pierres entreposées sur son terrain32) aux menaces physiques directes33. L’affaire trouve son terme en 1668 par un arbitrage prononcé sur place par un expert, mandaté par le bailliage34. Dans le cas de ces conflits de faible envergure, les pères Picpus, quoiqu’hésitant rarement à se pourvoir en justice, saisissent, lorsqu’elles se présentent les opportunités de conciliation et les arbitrages.

  • 35 ADRML, 8 H 120 : On peut noter particulièrement les deux chapelles fondées dans l’église du couvent (...)

27On peut considérer l’établissement de l’assise foncière du couvent de Beaujeu comme achevé, dans ses grandes lignes, à la fin du xviie siècle : l’achèvement du mur de clôture, vraisemblablement effective dans les années 1680, la fin des travaux de l’église (qui connaît néanmoins encore des embellissements dans dernières années du xviie siècle35) et l’extinction des divers contentieux liés à la constitution du clos témoignent de la stabilisation de la situation pour les pères du tiers-ordre. De fait, le couvent de Beaujeu, inséré dans la vie religieuse locale, malgré les frictions qui se produisent dans les années 1690 avec la confrérie du Saint-Sacrement, semble désormais faire partie du paysage local. La stabilité trouvée par le couvent de Beaujeu à la fin du xviie fait figure d’apogée pour l’établissement : apogée probable des effectifs consécutive aux travaux d’agrandissement des années 1670, apogée des revenus du couvent, apogée du rayonnement auprès de la population, ainsi qu’en témoignent les donations testamentaires.

L’établissement en situation de tension financière

Le temporel du couvent tel que perçu
par la population

  • 36 Diane Demangeat fait ce constat dans le cas du couvent du tiers-ordre de la Guillotière et souligne (...)

28Élément significatif de la bonne intégration au sein de la vie locale, l’identité particulière des pères du tiers-ordre, parmi les autres ordres de la famille franciscaine, ne semble souffrir d’aucune confusion aux yeux des habitants : dans les procès qu’il nous a été donné de dépouiller, les religieux du couvent de Beaujeu sont désignés dans l’écrasante majorité des cas comme « révérends pères du tiers-ordre de Saint-François », signe que l’identité spécifique du couvent de Beaujeu était comprise par la majorité de la population, ou au moins par la frange la plus lettrée que constituent les officiers et procureurs de justice. Contrairement à d’autres couvents de tertiaires où cette confusion a été à l’origine de sérieux décalages entre les attentes de la population et la réalité de la pratique monastique des pères du tiers-ordre36, on est tenté de croire que les habitants de Beaujeu ont eu, assez tôt, une conscience assez nette des spécificités de la règle du tiers-ordre et des services qu’ils étaient en mesure d’attendre de « leur » couvent. La petitesse de la population de Beaujeu joue cette fois-ci en faveur du couvent : sans pour autant s’intéresser au détail théorique des statuts du couvent, les laïcs se représentent facilement, à la faveur des relations ordinaires qui ne manquent pas de se créer entre le couvent et la population, la nature des ressources de celui-ci. L’existence de rentes pour le couvent est prise comme un état de fait : il est très rare que l’existence de telles rentes soit reprochée aux tiercelins à l’occasion de procès.

  • 37 ADRML, 8 H 123 : Adresse de Philibert Barjot aux pères du tiers-ordre de Beaujeu, 18 juin 1666.

29De fait, les attaques contre la cupidité des « moines Picpus » sont exceptionnelles dans le cas du couvent de Beaujeu, et réservées aux procès les plus acrimonieux : le procès Robat, auquel nous avons déjà fait référence, et le procès Barjot. Dans le cas du procès Barjot, qui se déroule dans la seconde moitié du xviie siècle, on relève à plusieurs reprises de telles accusations portées contre la supposée cupidité et richesse des pères du tiers-ordre, « dissimulée sous leur manteau de pauvreté »37, qui visent en premier lieu à délégitimer les revendications des tiercelins, mais dont rien n’indique qu’elles aient eu un écho au sein de la population. On ne retrouve pas, au cours des deux siècles d’existence du couvent, de particuliers qui fassent référence au vœu de pauvreté de la famille franciscaine pour motiver leur refus de s’acquitter de leurs redevances, signe que la question de la propriété monastique ne choque vraisemblablement pas les contemporains.

  • 38 Un tel cas de figure se présente en novembre 1763, lorsque les pères du couvent assurent la dessert (...)

30L’étude de la comptabilité du couvent donne cependant une idée des rapports qui se nouent, à la fin du xviiie siècle, entre les tiercelins et la population. Les pères reçoivent des rémunérations pour des services religieux qu’ils assurent à l’extérieur du couvent : ils sont ainsi recherchés par divers particuliers pour célébrer la messe à domicile, voire assurent à l’occasion le service paroissial dans les environs de Beaujeu, souvent comme remplaçants en cas d’indisponibilité du curé local38. Enfin, les pères franciscains sont également sollicités par les autres institutions religieuses de Beaujeu, en particulier la collégiale de Beaujeu et la confrérie des pénitents de Beaujeu, qui leur confient régulièrement la desserte de plusieurs chapelles dans les années 1760. Cette sollicitation du couvent de Beaujeu, tant par le clergé séculier que par les confréries est le signe que les relations se sont singulièrement apaisées à la fin du xviiie siècle. Les conflits contre les frères Barjot ou contre la confrérie du Saint-Sacrement, qui avaient envenimé la vie locale à la fin du xviie siècle, semblent bien dépassés : le couvent de Beaujeu fait partie, dans les dernières années du xviiie siècle, du paysage liturgique ordinaire de Beaujeu.

  • 39 Diane Demangeat, La gestion économique du couvent Saint-Louis, op. cit., p. 31.
  • 40 Idem, p. 29.

31Les dons liés à la fréquentation de l’église conventuelle nous renseignent également sur les rapports entre le couvent et la population. Quoique les livres de comptes ne donnent généralement pas d’informations sur l’identité des donateurs occasionnels, la comptabilité du couvent fait apparaître des dons réguliers de la part des confréries de dévotion de Beaujeu (en particulier de la confrérie du Saint Scapulaire), laissant entrevoir, à l’image de ce que Diane Demangeat exposait pour le couvent de la Guillotière39, la part des aumônes d’« habitués » dans les ressources du couvent. La tendance, à la fin du xviiie siècle, est cependant au tassement des revenus du tronc de la sacristie, qui chutent de près de moitié entre 1764 et 178840. Il est difficile de tirer des conclusions tangibles à partir de cette évolution des revenus, dans la mesure où les ressources du tronc de la sacristie ne nous sont pas connues avant 1763, nous privant ainsi d’une comparaison sur le temps long. Une telle chute des revenus, sur une période aussi courte, suggère le déclin de la ferveur des fidèles et donne l’image d’une communauté religieuse en perte de vitesse : il est cependant difficile d’en tirer des conclusions générales quant à l’évolution du couvent.

La gestion matérielle du couvent et ses conséquences

32Les petites dettes et créances forment l’ordinaire de la gestion économique du couvent, les premières étant d’ailleurs le plus souvent couvertes, totalement ou en partie par les créances en faveur du couvent, qui surviennent à l’occasion de retards sur des paiements de servis, souvent liés au terrier de la chapelle, plus rarement sur des rentes constituées. De nombreuses créances sont également liées à des honoraires de messes desservies par les pères du tiers-ordre et pas encore acquittées.

  • 41 On peut citer en exemple un procès engagé en 1752 par les pères du tiers-ordre, pour le paiement d’ (...)
  • 42 ADRML, 8 H 147 : Sentence du bailliage de Beaujolais contre François Corteille, 29 juillet 1680.
  • 43 ADRML, 8 H 147 : Sentence du bailliage de Beaujolais contre Louis Philippe Joseph de Sarazin seigne (...)

33Ces micro-dettes qui forment la comptabilité ordinaire du couvent de Beaujeu sont à la mesure des moyens modestes de la maison. De fait, les procès engagés par le couvent pour recouvrement d’arriérés de rente ou de servis tournent souvent autour de sommes modiques, qui traînent depuis des années41. Ce qui décide les pères du tiers-ordre à aller au procès, dans le cas de tels arrérages, est généralement le long délai sur lequel ceux-ci courent. De manière générale, dès lors que la tolérance relative aux créances est épuisée, le couvent de Beaujeu montre une constance sans faille à recouvrir les sommes qui lui sont dues (ou qu’il estime telles). Cette constance s’observe d’ailleurs à toutes les époques de l’existence du couvent. On peut ainsi citer, en 1680, le procès engagé au sujet d’une redevance en vin sur une vigne42. Il en est de même en 1752, lorsque les pères du couvent assignent au bailliage le seigneur de La Pierre pour le paiement de trente-deux années d’arrérages de servis43. Le couvent obtient dans les deux cas gain de cause, c’est-à-dire à la fois le paiement des arrérages et la reconnaissance du servis : le livre de comptes du couvent indique que le seigneur de La Pierre et ses descendants poursuivent régulièrement leurs paiements jusqu’en 1790.

34La dégradation de la situation financière du couvent de Beaujeu, liée au mouvement de repli des revenus issus des fondations de messes au cours du xviiie siècle et amplifiée par des endettements lourds dans les années 1750 contraint les pères du tiers-ordre à rechercher des solutions pour préserver la solvabilité (et donc la viabilité) de leur maison. Ce n’est pas un hasard si les difficultés financières du couvent, qui sont mises à mal par de lourds travaux de restauration entrepris en 1755, coïncident avec une période de grande agitation judiciaire.

  • 44 ADRML, 8 H 112 : Reconnaissance passée en faveur de la chapelle Saint-Laurent par les propriétaires (...)
  • 45 ADRML, 8 H 112 : Requête des religieux du couvent de Beaujeu auprès de la prévôté du dit lieu, 20 a (...)

35Plusieurs pistes sont explorées dès la fin des années 1740 par les gestionnaires du couvent, avec en particulier la tentative de réactivation d’anciens droits d’octroi, fondés sur des titres du xvie siècle44. Mis en place en 1749 sous la forme d’un affermage, les paiements liés à ce droit de péage cessent en 1757, et le fermier jette l’éponge en 1760 en déclarant abandonner au couvent la perception du droit45. Dans le cas présent, c’est la légitimité même du droit d’octroi des religieux qui est remise en cause par les habitants, qui refusent de s’acquitter d’un droit par trop désuet et ancien à leurs yeux pour être accepté. Face à ce fiasco, le couvent ne retente plus l’opération de réactiver des droits à partir du terrier.

  • 46 ADRML, 8 H 134 : Demande et assignation pour les religieux de Beaujeu, 7 janvier 1756.

36En revanche, les pères du tiers-ordre n’abandonnent pas leur idée de trouver de nouveaux revenus et redevances. On en a l’exemple à travers les procès engagés dans les décennies 1750-1760 pour le recouvrement de servis tombés en désuétude. Fait remarquable, ces tentatives de recouvrement se font aussi bien sur les redevances dues au couvent, que sur des redevances dues à d’autres établissements religieux. On voit ainsi les religieux du tiers-ordre porter une requête devant le bailliage, conjointement avec des chanoines du chapitre de Beaujeu, pour le paiement de servis relevant du terrier du chapitre46. On est ici face à un droit tombé en quasi-désuétude que les chanoines désespèrent de recouvrir sans procès et décident en conséquence d’abandonner au couvent de Beaujeu, dont les religieux semblent prêts à engager l’action devant les tribunaux. Pour les franciscains, le procès représente une occasion peu coûteuse d’arrondir, fût-ce modestement, les revenus du couvent.

  • 47 ADRML, 8 H 135 : Sentence de la prévôté de Beaujeu, 23 décembre 1757.
  • 48 ADRML, 8 H 134 : Demande et assignation pour les religieux de Beaujeu, 7 janvier 1756.

37Une foule de petits procès témoigne, dans la seconde moitié du xviiie siècle, de cette tension financière, qui se traduit par une attitude agressive de la part du couvent quant à la conservation de ses revenus et redevances. De manière générale, le couvent comparaît presque systématiquement en tant que créancier lors de ses procès, en tant que défenseur acharné de ses ressources financières, pour des sommes souvent modestes mais qui correspondent à des redevances que les tiercelins craignent de voir tomber en désuétude47.La rentrée ponctuelle d’une somme susceptible de soulager les finances du couvent est probablement un moteur récurrent dans les nombreux procès engagés au xviiie siècle48. Cette politique n’est d’ailleurs pas sans quelque succès : l’état des comptes dressé pour la période 1756-1759 fait état d’un redressement de la situation financière, lié à l’accroissement des créances en faveur du couvent qui triplent par rapport à l’exercice précédent. La constitution de cette réserve de créances a probablement permis au couvent de faire face aux échéances les plus pressantes et de garder la tête hors de l’eau sur le plan financier.

  • 49 ADRML, 8 H 132 : Livre des recettes et des dépenses, fol. 153 r°.

38L’examen détaillé des entrées d’argent du couvent sur la fin du xviiie siècle met en évidence une tendance assez nouvelle, qui est celle de la mise en location d’une partie du bâti du couvent à des particuliers. En l’absence du détail des comptes avant 1763, il nous est difficile de dire si ce phénomène est une nouveauté absolue à la fin du siècle. En revanche, la part prise par les revenus locatifs dans les ressources du couvent atteint selon toute vraisemblance une ampleur inédite en valeur relative, près du tiers des revenus totaux du couvent49. Les biens dont il est ici question ne sont pas des maisons achetées en ville par le couvent, mais bel et bien des pièces et parties entières du couvent, mises en location.

  • 50 On peut citer les cas, mentionnés par Diane Demangeat, des couvents de la Guillotière et de Brianço (...)
  • 51 Une partie de la vigne et du jardin des religieux ont été ainsi amodiées à deux particuliers, Bossa (...)

39L’usage des bâtiments du couvent à un usage profane n’est pas une exception à proprement parler dans le cas du couvent de Beaujeu50, il ne s’agit pas pour autant d’un fait anodin. Dans tous les cas où les pères décident de mettre en location une partie de leur couvent ou de leur clos (on recense au moins trois particuliers concernés par un tel bail51), la relation de confiance tissée entre le couvent et les locataires semble avoir été un préalable indispensable. Au vu de la part prise par le loyer d’un tel dépôt dans les comptes du couvent de Beaujeu, la logique économique semble cependant une piste à considérer sérieusement : la location de pièces du couvent a pu apparaître comme une occasion de rééquilibrer les comptes du couvent.

  • 52 ADRML, 8 H 134 : Bail à loyer passé par Nicolas Pressavin, chanoine, 25 avril 1783.
  • 53 Diane Demangeat,Un ordre mendiant dans la ville, op. cit., p. 74.
  • 54 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 367.

40La mise en location d’une partie du couvent implique cependant l’existence de pièces inutilisées dans la bâtisse. L’installation du chanoine Nicolas Pressavin en 1783 donne lieu à l’établissement d’un contrat de bail particulièrement intéressant, en ce qu’il met en évidence toute une partie du couvent dont les pères du tiers-ordre n’ont plus l’usage52. L’installation d’un étranger au sein du couvent n’est pas exceptionnelle53 : l’accueil de pensionnaires, source de revenus pour les communautés religieuses, était d’ailleurs fortement recherché au xviiie siècle par les franciscains de toutes branches54. On peut citer le cas du sieur Pigache, en 1781 ou de monsieur Teillard, dont le fils passe en 1764 six jours de retraite au couvent. Ces séjours courts, certainement liés à la recherche d’une retraite spirituelle par des particuliers, rentrent dans la palette de l’offre spirituelle du couvent envers les laïcs : ils témoignent d’une intégration des religieux du tiers-ordre au sein de la communauté locale. Pour autant, l’installation du chanoine Pressavin et le bail qui l’accompagne dépassent l’ampleur de ces séjours courts, en ce qu’ils instituent un véritable partage de l’espace du couvent, envisagé pour une longue durée (le bail est passé pour neuf ans, reconductibles à terme).

41Ces dispositions, qui révèlent la réalité d’une bâtisse désormais disproportionnée au regard du nombre de moines qu’elle abrite (le couvent n’abrite plus que deux religieux et un domestique en 1786) posent donc question quant au devenir de l’établissement.

Conclusion

42Fort de ses deux siècles d’existence, le couvent de Beaujeu semble avoir retrouvé, au terme de la période de turbulences des années 1750-1760, une relative stabilité financière et un apaisement dans ses relations avec les laïcs : on ne retrouve plus, à une exception près, de procès impliquant le couvent après 1763. Faut-il pour autant parler d’une normalisation des relations ? Le terme est déjà biaisé en soi et implique de considérer que les conflits entre le couvent et les laïcs relèvent d’une anormalité. Au regard du développement que nous venons de conduire, une telle prémisse est loin d’être évidente : l’installation du couvent est indissociable des contestations, discussions et accommodements qui l’ont suivie. De fait, quoique fréquents (et peut-être inévitables), les conflits entre les réguliers et le siècle n’en sont pas pour autant indépassables : les pères du tiers-ordre démontrent une remarquable capacité de conciliation avec leurs interlocuteurs. On est ici assez loin de l’image classique du père Picpus querelleur.

43Pour autant, la stabilisation du couvent de Beaujeu à la fin du xviiie siècle ne doit pas masquer une réalité beaucoup moins reluisante, qui relève d’une tendance générale pour le tiers-ordre : la période de grand dynamisme de la fin du xviie n’a pas connu de suite. En fait, le rayonnement du couvent de Beaujeu semble même décliner assez vite : la disparition des fondations testamentaires de messes, dans les années 1740, le déclin des effectifs à la fin du siècle en sont deux indices. Est-ce le signe du désintérêt des laïcs à l’égard du modèle de vie promu par le tiers-ordre ? Certes, le désintérêt n’exclut pas un respect toujours vif : les relations de confiance, qui se maintiennent avec le voisinage et les chanoines de la collégiale en témoignent. Pour autant, le couvent de Beaujeu semble vivre replié sur lui-même, à la mesure d’une population de moines que l’on devine vieillissante.

  • 55 Marius Audin, Histoire de Beaujeu, Villefranche, chez Jean Guillermet, 1937, p. 167.

44De fait, les dernières manifestations publiques de l’existence du couvent de Beaujeu confirment cette impression d’une communauté religieuse respectée, mais à la recherche d’un introuvable renouveau. Les pères du tiers-ordre sont présents, le 21 février 1790, à l’occasion de la cérémonie du serment civique qui se tient en grande pompe dans l’église paroissiale Saint-Nicolas de Beaujeu. En présence du maire, des notables locaux, de la milice citoyenne et de la population assemblée, les pères du tiers-ordre prêtent serment, venant dans l’ordre de préséance juste après le curé et les desservants de l’église55. La respectabilité des pères du couvent est donc toujours d’actualité à cette date. Pour autant, la préséance dont ils bénéficient à l’occasion de la cérémonie de février 1790 contraste avec le silence total qui se fait, à peine cinq mois plus tard, autour de la disparition du couvent. La fin du couvent de Beaujeu a tous les aspects d’un non-événement : la dernière trace documentaire qu’il laisse est le livre de comptes, dont la tenue cesse définitivement en juillet 1790. Aucune délibération communale, dans les archives de la période révolutionnaire ne fait mention du sort réservé au couvent et à ses occupants. Seule la toponymie locale, qui rappelle l’existence d’une « place des pères », à proximité de la bâtisse, en rappelle le souvenir. Ce silence de la mémoire locale n’est pas sans poser question quant au souvenir laissé par les pères franciscains : il appelle, à notre sens, une approche plus large, prenant en compte une étude sociologique des familles et donateurs liés au devenir du couvent afin d’en comprendre les motivations et, a contrario, les raisons qui les poussent, à partir des années 1740, à se détourner du devenir du couvent.

Haut de page

Notes

1 Pour un résumé de l’histoire du tiers-ordre franciscain en France, nous renvoyons à Pierre Moracchini, « Tertiaires réguliers de Saint-François (hommes) » dans Guide pour l’histoire des ordres et des congrégations religieuses : France, xvie-xxe siècles, Turnhout, Belgique, Brepols, 2001, p. 158.

2 Jacques-Guillaume Trolieur de la Vaupierre, Histoire du Beaujolais, manuscrits inédits des xviie et xviiie siècles publiés par Léon Galle et Georges Guigue, Lyon, Société des bibliophiles lyonnais, 1920 [1756], p. 59.

3 Antoine Garreau, Description du gouvernement de Bourgogne, Dijon, chez A. de Fay, 1717, p. 104109.

4 Archives Départementales du Rhône et de la Métropole de Lyon (ADRML), 8 H 107 : Délibération de la chambre épiscopale de Mâcon, 16 avril 1627.

5 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle : les franciscains récollets de la Province de Lyon aux xviie et xviiie siècles, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1997, p. 7273.

6 Pierre Moracchini, « Tertiaires réguliers de Saint-François (hommes) », op. cit., p. 158.

7 ADRML, 8 H 107 : Extrait des registres du conseil de Gaston d’Orléans, 22 juillet 1627.

8 ADRML, 8 H 107 : Commission de l’évêque de Mâcon, 26 avril 1628.

9 ADRML, 8 H 107 : Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626.

10 Les recteurs de l’Hôtel-Dieu sont pour la plupart des notables locaux, marchands ou officiers de la ville. Cf. Émile Longin, Notice sur l’Hôtel-Dieu de Beaujeu, avec une liste des bienfaiteurs  : statuts, pièces justificatives, Beaujeu, chez l’auteur, 1898, p. 16.

11 Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626, cit.

12 ADRML, 8 H 107 : Supplique des habitants de Beaujeu à la Duchesse d’Orléans, 1627.

13 Délibération des habitants de Beaujeu, 17 septembre 1626, cit.

14 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 51.

15 ADRML, 8 H 107 : Remontrance et réquisitoire des habitants de Beaujeu avec descente de lieux des habitants de Beaujeu, 3 juin 1682.

16 ADRML, 8 H 107 : Reconnaissance du sieur Thévenon en faveur des pères du tiers-ordre, 16 juillet 1681.

17 ADRML, 8 H 107 : Reconnaissance de Jean Saint-Maurice en faveur des pères du tiers-ordre, 20 février 1756.

18 On trouve plusieurs exemples de ces installations de bancs dans les fondations de messes faites en faveur du couvent, voir ADRML, 8 H 120.

19 Diane Demangeat, Un ordre mendiant dans la ville : les franciscains du tiers-ordre au faubourg de la Guillotière, mémoire de maîtrise sous la direction de Bernard Hours, Université Lyon III, 2012, p. 73‑74.

20 ADRML, 8 H 120 : Donation testamentaire de Claude Saugnard, 14 Juillet 1629.

21 ADRML, 8 H 118 : Procès-verbal dressé par les pénitents du Saint-Sacrement de Beaujeu, 10 juin 1692.

22 ADRML, 8 H 120 : Donation sous seing privé de la veuve Brac, 3 mai 1692.

23 ADRML, 50 H 125 : Accord entre la confrérie des Pénitents de Beaujeu et Franciscains Picpus.

24 ADRML, 8 H 132 : Livre des recettes et des dépenses du couvent de Beaujeu, fol. 2 v°.

25 ADRML, 8 H 107 : Supplique des religieux de Beaujeu à l’évêque de Mâcon, 1er février 1634.

26 ADRML, 8 H 122 : Requête des pères du tiers-ordre contre Jean-Pierre Robat, marchand de Beaujeu, 2 février 1732.

27 ADRML, 8 H 131 : Le second procès lié à ce droit de prise d’eau, qui s’est déroulé entre 1752 et 1757, a coûté en tout au couvent près de 700 l. en frais de procédure. Cf. Etat de la maison de Beaujeu, présenté au chapitre provincial, établi pour les années 1756 à 1759.

28 Les pères écrivent à cet effet en novembre de la même année à Jonnery, leur procureur ordinaire au bailliage de Beaujeu, Cf. ADRML, 8 H 122 : Lettre du frère Luc Baudin, du couvent de Beaujeu, à Jonnery, procureur au bailliage de Villefranche, 16 novembre 1756.

29 Mariam Hadj Ammar faisait le constat, dans le cas des couvents lyonnais, que le facteur financier était rarement limitant pour les réguliers dans le cas des procès, le coût de ceux-ci étant souvent négligeables au regard des revenus des couvents. Cf. Mariam Hadj Ammar, Religieux et vie urbaine : les réguliers lyonnais en procès, 1667-1790, mémoire de maîtrise sous la direction de Bernard Hours, Université Lyon 3, 2006, p. 29 et suiv.

30 ADRML, 8 H 113 : Requête du seigneur de Brion auprès du bailliage de Villefranche, 19 juin 1674.

31 ADRML, 8 H 113 : Sentence du bailliage de Villefranche, 5 février 1675.

32 ADRML, 8 H 123 : Requête de Philibert Barjot au prévôt de Beaujeu, 20 janvier 1653.

33 ADRML, 8 H 123 : Adresse de Philibert Barjot aux pères du tiers-ordre de Beaujeu, 18 juin 1666.

34 ADRML, 8 H 123 : Sentence du bailliage de Mâcon, 21 août 1668.

35 ADRML, 8 H 120 : On peut noter particulièrement les deux chapelles fondées dans l’église du couvent par François du Chassin, prêtre et chanoine de la collégiale d’Aigueperse. Cf. Fondation testamentaire de François du Chassin, 5 juin 1687.

36 Diane Demangeat fait ce constat dans le cas du couvent du tiers-ordre de la Guillotière et souligne qu’un tel décalage a pu être à l’origine de la désaffection de la population à l’égard du couvent. Cf. Diane Demangeat, Un ordre mendiant dans la ville, op. cit., p. 8-9.

37 ADRML, 8 H 123 : Adresse de Philibert Barjot aux pères du tiers-ordre de Beaujeu, 18 juin 1666.

38 Un tel cas de figure se présente en novembre 1763, lorsque les pères du couvent assurent la desserte de la paroisse de Charentay pendant huit jours, à la demande du curé local, probablement en raison d’une absence de ce dernier. Cf. ADRML, 8 H 132 : Livre des recettes et des dépenses, fol. 2 r°.

39 Diane Demangeat, La gestion économique du couvent Saint-Louis, op. cit., p. 31.

40 Idem, p. 29.

41 On peut citer en exemple un procès engagé en 1752 par les pères du tiers-ordre, pour le paiement d’honoraires de messes, pour un montant de 100 livres dues à la Noël 1745, dont seul le tiers a été acquitté. Cf. ADRML, 8 H 117 : Reconnaissance de dette de François Rochard, 7 juillet 1745.

42 ADRML, 8 H 147 : Sentence du bailliage de Beaujolais contre François Corteille, 29 juillet 1680.

43 ADRML, 8 H 147 : Sentence du bailliage de Beaujolais contre Louis Philippe Joseph de Sarazin seigneur de La Pierre, 6 mars 1752.

44 ADRML, 8 H 112 : Reconnaissance passée en faveur de la chapelle Saint-Laurent par les propriétaires du droit d’écorce, 30 mars 1507. Cf. Également ADRML, 8 H 112 : Extrait d’acquêt du droit de l’aide d’écorce, 31 janvier 1585. Ces titres ont été acquis par les religieux en 1632 en même temps que le reste des terriers de la chapelle Saint-Laurent.

45 ADRML, 8 H 112 : Requête des religieux du couvent de Beaujeu auprès de la prévôté du dit lieu, 20 août 1763.

46 ADRML, 8 H 134 : Demande et assignation pour les religieux de Beaujeu, 7 janvier 1756.

47 ADRML, 8 H 135 : Sentence de la prévôté de Beaujeu, 23 décembre 1757.

48 ADRML, 8 H 134 : Demande et assignation pour les religieux de Beaujeu, 7 janvier 1756.

49 ADRML, 8 H 132 : Livre des recettes et des dépenses, fol. 153 r°.

50 On peut citer les cas, mentionnés par Diane Demangeat, des couvents de la Guillotière et de Briançon qui accueillent, au xviiie siècle, des dépôts d’armes dans leur enceinte.

51 Une partie de la vigne et du jardin des religieux ont été ainsi amodiées à deux particuliers, Bossard et Saint-Maurice, ce dernier payant en outre au couvent le loyer d’une cave et d’une cour, qui lui servent pour l’entreposage de son vin. Le troisième est le chanoine Pressavin, dont il est question infra.

52 ADRML, 8 H 134 : Bail à loyer passé par Nicolas Pressavin, chanoine, 25 avril 1783.

53 Diane Demangeat, Un ordre mendiant dans la ville, op. cit., p. 74.

54 Frédéric Meyer, Pauvreté et assistance spirituelle, op. cit., p. 367.

55 Marius Audin, Histoire de Beaujeu, Villefranche, chez Jean Guillermet, 1937, p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Cathalan, « Le couvent de Beaujeu :
une approche du tiers-ordre franciscain à travers l’étude d’un « petit » couvent »
Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 155-175.

Référence électronique

Matthieu Cathalan, « Le couvent de Beaujeu :
une approche du tiers-ordre franciscain à travers l’étude d’un « petit » couvent »
Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8450

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search