Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Dossier bibliographiqueRecensionsHubert Bost, Bayle calviniste lib...

Dossier bibliographique
Recensions

Hubert Bost, Bayle calviniste libertin

Yves Krumenacker
p. 201-203

Texte intégral

Hubert Bost, Bayle calviniste libertin, Paris, Honoré Champion, 2021, 456 p., ISBN : 978-2-7453-5497-6

  • 1 Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006.

1De son vivant déjà, Pierre Bayle divisait et opposait ceux qui voyaient en lui un protestant et ceux qui le considéraient comme un libre penseur. Toute l’historiographie, ensuite, a oscillé entre ces deux pôles et la question de l’interprétation du personnage comme de l’œuvre n’est toujours pas réglée. H. Bost, un des meilleurs spécialistes actuels de Bayle, sur qui il a publié une biographie de référence1, plusieurs livres et de nombreux articles, propose dans ce nouvel ouvrage d’inscrire Bayle dans une tension dynamique entre calvinisme et libertinage, entendu au sens d’esprit libre. Il s’agit en réalité de la réédition d’articles ou de chapitres de livres parus depuis 2007 ainsi que de la publication de quelques textes inédits.

2L’ancrage calviniste de Bayle apparaît clairement dans sa relation avec ses frères, telle que nous la dévoile sa correspondance. Celle-ci, de manière plus générale, est très « huguenote » aussi bien par les membres de son réseau, surtout dans les premières années, que par les thèmes traités, souvent liés à des questions religieuses et culturelles propres au protestantisme français – et cela malgré une critique de plus en plus forte, voire une hostilité envers les milieux huguenots. De même, Bayle est incontestablement français, tout en étant critique à l’égard de ses compatriotes. Mais caractériser Bayle apparaît plus complexe dès lors qu’on examine sa pratique pédagogique : il insiste en effet beaucoup sur les « préjugés de l’enfance » et cherche à argumenter par-delà les barrières confessionnelles, dans une dimension potentiellement universelle. Comme journaliste, comme historien, il veut surtout lutter contre l’erreur, le mensonge, le fanatisme, d’où qu’ils viennent, y compris du camp protestant. Quand il lit l’histoire d’Adam et Ève dans la Genèse, il n’en fait pas un récit historique, il s’amuse à relever toutes les fables à ce sujet et conclut que le fondement de la morale est une lumière intérieure précédant les religions. Pourtant Bayle se définit comme « calviniste de la vieille roche » et, quand il traite de Calvin dans son Dictionnaire, il est très peu mordant, voyant en lui un allié dans la lutte contre le paganisme et considérant la prédestination comme un système doctrinal cohérent ; mais il se soucie d’histoire plus que de doctrine. Il n’aborde guère les sujets en théologien. À propos des reliques, dans une approche anthropologique avant l’heure, il en fait le symptôme de la crédulité, qui peut amener au fanatisme et à la violence ; si le catholicisme peut ainsi être rapproché du paganisme, le protestantisme lui-même n’est pas épargné par cet irrésistible besoin de croire. Pourtant, quand il réfléchit à la tyrannie, il ne peut s’empêcher de le faire en grande partie en moraliste protestant.

3Le rapport de Bayle au protestantisme est donc complexe : sur le plan biographique, il est incontestablement protestant ; mais son regard sur la Réforme est nuancé et il est très critique avec ses coreligionnaires millénaristes ou prônant la rébellion contre la monarchie (c’est évidemment Jurieu qui est visé au premier chef) ; au sermon, il dit s’ennuyer, ce qui renvoie moins à sa supposée irréligion qu’aux débats des pasteurs sur la nécessité et les moyens d’intéresser les auditeurs ; sur le plan théologique, il considère la doctrine calviniste cohérente, ne réussissant certes pas à surmonter tous les problèmes, mais les autres doctrines non plus car, fondamentalement, la foi et la raison ne se situent pas pour lui sur le même plan et ne peuvent donc pas être conciliables. Pour Bost, savoir si Bayle est un croyant fidéiste ou un athée déguisé est un faux problème, car le philosophe de Rotterdam, persuadé qu’aucun discours humain ne peut englober tous les savoirs, distingue radicalement une doctrine calviniste fondée sur l’Écriture à laquelle il prétend être fidèle et une raison philosophique incapable d’interpréter de manière satisfaisante le système chrétien ; refusant de chercher à les concilier, il se situe dans un calvinisme traditionnel de rupture, ce qui ne l’empêche pas de penser en philosophe et en historien. La même problématique apparaît dans l’étude sur les « Éclaircissements sur les athées, sur les manichéens, sur les pyrrhoniens » où Bayle raisonne en philosophe, en historien, en moraliste, en restant dans un champ disciplinaire, voulant aller aussi loin que possible dans l’exercice de la raison tout en considérant que la foi se situe sur un autre plan. En philosophe, il entend mettre entre parenthèses la question de la vérité quand il traite de la liberté de conscience et de la coexistence des religions, afin d’aboutir à une conclusion acceptable par tous ceux qui sont persuadés de la vérité : il faut un État fort qui permette à chacun de suivre sa conscience, même si elle est dans l’erreur. Cela mène logiquement à un refus de la censure, même si elle est concevable dans un État pour des raisons politiques. Ce refus fait que Bayle n’a jamais rétracté ses idées les plus audacieuses, ce qui, selon Bost, infirme la thèse de G. Mori d’une dissimulation de Bayle, d’une écriture entre les lignes, d’autant qu’en Hollande, Bayle n’est pas réellement persécuté. Sa pensée est pourtant incontestablement proche du libertinage, dans la mesure où il expose impitoyablement tous les arguments philosophiques et historiques contre la religion ; mais présenter ces objections contre la foi ne signifie pas la renier, ce qu’il ne cesse d’affirmer, c’est simplement montrer que la raison ne peut pas prouver une doctrine fondée sur l’Écriture et la Révélation et que, par conséquent, tous les arguments des théologiens « rationaux » ne valent rien ou, pire, donnent des armes aux libertins.

4Bayle est surtout connu pour son plaidoyer pour la tolérance. Mais celui-ci évolue considérablement : d’une défense de la conscience individuelle afin qu’elle puisse effectivement s’exercer, dans les années 1680, il passe à une réflexion au niveau de l’État dans les années 1700 et plaide pour une régulation par le politique des religions intolérantes par essence. Cela en fait-il un précurseur de la laïcité ? Il ne peut l’être que de manière paradoxale, car il affirme que le pouvoir vient de Dieu, qu’il faut par conséquent s’y soumettre, mais aussi que ce pouvoir doit être à l’abri de toute ingérence ecclésiastique. Seule la garantie par le politique d’une tolérance mutuelle des religions permet la paix civile.

5Telles sont quelques-unes des réflexions qui peuvent naître en butinant dans ce recueil d’articles. Mais il faudrait tous les lire attentivement et, surtout, lire Bayle qui, dans de multiples domaines, a toujours à nous apprendre. On se rendrait ainsi mieux compte que l’enfermer dans des catégories (« calviniste », « libertin ») est très réducteur et qu’il peut très bien exercer très librement son esprit critique tout en restant fidèle à ses « préjugés de l’enfance ». Quant à ses convictions intimes, elles nous échapperont sans doute toujours.

Haut de page

Notes

1 Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Hubert Bost, Bayle calviniste libertin  »Chrétiens et sociétés, 28 | 2021, 201-203.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Hubert Bost, Bayle calviniste libertin  »Chrétiens et sociétés [En ligne], 28 | 2021, mis en ligne le 02 mai 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/8563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/chretienssocietes.8563

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

LARHRA UMR 5190
Université de Lyon, Jean Moulin Lyon 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search