Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRésumés et notices brèves

Dossier bibliographique

Résumés et notices brèves

Texte intégral

Résumés et notices brèves

Nadine Béligand (dir.), Ritos y prácticas funerarias, discursos y representaciones de la muerte

Nadine Béligand (dir.), Ritos y prácticas funerarias, discursos y representaciones de la muerte. Un acercamiento multidisciplinario e intercultural [Rites et pratiques funéraires, discours et représentations de la mort. Une approche pluridisciplinaire et interculturelle], México, coedición Secretaría de Cultura, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, Secretaría de Cultura y Turismo del Gobierno del Estado de México-CEAPE, 494 p., 2021, ISBN INAH : 9786075394961 ; CEMCA : 9782111623095 ; CEAPE : 9786074903423

1La mort est un fait social total, c’est-à-dire un événement qui implique un système de croyances et une série de pratiques rituelles, de discours et de représentations. L’adoption de gestes et de comportements ont permis aux êtres humains d’affronter la sensation angoissante de la mort première. Dans la pratique, les systèmes de croyances aident à canaliser ce traumatisme : les rites funéraires qui assurent l’immortalité de l’âme permettent aux individus de surmonter l’angoisse créée par leur inadaptation à la mort.

2À l’échelle humaine, les pratiques et les rituels funéraires forment une mosaïque complexe. Depuis les Néandertaliens, les individus ont continué à perfectionner la séparation des morts et des vivants. Dans ce livre, le lecteur trouvera des questionnements et des passerelles entre les cultures, pensés à travers une approche interdisciplinaire. À partir d’exemples tirés de contextes archéologiques, historiques, anthropologiques, littéraires et sociologiques enracinés dans diverses zones culturelles (Afrique, Amérique, Asie et Europe) et grâce à des regards croisés, Ritos y prácticas funerarias couvre de vastes champs des sciences sociales et ouvre des pistes de recherche fécondes.

3Dans ces pages sont examinés les différents types de sépultures, de traitements funéraires et mortuaires, ainsi que la hiérarchie des rituels, étroitement liée à la qualité du défunt. Les secondes funérailles, l’exhumation, la symbolique des obsèques patriotiques, la lente laïcisation des rituels et l’émergence, aussi, d’un droit à la mort, y sont explorés. Une iconographie riche et variée accompagne chaque chapitre et permet de suivre attentivement les descriptions fournies par les auteurs. L’objectif de ce volume est de rapprocher le public d’une série de réflexions innovantes sur un sujet qui ne cesse d’alimenter la question centrale du sens de l’existence : quand l’être humain pense à la mort, ne réfléchit-il pas, en fait, à la vie ?

Jean Comby † et Claude Prudhomme (dir.), Deux mille ans dévangélisation …

Jean Comby † et Claude Prudhomme (dir.), Deux mille ans d’évangélisation et de diffusion du christianisme, Paris, Karthala, 760 p., 2021, ISBN : 978-2811128371

4Engagé depuis les années 1970 dans l’effort collectif commencé par des historiens universitaires pour proposer une lecture scientifique du fait missionnaire, Jean Comby (1931-2020), professeur aux Facultés catholiques de Lyon, publie en 1992 un manuel à visée pédagogique intitulé Deux mille ans d’évangélisation. Il y dresse un bilan des connaissances à la lumière des travaux qui ont renouvelé dans la deuxième moitié du xxe siècle la vision de la diffusion du christianisme. Soucieux de ramener le lecteur aux sources, il ponctue chaque chapitre de documents, d’autant que la crise des missions et la mise en cause de leur rôle s’accompagnent dans le contexte postcolonial de controverses où les idées reçues prennent souvent le pas sur la fréquentation des archives. Il entreprend de mettre à jour l’ouvrage au début des années 2000 pour une seconde édition qui restera à l’état de manuscrit non publié.

5Claude Prudhomme reprend pour l’essentiel la deuxième rédaction de Jean Comby mais en l’augmentant considérablement. Proposant un parcours continu à travers l’histoire de la diffusion du christianisme, au-delà des clivages confessionnels, s’appuyant sur des textes sources et plus de 400 illustrations, cet ouvrage fournit des informations pour permettre d’approfondir les points souhaités.

6Le but n’est cependant pas de tendre à une exhaustivité illusoire, et forcément provisoire, ni d’atteindre une objectivité qui transcenderait les frontières confessionnelles et les divergences d’interprétation. Il est plus modestement de rendre compte avec justesse et mesure d’une histoire qui retrace les étapes de la diffusion du christianisme dans l’espace et dans le temps tout en mettant l’accent sur les modèles d’évangélisation promus au cours de l’histoire, sur les acteurs et les moyens mobilisés pour les mettre en œuvre, sur les questions soulevées et les réponses apportées.

Olivier Dard et Bruno Dumons (dir.), Droites et catholicisme …

Olivier Dard et Bruno Dumons (dir.), Droites et catholicisme en France et en Europe des années 1960 à nos jours, Lyon, LARHRA, 2021, 316 p., ISBN 9791091592307

7Dans son dernier ouvrage, Henri Tincq qui fut journaliste en charge des questions religieuses au journal Le Monde (1985-2008), porta un regard désenchanté sur le catholicisme de sa jeunesse : « Nous sommes en train de perdre un héritage : celui des catholiques libéraux, des cathos sociaux, des “abbés démocrates”, des catholiques résistants sous l’Occupation ». Cet héritage se serait dissous au profit d’un catholicisme porteur de réflexes identitaires et « néoconservateurs » dont le mouvement de balancier pencherait désormais à droite.

8Bien que les récentes enquêtes sociologiques témoignent de l’éclatement du paysage catholique en France, accentuant une opposition déjà ancienne entre « libéraux  » et « intransigeants » puis entre « progressistes » et « traditionnels », un processus de « droitisation » du catholicisme semblerait s’opérer depuis deux décennies, dans ce qui constitue la longue histoire politique des catholiques français au xxe siècle. En prendre la mesure nécessite donc l’ouverture d’un vaste chantier historiographique, à l’image des recherches coordonnées par Denis Pelletier sur les « cathos de gauche ».

9Face à l’ampleur d’une telle entreprise, mobilisant aussi bien l’histoire des partis que la géographie électorale, ce volume propose une approche d’histoire sociale, culturelle et religieuse du politique, sous l’angle des droites et du catholicisme depuis la décennie « problématique » des années 1960. Cette réflexion tente de repérer les forces et les influences des réseaux, romains et transnationaux, sur lesquels s’appuie ce processus de « droitisation » du catholicisme, si tel était le cas, prioritairement à l’échelle d’une catholicité française mais aussi européenne et américaine. Et ce, en prenant en compte les réceptions, circulations et transferts repérables depuis les Amériques. Ici, transparaissent le rôle des communautés traditionnelles ou charismatiques, l’action des mouvements familiaux et des associations éducatives, l’influence des espaces de formation, de la presse, de l’édition et d’internet. Il demeure également les réseaux de mobilisation menés au sein même des structures partisanes marquées à droite mais aussi les figures classiques du publiciste, voire du polémiste, engagées dans le combat politico-religieux.

Catherine Foisy, Bruno Dumons et Christian Sorrel (dir.), La mission dans tous ses états (xixe-xxie siècle) …

Catherine Foisy, Bruno Dumons et Christian Sorrel (dir.), La mission dans tous ses états (xixe-xxie siècle). Circulations et réseaux transnationaux, Berne, Peter Lang, 268 p., 2021, ISBN : 9782807613430

10Cet ouvrage propose une approche transnationale de l’étude des circulations et des réseaux missionnaires élaborés depuis la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, en se focalisant sur l’analyse des parcours des actrices et des acteurs de la mission et ce, selon diverses échelles. Il tient compte des transformations socio-ecclésiales majeures parcourues au cours du siècle dernier, portant une attention particulière à la manière dont l’aggiornamento catholique, la Guerre froide, l’émergence de théologies contextuelles, puis l’avènement d’un monde multipolaire et globalisé, ont transformé les espaces et les réseaux missionnaires de manière pérenne. Que ce soit par l’analyse de revues missionnaires, de journaux intimes, de documents d’archives écrites et sonores ou d’entrevues menées avec des missionnaires, les contributions réunies dans cet ouvrage offrent un panorama riche et vaste des principales tendances à l’œuvre au cours de la période visée.

11Par ailleurs, cet ouvrage collectif laisse transparaître un parti pris pour une approche multidisciplinaire telle que la commande l’objet même de la mission. De plus, il porte une attention particulière aux effets des échanges entre actrices et acteurs de la mission, installés sur les cinq continents, explorant des circulations et des réseaux qui ne se limitent pas à des dynamiques Nord-Sud, mais qui prennent en considération le dynamisme des liens entre pays du Sud. Enfin, il nous semble très important de souligner que cet ouvrage permet d’identifier de nouvelles pistes de recherche dans le domaine de la mission, par l’analyse de tendances actuelles telles que la mission inversée, la force de certaines Églises du Sud global ainsi que l’action d’organisations non gouvernementales catholiques, dans des contextes de transformations de politiques publiques, notamment.

Jean-Dominique Durand, Umberto Gentiloni Silveri, Agostino Giovagnoli, Marco Impagliazzo (dir.), Nel mare aperto della storia …

Jean-Dominique Durand, Umberto Gentiloni Silveri, Agostino Giovagnoli, Marco Impagliazzo (dir.), Nel mare aperto della storia : Studi in onore di Andrea Riccardi, Jean-Dominique Durand, Bari, Editori Laterza, 2021, 416 p., ISBN : 9788858142387

12Cet ouvrage rassemble de nombreuses contributions retraçant un parcours de recherche original apprécié tant en Italie qu’au niveau international.

13Andrea Riccardi est l’un des protagonistes du débat social, politique et religieux de notre époque. En tant qu’historien, comme l’écrit Agostino Giovagnoli dans sa contribution au volume, « il a exploré le thème de la cohabitation entre différents peuples, cultures et religions et a consacré son attention aux thèmes du nationalisme, des conflits ethniques et des guerres contemporaines. Il a abordé, d’un point de vue original, la question des génocides et des massacres du xxe siècle ». Toutes ses études font référence aux liens qui lient chaque événement à son propre temps : le temps lui-même – compris au sens historique, c’est-à-dire comme l’ensemble des hommes et des femmes qui l’habitent – est en fait le principal protagoniste de ses livres. Bien que consacrées à des personnages et des thèmes différents, ses études composent une grande fresque du xxe siècle et des premières années du xxie siècle. C’est un xxe siècle différent du « siècle court » centré sur les idéologies et le totalitarisme : le siècle de Riccardi est plutôt un siècle animé par des peuples et des sociétés, des cultures et des religions, héritiers de longs parcours antérieurs et également protagonistes d’événements importants du xxie siècle. Les contributions réunies ici retracent un parcours de recherche original apprécié tant en Italie qu’au niveau international.

Vincent Herbinet, Les espaces du catholicisme français contemporain …

Vincent Herbinet, Les espaces du catholicisme français contemporain. Territoires et identités communautaires en tension, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 330 p., 2021, ISBN : 9782753580329

14Ce travail de recherche analyse la trajectoire récente du catholicisme, dans le sillage de la microhistoire, par l’étude de ses acteurs, de ses territoires et de ses communautés, des modes de gouvernement ecclésial. Il met en lumière le paradoxe du tissu de l’Église locale qui se dilate et se morcelle, mais aussi se contracte et se polarise, obligeant l’Ordinaire, dans son gouvernement, à penser un changement de paradigme : passer du défi de la proximité à celui de l’unité, compte tenu de la pluralité des communautés et des territoires associés. L’histoire et la géographie sociale permettent de renouveler les problématiques de l’appartenance spatiale et religieuse en partant d’interrogations sur le territoire selon des indicateurs précis : réseaux de fidèles et des militants, apport des nouvelles communautés (effectifs, choix pastoraux, gouvernement), options épiscopales en faveur de tel territoire ou tel groupe ecclésial… Pour l’historien, l’espace peut être considéré comme un outil heuristique, dans lequel des changements d’échelle se sont imposés dans le temps court. Il analyse les liens étroits entre le catholicisme et ses modes d’insertion territoriale (rural/urbain). Il veut s’attarder à l’intérieur d’espaces qui ne possèdent plus la relative homogénéité que l’histoire leur prêtait avant le xxe siècle, mais qui offrent aujourd’hui une nouvelle « géocatholisation » des pratiques pastorales. Des mouvements et des communautés postconciliaires (Renouveau charismatique, traditionalistes…) se polarisent par leurs paroisses, leurs sanctuaires, leurs prieurés et leurs chapelles.

Bernard Hours, Frédéric Meyer et Sylvain Milbach (dir.), Le péché originel …

Bernard Hours, Frédéric Meyer et Sylvain Milbach (dir.), Le péché originel. Anthropologie et politique (xviie-xxe siècles), Lyon, LARHRA, 2021, ISBN 9791091592291

15Le péché originel qui joue dans l’histoire du christianisme la partition de la basse continue, est-il un objet d’étude pour l’historien ? On peut en douter si on se fie à la bibliographie où dominent surtout des travaux de théologiens, et aussi de philosophes. Pourtant, il s’agit d’un dogme clé du christianisme qui intéresse l’historien : outre que s’y fixe une bonne partie de la pratique sacramentelle, il met en jeu une conception de l’humanité dont découle une conception de la société et de l’ordre social, du mal, de la souffrance, de la liberté, de l’homme et de la femme.

16C’est entre le xviiie et la fin du xixe siècle que le dogme essuie les critiques les plus radicales et que le débat sur le péché originel change de statut : il n’est plus seulement l’objet de polémiques doctrinales confessionnelles entre catholiques et protestants. Le dogme soulève de plus en plus de répugnances et d’incompréhension : dans l’opinion savante, convoquant les nouveaux savoirs sur l’homme et sur la nature, le péché originel passe du statut « ce n’est pas possible » à celui où « ce n’est plus possible ». L’apologétique catholique a eu fort à faire pour défendre le dogme. La coïncidence entre le lent épuisement de sa signification socialement reconnue et l’avènement de la société « d’opinions » ne saurait se réduire au processus caricatural d’effacement d’une « légende ».

17La critique, outre l’historicité du récit de la Chute, touche plus largement à la dimension anthropologique du dogme (la nature du mal) et à ses conséquences en termes civilisationnels (la notion de progrès). Ces deux plans sont intimement dépendants et affectent à terme les comportements, les représentations de l’humanité et de la société. La perte de crédit du péché originel ou ses réinterprétations ont favorisé la thèse du royaume de Dieu possible sur terre, et ont légitimé un droit au bonheur et à l’égalité. Il est alors question d’une vraie révolution anthropologique qui devait précéder une reconfiguration de la cité des hommes. Baudelaire n’écrivait-il pas : « Théorie de la vraie civilisation. Elle n’est pas dans le gaz, ni dans la vapeur, ni dans les tables tournantes, elle est dans la diminution des traces du péché originel » ?

Philippe Martin, Les religions face aux épidémies

Philippe Martin, Les religions face aux épidémies. De la peste à la Covid-19, Paris, Cerf, 2020, 277 p., ISBN : 9782204141994

18Pourquoi, en passant du corps humain au corps social, l’événement épidémique provoque-t-il immanquablement un séisme religieux ? Comment engage-t-il simultanément toutes les figures de la Providence divine, punisseuse, guérisseuse, horlogère, éthique ou miséricordieuse ? Comment divise-t-il profondément toutes les confessions, les forçant à penser et à agir autrement ? De la peste antique et médiévale au coronavirus contemporain, en passant par les varioles, les choléras et les grippes modernes, sans oublier le persistant sida, de Paris, Rome, Boston à Istanbul, Moscou, Islamabad, des cathédrales gothiques aux pagodes bouddhiques en passant par les synagogues sépharades et les mosquées chiites, voici le panorama du face-à-face historique et mondial des religions face à l’irruption d’un mal invisible, incompréhensible et implacable. Les hiérarques religieux ont pavé la voie des gouvernants politiques. Mobilisations sanitaires, mesures préventives, ritualisations collectives, discordances scientifiques, recherches de boucs émissaires, réflexes complotistes, contestations populaires : le clerc d’Église d’autrefois et le clerc d’État d’aujourd’hui ont à affronter la même crise de l’explication, de la certitude, de la résilience. Et ils le font avec les mêmes moyens. Car tous deux doivent restaurer la croyance, ici sacrée, là séculière.

Laurick Zerbini (dir.), L’objet africain dans les expositions et musées missionnaires xixe-xxie siècle

Laurick Zerbini (dir.), L’objet africain dans les expositions et musées missionnaires xixe-xxie siècle. Dépouiller, partager, restituer, Paris, Maisonneuve&Larose/Hémisphères, 2021, 625 p., ISBN : 9782377011100

19Que révèlent les expositions et les musées missionnaires, qui voient le jour dès la fin du xixe siècle, de leur rapport aux objets africains et de l’usage qu’ils en font ? La vision romantique des paysages et de la flore qui s’exprime alors dans les écrits des missionnaires disparaît lorsqu’il s’agit d’aborder les mœurs et les productions matérielles des populations africaines. Cultes, cérémonies, « fétiches », « idoles » et autres objets apparaissent aux antipodes de leurs repères culturels et religieux. Néanmoins, à la fin du xixe siècle, l’expansion des missions outre-mer et les difficultés de développement auxquels la propagation chrétienne se trouve confrontée, entraînent un positionnement plus marqué et la nécessité d’une étude et d’une connaissance plus approfondies des populations et des cultures matérielles, sous peine d’échec de l’évangélisation.

20S’intéresser à la construction des savoirs qui ont prévalu à l’émergence de ces manifestations et lieux institutionnels revient à poser la question de l’entrecroisement entre fait missionnaire et anthropologie. Les discours et les mises en scène au sein des expositions et des musées missionnaires appellent à analyser les enjeux de l’appropriation et les statuts des œuvres africaines.

21Le débat ne saurait ignorer les enjeux contemporains liés aux « trésors coloniaux » conservés dans les institutions muséales, y compris les musées missionnaires. Quels en sont les termes tant d’un point de vue juridique, historique, culturel qu’éthique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Résumés et notices brèves »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8555 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8555

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search